Christophe Radziwiłł

noble de Pologne-Lituanie

Krzysztof Radziwiłł est un magnat de Pologne-Lituanie, membre de la famille Radziwiłł, hetman de Lituanie (1615), castellan et voïvode de Vilnius (1633), grand hetman de Lituanie (1635), staroste de Moguilev, Bystrzyca, Žiežmariai et Seje[1].

Christophe Radziwiłł
Image dans Infobox.
Fonctions
Grand hetman de Lituanie (d)
-
Castellan de Vilnius (d)
à partir de
Hetman de Pologne-Lituanie (d)
-
Grand chancelier de Lituanie
Maréchal de la Diète de la première République de Pologne (d)
Q66500804
Électeur de Pologne (d)
Député à la Diète de la République des Deux Nations (d)
Q56328844
Q56329188
Q56329193
Q66500860
Q66500799
Q66500807
Extraordinary Sejm 1629 (d)
Q66500790
Q66500804
Voïvode de Vilnius (en)
Staroste de Tchatchersk (d)
Staroste de Borissov (d)
Titre de noblesse
Prince du Saint-Empire
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Église réformée de Këdaniai (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Katarzyna Tęczyńska (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Iouri Semenovitch (d)
Janusz Radziwiłł
Halaszka Radziwiłł (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Anna Kiszka (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Janusz Radziwiłł
Katarzyna Radziwiłł (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Herb Traby.jpg
blason

BiographieModifier

De 1600 à 1617, Krzysztof Radziwiłł combat avec succès en Livonie polonaise contre la Suède. Il prend part à la campagne contre les Suédois dans la région de la Baltique en 1621 et 1622 (guerre entre Pologne et la Suède (1621-1625) (en)), où il accepte une trêve controversée[2] (n'ayant reçu de la Sejm aucun mandat pour négocier). Il est un des principaux commandant des forces lituaniennes pendant la guerre de Smolensk, où il joue un rôle important dans l'obtention de la capitulation de l'armée russe[1]. En 1635, il met fin à sa carrière militaire et se consacre à l'administration de ses biens.

Fervent calviniste, il est ardent défenseurs des droits des protestants en Lituanie, ce qui lui vaut l'inimitié du roi de Pologne Zygmunt III Vasa[3]. Cela ne l’empêche pas d'être un partisan de Władysław IV Vasa jugé plus tolérant. Il tentera d’arranger un mariage entre le roi et une princesse protestante[1]. Mais quand le roi déclinera cette proposition, leur relation commence à se dégrader, d'autant voit d'un très mauvais œil le rapprochement entre la Pologne-Lituanie et les Habsbourg que constitue le mariage de Władysław avec Cécile-Renée d'Autriche.

Sur ses terres à Kėdainiai il fonde un centre culturel et religieux calviniste qui prospérera jusqu'à la fin du XIXe siècle comme un centre majeur de l'Église polonaise réformée (en)[1].

Mariages et descendanceModifier

Il épouse Anna Kiszka, une fille de la noble famille Kiszka qui lui donne deux enfants :

  • Janusz (1612–1655)
  • Katarzyna († vers 1672)

AscendanceModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) Jacek Jędruch, Constitutions, elections, and legislatures of Poland, 1493–1977 : a guide to their history, EJJ Books, , 487 p. (ISBN 978-0-7818-0637-4, lire en ligne), p. 113
  2. Dariusz Kupisz, Smoleńsk 1632-1634, page 84
  3. http://www.wilanow-palac.pl/krzysztof_radziwill_mlodszy_1585_1640_hetman_w_nielasce.html%7CMusée du Palais de Wilanow - Christophe Radziwiłł (1585-1640)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :