Imprimerie nationale

entreprise française à capitaux d'État de production de documents sécurisés et de solutions d'identification

Imprimerie nationale
logo de Imprimerie nationale
Logotype de l'Imprimerie nationale
illustration de Imprimerie nationale
Symbole en fer forgé (lettres « I » et » N » entrecroisées) sur la grille du site de la Convention, occupé de 1921 à 2005 par l’Imprimerie nationale[a]

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1993 : transformation en société anonyme à capitaux d'État
Fondateurs Armand Jean du Plessis de RichelieuVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonymeVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Didier Trutt (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Agence des participations de l'État (100 %)Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits fabrication de documents nationaux officiels et fournisseur de solutions informatiques de sécurité
Filiales Surys (France) (d) et Nexus (d)
Effectif 1 700Voir et modifier les données sur Wikidata
SIREN 352973622[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.ingroupe.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 427 000 000 d’euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata

L’Imprimerie nationale[2] est une institution de l'État français chargée de la confection des documents officiels. Hérité d'une imprimerie créée en 1538 avec un privilège royal, son statut a évolué au gré des changements politiques et technologiques pour devenir, en 1993, une société anonyme à capitaux d'État. Connue sous la marque IN Groupe[3] afin « d’être plus [visible] sur le marché international et plus [attractive] pour les nouveaux talents »[4], elle est une entreprise de premier plan dans le domaine de la fabrication de documents sécurisés, tels que cartes d'identité et passeports, mais aussi un fournisseur d'applications d'identification d'utilité publique.

HistoriqueModifier

 
L'ancien site parisien de l'Imprimerie nationale (rue de la Convention, dans le 15e arrondissement), occupé aujourd'hui par le Ministère des affaires étrangères

L'État et son imprimerieModifier

En 1538, François Ier accorde un privilège à un imprimeur qui devient « Imprimeur du Roi pour le grec ». En 1540, l'Imprimeur du Roi pour le grec devient « Imprimeur du Roi pour le grec, le latin et l'hébreu ».

En 1640, sous le règne de Louis XIII, le cardinal de Richelieu transforme l'institution en Manufacture royale de l'imprimerie, puis Imprimerie royale, et l'installe au Louvre. Huit directeurs se succèdent à sa tête : Sébastien Cramoisy (1640-1660) ; Sébastien Mâbre-Cramoisy, son petit-fils, (1669-1687) et sa veuve conserve le titre jusqu’en 1691 ; Jean Anisson (1691-1707) ; Claude Rigaud, son beau-frère (1707-1723) ; Louis-Laurent Anisson, son neveu (1723-1735) ; Jacques-Louis-Laurent Anisson dit « Duperon », son frère (1735-1760) ; Louis-Laurent Anisson dit « l’aîné », son fils (1760-1788) ; Étienne-Alexandre-Jacques Anisson, son fils (1788-1788)

Le nom change ensuite au gré des régimes politiques en vigueur : Imprimerie de la République, Imprimerie impériale, puis à nouveau Imprimerie royale, et enfin depuis 1870 Imprimerie nationale.

En 1993, l'entreprise change de statut et devient une société anonyme[5],[2] avec l'État pour unique actionnaire[6] par l'intermédiaire de l'Agence des participations de l'État (l’APE).

 
Le site de l’Imprimerie nationale à Ivry-sur-Seine

En 1997, l'entreprise acquiert les sociétés Saqqarah International, Mizeret, ISTRA-IN, et IDC. La marque « groupe Imprimerie nationale » est lancée. Auparavant protégé par un monopole d'État, le groupe se soumet à la loi du marché.

De nouveaux procédés font leur apparition : production de cartes en plastique en 1997, une presse “dix groupes”, la « dix couleurs », sur le site de Paris en 1998, une rotative KBA, 64 pages A4 en quadrichromie sur le site de Bondoufle en 2001.

En 2000, l'ancienne filiale IDC, spécialisée dans l'impression numérique, devient INumeric. En 2001, la filiale Mizeret devient J. Print.

Le tournant numériqueModifier

L'activité traditionnelle de l'impression est dominante jusque dans les années 2000. La fabrication du Bottin dure jusqu'en 2002[7] puis cesse. En 2009, l'IN imprime encore 64 millions de déclarations d'impôt, mais n'en imprime plus que 7 millions en 2019[7]. Elle conserve l'impression de différents documents administratifs (Cerfa) et des cartes d'identité en papier. L'impression traditionnelle ne pèse que 5 % des revenus totaux du groupe[7].

À partir des années 2010, l'Imprimerie nationale se transforme pour être un des leaders mondiaux de la cryptographie et de la sécurité numérique et électronique[8]. Pour l'État français ainsi que 130 pays dans le monde, elle fabrique aujourd'hui des passeports, des cartes nationales, des permis de conduire, des cartes de séjour, ainsi que des vignettes Crit'Air et différentes cartes professionnelles. Elle imprime également des "fonds" sécurisés en papier ou en polycarbonate, en passant par le façonnage et jusqu'à la personnalisation des documents[8]. En 2020 et 2021, l'IN est partenaire de l'action publique en fournissant le lecteur des données présentes dans l'application TousAntiCovid[8].

En 2014, l'Imprimerie nationale achète SPS (Smart Packaging Solutions), PME provençale et l'un des leaders mondiaux de fabrication de composants électroniques de sécurité (les fameuses puces). En 2017, l'IN achète les services Identité et Biométrie du groupe Thalès. En 2019, l'IN acquiert Surys, une entreprise spécialisée dans la sécurité des paiements bancaires et fiduciaires. En 2020, elle acquiert l'entreprise suédoise Nexus, leader européen de l'identification des personnes et des objets.

Depuis 2009, son président-directeur général est Didier Trutt[9],[10], diplômé de l'École nationale d'ingénieurs de Saint-Etienne et ancien de chez Thomson[8]. En 2020, l'entreprise comprend 1 700 salariés[11] (contre 2 000 en 2002 et 500 en 2009 après le recentrement sur la sécurité[7]). Elle réalise un chiffre d'affaires de 427,4 millions d'euros (presque triplé depuis 2011[8]). Soixante pour cent des résultats du groupe viennent désormais de l'étranger[8].

L'IN est certifiée ISO 9001, 14001 et 45001, et souscrit aux obligations écologiques des labels FSC, PEFC, Imprim’vert[12].

La politique socialeModifier

Fin 2005, les employés de l'Imprimerie nationale et quelques élus (maires, députés, conseillers généraux) bloquent le président-directeur général de l'entreprise dans la mairie de Flers-en-Escrebieux, dans le Nord. En effet, les employés viennent d'apprendre que les nouveaux passeports électroniques vont être fabriqués par la société Oberthur à la suite d’un appel d'offres en règle passé par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, et le PDG de l'Imprimerie, Loïc de la Cochetière. Après un recours devant le Conseil d'État, le monopole de l'Imprimerie nationale est conforté dans le prolongement de la loi du qui dispose que l’Imprimerie « est seule autorisée à réaliser les documents déclarés secrets où l’exécution doit s’accompagner de mesures particulières de sécurité, et notamment les titres d’identité, passeports et visas. » Cette loi de 1993 avait été signée par Nicolas Sarkozy lui-même[b],[13] En 2018, l'Imprimerie nationale récupère le marché des passeports biométriques lié aux nouvelles lois des États-Unis, mais des retards de fabrication causent aux voyagistes des pertes importantes[14].

Le , une grève visant l'amélioration de l'accompagnement social des futurs licenciés éclate et l'usine de Choisy-le-Roi est occupée par les salariés. La grève dure jusqu'au , soit cinq semaines. Au terme de ce conflit, le plan social 2005 initialement dénoncé est reconduit à l'exception de la durée des congés de reclassement qui sont limités à soixante mois. En contrepartie, les primes de départ volontaire sont revues à la hausse. Début , la division « Feuilles » et le bâtiment de Choisy-le-Roi sont cédés au groupe La Galiote-Prenant. Seulement environ quinze salariés sont repris dans la nouvelle entreprise dont l'appellation reste inchangée (IN-Choisy)[réf. nécessaire].

Dates marquantes de 1538 à nos joursModifier

  • 1538 : François Ier accorde un privilège à un imprimeur qui devint « Imprimeur du Roi pour le grec ».
  • 1540 : l'Imprimeur du Roi pour le grec devient « Imprimeur du Roi pour le grec, le latin et l'hébreu ».
  • 1640 : Louis XIII, à l'instigation de Richelieu, transforme cette imprimerie en Manufacture royale de l'imprimerie qui devient ensuite l'« Imprimerie royale ». Elle s'installe alors au Louvre.
  • 1670 : Colbert lance la collection « Le Cabinet du Roi ».
  • 1749 : les premiers volumes de l’Histoire naturelle de Buffon sortent des presses.
  • 1790 : l’« Imprimerie royale » (du Louvre) devint l’« Imprimerie du Louvre ».
  • 1792 : l’Imprimerie nationale exécutive quitte le Louvre, lieu qu'elle occupait depuis 1640.
  • 1795 : l'hôtel de Penthièvre abrite les deux imprimeries officielles sous le nom d’« Imprimerie de la République ».
 
Cour d'entrée de l’Imprimerie impériale alors installée à l'hôtel de Rohan (1867).
 
Bâtiment de l'Imprimerie nationale en cours de construction rue de la Convention (1905).
  • 1809 : l'Imprimerie impériale s'installe à l'hôtel de Rohan. Y sont imprimés les vingt-trois premiers volumes de la Description de l’Égypte.
  • 1813 : publication du décret en vue de la formation de compositeurs orientalistes.
  • 1814 : l'Imprimerie impériale redevient l’Imprimerie royale.
  • 1848 : l’Imprimerie royale redevient l’Imprimerie nationale.
  • 1852 : l’Imprimerie nationale redevient l’Imprimerie impériale.
  • 1870 : l'Imprimerie impériale redevient l'Imprimerie nationale, nom qu'elle conserve depuis.
  • 1871 : durant la Commune de Paris, l'Imprimerie nationale est présidée par Édouard Moreau de Beauvière et dirigée par l'ouvrier typographe communard Louis-Guillaume Debock, qui la gère scrupuleusement. Il sauve de l'incendie volontaire et de l'anéantissement les Archives nationales voisines.
  • 1900 : sous l'impulsion d'Ambroise Vollard, le premier livre de peintre est réalisé à l'Imprimerie nationale. Les presses livrent également un Paul Verlaine illustré par Pierre Bonnard.
  • 1903 : la première pierre de la nouvelle usine dans la plaine de Javel (au 27, rue de la Convention) est scellée.
  • 1910 : l'Imprimerie nationale est placée sous la tutelle du ministère des Finances.
  • 1921 : l'Imprimerie nationale investit la rue de la Convention.
  • 1961 : publication du décret du sur l'organisation de l'Imprimerie nationale[15]
  • 1974 : l'Imprimerie nationale ouvre son site de Douai sur la commune de Flers-en-Escrebieux.
  • 1992 : inauguration de l'usine de Bondoufle par le ministre délégué au Budget
  • 1994 : l'Imprimerie nationale devient la société anonyme Imprimerie nationale dont la totalité du capital est détenu par l'État[c].
  • 1995 : premier cédérom pressé par l'Imprimerie nationale
  • 2000 : fabrication de cartes à puce
  • 2002 : l'Imprimerie nationale devient l'opérateur de confiance chargé de la gestion des cartes du chronotachygraphe.
  • 2006 : fabrication de passeports électroniques
  • 2008 : fabrication de passeports biométriques
  • 2009 : fabrication du certificat d'immatriculation de véhicules SIV
  • 2011 : fabrication du titre de séjour européen
  • 2012 : fabrication du permis de conduire européen à puce
  • 2017 : fabrication de la carte d'identification professionnelle BTP
  • 2021 : fabrication de la carte nationale d'identité électronique
  • 2021 : Developpement de l'application TousantiCovid Verif, TAC Verif[16].

Identité visuelle (logotype)Modifier

L'identité visuelle de l'Imprimerie nationale utilise la salamandre, propre au règne de François Ier.

PatrimoineModifier

BâtisModifier

À partir de 1640, l'Imprimerie royale occupe des bâtiments au Louvre, et ne les quitte qu'en 1792. En 1795, elle est logée dans l'hôtel de Penthièvre, puis en 1809 à l'hôtel de Rohan rue Vieille-du-Temple[18]. En 1904, une nouvelle imprimerie est construite rue de la Convention. En 1974, elle ouvre un site près de Douai sur la commune de Flers-en-Escrebieux. En 1992, une usine à Bondoufle est construite.

En 2003, le bâtiment de la rue de la Convention est vendu au groupe Carlyle pour 85 millions d'euros. L'Imprimerie nationale quitte le site en 2005. Dans le but d'y regrouper les services éparpillés du ministère des Affaires étrangères, l'État rachète ces mêmes locaux après travaux en 2007 pour 376,5 millions d'euros. Compte tenu du cout des travaux, environ 120 millions d'euros, le prix est 4,5 fois plus élevé que celui auquel l’État avait vendu le bâtiment[19]. Pendant ce temps, les actifs de l'entreprise sont vendus à l'éditeur Actes Sud[20],[21]. La société Carlyle n'aurait pas été taxée sur les plus-values dans cette affaire[22].

En 2005, les imprimeries déficitaires sont vendues, ISTRA (Schiltigheim) au groupe Opale Partenaires, et Évry Rotatives (Bondoufle) au groupe d'investisseurs allemand Arques[23]. En 2007, le site de Bondoufle est mis en liquidation. L'Imprimerie nationale ne conserve que les sites de Douai et de Choisy-le-Roi (impression par feuilles). Ce dernier est mis en location-gérance en 2006 sous la raison sociale « IN Choisy » en prévision de sa cession, et un plan social réduit les effectifs de 123 à 40 salariés. Le site de Paris rue de la Convention est fermé, et un site ouvert boulevard Gouvion-Saint-Cyr dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Caractères typographiquesModifier

 
À l'Atelier du livre d’art et de l’estampe, la graveuse Nelly Gable au travail sur un poinçon (Douai, 2010)

L'Imprimerie nationale détient un important patrimoine historique, tel que le « cabinet des poinçons », un atelier vivant du livre, et une bibliothèque historique. Elle possède de nombreuses fontes fondamentales pour l'histoire de l'imprimerie occidentale, telles que les originaux des Didot.

Créé en 1640, l’atelier du Livre d’art et de l’Estampe possède une collection de 700 000 pièces typographiques gravées, dont 500 000 poinçons latins et orientaux classés au titre des Monuments historiques, ainsi qu'une bibliothèque spécialisée de 35 000 volumes du XVIe siècle à nos jours. Il est considéré comme le plus ancien atelier d’imprimerie au monde encore en activité[24].

Polices exclusivesModifier

L’Imprimerie nationale possède une collection de polices d’écriture qui lui est exclusive[25]. Pour l’écriture latine, celles-ci sont : le Garamond de Claude Garamont (adaptation) ; le Romain du roi, aussi appelé Grandjean ou Jaugeon, de Philippe Grandjean ; le Luce ; le Didot de Firmin Didot (variante conçue pour l’Imprimerie nationale) ; le Jacquemin ; le Legrand, de Marcellin Legrand ; le Gauthier, de Louis Gauthier ; le Mandel, de Ladislas Mandel.

L’unité exclusive de point typographique INModifier

Une des principales particularité de l'Imprimerie nationale réside dans le système de dimensionnement typographique, en point typographique.

Au moment (XVIIIe siècle) où l’Europe parvient à presque uniformiser l’unité du métier par le point typographique Didot (0,376065 mm soit 1/72 de pouce français), le système métrique actuel prend son essor sous l’impulsion de la Révolution française. Napoléon Bonaparte[26] trouve visionnaire, logique et judicieux de créer un système typographique dépendant de la nouvelle unité de mesure : le millimètre. Conçu ainsi exactement à 0,4 mm, le nouveau point typographique ne s’éloignerait pas drastiquement des valeurs courantes. Victime des imperfections des instruments de mesure existant alors, il ne fera en réalité « que » 0,3987 mm, valeur conservée à ce jour. Arrivé tard sur le marché, ce standard présenté à plusieurs reprises ne s'est jamais imposé sur un secteur déjà dominé par les États-Unis d’Amérique dotés du point Pica, et demeure résolument réservé à l'Imprimerie nationale française.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cliché de 2011 de la grille d’enceinte du bâtiment alors occupé par des services du ministère des Affaires étrangères.
  2. L'affaire de la fabrication des passeports électroniques est analysée dans l'émission Arrêt sur images, diffusée sur France 5, le .
  3. La transformation en société anonyme est effective le [5] ; le versement des fonds de l’État dans le capital est effectif au [6], ce qui permet à la société anonyme de commencer à fonctionner à partir de cette seconde date.

RéférencesModifier

  1. Global LEI index, (base de données web), consulté le  
  2. a et b « Fiche de la société Imprimerie nationale au registre du commerce et des sociétés », sur societe.com (consulté le ).
  3. a et b « Dossier de presse du 24 avril 2018 » [PDF], sur imprimerienationale.fr (consulté le ).
  4. Didier Trutt, « IN Groupe : un positionnement revendiqué au cœur de l’économie et de la confiance numérique », sur ingroupe.com (consulté le )
  5. a et b « Légifrance, loi no 93-1419 du 31 décembre 1993 modifiée relative à l'Imprimerie nationale - article 1er », sur legifrance/gouv.fr, Journal officiel de la République française (consulté le ).
  6. a et b « Légifrance, arrêté du 31 décembre 1993 relatif à l'apport des droits, biens et obligations attachés aux missions des services relevant du budget annexe de l'Imprimerie nationale à la société Imprimerie nationale » [PDF], sur legifrance/gouv.fr, JORF (consulté le ).
  7. a b c et d « IN Groupe : de François Ier à Mark Zuckerberg », sur Les Echos, (consulté le )
  8. a b c d e et f « IN Groupe, la pépite cachée de l'Etat français », sur LExpansion.com,
  9. « Légifrance, décret du 4 août 2009 portant nomination au conseil d’administration de l’Imprimerie nationale » [PDF], sur legifrance.gouv.fr, JORF (consulté le ).
  10. « Légifrance, décret du 17 septembre 2009 portant nomination du président du conseil d’administration de l’Imprimerie nationale - M. Trutt (Didier) » [PDF], sur legifrance.gouv.fr, JORF (consulté le ).
  11. La Revue du Digital, « IN Groupe, l’ancienne Imprimerie Nationale, définit sa raison d’être et l’inscrit dans ses statuts », sur La Revue du Digital, (consulté le )
  12. « Politique RSE / Charte éthique », sur IN Groupe (consulté le )
  13. « Imprimerie nationale, passeports privatisés ? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur humanite.fr.
  14. « Les premiers passeports biométriques seront délivrés en avril », sur zdnet.fr (consulté le ).
  15. « Légifrance, décret n° 61-1318 du 4 décembre 1961 relatif à l'organisation et au fonctionnement de l'Imprimerie nationale » [PDF], sur legifrance.gouv.fr, JORF (consulté le ).
  16. « Cinq questions sur TousAntiCovid Verif, l'appli de vérification des pass sanitaires », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « L'Imprimerie Nationale change de nom », sur Graphiline.com (consulté le )
  18. Gustave Pessard : Nouveau dictionnaire historique de Paris
  19. « L'État rachète 4,5 fois plus cher un immeuble qu'il avait vendu »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur boursorama.com, .
  20. « L’imprimerie nationale livrée à la spéculation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lhumanite.fr.
  21. « L'Imprimerie Nationale] sur la page investissements du site du groupe Carlyle »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur thecarlylegroup.com.
  22. « Imprimerie nationale : Carlyle ne serait pas taxé sur les plus-values »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lefigaro.fr.
  23. « Dernière minute : l'imprimerie Evry Rotatives (91) liquidée », sur Graphiline.com (consulté le )
  24. « Le Groupe », sur IN Groupe
  25. Franck Jalleau, « Conception et numérisation des caractères de l’Imprimerie nationale : parcours d’un patrimoine typographique » [PDF], sur unicaen.fr, Schedae, 2007, prépublication no 53, fascicule no 3 (consulté le ), p. 11-14.
  26. Jacques ANDRE, « Point typographique et longueur en TEX, p.6. Pourquoi pas mesurer en millimètre ? », sur http://jacques-andre.f

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Bernard, Auguste. Notice historique sur l’Imprimerie nationale, éd. Dumoulin, Paris, 1848, In 32, 128 p., portrait de Gutenberg ;
  • Bernard, Auguste. Histoire de l’Imprimerie royale du Louvre, suivie d’un catalogue chronologique des publications (1640 – An III), Imprimerie impériale, Paris, 1867, In-8°, XII-311 p. (reprod. en fac-sim. : Amsterdam : P. Schippers, 1966, 23 cm, X-311 p., index.).
  • Christian, Arthur (préface de Jules Clarétie), Débuts de l’imprimerie en France – L’Imprimerie nationale – L’Hôtel de Rohan, Imprimerie nationale, Paris, 1904, In-8°, XXIV-345 p., ill.
  • Collectif, « Histoire de l’Imprimerie nationale », Art et Métiers du Livre, novembre-, no 245, p. 46-59, ill.
  • Duprat, François-Antoine-Brutus. Précis historique sur l’Imprimerie impériale et ses types, Librairie orientale de Benjamin Duprat, Paris, 1848. In-8°, VIII-158 p. ;
  • Duprat, François-Antoine-Brutus. Histoire de l’Imprimerie impériale de France, suivie des spécimens des types étrangers et français de cet établissement, Imprimerie impériale, Paris, 1861. In-8°, IV-578 p. Lire en ligne.
  • Grinevald, Paul-Marie. « Publications et collections de l’Imprimerie nationale », Histoire de l’édition française, Promodis, Paris, 1985, tome III, p. 208-209 ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « Richelieu et l’Imprimerie nationale », Richelieu et le monde de l’esprit, Imprimerie nationale, Paris, 1985, p. 237-248 ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « L’Imprimerie nationale », Histoire de l’édition française, Promodis, Paris, 1986, tome IV, p. 170-171 ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « La bibliothèque de l’Imprimerie nationale », Art et métiers du livre, , no 145, p. 56-62, ill. ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « Les caractères orientaux et l’orientalisme à l’Imprimerie nationale », Art et métiers du livre, , no 165 (acte du colloque : Le Romantisme typographique) ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « L’art du livre à l’Imprimerie nationale », Métiers d’art, 1990, no 43, p. 85-91, ill. ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « L’Imprimerie nationale », Le XVe arrondissement, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, Paris, 1996, p. 214-217, ill. (sur la construction de son usine, 1903-1910) ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « Le Cabinet des poinçons de l’Imprimerie nationale », Art et Métiers du Livre, novembre-, no 200, p. 46-49, ill. ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « Les éditions orientalistes de l’Imprimerie nationale au XIXe siècle », Le Livre et l’historien, Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, Droz, Genève, 1997, p. 795-804 (Histoire et civilisation du livre 24) ;
  • Grinevald, Paul-Marie. « Les Grecs du Roi », Graphê, , no 27, p. 2-5, ill.
  • Willemetz, Geneviève (avant-propos, notes, bibliographie et index par Paul-Marie Grinevald), Jean Anisson 1648-1721 – Un homme d’affaires et de culture au Grand Siècle, éditions des Cendres, Paris, 2004, 14 × 21,5 cm, 206 p.

Liens externesModifier