Kharkiv

ville d’Ukraine, capitale administrative de l’oblast de Kharkiv

Kharkiv (/xar.kiv/[1] ou /kaʁ.kiv/[2] ; en ukrainien : Харкiв /xɑrkiu̯/) ou Kharkov (/kaʁ.kɔf/[3] ; en russe : Харьков) est la deuxième plus grande ville d’Ukraine et la capitale administrative de l’oblast de Kharkiv. Sa population s’élevait à 1 421 125 habitants au .

Kharkiv
(uk) Харків
Blason de Kharkiv
Héraldique
Drapeau de Kharkiv
Drapeau
Kharkiv
De haut en bas, de gauche à droite : la mairie de Kharkiv, la cathédrale de la Dormition, l'université nationale, le monument à Taras Chevtchenko, la gare de la ville, Derjprome.
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Oblast Flag of Kharkiv Oblast.svg Oblast de Kharkiv
Maire Ihor Terekhov (en)
Code postal 61001 — 61499
Indicatif tél. +380 57
Démographie
Population 1 421 125 hab. (2022)
Densité 4 644 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 35″ nord, 36° 14′ 00″ est
Altitude 152 m
Superficie 30 600 ha = 306 km2
Divers
Fondation 1654
Statut Ville
Ancien(s) nom(s) Kharkov
Localisation
Géolocalisation sur la carte : oblast de Kharkiv
Voir sur la carte topographique de l'oblast de Kharkiv
City locator 14.svg
Kharkiv
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kharkiv
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kharkiv
Liens
Site web www.kharkov.ua
Sources

Sous le nom de Kharkov, la ville fut la capitale de la République socialiste soviétique d’Ukraine de 1917 à 1934. À cette époque, elle était dénommée Charcovie en français[4]. Kharkiv est un des plus importants centres industriels, culturels, scientifiques et universitaires d’Ukraine. La ville compte de nombreux espaces verts. En 2010, Kharkiv est récompensée par le prix de l'Europe[5], première ville ukrainienne à le remporter. Elle est partiellement détruite par l'artillerie russe lors de l'Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022[6].

GéographieModifier

SituationModifier

Historiquement, Kharkiv se trouve dans la région des slobodes d'Ukraine. Kharkiv est située à 413 km à l'est de Kiev au confluent des trois rivières Kharkiv, Lopan et Oudy, celles-ci faisant partie du bassin versant du Seversky Donets dans la région nord-est de l’Ukraine.

Elle s'étend sur 350 km2 à une altitude allant de 94 à 202 mètres au-dessus du niveau de la mer.

ClimatModifier

Kharkiv possède un climat continental. Les hivers sont assez froids et les étés sont chauds. La neige recouvre le sol en moyenne 92 jours par an. Les précipitations sont modérées (515 mm/an) et réparties de façon assez uniforme sur l'ensemble de l'année, l'été étant la saison la plus arrosée.

  • Température record la plus froide: −35,6 °C ()
  • Température record la plus chaude: 39,8 °C ()
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année: 79
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année: 134
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année: 30
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année: 15
Relevé météorologique de Kharkiv
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −8,5 −8,1 −2,9 4,7 9,9 13,8 15 14,1 9,1 3,7 −1,8 −5,8 3,6
Température moyenne (°C) −5,7 −5,1 0,1 9,1 15,3 19,2 20,4 19,5 13,9 7,3 0,8 −3,3 7,6
Température maximale moyenne (°C) −2,8 −2 3,7 14 20,7 24,6 25,9 25,2 19,4 11,7 3,6 −0,8 11,9
Précipitations (mm) 35 30 27 36 53 59 67 45 45 39 41 38 515
Source : Le climat à Kharkiv (en °C et mm, moyennes mensuelles)Pogoda.ru.net


HistoireModifier

OrigineModifier

 
Le bâtiment de la société médicale, rue Pouchkine, à Kharkiv, .

Kharkiv est fondée en 1654 et fait alors partie du tsarat de Russie. Au début du XXe siècle elle est rattachée à l'Ukraine. C’est la capitale de l’Ukraine soviétique de 1917 à 1919 puis de 1920 à 1934. Pendant la guerre civile russe la ville a été occupée de juin à par les Forces Armées du Sud de la Russie et placée sous la direction du général Vladimir Maï-Maïevski.

Au XIXe siècle, la ville est parfois appelée Charcovie en français[7].

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Vue du centre de Kharkiv en 1941.
 
Chars allemands dans les rues de la ville en .

Kharkiv était au début de la guerre l'un des plus grands centres industriels de l'Union soviétique. L'une de ses plus grandes contributions a été le char soviétique T-34 mis en service en 1940 qui a été à la fois conçu et développé à l'usine de tracteurs n°183 de Kharkiv. Elle était considérée comme l'usine de tanks la plus puissante du pays. Les autres usines situées dans la ville comprenaient l'usine d'avions, l'usine du NKVD et l'usine de turbines. Les productions militaires qui se trouvaient à Kharkiv avant le début du conflit comprenaient : des chars, des avions Sukhoi Su-2, des tracteurs d'artillerie, des mortiers de 82 mm, des mitraillettes, des munitions et d'autres équipements militaires. À l'automne 1941, Kharkiv était considérée comme l'une des bases stratégiques les plus importantes des Soviétiques pour les liaisons ferroviaires et aériennes. Elle reliait non seulement les parties est-ouest et nord-sud de l'Ukraine, mais également plusieurs régions centrales de l'URSS. Dans la dernière partie de l'Opération Barbarossa, l'objectif principal des troupes allemandes était de capturer les usines ferroviaires et militaires, elles ont donc désespérément essayé de garder intacte la zone industrielle de Kharkiv.

La ville change pas moins de quatre fois de mains lors de la Seconde Guerre mondiale : prise à la première bataille de Kharkov par les troupes allemandes le qui résistent à une offensive désastreuse de l'Armée rouge qui ne réussit pas à capturer la ville du 12 au . Les troupes allemandes l’évacuent une première fois le [8] à la suite de leur défaite à Stalingrad et à l'offensive soviétique qui a suivi, puis la reprennent le [9] dans la nuit[10], après plusieurs jours de combats urbains et la quittent définitivement dans la nuit du 22 au [11].

L’occupation allemande est marquée par de nombreux crimes de guerre, comme la pendaison de civils considérés comme des partisans et, lors de la reprise de la ville en , par le massacre de centaines de militaires blessés dans un hôpital de la ville par la division Leibstandarte SS Adolf Hitler. Les nationalistes ukrainiens, tolérés au début de l'occupation furent ensuite réprimés. À l'exception de quelques écoles primaires, l'enseignement est supprimé. Pour l'armée allemande la ville est une métropole de délassement avec des théâtres qui donnent des opéras, des restaurants, des magasins, échoppes et services dont certains étaient tenus par des habitants qui n'étaient pas forcément des collaborateurs mais une minorité privilégiée dans une population affamée. Le marché noir toléré auquel participent des soldats allemands permet la survie d'une partie de la population. Les « autorités locales » étaient sous la mainmise des Allemands, conseil municipal et Maire Alexandre Semienenko qui les accompagne dans leur retraite en février 1943 et leur retour en mars 1943. À l'entrée de l'Armée rouge en février 1943, la ville ne compte plus que 350 000 habitants, contre 900 000 avant la guerre, 700 000 à l'arrivée des Allemands en octobre 1941 après évacuation d'une partie de la population avec l'industrie lourde. ̈D'après les autorités soviétiques, 120 000 avaient été déportés comme travailleurs forcés, 30 000 personnes assassinées dont 16 000 juifs, 80 000 morts de faim et les autres réfugiés dans les campagnes environnantes[12].

XXIe siècleModifier

La ville est le théâtre d'affrontements en 2014, au cours desquels la population est très divisée entre « pro-Maïdan » issus de la révolution de Maïdan, et « pro-Russes » ayant soutenu le pouvoir de Viktor Ianoukovytch ainsi que la fédéralisation du pays[13].

Toujours en 2014, des militants pro-russes ont hissé le drapeau russe au-dessus du bâtiment de l'administration régionale[14] et proclamé la République populaire de Kharkov. Le soulèvement a cependant été réprimé en moins de deux jours, en raison de la réaction rapide des forces de sécurité ukrainiennes[15] placées sous la direction du ministre ukrainien de l'Intérieur de l’époque, Arsen Avakov, et de celui de la Défense, Stepan Poltorak. Le maire de la ville, Hennadiy Kernes, qui a d'abord soutenu la Révolution orange avant de rejoindre le Parti des régions, a décidé de se mettre du côté du gouvernement ukrainien.

Lors de la guerre russo-ukrainienne de 2022, la ville est le théâtre d’importants combats.

Histoire des Juifs à KharkivModifier

PopulationModifier

DémographieModifier

Recensements ou estimations de la population[16] :

Évolution démographique
1787 1856 1897* 1914 1923* 1926* 1939*
11 00035 600173 989244 700307 081409 505832 913
1943 1946 1959* 1970* 1979* 1989* 2001*
192 000672 000934 1361 222 8521 443 7541 609 9591 470 902
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
1 446 5001 441 3621 451 0281 451 1321 452 8871 449 7321 439 036
2018 2019 2020 2021 2022 - -
1 450 0821 446 1071 443 2071 433 8861 421 125--

Le taux de natalité en 2012 était de 9,2 pour mille avec 13 366 naissances (contre un taux de natalité de 8,8 pour mille en 2011 pour 12 835 naissances), tandis que le taux de mortalité était de 11,9 pour mille avec 17 279 décès (contre un taux de mortalité de 11,9 pour mille en 2011 pour 17 103 décès). En 2015, avec 12 678 naissances le taux de natalité était de 8,9 pour mille tandis qu'avec 19 318 décès le taux de mortalité était de 13,5 pour mille.

Structure par âgeModifier

0-14 ans : 12,4 %   (91 165 hommes pour 86 317 femmes)
15-64 ans : 73,3 %   (497 711 hommes pour 535 876 femmes)
65 ans et plus : 15,3 %   (73 427 hommes pour 145 669 femmes)

AgglomérationModifier

L’agglomération de Kharkiv compte 1 830 000 habitants en 2007.

NationalitésModifier

Évolution des nationalités
Recensement de 1939 Recensement de 1959 Recensement de 1989
Ukrainiens 49 % 48 % 50,4 %
Russes 33 % 40 % 43,6 %
Juifs 16 % 9 %

Politique et administrationModifier

La ville de Kharkiv est divisé en 9 raïons :

  • Chevtchenkivsky
  • Nemychliansky
  • Novobavarsky
  • Slobodsky
  • Kyïvsky
  • Kholodnohirsky
  • Moskovsky
  • Indoustrialny
  • Osnoviansky

Elle est dirigée par un maire et un conseil municipal élus pour quatre ans.

Liste des mairesModifier

Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
21 mars 2002 26 mars 2006 Volodymyr Choumilkine    
26 mars 2006 10 mars 2010 Mikhaïl Dobkine Parti des régions  
24 novembre 2010 17 décembre 2020 Hennadiy Kernes Bloc Kernes  
17 décembre 2020 en fonction Ihor Terekhov (en) Bloc Kernes intérim puis élu en octobre 2021

Culture et patrimoineModifier

La ville anime diverses institutions culturelles :

CultesModifier

La majorité de la population appartient à l'Église orthodoxe et il existe aussi depuis l'indépendance du pays une implantation de nouvelles religions protestantes (les baptistes qui constituent des communautés très dynamiques, les adventistes du septième jour, les pentecôtistes, les presbytériensetc.) et de sectes d'origine américaine (mormons, témoins de Jéhovahetc.). Kharkiv accueille aussi quatre paroisses catholiques et une paroisse gréco-catholique, une communauté luthérienne, une paroisse arménienne, trois mosquées, une synagogue.

En 2007, la communauté vietnamienne construit le plus grand temple bouddhiste d'Europe sur un hectare.

Enfin il existe un pourcentage important d'athées du fait de l'idéologie soviétique. Plusieurs églises, dont la cathédrale Saint-Nicolas, ont été détruites ou fermées au culte à partir des années 1930.

LoisirsModifier

  • Parc zoologique, ouvert en 1896 (troisième à ouvrir dans l'Empire russe), premier d'Ukraine et vingtième du monde. Le parc est en rénovation totale et rouvrira en 2018.

Jeux vidéoModifier

ÉconomieModifier

Durant la période soviétique, Kharkiv était la capitale économique et industrielle de l'Ukraine.

La banque UkrSibbank a été fondée dans cette ville, c'est une filiale de la banque française BNP Paribas.

D'autres entreprises connues présentes à Kharkiv sont :

  • Emballage de cigarettes : Amkor rench[17]
  • Pétrochimie : XADO

Matériel ferroviaireModifier

L'usine Malychev de locomotive de Kharkiv (KhPZ), était un fabricant d'État d'équipements lourds. L'usine est étroitement associée au bureau de conception de Morozov (KMDB). L'usine locomotive de Kharkiv a construit environ 20 % des moteurs ferroviaires de l'Empire russe. L'usine Malychev fabrique également des pièces pour Bizon.

AéronautiqueModifier

 
Antonov 148.

La production des avions destinés à la CEI fut lancée chez KhAPO (entreprise de construction aéronautique nationale de Kharkiv) en 1999, l’usine de Kharkiv était largement engorgée par les programmes des Antonov An-74 et An-148.

La compagnie Aeromost-Kharkov est basée à Kharkiv, elle a mis en service l’An-140 aussi fabriqué ici alors qu’elle s’appelait encore Aeromist.

Marchés de KharkivModifier

  • Barabachovo est le plus grand marché d'Ukraine et aussi d'Europe.
  • Blagovechinskiï
  • Konniï : marché d’animaux (cheval).
  • Raïskiï

Enseignement supérieurModifier

Statut linguistiqueModifier

 
Buste de Pouchkine, place de la Poésie, devant lequel avaient lieu des manifestations dans les années 2000, contre l'interdiction de la langue russe.

En 1996, le conseil municipal de la ville choisit le russe comme langue de travail avec les autorités centrales, le russe étant la langue maternelle de la très grande majorité de la population de l’oblast, mais cette décision est déclarée illégale. Pendant l’été 2000, le conseil municipal de Kharkiv prend la décision d’utiliser le russe en plus de l’ukrainien, imposé par le pouvoir central. Le , un référendum est organisé, donnant comme résultat, 87 % en faveur de l’utilisation du russe. Le , le conseil déclare que le russe a le statut de langue régionale, ce qui est contesté par le procureur général à Kiev, mais celui-ci est débouté le par la chambre d’appel de l’oblast. Le russe est confirmé comme langue régionale, le [18]. La menace de l'interdiction du russe à la suite des événements de la place Maïdan ravive les tensions en 2014.

TransportsModifier

Le transport urbain est possible au moyen du :

  • métro
  • tramway
  • trolleybus
  • bus
  • piste cyclable.

Kharkiv est un grand nœud ferroviaire et donc une Gare de Kharkiv-Passazhirsky ainsi qu'un aéroport international. La ville dispose d’ailleurs d’un musée consacré à ses tramways historiques.

MétroModifier

Le métro est ouvert depuis 1975. Il dispose de trois lignes avec trente stations au total.

AéroportModifier

L'aéroport international de Kharkiv (Aeromost-Kharkiv) propose 6 à 10 vols par jour[19]. Les vols pour Kiev et Minsk sont quotidiens, ainsi que pour Varsovie et Istanbul.

Depuis le , les deux vols quotidiens effectués par Aeroflot (SU1838/1839)[20] sont suspendus.

L'usine d'assemblage de l'Antonov se trouve à l'aéroport.

PersonnalitésModifier

Sont nés à Kharkiv :

Lauréats du prix Nobel :

Lauréat de la médaille Fields :

SportModifier

FootballModifier

 
Kharkiv EURO 2012.

La ville de Kharkiv a été une ville hôte de l'euro 2012, avec son stade du Metalist Stadium.

Clubs de la ville :

Hockey sur glaceModifier

Volley-ballModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

JumelageModifier

Notes et référencesModifier

  1. Restitution phonémique.
  2. Prononciation en français standard retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  3. Prononciation en français standard retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  4. (de) J ..... F ..... Schnakenburg, Orthographisches Wörterbuch der gesammten ... Geographie und der Eigennamen der Personen. ... Deutsch-franz. u. französ.-deutsch, , 424 p. (lire en ligne), p. 35.
  5. « 1955-2005 : Prix de l'Europe / Europe Prize », sur web.archive.org, (consulté le )
  6. « Kharkiv, ville martyre des frappes russes », sur tf1.fr, (consulté le )
  7. J. F. Schnakenburg, Dictionnaire orthographique de géographie universelle ancienne et moderne et de noms propres de personnes […] à l'usage des Allemands et des Français, Leipzig, 1835 (lire en ligne).
  8. Erich von Manstein, Victoires perdues, Paris, Plon, 1958, p. 320.
  9. Erich von Manstein, Victoires perdues, Paris, Plon, 1958, p. 331.
  10. Yann Mahé, « Kharkov : le SS-Panzer-Korps contre-attaque ! », Batailles et blindés, no 37, juin-juillet 2010, p. 22.
  11. Hervé Borg, « Koursk : la citadelle imprenable ? », Histoire de guerre, no 36, mai 2003, p. 42.
  12. Aexander Werh, La Russie en guerre de Stalingrad à Berlin, Paris, Taillandier, (ISBN 978-2-84734-761-6), p. 62-66
  13. « À Kharkiv, les deux Ukraine se font face ».
  14. (en) « Ukraine crisis: Timeline », sur bbc.com, 13 novembre 2014.
  15. (en) Olga Rudenko, « Kharkiv settles down, while pro-Russian separatists still hold buildings in Luhansk, Donetsk » sur kyivpost.com, 8 avril 2014.
  16. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua.
  17. « estexp.com »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) : usine d’emballage pour cigarettes.
  18. Décision du Gorsoviet (conseil d'État).
  19. (ru) « Международный аэропорт "Харьков". Официальный сайт - HRK.AERO », sur hrk.aero (consulté le ).
  20. (en) « Information about cancelation of flights to Ukrainian destinations » (consulté le ).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Kharkiv.