Conversion forcée

persécution religieuse

Une conversion forcée est une conversion religieuse, l'adoption d'une religion différente, réalisée sous contrainte ou de manière subreptice. L'abandon forcé de toute religion, ou « conversion forcée à l'athéisme », relève du même.

Il s'agit d'une forme de persécution religieuse. Une conversion forcée peut concerner une personne seule ou un groupe de personnes, voire un peuple entier. La contrainte peut être exercée par une personne seule, un groupe politique, religieux ou un État.

La ou les personnes faisant l'objet d'une conversion forcée, qu'il s'agisse d'une conversion à une religion nouvelle ou à l'athéisme, peuvent embrasser pleinement leur nouvelle religion, ou au contraire poursuivre la pratique des rites et coutumes prétendûment abandonnés, tout en se conduisant comme de véritables convertis. Le crypto-judaïsme, le crypto-christianisme (en), le crypto-islamisme (en) ou le crypto-paganisme (en) constituent parfois des exemples historiques de ce second cas.

Conversion forcée dans le judaïsmeModifier

La religion juive n'étant pas prosélyte, l'historiographie ne relève que quelques cas de conversion forcée au judaïsme. Le relevé ci-dessous n'est pas exhaustif.

En IduméeModifier

Pour se conformer aux instructions du Deutéronome, les Iduméens sont convertis de force, ce qui figure la première mention d'une conversion forcée au judaïsme[1]. Ces conversions ont lieu sous les Hasmonéens au IIe siècle av. J.-C. où les Iduméens en Judée sont contraints de se convertir au judaïsme, sous la menace de l'exil ou de la mort, selon la source (Flavius Josèphe[2], Judah Aristobulus Ier, Strabon[3] ou Ptolémée l'Historien[4]). La majorité des historiens parlent de conversions forcées[5], d'autres les disent volontaires ou graduelles, ou selon les villes conquises[6]. Le théologien Harold W. Attridge considère « qu'il ne s'agissait pas de cas isolés mais que la conversion forcée était une politique nationale, cela ressort clairement du fait qu'Alexandre Jannaeus (vers 80 avant J.C.) a démoli la ville [païenne] de Pella du royaume de Moab [dans l'actuelle Jordanie] parce que les habitants ne voulaient pas adopter la coutume nationale des Juifs », selon Josèphe[7],[8]. L'historien Maurice Sartre considère que pour les Hasmonéens, la « politique de judaïsation forcée adoptée par [les rois] Jean Hyrcanos Ier, Aristobule Ier et Alexandre Jannaeus » offrait « aux peuples conquis le choix entre l'expulsion ou la conversion »[9]. Le professeur William Horbury (en) écrit que « « la preuve est mieux expliquée en postulant qu'une petite population juive existant en Basse Galilée a été massivement élargie par la conversion forcée vers 104 avant J.C. de ses voisins païens dans le nord »[10].

A HimyarModifier

En 2009, la BBC défend l'affirmation selon laquelle, en 524 après J.C., la tribu juive yéménite de Himyar, dirigée par le roi Yüsuf Dhü Nuwas (un converti considéré par les Juifs comme un renégat ou comme un usurpateur par l'archéologue Alessandro de Maigret (it))[11], voulait se venger de la persécution de ses coreligionnaires dans les territoires chrétiens et avait offert aux résidents chrétiens d'un village (aujourd'hui en Arabie saoudite) le choix entre la conversion au judaïsme ou la mort. 20 000 chrétiens avaient ensuite été tués ; ils sont appelés dès lors martyrs de Najran[12]. Des inscriptions documentées par Yusuf lui-même montrent la grande fierté qu'il a exprimée après avoir massacré plus de 22 000 chrétiens à Zafar et à Najran[13]. L'histoire de ce massacre est racontée dans la sourate Al-Buruj du Coran ainsi que dans différents hadîths.

Conversion forcée dans le catholicismeModifier

Enlèvement d'enfants et position des papesModifier

 
Le Kidnapping d'Edgardo Mortara par M.-D. Oppenheim, 1862

Les enlèvements d'enfants non chrétiens trouvent leur source dans les décisions du quatrième concile de Tolède (633), dont le corpus de droit canonique reconnaissait à l'Église le droit « d'arracher à des familles non chrétiennes des enfants oblats, offerts à l'Église en état d'inconscience invitis parentibus, c'est-à-dire sans l'accord explicite des parents ; il suffisait qu'un chrétien affirmât les avoir baptisés ». Voir infra.

Le théologien Thomas d'Aquin considérait au XIIIe siècle que les baptêmes d'enfants juifs n'ayant pas encore l'âge de raison et contre les souhaits de leurs parents sont « contraires aux ressources naturelles de la justice » (Summa Theologiae II-II, 10, 12)[14].

Les papes s'opposèrent souvent sur les interprétations de cette question : au XIIIe siècle, Innocent IV interdit le baptême des enfants de moins de douze ans sans le consentement des parents ; Boniface VIII désapprouva le baptême par traîtrise d'enfants juifs mais considéra qu'il demeurait valide en tous les cas ; au XVe siècle, le prélat Martin V fixa la limite d'âge à 12 ans ; en 1740, Benoit XIV considéra que l'enfant baptisé pouvait être laissé aux parents si ceux-ci s'engageaient à le rendre quand il aurait atteint l'âge convenable de sept ans (et non plus douze) et à condition de ne rien lui enseigner contre la foi catholique ; en 1764, Clément XIII déclara nul un tel baptême et menaça de châtiments celui qui tenterait de baptiser par traîtrise à un enfant juif qui devait être ramené chez des siens[15],[16].

Néanmoins, les baptêmes subreptices ou forcés continuèrent et restait valable l'édit de 1682, rendu contre les protestants et les Juifs, ordonnant d'élever leurs enfants illégitimes dans la religion catholique[16].

« Au XVIe siècle, se développa aussi une croyance populaire prétendant que le baptême d'un juif procurait des indulgences » ; cette rumeur fut encore invoquée en guise de justification au XIXe siècle[16],[17].

Durant les siècles de l'InquisitionModifier

À l'égard des JuifsModifier

 
Décret de l'Alhambra après lequel les Juifs d'Espagne durent se convertir ou quitter leur pays 1492

À la suite de la Reconquista en Espagne, à la fin du XVe siècle, les Juifs et les musulmans se virent dans l'obligation de se convertir au catholicisme sous peine d'être jetés au bûcher : «  le baptême ou la mort », disait-on. Parmi les conversos juifs, nombreux furent ceux qui continuèrent à pratiquer leur religion en secret. Surnommés péjorativement les « marranes » (ce qui signifie « porcs »), ils furent persécutés par l'Inquisition[18].

Le dominicain Vincent Ferrier dont la devise était « Le baptême ou la mort »[19] est connu pour avoir pu convertir sans utiliser la force des dizaines milliers de Juifs[20],[21],[22] et des milliers de Maures[23] qui échappaient ainsi aux fourches de l'Inquisition, aux XIVe-XVe siècles[24],[25]. Il est également à l'origine de la conversion de la grande synagogue de Tolède en église Santa Maria la Blanca[26],[27],[28],[29].

Au moment de l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492, nombre d'entre eux préférèrent se convertir plutôt que quitter leur patrie natale et errer sur les routes incertaines « dans la détresse et la confusion »[30],[31]. L'histoire se répéta avec leur expulsion du royaume du Portugal en 1497 et encore à d'autres moments de l'Histoire, qui ignoraient la tolérance religieuse. En avril 1506, Le massacre de Lisbonne eut lieu au Portugal, où durant trois jours, des milliers de Juifs récemment convertis de force au catholicisme, soit « nouveaux chrétiens » ou conversos, furent traqués, torturés, violés et assassinés par la foule, sous la conduite des Dominicains. Le bilan de ce massacre est d'environ 2 000 morts.

Dans la diaspora juive qui a donc connu d'innombrables conversions à la religion dominante des États où les Juifs habitaient et où ils se réfugiaient, principalement le catholicisme (mais également l'islam), souvent quand le seul choix était le baptême pour échapper à une vie de persécutions, à l'expulsion ou à la mort, on appellera :

À l'égard des musulmansModifier

 
Plaque commémorative de l'expulsion des Maures, 1609

Après la Reconquista, les musulmans installés sur la péninsule Ibérique - appelée Al-Andalus par eux - depuis la conquête ommeyyade de l'Hispanie au VIIIe siècle, sont également victimes d'une série d'édits interdisant l'islam en terres d'Espagne, au début du XVIe siècle. Des conversions forcées se déroulent à des moments différents dans chacun des royaumes espagnols : de 1500 à 1502 en Castille, de 1515 à 1516 en Navarre, puis de 1523 à 1526 en Aragon[34].

 
L'Expulsió al Port de Vinaros. : L'expulsion des Maures vers le port de Vinaros par Pere Oromig y Francisco Peralta, 1613

Les premières conversions de musulmans espagnols, sur fond de rébellion, ont lieu sous une contrainte violente, à l'instigation du cardinal Cisneros, archevêque de Tolède, arrivé à Grenade en 1499, malgré le traité de Grenade qui garantit la liberté de culte aux musulmans[35]. Selon sa missive au pape, il n'y aurait plus que des chrétiens dans la ville en janvier 1500[36]. Parmi les musulmans de Navarre, certains restent sur place et prospèrent mais la majorité s'enfuit en Afrique du Nord, en 1516[37]. Les musulmans de la couronne d'Aragon s'échappent en France pour gagner également l'Afrique du Nord musulmane[38], en 1526, tandis que d'autres sont massacrés quand ils se rebellent[39].

Comme avec les Juifs, les mosquées sont démolies, les prénoms et noms de famille sont changés, et la religion musulmane n'est plus pratiquée que dans le secret (crypto-islamisme)[40]. Les descendants des musulmans convertis de force qui continuent secrètement pratiquer à l'islam s'appellent les Morisques.

 
Roman Catholic cruelties sur les protestants « par les papistes », 1825

À l'égard des protestantsModifier

 
Dessin de 1868 représentant les dragonnades. L'épée du soldat porte la légende "raison pénétrante" et son fusil "raison invincible".

En France, à partir des années 1656-1661, la politique de Louis XIV vise à réduire le particularisme protestant d'abord par toute une série de mesure visant à entraver le libre exercice du culte protestant tel qu'il était garanti par l'Édit de Nantes, puis à partir de 1680, par une politique de conversions forcées soutenue par les dragonnades, logement forcé de troupes chez l'habitant, accompagné de violences et de tortures que les victimes peuvent faire cesser instantanément en abjurant le protestantisme. Cette politique culmine en 1685 avec l’Édit de Fontainebleau qui révoque l'Édit de Nantes, puisque comme le précise le préambule de cet édit de révocation, « la meilleure et la plus grande partie de nos sujets de la R.P.R. ont embrassé la catholique »[41].

Si les dragonnades sont un moyen terriblement efficace de briser la résistance des familles protestantes, un autre moyen est utilisé pour les plus « obstinées » : l'enlèvement de leurs enfants pour les placer dans des institutions catholiques, une politique qui dure du XVIIe siècle au milieu du XVIIIe siècle dans l'ensemble des régions où l'on trouve des communautés protestantes : Dauphiné, Languedoc, Sud-Ouest, Charentes, Poitou, Normandie et Paris. Ainsi, en Normandie, ce sont 2 329 enfants qui sont enlevés à leurs familles entre 1686 et 1689. Cette politique est au nombre des causes de la révolte des Camisards en 1702[42],[43].

Depuis le XIXe siècleModifier

Au XIXe siècle, l'Église catholique eut à redéfinir la validité du baptême administré sous la contrainte ou sans l'accord de la famille[44], dans le cadre des affaires Montel et Mortara impliquant des membres de l'Église jusqu'au plus haut ministère[16], après celles où étaient impliqués les frères Ratisbonne[45],[46] en France ou la congrégation de Notre-Dame-de-Sion[47] fondée en 1843 et la Sainte Union[48],[49],[46]. Le mathématicien Orly Terquem indique en 1845 que le père Théodore Ratisbonne qui est « […] travaillé d’une maladie qu’on peut appeler la baptisalgie, serait prêt à arroser d’eau lustrale tout un cimetière d’Israélites »[44].

Au XXe siècle, une situation analogue aux affaires Montel et Mortara se présenta au lendemain de la Shoah avec l'affaire Finaly. Il s'agit à chaque fois d'enfants juifs convertis au catholicisme à l'insu de leurs parents, qui devaient être, selon l'Église, ou étaient dans la pratique retirés à leur famille ou éloignés d'elle pour être élevés dans la foi chrétienne. Dans l'affaire Mortara, l'enfant est devenu prêtre catholique.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'affaire Finaly provoque une sorte « d’électrochoc » dans la congrégation Notre-Dame de Sion, selon le mot de Mère Marie Félix, alors supérieure générale, et l’aide à lui faire prendre un tournant radical dans son attitude vis-à-vis du peuple juif[50] malgré la lettre du pape Pie XII du 20 novembre 1946 qui montre qu'il a ordonné que les bébés juifs baptisés pendant la Shoah ne soient pas être rendus à leurs parents afin qu'ils demeurent chrétiens[51]. La vocation de la Congrégation évolue alors, à la suite du concile Vatican II et de la déclaration Nostra Ætate.

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, l'Église catholique impliquée dans plusieurs (en) affaires d'orphelins juifs ou d'enfants cachés baptisés de force ne reconnaît plus ce type de conversion forcée. Ce sacrement n'a de valeur que s'il est choisi librement, soit par le baptisé lui-même s'il est majeur, soit à la demande des parents dans le cas d'un mineur. Partant, une association ayant enquêté des décennies sur la controverse de ces orphelins a exigé que le pape Benoît XVI agisse pour révéler les « enfants juifs cachés » de la Shoah[51].

Conversion forcée dans l'islamModifier

Bien que le verset coranique indique « Nulle contrainte en religion »[52], les non-musulmans de pays de l'islam furent souvent obligés de se convertir à l'islam pour éviter les persécutions vécues par les dhimmis, ces « protégés » soumis, devant payer une taxe (la djizia) et souvent humiliés de l'islam[53],[54].

Au IXe siècle, la population samaritaine de Palestine est victime de persécutions et de tentatives de conversion forcée de la part du chef rebelle Ibn Firāsa, contre lequel elle est défendue par les troupes califales abbassides[55].

En 1076, le chef almoravide Abou Bahr s'empare et pille la capitale du Ghâna, Koumbi Saleh, dépôt de sel et d’or; les Soninkés sont convertis de force à l’islam et payent un tribut.

Sous les AlmohadesModifier

Des conversions forcées ont lieu également au XIIe siècle sous la dynastie des Almohades d'Afrique du Nord et d'Andalousie, qui supprime le statut de dhimma des Juifs et des chrétiens (gens du Livre) et leur a donne le choix entre la conversion, l'exil et la mort. Les chrétiens choisissent généralement de s'installer dans les principautés chrétiennes du nord de la péninsule, tandis que les Juifs préfèrent rester pour conserver leurs propriétés et ne pas abandonner leur pays. Beaucoup d'entre eux feignent de se convertir à l'islam, tout en poursuivant leurs pratiques religieuses dans le secret (crypto-judaïsme)[56]. Pendant la persécution almohade, le philosophe juif Maïmonide écrit son Épître sur l'apostasie dans laquelle il permettait aux Juifs de feindre l'apostasie sous la contrainte, tout en recommandant fortement de quitter le pays à la place[57]. Il y a un différend parmi les savants quant à savoir si Maimonide lui-même ait dû se convertir à l'islam afin de s'échapper librement du territoire almohade, pour se reconvertir au judaïsme au Levant ou en Égypte[58]. Il est plus tard dénoncé comme apostat et jugé dans un tribunal islamique[59].

Ainsi, l'historien égyptien Ibn al-Qifti au XIIIe siècle, qui cite Maïmonide dans son livre Ta'rij al-hukamà' , indique :

« Quant à Abd al-Mu'min ibn Alï al-Qûmi, le berbère qui conquit le Maghreb, il décréta, dans le pays où il régnait, l'expulsion des juifs et des chrétiens ; il leur fixa des délais et précisa que ceux qui se convertiraient à l'Islam pourraient conserver leurs moyens de subsistance, où qu'ils résidassent. Mais ceux qui continueraient à pratiquer la religion de leur communauté devraient, soit quitter le pays avant le terme fixé, soit, passé ce délai, devenir sujets du sultan, exposés à la mort et à la perte de leurs biens. (...) Au moment de la promulgation de ce décret, ceux qui avaient peu de biens et une petite famille, partirent, mais ceux qui avaient de grandes possessions et ne voulaient pas se séparer de leur famille firent mine de se convertir à l'Islam et dissimulèrent leur condition d'infidèles »[60],[54].

AutresModifier

Une des occurrences notables de conversion forcée à l'islam eut lieu lors des événements sanglants de Allahdad (la Justice divine) en 1839 pour plus de 400 Juifs de Mechhed, dans la région du Grand Khorassan en Iran, auxquels on ne laissa aucun choix et qui devinrent des crypto-juifs pendant plus d'un siècle avant d'émigrer pour fuir une constante hostilité[61],[62],[63].

En 1832, le prince kurde du Botan (sous autorité ottomane), Bedirxan Beg, lance une campagne d'islamisation des Yézidis (relevant d'une religion monothéiste) en envahissant la région de Sheikhan, peuplée par de Yézidis. 12 000 d'entre eux sont massacrés en tentant de s'enfuir pour éviter la conversion. En 1844, Bedirxan Beg devenu indépendant lance une nouvelle campagne contre les Yézidis, cette fois dans la région de Tur Abdin. Ceux qui refusent de se convertir à l'islam sont emprisonnés ou massacrés. Sept villages de la région acceptent de se convertir. En 1892, le sultan ottoman Abdülhamid II décide de « redresser leurs croyances » pour les convertir à l'islam sunnite. L'armée ottomane de Ferik Ömer Vehbi Pacha ravage les villages yézidis et détruit le sanctuaire de Lalis.

De nos joursModifier

Les massacres de Sinjar sont une série de tueries commises en août 2014 pendant la seconde guerre civile irakienne par les troupes de l'État islamique contre les populations yézidies. Lors de cette offensive, les hommes adultes sont exécutés par les djihadistes tandis que des milliers de femmes et d'enfants sont enlevés et convertis de force à l'islam pour une large part d'entre-eux. Les femmes et les jeunes filles sont vendues et réduites à l'esclavage sexuel,tandis que les jeunes garçons sont enrôlés comme enfants soldats.

Au Pakistan, au cours des années 2010, les minorités chrétienne et hindoue font état de l'enlèvement, du viol puis de la conversion et du mariage forcés de plus de mille jeunes femmes, souvent mineures, par an[64],[65],[66],[67].

LittératureModifier

  • Dušan T. Bataković, Histoire du peuple serbe, L'Age D'Homme, (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Hyrcanus, John (Johanan) », sur jewishencyclopedia.com, Jewish Encyclopedia, (consulté le 5 septembre 2020)
  2. Antiquités judaïques, 13.257–258
  3. Strabon, Geographica XVI 2:34
  4. Ptolémée l'Historien, Histoire d'Hérode, cité in (en) Menahem Stern, Greek and latin authors on Jews and Judaism : from Herodotus to Plutarch, vol. I, Jérusalem, The Israel Academy of Sciences and Humanities, , 690 p. (ISBN 965-208-035-7), p. 355.
  5. (en) Lester L. Grabbe, Judaism from Cyrus to Hadrian : The Roman Period, vol. II, Augsburg Fortress, (ISBN 978-0-8006-2621-1)p. 329
  6. (en) Aryeh Kasher, Jews, Idumaeans, and Ancient Arabs: Relations of the Jews in Eretz-Israel with the Nations of the Frontier and the Desert During the Hellenistic and Roman Era (332 BCE-70 CE), Mohr Siebeck, (ISBN 978-3-16-145240-6, lire en ligne), p. 55-56
  7. Antiquités judaïques, 13.15.4
  8. (en)Harold W. Attridge, Gōhei Hata (éd.). Eusebius, christianisme et judaïsme, Wayne State University Press, 1992: p. 387
  9. (en)Maurice Sartre. The Middle East Under Rome. Harvard University Press, 2005: p. 15
  10. William Horbury. The Cambridge History of Judaism 2 Part Set: Volume 3, The Early Roman Period, Cambridge University Press, 1999: p. 599
  11. Alessandro de Maigret (it), Arabia Felix, traduit par Rebecca Thompson (London: Stacey International, 2002), p. 251.
  12. (en) Marcus Dysch, « Historians back BBC over Jewish massacre claim », sur www.thejc.com, (consulté le 5 septembre 2020)
  13. Jacques Ryckmans, « La persécution des chrétiens himyarites au sixième siècle », Nederlands Historisch-Archaeologisch Inst. in het Nabije Oosten, 1956, p. 1-24
  14. (en) Houx Taylor Coolman, « The Vatican kidnapped a Jewish boy in 1858. Why are we still talking about it? », sur America Magazine, (consulté le 6 novembre 2019)
  15. Riccardo Calimani, L'Errance juive, Denoël, 1996 ; les pages 333-342 (disponibles sur le site debriefing.org) concernent l'affaire Mortara.
  16. a b c et d Georges Jonas Weill, « L'Affaire Mortara et l'anticléricalisme en Europe à l'époque du Risorgimento », Aspects de l'anticléricalisme du Moyen Âge à nos jours (ULB),‎ , p. 103-134 (lire en ligne [PDF])
  17. « Mortara Case » in Encyclopaedia Judaica, t. 12. Jérusalem, 1972. p. 354-355 ; Mourret, (...) p. 454, note, 2 ; Gemma Volli, Il casa Mortara nel primo centenario , Rome, 1960, 42 p . , 1 3 ill., p. 17.
  18. Jean-Claude Hazera, « Isabelle de Castille, reine polémique », sur Les Echos, (consulté le 17 décembre 2019)
  19. Fratricide et contrition: une brève histoire de l'antisémitisme chrétien, pp. 45-46
  20. Pour l'historien Salomon Mitrani-Samarian, « tout en s'efforçant de modérer la sauvagerie des massacreurs, il faisait entrer dans le giron de l'Église les malheureux Juifs qui, pour échapper à la mort, se réfugiaient dans les églises  » et il aurait selon ses apologistes converti 25 000 à 30 000 Juifs. Revue des études juives no 108, lire en ligne
  21. Un rabbin de l'époque affirmait en s'en désolant, que Vincent Ferrier avait converti, au total, « plus de 200 000 Juifs ». « chap. VI : Histoire des Juifs en Espagne depuis le Quinzième siècle, et leur expulsion de ce Royaume & de celui du Portugal », dans Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu'à présent, contenant l'histoire... de la dispersions Juifs et de leur triste Condition, depuis la Ruine de Jérusalem jusqu'à notre Tems (trad. de l'anglais) : Livre 19, t. 23, Arkstée & Merkus, (lire en ligne), p. 521
  22. (es)Christian kings and Jewish conversion in the medieval Crown of Aragon, lire en ligne
  23. Les chrétiens comptent également qu'il convertit 8 000 Maures. Histoire universelle, op. cit., p. 521
  24. (es) Gonzalo Alvarez Chillida et Ricardo Izquierdo Benito, El antisemitismo en España, Univ de Castilla La Mancha, (ISBN 978-84-8427-471-1, lire en ligne), p. 16-17
  25. (en) Elena Dantas, Fratricidio Y Contricion: Breve Historia Del Antisemitismo Cristiano, Author House, (ISBN 978-1-4634-7306-8, lire en ligne), p. 45-46
  26. Michel Despland, « La religion en Occident: Grandes ou petites vérités? », dans Critère, no 32, automne 1981, reproduit sur Encyclopédie de l'Agora. Consulté le 24 août 2007.
  27. (en) Anna Foa, « The Jews of Europe after the Black Death », sur Google Books, University of California Press, p. 88
  28. (en) Paola Tartakoff, « Christian kings and Jewish conversion in the medieval Crown of Aragon », sur www.medievalists.net, Journal of Medieval Iberian Studies, Vol. 3, No. 1, (consulté le 19 juin 2019).
  29. Samuel Toledano, « Toledo : Capitale de Sepharad », 1989, Rencontres, 1990, pp. 37-41
  30. Danielle Rozenberg, « L’amnésie officielle et l’héritage enfoui », dans L’Espagne contemporaine et la question juive : Les fils renoués de la mémoire et de l’histoire, Presses universitaires du Midi, coll. « Tempus », (ISBN 978-2-8107-0856-7, DOI 10.4000/books.pumi.10761, lire en ligne), p. 13–31
  31. (es)Andres Bernaldez, Memorias del Reinado de los Reyes Catolicos, rééd. Madrid, M. Gomez-Moreno et J. de M. Carriazo, 1952
  32. (en) « Home - Who are Crypto-Jews? », sur American Anusim (consulté le 17 décembre 2019)
  33. mikhal, « 100 millions de marranes (Bnei anoussim) sur le chemin du retour », sur Terre Promise, (consulté le 17 décembre 2019)
  34. (en) L. P. Harvey et L. P. Harvey, M. A. D.Phil, Muslims in Spain, 1500 to 1614, University of Chicago Press, (ISBN 978-0-226-31963-6, lire en ligne), p. 14
  35. (en) Matthew Carr, Blood and Faith: The Purging of Muslim Spain, New Press, (ISBN 978-1-59558-361-1, lire en ligne), p. 57-58
  36. (en) Matthew Carr, Blood and Faith: The Purging of Muslim Spain, New Press, (ISBN 978-1-59558-361-1, lire en ligne), p. 60
  37. (en) Brian A. Catlos, Muslims of Medieval Latin Christendom, c.1050–1614, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-88939-1, lire en ligne), p. 220
  38. (en) Henry Charles Lea, The Moriscos of Spain: Their Conversion and Expulsion, Lea Brothers & Company, (lire en ligne), p. 87
  39. Harvey 2005, op. cit., p. 99–100.
  40. Catlos 2014, op. cit., p. 226–227.
  41. Isabelle Poutrin, « Louis XIV et les protestants : conversion forcée au Grand Siècle », sur https://pocram.hypotheses.org/, (consulté le 27 novembre 2020).
  42. Alain Joblin, Dieu, le juge et l'enfant – L’enlèvement des enfants protestants en France (XVII-XVIIIè siècles), Artois Presses Université, (ISBN 9782848321080).
  43. Recension de l'ouvrage précédent par Christiane Peyronnard, « Alain Joblin, Dieu, le juge et l'enfant – L’enlèvement des enfants protestants en France (XVII-XVIIIè siècles) », (consulté le 27 novembre 2020).
  44. a et b Philippe-Efraïm Landau, « Se convertir à Paris au XIXe siècle », Archives Juives, vol. 35, no 1,‎ , p. 27 (ISSN 0003-9837 et 1965-0531, DOI 10.3917/aj.351.0027, lire en ligne, consulté le 17 octobre 2019)
  45. On peut citer la conversion de force sur son lit de mort de Lazare Terquem, des enlèvements d'enfants ou de baptêmes forcés comme les affaires Sarah Linnerviel en 1860 ou Bluth-Mallet en 1861...
  46. a et b Pour l’affaire de la mineure Élisabeth Linnewiel à Riom en 1860, voir Dominique Jarrassé, « L’Affaire de la juive », dans Les Juifs de Clermont, une histoire fragmentée, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000, pp. 171-190. Toutes ces affaires impliquant les Ratisbonne ou d'autres autorités catholiques sont plus ou moins bien connues grâce à David Cohen, La Promotion des Juifs en France à l’époque du Second Empire, Aix-en-Provence, Université de Provence, t. 2, 1977, pp. 719-723 ; J. Maurain, La Politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, F. Alcan, 1930, pp. 575-76 ; Bernard Blumenkranz, Documents modernes sur les Juifs, XVIe – XXe siècles, t. I : dépôts parisiens, Toulouse, Privat, 1979, p. 299, cet auteur donnant un résumé du contenu des dossiers d’archives dont il fournit la cote aux Archives nationales : F19/6320 et BB 18/1626.
  47. G. Ben-Lévi, Archives israélites de France, Bureau des Archives Israélites de France, (lire en ligne), p. 574-681
  48. Marie-Théodore Renouard de Bussierre, L'enfant de Marie, Paris, . Réédité en : Marie-Théodore Renouard de Bussierre, L'enfant de Marie, un frère de plus, Hachette Livre, (ISBN 978-2-01-283448-4).
  49. Léon Provencher (abbé), De Québec à Jérusalem, , 723 p. (ISBN 9785872623571, lire en ligne), p. 345
  50. « Gilbert Dahan. Les intellectuels chrétiens et les Juifs au Moyen Age. (Patrimoines: Judaïsme) Paris: Cerf, with the cooperation of Centre National de la Recherche Scientifique, Soeurs de Notre-Dame de Sion, and Fondation du Judaïsme Français. 1990. Pp. 637. 240 fr », The American Historical Review,‎ (ISSN 1937-5239, DOI 10.1086/ahr/97.2.535, lire en ligne, consulté le 2 avril 2019)
  51. a et b (en) Hillel Fendel, « Pope Asked to Reveal Orphan Jews - Jewish World », sur Israel National News, (consulté le 25 octobre 2020)
  52. Coran 2:256
  53. G. Bensoussan & P. Fenton, « Juifs en terres arabes - Cours n° 2/7 : Les conversions forcées des juifs à l'islam, actualité Juifs en terres arabes », sur www.akadem.org, (consulté le 17 décembre 2019)
    extraits:
    1. Conversion et mise à l'écart - Situation précaire sous les Almohades
    2. Face aux présomptions d'insincérité - Piété remise en cause
    3. Défense des savants néo-musulmans - Musulmans fidèles et pieux
    4. Algérie, Tunisie, conversions collectives et témoignages
  54. a et b Mercedes García-Arenal, « Rapports entre les groupes dans la péninsule Ibérique. La conversion de juifs à l'islam (XIIe-XIIIe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 63, no 1,‎ , p. 91–101 (DOI 10.3406/remmm.1992.1541, lire en ligne, consulté le 17 décembre 2019)
  55. (en) Moshe Gil, A History of Palestine, 634-1099, CUP Archive, (ISBN 978-0-521-40437-2, lire en ligne)
  56. (en)Maribel Fierro (2010). "The Almohads (524 668/1130 1269) and the Hafsids (627 932/1229 1526)". In Maribel Fierro (ed.). The New Cambridge History of Islam. Volume 2, The Western Islamic World, Eleventh to Eighteenth Centuries. Cambridge University Press. p. 86.
  57. (en) Lawrence Fine, Judaism in Practice: From the Middle Ages Through the Early Modern Period, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-05787-3, lire en ligne), p. 414
  58. « The Great Rambam: Joel Kraemer's 'Maimonides' », sur The New York Sun, (consulté le 4 septembre 2020)
  59. (en) Bernard Lewis, The Jews of Islam, Princeton University Press, (ISBN 978-1-4008-2029-0, lire en ligne), p. 100
  60. J. Targarona Borras, Caria a losjudios del Yemen y Caria a losjudios de Montpellier, Barcelone, 1987, p. 40.
  61. (en) Daniel Tsadik, Between foreigners and Shi'is : nineteenth-century Iran and its Jewish minority, Stanford, Calif, Stanford University Press, coll. « Stanford studies in Jewish history and culture », , 295 p. (ISBN 978-0-8047-5458-3), p. 35.
  62. Narrative of a mission to Bokhara, in the years 1843-1845, to ascertain the fate of Colonel Stoddart and Captain Conolly, page 147, London, J.W. Parker, 1845.
  63. Patai, Raphael, (1997).Jadid al-Islam : The Jewish "New Muslims" of Mashhad. Detroit : Wayne State University Press (ISBN 0-8143-2652-8)
  64. « Les droits des minorités au Pakistan au cœur d’une conférence à Karachi », Vatican News,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Stuti Mishra, « Girl, 13, rescued from 'forced marriage' in Pakistan », The Independent,‎ (ISSN 0951-9467, lire en ligne).
  66. Reuben Ackerman 2018, Executive Summary, p. 1.
  67. (en) Matias Perttula, « Another Pakistani Christian Girl Becomes Victim of Forced Conversion and Forced Marriage », Persecution.org,‎ (lire en ligne).