Swahili

groupe de langues bantoues de l'Afrique de l'Est, fruit d'un métissage de langues africaines, d’arabe et de persan

Swahili
Kiswahili
Pays Burundi, Comores, Mayotte, Kenya, Malawi, Mozambique, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Somalie, Tanzanie
Nombre de locuteurs Première langue : environ 5 millions
Seconde langue : environ 150 millions
Typologie SVO agglutinante
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau du Kenya Kenya
Drapeau de l'Ouganda Ouganda
Drapeau du Rwanda Rwanda
Drapeau de la Tanzanie Tanzanie
Drapeau des Comores Comores (comorien)
Langue nationale :
Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Organisations :
Union africaine
Communauté d'Afrique de l'Est
Communauté de développement d'Afrique australe
Langue minoritaire reconnue :
Drapeau du Burundi Burundi
Drapeau du Mozambique Mozambique
Codes de langue
ISO 639-1 sw
ISO 639-2 swa
ISO 639-3 swa
IETF sw

Les langues swahilies, ou parfois souahélies, sont un groupe de langues bantoues de l'Afrique de l'Est. Elles possèdent des caractéristiques communes et surtout un vocabulaire commun qui permet à un de leurs locuteurs de se faire plus ou moins comprendre des divers locuteurs de ce groupement de langues. Cependant, on ne peut pas parler d'intercompréhension pour toutes ces formes tant la variété linguistique est grande.

Parmi ces langues, la plus parlée d'Afrique subsaharienne est le kiswahili qui sert de langue véhiculaire dans une vaste région d'Afrique de l'Est ; elle a été adoptée comme langue nationale au Kenya au Congo Kinshasa et en Ouganda, et comme langue officielle de facto en Tanzanie. Comparé aux langues vernaculaires du groupe swahili, le kiswahili présente des traces de créolisation, ainsi que de nombreux emprunts, notamment à la langue arabe.

HistoireModifier

OrigineModifier

 
Zone des langues swahilies

L'apparition de la langue-ancêtre des langues swahilies, le proto-swahili, n'est pas clairement identifiée.

Le proto-swahili serait né dans l'ancienne ville de Ngozi, ressortissant peut-être de certaines traditions orales faisant état d'un mystérieux empire d'Ozi dans l'archipel de Lamu. Le kingozi, littéralement « langue de Ngozi », fut par ailleurs un dialecte littéraire, utilisé entre Malindi et l'ile de Pate, visant à l'archaïsme et très en vogue aux XVIIIe et XIXe siècles dans l'écriture de poésies en langue swahilie écrites avec l'alphabet arabe. Une autre localisation est proposée par d'autres historiens pour le proto-swahili, c'est la ville de Shungwaya, près de l'actuelle frontière somalo-kényane. Il faut cependant toujours attendre les fouilles archéologiques qui viendraient à l'appui d'une thèse ou d'une autre. Point commun aux deux localisations proposées pour l'origine du swahili : il s'agit toujours de la même région qui comprend la côte au sud de l'actuelle Somalie et la côte au nord de l'actuel Kenya, ainsi que les différentes îles attenant à cette bande côtière. Le terme viendrait du pluriel du mot arabe ساحل (sahel) : سواحل (sawahil) qui signifie « côte », « rivage » ou « frontière », le i final n'étant qu'un suffixe utilisé par ces langues pour rendre le discours plus fluide.

Les premiers indices écrits de l'existence de parlers swahilis sont anciens. Le Périple de la mer Érythrée, un document du IIe siècle, précise que les marchands qui visitaient à la fois l'Afrique de l'Est et le sud-est de la péninsule arabe parlaient le même langage et y contractaient des mariages. Ceci n'exclut pas que les parlers, ou le proto-swahili à l'état encore indifférencié, existassent avant ce témoignage.

Les commerçants musulmans de la côte ont diffusé la langue swahilie vers l’intérieur du continent, le long des pistes marchandes et esclavagistes où elle a servi de langue véhiculaire. Au cours des siècles, elle s’est diversifiée selon les pays et dans les différentes îles au large des côtes kényanes et tanzaniennes. Entre les XVe et XVIIe siècles, bon nombre de dialectes swahilis ont incorporé des mots portugais. Ces langues multiples ne sont alors, sur le continent, que rarement langues maternelles (1 % en Tanzanie dans les années 1950[1]), mais sont largement utilisées en tant que langues véhiculaires, pour commercer ou pour voyager.

DiffusionModifier

C'est au XIXe siècle que la pratique de ces langues s'est largement déplacée vers l'intérieur du continent : au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, dans l'actuelle République démocratique du Congo et le sud de la Centrafrique. Les missionnaires s'en servaient pour prêcher. Les autorités coloniales, à partir de 1930, par l'intermédiaire du Comité sur la langue territoriale, ont alors cherché à standardiser ces langues. La standardisation a continué à être menée pour produire le swahili qui finit par s'imposer comme langue vernaculaire, puis comme langue officielle dans plusieurs pays.

Le swahili dispose d’une littérature écrite depuis plusieurs siècles (à l’origine en caractères arabes et, depuis la fin du XIXe siècle, en caractères latins). Il existe des poèmes rédigés dans l'archipel de Lamu datant probablement du milieu du XVIIe siècle, mais dont il ne survit que des copies plus tardives. Ainsi les plus anciens manuscrits originaux rédigés en swahili datent de 1711 ; il s'agit de lettres rédigées sur l'ile de Kilwa et conservées dans les archives de l'empire portugais (Historical Archives of Goa, Inde).[réf. nécessaire]

ÉvolutionModifier

Plus récemment certains dialectes se sont métissés de nouveau avec d’autres langues africaines ou européennes. Ces langues issues de la culture swahilie évoluent donc différemment :

  • le kiswahili en absorbant du vocabulaire anglais et arabe, mais aussi du portugais et un peu d'allemand. Arvi Hurskainen propose une étude des mots d’emprunt dans une large sélection de textes swahilis de différentes époques et de natures diverses. L’étude permet de revoir à la baisse l’impact global de l’arabe et de constater une légère augmentation de l’impact global de l’anglais. Les autres dialectes swahilis de Tanzanie et du Kenya disparaissent au profit de ce swahili standardisé ;
  • le sheng (contraction des mots « SwaHili » et « ENGlish ») du Kenya qui est un mélange d'anglais, de swahili et de la langue locale (kikuyu, luoetc.) ;
  • le swahili du Congo-Kinshasa (kingwana) ;
  • Dans l'archipel des Comores quatre variantes correspondant aux quatre îles de l'archipel des Comores : mahorais, mohélien, anjouanais et grand comorien. Dans l’archipel des Comores les langues se seraient différenciées du swahili de la côte Est-africaine à partir du XIe siècle ; la distinction entre les langues des îles de la côte tanzanienne et les langues comoriennes n'a réellement été identifiée qu'au début de ce siècle. Aujourd'hui la différence s'accentue car ces langues absorbent des formulations et du vocabulaire français et malgache. Par exemple, la plupart des locuteurs comoriens ne savent que les dix premiers nombres en swahili. Les langues parlées à Anjouan et à Mayotte sont très proches mais différentes de celles parlées à Mohéli et à la Grande Comore.
  • Exemples de phrase simple: "je travaille": "ngamfanyo hazi" (grand comorien); "nisufanya hazi" (shimaore); "ninafanya kazi" (kiswahili).

CaractéristiquesModifier

Dans leur structure et leur vocabulaire, les dialectes swahilis sont différents des autres langues bantoues mais partagent avec ces dernières plus de points communs qu'avec leurs autres langues d'origine, surtout l'arabe et un peu de persan et de langue indienne. On estime à 40 % la part des mots d'origine arabe dans ces langues. Toutefois les linguistes admettent que l'influence du lexique arabe est relativement récente, l'essentiel de l'apport datant de la fin de l'époque moderne et du XIXe siècle[réf. nécessaire].

Les langues swahilies, comme les autres langues bantoues, utilisent des classes de noms, on compte 14 classes nominales (7 si l’on regroupe les classes des noms singuliers et leurs pluriels) et une pour les verbes infinitifs, c’est-à-dire 15 des 22 classes recensées dans toutes les langues bantoues[2].

Le verbe swahili est composé d'une racine à laquelle on ajoute le plus souvent un ou plusieurs affixes pour indiquer, notamment, le temps, la personne, la voix où il se trouve et même, le cas échéant, le fait qu'il fait partie d'une subordonnée alors que dans les langues indo-européennes l'on recourt généralement à une conjonction.

DialectesModifier

Les différents dialectesModifier

Le kiunguja, le dialecte swahili de Zanzibar, est l'un des fondements historiques de la variété standard du swahili ou kiswahili, langue officielle de nombreux pays d'Afrique de l'Est. En fait le swahili regroupe plus d'une cinquantaine de dialectes ou parlers :

Variantes
Français Kiswahili Grand comorien Kingwana Arabe
eau maji madji mayi mâ'a
attention hatari hatwari atari hadhari
lion simba simba simba assad
chercher kutafuta utafiti (étudier) kutafuta bahth
nourriture chakula shahula shakula akl
froid baridi baridi baridi barid
s’il vous plaît tafadhali tafadhali tafadali tafadal

Cas des langues comoriennesModifier

Les langues comoriennes, c'est-à-dire le shimaore (Mayotte), le shindzuani (Anjouan), le shimwali (Moheli) et le shingazidja (Ungazidja, la Grande Comore) ont longtemps été considérées comme des dialectes du Swahili, et le sont encore pour certaines personnes. Les langues comoriennes sont étiquetées G 44 dans la classification de Guthrie, le swahili ayant l'étiquette G 40. On avance comme argument que les langues ont des éléments de grammaire comparables et que les vocabulaires des langues comoriennes ont une forte proportion de swahili.

L'argument du vocabulaire doit être beaucoup plus nuancé. Tout d'abord on retrouve en shimaore par exemple des mots qui appartiennent à un fond bantu, comme le verbe ulawa, sortir, commun avec le kisagara par exemple (Monts Usagara, Kilosa, Morogoro, Tz), qui se dit pourtant kutaka en swahili. Le mot nyama, la viande, se dit de la même façon en kisagara mais aussi en isiZulu (Afrique du Sud)[3]inyama. Le verbe manger se dit de la même façon dans la plupart des langues, du Cameroun (en Maka ) en passant par le Congo (en lingala nalíya), le Malawi (en chichewa kudya), jusqu'en Afrique du Sud (isiZulu -ndlele, seSotho ho j'a). Cela inclut toutes les langues en Tanzanie, dont bien sûr le swahili kula. Le shimaore emploie le mot ula ou dans quelques villages uɗya, et le shingazidja hula. La maison, nyumba en swahili, sera ɗago en shimaore, de cette racine qui donne nɟaw en maka, ndako en lingala, ndago en kifipa (Est de la Tanzanie), indlu en isiZulu, etc....

Pendant la période des sultans aux Comores les Comoriens ont dû inclure nombre de termes qui représentaient de nouveaux concepts, venus du monde arabe : Mahakama, le tribunal (de l'arabe حكم), waziri le ministre (وزر), tafadhali (تفظل) s'il te plaît (qui se dit je quémande, naomba ou nisisomba avec l'action ou l'objet demandés), kanuni la loi (قنون) comme l'ont fait les Swahili. Les noms d'animaux africains viennent évidemment du swahili, comme le lion simba ou ndovu l'éléphant (qui se dit aussi tembo mais ndovu se retrouve en isiSwati par exemple) puisqu'on ne les trouve pas sur ces îles. Mais les makis ont un nom propre aux langues comoriennes, komba, et ce nom n'a aucune équivalence en swahili puisque ces lémuriens ne vivent qu'à Madagascar et aux Comores.

La majorité des langues bantu étant agglutinantes, cela ne constitue donc pas une preuve que les langues comoriennes viennent du swahili. Le suffixe de la forme réciproque -ana, par exemple, se retrouve dans les langues citées plus haut, du Congo à l'Afrique du Sud. Enfin le système des classes est propre à de très nombreuses langues africaines, même assez éloignées des langues bantu (voir le fulfulde Pullo/Fulɓε, nagge/nay la vache, debbo/worɓε la femme ou le wolof goor ko ak jigeen ji l'homme et la femme).

Une langue, cependant, n'est pas définie par rapport à son vocabulaire. En Sierra Leone le pidjin English a quasiment tous ses mots dérivés de l'anglais mais la grammaire est nettement une grammaire de langue nigéro-congolaise :

Yu no sit de top mi bag Don't seat on my bag.

Même remarque en bishlama : Yu laykem de fud blong mi? Do you like my food? (blong=belong).

Dans le cas des langues comoriennes les grammaires ont des constructions semblables, étant bantu, mais peuvent présenter de grosses différences avec le swahili dans la construction :

Nimeiona gari / Niliiona gari J'ai vu la voiture (swahili)

Tsiono igari (shimaore et shingazidja).

Dans cet exemple on voit que pour le passé le swahili propose deux temps, selon que l'action est accomplie ou inaccomplie, là où les langues comoriennes n'en proposent qu'un. L'article défini est nettement exprimé aux Comores comme un préfixe de classe devant le nom, et est exprimé autrement en swahili, comme un infixe complément d'objet. Ce sont des constructions grammaticales de ce genre qui définissent les langues comoriennes comme des langues ayant une autre origine que le swahili, et n'en sont en aucune façon des dialectes[4]. La base du shimaore serait celle du kimakua, peuple établi au Mozambique[5].

ÉcrituresModifier

 
Manuscrit swahili en en caractères arabes adaptés (avant 1880[6]).
 
Enseignement du swahili avec un alphabet latin (2018).

Le swahili est aujourd’hui écrit avec un alphabet latin standardisé par le comité d’Afrique de l’est du swahili dans les années 1930. Cet alphabet est une écriture défective et ne représente pas toutes les différences entre les phonèmes, mais ces différences sont néanmoins absentes dans certains dialectes.

Le swahili a aussi été écrit avec l’alphabet arabe.

PrononciationModifier

Locuteur du swahili enregistré au Cap.

ConsonnesModifier

Bilabial Labio-
dental
Dental Alvéolaire Post-
alvéolaire
Palatal Vélaire Labio-

vélaire

Glottal
Nasales m m n n ɲ ny ŋ ng'
Occlusives sourdes p p t t k k
voisées b b d d ɟ j ɡ g
Affriquées t͡ʃ ch
Fricatives sourdes f f θ th s s ʃ sh x kh h h
voisées v v ð dh z z ɣ gh
Spirantes centrales j y w w
lattérales l l
Roulées r r

Les fricatives dentales, dh et th sont en fait très peu employées sauf à Zanzibar ou par certains journalistes à la radio ou à la télévision. Elles sont prononcées respectivement z et s[7], et les prononcer fait paraître pédant :

Tafazali (tafadhali s'il te plaît), zahabu (dhahabu l'or), feza (fedha l'argent), kuzarau (kudharau mépriser); mesali (methali le proverbe), kurisi (kurithi hériter), samani (thamani la valeur), etc...

Le même phénomène se retrouve avec les fricatives vélaires gh et kh, comme ghali prononcé gali (cher), magharibi prononcé magaribi (l'ouest) ou kheri devenu heri au fil des ans, comme dans Kwa heri ou Heri la mwaka mpya, Bonne année.

Lugha, la langue, kilugha, le dialecte sont ainsi prononcés [luga] et [kiluga] comme on l'entend dans la vidéo ci-contre : Mimi nazumgumza kiswahili kama lugha [luga] ya kwanza, je parle swahili comme ma première langue.

La spirante post-alvéolaire j, notée ɟ en API est entre le j mouillé et le dy, comme en wolof jigeen. Mais dans l'ouest les locuteurs le prononcent dj comme dans John.

La nasale vélaire ŋ, écrite en swahili ng' présente peu de difficultés pour les Anglophones qui l'ont dans les mots comme king, singer : ng'ombe la vache, kung'oa arracher, kung'aa briller. Sans être écrite on l'entend dans les mots qui présentent une voyelle nasalisée suivie de la gutturale g : kuangalia regarder se prononce [ku-aŋ-ŋga-li-a]; Koŋ-ŋgo le Congo. Dans quelques langues locales, comme le kirungu (ouest) ou le kizigua (Tanga) on peut avoir des noms propres ou des noms de village enchaînant le m et le n vélaire : Memnai un village [Me-mŋa-y], Msumnai, nom propre [m-su-mŋay].

Les lettres b et d, enfin, peuvent désigner de simples bilabiales ou des dentales comme en français (bouche, dent) mais représentent aussi les sons implosifs de mɓuyu, le baobab par exemple ou ɗini, la religion. Ces sons sont simplement écrits b et d, les homonymes étant rapidement repérés selon le contexte (dini,ma- le minerai, ɗini,- la religion). Nombre de mots comportent ces sons implosifs mais ces sons ne sont jamais prononcés par les locuteurs de l'ouest sans que cela soit considéré comme une faute : ɓado (pas encore), ɓwawa (l'étang), kuɗondoka (tomber), etc...

VoyellesModifier

Une syllabe se doit de finir par une voyelle. N'importe quel mot importé qui se termine par une consonne se verra ajouter une voyelle finale : Joni (John), intaneti (Internet), dubu (arabe dub, دب l'ours), dukani (arabe dukan (دكان), devenu dukani, à la boutique (un locatif); ce mot a donné le mot duka, ma-, la boutique); kusevu, mettre de côté (anglais to save).

La maison de la paix, Dar salaam ou Ed dar es salaam دار سلام ou الدار السلام , se prononce donc Dari Salama. Dar es salaam, le nom occidental, est un mélange de la forme avec article et de la forme sans article. Elle doit cette confusion aux Allemands lorsqu'ils ont pris la ville au successeur du sultan Seyyid Masjid de Zanzibar, dans les années 1880, qui avait appelé le lieu de Mzizima (Ville saine) Dar Salaam, soit avec l'article Ed-Dar es-Salaam (El Dar El Salaam mais d et s sont des lettres du soleil en arabe).

Dans cet esprit on ne peut prononcer un mot en faisant terminer une syllabe par une consonne : simba se prononce [si-mba] et non [sim-ba]. Kiliman-njaro et non Kiliman-jaro; Kutengeneza, réparer, se prononce [kute-ngeneza], etc...

Les voyelles longues s'écrivent de façon redoublée, saa, l'heure; jogoo, le coq, manii, la semence; juu, dessus, ya pekee, unique. Exemple : Mambo ya sanaa, anajua sana Ce qui touche à l'artisanat il en sait beaucoup (sana très).

Lorsqu'un redoublement de voyelle provient de la désinence de la classe les voyelles sont nettement distinctes : kiini, vi-, le noyau, l'atome, est nettement prononcé [ki-i-ni]. Même chose lorsqu'il s'agit d'un redoublement dû au pronom sujet ou complément, ou de la marque d'un temps : Tutaacha kusambaa, nous allons cesser de ramper |tu-ta-acha ku-sam-mbā]. Nitawaacha pale Je les laisserai là-bas [Ni-ta-wa-acha].

Les tonsModifier

Le swahili ne comporte pas de tons, au sens où l'on parle de langue à ton. Rappelons qu'une langue à tons distingue deux ou trois syllabes par le ton sur lequel elles sont prononcées.

Dans beaucoup de langues la même syllabe sur des tons différents a un sens très différent. Le plus cité est la syllabe ma en chinois mandarin qui peut désigner la mère, le chanvre, l'insulte ou le cheval[8]. Mais on trouve ces tons en bamanankan par exemple, désignant la maison et le cheval. En maka ebessep, au Cameroun oriental, shwi sur le ton haut désigne la panthère et shwì sur le ton bas la mort. Ces tons permettent de siffler la langue ou de la jouer sur un tam-tam.

La modulation sur un ton peut être liée à une intonation prosodique, c'est-à-dire que le ton modifie la forme grammaticale comme l'interrogation par rapport à l'affirmation ou l'exclamation. On peut aussi prendre comme exemple en français les tons prosodiques employés pour donner une nuance comme Là ! Il est là ! (ton haut) par rapport à Là ! Tu vois que j'ai raison ! (ton bas), la surprise par rapport à l'évidence d'une conclusion. On trouve en swahili quelques cas où ces tons liés à l'intonation prosodique sont employés, particulièrement pour distinguer deux formes grammaticales différentes comme l'affirmatif et le négatif. Les autres cas concernent l'éloignement ou certaines formes du oui et du non (voir plus loin).

Dans cette section l'accent aigu désignera le ton haut et l'accent grave le ton bas, une lettre sans accent désignera une prononciation ordinaire. La graphie ne mentionne bien sûr aucun accent.

  • Les pronoms complément wa et , vous et eux

Ninawaona je vous vois

Ninawàona je les voie; nitawàambia je leur dirai.

  • La forme négative d'un verbe

Le h n'est jamais prononcé, sauf à Zanzibar. Les formes Atakuja et Hatakuja ne se distinguent alors que par le ton haut lors de la forme négative :

Atakuja Il viendra et Hatakuja [átakuja] il ne viendra pas.

Utaelewa haraka Tu vas vite comprendre Hutaelewa hata kidogo [útaelewa] Tu ne vas rien comprendre même pas une miette.

  • L'éloignement

Le ton haut indique que l'objet est éloigné. Plus il est haut, plus l'objet se trouve loin. Un allongement de la syllabe indiquera une distance encore plus grande :

Yupo pale / Yupo páléé / Yupo páááááálééééééé / Yuko kúúúúúúlééééééé Il est là-bas (visible ou non).

L'accent toniqueModifier

L'accent tonique est sur la pénultième : Tanza'ni-a, 'nyu-mba, ata'kuja...

Jusqu'à la fin du siècle dernier on pouvait respecter l'accent tonique des mots étrangers, particulièrement de l'arabe. Cela s'entend nettement dans la chanson Malaika, chantée entre autres par Myriam Makeba ou Boney M : Naku'pe-nda Ma'la-i-ka. Comme autres exemples, kawaida [ka'wa-i-da, habitude] كالعاده, lazima ['la-zima, il faut] لزم. De nos jours n'importe quel mot est prononcé avec l'accent sur la pénultième, quelle que soit son origine : [ka-wa'i-da], [la'zi-ma]; [in-ta-'ne-ti] (Internet, venu de ['internet] en anglais), kefu ['ke-fu] (Internet café, prononciation fondée sur safe qui a donné sefu).

Kama kawa signifie littéralement Comme d'hab', une expression à la mode depuis quelques années, pour Kama kawaida, Comme d'habitude. L'accent tonique est nettement prononcé sur le ka : 'kama 'kawa.

GrammaireModifier

Classes nominalesModifier

Vue d'ensembleModifier

Comme dans les autres langues bantoues, le swahili organise ses noms par classes nominales.

classe groupe préfixe singulier traduction pluriel traduction
1, 2 personnes m-/mu-, wa- mtu personne watu personnes
3, 4 arbres, éléments naturels m-/mu-, mi- mti arbre miti arbres
5, 6 groupes, aug Ø/ji-, ma- jicho œil macho yeux
7, 8 objets, dim ki-, vi- kisu couteau visu couteaux
9, 10 animaux, mots d’emprunt, autre Ø/n-, Ø/n- ndoto rêve ndoto rêves
11, 12 extension u-, Ø/n- ua barrière, terrain nyua barrières
14 abstraction u- utoto enfance

Classes ou genresModifier

Les auteurs francophones qui présentent une méthode d'apprentissage du swahili parlent de classes ou de genres. Une classe, comme le montre le tableau précédent, désigne le mot au singulier, et une autre classe le représente au pluriel : m-tu, wa-tu appartiennent donc chacun à une classe. L'ensemble forme un genre[9]. Les méthodes proposent donc un numéro à chaque classe que le lecteur doit mémoriser. Par exemple les chiffres du mot mtu 1/2 réfèrent au fait que le pluriel est de la classe 2, watu. L'entrée usiku 11/10 suppose que l'on sache quel est l'accord de la classe 10.

Les auteurs anglo-saxons, suivis par les chercheurs des différents instituts de recherche en Tanzanie ou au Kenya ont adopté un système plus intuitif, sans se référer au numéro de la classe[10]. Dans un manuel ou un dictionnaire, l'accord de classe du pluriel est indiqué après le nom. Il s'agit d'un simple tiret lorsque le pluriel est identique au singulier[11]. On parle ainsi de classe m/wa, de classe m/mi, li/ma, etc. :

tunda, ma- fruit matunda les fruits

nguo,- étoffe, vêtement nguo les étoffes, les vêtements

mtoto, wa- enfant watoto les enfants

mtoto, mi- tiroir mitoto les tiroirs

Description des différentes classesModifier

Les langues bantu ont été ainsi nommées car la classe des êtres animés au pluriel présente ce même affixe ba-, qui peut être décliné en wa-, a-, b-. Le mot ntu signifie l'homme, avec ses variantes -tru, -tu, -od (mod, bod), -ot (mot, bot), etc. C'est par cette classe des êtres animés que sont présentées les différentes classes, d'habitude. Afin de donner un meilleur aperçu de l'ensemble des classes l'ordre sera ici présenté différemment[12].

  • 1. La classe des objets indifférenciés, -,-

Ce sont les objets comme les vêtements (nguo), les étoiles (nyota), les voitures (gari), les maisons (nyumba), la viande (nyama), les bananes (ndizi). Ces objets se différencient peu, forment une étoffe dans laquelle baignent ces objets.

Leur pluriel est semblable au singulier, bien que les accords de classe comme le relatif ou l'article distinguent le singulier du pluriel :

nguo yangu, mon vêtement; nguo zangu, mes vêtements

nyama ya ng'ombe, la viande de bœuf; nyama za porini, les viandes de brousse

gari imekwama kwenye foleni, la voiture est prise dans l'embouteillage; gari zote zimekwama kwenye foleni, toutes les voitures sont prises dans l'embouteillage.

Dans cette classe se trouvent les animaux, peu différenciables les uns des autres, mais ces animaux s'accordent en général avec la classe des êtres animés : simba le lion, twiga la girafe, konokono l'escargot, kuku la poule.

  • 2. La classe m/mi
    Il s'agit d'une différenciation par rapport à l'environnement : un arbre (mti,mi-), une plante (mmea,mi-), une montagne (mlima, mi-), une rivière (mto), une forêt (msitu). Dans la nature indifférenciée (alama,-) se distinguent ainsi des objets, ce qui introduit la dualité.
  • 3. La classe m/wa, les êtres animés

L'élément introduit est l'âme, le souffle qui permet la mobilité. Dans cette classe se retrouvent tous les êtres animés et les professions, ainsi que les noms qui qualifient une personne ou la désignent comme appartenant à un groupe.

mtu/watu, homme; mtoto, wa- l'enfant: mke, wa- la femme; mjomba, wa- l'oncle maternel;

mwindaji, wa- le chasseur; mwalimu, wa- l'enseignant; mkulima, wa- le cultivateur; mwimbaji, wa- le chanteur;

mjinga, wa- l'imbécile; mshenzi, wa- l'idiot; mjanja, wa- le rusé;

Mwingereza, wa- l'Anglais; Mfaransa, wa- le Français; Mchaga, wa- de l'ethnie chaga; Mwulaya, wa- l'Européen; Mswahili, wa- le Noir, l'Africain (appellation politiquement correcte en swahili); Mzungu, wa- le Blanc (idem).

  • 4. La classe des instruments

Il s'agit cette fois de tout ce qui peut instrumentaliser, que ce soit physiquement ou en instituant une règle, une manière. Il s'y trouve donc les noms d'instrument, les langues (parler à la manière de), les coutumes (faire une action à la manière de), et des adjectifs devenus adverbes :

kisu, vi- le couteau; kiti, vi-, la chaise;

kiingereza, l'anglais (langue); kifaransa, kijeremani, kichaga le français, l'allemand, la langue des Wachaga;

Anapika kifaransa, il cuisine à la française; anaongea kigeni, il parle comme un étranger;

Kidogo, un peu; kizuri, vizuri, bien.

  • 5. L'abstraction u/-

Cela concerne les abstractions nées d'une racine verbale ou d'un adjectif. Bien souvent ces mots n'ont pas de pluriel :

upendo, l'amour; ufunguo,-, la clef; ufagio, - le balai

uzuri, la beauté; wema, la bonté; uhamiaji, l'immigration; udongo, le sol;

Le pluriel peut être en ny- pour certains mots comme uso, nyuso le visage ou ufa, nyufa la faille, la fissure, wimbo/nyimbo le chant.

  • 6. La classe li/ma

Cette classe réunit les éléments qui sont différents les uns des autres mais qui mis côte à côte forment un ensemble cohérent. Une image que l'on peut donner est celle de ces poissons en un banc qui change de forme : c'est l'ensemble qui en donne la cohérence. Ce sont donc des gouttes qui forment un ensemble comme les liquides : maji, l'eau; mafuta, l'huile (toute huile); maziwa, le lait.

Les paires qui forment un ensemble cohérent entrent dans cette classe : jicho, ma- (macho), l'oeil; paja, ma- la cuisse; tako, ma- la fesse, pacha, ma- jumeau. On y trouve aussi les mots qui désignent un ensemble d'éléments très différents mais dont seule la réunification forme un tout : mazingira, l'environnement; makaburini, le cimetière; eneo, ma- l'aire.

Certains mots désignent un objet ordinaire et sont ainsi dans la classe des objets indifférenciés, comme gari,-, nyota, -. Mais si l'on fait attention aux particularités de ces objets ils forment alors un ensemble cohérent avec son caractère propre : magari ya kigeni, les voitures étrangères; mabasi ya kienyeji, les bus locaux; mabaskeli ya aina mbali mbali, les vélos de différentes sortes; manyota, les étoiles (le firmament).

  • 7, 8 et 9 : l'espace-temps

7. La classe ku : espace-temps indéfini

Dans l'espace ku- représente un lieu indéfini, kule (éloigné), huku (rapproché), huko (lieu indéfini dont on a déjà parlé) :

Ufunguo umepotea huku, on a perdu la clef par là

Kwema? (Tout va) bien par ici ?

Kamwone kule Va le voir là-bas

Huko hakuna Par ici il n'y en a pas

Dans le temps cela désigne l'infinitif avec le préfixe ku- , qui s'accorde comme une classe ordinaire :

Kusema kwake kuzuri Son (sa façon de) parler est beau (belle).

Hakuruhusiwi kuvuta sigara huku Il est interdit de fumer par ici.

8. La classe pa: espace-temps défini

Hapa, ici; pale là-bas; hapo ici (déjà mentionné)

Panafaa hapa ça convient ici; Utamwona pale sokoni Tu le verras là-bas au marché; Hapo matatizo Ici (commencent) les problèmes.

9. La classe m- : intérieur

humu, ici-dedans: mule, là-bas dedans; humo, là-dedans (espace déjà mentionné).

Mna mtu humu Il y a quelqu'un à l'intérieur; Kaulize mle ndani Va demander là-bas dedans; Niliuliza humo humo J'ai demandé là-bas dedans (où tu m'avais dit).

Le jeu des classesModifier

Les classes ne sont pas figées et les locuteurs ne se privent pas de jouer entre les différentes classes. Cela peut se faire par humour, par respect ou pour introduire une nuance particulière.

Les animauxModifier

Les animaux sont des éléments en grand nombre, indifférenciés, de la classe des objets (-,- soit 9/10 dans la classification officielle). Ils s'accordent cependant le plus souvent avec la classe des êtres animés, comme pronom sujet ou complément :

- Kamwone mbwa yuko wapi, pengine ametoroka Va voir le chien, où il est, d'ailleurs il s'est peut-être enfui (Si c'était un objet Kaione mbwa iko wapi, pengine imetoroka).

Remarquons que ce n'est pas le propre de toutes les langues bantu. On peut ainsi comparer la même phrase en swahili et en shimaore, J'ai donné de l'eau au poulet pour qu'il ne souffre pas :

Swahili : Nimempa kuku maji asiumwe

Shimaore Tsiivo kuhu maji isikodze

Le respectModifier

Wakambeba maiti... Et ils ont porté le corps... maiti est un objet, pourtant par respect on le désigne comme un être animé.

La familiaritéModifier

Les noms de parenté s'accordent avec le possessif de la classe des objets (-,-) pour marquer la proximité, la familiarité :

Baba yangu, mon père; Mjomba yangu (et non wangu) mon oncle maternel; Shangazi zake ses tantes; fundi yangu mon professeur, mabosi yetu ou mabosi zetu, nos patrons. Cela ne concerne pas le pronom sujet ni le relatif de classe :

Fundi yangu wa hasibu anaumwa Mon professeur de mathématiques est malade.

Augmentatif et diminutifModifier

Le préfixe ji- est augmentatif, ki- un diminutif :

mtu, l'homme; jitu, le géant. Mtoto, l'enfant; kitoto le bébé.

On trouve aussi des diminutifs qui viennent d'autres langues, comme le préfixe ka- venu du kisukuma : kadege le tout petit oiseau (il existe kidege), kale kafupi kakaondoka sasa (le petit court sur pattes est parti maintenant, contre yule mfupi akaondoka sasa).

On trouve encore des expressions qui jouent sur les classes, certaines connues, d'autres créées selon les besoins :

Jicho, ma- l'oeil ; Amefungua macho makubwa Il a ouvert de grands yeux; Akatoa mimacho mikubwa wacha wee : il a ouvert des yeux comme des soucoupes laisse tomber.

Les verbesModifier

La particularité de la plupart des langues bantu est d'être agglutinantes : à la racine du verbe s'ajoutent des infixes et des suffixes qui modulent le sens. Le suffixe -ana désigne la forme réciproque, l'un l'autre. Pour la racine *ona , voir on trouve kuonana (swahili), uonana (shimaore), monana (lingala), kubonana (isiZulu), etc... : se voir l'un l'autre, se rencontrer. Par exemple Tutaonana kesho, on se verra demain.

Les différentes formesModifier

La forme causative -sha ou -za : qui fait faire l'action. Kuona, voir, kuonyesha, faire voir donc montrer; kupendeza, faire aimer, plaire; kula, manger, kulisha nourrir. Kupa donner kupasha moto mettre le feu à.

La forme réciproque -ana : kuonana, se voir l'un l'autre; kukuta trouver kukutana se rencontrer

La forme réflexive -ji- : kujiona, se voir (soi-même); anajidharau mwenyewe il se méprise lui-même.

La forme d'état -ka : Nimechoka, je suis fatigué; mti umeanguka, l'arbre est tombé; kitabu kimedondoka, le livre est tombé (de haut); gari imeharibika, la voiture est en panne.

La forme applicative -i- ou -e- : l'action est faite en vue de quelque chose ou de quelqu'un. Kuamba, dire, kuambia, dire à (quelq'un) comme nimemwambia, je lui ai dit; kuonea, voir quelqu'un de travers; kulia, pleurer, kulilia pleurer quelque chose ou quelqu'un; kutembea se promener, kutembelea rendre visite à. Kuweka poser kuwekea mettre de côté. Kutaka vouloir, kutakia souhaiter.

La voix ou forme passive -wa : kupenda aimer kupendwa être aimé; kuvunja abîmer kuvunjwa être abîmé (par quelqu'un, kuvunjika être cassé, se casser comme itavunjika ça va se casser).

Combinaison de formesModifier

Les formes peuvent se combiner entre elles et donner ainsi un sens différent :

Kupenda, aimer; kupendwa, être aimé, kupendeza, faire aimer, plaire; kupendezesha, faire en sorte que ça plaise; kupendelea, aimer pour (aimer davantage) donc préférer.

Kuelea, flotter; Ninaelea, je flotte, ninaelewa, "je suis flotté" donc je comprends (comparer au français "avoir la tête hors de l'eau"); Ninakueleza, je t'explique; Inaeleweka, c'est compréhensible; Nitamwelezesha, je lui ferai comprendre.

La combinaison de forme applicative et passive n'existe pas en français mais on la retrouve en anglais : nimepewa, "j'ai été donné", I was given soit on me l'a donné (kupa donner); nimeambiwa on m'a dit; kuazima emprunter, kuazimisha prêter, nimeazimishiwa on me l'a prêté.

La forme réciproque n'est en français employée qu'avec les pronoms pluriels : Ils se sont battus wamepigana; nous nous sommes rencontrés hier tulionana jana; mlikutana shuleni vous vous êtes retrouvés à l'école. Mais en swahili l'adjonction de na, avec, permet d'utiliser ces formes au singulier : Nilikutana na ninyi jana "je me suis rencontré hier avec vous"; alipigana naye, il s'est battu avec lui; ulionana naye shuleni "tu l'a vu avec lui" à l'école.

Avec l'utilisation du passif applicatif cela permet de garder la constance du sujet dans un récit, ce qui est une singularité du swahili par rapport au français :

Nilikaribishwa nyumbani nikapewa kiti. Ila nikawa sijaelezwa kitu. Nilipoonana na mume wake nikaambiwa anaumwa. (J'ai été fait approcher à la maison et j'ai été donné un siège. Mais j'étais je n'ai pas encore été expliqué quelque chose. Quand j'ai vu l'un l'autre avec son mari j'ai été dit elle est malade) : On m'a accueilli à la maison et on m'a donné un siège. Mais on ne m'a rien expliqué. Quand j'ai rencontré son mari on m'a dit qu'elle était malade.

Dans un récit on peut très bien commencer chaque phrase ou chaque description d'action par une personne différente, cela reste grammaticalement juste. Mais si l'on veut respecter la pensée swahili il vaut mieux s'en tenir à une constance dans le pronom sujet.

Le relatifModifier

Le relatif s'exprime de plusieurs façons diffférentes :

  • par un infixe -o- qui est modulé par l'accord de classe : kitu kilichoharikika, la chose qui s'est cassée; mambo yaliyoharibika, les problèmes qui se sont gâtés. Nguo zile zilizonunuliwa, les vêtements qui ont été achetés.
  • par un suffixe -o dans le cas où la forme est atemporelle : spea ziharibikazo, les pièces détachées qui ont l'habitude de casser (en général).
  • par la particule amba- à laquelle on ajoute l'accord de classe et le suffixe -o : kitu ambacho kiliharibika, mambo ambayo yaliharibika, spea ambazo zinaharibika.

L'infixe -o-Modifier

Il est donc modulé par l'accord de classe, que le nom qu'il module soit sujet ou objet :

Kitu kilichonipendeza la chose qui m'a plu; kitu nilichokipenda, la chose que j'ai aimée.

Chagua matunda yale yaliyoiva Choisis les fruits qui sont mûrs; Chagua yale uliyoweka pembeni Choisis ceux que tu as mis de côté.

Kituo kinachofuata L'arrêt suivant (celui qui suit).

Le relatif est associé à une action bien définie dans le temps, il n'est donc jamais associé au passé récent (parfait) -me-, mais toujours au passé éloigné (passé simple, preterit, aoriste) -li- : Yule aliyekuja sasa hivi Celui qui est arrivé à l'instant. Wanaokaa hapa, ceux qui sont assis ici. Wale watakaoondoka mapema, ceux qui partiront tôt.

Dans le cas des êtres animés au singulier, l'infixe est -ye- et non -o- : Anayefuata, le suivant (Au suivant !); Aliyenisogelea shangazi yangu Celle qui s'est approchée de moi (c'est) ma tante paternelle.

Le suffixe -oModifier

Il est associé à un état atemporel : Kitabu hiki ndicho nikitafutacho Ce livre c'est celui que je recherche. Wakao hapa, ceux qui d'habitude s'asseyent ici.

On le trouve aussi dans les formes avec -na-, avec, la particule -li- se trouver et dans les locutions indiquant une possibilité existentielle :

Kitabu nilicho nacho, le livre avec lequel je me trouve; Kitabu kinginecho, un autre livre possible.

La particule amba-Modifier

Le relatif exprimé par l'infixe -o- n'a pas du tout plu aux locuteurs étrangers qui ont mis par écrit le swahili. Ils ont donc inventé une particule, amba-, à laquelle ils ont ajouté l'accord de classe, sujet ou objet : -ye, -cho, -lo, etc.

Cela est un phénomène relativement récent, du siècle dernier et cette tournure n'est pas employée dans les villages même si le swahili est maintenant leur langue maternelle. Elle est par contre très utilisée à la radio ou par les locuteurs qui ont grandi dans de grandes villes comme Dar es Salaam. Cette tournure est exclusivement employée par le locuteur dont la vidéo est insérée dans cette page :

Tanzania ni nchi ambayo ina upendo... Mimi ni mtu ambaye ninafanya biashara... mimi ni mtu ambaye inapenda (sic) utamaduni... lugha ya kiswahili ambayo inaweza kusanyisha makabila... mlima wa Kilimanjaro ambao unaweza kupanda...

Les circonstantielles de temps et de lieuModifier

Le relatif s'emploie avec les classes de l'espace-temps, pa-, ku-, m- ce qui est rendu en français par où, dans lequel.

Cela concerne le lieu : Anapoenda pazuri Là où il va (c'est) joli. Anakoenda hatujui Là où il va nous n'en savons rien. Alimotoweka siri yake Dans quel lieu il a disparu c'est un mystère (son secret).

Le temps : Alipoenda watoto walilia Lorsqu'il est parti les enfants ont pleuré. Siku anakoamua kuondoka haieleweki Le jour où il décide de partir c'est incompréhensible. Siku atakapoamua kuondoka tutalia sisi Le jour où il décidera de partir nous on va pleurer.

Le relatif atemporel, le suffixe -o, existe mais est peu employé : Aendako usiku anaficha Là où il se rend la nuit il le cache.

On peut trouver des nuances de combinaison de temps et de lieu défini et indéfini (-pa- et ku-) dans la même forme verbale. En parlant d'un voleur (Yule mwizi) : Ataziuza atakakokuweko Il les revendra là où il se trouvera (et nous n'avons aucune idée de cet endroit); Tutamshika atakapokuweko Nous l'arrêterons là où il se trouve (pouvoir l'arrêter signifie que le lieu a été défini mais nous ne savons pas encore où c'est).

Lorsque l'action est simultanée, au présent, on emploie l'infixe de temps -ki- : Wakipiga ngoma watoto wanafurahi Quand ils jouent du tam-tam les enfants sont contents. Matunda yakikomaa kima wanaibaiba Lorsque les fruits sont mûrs ils sont volés par les singes (les patas, kima).

La subordonnée descriptiveModifier

Toute proposition relative du français n'est pas à traduire avec un relatif. Dans le cas d'une description simple on emploie une juxtaposition :

Va voir celui-là là-bas. Celui qui est de petite taille ? Oui, celui qui a la chemise rouge. Kamwone yule pale. Yule mfupi? (Et non yule aliye mfupi?). Ee, Yule amevaa shati nyekundu. (Et non yule aliyevaa shati nyekundu).

La manièreModifier

La manière de faire une action se traduit par le relatif associé au pluriel de la classe des instruments, ki/vi , comme le font les adverbes vizuri (bien), vyema (bien, bonnement), vingine (autrement) :

- Vipi? - Unavyoelewa. Comment ça ? Comme tu le comprends.

Anavyotembea De la façon dont il/elle marche; Ndivyo ilvyo C'est comme ça. Unavyoanzisha utashindwa A la façon dont tu t'y prends ("dont tu fais commencer") tu cours au désastre ("tu vas être vaincu"); Itategemea watakavyoelewana Cela dépendra de la façon dont ils s'entendront entre eux.

Le subjonctifModifier

Le subjonctif , qui existe dans de nombreuses langues bantu, est employé dans les mêmes cas en français. C'est pourquoi les locuteurs bantu n'ont aucun mal à l'appprendre en français, et vice-versa. Ce sont principalement les différences d'emploi qui sont exposées ici.

Emploi du subjonctif[13]Modifier

Le verbe prend la finale e à la place du a de l'actif : Tuonane kesho Que nous nous voyions demain. La subordonnée se met au subjonctif dans les cas suivants : la volonté, le souhait, l'obligation, la préférence ... mais également lorsque le sens est un impératif avec le sous-entendu Il faut que ("Il faut que nous nous voyions demain", ou "Ce serait bien que nous nous voyions demain"). Le subjonctif est aussi employé dans les subordonnées qui indiquent le but, pour que, afin que, parce que. Ces conjonctions ne sont pas employées, en général, car selon la pensée swahili le verbe au subjontif l'exprime. Elles peuvent être employées pour insiter mais ces conjonctions viennent de l'arabe (ili, kwa sababu ...) et ne sont donc pas souvent nécessaires.

Nataka aondoke mapema Je veux qu'il parte tôt

Nilimwambia afike hapa Je lui ai dit de venir ici (qu'il vienne ici)

Nilinunua nyama (ili) mke wangu amkaribishe mgeni wetu J'ai acheté de la viande (pour que) ma femme puisse accueillir notre invité

Baba yake mtoto alimnunulia kitabu asome Pour l'enfant son père lui a acheté un livre (afin qu') il étudie

Ingefaa wasiende kesho Il serait bon qu'ils ne partent pas demain

Ulete chupa ya maji msipate matatizo njiani Emporte une bouteille d'eau pour que vous n'ayez pas de problème en route.

Ni vizuri ubadili nguo C'est bien (ce serait bien) que tu te changes (d'habit)

Nikae hapa ? Que je m'asseye ici ?

La principale et la subordonnée ont le même sujetModifier

On a en français l'emploi de l'infinitf en ce cas-là : Je veux qu'il parte et Je veux partir. Nous comptons aller au cinéma ce soir.

En swahili cela dépend des facteurs qui peuvent maîtriser l'événement ou non. Si le résultat dépend de facteurs que l'on peut maîtriser, la subordonnée sera au subjonctif :

Nataka niende mapema Je veux partir tôt

Tunategemea tuende picha usiku Nous comptons aller au cinéma ce soir

Mtoto alipewa kitabu asome On a donné un livre à l'enfant (pour qu'il) étudie.

Lorsque le résultat ne dépend pas de facteurs que l'on peut maîtriser c'est l'infinitf qui est employé :

Wale watu wanataka kutawala dunia Ces gens-là veulent gouverner le monde

Anataka kufa Il veut mourir (il va mourir)

Nataka kuondoka Je veux partir (uneé décision de l'intérieur, ne dépendant d'aucun facteur externe quand elle a été prise ou énoncée)

Nataka kukojoa Je veux pisser; Nataka nikojolee chooni Je veux pisser dans les toilettes (le lieu peut être choisi, alors que l'envie de pisser est difficilement maîtrisable).

Au passé nous pouvons donc trouver le subjonctif ou l'infinitif selon que l'action est définie ou non :

Walitaka waondoke mapema Ils voulaient partir tôt (et ils se sont réveillés tard); Walitaka kuondoka mapema (et la route a été emportée par la pluie).

SyntaxeModifier

Une syntaxe classiqueModifier

Par syntaxe classique il faut entendre celle que l'on trouve dans de nombreuses langues : sujet-verbe-complément[14].

Mtoto analeta vitabu vyake shuleni L'enfant apporte ses livres à l'école.

Paka anakula panya Le chat mange la souris.

Ces exemples sont cependant théoriques, et se trouvent en général dans des livres de grammaire. Un enfant de CM2 apprend ainsi la voix passive, Le chat mange la souris, la souris est mangée par le chat, pour s'apercevoir par la suite que personne ne parle comme ça : La souris s'est fait manger par le chat ou Il y a la souris qui s'est fait manger par le chat. La construction enseignée en CM2 reste cependant juste en langage écrit : qui écrirait Il y a les ions positifs qui se sont fait attirer par la cathode ?

C'est le même phénomène en beaucoup de langues : on trouve écrit È pericoloso sporgersi mais une maman ne conseillera pas ainsi de ne pas se pencher au-dehors. Ne te penche pas au-dehors c'est dangereux, ou en swahili Usiegemee nje hatari alors qu'il sera écrit Kuegemea nje ni hatari.

Il y a ainsi un décalage entre la langue parlée et la langue écrite, un décalage que mettent un temps à intégrer les étrangers. Entendre Parlez-vous français ? fait sourire parce que cela sort manifestement d'un manuel de grammaire, de même que Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?. Et un locuteur swahili, entendant un Ningetaka kahawa tatu, "J'aimerais trois cafés", ne peut s'empêcher de penser que le locuteur est encore un étranger (bado mgeni au sens "pas encore intégré") et qu'il en viendra un jour à dire "Naomba vikombe vitatu vya kahawa", "Je demande trois tasses de café".

La langue parléeModifier

Comme toute langue parlée le swahili met des mots en apposition au début de la phrase. C'est en fait l'idée principale de la phrase qui est émise en premier. Au lieu d'un grammatical Unajua kiswahili? Tu parles swahili (Kujua savoir) on entendra bien plus souvent Kiswahili unajua?

L'ordre des motsModifier

C'est donc simplement l'ordre des mots qui indiquent des nuances dans la phrase, ainsi que l'intonation. L'insistance est souvent écrite, dans les romans, sous forme d'italiques.

Nitaleta kikombe kesho J'apporterai une tasse demain

Kikombe nitaleta kesho Une tasse j'en apporterai une demain

Kesho nitaleta kikombe Demain je pourrai apporter une tasse

Kesho nitaleta kikombe (insistance) C'est demain que j'apporterai une tasse.

Yule mtoto vitabu vyake shuleni kasahau, kesho nitamletea "L'enfant ses livres à l'école il a oublié demain je les lui rapporterai". Nous sommes donc loin de la syntaxe indiquée dans les manuels de grammaire.

L'articleModifier

Il n'y a pas, à properment parler, d'article en swahili. L'article indéfini, un, une est rendu par le niveau zéro. Deux formes peuvent être traduites par l'article défini, le, la : le pronom démonstratif et l'infixe relatif à la classe. En ce cas il s'agit d'objets déjà mentionnés ou que l'on peut désigner.

Nitaleta kikombe kesho J'apporterai une tasse demain

Kikombe nitakileta kesho La tasse je l'apporterai demain

Nitaleta kile kikombe kesho J'apporterai la tasse demain

Kile kikombe nitakileta kesho La tasse en question je l'apporterai demain.

Remarque : L'emploi du démonstratif est semblable au passage du latin illem, illam à l'article défini le, la.

Nikaita mtumishi Clamabo ancillam J'appelais une servante

Nikamwita mtumishi yule Clamabo ancillam illam J'appelais cette servante

Nikamwita yule mtumishi Clamabo illam ancillam J'appelais la servante (que l'on avait mentionnée).

Le possessifModifier

Le possessif est très souvent utilisé en apposition, évitant ainsi la préposition de référence -a qui indique plutôt la définition :

Nyama ya porini la viande de brousse; Watoto wa shule Les enfants de l'école; Chama cha mpira Le club de foot.

Si l'expression Watoto wa wale mama "Les enfants de ces mamans" est juste grammaticalement elle est peu employée en langue parlée au profit du possessif, avec une apposition : Wale mama watoto zao.

Gari hiyo spea zake mbovu Cette voiture ses pièces détachées sont pourries

Yule mtu begi lake limeshaleta wasiwasi Cet homme son sac ne fait pas confiance (apporte déjà l'inquiétude).

Dans le cas d'êtres non animés le possessif s'accord au singulier et non au pluriel :

Wale mama watoto zao; Wale mbuzi watoto zake Ces chèvres leurs petits, ce qui fait inévitablement penser au grec ancien Τά ζόα τρέχει, Les animaux court (et non courent).

Etre et avoirModifier

EtreModifier

Le verbe être se rend de façon différente[15], selon que l'on considère l'état permanent ou l'état temporaire (ser ou estar en espagnol).

La particule niModifier

Il s'agit de l'état permanent : Mimi ni Mtanzania, mimi ni mwalimu, Je suis un Tanzanien, je suis un professeur[16]. Cette particule est bien souvent omise : Mimi mgeni hapa, je suis un étranger ici.

La négation est si : Yeye si mwizi, lui n'est pas un voleur.

L'indication de lieu et le relatif : -po, -ko, -moModifier

Cela correspond à se trouver quelquepart, de façon définie, indéfinie ou à l'intérieur de quelque chose :

Yupo pale, il se trouve là-bas (en vue); Ziko kule, Ils (des objets) se trouvent là-bas (non défini); Wamo humu ils sont là-dedans.

Cela peut servir à définir une situation que l'on sait temporaire : Yuko anaumwa Il est malade (en ce moment).

La particule -li-Modifier

Elle est présente dans les formes circonstantielles : Sijui aliko, Je ne sais pas où il se trouve.

Le verbe kuwaModifier

Il est employé dans les temps autres que le présent et dans les formes relatives :

Nilikuwa mgonjwa j'étais malade. Atakuwa nje il sera dehors.

Ce verbe sert aussi d'auxiliaire pour exprimer un temps antérieur ou futur :

Nilikuwa ninaumwa, "j'étais je suis malade", soit j'étais malade. Tulikuwa tunaondoka, nous étions sur le point de partir. Atakuwa hajalipa, "il sera il n'a pas encore payé", soit Il n'aura pas encore payé.

Le verbe avoir, soit être avecModifier

Le verbe avoir n'existe pas en swahili comme dans de nombreuses langues bantoues. On l'exprime par être avec, soit kuwa na. Le verbe kumiliki, posséder, existe mais il vient de l'arabe mlk (ملك) et a une connotation très forte avec la possession d'un roi, d'un nanti (ملك le roi). Un locuteur swahili se trouve avec quelquechose, ce que Alexis Kagame avait appelé La philosophie de l'être avec[17] :

Yule yuko na mke na watoto Il a une femme et des enfants

Yule yuko na kalamu Il a un stylo

Jana nilikuwa na rafiki Hier j'étais avec un ami

Jana nilikuwa na kalamu Hier j'avais un stylo

Kesho nitakuwa na gari Demain je serai avec une voiture ou j'aurai une voiture.

Au présent le verbe est souvent sous-entendu comme peut l'être le verbe être : nina kalamu, ana mke (une femme), hatuna matatizo sisi (nous n'avons aucun problème nous).

Oui et nonModifier

Les manuels enseignent généralement Ndiyo pour oui et hapana pour non. S'il est vrai que ces expressions sont utilisées, et largement utilisées dans le Nord ou au Kenya, elles ne rendent compte que de certains cas en "bon" swahili (kiswahili sanifu, Standard Swahili).

L'affirmation et la négation sont en effet modulées selon le contexte.

Reprendre la phraseModifier

La phrase est reprise avec un sens affirmatif, pour confirmer ou un sens négatif pour infirmer.

- Kiswahili unajua? - Najua. Tu parles swahili ? Je parle (kujua savoir)

- Alifika huko kweli? - Hakufika mwongo huyo. - Il est allé là-bas c'est vrai ? - Il n'y est pas allé, tu parles (menteur celui-ci).

- Zile ghali? - Rahisi. Et ça c'est cher ? - C'est bon marché.

Umechoka? Tu es fatigué ? - Nimechoka. Au négatif, le temps -ja- étant le pendant du passé récent -me-, on peut entendre Sijachoka, Je ne suis pas encore fatigué, mais la plupart du temps Bado, pas encore.

-Wamemaliza? - Bado. Ils ont fini? Pas encore.

Bado ne peut donc s'employer avec le passé accompli ni avec le futur :

- Mtoto alipasi mtihani? - Hakupasi. L'enfant a réussi son examen ? - Il n'a pas réussi. Watashinda kwenda kwa miguu kweli? - Hawatashinda. Ils vont vraiment réussir à (y) aller à pied ? - Ils ne vont pas réussir.

Employer une locution démonstrativeModifier

C'est là que l'on retrouve Ndiyo (c'est ça) et Siyo (ce n'est pas ça).

- Gari ya kwenda Mwanza ndiyo hiyo? - Ndiyo bwana. Lé véhicule pour Mwanza c'est celui-là ? - C'est celui-là, monsieur.

Cette locution démonstrative s'accorde avec la classe : Ndio hao Ce sont eux. Kisu kilichotafutiwa kila sehemu ndicho hicho. Le couteau qu'on a cherché partout c'est celui-ci. Ndiyo maisha Ainsi va la vie.

Pour affirmer une proposition dans son ensemble on emploie la classe des objets (9), ndiyo, siyo locutions qui ont entraîné cet emploi de oui dans beaucoup de cas.

Ndiyo ilvyo C'est comme ça. Siyo hivi Ce n'est pas ainsi.

- Wee unapenda kujifunza kiswahili au siyo bwana? - Toi tu aimes apprendre le swahili n'est-ce pas mon vieux (ou bien ce n'est pas mon vieux) ?

Tanzania ina amani? - Ndiyo. - En Tanzanie on est en sûreté ?- Oui.

Employer des sons d'approbation ou de refusModifier

L'approbation est rendue par eee, sur le ton descendant. Le non est rendu par mmh-mmh, ton moyen puis ton bas. Une vigoureuse opposition se fera en employant ce mmh-mmh sur le ton haut puis sur le ton bas. Dans les romans l'affirmation est rendue par ee ou eee, la négation par hu-hu, huh-huh, hon-hon ... au gré des auteurs.

- Umechoka ? - Ee. Tu es fatigué ? Avec ce temps -me- la réponse négative est le plus souvent bado ou en emloyant le passé récent négatif -ja- (sijachoka).

- Ulipita sokoni? - Hon-hon nafasi ndogo. Tu es passé au marché ? - Non, pas le temps (instant petit).

Répondre à une question négativeModifier

Les langues latines ont le non fondé sur la négation, non et ne sont en relation en français. En swahili d'une part le non dépend du contexte, d'autre part la forme négative du verbe est indépendante de toute locution négative. Si le locuteur est d'accord avec la question énoncée il affirmera donc l'ensemble.

- Hamjajitayirisha? - Ee. Vous ne vous êtes pas encore préparés ? - Oui. (Cela implique qu'ils ne sont pas encore préparés).

- Hawako mbali? -Ee, hawako mbali. Ils ne sont pas loin ? Oui, ils ne sont pas loin.

- Hamtakubali? - Ee. Vous ne serez pas d'accord ? - Oui (nous ne serons pas d'accord).

Les locutions liées à l'espace-tempsModifier

Ce sont ces locutions comme hapana et hamna. Elles signifient donc (voir plus haut) il n'y a pas, soit dans un espace ou temps défini (-pa-) soit dans un lieu (-m-). Mais elles sont à comprendre dans le sens ça n'a pas lieu d'être.

- Nikivaa nguo za saizi M zitanibana. - Hamna. Si je m'habille de vêtements de taille M ils vont me serrer. - Ça n'arrivera pas.

- Pale nilisikia nitakutana na wahuni? - Hapana. Là-bas j'ai entendu dire que je peux tomber sur (que je peux me rencontrer avec) des voyous ? - Non (il n'y a pas de danger de ce genre).

- Unaona nimepunjwa? - Hamna, bei ni hizo hizo. Tu crois (tu vois) que je me suis fait rouler ? - Non (ça n'est pas arrivé) les prix sont ceux-là même.

Comme indiqué plus haut dans le Nord de la Tanzanie le hapana semble avoir pris le pas, même sur le hamna.

Ces locutions ont leur emploi habituel dans les questions portant sur le lieu, la réponse reprenant la phrase : - Kule kuna maji? - Hakuna, kule kukavu. Là-bas il y a de l'eau ? Il n'y en a pas, là-bas (c'est) sec. ou -Yapo. Il y en a. - Mle mna hatari? - Hamna. Là-dedans il y a du danger ? - Il n'y en a pas.

L'espace-tempsModifier

Devant ou derrièreModifier

Si l'on suppose deux personnes, l'une swahilie, l'autre occidentale, la vision de l'espace-temps n'est pas la même. Pour désigner une autre personne qui se trouve plus loin, au-delà d'un arbre par exemple, l'on aura :

- Elle est derrière l'arbre, selon le locuteur occidental.

- Yuko mbele ya mti, elle est devant l'arbre, selon le locuteur swahili.

Et bien sûr ce sera le contraire dans le cas où la personne est entre les locuteurs et l'arbre : Il est devant l'arbre contre Yuko nyuma ya mti (nyuma derrière).

Cela est valable dans le temps, Avancer une réunion ou Reculer une réunion se diront de façon contraire selon la langue :

Kikao kitasogezwa mwezi mmoja mbele, soit mot à mot La réunion sera déplacée d'un mois devant, ce qui se traduit par La (date de la) réunion sera reculée d'un mois.

Le locuteur swahili voit donc l'espace-temps comme une ligne droite, en ce cas, et ne se place pas, comme un Occidental, au centre d'un lieu dont il définit les objets comme des limites qui définissent un devant ou un avant et un derrière ou un après[18].

Dans les structures de travail où se côtoient des locuteurs de différentes origines il est important de connaître cette particularité, et d'annoncer un report de réunion en swahili et en anglais par exemple.

Le locatifModifier

Le locatif est commun à de nombreuses langues bantu. En swahili il est exprimé par le suffixe ni- et s'accorde avec les classes ku-, pa-, m-. Il traduit le lieu, comme son nom l'indique, ce lieu étant défini, indéfini ou intérieur.

Nyumbani, à la maison (de nyumba,- la maison); makaburini au cimetière (kaburi, ma- la tombe); shuleni, à l'école (shule,- l'école); bwawani, à l'étang (bwawa,ma-); mjini en ville (mji,mi- la ville); kijijini, au village (kijiji,vi-, le village); vijijini, dans les villages; baharini en mer (bahari,- la mer).

Nyumbani kwake chez lui; nyumbani kwangu, nyumbani kwao chez moi, chez eux; nyumbani pake chez lui précisément (en désuétude au profit de nyumbani kwake); nyumbani mwake à l'intérieur de sa maison; Usoni pake sur sa figure.

Le locatif désigne nettement le lieu et non l'institution ; mtoto kaenda shule l'enfant est parti à l'école (pour étudier); Tukutane shuleni Retrouvons-nous aux abords de l'école. Kalazwa hospitali Il a été admis à l'hôpital; Anakaa hospitalini Il habite vers l'hôpital.

Nguzo za nyumba des piliers de la maison; nguzo za msituni des piliers de la forêt (coupés en forêt); nyama ya porini la viande de brousse; nyota ya baharini l'étoile de mer; nyota ya kitambaa l'étoile en tissu. Ce dernier exemple montre nettement que le complément de nom sans locatif indique plutôt ce dont il est fait mais avec locatif la provenance.

Les accords avec le démonstratif indiquent si le lieu est défini, éloigné ou intérieur : nyumbani pale à la maison là-bas (en vue); nyumbani kule, à la maison là-bas (éloignée); nyumbani mle à l'intérieur de la maison.

Le locatif s'accord avec le verbe : Hii nyumba inafaa cette maison convient; Nyumbani hapa panafaa ici à la maison ça convient; Porini kule (kuko) kukavu. Là-bas en brousse (c'est) sec. Baharini mna hatari Dans la mer il y a beaucoup de danger.

On emploie aussi les locutions kwenye, penye, mwenye qui indiquent l'appartenance au lieu. Mbwa wanakaa kwenye nyumba, les chiens restent à la maison. Utamwona kwenye gari tu le verras à la voiture. Walinirukia kama mbwa kwenye mfupa Ils se sont jetés sur moi comme un chien sur un os. Utazipata pale penye duka Tu en auras là-bas dans les boutiques (là où il y a des boutiques). Tia mwenye ndoo verse dans le seau. La locution kwenye tend à prendre le pas sur les autres : Tia kwenye ndoo.

La locution adverbiale pengine dérive de l'accord du locatif avec pa- : Pengine kaenda nyumbani Autrement il est allé à la maison (il a pu aller à la maison) ; Pengine mbovu D'ailleurs (c'est peut-être) mauvais.

L'heureModifier

On appelle East African Time la façon dont l'heure est énoncée en swahili, Wakati wa kiswahili. Saa, (صعه) l'heure, et wakati (وقت) le temps sont d'origine arabe, de même que l'aube (alfajiri الفجر) qui est en fait le temps de la prière de l'aube ou juste un peu après, et le matin, asubuhi (صبح). L'heure n'a été définie qu'à l'arrivée des commerçants mais les autochtones ont gardé leur façon de la nommer. Son concept est en fait proche de l'heure définie par la règle de Saint-Benoît[19] : La première heure du jour, la deuxième, la troisième (tierce), la sixième (sixte), la neuvième (none). Le soir on compte à nouveau à la première heure de la nuit, à 7 h (19 h) soit saa moja usiku.

Cela donne : 7 h du matin, saa moja asubuhi; 8 h saa mbili, 9 h saa tatu... midi saa sita mchana (6 h de midi), jusqu'au soir saa kumi na mbili jioni 18 h (12e heure du soir). Saa moja usiku 19 h, saa sita usiku minuit, saa kumi na mbili asubuhi 6 h du matin.

Les horloges sont pratiquement toutes toujours réglées avec le temps occidental, soit midi (6 h de midi) sur le chiffre 12, l'exception restant une curiosité. Cela concerne les horloges analogiques mais aussi les horloges numériques, tous les habitants sont donc habitués à jongler entre ce qu'on lit et ce qu'on énonce.

Le mot usiku,- la nuit a son pluriel en siku, semblable au mot siku,- le jour. Il est cependant important de savoir que la période passée quelque part se définit par le nombre de nuits, ce que l'on voit sur les formulaires de police de départ (Combien de nuits passées en Tanzanie ?). Si quelqu'un affirme : Nilikaa siku tatu, cela signifie trois nuits et non trois jours. C'est donc à traduire J'y ai passé quatre jours en français.

Les salutations en swahiliModifier

Comme dans la plupart des langues non occidentales, les salutations sont des questions. En swahili on demande si son vis-à-vis n'a pas de problème, d'affaire, de souci :

- Hujambo? Hamjambo? (Pluriel) Tu n'as pas de problème ? Vous n'avez pas de problème ?

- Sijambo, hatujambo sont les réponses. Je n'ai pas de problème, nous n'avons pas de problème[20].

Les autres questions possibles sont celles qui s'inquiètent de la façon dont on s'est réveillé (Umeamkaje?) ou dont on a passé la journée (Umeshindaje?, Kushinda signifiant vaincre). On demande enfin quelles sont les nouvelles, habari : Habari zako? Habari za asubuhi? etc... L'usage est de répondre que tout va bien, nzuri (les nouvelles sont bonnes) ou mzuri (je vais bien).

Si les nouvelles ne sont pas bonnes, on pourra répondre Sijambo kidogo ou Habari nzuri kidogo (Les nouvelles sont bonnes un peu) et l'autre personne s'inquiètera alors de ce qui a pu arriver comme maladie ou problème. Mais la pudeur veut qu'on ne l'annonce pas directement.

En Tanzanie s'adresser à quelqu'un sans saluer, par exemple demander l'heure sans commencer par un Habari yako? ou un Hujambo est considéré comme grossier, ne pas avoir de manières (adabu).

Le swahili pour touristesModifier

Ce swahili s'est développé dans les endroits touristiques comme le Nord de la Tanzanie ou certaines régions du Kenya. Dans les langues occidentales l'usage est de dire bonjour, good morning, une affirmation, et c'est ce bonjour qui a été traduit par Jambo!. Cela peut aller jusqu'à Jambo sana! (Problème très !), qui ne veut rien dire, suivi d'un hakuna matata qu'a popularisé Le roi lion.

Une infinité de questionsModifier

Il est d'usage de se saluer à chaque fois que l'on se voit, et de varier les questions posées. Cela rejoint en français le "ça va ?" suivi plus tard de "ça va depuis tout à l'heure ?". Bien souvent le mot habari n'est pas mentionné et l'on n'entend que za leo? par exemple. Voici quelques-unes de ces questions :

Habari Traduction
za leo? d'aujourd'hui ?
za sasa hivi? de maintenant ?
za tangu siku ile? depuis l'autre jour ?
za tangu asubuhi? depuis ce matin ?
za nyumbani? de chez toi ?
za jioni? du soir ?
za siku mbili tatu zilizopita? de ces deux trois derniers jours ?
za usiku? de la nuit ?

La variété des questions est en fait infinie, et certains locuteurs se complaisent à varier la question pour chaque personne rencontrée, en particulier en s'adressant à chaque personne d'un même groupe.

La tendance actuelleModifier

Il s'est développé une autre forme de salutations qui font nettement plus "branché". - Shwari? - Mambo?

Bahari shwari désigne une mer calme. Mambo est le pluriel de jambo, les affaires, les soucis. Kupoa signifie refroidir, comme Maji yamepoa l'eau a refroidi; nimesha poa, "j'ai refroidi" (de la fièvre) donc je suis guéri. Dans les salutations la réponse Poa! peut être traduite par Cool!

- Mambo? - Poa. Ça gaze ? Cool !

Les marques de respectModifier

Il n'y a pas de vouvoiement en swahili. Le respect est indiqué dans la salutation, "shikamoo" qui vient de l'expression nashika mguu (wako), je (te) prends le pied[21]. Ceci est vraisemblablement né des coutumes apportées par les Indiens, quand l'on voit dans les films indiens un futur gendre se jeter au pied de son beau-père et lui saisir le pied. La réponse est d'origine arabe, maharaba[22], bienvenue. Dans de nombreuses ethnies l'usage est qu'un jeune fasse une génuflexion, même légère, en saluant un aîné ou surtout en lui donnant un objet comme une coupe d'eau. Si l'usage tend à disparaître la salutation shikamoo elle est toujours vivace.

Une autre marque de respect est d'employer le subjonctif au lieu de l'impératif : ukae hapa (que tu t'asseyes là) et non kaa hapa (assieds-toi là).

Dire au revoirModifier

L'expression Kwa heri, qui vient de l'arabe, est assez formelle. On se sépare le plus souvent sur un Haya, ou sur Kesho (demain), ou encore Tutaonana (on se reverra) :

- Haya kesho bwana. (Allez à demain mon vieux).

Au téléphone la tendance depuis deux ou trois ans est de répondre Oya! remplaçant le Hello hérité des Anglais.

Du swahili au françaisModifier

Le français a emprunté au swahili :

  • bwana, « mari », « homme », « maître », « patron » ;
  • hakuna matata, « il n'y a pas de problème » (construction grammaticale inversée de matatizo hakuna « problèmes, il n'y a pas ») ;
  • safari (venant originellement de l'arabe safara سفر), « voyage ». Safari désigne tout voyage en swahili, pas seulement les safaris de chasse ou de photos.
  • pilipili le piment, de l'arabe filfil ou felfel (فلفل). Il désigne dans certains pays d'Afrique le piment macéré dans de l'huile, en général un bec d'oiseau.

Le swahili a quant à lui emprunté au français certains mots comme « madam » (probablement via l'anglais), et « sawa », peut-être dérivé de « ça va », souvent employé comme interjection phatique[réf. nécessaire]. Une autre étymologie pour sawa qui signifie « égal » au sens général ou mathématique en kiswahili, et par extension « d'accord » dans le sens d'une harmonie ou égalité des points de vue, est cependant l'arabe sawâ, égal.

DérisionModifier

Il est possible d'interpréter phonétiquement le mot « swahili » comme sawa hila, ce qui signifie littéralement « pareil à de la ruse »[23]

Œuvres populaires en swahiliModifier

Les deux chansons les plus populaires chantées en swahili (et parfois utilisées pour apprendre le swahili[24]) sont Malaïka (interprétée notamment par Myriam Makeba) et Jambo Bwana (interprétée notamment par le groupe Boney M.). La première chanson signifie « ange » et la seconde « Bonjour monsieur ». Hakuna matata (« il n'y a pas de problème »), une des paroles issues de la chanson Jambo Bwana, a été popularisée à l'échelle du monde par Le roi lion de Disney.

La musique du générique d'introduction du jeu vidéo Civilization IV est issue d'un chant swahili, Baba Yetu (qui est la traduction du "Notre-Père" en langue Swahili).

L'expression swahili "kiroho maono" qui signifie "vision spirituelle" a inspiré le genre vidéo-ludique des Kiro'o Tales (les contes du kiro'o). Le jeu-vidéo "Aurion : Legacy of the Kori-Odan" est un modèle du genre.

Le swahili est utilisé dans la deuxième saison de la série Quantico de American Broadcasting Company,ou encore par la rappeuse Sho Madjozi.

Le swahili est quelquefois utilisé dans des films ou des romans pour faire couleur locale. Il s'agit souvent de traduction mot à mot d'une langue européenne, sans aucune connaissance de la pensée swahili. On peut citer Anthony Burgess dans son roman Les puissances des ténèbres[25] qui relate ainsi quelques échanges en swahili entre le narrateur et un autochtone, mais le dialogue est nettement pensé en anglais et traduit mot à mot. L'auteur récidive quelques chapitres plus loin avec le malais. Le film Congo[26] fait confronter les héros à des militaires dans un aéroport en Afrique : le lieutenant aboie un Chukueni bunduki zenu, traduction littérale de ce qui apparaît en sous-titre Take your guns. Le swahili comme le français emploie le singulier dans ce cas, ce serait Prenez votre fusil. Kuchukua signifie prendre mais avec un demi-sourire un locuteur pourrait demander pour le mettre où. Le verbe à utiliser serait kushika, saisir. Enfin un locuteur dirait probablement Jitayarishe bunduki, soit Prépare-toi (avec ton) fusil, le pluriel ou la conjonction avec (na) étant évidents.

NotesModifier

  1. Université Laval
  2. système de Carl Meinhof
  3. Scholar's Zulu Dictionnary, G.R.DENT and C.LS. NYEMBEZI Shuter & Shooter 1969
  4. Marie-Françoise Rombi. Le shimaore (île de Mayotte, Comores) Première approche d’un parler de lalangue comorienne. PEETERS/SELAF, p. 266, 1983. hal-00439181v2
  5. Dictionnaire mahorais-français français-mahorais, Sophie BLANCY L'Harmattan 1996
  6. Acte de soumission d'un chef congolais au lieutenant belge Émile Storms, Musée royal de l'Afrique centrale
  7. Sarufi na fasihi sekondari na vyuo F.M.V. NKWERA Tanzania Publishing House 1978
  8. « Les tons en chinois (Leçon 2) », sur chine.in
  9. Gérard Philippson Cours de swahili KomEDIT 2017
  10. Baraza la kisawhili, Taasisi ya kiswahili sanifu, Dar es Salaam
  11. (sw) Taasisi ya kiswahili, Kamusi ya kiswahili sanifu, Dar es Salaam, Baraza la kiswahili,
  12. Introduction au swahili, conférence de V. Elouard donnée à l'association Mensa en juillet 2016 à Tignes au cours de l'université d'été Lud'été.
  13. Toutes les méthodes expliquent le subjonctif. On peut choisir Swahili made Easy de J. SAFARI, op. cit.
  14. Rebuschi Georges. Relatifs zéro et accord relatif : le cas du swahili. In: Faits de langues, n°8, Septembre 1996. L'accord. pp. 43-54
  15. Sarufi maumbo ya kiswahili sanifu M.C. Kapinga Taasisi ya uchunguzi wa kiswahili 1983
  16. Swahili made easy John SAFARI Mkuki na Nyota Publishers 2012
  17. La philosophie bantu-rwandaise de l'être, Alexis Kagame, Johnson Reprint Corporation, 1976
  18. Espace-temps et cerveau droit, V. Elouard Editions Thebookedition, 2014
  19. La vie et la règle de Saint-Benoît Daneil Demongeot Médiaspaul Coll. Poche 2006
  20. Swahili made easy John Safari Mkuki Na Nyota Publishers 2012
  21. Kamusi kibindo ya kiswahili Longhorn Publishers 2011
  22. Kamusi ya Kiswahili sanifu Tanzania Institute of Kiswahili Research, 1982
  23. Alphonse Lenselaer et Frederick Johnson, Dictionnaire swahili-français, , 646 p. (ISBN 978-2-86537-065-8, lire en ligne), p. 6.
  24. Voir, entre autres, ces leçons de swahili sur youtube: https://www.youtube.com/user/kulmansam
  25. Les Puissances des Ténèbres, Paris Acropole 1981, titre original Earthly Powers
  26. Congo de Franck Marshall 1995

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Ariel Crozon et Adrienne Polomack, Parlons swahili : langue et culture, L'Harmattan, Paris, 1992, 191 p. (ISBN 2738413447)
  • Aurélia Ferrari (avec la collaboration d'Irène Brunotti), J'apprends le swahili, Karthala, Paris, 2012, 288 p. (ISBN 9782811106522)
  • Alain Ricard, Le kiswahili, une langue moderne, Karthala, Paris, 2009, 153 p. (ISBN 978-2-8111-0170-1)
  • Mathieu Roy, "KIAMU, archipel de Lamu (Kenya): Analyse phonétique et morphologique d'un corpus linguistique et poétique", PAF, Saarbrücken, Allemagne, 2013, 324 p. (ISBN 978-3-8381-7943-8)
  • Alexis Kagame La philisophie bantu-rwandaise de l'être Johnson Reprint Corporation 1976
  • Alexis Kagame The empirical aperception of time and the conception of History in bantu thought in Cultures and Time Unesco Press, 1976
  • Publications d'hommages à P.W. Schmidt, Festchrift, 1928 : §   Gemeinschaflisches Sprachgut in Sumer und Ntu, Benefiz, W. Wangler. §   Kritische Bemerkungen zu einigen Ur-Bantu-Wordstämmen, Planert, Dr. Wilhem. §   I numerali africani e mundapolinesiaci, Prof. D. Alfredo Trombetti.
  • Etude sur la phonologie historique du Bantou, Honoré Champion éditeur, 1913
  • L'arabe et le swahili dans la république du Zaire, Adrian Haddad, Seuil, 1983
  • Théophile Obenga Les Bantu : langues, peuples, civilisations, Paris, Présence africaine, 1985
  • A standard English-Swahili Dictionnary Frederick Johnson, Oxford University Press, 1939
  • Sarufi na fasihi sekondari na vyuo, F.M.V. Nkwera, Tanzania Publishing House, 1978
  • Sarufi maumbo ya kiswahili sanifu M.C. Kapinga, Taasisi ya unchunguzi wa kiswahili; 1983
  • Dictionnaire swahili français, Alphone Lanselaer, Karthala, 1983
  • Kamusi ya kiswahili sanifu, Taasisi ya unchunguzi wa kiswahili; 1981

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :