Monplaisir (Lyon)

quartier de Lyon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monplaisir.

Monplaisir
Monplaisir (Lyon)
Le quartier Monplaisir.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Ville Lyon
Code postal 69008
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 44″ nord, 4° 52′ 17″ est
Site(s) touristique(s) Institut Lumière
Transport
Métro Métro de Lyon Ligne D
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lyon
Voir sur la carte administrative de la zone Lyon
City locator 14.svg
Monplaisir

Monplaisir est un quartier de la ville de Lyon, situé aujourd’hui dans le 8e arrondissement. Il est limité en gros : au nord par le cours Albert-Thomas, à l'est par le boulevard Jean-XXIII, au sud par l'avenue Berthelot, et à l'ouest par les voies ferrées et le boulevard des Tchécoslovaques.

HistoireModifier

Le quartier appartenait autrefois à la commune de La Guillotière, qui est rattachée au troisième arrondissement de Lyon en 1852. Il est ensuite attaché au septième arrondissement à sa création en 1912, puis au huitième à sa création en 1959.

En 1828, est dressé le plan du lotissement du domaine du château des Tournelles[1]. Dans les années 1830, le territoire du 8e arrondissement se trouve séparé du vieux bourg de La Guillotière par la ligne de ceinture des fortifications[2]. Monplaisir est ainsi urbanisé à partir du début du XIXe siècle par le lotissement Le quartier se composait principalement de maisons individuelles et de petites industries. En 1915, Marius Patay déménage son atelier pour l'installer dans une importante usine qu'il construit dans le quartier Monplaisir[3].

À partir des années 1960 et surtout de l’arrivée du métro, à la fin des années 1980, les petits immeubles résidentiels sont devenus la forme d’habitat dominante. Ce quartier garde un esprit de village[4], les habitants s’y côtoyant dans les nombreux commerces de l’avenue des Frères-Lumière et sur le grand marché qui se tient place Ambroise-Courtois les mardi, jeudi et samedi.

LocalisationModifier

Le quartier se situe dans un carré situé entre le cours Albert Thomas, le boulevard Jean XIII, l'avenue Berthelot et le boulevard des Tchécoslovaques, à l'exclusion de la partie du Bachut située à l'est de la rue Paul Cazeneuve et au sud de la rue Bataille[4],[5].

DescriptionModifier

Le quartier est centré autour de la place Ambroise-Courtois (anciennement place de Monplaisir) sur laquelle se trouve l’institut Lumière, un musée consacré au cinéma et installé dans la grande maison, également appelé château Lumière, qu’avaient fait construire Antoine Lumière, fondateur des usines Lumières et inventeur de la plaque photo à développement rapide qui fit sa fortune, et père d’Auguste et Louis Lumière, inventeurs du cinéma en 1895 et autour de l’avenue des Frères-Lumière, anciennement grande rue de Monplaisir et ancien tronçon de la route nationale 6.

La ligne D du métro dessert ce quartier grâce aux stations Monplaisir-Lumière et Sans-souci. Les panneaux indiquant les rues de Monplaisir sont noirs avec des petites bandes blanches, rappelant un clap de cinéma.

Un peu à l’écart, en bordure des troisième et septième arrondissements, on trouve également l’ancienne manufacture des tabacs dont le directeur administratif et inspecteur fut pendant plusieurs décennies le conseiller municipal et résistant André Girard. Les bâtiments hébergent depuis 1990 l’université Jean Moulin Lyon 3.

Au bout de l’avenue, sur la place d’Arsonval dans le troisième arrondissement se trouve l’hôpital Édouard-Herriot, construit par l’architecte et urbaniste lyonnais Tony Garnier.

Au sud-est du huitième arrondissement se trouve le quartier de Monplaisir-la-Plaine, dont l’axe principal est l’avenue Paul-Santy (anciennement route d’Heyrieux). Un marché se tient les mercredis, vendredis et dimanches sur la place Général-André (anciennement place de Monplaisir-la-Plaine).

Notes et référencesModifier

  1. « Plan topographique du village de Monplaisir et des campagnes de Sans-Souci », sur archives municipales de Lyon,
  2. « Ville de la Guillotière, extrait du plan cadastral », sur Archives municipales de Lyon,
  3. Nadine Halitim-Dubois, « Usine de construction électrique dite moteur Patay Leroy Semor », sur Région Auvergne-Rhônz-Alpes inventaire général du patrimoine culturel, (consulté le 7 décembre 2019).
  4. a et b Antoine Comte, Maelys Erissy et Vincent Burki, « Monplaisir, le village qui séduit les Lyonnais », Tribune de Lyon,‎ (lire en ligne).
  5. « Les quartiers de Lyon », sur Archives municipales de Lyon (consulté le 3 décembre 2018)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :