Ouvrir le menu principal

Jean-François Hory

homme politique français

Jean-François Hory
Illustration.
Fonctions
Député 1981-1986
Député européen 1989-1999
Gouvernement Ve République
Groupe politique App. PS (1981-1986)
PSE (1989-1994)
ARE (1994-1999)
Président du MRG

(3 ans)
Prédécesseur Émile Zuccarelli
Successeur Jean-Michel Baylet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Neufchâteau (France)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Bourgogne (France)
Parti politique MRG

Jean-François Hory, né le à Neufchâteau (Vosges) et mort d'un cancer[1] le (à 68 ans) en Bourgogne[2], est un homme politique français.

BiographieModifier

Membre et ancien président du Parti radical de gauche, il a été également avocat à Mamoudzou (Mayotte).

Il est titulaire d'une maîtrise en droit public et d'un diplôme d'études supérieures en science politique[3]. En 1976, il devient le secrétaire général de la Collectivité de Mayotte, département où il se présente sous l'étiquette MRG, aux élections législatives de 1981[4]. Sa candidature est poussée par un parti de droite, le MPM, pour favoriser un élu de gauche favorable au maintien de Mayotte dans la République dans un contexte où l'Union de la gauche est en faveur de l'unité de l'archipel[5]

Il est élu député européen en 1989. De 1992 à 1995 il préside le MRG[6]. En 1994, le MRG obtient 12 % des voix lors des élections européennes grâce à la liste Énergie radicale conduite par Bernard Tapie et dont Jean-François Hory est en deuxième position. En , il annonce sa candidature lors de l'élection présidentielle d'avril suivant ; alors président national du MRG (renommé Radical), il propose alors notamment la « mise hors la loi » du chômage des jeunes et la « fiscalisation de la protection sociale »[7]. Il se retira quelques mois ensuite faute de soutien de Bernard Tapie et des cadres du MRG (Emile Zuccarelli, Michel Crépeau ou Roger-Gérard Schwartzenberg, qui préféraient soutenir Lionel Jospin dès le premier tour)[8] et devant les sondages défavorables[9], et dû alors quitter la présidence du MRG. Il a eu une marionnette aux Guignols de l'info[1]. Il milite au sein du Parti Radical Transnational fondé par Marco Panella et Emma Bonino.

Nommé au Conseil d’État en 2008, il revient quelques mois comme avocat à Mayotte. Admis à la retraite en novembre 2017, Jean-François Hory meurt le mois suivant d'un cancer. Il était marié et père de deux enfants[10]

CarrièreModifier

  • 1981 : député de Mayotte pour le Mouvement des radicaux de gauche (MRG)
  • 1989 : député européen MRG
  • 1992 : président du Mouvement des radicaux de gauche (MRG)
  • 1994 : réélu député européen. Président de Radical, nouveau nom du MRG
  • 1995 : candidat à l'élection présidentielle. Retire sa candidature. Démissionne de la présidence de Radical
  • 2008 : nommé conseiller d'État en service ordinaire[11], par le Président de la République.

RéférencesModifier

  1. a et b « Décès de Jean-François Hory, ancien patron des radicaux de gauche », sur lepoint.fr, (consulté le 28 décembre 2017)
  2. « Décès de Jean-François Hory, ex-député de Mayotte, qui fut proche de Christiane Taubira », sur France Info, (consulté le 28 décembre 2017)
  3. « Fiche de Jean-François Hory », sur www.lesbiographies.com (consulté le 29 décembre 2017)
  4. Guide encyclopédique Mayotte, par Gilles Nourault et François Perrin, Collection Encycloguide, éditions Orphie, 2012.
  5. Au moment de son décès, on se souvient que Jean-François Hory changea le regard de la gauche sur Mayotte, par Michel Abhervé, Alternatives économiques, 28 décembre 2017.
  6. Décès de Jean-François Hory, ex-député de Mayotte, qui fut proche de Christiane Taubira, par David Ponchelet, Mayotte première, 28 décembre 2017.
  7. « Jean-François Hory se présente à l'Elysée », sur humanite.fr, .
  8. https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/12/28/jean-francois-hory-ancien-president-des-radicaux-de-gauche-est-mort_5235365_3382.html Jean-François Hory, ancien président des radicaux de gauche, est mort. Journal Le Monde, 28 décembre 2017.
  9. Florent Leclercq, « Lionel Jospin de A à Z », L'Express, 24 avril 1995
  10. Jean-François Hory, ancien patron des radicaux de gauche, Le Bien public, 30 décembre 2017.
  11. Décret du 27 juin 2008 portant nomination d'un conseiller d'État en service ordinaire (tour extérieur) : M. Hory (Jean-François).

Liens externesModifier