Russe

langue slave originaire de Russie

Russe
Русский язык
Pays Abkhazie, Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Estonie, États-Unis, Géorgie, Israël, Kazakhstan, Kirghizistan, Lettonie, Lituanie, Moldavie, Mongolie, Ossétie du Sud, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan, Transnistrie, Turkménistan, Ukraine
Région Europe, Asie, Amérique (via l'État américain de l'Alaska)
Nombre de locuteurs L1 : 154 millions
L2 : 100 millions
Total : 254 millions
Nom des locuteurs russophones
Typologie SVO, flexionnelle, accusative, accentuelle, à accent d'intensité
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Abkhazie Abkhazie[1]
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie[2]
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan[3]
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan[4]
Drapeau de la Transnistrie Transnistrie
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan[5]
Gagaouzie Gagaouzie[6] (Moldavie)
Drapeau de l'Ossétie du Sud-Alanie Ossétie du Sud-Alanie[7]
Drapeau de la Russie Russie[8]
Drapeau des Nations unies Nations unies
Flag of the CIS.svg Communauté des États indépendants
Organisation de coopération de Shanghai
Régi par Académie russe des sciences
Codes de langue
IETF ru
ISO 639-1 ru
ISO 639-2 rus
ISO 639-3 rus
Étendue individuelle
Type vivante
Linguasphere 53-AAA-ea
Glottolog russ1263
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français) Статья 1
Все люди рождаются свободными и равными в своем достоинстве и правах. Они наделены разумом и совестью и должны поступать в отношении друг друга в духе братства.
Carte
Image illustrative de l’article Russe
Le monde russophone.
  • Pays où le Russe est une langue officielle
  • Pays où le Russe est fréquemment parlé (>30%)
  • Le russe (en russe : русский язык, rússkij âzýk[9]) est une langue appartenant au groupe des langues slaves orientales de la famille des langues indo-européennes, auquel appartiennent aussi l'ukrainien et le biélorusse. Il compte plus de 280 millions de locuteurs (comme langue maternelle ou langue seconde). Il est la langue officielle de la fédération de Russie et l'une des langues officielles des républiques de Biélorussie, du Kazakhstan et du Kirghizistan, langue de communication au sein de la Communauté des États indépendants (CEI), dominante dans certaines régions d'Ukraine (notamment le Sud et l'Est ukrainien ainsi que la capitale Kiev). Il est également une des langues officielles de l'ONU.

    Il est régi par l'Académie des sciences de Russie (Росси́йская Акаде́мия Нау́к).

    Histoire de la langue russeModifier

    La langue russe est issue du groupe des langues slaves formalisé dans le vieux-slave. De cette langue commune slave sont issues une langue commune aux ecclésiastiques, le slavon d'église ou vieux-slave liturgique, et les multiples langues vernaculaires à l'origine des différentes langues slaves.

    Le vieux russe est ainsi parlé du Xe au XIVe siècle dans le groupe des langues slaves orientales (Russie, Biélorussie et Ukraine). La langue russe moderne en est issue, en subissant une forte influence du slavon d'église.

    La langue russe au début du XXIe siècleModifier

    Le russe dans l'espace post-soviétiqueModifier

    Dans les années 2000, le russe est parlé par plus de 280 millions de personnes, dont quelque 145 millions le parlent comme langue maternelle. Il est utilisé par la grande majorité des Russes de Russie. À la suite de la russification intense[réf. nécessaire] menée lors de la période soviétique, son usage est toujours très important en Ukraine, en Biélorussie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Lettonie, en Lituanie, en Estonie ou encore dans les régions séparatistes d'Abkhazie, d'Ossétie du Sud ou de Transnistrie, pas seulement par l'importante minorité russe encore présente, mais aussi par une grande partie de la population de l'ethnie dominante, surtout dans les grandes agglomérations ou dans des régions proches de la Russie (Est de l'Ukraine, Nord et Ouest du Kazakhstan, etc.).

    En UkraineModifier

    En Ukraine, le russe est une langue minoritaire très importante. Le Demoskop Weekly estime qu’en 2004, il y avait 14 400 000 locuteurs ayant le russe comme langue maternelle dans le pays, et 29 millions de locuteurs actif[10]. 65% de la population du pays parlait couramment le russe en 2006, et 38% l'utilisait comme langue principale avec la famille, les amis ou au travail. Le 5 septembre 2017, le Parlement ukrainien a adopté une nouvelle loi qui interdit l'enseignement primaire à tous les élèves dans toute autre langue que l'ukrainien, ce qui est mal perçu dans l’est du pays comme en Russie [11].

    Dans les républiques du Caucase et d'Asie centrale, le russe sert toujours de langue véhiculaire entre les différentes ethnies. Les peuples non russes de l'ancienne URSS, particulièrement dans les grandes villes, ont souvent une meilleure maîtrise écrite de la langue russe que de leur propre langue, ce qui permet à la presse russophone de subsister. Dans les pays baltes, le retour à l'indépendance a fait perdre au russe son rôle hégémonique, et la minorité russe se voit aujourd'hui obligée de se battre pour maintenir sa langue dans ces pays, comme n'importe quelle minorité linguistique (bien qu'en Lettonie, le russe soit parlé par 44 % de la population)[12].

    Le russe en Europe centraleModifier

    En Europe centrale, les anciens pays du bloc de l'Est, où l'apprentissage du russe était autrefois systématique, se tournent depuis la fin du communisme vers l'anglais. On estime que la partie de la population, quel que soit le pays, qui avait plus de vingt ans lors de l'effondrement de l'URSS, en 1991, garde une maîtrise courante et parfois très approfondie de la langue russe. C'est notamment le cas en ex-RDA (Allemagne de l'Est) où il était enseigné en tant que langue obligatoire pour tous les collégiens et pour les lycéens . Il a également été enseigné en Yougoslavie durant la période communiste. En Pologne, le russe est largement devancé depuis 1989 par l'anglais et l'allemand. En revanche, le russe est souvent une langue véhiculaire pour les gens qui avaient plus de 15 ans avant 1989 ; dans les ex-républiques populaires de l'Europe de l'Est, et par exemple, un citoyen de Pologne qui avait plus de 15 ans en 1989 peut le plus souvent, communiquer avec un citoyen bulgare, qui tout comme lui, avait appris le russe à l'école. En France et en Allemagne, ainsi qu'au Royaume-Uni, le russe est resté une langue véhiculaire pour les immigrés, ou réfugiés originaires de l'Europe de l'Est. Ainsi, à Londres, il n'est pas rare, par exemple, de voir un immigré polonais parler en russe en s'adressant à un réfugié tchétchène[réf. nécessaire], ou de surprendre un Bulgare communiquer en russe avec un Roumain.

    Le russe dans le mondeModifier

    Le russe a été parlé dans l’État américain de l’Alaska jusqu’à son achat en 1867. Il reste encore un village parlant un dialecte russe[13].

    Du fait de l'immigration, Israël, l'Allemagne, le Canada, les États-Unis et quelques autres pays comptent aussi d'importantes communautés russophones. En Israël en particulier, plus d'un million sur les sept millions et demi d'Israéliens de confession juive (sur une population totale de plus de 9,3 millions d'habitants en selon le Bureau israélien des Statistiques) sont des russophones originaires de Russie ou d'Ukraine, qui pratiquent encore beaucoup le russe. En Syrie, le russe est parlé par au moins 20 000 Syriens en seconde langue et est restée en tant que langue universitaire. Plus de 10 000 Syriens vivent en fédération de Russie.

    Malgré une perte d'influence certaine après l'effondrement du régime soviétique, l'importance de la langue russe ne s'est nullement démentie, que cela soit du point de vue scientifique (restant une langue de communication de première importance dans la conquête de l'espace), culturel, ou géopolitique (la Russie restant une puissance militaire de premier ordre). Son état d'idiome véhiculaire en Asie centrale, dans le Caucase, voire dans les marches slaves de l'ex-Union soviétique demeure, même s'il est amoindri, vivace[réf. souhaitée].

    Dans les pays de l'ex-Asie centrale soviétique (Tadjikistan, Ouzbékistan, etc.), le russe est désormais en concurrence surtout avec l'anglais, et dans une moindre mesure, avec le chinois mandarin, pour l'apprentissage d'une seconde langue pour les plus jeunes, et aussi avec le persan, la langue de l'Iran, qui est la puissance régionale et économique principale de l'Asie centrale. Pour pouvoir émigrer vers les États-Unis, l'Australie ou le Canada, ou pour travailler dans le secteur du tourisme, une partie des plus jeunes misent sur l'anglais. Le chinois souffre de ne pas être la langue d'un pays d'immigration et des faibles salaires pratiqués en Chine. Aux États-Unis ou en Australie, les rémunérations ou les salaires sont au contraire bien meilleurs qu'en Russie. Toutefois, la Russie est encore la première destination des émigrés d'Asie centrale[réf. souhaitée].

    En Afghanistan, pendant la guerre soviéto-afghane, entre 1979 et 1989, la langue russe était utilisée dans l'administration, et à partir du collège dans l'éducation, ainsi que dans les lycées. De nos jours, de nombreux Afghans parlent russe en seconde langue, surtout à Kaboul, et dans le nord du pays. Le russe est de nouveau une langue universitaire en Afghanistan, depuis 2003.

    En Chine, le russe est surtout présent dans le nord du pays, et la proportion des locuteurs augmente, le long de la frontière sino-russe. Les Russes sont l'une des 56 ethnies en Chine, avec environ 15 000 représentants. Il y a sans doute 100 000 Chinois qui savent parler le russe en seconde langue, concentrés majoritairement le long de la frontière russo-chinoise. L'enseignement du russe a beaucoup souffert de la rupture avec l'URSS entre 1961 et 1989, et surtout du fait d'une courte guerre, en 1969, entre les deux pays.

    Au Vietnam, pays autrefois dans l'orbite de l'URSS, le russe fut enseigné dès 1955 au Vietnam du Nord, et développé après la réunification du Vietnam en 1975, au sud Vietnam. Avec la chute de l'URSS en 1991, le russe est oublié par les nombreux Vietnamiens qui le parlaient, car ils ne communiquent plus avec des Russes, et les relations diplomatiques entre les deux pays ne sont plus les mêmes depuis 1991. À Cam Ranh, il y avait une base militaire russe, et dans ses environs, le nombre de Vietnamiens qui parlaient le russe était donc plus important que dans le reste du pays. Depuis 1991, les Vietnamiens optent massivement pour l'apprentissage de l'anglais, plus utile, et du chinois (mandarin), ou du japonais.

    Au Cambodge, et au Laos, qui étaient des pays communistes satellites du Vietnam, le russe a largement laissé la place à l'anglais et au chinois mandarin, surtout après 1991.

    Dialectes russesModifier

    Il existe trois groupes de dialectes en Russie d'Europe : le russe septentrional, central et méridional. Chacun de ces groupes se décompose lui-même en plusieurs dialectes.

    Il faut considérer également, bien que ne relevant pas des aspects dialectaux, la langue russe sous sa forme argotique. L'argot obscène mat et l'argot criminel fenia, diffusé par des prisonniers et zek familiarisés dans les camps avec ce vocabulaire, sont utilisés au quotidien. Son lexique est riche, hormis les aphérèses, apocopes et autres dérivations, et les polysémies étendues.

    Russe septentrionalModifier

    Situé au nord-est d'une ligne reliant le lac Ladoga à Iochkar-Ola en passant par Novgorod et Iaroslavl. Ce groupe se distingue par une prononciation du o non accentué comme un /o/, le g est guttural et le t des terminaisons de verbe se prononce dur.

    Russe centralModifier

    La limite septentrionale passe par Saint-Pétersbourg, Novgorod, Ivanovo et Nijni Novgorod jusqu'à Tcheboksary. Au sud, cette région comprend Velikié Louki, Moscou et Penza. L'accent local comporte des traits empruntés tant au russe septentrional qu'au russe méridional. On distingue la partie septentrionale (prononçant /o/, même hors accent) et la partie méridionale (prononçant le o, non accentué, /a/).

    Russe méridionalModifier

    La région s'étend au sud de Velikié Louki et passe par Riazan et Tambov. On y prononce le 'o' non accentué /a/, le 'g' est fricatif et le 't' mouillé des terminaisons de verbe.

    Données linguistiques sur le russeModifier

    Prononciation et écritureModifier

    Extrait de lecture de la page Wikipédia russe Русский язык

    Le russe est une langue accentuelle ; l'accent tonique des mots est variable (il peut se déplacer d'une forme à l'autre) et conditionne la prononciation des voyelles selon un phénomène d'apophonie accentuelle : les voyelles non accentuées sont brèves et réduites (la syllabe non accentuée précédant l'accent étant moins réduite que les autres).

    Le russe s'écrit avec une version de l'alphabet cyrillique comportant 33 lettres. La phonologie du russe y est rendue de façon particulière : la plupart des lettres-consonnes représentent en fait deux phonèmes distincts, l'un vélarisé (« dur »), l'autre palatalisé (« mou » ou « mouillé ») ; la graphie de la lettre-voyelle qui suit (ex. : a/я pour [a]) indique de quel phonème consonantique il s'agit :

    • les consonnes dures sont suivies de а, е (dans les mots étrangers), э, о, у, ы, ъ (graphie ancienne), ou l'absence de voyelle[14] ;
    • les consonnes molles sont suivies de я, е, ё, и, ю, ь (qui dénote une mouillure en l'absence de voyelle) — en début de mot, après une autre voyelle, ь ou ъ, ces voyelles sont précédées d'un [j] (я ia, е ié, ё io, ю iou) ; И se prononce [ji] après les ь ou ъ[15] ;
    • les consonnes ж, ш, ц sont toujours dures et ч, щ sont toujours molles — on n'écrit jamais я, ю, э, ъ après ces consonnes[16] ;
    • à la deuxième personne du singulier du non-passé (présent imperfectif ou futur perfectif) tous les verbes se terminent par -шь bien que la finale reste dure ; par ailleurs, au nominatif des noms, les consonnes finales -ж, -ч, -ш, -щ sont suivies d'un -ь dans le cas des féminins de la 3e déclinaison et ne le sont pas dans le cas des masculins de la 2e sans que cela influe sur la prononciation, dure pour ж et ш ou molle pour ч et щ, de la consonne concernée.
    Tableau de l'alphabet cyrillique dans sa version russe actuelle
    Majuscule Minuscule Nom Prononciation
    (API)
    Prononciation
    (équivalent français approché)
    Translittération
    (norme ISO 9)
    Transcription
    (usage français)
    А а a [a] a a a
    Б б be [b] ~ [bʲ] b b b
    В в ve [v] ~ [vʲ] v v v
    Г г ge [g] ~ [gʲ] g dur g g, gu
    Д д de [d] ~ [dʲ] d d d
    Е е je [ʲe] ~ [ je] ïé e e, ie, ye
    Ё ё jo [ʲo] ~ [ jo] ïo ë e, io, yo
    Ж ж že [ʐ] j ž j
    З з ze [z] ~ [zʲ] z z z
    И и i [i] i i i
    Й й i bref
    и краткое
    [j] y j ï
    К к ka [k] ~ [kʲ] k k k
    Л л el [ɫ] ~ [lʲ] l dur ~ l mouillé l l
    М м em [m] ~ [mʲ] m m m
    Н н en [n] ~ [nʲ] n n n
    О о o [o] o o o
    П п pe [p] ~ [pʲ] p p p
    Р р er [r] ~ [rʲ] r roulé r r
    С с es [s] ~ [sʲ] s dur s s, ss
    Т т te [t] ~ [tʲ] t t t
    У у u [u] ou u ou, u
    Ф ф ef [f] ~ [fʲ] f f f
    Х х ha [x] ~ [ xʲ] cʼh breton, ch allemand, arabe, j espagnol h kh, h
    Ц ц ce [t͡s] ts c ts
    Ч ч če [t͡ɕ] tch č tch
    Ш ш ša [ʂ] ch š ch
    Щ щ šča [ɕː] ch mouillé long ŝ chtch
    ъ signe dur
    твёрдый знак
    vélarisation muet "
    ы y [ɨ] i postérieur y y
    ь signe mou
    мягкий знак
    palatalisation mouillure '
    Э э è renversé
    э оборотное
    [ɛ] è è e
    Ю ю ju [ʲu] ~ [ ju] ïou û iou, ïou, you
    Я я ja [ʲa] ~ [ ja] ïa â ia, ïa, ya

    À quelques exceptions près, l'orthographe est de type phonologique (toutefois, la place de l'accent n'est habituellement pas notée) : le russe s'écrit globalement comme il se prononce, à condition de tenir compte de certaines modifications phonétiques prévisibles :

    • l'apophonie accentuelle[17] : les voyelles inaccentuées sont prononcées réduites, mais écrites comme si elles avaient leur forme « pleine » accentuée. Hors accent, a et o se confondent en [ɐ] ou [ǝ] selon la position : par exemple, говорить « parler » se prononce [gǝvɐ'ritʲ] ; хорошо « bien » se prononce [xǝrɐ'ʂɔ] où seul le dernier o se prononce vraiment [ɔ]. Le e et le я hors accent tendent vers [ɪ] : comparer нет « non » prononcé ['nʲɛt], et семья « famille » prononcé [sʲɪ'mʲa] ;
    • l'allophonie « molle » : l'élévation ou centralisation des voyelles basses et postérieures après les consonnes molles. Les [a], [o], [u] se font [æ], [ɵ], [ʉ][18] ;
    • le dévoisement final[14] : comme dans la plupart des langues slaves, les consonnes sonores s'assourdissent en fin de mot : д est alors prononcé [t], б prononcé [p], etc. Exemples : город [ˈgorət] « ville », нож [noʂ] « couteau » ;
    • l'assimilation régressive[14] : les consonnes sourdes se font sonorisées devant les consonnes sonores (à l'exception de в) : сделать [ˈzdʲelətʲ] « faire », mais свет [svʲet] « lumière » , творить [tvɐˈrʲitʲ] « créer ». Les consonnes sonores s'assourdissent devant des consonnes sourdes : все [fsʲe] « tout », ложка [ˈloʂkə] « cuillère » ;
    • les groupes de consonnes sont plus nombreux qu'en français, mais les suites trop longues sont réduites : par exemple, dans чувствовать [ˈt͡ɕustvəvətʲ] « sentir, ressentir », le premier 'v' de la suite vstv ne se prononce pas ;
    • la lettre г peut prendre plusieurs valeurs : [g] généralement, mais [v] dans les terminaisons de l'adjectif -его, -ого et dans le pronom его (ainsi que dans сегодня « aujourd'hui »), [x] dans la racine легк- (« léger »), мягк- (« mou ») et le mot бог « dieu » (au nominatif), muet (ou [ɦ] ?[réf. nécessaire]) dans les interjections (ага « aha », гм « hum », …). La prononciation [ɣ] de г est la marque caractéristique de l'accent du sud.

    L'orthographe actuelle est le fruit de la grande réforme de 1918 (qui avait été proposée avant la Révolution russe, mais qui a été mise en œuvre par les bolcheviks) et de la codification de 1956. La ponctuation, provenant initialement du grec byzantin, a été modifiée aux XVIIe et XVIIIe siècles par analogie avec le système allemand et français. Les guillemets utilisés sont « et » sans espace.

    Réduction vocaliqueModifier

    Résumé de la réduction vocalique en russe
    Phonème Lettre
    (typiquement)
    Position Si accentuée Si réduite
    /a/ а (C)V ä ə, ɐ
    я CʲVC a ɪ
    CʲVCʲ æ
    /e/ э VC ɛ
    е CʲVC ɛ̝
    э, е† CVC ɛ ɨ̞
    CVCʲ e
    /i/ и (Cʲ)V i ɪ
    /ɨ/ ы, и (C)V ɨ ɨ̞
    /o/ о (C)V [o ~ ɔ] ə, ɐ
    ё* CʲV ɵ ɪ
    /u/ у (C)V u ʊ
    ю CʲV(C)
    CʲVCʲ ʉ ʉ̞
    * Le <ё> réduit est écrit <е>.
    † <е> est utilisé dans la plupart des emprunts (sauf à l'initiale) ou après ц, ш, ж.

    VocabulaireModifier

    Substantif / adjectif Rapport étymologique Indo-européen
    en français en russe au grec au latin au français à l'anglais à l'allemand
    terre земля humus humus *dʰéǵʰōm
    ciel небо nimbus nimbe(s), nébuleuse,
    neige, nuage
    nimble Nebel *nébʰos
    eau вода ὕδωρ unda onde, ondulation water Wasser *wódr̥
    feu огонь ignis ignition ignite *h₁ngʷni-
    une personne человек shoal *(s)kʷel-
    homme мужчина man Mann *man-
    femme женщина γυνὴ génitrice queen *gʷḗn
    manger есть[19] ἔδω edere eat essen *h₁ed-
    boire пить potare potable, potion, poison *peh₃-
    grand большой de-bilis[20] "débile" *bel-
    petit мaленький malus malin small schmal *(s)mal-
    nuit ночь νύξ nox nocturne, nuit night Nacht *nókʷts
    jour день dies midi, dimanche, lundi… day Tag *dyeu-
    maison дом domus domicile, domestique home, domestic Heim *dṓm
    frère брат frater frère, fraternité brother Bruder *bʰréh₂tēr
    mère мать μήτηρ[21] mater mère, maternité mother Mutter *méh₂tēr

    DéclinaisonModifier

    DéclinaisonModifier

    Le russe est une langue flexionnelle. La déclinaison russe ne comporte plus aujourd'hui que six cas :

    1. Nominatif (Именительный Imenitel’nyï) ;
    2. Génitif (Родительный Roditel’nyï) qui traduit souvent la préposition 'de' (origine, article partitif, objet de certains verbes, complément de nom, etc.) ;
    3. Datif (Дательный Datel’nyï) destination, attribution ;
    4. Accusatif (Винительный Vinitel’nyï) destination, objet direct ;
    5. Instrumental (Творительный Tvoritel’nyï) moyen, durée ;
    6. Locatif (Предложный Predlojnyï) (ou prépositionnel) localisation ou dans l'espace.

    Au singulier, l'accusatif des noms n'a de forme propre que dans la déclinaison des noms masculins ou féminins se terminant en -а ou -я au nominatif. Celui des noms féminins se terminant en ь au nominatif est identique au nominatif, même s'il s'agit d'un être animé (p.ex. лошадь cheval). Au singulier dans toutes les autres déclinaisons et au pluriel dans toutes, il se confond avec le génitif si le nom désigne un être animé, avec le nominatif s'il désigne un être inanimé.

    L'accusatif des adjectifs n'a de forme propre qu'au féminin singulier. Aux masculin et neutre singuliers et au pluriel, il se confond avec le génitif si le nom qualifié par l'adjectif désigne un être animé ; avec le nominatif s'il désigne un être inanimé.

    Le vocatif (Звательный Zvatel’nyï), qui était autrefois le septième cas de la déclinaison russe, ne subsiste plus que dans l'invocation religieuse (молитва “Отче наш” « le Notre Père »), dans quelques rares expressions figées (Боже мой « Mon Dieu », Господи « Seigneur », госпоже "Madame" батько « petit père ») et (très rarement) dans la littérature (chez Alexandre Pouchkine, par exemple : « старче » pour « старец » ― « vieillard »). La forme courte populaire des prénoms (« Тань » Tan’ pour « Таня » Tania) et des mots « мам » et « пап » (m’man, p’pa) peut être considérée comme un vocatif.

    Il subsiste également pour certains noms deux autres cas vestigiels : un génitif partitif distinct du génitif générique (стака́н ча́ю un verre de thé, стака́н для ча́я un verre à thé) et un prépositionnel à sens locatif, souvent en -у et toujours accentué sur la finale, distinct du prépositionnel générique en -е ou parfois en -и, dont l'accentuation suit celle des autres cas: на лбу sur le front, на полу́ par terre, на двери́ sur la porte, etc. s'opposant à: о лбе à propos du front, о по́ле au sujet du sol, о две́ри quant à la porte, etc.

    NomsModifier

    Il y a trois genres (masculin, féminin, neutre) et deux nombres (singulier, pluriel). Généralement, les trois genres sont indifférenciés au pluriel (sauf pour la déclinaison des noms au génitif). La terminaison du nominatif singulier indique généralement le genre : consonne, й ou -ь pour le masculin ; -а, -я ou -ь pour le féminin ; -о ou -е pour le neutre. Il existe quelques exceptions (notamment des mots masculins d'origine étrangère comme кофе ), et en particulier les noms de personne en -а se déclinent comme des féminins mais prennent le genre en cohérence avec leur sens (папа papa masculin, коллега collègue masculin ou féminin).

    Le russe a perdu le duel. Il garde cependant un système complexe d'accord des noms précédés d'adjectifs cardinaux :

    • nominatif singulier pour les nombres terminés par один un : двадцать один этаж vingt-et-un niveaux (c'est-à-dire vingt étages), mais : одиннадцать этажей onze niveaux ;
    • génitif singulier pour les nombres terminés en два deux три trois четыре quatre : два этажа deux niveaux (on peut rencontrer dans ce cas le nominatif pluriel pour des noms féminins) ;
    • génitif pluriel pour les autres nombres et les quantités indéfinies : много этажей beaucoup d'étages ;
    • nominatif pluriel en l'absence de quantifieur : этажи des étages.

    Quand le quantifieur est dans un cas oblique (c'est-à-dire quand il n'a pas la forme du nominatif), le nom prend le même cas et le pluriel : около трëх часов "vers trois heures".

    Déclinaison des masculins en -∅-, -ь, -й, -ий
    et des neutres (sauf ceux en -мя)
    Masculins Neutres
    Durs Mous Durs Mous Durs Mous
    Sing Plur. Sing Plur. Sing Plur. Sing Plur. Sing Plur. Sing Plur.
    Nominatif -∅- -ы (1) -ий -ии -о (5)
    Accusatif N/G (4) N/G (4) N/G (4) N/G (4) -a -e
    Génitif -ов (2) -ей -ев (3) -ия -иев -∅- -eй (7)
    Datif -ам -ям -ям -ию -иям -ам -ям
    Instrumental -ом -ами -ем (3) -ями -ем (3) -ями -ием -иями -ом (5) -ами -ем (3) -ями
    Locatif -ах -ях -ях -ии -иях -ах -e (6) -ях
    • 1 : On écrit и après une chuintante, г, к ou х.
    • 2 : On écrit ей après une chuintante.
    • 3 : Après une consonne molle on écrit ё sous l’accent, sinon e.
    • 4 : L’accusatif est identique au génitif pour les noms animés, au nominatif pour les inanimés.
    • 5 : Après une chuintante on écrit о sous l’accent, sinon e.
    • 6 : Pour les substantifs se terminant en ие au nominatif singulier on écrit ии.
    • 7 : Pour les substantifs se terminant en ие au nominatif singulier on écrit ий.
    Déclinaison des féminins ou masculins en -a, -я ou -ия
    Durs Mous en -я Mous en -ия
    • 1 : Ces noms sont presque tous féminins,
      quelques-uns sont masculins, aucun n'est neutre.
    • 2 : On écrit и après une chuintante, г, к ou х.
    • 3 : Après une chuintante, on écrit о sous l’accent, sinon e.
    • 4 : Après une consonne molle, on écrit ё sous l’accent, sinon e.
    • 5 : L’accusatif pluriel est identique
      • au génitif pour les noms animés,
      • au nominatif pour les inanimés
    Sing. Plur. Sing. Plur. Sing. Plur.
    Nominatif -a -ы (2) -ия -ии
    Accusatif N/G (5) N/G (5) -ию N/G (5)
    Génitif -ы (2) -∅- -ии -ий
    Datif -ам -е - ям -ии -иям
    Instrumental -ой (3) -ами -ей (4) ями -ией -иями
    Locatif -ах -ях -ии -иях
    Déclinaison des noms féminins en -ь
    Singulier Pluriel
    • 1 : Les substantifs dans ce groupe en -ь sont tous féminins
    • 2 : Le substantif masculin путь (chemin), se décline ainsi sauf à l'instrumental sing. où il prend -ём.
    • 3 : Au singulier, l’accusatif est identique au nominatif que le nom soit animé ou inanimé.
    • 4 : Au pluriel, l’accusatif est identique au génitif pour les noms animés, au nominatif pour les inanimés.
    Nominatif
    Accusatif -ь (3) N/G (4)
    Génitif -ей
    Datif -ям (-ам après une chuintante)
    Instrumental -ью -ями (-ами après une chuintante)
    Locatif -ях (-ах après une chuintante)
    Neutres en -мя
    Sing. Plur. Il s'agit, sans exception, de tous les substantifs se terminant au nominatif singulier par -мя.
    Nominatif -ена
    Accusatif -ена
    Génitif -ени -ён
    Datif -ени -енам
    Instrumental -енем -енами
    Locatif -ени -енах
    Déclinaison et noms étrangers
    Indéclinables Déclinables
    Plusieurs mots d’origine étrangère qui se terminent par une voyelle ont la même forme dans tous les cas. Ces mots appartiennent généralement au neutre : шоссе (chaussée), метро (métro), кино (cinéma), mais peuvent être aussi du masculin ― шимпанзе (chimpanzé), кенгуру (kangourou), кофе (café), ou du féminin ― кольраби (chou-rave), etc. Les substantifs étrangers animés terminés par а se déclinent : я Фатиму встретил(а)[22] (j'ai rencontré Fatima)

    AdjectifsModifier

    Le système adjectival russe, tout comme le système verbal au passé, connaît trois genres :

    • au nominatif singulier, le masculin, le féminin et le neutre sont distincts ;
    • aux génitif, datif, instrumental et locatif singuliers, le féminin se distingue des masculin et neutre qui sont confondus ;
    • au pluriel, il n'existe qu'une seule forme pour les trois genres.

    Une spécificité du russe, par rapport aux autres langues slaves, est l'existence à côté de la forme dite longue (déclinée) d'une forme courte. La forme courte n'est utilisée que quand l'adjectif est attribut du sujet, et n'existe donc qu'au nominatif.

    Sing. Plur.
    Masc. Neut. Fém.
    Forme courte ø
    Nominatif -ый -ое -ая -ые
    Accusatif N/G (1) -ое -ую N/G (1)
    Génitif -ого -ого -ой -ых
    Datif -ому -ому -ой -ым
    Instrumental -ым -ым -ой -ыми
    Locatif -ом -ом -ой -ых
    1. L’accusatif est identique au génitif pour les noms animés, au nominatif pour les inanimés ;
    2. Tous les neutres sont inanimés (sauf дитя - enfant) (donc l'accusatif a la forme du nominatif).

    Les adjectifs masculins se terminent en ой sous l'accent (ex. : большой - grand). Pour les adjectifs en chuintante et en ж qui n'ont pas l'accent en finale (c’est-à-dire tous sauf большой et чужой) le o suivant la chuintante est remplacé par e. (Par exemple : хороший donne хорошего, хорошему etc) Après les chuintantes ou les lettres г, к et х on écrit и à la place de ы. Dans les mêmes cas, on n'écrit jamais я mais a, ni jamais ю mais у.

    Une voyelle mobile (о ou е) apparaît souvent au masculin singulier court : краткий/краток.

    On distingue de plus les adjectifs à racine dure (cf. ci-dessus) et ceux à racine molle. Pour ces derniers :

    • la forme courte est en ø, е, я, и ;
    • pour les adjectifs masculins se terminant au nominatif par ий et les adjectifs neutres en ее on décline comme suit его, ему, им et  ;
    • les adjectifs féminins en яя se déclinent юю et ей ;
    • les adjectifs pluriels en ие se déclinent их, им, ими et их.

    Soit :

    Sing. Plur.
    Masc. Neut. Fém.
    Forme courte ø
    Nominatif -ий -ее -яя -ие
    Accusatif N/G (1) -ее -юю N/G (1)
    Génitif -его -его -ей -их
    Datif -ему -ему -ей -им
    Instrumental -им -им -ей -ими
    Locatif -eм -ем -ей -их

    Pronoms personnelsModifier

    Pronoms personnels
    Singulier Pluriel Réfléchi
    1re 2e 3e 1re 2e 3e
    Masc. Fem. Neut.
    Nominatif я ты он она оно мы вы они
    Accusatif меня тебя (н)его (н)её (н)его нас вас (н)их себя
    Génitif меня тебя (н)его (н)её (н)его нас вас (н)их себя
    Datif мне тебе (н)ему (н)ей (н)ему нам вам (н)им себе
    Instrumental мной
    (мною)
    тобой
    (тобою)
    (н)им (н)ей (н)им нами вами (н)ими собой
    (собою)
    Locatif мне тебе нём ней нём наc вас них себе
    • Quand le pronom de la troisième personne est régi par une préposition, il est préfixé d'un н-: у него, с неё, etc. S'il est simplement précédé d'une préposition qui ne le régit pas (par exemple lorsqu'il sert de traduction à un possessif français), il conserve son initiale vocalique : у его брата, chez son frère.
    • Les pronoms personnels ne connaissent pas la différence entre animés et inanimés. L'accusatif est toujours identique au génitif.

    DémonstratifsModifier

    Déclinaison des démonstratifs
    этот, celui-ci, ceci, ce тот, celui-là, cela, ce
    Singulier Pluriel Singulier Pluriel
    Masc. Neut. Fém. Masc. Neut. Fém.
    Nominatif этот это эта эти тот то та те
    Accusatif N/G (1) это эту N/G (1) N/G (1) то ту N/G (1)
    Génitif этого этого этой этих того того той тех
    Datif этому этому этой этим тому тому той тем
    Instrumental этим этим этой этими тем тем той теми
    Prépositionnel об этом об этом об этой об этих о том о том о той о тех
    * 1 : L’accusatif est identique au génitif pour les noms animés, au nominatif pour les inanimés.

    PossessifsModifier

    Le russe dispose de cinq possessifs, мой, твой, наш, ваш et свой qui sont chacun à la fois adjectif et pronom. Comme tout pronom ou adjectif, se déclinent en fonction du genre, du nombre et du cas du nom qu'ils remplacent ou déterminent (donc de la chose possédée). Il en existe deux modèles de déclinaison, l'un pour мой, твой et свой, l'autre pour наш et ваш.

    Déclinaison des possessifs
    Мой (1), твой (2) et свой (3) Наш (4) et ваш (5)
    Singulier Pluriel Singulier Pluriel
    Masc. Neut. Fém. Masc. Neut. Fém.
    Nominatif мой моё моя мои наш наше наша наши
    Accusatif N/G (6) моё мою N/G (6) N/G (6) наше нашу N/G (6)
    Génitif моего моего моей моих нашего нашего нашей наших
    Datif моему моему моей моим нашему нашему нашей нашим
    Instrumental моим моим моей моими нашим нашим нашей нашими
    Locatif о моём о моём о моей о моих о нашем о нашем о нашей о наших
    • 1 : мой renvoie à un possesseur première personne du singulier ;
    • 2 : твой renvoie à un possesseur seconde personne du singulier ;
    • 3 : свой renvoie à un possesseur sujet (de la proposition concernée) quels qu'en soient le genre, le nombre et la personne;
    • 4 : наш renvoie à un possesseur première personne du pluriel ;
    • 5 : ваш renvoie à un possesseur seconde personne du pluriel ;
    • 6 : L’accusatif est identique au génitif pour les noms animés, au nominatif pour les inanimés.

    Pour renvoyer à un possesseur troisième personne qui n'est pas sujet de la proposition concernée, le russe utilise le génitif du pronom personnel non réfléchi de la troisième personne, à savoir

    • его pour un possesseur masculin singulier ou neutre singulier ;
    • её pour un possesseur féminin singulier ;
    • их pour un possesseur pluriel.

    Exemple d'emploi du réfléchi свой :

    • Я люблю свою жену = j'aime ma femme ;
    • Я люблю его жену = j'aime sa femme.

    InterrogatifsModifier

    Déclinaison des interrogatifs
    кто что чей
    Singulier Plur.
    Masc. Fém. Neut.
    Nominatif кто что чей чья чьё чьи
    Accusatif кого что N/G (1) чью чьё N/G (1)
    Génitif кого чего чьего чьей чьего чьих
    Datif кому чему чьему чьей чьему чьим
    Instrumental кем чем чьим чьей чьим чьими
    Locatif о ком о чём о чьём о чьей о чьём о чьих
    • 1 : L’accusatif est identique :
      • au génitif pour les noms animés ;
      • au nominatif pour les inanimés.

    ConjugaisonModifier

    La conjugaison russe ne connaît que deux formes simples – le présent et le passé – et quatre modes – indicatif, impératif, gérondif et participe. Le futur simple n'existe que pour les verbes perfectifs (voir § suivant). Il y a au présent six personnes (trois au singulier et trois au pluriel), et les formes verbales sont suffisamment différentes les unes des autres pour que les Russes emploient assez peu les pronoms personnels au présent (я, ты, он [она, оно], мы, вы, они). Les verbes au passé n'ont que quatre formes : masculin, féminin, neutre et pluriel, ils ne s'accordent pas en personne. D'autres temps sont composés : le futur imperfectif se construit avec l'auxiliaire être (быть) au futur + l'infinitif ; le conditionnel se construit avec le passé + la particule бы, l'impératif, hors deuxième personne, se construit avec пусть (soit) ou давай (de давать qui, dans d'autres emplois, signifie donner ou peut encore servir d'auxiliaire factitif, c'est-à-dire jouer le rôle de faire dans l'expression faire faire). Exemples :

    • Пусть всегда будет солнце ! « Que le soleil soit toujours (là) ! »
    • Давайте петь ! « Chantons ! » Давай убежим ! « Sauvons-nous ! »

    Comme dans les autres langues slaves, à l'exception du macédonien et du bulgare, l'aspect du verbe russe, perfectif ou imperfectif ne ressortit pas à la conjugaison, mais au lexique. Dans une très grande majorité de cas, les verbes russes vont par paire : à chaque verbe imperfectif son verbe perfectif, ce que les dictionnaires indiquent (exemples : voir видеть/увидеть ; ouvrir открывать/открыть ; poser класть/положить ; parler/dire говорить/сказать). Cette particularité est une des difficultés du russe pour l'étudiant des pays d'Europe occidentale. L'aspect imperfectif est utilisé pour indiquer une action présente, une action passée non terminée ou une action qui se répète dans le temps. Le perfectif, lui, est utilisé pour décrire une action passée qui est complètement finie, une action future qui n'existe pas encore ou une action unique. Les verbes de mouvement possèdent aussi une troisième forme dite indéterminée, pour décrire les déplacements qui ne se font pas dans une direction déterminée (exemples : aller à pied идти/пойти - ходить ; aller avec un véhicule ехать/поехать - ездить).

    Cas particulier du verbe être (быть). Si tout le reste de la conjugaison a subsisté, le présent (я есмь, ты е́си, он [она, оно] есть, мы е́смы, вы е́сте, они́ суть) ne s’emploie plus en russe moderne, sauf la forme есть qui n’est utilisée que dans des cas rares[23] (par exemple dans l'expression figée то есть « c'est-à-dire », littéralement « cela est »), ou pour signifier « il y a » en russe (voir ci-dessous).

    Quant au verbe avoir (иметь), il est rarement employé. Pour traduire la possession, les Russes utilisent une forme particulière : у меня есть… (pour dire : j'ai…), littéralement chez moi il y a…

    SyntaxeModifier

    Article et ordre des motsModifier

    Comme la plupart des langues slaves, le russe ne possède aucun article. Le caractère défini ou indéfini d'un substantif est indiqué, indirectement, par sa position par rapport au verbe.

    Exemples :

    • « Девушка пришла » (littéralement : « Jeune fille est arrivée »), la phrase insiste sur le verbe (c'est la forme standard) ; si l'agent « jeune fille » a déjà été introduit, l'ordre des mots suggère qu'il s'agit de la même personne. La phrase se traduira en français par : « La jeune fille est arrivée ».
    • « Пришла девушка » (littéralement : « Est arrivée jeune fille »), la phrase insiste sur le sujet ; normalement l'agent « jeune fille » n'a pas encore été introduit dans la discussion. La phrase se traduira en français par : « Une jeune fille est arrivée », « c'est une jeune fille qui est arrivée ».

    Omission de motsModifier

    Grâce en particulier à ses nombreuses flexions, le russe peut omettre certains mots qui seraient essentiels en français, comme les pronoms personnels ou même le verbe :

    • – Откуда вы? « – D'où êtes-vous ? » (littéralement : d'où vous ?)
    • У нас не курят « Ici, on ne fume pas » (littéralement : chez nous ne-pas fument)
    • Мне во Францию « Je dois aller en France » (littéralement : pour-moi en France (direction))
    • – Пришёл? – Пришёл. « – Il est venu ? – Oui. » ou, en s'adressant à un homme « – Tu es venu ? – Oui. » (littéralement : Venu ? Venu.)

    NégationModifier

    Réponses oui, non, siModifier

    En russe, pour répondre en un mot à une assertion ou interrogation quelconque, on dispose de deux adverbes, да et нет :

    • on emploie да pour signifier son accord avec l'interlocuteur sur la forme dans laquelle il a exprimé son assertion ;
    • on emploie нет pour signifier son désaccord avec l'interlocuteur sur la forme dans laquelle il a exprimé son assertion.

    Dans le cas d'une assertion ou question à la forme affirmative, да traduira donc le français « oui » et нет le français « non ». Exemples :

    • QUESTION Идёт дождь? « il pleut ? » ;
    • RÉPONSE AFFIRMATIVE Да, идёт. « oui (, il pleut) » ;
    • RÉPONSE NÉGATIVE Нет, не идёт. « non (, il ne pleut pas) ».

    Dans le cas d'une assertion ou question à la forme négative, donc le français « non » se traduira par да et le français « si »[24] par нет, toutefois suivi d'un mot ou d'une phrase affirmative. Exemples :

    • ASSERTION NÉGATIVE Дождь не идёт. « il ne pleut pas » ;
    • ACCORD AVEC L'INTERLOCUTEUR Да, не идёт. « non (, il ne pleut pas) » ;
    • DÉSACCORD AVEC L'INTERLOCUTEUR Да Нет, идёт. « si (, il pleut) ».

    Mais au contraire de la grammaire française, la russe préfère des réponses plus compliquées, par utilisant нет « non » dans tous les suivi par l'affirmation ou négation. Dans ce cas, les mots нет « non » et да « si» ne portent pas du sens réel et ne sont pas suffisants pour déterminer les intentions de personne répondant la question et on doit avoir l'information supplémentaire. Exemples :

    • ASSERTION NÉGATIVE Вы не профессор? « vous n'etes pas un professeur ? »;
    • ACCORD AVEC L'INTERLOCUTEUR 1. Нет, я не профессор. 2. Да, я не профессор « non, je ne suis pas un professeur » ;
    • DÉSACCORD AVEC L'INTERLOCUTEUR 1. Нет, я профессор. 2. Да нет, я профессор « si je suis un professeur ».

    Dans le cas de désaccord, on tend à utiliser un mot spécial (comme « Да нет » dans l'exemple), au lieu d'un simple « Нет »[25].

    Il y a, il n'y a pasModifier

    • Il y a se dit есть et se construit avec le nominatif.
    EX : – Есть суп ? – Есть. « Y a-t-il de la soupe ? – Oui. » (litt. : – Est soupe ? – Est.)
    • Il n'y a pas se dit нет (contraction de не есть) et se construit avec le génitif.
    EX : – Есть суп ? – Супа нет. « Y a-t-il de la soupe ? – Il n'y a pas de soupe. » (litt. : – Est soupe ? – De soupe n'est-pas.)

    Tests de connaissance du russeModifier

    Les compétences en russe des étrangers sont certifiés par le ТРКИ (« test de russe comme langue étrangère », souvent désigné hors de Russie par son acronyme anglais TORFL) de niveau I à IV, correspondant aux niveaux B1 à C2. Les niveaux A1 à A2 sont également testés mais ne donnent pas droit à un certificat.

    • Le certificat de niveau I est nécessaire pour l'inscription dans une université russe. La connaissance d'environ 2 300 mots est nécessaire pour son obtention.
    • Le certificat de niveau II requiert la connaissance de près de 6 000 mots, dont 4 000 mots de vocabulaire actif (liste publiée par le Ministère de l'éducation et de la recherche de Russie).
    • Le certificat de niveau III peut être exigé pour les métiers liés à la langue, comme le journalisme, l'édition, la traduction ou l'interprétariat. Il peut également être exigé pour l'obtention d'un diplôme de troisième cycle universitaire.
    • Le certificat de niveau IV peut donner la possibilité d'enseigner le russe, de mener des recherches littéraires et linguistiques en Russie, etc.

    Les six niveaux du TORFL sont très proches des six niveaux du DELF ou du CILS.

    Notes et référencesModifier

    1. (ru)Статья 6. Конституция Республики Абхазия
    2. (ru)Статья 17. Конституция Республики Беларусь
    3. (ru)Статья 7. Конституция Республики Казахста
    4. (ru)Статья 10. Конституция Кыргызской Республики
    5. (ru)
    6. (ru)Статья 16. Уложение Гагаузии (Гагауз Ери)
    7. (ru)Статья 4. Конституция Республики Южная Осетия
    8. Article 68. La Constitution de la Fédération de Russie
    9. Translittération accentuée selon la norme ISO 9, la transcription française est rousski iazyk (accents sur [ou] et [y]).
    10. (ru) « Падение статуса русского языка на постсоветском пространстве » [archive du ], sur demoscope.ru
    11. Aaron Genin, « Upcoming Elections and Ukrainian "Ultra-nationalism" », The California Review,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
    12. (ru) « Статус русского языка в ЕС как зеркало гражданской зрелости российской диаспоры Европы » [« Le statut de la langue russe dans l'UE comme miroir de la maturité civile de la diaspora russe en Europe »], sur bfro.be (consulté le ).
    13. (en) « Ninilchik language: How a rare Russian dialect remains in Alaska », sur rbth.com (consulté le ).
    14. a b et c Zalizniak 1961, p. 490
    15. Zalizniak 1961, p. 488-489
    16. Zalizniak 1961, p. 489
    17. Zalizniak 1961, p. 486-490
    18. Zalizniak 1961, p. 485-486
    19. Ѣсть dans l'orthographe russe avant 1918.
    20. sens premier : personne malade.
    21. ou dorique μάτηρ
    22. Встретил si la personne qui parle est de sexe masculin, встретила, si la personne qui parle est de sexe féminin.
    23. Le verbe «быть» dans le Grand dictionnaire raisonné du russe
    24. N. Stepanoff-Kontchalocski ; Grammaire russe de base, Éditeurs réunis, Paris, 1974, (ISBN 2-85065-081-1) ; §270, page 164 dans l’édition de 1988.
    25. (en) « Answering negative questions with one word (да/нет) - are there rules? »

    Voir aussiModifier

    Sur les autres projets Wikimedia :

     
    Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Langue russe.
     
    Consulter le Wiktionnaire rédigé en russe.

    BibliographieModifier

    • Andrei Zalizniak, Petit dictionnaire pratique russe-français : suivi d'un « Précis de déclinaison et de conjugaison russes », et d'« Éléments de phonétique russe », Moscou, Éditions d'État des dictionnaires étrangers et nationaux, , 632 p.
    • Charles-Jacque Veyrenc, Grammaire du russe, Paris, Presses Universitaires de France, , 12e éd., 127 p.
    • Charles-Jacque Veyrenc, Histoire de la langue russe, Paris, Presses Universitaires de France,

    Articles connexesModifier

    Liens externesModifier