Ouvrir le menu principal

Urbanisme

planification urbaine et la gestion de la cité
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Urbanisme (homonymie).
Gratte-ciel vus depuis la Tour du CN à Toronto (Canada).
Vue d'un quartier de Pachuca (Mexique).

L’urbanisme désigne l'ensemble des sciences, des techniques et des arts relatifs à l'organisation et à l'aménagement des espaces urbains. Ce projet peut être sous tendu par une volonté d'assurer le bien-être de l'homme et d'améliorer les rapports sociaux en préservant l'environnement[1]. Les professionnels qui exercent ce métier sont des urbanistes.

Selon les traditions académiques, cette discipline est associée tantôt à l'architecture, tantôt à la géographie, selon l'aspect mis en avant, l'intervention urbaine ou l'étude théorique. En France, l'enseignement et la recherche universitaire dans ce champ relèvent d'une section spécifique du Conseil national des universités (24, Aménagement de l'espace, Urbanisme).

L'urbaniste Pierre Merlin précise que « les géographes ont souvent eu tendance à considérer, en France notamment, l'aménagement (et en particulier l'aménagement urbain, voire l'urbanisme) comme un prolongement naturel de leur discipline. Il s'agit en fait de champs d'action pluridisciplinaires par nature qui ne sauraient être l'apanage d'une seule discipline quelle qu'elle soit. Mais la géographie, discipline de l'espace à différentes échelles, est concernée au premier chef »[2].

Sommaire

Histoire et conceptualisation de l'urbanismeModifier

Article détaillé : histoire de l'urbanisme.

Apparition du conceptModifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Qu'est-ce que l'urbanisme ? Si l'on entend par urbanisme la traduction volontaire dans l'espace d'un mode d'organisation et de gestion des hommes et de leurs activités, l'urbanisme apparaît très tôt dans l'Antiquité et avant même les premières formalisations grecques puis romaines. Le hiéroglyphe égyptien qui signifie la ville est déjà l'expression d'associer dans un même espace délimité (par un cercle) des hommes et des femmes avec des métiers et des activités différentes, reliés ensemble par des voies que les romains appelleront cardo et un decumanus greffant ainsi la cité sur le cosmos. Les Mésopotamiens ont aussi une iconographie similaire[3]. La ville est donc directement le produit du politique, le terme étant pris au sens étymologique et le terme "politique" a pour origine le terme grec de "polis" qui désigne la ville comme institution. L'homme pour les philosophes grecs, Platon et Aristote notamment, un animal politique et l'organisation de la ville doit lui permettre de devenir un acteur du destin collectif en devenant citoyen, là encore le terme renvoie à la cité,"civis" chez les Romains. Par là il devient civi-lisé, il devient poli et policé, deux termes qui se souchent là encore sur la ville, c'est-à-dire capable de vivre d'autres qui sont égaux et différents pour reprendre le terme du sociologue Alain Touraine (Comment vivre ensemble égaux et différents). Cette ville là qui fait l'objet d'une réflexion philosophie et politique préalable se fonde sur la "démocratie" même si elle est à l'époque de Platon toute relative. Elle s'organise autour d'un espace vide, l'agora (le forum pour les Romains) qui est par excellence le lieux des échanges. Cet espace est entouré des institutions qui structurent la vie de la Cité : la salle de l'assemblée politique et les temples notamment. Ce n'est pas d'abord le marché qui fonde la cité mais bien la vie sociale et politique de ses habitants même si elle prend en compte les autres fonctions : sanitaires (thermes), culturelles (théâtre), économiques(marché, port...), sportives (gymnase), récréative (stade), formation (académies)... Saint Augustin met en parallèle la cité de Dieu et celle des hommes.

Cette réflexion sur la traduction dans l'espace d'une société pensée comme idéale va réapparaître à la Renaissance avec Rabelais et son abbaye de Télème, Thomas More avec son Utopia ou Johann Valentin Andreae avec sa Christianopolis. De nombreux dessins de villes idéales apparaissent à la Renaissance dans toute l'Europe avec Francesco Giorgio di Martini, Pietro Cataneo, Francesco de Marchi...

Les besoins politiques comme défensifs et le développement des colonisations vont générer de nombreuses villes nouvelles de par le monde et certaines relevant d'un plan régulé à l'instar des villes romaines et gallo-romaines. Les rois font réaliser des places royales avec des plans d'embellissement de la ville.

Le bouleversement de la révolution industrielleModifier

Le développement de l'industrialisation va entrainer un afflux de population vers les villes pour faire face aux besoins de main d'œuvre. Face au développement anarchique et insalubre des faubourgs, se développe une analyse critique et aussi de nombreuses théories sur la ville pour améliorer le « vivre ensemble » avec Fourrier par exemple, Ebenezer Howard... C'est à partir de là que va se développer aussi le premier mouvement « urbanistique » avec la création en 1899 par Howard de la Town and Country Planning Association, l'association pour la planification des villes et des campagnes. C'est aussi à la fin du XIXe siècle que l'Allemagne met en place les premières obligations de planifier le développement des villes et l'aménagement du territoires.

Le terme « urbanisme » apparait avec l’ingénieur catalan, Ildefons Cerdà et son ouvrage Théorie générale de l'urbanisation paru en 1867[4]. Il fit son apparition en France en 1910 à la suite d'une parution dans le Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie sous la plume de Pierre Clerget. En 1911, la Société française des urbanistes (SFU)[5] est fondée à partir des membres du Musée social; Ce "musée" qui est avant tout un conservatoire des expériences en matière sociale, est issu des courants humanistes et hygiénistes de la fin du XIXe siècle. La SFU institution réunit depuis ses origines les urbanistes de tous modes d’exercice (public, para public et privé) sur la base de critères professionnels. Ses actions constituent une véritable force de propositions, qui se manifeste notamment dans la vision des urbanistes pour la ville du XXIe siècle et la Nouvelle Charte d’Athènes[Quoi ?]. La SFU représente les urbanistes de France au Conseil européen des urbanistes.

L'urbanisme de FranceModifier

L'urbanisme en France se développe en même temps que le métier d'urbaniste à partir des réflexions menées à la fin du XIXe siècle, les travaux des membres du Musée social avant la première guerre mondiale et des CIAM après la seconde guerre mondiale.

En dehors des approches fonctionnelles du XXe siècle, à titre d'exemple contraire, nous pouvons évoquer la Cité-jardin développée en théorie comme en pratique par Ebenezer Howard à la fin du XIXe siècle avec la construction de deux villes en Angleterre : Letchworth et Welwyn. C'est là un modèle qui fut largement utilisé dans le contexte de la reconstruction de l'après-guerre par Henri Sellier dans le département de la Seine, à Reims, à Ternier, à Laon

C’est à partir de 1953 que l’école des beaux-arts de Paris enseigne l’urbanisme à ses étudiants. Un ouvrage de référence de Françoise Choay permet de mieux saisir les principaux enjeux de l’urbanisme, sous une forme pédagogique : Urbanisme, Utopies et réalité (1965), qui est une anthologie des différents concepts urbanistiques développés depuis plusieurs siècles.

La reconstruction après la seconde guerre mondiale et le boom démographique (baby boom) qui s'ensuivit a nécessité de construire des logements en grand nombre. Ce fut l'époque des ZUP (zones à urbaniser en priorité) de plusieurs centaines de logements voire milliers. Cette production en logements en série à la périphérie dans grandes agglomérations dans des quartiers souvent mal équipés et mal desservis par les transports en commun posa rapidement de nombreux problèmes notamment avec la crise économique après le début des années 70. De nombreux plans se succèdent pour faire face à la dégradation rapide de ces quartiers et de leurs habitats : HVS (habitat et vie social) 1977-1981, DSQ (développement social des quartiers) 1981-1984, Banlieues 89 avec Roland Castro et Michel Cantal-Dupard... Un Comité Interministériel pour la Ville est créé en 1984 avec la volonté de créer une véritable politique de la ville avec en 1990 un ministère dédié dont Michel Delebarre est le Ministre. En juillet 1991, la loi d’orientation pour la ville (LOV). Cette loi a pour objectif de mettre en œuvre le droit à la ville et de créer les conditions de vie et d’habitat favorisant la cohésion sociale et de nature à éviter ou faire disparaître les phénomènes de ségrégation. Sont alors mis en place les GPU (grands projets urbains). La loi SRU (Solidarité et renouvelle urbain) vient en 2000 complèter le dispositif.

La politique des villes nouvelles menées par la DATAR permet une réflexion plus globale sur la nature même de la ville. Ces villes sont :

L'échec ressenti des grandes opérations d'aménagement de l'après-guerre - grandes opérations inspirées de la vision moderniste des CIAM - remet en cause une vision par trop fonctionnaliste voire strictement économique ou technique (urbanisme de tuyaux). Par ailleurs, dans le cadre d'une approche plus compétitive au niveau européen voire mondial se développe une politique d'aménagement et d'urbanisme au niveau à une échelle qui dépasse le stade ancien de l'agglomération : Grand Paris, Grand Lyon, Grand Reims... Cette politique est confortée par la loi ALUR qui contraint au regroupement communal retirant aux maires proches de leur population la compétence en matière d'urbanisme hormis la délivrance des permis de construire.

Histoire de sa mise en pratiqueModifier

Le plan hippodamien a été largement utilisé par les Romains dans leur expansion coloniale en Europe et a été repris à partir du XVIIe siècle pour la construction des villes sur le continent américain notamment comme La Nouvelle-Orléans puis en Afrique du Nord au XIXe siècle avec Lyautey. Il faut aussi noter l'expérience spécifique et originale des bastides dans le Sud-Ouest de la France avec 300 à 500 établissements nouveaux créés en 200 ans sur un même et unique modèle, fait unique dans l'histoire de l'urbanisation[6]. Il existe enfin des villes qui relève d'un projet utopique à la recherche de la cité idéale comme Chandigarh en Inde avec Le Corbusier ou Auroville non loin de Pondichéry.

Une activité pluridisciplinaireModifier

L'urbanisme est marqué par la pluridisciplinarité des savoirs qui le composent mais il ne peut se limiter à eux seuls ni à leur somme. On doit envisager l'urbanisme non pas sous l'angle des outils qu'ils soient théoriques ou techniques, mais de l'objet même qu'est la ville, sa conception, son développement et se gestion.

On retrouve les sciences et politiques suivantes :

L'urbanisme n'est pas une branche de la géographie même si cette dernière concerne une part de certaines activités des professionnels de l'urbanisme. Au XXIe siècle, des chercheurs comme Pierre Merlin mettent en évidence le manque d'indépendance des formations en urbanisme qui sont encore trop orientées vers la géographie, l'économie, l'architecture, etc. On demande aussi à l'urbaniste à contribuer à l'aménagement des villes où il fait bon vivre en bonne santé (hygiénisme), où la violence[7],[8] et la « criminalité urbaine » trouveraient aussi peu que possible à s'exprimer ou à se développer ; sans tomber dans des modèles relevant de ce que certains auteurs ont appelé un « urbanisme de la peur »[9],[10].

Urbanisme : théorie et pratiqueModifier

Dans le champ professionnel, on peut classer en plusieurs catégories l'urbanisme : l'urbanisme théorique, l'urbanisme pratique, l’urbanisme réglementaire administratif restrictif-incitatif et l’urbanisme opérationnel d’action sur le terrain par des opérations concrètes[11].

Urbanisme théoriqueModifier

L'urbanisme n'est pas, comme le montre Françoise Choay qu'une discipline qui aurait pour champ d'application la ville. C'est d'abord un champ de réflexion sur l'organisation des hommes et de leurs activités dans le temps et dans l'espace et ce depuis Platon et Aristote qui considèrent l'homme comme un "animal politique". C'est le fondement même de la Cité. On peut considérer que l'urbanisme apparaît de facto avec Hippodamos et le plan de la ville de Millet en Turquie et aussi ceux que les Cités adoptent pour leurs colonies dans le pourtour du Bassin Méditerranéen. Ce modèle sera repris par les Romains lors de la constitution de leur Empire et dont on retrouve la trace dans la plupart des villes d'Europe. Ces derniers s'appuient sur la technique de leurs arpenteurs (agrimensor).

La réflexion philosophique sur la ville réapparaît dès le Moyen Age avec la notion de régularité. Les bastides du Sud-ouest en sont sans doute la traduction la plus intéressante. Nous trouvons chez François Rabelais (1483-1553) et Thomas More (1478-1535) les premiers écrits qui évoquent la ville idéale, utopique. C'est à la Renaissance que vont apparaître les premiers plans de villes idéales avec notamment Francesco di Giorgio Martini (1439-1502), Pietro Cataneo (1510-1569), Francesco de Marchi (1504-1576)...

L'urbanisme du XVIIIe siècle est avant marqué par les plans d'embellissement des villes la plupart du temps afin de célèbre la grandeur du roi avec des places royales comme à Reims par exemple. Mais c'est à partir du développement industriel qui va engendrer une émigration importante vers les villes que va se développer la réflexion sur la ville avec un certain nombre d'utopies dont certaines verront le jour comme Letchworth Garden City et dues à Ebenezer Howard, , les Salines d'Arc et Senans avec Claude Nicolas Ledoux... On peut aussi évoquer le Phalanstère de Charles Fourrier et le Familistère de Guise dans l'Aisne avec Jean Baptiste Godin... On peut encore évoquer la baron Haussmann qui refaçonne Paris en partie à des fins politiques.

Les conquêtes coloniales sont aussi l'occasion de créer de nouvelles villes qui s'appuient sur une réflexion urbanistique comme Washington avec l'urbaniste Charles André Lenfant ou les villes d'Afrique du Nord avec Lyautey.

C'est à la fin du XIXe siècle qu'apparaissent les premières lois visant à mettre à une organisation de l'espace anarchique et spéculative et notamment pour lutter contre les lotissements insalubres. Se développe en parallèle une réflexion sur l'habitat ouvrier notamment dans le cadre des Expositions Universelles et sa section d'économie sociale dirigée par Frédéric Le Play. Cela va induire la naissance du mouvement HBM et aussi une réflexion sur une approche qui dépasse la seule problématique du logement notamment avec les Cités-Jardins. C'est à partir du mouvement international des cités-jardins que va, en France, se développer l'urbanisme autour du Musée social. Les premières lois d'urbanisme de 1919 et 1924 dites lois Cornudet son directement inspirées par les membres du Musée sociale de cette époque comme le montrent Jean-Pierre Gaudin[12] et François-Xavier Tassel[13].

Une histoire de la ville commence à s'écrire au XXe siècle avec Léonardo Benevolo, Pierre Lavedan, Michel Ragon... Les sociologues contribuent à une approche plus sociologique avec des centres universitaire de recherche comme le Centre de Sociologie Urbaine de Grenoble ou autour d'Henri Lefbvre à l'Université de Vincennes et qui écrit un ouvrage qui fera date : Le droit à la ville[14]. La réflexion théorique se poursuit avec notamment Françoise Choay à partir de son ouvrage : L'urbanisme, réalités et utopies[15]. La réflexion philosophique se poursuit avec notamment les travaux d'Olivier Mongin, Thierry Paquot, Agustin Berque...

Urbanisme pratiqueModifier

A partir des années soixante-dix, va se développer en France et en Belgique un urbanisme pratique pour reprendre le terme de praxis employé par Henri Lefebvre. Ce champ est celui, dans une approche autogestionnaires porté par les syndicats et les associations locales, de la volonté des habitants non seulement à participer aux décisions urbanistiques les concertant mais aussi contribuer à l'élaboration des projets[16]. Il s'agit pour eux de faire contrepoids à la technostructure, les professionnels comme les élus et aménageurs, notamment aux travers d'Ateliers Publics d'urbanisme. Cela deviendra ce que l'on appelle l'urbanisme participatifs. Parmi les opérations exemplaires on peut citer l'Alma Gare à Roubaix[17], La ZAC du Mont Hermé à Saint Brice Courcelles[18] près de Reims ou encore le quartier des Marolles à Bruxelles avec Lucien Kroll. Ces expériences ont été à l'origine de l'introduction des lois obligeant à une plus grande information voire concertation

La gouvernance des projets en matière d'urbanisme et d'aménagement revient à l'ordre du jour au delà des luttes symboliques comme Notre Dames des Landes[19]. Le philosophe Thierry Paquot invite à nouveau les habitants à se saisir de la ville avec son ouvrage L'urbanisme, c'est notre affaire[20].

Projet urbainModifier

Les urbanistes participent aussi à l'approche globale du développement des villes ou de leurs quartiers notamment en élaborant avec les responsables locaux et parfois les populations concernées à des projets urbains[21] qui prennent en compte en amont de la mise en forme spatiale des objectifs plus globaux qui sont ensuite déclinés par secteurs et activités.

Les notions traditionnelles de plan et de planification sont progressivement remplacées par celles de développement urbain durable et de projet urbain. Le projet urbain présente plusieurs dimensions, et peut être défini comme suit : « Le projet urbain est à la fois un processus concerté et un projet territorial : il consiste à définir et mettre en œuvre des mesures d’aménagement sur un territoire urbain donné, en partenariat avec tous les partenaires civils et institutionnels concernés, intégrant les différentes échelles territoriales et le long terme, en vue d’un développement urbain durable.

Urbanisme réglementaireModifier

Le domaine dit "urbanisme règlementaire" consiste à élaborer un document de planification, dans le respect de la législation imposé par le droit de l'urbanisme, afin de délimiter pour les acteurs publics et privés les possibilités de construction/rénovation, d'aménagement et de développement sur un territoire donné. Ce travail peut dans certains cas concerner des conurbations (plusieurs communes) afin d'obtenir une cohérence sur l'ensemble d'un territoire (tel qu'en France pour le Schéma de cohérence territoriale SCOT ou le Plan local d'urbanisme communal (PLU) ou intercommunal (PLUi)).

Par exemple :

Urbanisme opérationnelModifier

L’urbanisme opérationnel consiste à mettre en place les actions et procédures nécessaires à la réalisation d’un projet urbain. Il regroupe ainsi « l’ensemble des actions conduites ayant pour objet la fourniture de terrains à bâtir, la construction de bâtiments ou le traitement de quartiers et d'immeubles existants (recomposition urbaine, réhabilitation, résorption de l’habitat insalubre) » (Réf. ?). Par cela, il se différencie de l’urbanisme réglementaire qui regroupe l’ensemble des documents thématiques et réglementaires de planification stratégique et de programmation.

Modèles d'organisation et de fonctions des villesModifier

Les parties ci-dessous présentent quelques modèles d'organisation et de fonctionnement des villes.

Selon Jean ReynaudModifier

Une organisation théorique du territoire fondée sur trois facteurs et ça qu'il appelés « rayon facile de communication ». Ceux-ci donnent une hiérarchie aux centres urbains rayonnant sur des hexagones vers des unités urbaines plus petites. Les trois facteurs sont : la sociabilité, l’économie et l’administration[22].

Selon Walter ChristallerModifier

Une hiérarchie de la répartition optimale des unités urbaines en 6 niveaux pour maximiser son utilité et profit selon trois caractéristiques :

  • Le marché : fréquence et rareté du produit
  • Le transport : distance et coût maximale que le consommateur accepte de parcourir (par rapport au coût du produit).
  • Les services d’administration : l'idée d’un équilibre pour avoir la population minimale nécessaire pour que le producteur/acteur administrative puisse assurer un volume minimal de production/revenue et faire des bénéfices.

Son modèle dits que les services de même niveau ont tendance à se regrouper (système de centralité) selon la taille de l’unité urbaine et le degré de trois caractéristiques.[23] (Voir Modèle christallérien)

Le métier de l'urbanisteModifier

Article détaillé : urbaniste.

En France, malgré la présence de formations universitaires, il n'existe toutefois pas de protection sur le terme d'urbaniste et le métier est parfois utilisé de façon abusive y compris pour des personnes non issu de l'enseignement supérieur. Dès lors, certaines parties du métier d'urbaniste ne sont pas exercées par des professionnels provenant du milieu universitaire ce qui créé une inégalité de niveaux. Certaines associations[Lesquelles ?] essayent de faire reconnaître les diplômés des master en urbanisme et aménagement comme urbaniste de droit et d'offrir une plus grande reconnaissance juridique du métier. D'autres comme l'Office Professionnel de Qualification des Urbanistes (OPQU) ont élaboré une reconnaissance professionnelle "urbaniste OPQU"[24] afin de faire valoir les diplômes et les missions des urbanistes.

Le métier d'urbaniste s'exerce à différentes échelles territoriales et généralement en équipe ou plus rarement seul, avec de nombreux intervenants du fait de la pluridisciplinarité des projets, dans des institutions publiques, des sociétés privés ou des associations.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.cnrtl.fr/definition/urbanisme
  2. Cf. p.369, Pierre Merlin et Françoise Choay, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, PUF, octobre 2010
  3. TASSEL François-Xavier, Babel, une chance pour les hommes, Paris, Télètes, , 340 p p. (ISBN 978-2-906 031-70-8), Revue Cahiers de l'association les amis de Roger Girard n° 4, pp 139-173
  4. Ildefons Cerda, 1859, Teoría de la Construcción de Ciudades (Théorie sur la construction des villes). Il l’écrit pour promouvoir son projet préliminaire d’extension de Barcelone, alors que le mot 'urbanisme' n'apparait en français vers les années 1910 comme ses équivalents en allemand et en anglais, städtebau et town planning.
  5. site web de la Société française des urbanistes.
  6. François-Xavier Tassel, « Les bastides ou la quête de la Jérusalem terrestre », in Cahiers de l’association Les Amis de Roger Girard no 4, Télètes, Paris, 2009
  7. Miloud, T. (2012). La ville et la violence: pour une approche anthropologique. Revue Des lettres et des Sciences Humaines et sociales, (12).
  8. Pedrazzini Y (2005) La violence des villes (Vol. 9), Éditions d'en bas.
  9. Pattaroni L & Pedrazzini Y (2010) Chapitre 11. Insécurité et ségrégation: refuser l'urbanisme de la peur. Annuels, 231-240 (résumé).
  10. Garnier J.P (2012) Un espace indéfendable: l'aménagement urbain à l'heure sécuritaire. Le Monde à l'envers.
  11. À la suite d'une recherche et réflexion globale sur le fonctionnement et l'avenir du quartier, de la ville ou de l'agglomération dont une formalisation est faite en un diagnostic territorial, le travail en urbanisme pose les bases d'une stratégie sur l'aménagement en un ensemble jugé cohérent (politique de la ville adoptant une méthode ou un modèle déjà utilisé ou extérieur). Il pose aussi une appréhension, une image à communiquer de la ville.
  12. GAUDIN Jean-Pierre, L'avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine. 1900-1930, Paris, Champ Vallon,
  13. TASSEL François-Xavier, La Reconstruction de Reims après 1918, illustration de la naissance d'un urbanisme d’État, Saint Denis, Thèse - Université de Paris VIII,
  14. LEFEBVRE Henri, Le droit à la ville, Paris, Anthropos,
  15. CHOAY Françoise, L'urbanisme : réalités et utopies, Paris, Seuil,
  16. sous la direction d'Albert MOLLET, Quand les Habitants prennent la Parole, Paris, Plan Construction,
  17. COLLECTIF, Roubaix Alma-Gare, lutte urbaine et architecture, Gand (Belgique), L'Atelie d'art urbain,
  18. TASSEL François-Xavier, La ZAC du Mont Hermé à Saint Brice Courcelles, Merfy, Francis Lecrocq,
  19. CHALAS Yves, L'urbanisme participatif, Paris, HAL Id : halshs-00578971, version 1
  20. PAQUOT Thierry, L'urbanisme c'est notre affaire, Paris, L'Atalante,
  21. INGILLINA Patrizia, Le projet urbain, Paris, PUF/ QSJ ?,
  22. Marie-Claire Robic, « Cent ans avant Christaller... Une théorie des lieux centraux », Espace géographique, vol. 11, no 1, {{Article}} : paramètre « date » manquant, p. 5–12 (DOI 10.3406/spgeo.1982.3696, lire en ligne)
  23. Lahouari KADDOURI, Structures spatiales et mises en réseaux de villes pour la régionalisation des territoires, Montpellier,
  24. « OPQU »


Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • MERLIN Pierre, L'urbanisme, PUF-QSJ ? Paris, 2007
  • MERLIN PIerre, Les techniques de l'urbanisme, PUF-QSJ? Paris, 1995
  • MERLIN PIerre, Les villes nouvelles en France, PUF-QSJ ? Paris, 1991
  • HAROUEL Jean-Louis, Histoire de l'urbanisme, PUF-QSJ ? Paris, 1981
  • LACAZE, La ville et l'urbanisme, Flammarion-Dominos, Paris, 1995
  • AUZELLE Robert, Clefs pour l'urbanisme, Seghers, Paris, 1971
  • BENEVOLO Léonardo, Histoire de la ville, Eyrolles, Paris, 2000
  • RAGON Michel, Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes (3 tomes) (T1 : Idéologies et pionniers, 1800-1910 ; T2 : Naissance de la cité moderne, 1900-1940 ; T3 : De Brasilia au post-modernisme, 1940-1991), coll. Point Essais, Seuil, Paris, 1991
  • LAVEDAN Pierre, Histoire de l’urbanisme, Éditions Laurens, 1953, Paris, 3 vol.
  • Grégory Kalflèche, Droit de l'urbanisme, PUF coll. Thémis, Paris, 2012
  • Rapport de la CCI Paris Ile-de-France « Projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové - réactions et amendements » du 5 septembre 2013 (http://www.etudes.cci-paris-idf.fr/rapport/361-acces-logement-urbanisme-renove)
  • Georges Vauzeilles, « La Part-Dieu, l'art urbain de l'aménageur », ed. L'Harmattan 2016, (ISBN 978-2-343-08187-8)

Articles connexesModifier

ThèmesModifier

 
Boulevard Haussmann, Paris


AspectsModifier

ExemplesModifier
 
La Roche-sur-Yon Une des nouvelles capitales de la France fondée par Napoléon premier.
  • La Roche-sur-Yon seule ville nouvelle du dix-neuvième siècle en Europe fondée par Napoléon Bonaparte.

Elle présente un plan pentagonal organisé autour d'une vaste esplanade d'où part un tracé rectiligne qui sillonne la ville et le département de la Vendée.

Organisations professionnellesModifier

 
Un quartier de Łódź en Pologne
  • American Planning Association (APA)
  • Institut canadien des urbanistes (ICU)

Écoles d'ingénieursModifier

Instituts d'urbanismeModifier

Liens externesModifier

Article connexeModifier