Religion en Ukraine

La religion en Ukraine est majoritairement le christianisme.

En 2016, la population de l'Ukraine (45 000 000 environ en 2020, hors diasporas et hors sécessions), se déclare croyante (à 70 %), selon une enquête du Centre Razumkov[1].

Environ 65,4 % de la population déclare adhérer à l'une des branches du christianisme orthodoxe (25 % au Patriarcat de Kiev, 21,2 % « simplement » orthodoxe, 15 % au Patriarcat de Moscou, 1,8 % à l'Église orthodoxe autocéphale ukrainienne, et 2 % à d'autres types de l'orthodoxie), 7,1 % « seulement » chrétiens, 6,5 % à l'Église grecque-catholique ukrainienne, 1,9 % au protestantisme, 1,1 % à l'Islam et 1,0 % au catholicisme latin. Le judaïsme et l'hindouisme représentent chacun 0,2 % de la population.

16,3 % se sont déclarées non-religieux ou ne s'identifient pas aux religions mentionnées.

Selon les enquêtes menées par Razumkov dans les années 2000 et au début des années 2010, ces proportions sont demeurées relativement constantes tout au long de la dernière décennie, alors que la proportion de croyants globale a diminué, passant de 76 % en 2014, à 70 % en 2016 (p. 22).

Cathédrale Sainte-Sophie, Kiev
Verkhnie Misto, Kiev
Monastère de Vydubychi

HistoireModifier

Dans la préhistoire et au début du Moyen Âge, le territoire de l'actuelle Ukraine accueille différentes peuplades qui pratiquent différentes religions païennes (ainsi du tengrisme de la Grande Bulgarie dans les terres ukrainiennes du VIIe siècle de notre ère).

D'après la tradition ecclésiastique, l'apôtre André aurait lui-même visité le site de la ville de Kiev au retour de sa mission en Colchidie[2] en direction de Rome; mais ce mythe fondateur n'est attesté par aucune source historique. Le christianisme est cependant établi sur les territoires d'influence grecque (côtes de la Mer noire) et, de manière éphémère, au moment de la domination goth (IVe siècle).

OriginesModifier

Les Slaves orientaux, partie des Slaves avec des langues balto-slaves, apparaissent en Europe lors des grandes migrations des 5e-6e siècles. Ils pratiquent une forme de polythéisme, qu'on dénomme paganisme slave (en) et/ou mythologie biélorusse : liste des divinités slaves, folklore slave (en). Une minorité pratique également la Zagovory (en), magie traditionnelle des Slaves orientaux.

L'orthodoxie s'impose comme religion et forme de christianismeModifier

Le rite byzantin s'impose au tournant du premier millénaire. Au Xe siècle, la Rus'de Kiev est de plus en plus sous l'influence culturelle de l'Empire Byzantin. La Princesse Olga visite Constantinople en 945 ou 957 et est chrétienne, mais elle ne réussit pas, selon les Chroniques, à convaincre son fils d'en faire la religion officielle. C'est son petit fils, Vladimir, qui franchit le pas et fait baptiser le peuple de Kiev dans le Dniepr.

Ainsi commence une longue histoire de la domination de l'orthodoxie orientale sur le territoire de l'actuelle Ukraine. Du XVIe au XVIIIe siècle, son influence est menacée par l'union décidée au concile de Florence (1439). À la suite de cela, le pape Calixte III (1455-1458) nomme Grégoire Bulhar métropolite ruthène de Kiev. À partir de ce moment les métropoles de Kiev et de Moscou sont séparées.

Au XVe siècle, la métropole de Kiev tente sans succès de se rapprocher de Rome. En 1595-1596 avec l'union de Brest, la décision est prise par la Métropole de Kiev de se placer sous la juridiction de Rome. La Ruthénie (actuelle Ukraine) fait alors partie de la République des Deux Nations (Pologne et Lituanie en majorité catholiques). Établissement de l'Église grecque-catholique ukrainienne. Mais l'élite, cosaque, reste majoritairement attachée à l'orthodoxie orientale. Une grande partie des Ruthènes refuse l'Union. Avec l'appui des Cosaques Zaporogues, un métropolite orthodoxe est ordonné à Kiev, en 1620, par le patriarche de Jérusalem Théophane. En 1632, la Diète polonaise entérine la présence de deux métropoles (orthodoxe et grecque-catholique) à Kiev. Le partage de l'éphémère État ukrainien (1649-1667) entre la Pologne et la Moscovie aboutit à la domination de la "Petite Russie" par le patriarcat de Moscou (à partir du XVIIe siècle) et par le Saint-Synode de Saint-Pétersbourg (à partir de 1721).

À partir du XVIIIe siècle et des partages de la Pologne, les autorités tsaristes ont une attitude hostile envers les fidèles de l'Église gréco-catholique sur le territoire qu'ils administraient. Celle-ci fut formellement interdite au XIXe siècle.

Le judaïsme, une implantation ancienne désormais peu visibleModifier

Le judaïsme existe dans les terres ukrainiennes depuis environ 2 000 ans: la présence de commerçants juifs dans les colonies grecques est attestée. À partir du VIIe siècle, le judaïsme influence le khanat khazar voisin. À partir du XIIIe siècle, la présence des juifs ashkénazes augmente de manière significative. Au XVIIIe siècle, un nouvel enseignement du judaïsme se développe dans les terres ukrainiennes, le hassidisme. En 1939, les Juifs représentent 10 % de la population ukrainienne, et parlent principalement comme langue le yiddish. Entre 1941 et 1944, pendant l'occupation allemande, la communauté juive ukrainienne est à peu près exterminée, surtout par la Shoah par balles, où des Juifs sont exécutés par armes à feu (revolver ou fusil). Entre 1945 et 1949, un grand nombre de Juifs survivants partent en Israël, ce qui explique le faible nombre de Juifs actuels, d'autant plus qu'une vague importante de départs pour Israël se déroule à nouveau entre 1974 et 1994.

L'islam, une religion des frontièresModifier

La Horde d'or (qui adopte l'islam en 1313) et les sunnites de l'Empire Ottoman (qui conquiert le littoral dans les années 1470) a introduit l'islam sur le territoire de l'actuelle Ukraine. Les Tatars de Crimée acceptent l'islam comme religion d’État (1313-1502) au sein de la Horde d'or, et plus tard de l'Empire Ottoman (jusqu'à la fin du XVIIIe siècle).

20e siècleModifier

Au cours de la période de la domination soviétique (1917-1991), les autorités promeuvent l'athéisme, l'enseignent dans les écoles, et exercent des pratiques dissuasives. Seule une petite fraction de personnes restent pratiquantes déclarées, et le nombre de non-croyants augmente.

Après la parenthèse soviétique, apparaît le renouveau charismatique, et les églises accompagnent le déclin et le délabrement du bloc soviétique, et l'indépendance.

En 1991, une Eglise proprement ukrainienne, et donc détachée de l'Église orthodoxe russe, est créée. Elle n'est pas reconnue comme faisant partie de la grande Église orthodoxe orientale[3] et est donc considérée comme schismatique. Sur le terrain, les deux Églises coexistent et se partagent l'administration des monastères et églises d'Ukraine et les masses des fidèles.

L’État ukrainien appuie le Patriarcat de Kiev, notamment après les actions hostiles de la Russie en 2014. En 2018 il appuie le lobbying du Patriarcat de Kiev pour obtenir son autocéphalie.

Croyances et religions aujourd'huiModifier

CroyancesModifier

Changement d'opinions religieuses
Que vous fréquentiez ou non l’Église, que pensez-vous être ? Ukraine Enquête de 2016 par région
2000 2010 2013 2014 2016 Ouest Centre Sud Est Donbass
Croyant 57,8 % 71,4 % 67 % 76 % 70,4 % 91 % 73,5 % 65,7 % 55,6 % 57,2 %
Hésitant entre croyance et incroyance 22,5 % 11,5 % 14,7 % 7,9 % 10,1 % 4,7 % 7,3 % 8,3 % 14,2 % 19,5 %
Agnostique 11,9 % 7,9 % 5,5 % 4,7 % 6,3 % 0,9 % 4,8 % 7,4 % 13,4 % 7,2 %
Athée 3,2 % 1,4 % 2 % 2,5 % 2,7 % 0,2 % 2,6 % 3,2 % 3,5 % 5 %
Pas interessé 2,6 % 4,4 % 5,1 % 4,9 % 7,2 % 1,2 % 8 % 13 % 7,3 % 9,4 %
À des difficultés à répondre 2 % 3,3 % 5,7 % 3,9 % 3,9 % 1,9 % 3,8 % 2,3 % 5,9 % 1,6 %

Croyance et religionsModifier

Que vous fréquentiez ou non l'Église, que pensez-vous être ?
Ukraine Église orthodoxe ukrainienne (Patriarcat De Moscou) Église orthodoxe ukrainienne (Patriarcat De Kiev) Autres orthodoxes Église grecque-catholique ukrainienne Juste chrétien Autres dénominations Aucune religion
Croyant 70,4 % 88,1 % 88,5 % 74,1 % 96,9 % 55,2 % 89,2 % 11,8 %
Hésitant entre croyance et incroyance 10,1 % 5,9 % 7,1 % 12,5 % 3,1 % 20,3 % 3,2 % 14,5 %
Agnostique 6,3 % 1,0 % 0,4 % 3,5 % 0,0 % 4,2 % 1,1 % 29,4 %
Athée 2,7 % 0,7 % 0,2 % 0,6 % 0,0 % 0,0 % 4,3 % 13,6 %
Pas interessé 7,2 % 2,3 % 1,8 % 5,8 % 0,0 % 10,5 % 0,0 % 25,5 %
À des difficultés à répondre 3,9 % 2,0 % 2,0 % 3,5 % 0,0 % 9,8 % 2,2 % 5,2 %

Religions: évolution depuis 2000Modifier

2000 2005 2010 2013 [4],[5] 2014 [6] 2015 [7] 2015[8] 2016 [9] 2016 [10]
Orthodoxe 66,0 % 60,8 % 68,1 % 70,6 % 70,2 % 73,7 % 78 % 65,4 % 64,7 %
Catholique latin 0,5 % 1,6 % 0,4 % 1,3 % 1,0 % 0,8 % 10 %

(y compris les gréco-catholiques)

1,0 % 0,8 %
Gréco-catholique 7,6 % 7,6 % 7,6 % 5,7 % 7,8 % 8,1 % - 6,5 % 8,2 %
Protestant [note 1] 2,0 % 1,3 % 1,9 % 0,8 % 1,0 % 0,9 % 4 %

(y compris les autres chrétiens)

1,9 % 1,2 %
Juif 0,3 % 0,2 % 0,1 % 0,3 % 0,1 % - - 0,2 % 0,2 %
Musulman 0,7 % 0,4 % 0,9 % 0,7 % 0,2 % - <1 % 1,1 % 0,0 %
Bouddhiste 0,1 % 0,0 % 0,1 % 0,0 % 0,2 % - - 0,0 % 0,2 %
Hindou 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,1 % 0,0 % - - 0,2 % 0,0 %
Païen 0,1 % 0,0 % 0,0 % 0,1 % 0,0 % - - 0,0 % 0,1 %
Simplement chrétien 6,9 % 15,8 % 7,2 % 8,6 % 6,3 % 8,5 % - 7,1 % 12,7 %
Autre 0,5 % 0,2 % 0,2 % 0,0 % 0,0 % 0,7 % 1 % 0,2 % 0,3 %
Je ne me considère pas appartenir à une de ces croyances/Églises 15,3 % 11,8 % 13,2 % 11,3 % 12,5 % 6,1 % 7 % 16,3 % 11,4 %
Pas de réponse - 0,2 % 0,3 % 0,5 % 0,7 % 1,1 % - 0,0 % 0,2 %

Les religions par régionModifier

Les religions par régions de l'Ukraine (Razumkov 2016)
Religion Ouest[note 2] Centre[note 3] Sud[note 4] Est[note 5] Donbass[note 6]
Orthodoxe 57,0 % 76,7 % 71,0 % 63,2 % 50,6 %
Catholique latin 1,4 % 1,9 % 0,5 % 0,3 %
Greco-catholique 29,9 % 0,4 % 0,5 %
Protestant 3,6 % 1,0 % 0,5 % 1,9 % 2,5 %
Juif 0,2 % 0,3 % 0,5 % 0,3 %
Musulman 0,1 % 0,5 % 6,0 %
Hindou 0,3 % 0,6 %
Simplement chrétien 4,8 % 6,5 % 5,1 % 8,1 % 11,9 %
Autre 0,1 % 0,5 % 0,8 %
Non-affilié aux religions énumérées ci-dessus 3,1 % 12,7 % 21,7 % 24,7 % 28,3 %

Les orthodoxesModifier

Répartition de l'orthodoxie en Ukraine (Razumkov 2016)
Type d'orthodoxie % d'orthodoxes % de la population totale
Orthodoxe du Patriarcat de Kiev 38,1 % 25,0 %
Orthodoxe du Patriarcat de Moscou 23,0 % 15,0 %
Église orthodoxe autocéphale 2,7 % 1,8 %
Simplement orthodoxe 32,3 % 21,2 %
Ne sait pas 3,1 % 2,0 %
L'orthodoxie: évolution depuis 2000
2000 2005 2010 2013 2014 2016
Orthodoxe 66,0 % 60,8 % 68,1 % 70,6 % 70,2 % 65,4 %
Patriarcat De Moscou 9,2 % 10,6 % 23,6 % 19,6 % 17,4 % 15,0 %
Patriarcat De Kiev 12,1 % 14,0 % 15,1 % 18,3 % 22,4 % 25,0 %
Autocéphale 1,3 % 0,8 % 0,9 % 0,8 % 0,7 % 1,8 %
Simplement orthodoxe 38,6 % 33,4 % 25,9 % 28,8 % 28,1 % 21,2 %
Ne sait pas. 4,6 % 1,9 % 1,6 % 2,5 % 1,4 % 2,0 %
Manquant 0,2 % 0,1 % 1,0 % 0,6 % 0,2 % 0,4 %

ChristianismeModifier

En 2016, 81,9 % de la population de l'Ukraine (soit environ 38 000 000) déclare croire dans le christianisme.

Orthodoxie orientaleModifier

Église orthodoxe d'UkraineModifier

L'Église orthodoxe d'Ukraine constitue une juridiction autocéphale canonique de l'Église orthodoxe[12]. Son chef est Épiphane et porte le titre de « Métropolite de Kiev et de toute l'Ukraine ».

Église orthodoxe ukrainienne (Patriarcat de Moscou)Modifier

 
Le réfectoire de l'église dans la Laure de Kiev-Petchersk, résidence de la métropole.

L'Église orthodoxe d'Ukraine rattaché au Patriarcat de Moscou compte en 2016, 12 334 églises officiellement enregistrées et environ 200 monastères, soit bien plus que toute autre branche religieuse en Ukraine[13]. L'Église est dirigée par le Métropolite de Kiev et de toute l'Ukraine, Onuphrius (Berezovsky) et il utilise principalement le slavon d'église pour ses offices.

Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de KievModifier

L'Église orthodoxe ukrainienne (Patriarcat de Kiev) a été formée après la déclaration d'indépendance de l'Ukraine en 1991, et est dirigée depuis 1995 par le patriarche Filaret (Denysenko) avec le titre de patriarche de Kiev et de toute la Rus-Ukraine. Il était auparavant, au sein de l'Église orthodoxe russe, métropolite de Kiev et de toute l'Ukraine. L'Église prétend à une lignée directe de la Métropole de Kiev de Petro Mohyla. En 2016, l'Église compte 4 921 communautés enregistrées et environ 60 monastères. Ils utilisent l'ukrainien et le slavon commun comme langue liturgique.

Cette Église a été dissoute afin de fusionner avec l'Église ukrainienne orthodoxe autocéphale [en] le 15 décembre 2018 lors d'un concile d'unification [en] pour former l'Église orthodoxe d'Ukraine. Le 20 juin 2019, un « synode local » a décrété l'annulation de cette dissolutionn[14].

Église orthodoxe ukrainienne autocéphaleModifier

L'Église orthodoxe ukrainienne autocéphale, créée en 1919 à Kiev, interdite pendant l'ère soviétique, puis autorisée en 1989, se compose en 2016 de 1 217 communautés divisées en deux branches.

Dans la perspective d'une union des Églises orthodoxes en Ukraine, elle n'a pas nommé de successeur à son dernier patriarche, Dmitriy. L'Église utilise l'ukrainien comme langue liturgique.

Cette Église a fusionné avec l'Église orthodoxe ukrainienne (Patriarcat de Kiev) le 15 décembre 2018 lors d'un concile d'unification [en] pour former l'Église orthodoxe d'Ukraine.

Vieux-croyantsModifier

Les Vieux-Croyants presbytériens (« avec prêtres ») et non-presbytériens (« sans prêtres ») sont présents et organisés en Ukraine :

Autres chrétiens orthodoxesModifier

Il existe également diverses communautés orthodoxes

Les Arméniens sont particulièrement représentés en Ukraine. Il y a une éparchie (diocèse) arménienne en Ukraine, avec pour siège la cathédrale arménienne de Lviv et de nombreuses églises arméniennes sur le territoire de l'Ukraine[15].

Église CatholiqueModifier

Le catholicisme en Ukraine (4 000 000 fidèles) regroupe toutes les églises catholiques, reconnaissant la primauté du pape, qu'elles soient de rite romain (devenues très minoritaires depuis l'expulsion des Polonais en 1945), de rite byzantin (largement majoritaires) ou de rite arménien.

Eglise grecque-catholique ukrainienneModifier

 
Eglise Sainte Olha et Elisabeth de Lviv

L'Église gréco-catholique ukrainienne a une longue histoire, et un surnom d'"uniate" à oublier. L'archevêque Sviatoslav Shevchuk en est l'actuel dirigeant[16]. L'ukrainien est sa langue liturgique.

Eglise LatineModifier

L'Église de rite Latin est traditionnellement associée à la population polonaise d'Ukraine et à leurs descendants, dans les régions centrales et occidentales de l'Ukraine. Elle utilise le polonais, le latin, l'ukrainien et le russe comme langue liturgique.

Église catholique ruthèneModifier

Les principales concentrations de l'Église catholique ruthène sont en Trans-Carpathie près de la frontière hongroise. La communauté ruthène entretient des liens multiples en Hongrie, en Slovaquie et aux États-unis.

Autres groupes catholiquesModifier

L'Église arménienne catholique est très peu présente, avec en 2016 une seule église officiellement enregistrée.

ProtestantismeModifier

En 2016, les protestants représentent 1,9 % de la population de l'Ukraine, avec une forte concentration dans l'ouest de l'Ukraine (3,6 %). Sont présents l''évangélisme, le baptisme, le christianisme charismatique, ainsi que le méthodisme, le mennonitisme, le luthéranisme, le presbytéranisme, etc. Une Église réformée sub-carpathique, implantée anciennement, revendique 140 000 membres.

Dans les années 2000-2010, des Églises néo-charismatiques se développent : l'Embassy of the Blessed Kingdom of God for All Nations de Sunday Adelaja compterait 25 000 membres à Kiev où elle a été créée, 100 000 membres en Ukraine en 2013[17]. Dans son sillage, le centre spirituel « Résurrection » (Возрождение) du gourou guérisseur Volodimir Muntian (Мунтян Володимир) se développe. Plusieurs megachurches se développent à Kiev, notamment la Hillsong Church Kiev.

Quelques repères 2020 sur le protestantisme en Ukraine (en), qui revendique 700 000 fidèles, soit 2 % de la population :

Autres dénominationsModifier

En 2016, il y a 29 communautés enregistrées appartenant à l'Église de l'Orient.

Les Témoins de Jéhovah revendiquent 265 985 adhérents, d'après leur Annuaire de 2013. En 2010, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (Mormons) a consacré un temple mormon de Kiev et, en 2012, revendique 11 000 membres répartis en 57 congrégations en Ukraine[18].

Autres spiritualitésModifier

IslamModifier

L'Islam en Ukraine représente un minimum de 1 000 000 - 3 000 000 pratiquants selon une estimation datée : 3,5 % de la population se déclare de confession musulmane, mais 12 % en Crimée, en près de 400 communautés.

La plupart des musulmans d'Ukraine sont des Tatars de Crimée.

Historiquement, la Crimée est passée de force à l'Islam, à l'époque du Khanat de Crimée (1441-1783).

La majorité des Tatars de Crimée, d'origine turque, étaient sunnites, de jurisprudence majoritairement hanafite, avec une minorité shafi'ite, et de théologie ash'arite.

JudaïsmeModifier

Le judaïsme représenterait en 2016 0,05 % de la population.

BouddhismeModifier

HindouismeModifier

Baha'ismeModifier

Néo-paganismeModifier

En 2016, 138 organisations de néopaganisme slave sont déclarées officiellement.

Liberté de religionModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Religions in Ukraine / PEW-GRF », sur globalreligiousfutures.org (consulté le ).
  2. A. P. Vlasto, The Entry of the Slavs Into Christendom : An Introduction to the Medieval History of the Slavs, Cambridge, Cambridge University Press, , 435 p. (ISBN 978-0-521-07459-9, lire en ligne), « 5: The Eastern Slavs », p. 261

    « When Constantinople [...] became the Christian capital of the [Roman] Empire - the New Rome - it was natural that the traditions of its see should be re-examined, especially when the pretensions of Old Rome to absolute primacy became more insistent, and its apostolic foundation also made credible. Legends about the missionary journeys of St Andrew, the brother of St Peter and in fact the first apostle to be chosen by Our Lord, were amenable to such an interpretation. [...] Moreover, Andrew's mission-field was stated to be 'Scythia', a vague geographical term in Greek usage which embraces all the northern coasts of the Black Sea from the Danube to the Don. Missionary journeys by St Andrew in the Caucasus also appear in Georgian and Armenian legends. It may be a fact that Andrew visited the Crimea (Khersonnesos), sailing (as was normal) from Sinope. On this basis Russian piety later claimed that he had then sailed up the Dnepr to Kiev and predicted its future glory as a Christian metropolis. Further elaborations of the legend go beyond the credible but this much could be believed by many in Russia. [...] The spread of the legend via its Greek sources [...] probably belongs to the second half of the eleventh century. »

    .
  3. "Orthodox Churches clearly expressed their attitude to Ukrainian schismatics. Did Philaret understand?". Russian Orthodox Church website (pravoslavie.ru).
  4. Sparkle Design Studio, « Опитування: До якої релігії Ви себе відносите? (2013) // Центр Разумкова », sur old.razumkov.org.ua.
  5. 2013 Journal
  6. 2014 Report, 2014 Report 2
  7. « Релігійні вподобання населення України »,‎ .
  8. « Religious Belief and National Belonging in Central and Eastern Europe » [archive du ], Pew Research Center, (consulté le ).
  9. 2016 Report
  10. 2016 newsletter
  11. « РелігійНість УкраїНців: рівень, характер, ставлення до окремих аспектів церковно-релігійної ситуації і державно-конфесійних відносин (результати загальнонаціонального соціологічного дослідження) » [« Ukrainian Religiosity: level, character, attitude to certain aspects of ecclesiastical-religious situations and public-church relations (results of a nationwide poll) »], Razumkov Centre,‎ , p. 18.
  12. (en) « History is made: Bartholomew signs tomos of autocephaly for Orthodox Church of Ukraine », sur www.unian.info (consulté le ).
  13. RISU (Religion Information Service of Ukraine): Релігійні організації в Україні (станом на 1 січня 2016 р.) — State-recognised religious organizations as of 2016.
  14. Jacques Berset, « Ukraine : L'orthodoxie divisée, le « patriarche Philarète » fait dissidence », cath.ch,‎ (lire en ligne).
  15. « Monument to Lviv’s Ancient Armenian Heritage ».
  16. « Argentinian Bishop Sviatoslav Shevchuk becomes new head of Ukrainian Greek Catholic Church », Religious Information Service of Ukraine, (consulté le ).
  17. Afe Adogame, The African Christian Diaspora: New Currents and Emerging Trends in World Christianity, A&C Black, UK, 2013, p. 186.
  18. Elena Nechiporova, « Facts and Statistics: Ukraine », Church of the Latter Day Saints Newsroom, (consulté le ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier