Charles-François Richard

Charles-François Richard
Description de cette image, également commentée ci-après
Agrandissement d’une partie d’une héliogravure de Félix Thiollier d’après un buste de Pierre Aubert.
Alias
Richard-Chambovet
Naissance
Bourg-Argental (France)
Décès (à 78 ans).
Saint-Chamond (France)
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Autres activités
Maire d'Izieux
Distinctions
Ascendants
Famille
Signature de Charles-François Richard

Charles-François Richard, également connu sous le nom de Richard-Chambovet, né le à Bourg-Argental (province de Forez) et mort le à Saint-Chamond (département de la Loire), est un industriel de la soie français, et plus notablement l'initiateur de l'industrie du lacet.

Après une brève parenthèse militaire — due à la tourmente révolutionnaire — ses débuts de moulinier sont modestes. Puis il s’établit comme passementier orienté vers la fabrication de padous, des rubans nécessaires aux culottes ou aux catogans. Mais ruiné une première fois en raison du marasme économique général, plus tard la mode les délaisse définitivement, ce qui met fin à cette activité. À la recherche d'une autre orientation, Richard se rend au tout nouveau Conservatoire des arts et métiers où il rencontre Joseph de Montgolfier. Il y trouve un métier à tresses rudimentaire qui produit des éléments de section ronde — jusqu'alors, les métiers à tisser ne permettent de produire que des éléments plats — et dès lors, il travaille inlassablement à l'améliorer.

Ainsi, ce pionnier ouvre la voie de la fabrication industrielle des lacets. Il innove d'une part en développant ces métiers et secondairement il leur adjoint une machine à vapeur comme force motrice. Plus tard, il reste précurseur et installe dans ses ateliers un calorifère comme chauffage central, ce qui accroît la rentabilité et permet un travail plus soigné. Enfin, il dote les ateliers d'un éclairage au gaz pour en augmenter la productivité.

Dans le courant de la révolution industrielle naissante, Charles-François Richard est à l'origine d'une industrie qui domine l'Europe, elle est reconnue jusqu'en Amérique. La production de lacets est en effet primordiale à cette époque : ce sont des éléments de mercerie très répandus, qui servent d'attaches diverses. De ce fait, la ville de Saint-Chamond où Richard s'est installé devient incontournable dans ce domaine.

BiographieModifier

Baptisé le [1], jour de sa naissance à Bourg-Argental, Charles-François Richard est le second d'une fratrie de six. Il a pour parents Jean-Louis Richard, greffier puis futur député aux États généraux de 1789, et Marie Chevalier. Versé dans l'industrie de la soie, le foyer tire une partie de ses revenus de la culture de mûriers sur lesquels sont élevés les vers à soie[2].

À vingt et un ans, avec les gardes nationaux de Saint-Étienne et de Montbrison, il gagne Lyon pour aider au soulèvement de la ville contre la Convention nationale. Le 11 fructidor an I (), son détachement, en poste pour protéger l'arrivée d'un convoi de grains en provenance du Forez, affronte avec succès une formation assiégeante. Mais, abandonné des siens, il devient une « sentinelle oubliée […] [qui] tenta inutilement de rentrer dans Lyon, [se] procura des vêtements de paysan et revint à Bourg-Argental[3] […] ». Proscrit, il s'engage à Tournon dans le 4e bataillon des volontaires de l'Ardèche[4]. Cette unité constituée le 4e jour complémentaire an I () à Bourg-Saint-Andéol est commandée par Louis-Gabriel Suchet, issu d'une famille de négociants soyeux[5]. Après le siège de Toulon, il retrouve à Marseille son père Jean-Louis Richard, également proscrit, dans le même bataillon[6]. Cet engagement est parfois physiquement éprouvant comme l'indique son fils Ennemond : « Mon père avait été soldat à l'armée d'Italie ; pendant huit mois, il avait été privé de son sac militaire et avait couché avec la neige, dans les haies entrouvertes et recouvertes ensuite de son manteau[7] ». Mais la constitution de cet homme s'avère robuste et plus tard les seules épreuves de santé qu'il rencontre se limitent à des calculs urinaires qui nécessitent l'intervention d'un chirurgien parisien[8]. Il atteint, en 1794, le grade de lieutenant. Puis, libéré de toute obligation le 9 floréal an IV () par « le conseil d'administration de la 69e demi-brigade d'infanterie de ligne[9] », il quitte l'armée d'Italie comme officier surnuméraire[10].

Le 23 fructidor an VI (), il épouse à Saint-Chamond une parente par alliance nommée Marie Chambovet[9], dont il a quatre enfants[N 1] et de qui il tire son nom d'usage « Richard-Chambovet ».

En 1817, exerçant dans le domaine de la soie, il apparaît comme un industriel établi. La Chambre consultative des arts et manufactures de Saint-Étienne, qui comprend six membres, l'élit au titre de moulinier[12],[N 2]. Après sa dissolution en 1792, la Société d'agriculture, arts et commerce de l'arrondissement de Saint-Étienne est recréée en 1820[13]. Son premier Bulletin, de 1823, indique qu'il en est membre[14]. En 1824, cette Société publie une partie de la notice princeps où il décrit ses débuts. Le commentaire est élogieux alors que Saint-Chamond sous son impulsion devient la capitale des lacets[15]. En 1827, Richard-Chambovet fait ériger un hôtel particulier témoin de sa réussite dont le jardin atteint la limite de la ville[16],[N 4]. En 1829, probablement en raison de sa notabilité, il est le « parrain temporel » de la nouvelle maison des Ursulines à Saint-Chamond[20],[N 5]. En 1833, il figure toujours au tableau de la Société comme membre titulaire[21].

Les mandats électoraux s'ajoutent à son activité de manufacturier. Il appartient au conseil municipal de Saint-Chamond en 1808. Ce conseil municipal est favorable à la Restauration. Il a pour vision une paix sociale qui repose sur un équilibre entre la monarchie divine, l'église et la prospérité commerciale[22],[N 6]. De 1829 à 1831, il est élu maire d'Izieux[23].

Des distinctions honorent son œuvre. En 1814, il reçoit la décoration du Lys[23],[N 7]. Le , il est fait chevalier de l'ordre royal de la Légion d'honneur[25],[N 8]. En 1839, les industriels français décernent à son entreprise, à l'occasion de l'exposition des produits de l'industrie française de Paris, une médaille d'argent. Celle-ci récompense non pas simplement les produits exposés mais l'ensemble de l'œuvre accomplie. Il est ainsi conclu : « Il y a vingt-cinq à trente ans, Saint-Chamond livrait au commerce pour trente mille francs de lacets, maintenant il lui en livre pour plus de deux millions[26]. »

En 1839, Richard-Chambovet abandonne son entreprise à ses trois fils, qui adoptent pour raison sociale « Richard Frères »[27]. Enfin, son décès est déclaré le par son fils aîné qui envisage le faire inhumer à Lyon[28],[N 9]. L'aîné se retire au château de Montchat avant le décès de son père, puis, le , le dernier se retire au château du Montellier dans l'Ain. Ainsi, à terme, seul le second, Ennemond Richard, reprend l'affaire[30].

En 1889, l'industriel est honoré à Saint-Chamond par une voie dénommée « rue Richard-Chambovet »[31],[32]. En 1890, lorsque la municipalité de Saint-Étienne cède la totalité du Palais de la bourse à la Chambre de commerce, celle-ci entreprend notamment des travaux de décoration : des bustes, parmi lesquels figure celui de Richard-Chambovet, sont cédés par les familles[33]. Félix Thiollier tire des héliogravures de ces bustes[N 10]. Ultérieurement, son frère fait à ce propos un exposé à ladite Chambre. Cet exposé, imprimé en 1894, consacre un chapitre à Richard-Chambovet[34].

Industriel de la soieModifier

MoulinierModifier

En 1790 et 1791, Richard est apprenti moulinier[N 11], puis en 1792 et 1793, il est employé chez un fabricant de rubans à Saint-Étienne. La Révolution française l'emmène ensuite pendant trois ans sur une voie militaire. À son retour, il trouve une place de moulinier à Saint-Chamond, chez un dénommé Coron[4],[36].

PassementierModifier

 
Costume en soie et velours avec passementerie et padous. Vers 1800.

En , il s'installe comme fabricant de passementerie et plus précisément de padous[N 12]. Ces padous bordent les vêtements : jupes, jupons, robes, soutanes, etc. Ils sont aussi utilisés pour attacher les cheveux des hommes en catogan, ainsi que pour lacer les chaussures. Pour obtenir une production optimale, Richard, comme d'autres, achète un certain nombre de métiers à la zurichoise[N 14], susceptibles d'en tisser douze à vingt-quatre à la fois selon la largeur voulue : il installe ces machines à Saint-Chamond. Puis il fabrique aussi des soies à coudre[N 15]. En 1799, l'armée d'Italie commence la campagne d'Italie, face à la Deuxième Coalition, par des revers qui font perdre à un État français déjà exsangue les quelques conquêtes territoriales qui le soutiennent difficilement[41]. Dans le marasme économique du Directoire, Richard-Chambovet est une première fois ruiné[4].

Mais il reprend ses activités alors que le coup d'État du 18 Brumaire permet une reprise économique. C’est alors qu’il est confronté d’une part à l’industrie lyonnaise, qui par protectionnisme défend aux teinturiers et aux chevilleurs[N 16] de travailler pour les fabricants de soies à coudre de Saint-Chamond, et d’autre part à la mode, qui adopte définitivement les cheveux courts et abandonne la culotte au profit du pantalon, rendant inutile les padous. En 1804, pour la seconde fois il est ruiné[36],[43].

Fabricant de lacetsModifier

Conservatoire des arts et métiersModifier

Dans ce contexte, Richard-Chambovet semble pris de découragement. Comme l'indique Thiollier dans sa notice biographique de 1894 : « Sa famille possède des lettres écrites par lui à cette époque, dans lesquelles il déclare que s'il n'était marié il reprendrait immédiatement du service pour chercher la gloire ou la mort[36]. »

Il cherche alors s’il existe un moyen d'augmenter la production des ganses de fleurets[N 17] des métiers à tisser basses lices[N 18] de Saint-Martin-en-Coailleux[N 19]. L'idée est de faire avec ces métiers des lacets plats, comme ceux que l’on importe d’Allemagne. Mais il y renonce et songe à se rendre dans ce pays. En effet, il se rappelle un article paru dans le Journal des débats — devenu le Journal de l'Empire[47] — qui décrit l'industrie des lacets du duché de Berg[N 20]. Il y est écrit qu'« on fabriquait des lacets au moyen de certains métiers qu’une seule personne faisait mouvoir et que, chaque jour, chacun d’eux produisait une centaine d'aunes de lacets[49] »[N 21].

Depuis , le Conservatoire des arts et métiers ouvre ses portes au public[N 22]. Il est possible de se faire expliquer par des démonstrateurs le fonctionnement des nombreuses machines qui y sont exposées. En , Richard-Chambovet se rend à Paris et demande à Joseph de Montgolfier, natif de Vidalon-lès-Annonay — qui n'est situé qu'à environ 10 km de son propre lieu de naissance — et démonstrateur[N 23], s'il existe des métiers à lacets déposés au Conservatoire. Celui-ci le fait conduire par son fils dans une salle. Parmi les métiers présentés, il en relève un en bois à treize fuseaux dont une des caractéristiques est l'arrêt dès qu'un fil casse[53] : il s’agit très vraisemblablement de celui de Jean-Éléonor Perrault[N 25],[N 26]. À son interrogation, Joseph de Montgolfier indique que, pour Paris, il en a été construit trois exemplaires en planches de sapin pour occuper les enfants d’un organisme de charité. N'ayant jamais permis de dégager de bénéfice, ils ont été cédés à un revendeur à qui il faut s’adresser pour en faire l’acquisition. Richard-Chambovet retrouve ce brocanteur, lui achète ses trois exemplaires pour 390 francs (soit dix francs le fuseau) et fait l’acquisition d’un manège à bras. Le transport à Saint-Chamond et l'installation lui coûtent 200 francs. Plus tard, il rappelle ces seuls 600 francs pour le lancement de cette fabrique de lacets à Saint-Chamond[59].

Amélioration du métier de PerraultModifier

 
Fabrication d’un lacet par un métier de type Perrault en 2002.

Richard-Chambovet étudie et améliore le mécanisme du métier Perrault, qu'il installe dans le moulinage de Terrasson (situé dans l'actuelle rue du Béal à Saint-Chamond)[59],[N 27].

Il commande la fabrication d’autres métiers. Un constructeur de Paris, James Collier, dont les prix sont trop élevés, est écarté au profit de Jean-Éléonor Perrault[61]. Avant que l'affaire ferme, cette famille est avant lui fabricante de lacets installée à Lisieux (Orne), indique Richard-Chambovet[N 25]. Ces commandes sont donc probablement honorées par l'inventeur du modèle de base.

À Saint-Chamond, « il [éprouve] d’abord de grandes difficultés dans la vente de ses produits[62] » ; en 1808, sept autres métiers sont adjoints aux premiers, puis dix de plus en 1809. Il acquiert la fabrique Granjon (place Saint-Jean à Saint-Chamond) pour y mettre trente-neuf nouveaux métiers en 1810[N 28], puis vingt-cinq autres en 1811. Ces métiers lui coûtent en tout vingt et un mille francs[63].

Ceci va créer des émules et, en 1813, s’élève la première maison concurrente : celle de M. Hervier-Charrin et Cie. Puis M. Motiron, employé de Richard-Chambovet, monte une seconde fabrique et M. Tamet, teneur de livres chez M. Hervier, en crée une troisième. Selon un inventaire de Philippe Hedde, en 1812, il y a cent-dix métiers à Saint-Chamond dont quatre-vingt-deux appartiennent au seul Richard-Chambovet[64].

Machine à vapeurModifier

En 1813, pour se développer, Richard-Chambovet acquiert à la Vignette, moyennant vingt-mille francs, les jardins de l’ancienne teinturerie Dutreyve qui comprennent une chute d'eau. Il y installe soixante-dix nouveaux métiers mais le débit inconstant de l’eau limite son expansion[59],[54].

Pour remédier aux périodes de gelées comme de sécheresse, Richard-Chambovet fait construire à Lyon par M. Crépu la première machine à vapeur du département de la Loire qui ne soit pas destinée à une mine[N 29]. L'Almanach du commerce de Paris,… souligne qu'à l'époque « elle est la première établie en France sans condenseur[66] ». Cette machine à vapeur à haute pression, dont la chaudière est choisie par son commanditaire en tôle plutôt qu'en fonte[67], développe douze chevaux[N 30]. Richard-Chambovet en donne ainsi toute la justification : « Cet agent moteur est plus dispendieux, il est vrai, qu’une chute d’eau ; mais l’excédent de dépense est bien compensé par la régularité du mouvement, qui n'est pas interrompue par les variations des saisons[67]. » Selon une de ses notes manuscrites, c’est en 1816 que la machine est mise en mouvement, sachant que l’autorisation préfectorale de l'établir est formellement obtenue le [69]. Cette machine permet d’animer « deux-cent-quarante métiers à lacets, offrant une résistance de mille-deux-cents kilogrammes, parcourant soixante mètres à la minute[49]. »

 
Corset à la Nina[N 31] et son laçage dans le dos. 1810.

Richard-Chambovet dépense ainsi 150 000 francs à la Vignette pour y installer 300 métiers[71],[72].

Puis, en 1819, il achète les moulins d’Izieux à son fabricant de métiers Perrault. Ces moulins, qui bénéficient de toutes les eaux du Gier et de dix mètres de chute, permettent l’installation d’une grande fabrique. Il dépense 300 000 francs pour cette installation. En 1828, une nouvelle machine à vapeur de seize chevaux, construite par M. Imbert, mécanicien à Rive-de-Gier, y est installée[68].

L'entreprise de Richard-Chambovet a pris une ampleur considérable : « tous les métiers se fabriquent dans ses ateliers ; la matière première subit toutes les préparations sans sortir de son établissement. Le coton y est filé, mouliné, blanchi, teint, mis en lacets, calandré[N 32], et plié. Il en est de même des soies et des fleurets[N 17],[74]. »

Ceci ouvre la voie d'abord à quatre concurrents, ensuite en 1822 un de ses employés s’installe à son compte puis, en 1824, huit entrepreneurs s'établissent[72]. Une statistique qui comprend les villes de Saint-Étienne et Saint-Chamond établit qu'en 1824, il existe 2 200 métiers dont 800 appartiennent à Richard-Chambovet. Lui seul emploie 300 ouvriers. Parmi les caractéristiques techniques les plus notables, il apparait que les métiers sont indépendants les uns des autres, pouvant s’arrêter individuellement si un fil vient à céder et que la production peut augmenter d’un tiers en travaillant de nuit. La valeur totale des matières premières consommées annuellement est de 1 100 000 francs et celle-ci double une fois toutes les étapes de la fabrication franchies[75].

À l'époque, cette expansion de la fabrication du lacet tient au fait que, selon un dictionnaire technologique d'époque, « c'est un objet de mercerie d'une assez grande consommation. Les femmes font usage de lacets de soie pour serrer leurs corsets, ou autres pièces de leurs vêtements. Les lacets de fils de lin, de chanvre, de coton, sont employés au même usage, mais ils servent également, en place de ficelle, pour des ligatures[76] ».

En 1830, Philippe Hedde constate que « la concurrence qui s’est élevée entre les diverses fabriques de Saint-Étienne et de Saint-Chamond a réduit la vente des lacets au plus mince bénéfice, mais il en est résulté un grand avantage pour l'exportation au préjudice des fabriques d'Allemagne qui ne peuvent plus rivaliser pour les prix. Saint-Chamond et Saint-Étienne fournissent Amsterdam, Bruxelles, Leipzig, Anvers, Milan, quelques cantons en Suisse et les deux Amériques ». Il poursuit après avoir détaillé les performances de l'établissement de Richard-Chambovet : « Aucune concurrence étrangère n'est à craindre aujourd'hui pour une manufacture qui a su porter l'ordre et l'économie dans la main-d'œuvre à un tel degré de perfection[75]. »

CalorifèreModifier

 
Schéma du calorifère à six ruches des ateliers d'Izieux par Jabin en 1831.

Les réalisations résultent ensuite de l’action conjointe de Richard-Chambovet et son fils Ennemond Richard après un séjour d'un an en Angleterre[23]. Ils exercent au nom de la société de MM. Richard-Chambovet et compagnie[77],[78].

En 1830, ils perfectionnent des machines de moulinage en fonte acquises en Angleterre[27]. Le rendement est encore accru : les fuseaux passent de 1 000 à 3 000 tours par minute tout en exigeant une moindre force motrice[79].

En 1831, sont rapportées les caractéristiques de calorifères novateurs installés dans les établissements d’Izieux[77]. Un « calorifère à six ruches », alimenté par de la houille, remplace très économiquement six poêles[80]. La chaleur devenue homogène évite que l’huile des métiers éloignés des poêles se fige. La suppression des courants d’air met un terme aux mauvaises odeurs des poêles, des huiles et des cordes en boyau utilisées pour animer le mouvement des métiers. Les fumées qui altèrent la couleur des soies disparaissent. Les mains des ouvrières, qui n’ont plus à entretenir les poêles, ne sont plus noircies ou gercées par les lavages ; elles peuvent manipuler les tissus de soie sans perte. La température générale est de dix degrés Réaumur (soit 12,5 degrés Celsius[81]) mais elle est modulée dans chaque atelier pour conserver au mieux la soie[82]. Le rapporteur indique que ce calorifère peut également être installé dans toute construction en cours : hôpital, logement collectif, individuel, etc. Il est simple d'en diminuer la taille comme dans l'établissement d'Izieux où existe aussi un calorifère à deux foyers[83].

Éclairage au gazModifier

En 1833, l'éclairage au gaz est installé dans l’usine d’Izieux bien avant que Saint-Étienne et Lyon en soient dotées. Ainsi, « deux-cent-seize becs fonctionnent en 1836 et permettent aux ouvrières de travailler jour et nuit avec remplacement à midi et minuit[27] ».

En 1833, avec les métiers déjà connus, la fabrique produit pour la première fois dans l’arrondissement de Saint-Étienne, des « lacets élastiques ronds » dont chaque fil de caoutchouc est recouvert de soie ou de fil, puis elle produit des « lacets élastiques plats » de largeur variable[84].

En 1833, l’entreprise est toujours aussi active, comme en témoigne le dépôt de deux brevets : l'un « pour le perfectionnement apporté aux métiers à lacets et son application à la fabrication des cannetilles[85],[N 33] » et l'autre pour « des perfectionnement aux métiers à lacets[87] ».

En 1835, le prix d‘un kilogramme de lacets en coton n’est plus que de huit francs et cinquante centimes, soit trois fois moins que dix ans auparavant[88].

Cette industrialisation permet de lire : « L’industrie du lacet ne se développa que sous l’Empire, à Saint-Chamond, qui devait en acquérir presque le monopole[58] ». Son rayonnement est cité en exemple : « Les manufacturiers stéphanois établissent des réseaux très vastes qui dépassent largement le cadre national pour aller vers des horizons continentaux voire dans certains cas mondiaux[89] ».

CirconstancesModifier

 
Métier à lacets chinois reproduit par Isidore Hedde en 1843-1846.

Charles-François Richard évolue au début de la révolution industrielle et, du fait de son opiniâtreté conjuguée à un esprit novateur, il s'en avère un acteur. Il conforte l'idée que « les grands hommes sont conditionnés par les circonstances générales […] Ils ne peuvent agir que par la fermeté exceptionnelle de leur caractère[90]. »

Il est à l'origine d'une primauté de l'Europe en matière d'industrie du lacet. Certes lorsque Isidore Hedde, un contemporain, se déplace dans l'« Empire céleste » de 1843 à 1846, il affirme que « les Chinois fabriquaient des lacets, cordonnets, galons, ganses, padoux, etc. bien longtemps avant les Européens[91]. » Cependant, comme dans d'autres domaines, ils ne transmettent pas ce savoir-faire. Ceci permet à l'historien et économiste Jean-Charles Asselain d'affirmer au XXe siècle que « la Chine des Song (960-1279) est indéniablement plus riche que l'Europe de son temps. […] Jamais pourtant il n'en résulte un processus cumulatif comparable à celui de la révolution industrielle, et l'élan était déjà largement retombé lorsque la Chine, au XVe siècle, se ferme aux relations avec le monde extérieur[92]. »

 
Métier à lacets de Perrault conservé au musée des Arts et Métiers en 1933.

Ce n'est qu'au début de la révolution industrielle que Richard, et donc l'Europe, réalise des métiers à lacets en développant un brevet de l'Anglais Thomas Walford de 1748, aux indications cependant incomplètes[93]. En 1750, probablement en s'inspirant du brevet anglais, un métier à tresses est développé en Allemagne par Bockmühl, à Barmen dans la vallée de la Wupper[94]. Après perfectionnements, la navette s'arrête lorsqu'un fil casse ; ce métier est mû par la force hydraulique[95],[96]. Toutefois, le rendement de ce type de machines est insuffisant du fait de leur conception[97]. En 1783, François-Michel Perrault importe en France un modèle en fer d'Elberfeld — distant d'environ 5 km de Barmen — toujours du duché de Berg. Puis son fils, Jean-Éléonor, dépose au bureau de Jean-François de Tolozan une réalisation améliorée en bois pour laquelle il obtient un privilège en 1784[98],[N 25],[N 26]. Il s'agit très probablement du métier qui attire l'attention de Charles-François Richard. D'une part, les caractéristiques du métier observé au Conservatoire des arts et métiers et ceux construits par Jean-Éléonor Perrault font du constructeur également son inventeur. D'autre part, l'analogie des prix avec ceux qui sont demandés plus tard à Richard-Chambovet pour la construction de métiers en font un seul personnage. Cependant, la famille Richard ne précise jamais ce lien. Une inimitié connue s'était développée entre la famille et Perrault fils[99]. En 1942, ce métier est toujours référencé dans la dernière série de catalogues du Conservatoire, ce qui témoigne de son importance[100]. Ainsi Charles-François Richard « créa une industrie inconnue jusqu'alors en important le métier à fuseaux actionnés mécaniquement et en augmentant progressivement son outillage et sa fabrication[101]. »

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Sources primairesModifier

  • P., « Fabrique de lacets », Bulletin d’industrie agricole et manufacturière, Saint-Étienne, Société d’agriculture, arts et commerce de l’arrondissement de Saint-Étienne (Loire), vol. 2,‎ , p. 27-29 (ISSN 1256-3129, lire en ligne [in-8°]).  
  • Jean-Antoine de la Tour-Varan et Ennemond Richard, « Fabrication des lacets », Bulletin. Notice statistique industrielle sur la ville de Saint-Étienne et son arrondissement, Saint-Étienne, Société industrielle et agricole de Saint-Étienne, 3e série, vol. XXI, t. II « 2e partie »,‎ , p. 73-75 (ISSN 1256-3129, lire en ligne [in-8°]).  

Sources secondairesModifier

  • Philippe Hedde, « Fabrication des lacets », Indicateur du commerce, des arts et des manufactures de Saint-Étienne, Saint-Chamond et Rive-de-Gier, précédé d'un aperçu sur l'industrie de l'arrondissement de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Brun,‎ , p. 56-57 (lire en ligne [in-8°]).  
  • Lucien Auguste Thiollier, Notices industrielles : La chambre de commerce de Saint-Étienne, bustes et portraits. Vingt-trois héliogravures de Félix Thiollier, faites d'après les originaux des peintures et sculptures appartenant à la chambre de commerce, œuvres de Hippolyte Flandrin, Albert Maignan, Guillaume Montagny, etc., Saint-Étienne, Théolier et Cie, , XIII-125 p., in-4 (notice BnF no FRBNF31458253, lire en ligne), « Ch.-Fr. Richard-Chambovet », p. 18-23.  
  • Louis-Joseph Gras, Histoire de la rubanerie et des industries de la soie à Saint-Étienne et dans la région stéphanoise : suivie d'un historique de la fabrique de lacets de Saint-Chamond ; étude sur le régime économique et la situation générale depuis les origines jusqu'à nos jours, Saint-Étienne, Société de l’imprimerie Théolier, , VIII-886 p., 25 cm (OCLC 3640516, lire en ligne).  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • [vidéo] Vidéos du Parc du Pilat : Maison des tresses et lacets. La Terrasse-sur-Dorlay, de Parc naturel régional du Pilat, Vimeo, 2013, min 15 s [voir en ligne] : Tissage de lacets par des métiers de Perrault améliorés par Charles-François Richard.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ses quatre enfants, nés à Saint-Chamond sont : Jean Louis François (30 brumaire an XIII ()), Ennemond Julien (), François Jules (), Jeanne Françoise Marie Louise ()[11].
  2. Comme « moulinier » car il semble que l'activité de « fabricant de lacets » n'était pas encore reconnue.
  3. La demeure Richard-Chambovet a pour coordonnées 45° 28′ 35″ N, 4° 30′ 38″ E.
  4. L'hôtel particulier de Richard-Chambovet est en U. Sa cour ferme, au début du XXe siècle avec de monumentales grilles — visibles sur Wikimedia Commons — disparues au XXIe siècle. Il reste néanmoins présent au 44-48 rue de la République[N 3] alors qu'il est réparti en appartements avec une cour comblée de logements[17]. « Les avant-corps des balcons arborent les initiales familiales [Richard-Chambovet], l'année 1827 et la lyre, motif décoratif antique alors en vogue[18],[19]. »
  5. La cloche, Marie-Charlotte, de la chapelle de la maison des Ursulines qui est nouvellement érigée porte les prénoms de son épouse et le sien[20].
  6. Un tableau affiché à la mairie de Saint-Chamond reprend la liste de tous les maires de cette commune depuis sans aucune discontinuité. Il n'y figure pas. Ainsi, contrairement à ce qu'affirment certaines sources, il n'a jamais été maire de Saint-Chamond.
  7. À noter que le le conseil municipal de Saint-Chamond demande, en délégation, au Roi sa bénédiction et la décoration du Lys. Celles-ci sont décrites comme un signe distinctif et qui honore les amis du trône des Bourbons. Le Conseil municipal rappelle les industries, la morale et l'attachement de la commune à une pratique religieuse héritée des anciens et jamais démentie [malgré la tourmente révolutionnaire][24].
  8. Ci-contre sa signature figurant au dossier de la Légion d'honneur.
  9. Charles-François Richard — dit Richard-Chambovet — ne repose pas dans le caveau familial, qui abrite des contemporains et les générations suivantes dont fait partie son fils Jean-Louis Richard(-Vitton), à l'ancien cimetière de la Guillotière (commune jouxtant Lyon jusqu'à sa fusion en 1852), selon une photographie de la pierre tombale[29].
  10. La totalité de l'héliogravure de Richard-Chambovet par Félix Thiollier est visible ici sur Wikimedia Commons.
  11. Il apprend alors à « tordre ou filer la soie [brute, pour la rendre solide,] avec une sorte de moulin garni de bobines et de fuseaux[35] ».
  12. Le padou est un « ruban tissu [comprendre : tissé] moitié de fil et moitié de soie[37] ».
  13. La rubanerie de la région de Bâle — comme celle de Krefeld en Allemagne — est concurrente de celle de Saint-Étienne, d'où la surveillance technique développée par les manufacturiers français[39].
  14. Un métier à plusieurs fuseaux est mis au point par un mécanicien originaire de Zurich[38]. Ainsi « c'est du village d'Aiche [environ 14 km de Bâle[N 13]], en Suisse, que sortit le premier « métier à la barre » qui permit de tisser plusieurs rubans à la fois. On l'appela « métier à la zurichoise »[40]. »
  15. Les « soies à coudre » sont des « fils de soie pour la couture ».
  16. Le chevilleur est « celui qui apprête les soies écrues [c.-à-d. brutes] pour les fabricants et marchands[42] ».
  17. a et b Le fleuret est une « espèce de fil fait de la matière la plus grossière de la soie[44] ».
  18. Les lices sont les « pièces mobiles d'un métier à tisser, au moyen desquelles et [avec] des pédales on fait ouvrir les fils de la chaîne d'un tissu pour passer la navette et par conséquent le fil de la trame. […] Quand la chaîne est horizontale, tous les fils de la trame sont également dans un même plan horizontal, ce qui fait la basse lice ; et, si la chaîne est verticale, les fils de la trame forment aussi un plan vertical, d'où la haute lice[45] ».
  19. Les communes de Saint-Martin-en-Coailleux et de Saint-Chamond jouxtent intimement avant de fusionner le pour former avec d'autres le « grand » Saint-Chamond[46].
  20. En Allemagne, appartenant au duché de Berg, se trouve Krefeld, l'une des deux villes concurrentes de la région de Saint-Étienne en matière de rubanerie — l'autre ville est Bâle en Suisse. Elle fait l'objet de la part des manufacturiers français d'une surveillance technique[48].
  21. L'article, dont le contenu est relaté par Charles-François Richard est probablement celui du Journal de l'Empire — antérieurement Journal des débats et des décrets — du . Celui-ci précise « Duché de Berg […] À Elverfeld, on voit travailler […], 150 [métiers] pour les soieries : une machine à faire des lacets produit mille aunes par heure[50]. »
  22. Le Conservatoire des arts et métiers est créé par la loi du 22 prairial an VI (). Ainsi les machines qui semblent dignes d'intérêt sont regroupées et exposées en un seul lieu[51].
  23. « Démonstrateur, c'est-à-dire professeur faisant des démonstrations pratiques. Le directeur ou administrateur en chef était [Claude-Pierre] Molard[52]. »
  24. Le prénom de Perrault est déduit de la « Notice sur l'arrondissement de Lisieux » de 1837 qui le classe parmi les marchands-filateurs — c'est-à-dire parmi les « fileurs de coton » différenciés des « fabricants de lacets en coton » — au Mesnil-Guillaume[55] et de l'article « Les moulins de l'Orbiquet », qui indique l'autorisation d’installation d'une filature mécanique de coton en 1813, toujours au Mesnil-Guillaume, accordée à un dénommé Jean-Éléonor Perrault[56].
  25. a b et c Louis-Joseph Gras pense que Perrault a son activité plutôt à Laigle (Orne) qu'à Lisieux (Calvados)[54]. Les deux lieux sont exacts selon Jean-Éléonor[N 24] Perrault qui participe à l'élaboration d'une « Notice sur l'arrondissement de Lisieux » en 1837. Il y est écrit : « M. François-Michel Perrault, de Naufle, près de Laigle, est le premier qui ait importé en France les métiers à lacets. Ces métiers étaient en fer et venaient d'Allemagne. Son fils, M. Jean-Éléonor Perrault, négociant à Lisieux, est l'inventeur des métiers en bois employés aujourd'hui. Il en dépose le modèle au Conservatoire des arts et métiers de Paris[57]. »
  26. a et b Le , des lettres patentes sont accordées à Perrault pour son métier en bois construit après amélioration d'un modèle allemand en fer. Son dépôt officiel à l'hôtel de Mortagne a lieu en 1785 avant de rejoindre le Conservatoire des arts et métiers[58].
  27. Une autre source indique : « Près des moulins de Saint-Pierre[60]. »
  28. Une autre source indique qu'il installe « trente-sept autres métiers dans la moitié de la fabrique Montagnier, dont il venait de louer local, place Saint-Jean[60]. »
  29. Les premières et rares machines installées pour l’exploitation minière sont d’origine anglaise. Celle de Richard-Chambovet est construite à Lyon par un prisonnier anglais au service de M. Crépu mécanicien[65].
  30. Selon Alphonse Peyret la puissance de cette machine est de six chevaux[68].
  31. Auguste Thurner écrit en 1885 : « Un enthousiasme indescriptible accueillit Nina ; la mode s’empara du nom de la pauvre folle : il y eut des coiffures à la Nina, des manteaux à la Nina , etc.etc. Ce fut un délire, une frénésie[70]. »
  32. Le coton est passé par une « machine dont on se sert pour presser[73] ».
  33. Une cannetille est une « petite lame très fine d'or ou d'argent tortillée[86] ».

RéférencesModifier

  1. Registres paroissiaux (1469-1792) Bourg-Argental : baptêmes, mariages, sépultures : 3NUMRP1/1MIEC023X05 - De 1768 à 1774, Bourg-Argental, Archives départementales de la Loire, (lire en ligne), droite-gauche vue 68/107.
  2. [Ennemond] Richard, « Industrie séricole : De la culture du mûrier », Bulletin publié par la Société industrielle de l'arrondissement de Saint-Étienne, Saint-Étienne, Société industrielle de l'arrondissement de Saint-Étienne, 1833-1856, vol. 13 « 17e année »,‎ , p. 205-206 (ISSN 1256-3145, lire en ligne [in-8°]).
  3. René Bittard des Portes, Contre la Terreur : L'insurrection de Lyon en 1793 : le siège, l'expédition du Forez, d'après des documents inédits, Paris, Émile-Paul, , 2e éd., XI-586 p., in-8° (lire en ligne), chap. XIX (« Vivre à Lyon sous les bombes »), p. 347.
  4. a b et c Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 702.
  5. Henry Vaschalde, Les volontaires de l'Ardèche. 1792-1793, Paris, Émile Lechevalier, , 311 p., 1 vol., in-8° (lire en ligne), « Quatrième bataillon », p. 251-252.
  6. Thiollier 1894, p. 18.
  7. Ennemond Richard, Lettres de Saint-Chamond, adressées au Journal de Montbrison et de la Loire (tiré à part du Journal de Montbrison…, de à ), Montbrison, Imprimerie de Bernard, , 139 p., In-8° (lire en ligne), « N° du journal du  », p. 16.
  8. Pierre-Salomon Ségalas d'Etchepare, Essai sur la gravelle et la pierre considérées sous le rapport de leurs causes, de leurs effets et de leurs divers modes de traitement, Paris, Jean-Baptiste Baillière, , 643 p., 3 parties en 1 vol. in-8° (lire en ligne), partie 2, chap. XII (« Du traitement curatif des pierres vésicales »), p. 231.
  9. a et b État civil. Commune Saint-Chamond Mariages (1797-1800) : /1MIEC208X15 - De 1797 à 1800, Saint-Chamond, Archives départementales de la Loire, (lire en ligne), vues 167-168/401 - Acte 63.
  10. Thiollier 1894, p. 17-18.
  11. État civil Commune Saint-Chamond : Table décennale Naissances. - 3NUMTD11/4E208/1 - De 1803 à 1812, Saint-Chamond, Archives départementales de la Loire, 1803 à 1812 (lire en ligne), vues 71-72/2699 et État civil Commune Saint-Chamond : Table décennale Naissances. - 3NUMTD12/4E208/1 - De 1813 à 1822, Saint-Chamond, Archives départementales de la Loire, 1813 à 1822 (lire en ligne), vues 261 et 265/2699.
  12. Gras 1906, chap. X 2e, chap. XXVII 2e, p. 165, 681 n. 1.
  13. « Notice : Sur la Société d’agriculture, sciences, arts et commerce de Saint-Étienne », Bulletin d'industrie agricole et manufacturière, op. cit., 2e série, vol. 1 « 11e année »,‎ , p. 6-7 (lire en ligne).
  14. Bayon, « Extraits des procès-verbaux de la Société d'agriculture, arts et commerce de l'arrondissement de Saint-Étienne : Séance du  », Bulletin d'industrie agricole et manufacturière, Saint-Étienne, Société d'agriculture, arts et commerce de l'arrondissement de Saint-Étienne (Loire), vol. 1,‎ , p. 174-175 (ISSN 1256-3129, lire en ligne [in-8°]).
  15. P. 1824, p. 27-29.
  16. Hervé Reynaud (dir. publication), « Les hôtels Richard-Chambovet, Ennemond Richard et Pâtissier », sur www.saint-chamond.fr, Saint-Chamond, Ville de Saint-Chamond (consulté le ).
  17. Hervé Reynaud (dir. publication), « Les hôtels Richard-Chambovet, Ennemond Richard et Pâtissier » [jpg] (consulté le ), photo 5/8.
  18. Hervé Reynaud (dir. publication), « L'hôtel Richard-Chambovet : XIXe siècle » [PDF], sur www.saint-chamond.fr, Saint-Chamond, Ville de Saint-Chamond (consulté le ), vue 1.
  19. Hervé Reynaud (dir. publication), « Les hôtels Richard-Chambovet, Ennemond Richard et Pâtissier » [jpg] (consulté le ), photo 6/8.
  20. a et b James Condamin, Histoire de Saint-Chamond et de la seigneurie de Jarez depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris, A. Picard, , XXXI-748 p., 31 cm (lire en ligne), partie 1, chap. IV 5e section (« Saint-Chamond au XIXe siècle »), p. 536 n. 1.
  21. « Tableau de la Société industrielle, au  », Bulletin d'industrie agricole et manufacturière, op. cit., 2e série, vol. 1 « 11e année »,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  22. (en) Elinor Ann Accampo, Industrialization, family life, and class relations : Saint-Chamond, 1815-1914 [« Industrialisation, vie de famille et relations de classes : Saint-Chamond, 1815-1914 »] (Publication gouvernementale provinciale, Ressource Internet), Berkeley, California Digital Library et University of California Press, coll. « UC Press E-Books Collection, 1982-2004 », , XVII- 301 p., 24 cm (ISBN 978-0-520-06095-1 et 0-5200-6095-4, lire en ligne), partie 2, chap. 5 (« Elite Response to Social Problems »), p. 142.
  23. a b et c Thiollier 1894, p. 22.
  24. (en) Elinor Ann Accampo, Industrialization, family life, and class relations : Saint-Chamond, 1815-1914, op. cit., (lire en ligne), partie 2, chap. 5 (« Elite Response to Social Problems »), p. 144 n. 4.
  25. « Cote LH/2319/76 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  26. Exposition publique des produits de l'industrie française, Exposition des produits de l'industrie française. Rapport du jury central en 1839, t. 1, Paris, Louis Bouchard-Huzard, , LV-545 p., 3 vol. in-8 (lire en ligne), partie 5, chap. III (« Bonneterie »), p. 337.
  27. a b et c Gérard-Michel Thermeau, Robert Estier et Dominique Barjot (dir.), Loire, Saint-Étienne, Paris. Le Mans, Picard et Éditions Cenomane, coll. « Les patrons du Second Empire » (no 11), , 208 p., 24 cm (ISBN 978-2-7084-0870-8), p. 174.
  28. État civil (1793-1909) Commune Saint-Chamond Naissances Mariages Décès : 3NUMEC1/3E208_28 – 1851, Saint-Chamond, Archives départementales de la Loire, (lire en ligne), vue 127/179 - Acte 77.
  29. Calyste (pseudonyme), « Potomac » [jpg] (blog), sur 1.bp.blogspot.com, (consulté le ), Au hasard des allées.
  30. Gérard-Michel Thermeau, Robert Estier et Dominique Barjot (dir.), Loire, Saint-Étienne, op. cit., p. 175.
  31. Gilbert Gardes (dir.), Joseph Colomb et al., Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire : La vallée du Gier, le Pilat, Le Coteau, Horvath, , 434 p., 25 cm (ISBN 2-7171-0333-3), « Le canton de Saint-Chamond », p. 178.
  32. « Rue Richard-Chambovet », sur Google Maps, Google, (consulté le ).
  33. Louis-Joseph Gras, « La Chambre de commerce de la région de Saint-Étienne », Le Monde illustré, Paris, s.n., vol. II « Les grandes régions de France », no 3369 « La région stéphanoise »,‎ , p. 55 col. 3 (vue 18/52) (ISSN 0996-228X, lire en ligne).
  34. Thiollier 1894, p. 17-23.
  35. Dictionnaire de l'Académie française, huitième édition, « Mouliner », sur The ARTFL Project (Site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l’ETS de l’Université de Chicago), Librairie Hachette, 1932-1935 (consulté le ).
  36. a b et c Thiollier 1894, p. 19.
  37. Dictionnaire de l'Académie française, cinquième édition, « Padou », sur The ARTFL Project (site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l'ETS de l’Université de Chicago), J. J. Smits, (consulté le ).
  38. Z., « La fabrication des rubans », Le Censeur : Journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, Lyon, s.n., no 1009,‎ , p. 1 col. 2 (ISSN 2019-5486, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  39. Luc Rojas, « Transfert de technologie et circulation de l'information technique : les rubaniers stéphanois à la recherche de l'information technique au sein de la fabrique bâloise (XVIIIe – XXe siècles) », Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d'histoire, Zurich, Chronos Verlag, vol. 17 « 17e année », no 3 « Transfert de technologie. Étude du cas suisse, XVIIIe – XXe siècles. Technologietransfer / Analyse der schweirischen. Entwicklung, 18-20. Jahrhundert »,‎ , p. 55-59 (ISSN 1420-4355, lire en ligne, consulté le ).
  40. Gras 1906, chap. IV, p. 66.
  41. Denis Woronoff, La République bourgeoise : de thermidor à brumaire, 1794-1799 (titre d’ensemble : Nouvelle histoire de la France contemporaine ; 3), Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 103), , nouvelle éd., 250 p. (ISBN 2-0206-7633-8), partie 4, chap. 1 (« Économie et politique »), p. 113-115.
  42. Émile Littré, Dictionnaire de l'Académie française Supplément au dictionnaire, « Chevilleur », sur The ARTFL Project (site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l'ETS de l’Université de Chicago), Hachette, 1872-1877 (consulté le ).
  43. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 702-703.
  44. Dictionnaire de l'Académie française, sixième édition, « Fleuret », sur The ARTFL Project (Site conjoint à l'ATILF, au CNRS, et à l'ETS de l'Université de Chicago), Paul Dupont, (consulté le ).
  45. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, « Lice », sur The ARTFL Project (site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l'ETS de l'Université de Chicago), Hachette, 1872-1877 (consulté le ).
  46. Samuel Bouteille, Anne-Marie Yanez (recherches historiques) et Claude Fraisse (participation) (ill. Laurent Guilhot et Céline Landy), « Saint-Chamond : Histoire d’un territoire » [PDF], sur www.saint-chamond.fr, Ville de Saint-Chamond, (consulté le ), p. 6, 18.
  47. (notice BnF no FRBNF32797692).
  48. Luc Rojas, « Transfert de technologie et circulation de l'information technique : les rubaniers stéphanois à la recherche de l'information technique au sein de la fabrique bâloise (XVIIIe – XXe siècles) », Traverse : Zeitschrift für Geschichte = Revue d'histoire, op. cit., vol. 17, no 3,‎ , p. 55 (lire en ligne, consulté le ).
  49. a et b de la Tour-Varan et Richard 1851, p. 73-74.
  50. [Conrad] Malte-Brun, « Variétés : Notice sur le royaume de Bavière » (3e et dernier article), Journal de l'Empire, Paris, s.n.,‎ , p. 3 col. 2 (lire en ligne, consulté le ).
  51. [Gérard-Joseph] Christian, Conservatoire national des arts et métiers (éd. scientifique), Catalogue général des collections du Conservatoire royal des arts et métiers, Paris, imp. Mme Huzard, , XX-167 p., in-8 (lire en ligne), « Notice sur le Conservatoire royal des arts et métiers », p. III-VII.
  52. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 704 n. 3.
  53. [Ennemond] Richard, Dictionnaire universel théorique et pratique, du commerce et de la navigation, vol. II : H à Z, Paris, Guillaumin et Cie, , 1828 p., 2 vol. ; in-8 (lire en ligne), « Lacets », p. 280-281.
  54. a et b Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 706.
  55. Jean-Éléonor Perrault, Éléonor Perrier et Guillotin fils, « Notice sur l'arrondissement de Lisieux : Industrie », Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, Caen, Association normande « 1838 - 4e année »,‎ , p. 104, 113 (ISSN 0755-2475, lire en ligne, consulté le ).
  56. Phillipe Dupré, « Les moulins de l'Orbiquet » (intervention à l'auditorium des Archives le ), Les Cahiers des Archives départementales du Calvados, Caen, Archives départementales du Calvados, no 7 « Au fil des moulins »,‎ , p. 5 col. 2 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  57. Jean-Éléonor Perrault, Éléonor Perrier et Guillotin fils, « Notice sur l'arrondissement de Lisieux : Industrie », Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, op. cit., « 1838 - 4e année »,‎ , p. 115 (lire en ligne, consulté le ).
  58. a et b Charles Ballot (préf. Henri Hauser), L’introduction du machinisme dans l’industrie française : publié d'après les notes et manuscrits de l'auteur par Claude Gérel, Genève, Slatkine reprints, , XVII-575 p., 1 vol. ; 23cm (notice BnF no FRBNF37250691, lire en ligne), chap. V (« Machinisme appliqué au tissage »), p. 260.
  59. a b et c Thiollier 1894, p. 20.
  60. a et b James Condamin, Histoire de Saint-Chamond et de la seigneurie de Jarez depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, op. cit. (lire en ligne), partie 2, chap. 3e section (« La soie »), p. 640.
  61. Charles Ballot (préf. Henri Hauser), L'introduction du machinisme dans l’industrie française : publié d'après les notes et manuscrits de l'auteur par Claude Gérel, op. cit. (lire en ligne), chap. V, p. 261.
  62. Alexandre Moreau de Jonnès, « Le commerce au 19e siècle : ouvrage qui a remporté le prix décerné par l’Académie royale de Marseille », Bulletin d’industrie agricole et manufacturière, op. cit., vol. 4,‎ , p. 114 (lire en ligne).
  63. de la Tour-Varan et Richard 1851, p. 74.
  64. Hedde 1830, p. 56.
  65. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 708.
  66. Jean de La Tynna et Sébastien Bottin, « Avis tardifs et changements pendant l'impression : Loire - St-Chamont - Fabrique de lacets », Almanach du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, Paris, Bureau de l'Almanach du commerce,‎ , p. 1219-1220 col. 1 (ISSN 1770-6769, lire en ligne).
  67. a et b P. 1824, p. 28.
  68. a et b Alphonse Peyret, Statistique industrielle du département de la Loire, Saint-Étienne, Delarue, , IV-233 p., in-8° (lire en ligne), chap. VII (« Verreries, industries diverses »), p. 178-179.
  69. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 707.
  70. Auguste Thurner, Les Transformations de l'opéra-comique, Paris, Castel, , 288 p., in-18° (lire en ligne), chap. V, p. 73.
  71. Gilbert Gardes (dir.), Joseph Colomb et al., Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire : La vallée du Gier, le Pilat, op. cit. (ISBN 2-7171-0333-3), « Le canton de Saint-Chamond », p. 201 col. 2.
  72. a et b Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 709.
  73. Dictionnaire de l'Académie française, sixième édition, « Calandre », sur The ARTFL Project (Site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l’ETS de l’Université de Chicago), Firmin-Didot frères, (consulté le ).
  74. P. 1824, p. 29..
  75. a et b Hedde 1830, p. 56-57.
  76. Louis-Benjamin Francœur, Molard jeune, Anselme Payen, Louis Sébastien Le Normand, Henri-Edmond Robiquet et al., Dictionnaire technologique ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers, et de l'économie industrielle et commerciale, vol. 6 : Guêt-Lyre, Bruxelles, Lacrosse et Cie, , 476 p. (lire en ligne), « LAC », p. 272 col. 1.
  77. a et b Jabin, « Rapport fait au nom d’une commission sur le calorifère construit par M. E. Richard : dans le ateliers de MM. Richard-Chambovet et compagnie, fabricants de lacets à Saint-Chamond », Bulletin industriel, Saint-Étienne, Société d'agriculture, sciences, arts et commerce de l'arrondissement de Saint-Étienne (Loire), vol. 9,‎ , p. 84-102 (ISSN 1256-3129, lire en ligne [in-8°]).
  78. France, « Ordonnances », Bulletin des lois, Paris, Imprimerie nationale, vol. VII, no 244 « 2e partie, 1e section, IXe série »,‎ , p. 60-61, article no 4919 (notice BnF no bpt6k6532625r, lire en ligne, consulté le ).
  79. Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique pittoresque et biographique, t. I, Nantes, Suireau, , XXXV-706 p., 9 parties en 4 vol. in-8° (lire en ligne), partie 2, « Loire et Saône et Loire », p. 273 n. 1.
  80. Jabin, « Rapport fait au nom d’une commission sur le calorifère construit par M. E. Richard : dans le ateliers de MM. Richard-Chambovet et compagnie, fabricants de lacets à Saint-Chamond », Bulletin industriel, op. cit.,‎ , p. 97-98 (lire en ligne).
  81. (en + fr) Mike Atkinson (autorité de surveillance), « Metric conversions » [« Convertisseur Métrique »], sur www.metric-conversions.org, Île de Wight, Wight Hat Ltd., mis à jour 18 février 2020 (consulté le ), Réaumur en Celsius.
  82. Jabin, « Rapport fait au nom d’une commission sur le calorifère construit par M. E. Richard : dans le ateliers de MM. Richard-Chambovet et compagnie, fabricants de lacets à Saint-Chamond », Bulletin industriel, op. cit.,‎ , p. 98-99 (lire en ligne).
  83. Jabin, « Rapport fait au nom d’une commission sur le calorifère construit par M. E. Richard : dans le ateliers de MM. Richard-Chambovet et compagnie, fabricants de lacets à Saint-Chamond », Bulletin industriel, op. cit.,‎ , p. 99 (lire en ligne).
  84. Philippe Hedde, Revue industrielle de l'arrondissement de Saint-Étienne : suivie de l'Indicateur du commerce, des arts et des manufactures de Saint-Étienne, avec le plan de la ville et la carte de l’arrondissement, Saint-Étienne, Janin, , 90 p., 1 vol.; in-8 (lire en ligne), « Fabrication des lacets », p. 59.
  85. « Tableau des brevets d’invention et de perfectionnement délivrés dans l’arrondissement de Saint-Etienne, années 1833-34-35-36-37 et 38 », Bulletin, Société industrielle de l’arrondissement de Saint-Étienne (agriculture, sciences, arts et commerce), vol. 17,‎ , p. 196 (lire en ligne).
  86. Dictionnaire de l'Académie française, sixième édition, « Cannetille », sur The ARTFL Project (site conjoint à l’ATILF, au CNRS, et à l’ETS de l’Université de Chicago), Firmin-Didot frères, (consulté le ).
  87. France, « Les personnes ci-après sont brevetées définitivement : MM. Richard-Chambovet et compagnie », Bulletin des lois du Royaume de France, Paris, Imprimerie royale, 9e série « 2e partie – ordonnances – 1re section », no 244,‎ , p. 60 no 25 - p. 60-61 no 30 (ISSN 1272-6397, lire en ligne).
  88. Alphonse Peyret, Statistique industrielle du département de la Loire, op. cit., (lire en ligne), chap. I (« Rubanerie »), p. 32.
  89. Luc Rojas, L’industrie stéphanoise : de l’espionnage industriel à la veille technologique, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « L'esprit économique. Série Économie et innovation », , 206 p., 1 vol. ; 22 cm (ISBN 978-2-296-09155-9, lire en ligne), p. 58.
  90. Michel Gourinat, De la philosophie : classes terminales, classes préparatoires aux grandes écoles, premier cycle d'enseignement supérieur, vol. 2, Paris, Hachette Éducation, , 2e éd., 897 p., 21 cm (ISBN 978-2-0118-1772-3), « L’histoire », p. 802.
  91. Isidore Hedde, Études séritechniques sur Vaucanson, Paris, E. Lacroix, , 120 p., in-8° (lire en ligne), chap. XVI (« Machine à faire des lacets »), p. 79.
  92. Jean-Charles Asselain, « Révolution industrielle », sur www.universalis.fr, Boulogne-Billancourt, Encyclopædia Universalis France (consulté le ), p. Le débat sur les origines de la révolution industrielle.  
  93. Gras 1906, chap. XXVII 2e, p. 685-688.
  94. Gras 1906, chap. XXVII 2e, p. 686.
  95. (de) Stadtbaurat Schülke, « Einfluss des Untergrundes und der Bodenbeschaffenheit auf die Gewerbthätigkeitdes Bergischen Landes : Klöppelei oder Flechterei von Schnüren, Litzen, Spitzen » [« Influence du sous-sol et de la nature du sol sur l'activité commerciale du pays de Bergisches : Dentelle au fuseau ou tressage de cordons, torons, lacets et similaires »], Festschriftfür die XXXIV Hauptversammlung Vereins Deutscher Ingenieure, Bergisclien Bezirks-Verein, vol. 34,‎ , p. 31 (OCLC 873434202, lire en ligne, consulté le )
  96. (de) Adolf Werth, « Geschichtlicher Ueberblick besonders über die Entwickelung der Industrie : Zur Geschichte der Schwesterstädte Elberfeldund Barmen » [« Aperçu historique, en particulier sur le développement de l'industrie : Sur l'histoire des villes sœurs Elberfeld et Barmen »], Festschriftfür die XXXIV Hauptversammlung Vereins Deutscher Ingenieure, Bergisclien Bezirks-Verein, vol. 34,‎ , p. 46 (OCLC 873434202, lire en ligne, consulté le ).
  97. Isidore Hedde, Études séritechniques sur Vaucanson, op. cit., (lire en ligne), chap. XVI (« Machine à faire des lacets »), p. 78.
  98. Gras 1906, chap. XXVII 2e, p. 689.
  99. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 705-706.
  100. Conservatoire national des arts et métiers, Catalogue du musée : Section T, Industries textiles, teintures et apprêts, , 221 p., 22 cm (lire en ligne), Industries textiles diverses, « Tresses et lacets T77 », p. 176, 179.
  101. Gras 1906, chap. XXVII 3e, p. 684.
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 2 décembre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 2 décembre 2020 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.