Pogrom de Lwów de 1918

Le pogrom de Lwów de 1918 a eu lieu dans la ville de Lwów, en Galicie, aujourd'hui Lviv en Ukraine, du 21 au , au cours de la guerre polono-ukrainienne.

Quartier juif de Lwów après le pogrom en novembre 1918

À la suite de la prise de la ville par les troupes polonaises, les Juifs ont été victimes de violences et de vols perpétrés par des soldats polonais [1],[2], des miliciens[3], des civils anarchistes de nationalités différentes[4],[5], des criminels locaux[6] et des civils polonais de toutes les classes sociales[7]. La plupart des victimes juives étaient des réfugiés non armés, des Juifs hassidiques[8]. Ces actes de violence comprennent des viols et des actes de cruauté contre des enfants, des femmes et des personnes âgées[9],[10], outre les scènes d'humiliation, pillages et mises à sac[11],[12]. Entre 50 et 150 Juifs ont été tués et 500 ont été blessés. Pendant les émeutes et selon les sources, entre zéro[13] et environ 270 Ukrainiens généralement armés et combattants ont également été tués[9],[14].

Lors de l'incendie dans le quartier juif de Lwów, 3 synagogues ont été brûlées.

Selon un rapport du ministère polonais des Affaires étrangères sur le pogrom, plus de 50 immeubles d'habitation de trois étages ont été détruits où se trouvaient 500 entreprises juives. 2 000 Juifs ont été laissés sans-abri, et les pertes matérielles se sont élevées à 20 millions de dollars actuels[11].

Le prétexte utilisé par les soldats polonais pour justifier le pogrom a été le soutien apporté par certains Juifs aux Ukrainiens malgré le fait que la majorité des Juifs galiciens se tenaient dans la neutralité[15],[11].

Plus d'un millier de personnes dont des soldats, ont été arrêtées par les autorités polonaises pendant et après le pogrom[11],[16].

Les événements de Lwów de 1918 ont été largement rendus publics dans la presse internationale mais quasiment pas ou de manière édulcorée dans la presse polonaise[17].

Le président américain Woodrow Wilson a nommé une commission dirigée par Henry Morgenthau Sr., pour enquêter sur les excès commis contre la population juive en Pologne souveraine, nouvellement créée après 123 ans de partitions par les empires voisins, non seulement lors du pogrom de Lwow mais également ceux de Pinsk et de Kielce. Le rapport Morgenthau a été publié le [8] et blanchit le gouvernement polonais de toute responsabilité pour les événements, en attribuant les pertes à « l'état chaotique et contre nature des affaires »[18].

ContexteModifier

Les Juifs de Lwów avaient déjà été victimes d'un pogrom militaire russe commis par des cosaques le , qui avait emporté 30 à 50 vies juives[19].

Les Juifs de Galicie ont été pris dans le conflit polono-ukrainien de l'après-Première guerre mondiale et ont été victimes d'une vague montante de pogroms dans la région, alimentée par un état de non-droit post-guerre mondiale. Dans le chaos de la guerre, l'armée polonaise a permis le recrutement de criminels de droit commun libérés des prisons locales ainsi que des déserteurs de Habsbourg, des armées allemandes et russes, ce qui fut désastreux[11]. Au début de 1918, une vague de pogroms a balayé des villes habitées de Polonais de la Galicie occidentale, commis en grande partie par ces soldats démobilisés et des déserteurs de l'armée[11]. Tout au long du conflit ukraino-polonais de 1918-1919, les Juifs ont servi de boucs émissaires pour compenser les frustrations des forces belligérantes[20].

AppellationModifier

 
Carte postale : « Nouveau massacre à Lwow », 1903

Il a eu un certain débat pour savoir si cet événement doit être désigné comme un pogrom et en fait, le rapport Morgenthau a soulevé cette question de savoir si l'étiquette pogrom est techniquement applicable à ces émeutes dans les temps de guerre[21]. Parmi les historiens modernes, le Britannique Norman Davies a demandé si ces circonstances peuvent être décrits avec précision comme un « pogrom »[22]. Cependant, le rapport soumis au ministère polonais des Affaires étrangères cité par Hagen a caractérisé l'incident comme un pogrom, et a critiqué l'inaction des fonctionnaires polonais à ne pas mettre fin à la violence, tout en accusant les fonctionnaires de propager des accusations incendiaires contre les juifs de Lwów[11]. L'historien David Engel a noté que le ministère polonais des Affaires étrangères avait mené une campagne visant à décourager l'utilisation du terme « pogrom » par les enquêteurs étrangers, même si lui-même a utilisé ce terme librement dans sa propre enquête[23].

Après le pogrom de 1914, celui de 1918, Lviv ne fait plus cas d'incident antisémite majeur par la suite jusqu'en 1941, lorsqu'après l'occupation allemande, la communauté juive devient la cible d'un nouveau pogrom par les Ukrainiens locaux, du au [24],[25].

GalerieModifier


Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Joanna B. Michlic. Poland's Threatening Other: The Image of the Jew from 1880 to the Present. University of Nebraska Press, 2006. One of the first and worst instances of anti-Jewish violence was Lwow pogrom, which occurred in the last week of November 1918. In three days 72 Jews were murdered and 443 others injured. The chief perpetrators of these murders were soldiers and officers of the so-called Blue Army, set up in France in 1917 by General Jozef Haller (1893-1960) and lawless civilians
  2. Herbert Arthur Strauss. Hostages of Modernization: Studies on Modern Antisemitism, 1870-1933/39. Walter de Gruyter, 1993. "In Lwow, a city whose fate was disputed, the Jews tried to maintain their neutrality between Poles and Ukrainians, and in reaction a pogrom was held in the city under auspices of the Polish army"
  3. (pl) Maciej Kozłowski, Zapomniana wojna : walki o Lwów i Galicję Wschodnią : 1918-1919, Instytut Wydawniczy "Świadectwo", (lire en ligne)
  4. (en) Goldwin Smith Professor of Human Studies Sander L. Gilman, Sander L. Gilman et Milton Shain, Jewries at the Frontier : Accommodation, Identity, Conflict, University of Illinois Press, , 401 p. (ISBN 978-0-252-06792-1, lire en ligne)
  5. (en) Joanna B. Michlic, Poland's Threatening Other : The Image of the Jew from 1880 to the Present, U of Nebraska Press, , 399 p. (ISBN 978-0-8032-5637-8, lire en ligne)
  6. (en) Giuseppe Motta, The Great War against Eastern European Jewry, 1914-1920, Cambridge Scholars Publishing, , 276 p. (ISBN 978-1-5275-1221-4, lire en ligne)
  7. Engel, David (2003). « Lwów 1918: La Transmutation d'un symbole et son héritage dans l'Holocauste ». Dans Zimmerman, Joshua D. (ed.). Contesté Souvenirs: Polonais et Juifs pendant l'Holocauste et ses conséquences . Rutgers University Press . pp. 33-34. (ISBN 0-8135-3158-6).
  8. a et b Henry Morgenthau, All in a Life-time, (Rapport sur la Pologne par la délégation des États-Unis), 454 pp, Doubleday, 1922
  9. a et b (en) Herbert A. Strauss, Current Research on Anti-Semitism : Hostages of Modernization, Walter de Gruyter, , 1427 p. (ISBN 978-3-11-013715-6, lire en ligne), p. 1012 & ss.
  10. (he) « 3 - הצפירה, 05/12/1918 », sur jpress.org.il (consulté le )
  11. a b c d e f et g (en) Robert Blobaum, Antisemitism and Its Opponents in Modern Poland, Cornell University Press, , 348 p. (ISBN 978-0-8014-8969-3, lire en ligne), p. 127-129, 133-137, 143
  12. (en) Cyrus Adler et Henrietta Szold, American Jewish Year Book, American Jewish Committee, (lire en ligne)
  13. Christoph Mick. (2015) Lemberg, Lvov, Lviv, 1914-1947: ethnisme dans une ville Contesté. West Lafayette, Indiana: Purdue University Press, p. 161 « ... Extreme actes de violence ont été exclusivement réservés aux Juifs. Bien que la population ukrainienne de la ville a été soumis à de nombreux actes d'hostilité, il n'y avait pas de meurtres. Cependant, beaucoup d'Ukrainiens ont été arrêtés. »
  14. Zbigniew Zaporowski, "victimes d'émeutes et de pillages à Lviv 22-24 novembre 1918 à la lumière des conclusions de la Direction de la police de Lviv", Mémoire et Justice, vol 1 (2018): 465-471.
  15. « Lviv juive » (version du 12 janvier 2012 sur l'Internet Archive), sur www.ji.lviv.ua,
  16. (en)Engel, David (2003). « Lwów 1918: La Transmutation d'un symbole et son héritage dans l'Holocauste ». Dans Zimmerman, Joshua D. (ed.). Contesté Souvenirs: Polonais et Juifs pendant l'Holocauste et ses conséquences . Rutgers University Press . pp. 33-34, (ISBN 0-8135-3158-6)
  17. Grzegorz Gauden, Lviv - fin à l'illusion. L'histoire du pogrom Novembre en 1918 , Cracovie: "Universitas", 2019. (ISBN 97883-242-3536-0) . pp. 49, 184-185.
  18. (en) Piotr Stefan Wandycz, Ideology, Politics, and Diplomacy in East Central Europe, University Rochester Press, , 272 p. (ISBN 978-1-58046-137-5, lire en ligne), p. 73
  19. Mick Christoph, Lemberg, Lvov, Lviv, 1914-1947: ethnisme dans une ville Contesté , West Lafayette, Indiana, Purdue University Press, 2015, p. 41.
  20. (en) Scott Ury, « Who, What, When, Where, and Why Is Polish Jewry? Envisioning, Constructing, and Possessing Polish Jewry », Jewish Social Studies, vol. 6, no 3,‎ , p. 205–228 (ISSN 1527-2028, DOI 10.1353/jss.2000.0015, lire en ligne, consulté le )
  21. (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust : Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide in the Second Republic, 1918-1947, McFarland, , 437 p. (ISBN 978-0-7864-0371-4, lire en ligne), p. 41-42
  22. (en) Herbert A. Strauss, Current Research on Anti-Semitism : Hostages of Modernization, Walter de Gruyter, , 1427 p. (ISBN 978-3-11-013715-6, lire en ligne)
  23. (en) David Engel, Facing a Holocaust : The Polish Government-In-Exile and the Jews, 1943-1945, UNC Press Books, , 317 p. (ISBN 978-0-8078-2069-8, lire en ligne), p. 193-194
  24. (uk) « Book: «Шоа» у Львові », sur www.e-reading.club (consulté le )
  25. (en) Peter Longerich, Holocaust : the nazi persecution and murder of the Jews, Oxford, OUP Oxford, , 645 p. (ISBN 978-0-19-280436-5, lire en ligne), p. 194

SourcesModifier

Chasanowich, Leon. Les pogromes anti-Juifs en Pologne et en Galicie en novembre et décembre 1918 : faits et documents. Stockholm, 1919.