Vladimir Horowitz

pianiste russe naturalisé américain
Vladimir HorowitzВолодимир Горовіць, Владимир Горовиц
Description de cette image, également commentée ci-après
Vladimir Horowitz en 1986.
Surnom "Volodya" (diminutif de Vladimir)
"The number one"
"Satan du clavier"
"L'ouragan des steppes"
"Le roi des pianistes"
"Le dernier romantique"
"Le dernier chevalier du piano"
"Le sorcier"
Nom de naissance Vladimir Samoïlovitch Horowitz
Naissance
Berditchev (République d'Ukraine - Empire russe)
Décès (à 86 ans)
New York (États-Unis)
Activité principale Pianiste et dans une moindre mesure compositeur
Style Jeu extrêmement puissant, romantique, très chanté, faisant ressortir des chants secondaires, héritier d'Anton Rubinstein et de l'école russe.
Activités annexes Boxe et randonnées en montagnes
Lieux d'activité Ukraine, Russie, États-Unis et Europe
Années d'activité 1921 - 1989
Formation Conservatoire de Kiev
Maîtres Sa mère
Anton Rubinstein, Sergueï Tarnovski, Vladimir Puchalsky et Felix Blumenfeld
Sergueï Rachmaninoff
Conjoint Wanda Toscanini Horowitz, fille d'Arturo Toscanini.
Descendants Sonia Horowitz (décédée à ses 40 ans)
Distinctions honorifiques - Chevalier de la Légion d'honneur
- Médaille présidentielle de la Liberté
- Chevalier de l'ordre du Mérite de la République italienne
Signature de Vladimir Horowitz

Répertoire

romantique (Schubert, Chopin, Schumann, Brahms, Mendelssohn, Liszt, Wagner, Grieg)
impressionniste et néo-classique (Ravel, Debussy, Liszt)
contemporain (Poulenc, Hindemith, Prokofiev, Stravinsky) et post-romantique (Rachmaninov, Scriabine, Moussorgsky)
classique (Scarlatti, Clémenti, Mozart, Beethoven)

Vladimir Samoïlovitch Horowitz (en russe : Владимир Самойлович Горовиц), yiddish : וולאדימיר סאַמוילאָוויטש האָראָוויץ ), né à Berditchev ou (selon Horowitz) à Kiev (Empire russe), le et mort à New York le , est un pianiste d'origine ukrainienne, naturalisé américain. Il fait partie des plus grands virtuoses de l'histoire du piano.

Pianiste mythique, « Roi des rois parmi les pianistes », Vladimir Horowitz, considéré comme le « Numéro 1 » par les autres pianistes de son époque, fut admiré pour la puissance de son jeu pianistique et pour ses multiples prouesses techniques, par le public comme par les pianistes professionnels : Clara Haskil, qui le surnommait « Satan au clavier », Martha Argerich, Sviatoslav Richter, Arcadi Volodos, Arthur Rubinstein[1],[2], Sergueï Rachmaninoff [3].

Vladimir Horowitz reste à ce jour le pianiste le mieux payé du monde (grâce à ses concerts et autres récitals) : à sa mort, le New York Times, dans un article intitulé « Vladimir Horowitz, Titan of the Piano, Dies », affirme que celui-ci avait accumulé cinq millions de dollars[4], et était payé 300k$ et jusqu'à 500k$ par concert les dernières années[2].

La famille HorowitzModifier

La famille Horowitz appartient à la bourgeoisie juive cultivée d'Ukraine. En outre, c'est une famille de musiciens comprenant au moins deux bons pianistes et compositeurs de l'époque.

En effet, la grand-mère de Vladimir était amie avec Anton Rubinstein, quand sa mère (Sofia Horowitz) et son oncle (celui surnommé « L'oncle qui jouait fort ») connaissaient personnellement Alexandre Scriabine.

Sofia Horowitz était elle-même pianiste, elle apprit à Vladimir (que sa future femme, Wanda Toscanini — fille d'Arturo Toscanini — surnommait Volodia) à jouer du piano dès l'âge de 5 ans.

Le père, Samuel Horowitz, était ingénieur en électricité et assurait la distribution en Ukraine de moteurs électriques allemands. C'est lui qui inscrivit la date de naissance « 1904 » dans de nombreux documents à la place de la vraie date de naissance de Vladimir : un stratagème pour lui éviter le service militaire.

BiographieModifier

Vladimir Horowitz naît le à Kiev. Il est le plus jeune des quatre enfants de Samuel et Sofia Horowitz.

À l'âge de 3 ans, Vladimir Horowitz voit sa mère jouer du piano. D'après les propos de celle-ci, il aurait fait semblant d'en jouer sur une fenêtre, qui se serait alors cassée, ensanglantant ses mains.
Horowitz apprend le piano dès son plus jeune âge (5 ans), d'abord sous la férule de sa mère. En 1912, il entre au conservatoire de Kiev. Il y sera élève de Sergueï Tarnovski (en), de Vladimir Puchalsky, et de Felix Blumenfeld. En 1914, il rencontre Alexandre Scriabine.

Avec l'arrivée des communistes, la famille Horowitz, autrefois heureuse et prospère, a été brisée. Jacob, le frère aîné de Volodya, a été enrôlé dans l'armée et est mort pendant la révolution. George est devenu un vagabond qui s'est installé pendant un certain temps à Leningrad. L'entreprise de Samuel fut saisie par l'État et il fut contraint à un travail bureaucratique ennuyeux. Pendant cette terreur Volodya était en dernière année au Conservatoire de Kiev. Pour son récital de fin d'études en 1920, Horowitz a joué la Toccata, Adagio et Fugue en ut de Bach-Busoni, la Gigue de Mozart en sol, une sonate de Beethoven (Horowitz a oublié s'il s'agissait de l'Appassionata ou de l'opus 110), les Études symphoniques de Schumann, la Sonate en si bémol mineur de Rachmaninov, la Fantaisie en fa mineur de Chopin, "et quelque chose de moderne, je ne m'en souviens pas". Il termine avec les Réminiscences de Don Juan de Mozart-Liszt et a déclaré qu'après l'avoir terminé, ayant joué avec un tel éclat, le jury et tous les professeurs se sont levé pour exprimer leur approbation. Cela ne s'était jamais produit auparavant dans toute l'histoire du conservatoire, a-t-il dit. Pour son concerto obligatoire, il joua le troisième de Rachmaninov. Pour ses pièces de musique de chambre, il joua le quintette de Schumann et Winterreise de Schubert. Ses concerts ont connu un énorme succès. Blumenfeld ravi, écrivit à Rachmaninov à New York au sujet de son talentueux élève et du brillant succès qu'il eut avec la musique de Rachmaninov[2]. Horowitz a alors 17 ans.

Début en République Russe puis URSSModifier

En 1921, il donne son premier concert public à Kiev, le 30 mai. C'est en 1922 qu'il rencontre Nathan Milstein, un ami qui restera proche toute sa vie. Entre 1922 et 1925, il donne des concerts dans le cadre du Bureau soviétique de concert.

BerlinModifier

En 1925, il quitte l'URSS pour l’Allemagne. En , il donne un récital à Berlin (on le surnomme l'« ouragan des steppes »), il se produit également en concert à Hambourg.

Paris et l'Europe[2]Modifier

« Il a fait trembler Paris » disait Arthur Rubinstein à la suite de la première saison d'Horowitz à Paris en 1926. À son arrivée à Paris, sa réputation l'avait précédé et s'il était inconnu du grand public, il était attendu par les professionnels. Les critiques et le public ont été en choc et ils ont immédiatement reconnu ce nouveau style de jeu.

Horowitz donne son premier concert le 12 février 1926 au Conservatoire de Paris, là où Chopin avait donné sa première l'Andante Spianato e Polonaise in 1835 ; si l'audience était petite, les critiques importants étaient présent et ont réalisé qu'ils étaient en présence de quelque chose de nouveau. Son programm fut Bach-Busoni Toccata, Adagio, et Fugue en do ; la Sonate de Liszt, pusieurs pièce des Miroirs de Ravel (including Alborada del gracioso) et Jeux d’eau ; et de Chopin, la Barcarolle, quelques études et mazurkas et la Polonaise en la.

Le sommet de sa première année fut lors du récital à l'Opéra le 14 décembre 1926 ; le programme fut Bach-Busoni Toccata, Adagio, and Fugue en do ; la Sonate de Liszt, six études de Chopin, trois mazurkas, et la Polonaise en la ; les deux études 2 et 6 d Liszt d'après Paganini, et la rhapsodie espagnole. Ses bis furent la romance sans paroles de Mendelssohn Op. 67 No. 4, Liebesbotschaft de Schubert-Liszt , et ses propres variations de Carmen. Les variations de Carmen a plongé le public dans une frénésie, et la police a dû être appelée pour faire évacuer la salle.

Les dix années qui ont suivi, il donna une trentaine de concert à Paris, et créa la sensation à chaque fois. Il fut admis dans les cercles les plus privés, en premier la maison de la Princesse de Polignac, où il était toujours le bienvenu, et il y rencontrait invariablement Stravinsky, les Six (Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc, et Germaine Tailleferre), ou Nadia Boulanger. Horowitz voyait à Paris Arthur Rubinstein, Picasso, Braque, Vlaminck, Joyce et Hemingway ; Cocteau, Honegger, et Massine ; Ravel et Poulenc ; René Clair, Virgil Thomson, et Diaghilev ; Dali, Chagall ; ou encore Gertrude Stein. Chaliapin, Prokofiev, Stravinsky et Balanchine vivaient à Paris ainsi que d'autres réfugiés russes. Jeune, beau, timide, brillamment talentueux, élégant dans sa tenue et son comportement, parlant couramment le français, Horowitz devient une figure de plus en plus populaire dans les salons. Il y rencontre tous les grands musiciens, littérateurs et personnalités de la société parisienne. Parmi les compositeurs qu'il fréquente, on trouve Roussel, Poulenc, Szymanowski, Honegger et Respighi.

Horowitz se souvient:

« Un soir, j'ai joué aux Jeux d'eau de Ravel dans un salon et ce petit homme est venu me voir et m'a dit qu'il était Ravel et que j'avais un grand talent. Mais, a-t-il dit, vous devez savoir que dans notre pays, nous jouons aux Jeux d'eau différemment. Nous la jouons de manière plus impressionniste, comme Debussy, mais vous la jouez dans le style de Liszt". J'ai dit que j'étais désolé. Que pouvais-je dire ? Pendant ce temps, Ravel réfléchissait. Il m'a regardé et m'a dit : "Je pense que tu as raison. C'est très Lisztien." »

Dans certaines versions de l'histoire, Ravel ne se présenta qu'à la fin de la conversation et laissa Horowitz bouche bée. Dans les salons, Poulenc et Horowitz sont devenus de bons amis. Horowitz raconte:

« Il était merveilleux. Il faisait irruption dans mon appartement sans rendez-vous, toujours pressé, plein d'enthousiasme. "Horowitz, j'ai pour toi un nocturne ! Je suis venu te le jouer !" Il s'asseyait et le jouait. "Au revoir !" Et il se dépêchait de partir. Il connaissait bien le piano et était un très bon pianiste. Pendant des années, j'ai joué sa Toccata dans mes récitals. Je me souviens qu'une fois, nous avons tous dîné au salon de Charles de Polignac. Poulenc m'a joué une nouvelle pièce et je lui ai dit que la fin était terrible. Il l'a donc changée. Je lui ai parfois joué mes propres compositions, et il les a beaucoup appréciées. Les trois compositeurs qui ont eu les plus belles choses à dire sur mes pièces étaient Poulenc, Prokofiev et Szymanowski.»

Si Horowitz joua beaucoup en Allemagne, il fit de Paris son quartier général. Il avait un petit appartement rue Kléber à Paris. C'était tout ce qu'il pouvait se permettre. Jusqu'à son départ pour l'Amérique en 1928, il jouait beaucoup dans toute l'Europe mais ne gagnait pas beaucoup d'argent. Horowitz s'est retrouvé à jouer dans la plupart des pays européens, allant du Portugal à l'Angleterre en passant par la Norvège, la Suède, l'Allemagne et l'Italie, et il est difficile de trouver une réponse critique négative au jeune Horowitz.

USAModifier

Le , il embarque pour les États-Unis. En 1928, il donne son premier concert américain sous la direction de Thomas Beecham (premier concerto de Tchaïkovski)[5]. Dans le public se trouvent Josef Lhévinne, Josef Hofmann, Benno Moiseiwitsch et Sergueï Rachmaninov. Ayant fait la connaissance de ce dernier, Horowitz devient rapidement son ami. Lui-même, pianiste virtuose, devait déclarer au sujet de son Troisième concerto qu'il n'avait pas imaginé qu'on puisse le jouer aussi brillamment qu'Horowitz. Spécialement pour celui-ci, qui en ferait une spécialité de son répertoire, Rachmaninov redonne sa forme originelle à sa Deuxième sonate qu'il avait simplifiée, car il n'en dominait plus lui-même les difficultés techniques. En 1928, premiers enregistrements et concert à Londres. Puis en 1932, Horowitz enregistre la Sonate pour piano de Liszt. L'année suivante il rencontre Arturo Toscanini et donne son premier concert avec lui (cinquième concerto de Ludwig van Beethoven).

En 1933, il épouse Wanda Toscanini et en 1936, se fixe à New York jusqu'en 1939, époque à laquelle il ne donne plus de concerts. En 1946, il signe un contrat d'exclusivité avec RCA Records, et crée en 1949 la Sonate en mi bémol mineur de Samuel Barber. Le , il donne un récital à New-York pour le 25e anniversaire de ses débuts américains. Deuxième retraite (1953-1965), et enregistrements à domicile. Rentrée le à Carnegie Hall, suivie d'une dizaine de récitals aux États-Unis (1965-1969). Troisième interruption de carrière (1969-1974). En 1975, décès de sa fille Sonia à Genève. On le retrouve au Carnegie Hall, pour un récital, « pour les Européens » en 1977 et le à l'occasion du jubilé de ses cinquante ans de carrière, il interprète le Troisième Concerto de Sergueï Rachmaninov.

Dernières années, le retour en RussieModifier

Dans les années 80, deux concerts à Londres et 1985 : passage chez Deutsche Grammophon. Deux récitals à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées. Décoré de l'Ordre national de la Légion d’honneur (au titre de chevalier) et de l'ordre du Mérite de la République italienne (Ordine al merito della Repubblica italiana).

L'homme généralement considéré comme le plus grand pianiste du monde, l'archétype du romantisme, le pianiste le plus électrisant de son temps, le dernier grand descendant direct de l'ancienne école russe de piano, le virtuose suprême, apparaît à cette date sur une scène russe après une absence de soixante et un ans[2]. Le 20 avril 1986, il donne un concert à Moscou, au conservatoire Tchaïkovski. Il le dira lui-même : "la roue est maintenant complètement bouclée". Vladimir Horowitz en 1987, décrivant ses sentiments en route vers la Russie en 1986[2]:

« J'étais excité. C'était mon pays. J'ai regardé par le hublot [de l'avion] et j'ai dit que c'était la Russie. C'est ici que je suis né. C'est ici que j'ai grandi. Je n'aurais jamais pensé avoir ce genre de frisson, cette nostalgie, ce souvenir des choses passées. Tous les Russes éduqués ont certaines choses dans le sang qui ne disparaissent jamais. Nous avons grandi en lisant Pouchkine, Dostoïevski, Tolstoï, Tchekhov. Nous avons tous, et pas seulement les musiciens, Glinka, Moussorgski, Rimski-Korsakov et Borodine dans nos oreilles. C'est à cela que je retournais, et cela m'a rappelé des souvenirs. Même la fierté de la vieille mère Russie. »

Mais quelques jours avant son apparition dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou, il avait vécu une autre expérience émotionnelle puissante. Peu après son arrivée à Moscou, Horowitz a déclaré aux autorités qu'il voulait visiter la maison de Scriabine. lorsque Scriabine a donné un concert à Kiev, l'oncle Alexandre a fait en sorte que son neveu de onze ans, Volodya, rencontre le grand pianiste-compositeur.[2] Ils ont eu une courte visite. Comme Horowitz s'en souvient :

« Scriabine a dû détester cette expérience. Il n'a dû m'écouter que quelques heures avant son concert. Il était petit, élégant et nerveux. Il allait jouer deux de ses difficiles sonates tardives dans quelques heures, et il ne pouvait pas être très intéressé par un petit garçon juif de Kiev. Je lui ai joué une valse de Chopin, la Mélodie de Paderewski et Au couvent de Borodine. Peut-être était-il poli et ne voulait-il pas parler de mon jeu. Il m'a plutôt dit que je devrais devenir un homme cultivé. Il y avait beaucoup de pianistes, disait-il, mais très peu d'entre eux étaient cultivés. »

Dans un autre témoignage[6], il raconte que Scriabine dit à sa mère, après qu'Horowitz eut joué :

« Il fera un très bon pianiste, mais il doit apprendre d'autres formes de musiques, la peinture, la danse, le jazz, absolument tout. »

Les paroles de Scriabine sont restées dans l'esprit d'Horowitz toute sa vie[2]. Après le concert à Moscou, il visita donc la maison de Scriabine et joua sur son piano, pour la fille de Scriabine.

Un enregistrement DG, cette même année, il se voit octroyer la médaille présidentielle de la Liberté des États-Unis.

L'année 1987, est le retour en Europe avec l'enregistrement du 23econcerto (en la majeur, K 488) de Wolfgang Amadeus Mozart, avec Carlo Maria Giulini. Concerts à Vienne, Berlin, Hambourg, Amsterdam, Londres, Francfort. Concerts au Japon et aux États-Unis. En 1989, sortie du dernier disque chez Deutsche Grammophon, Horowitz at home. Il meurt chez lui, à New York, le , d’une crise cardiaque. Il est inhumé à Milan dans le tombeau familial d'Arturo Toscanini, où son épouse, décédée en 1998, le rejoindra.

Horowitz, interprèteModifier

Il gagna la réputation de meilleur virtuose pour ses interprétations de Liszt, Chopin, Rachmaninov, Scriabine et Tchaïkovski. Soulignons aussi l'art d'Horowitz dans l'interprétation de la musique impressionniste (Liszt, Au bord d'une source par exemple ; Wagner Isoldes Liebestod arrangée pour piano par Liszt, un des derniers enregistrements d'Horowitz) mais aussi de la musique moderne : il introduisit de nombreuses sonates de Dmitri Kabalevski et de Prokofiev aux États-Unis (sixième, septième[7], huitième). Il fit aussi redécouvrir au monde musical des compositeurs tels que Muzio Clementi ou Domenico Scarlatti, en s'ingéniant à démontrer qu'ils furent des précurseurs de Beethoven et de la musique romantique.

Il mettait beaucoup de soin à composer ses récitals, et à choisir les quelques morceaux dignes d'être interprétés en concert ou en enregistrement. Comme conséquence, sa discographie est moins étendue qu'on aurait pu le souhaiter. Par exemple, il n'interpréta pas d'autres Rhapsodies hongroises de Liszt que les deuxième, sixième, treizième, quinzième (Marche de Rakoczy) et dix-neuvième (ces deux dernières, ainsi que la seconde, avec des arrangements personnels), ainsi que, dans les années 1930, la rhapsodie espagnole et le Premier concerto. Toutes ses interprétations étaient mûrement réfléchies : il ne jouait pas un compositeur tant qu'il n'en avait pas lu l'œuvre intégrale.

« L'ouragan des steppes » déplaçait des foules pour chacun de ses concerts où les places étaient chères et réservées très longtemps à l'avance. Son très étroit et complice rapport au public était constitutif de son grand charisme. Cependant, ses rares concerts étaient très appréciés du fait qu'il y réalisait ses meilleures interprétations, surpassant de loin tous les enregistrements programmés en studio. Horowitz arrivait à des performances incroyables devant des milliers de personnes, prenant de grands risques pianistiques devant lesquels reculent la quasi-totalité des pianistes en public, et créant une « réaction protoplasmique avec le public »[8].

Il interrompit volontairement sa carrière plusieurs fois, souffrant de profondes dépressions : 1936-1938 (avant son départ aux États-Unis), 1953-1965, 1969-1974 et 1983-1985.

Horowitz compositeurModifier

Son goût pour l'écriture musicale se manifesta très tôt et le hanta toute sa vie. « Je suis un compositeur », disait-il souvent. Ainsi, il arrangeait de nombreux morceaux qui sublimaient, musicalement et techniquement, les originaux, et la rareté de ses apparitions en public ne leur donnait que plus de prix. Par exemple, les Rhapsodies hongroises déjà citées, ou son exceptionnelle réécriture de la Danse macabre de Camille Saint-Saëns arrangée pour piano par Liszt, celle de la Marche nuptiale de Mendelssohn, transcrite par Liszt, ou encore son impressionnante transcription de la marche militaire américaine Stars And Stripes Forever, de John Philip Sousa, où l'on peut entendre par moments trois voix, voire quatre, complètement différentes à la fois. Plus subtilement par exemple de discrètes modifications de scherzos de Chopin, ou du finale de la Polonaise héroïque, dont l'interprétation qu'il donna en bis à Berlin dans les années 1980 est un modèle d'interprétation horowitzien, mettant très bien en exergue le « bel canto » caractéristique de son jeu. Les Variations Carmen sur un thème de l'opéra de Bizet sont également particulièrement célèbres. La version jouée au Carnegie Hall en 1965 lors de son retour en concert depuis 1953[9] mérite d'être notée : un connaisseur entend les fautes, mais Horowitz y met tellement de couleurs, de soi-même, d'énergie, de volonté, etc., qu'on les lui pardonne et qu'on écoute bouche bée. Beaucoup de morceaux arrangés ou composés par Horowitz sont d'ailleurs repris actuellement par de jeunes pianistes, tels Arcadi Volodos[10] ou Valeri Koulechov[11]. Cette liste est non exhaustive : on peut ajouter ses paraphrases de Tableaux d'une exposition de Moussorgski.

Horowitz était conscient de la dérive théâtrale que des pièces aussi brillantes faisaient prendre aux récitals, se disant limiter volontairement, en « musicien sérieux », ce type de morceaux en bis, les qualifiant de mints dont on ne saurait abuser : « Après ce genre de morceau, le public oublie tout le concert. Ce n'est pas juste ! ».

Horowitz, l'intranquilleModifier

Vladimir Horowitz : derrière ce nom mythique se cache un parcours de vie unique, d'une Russie qui est encore celle des tsars à la solitude new-yorkaise, avec ses dépressions, ses sursauts, ses retours. En somme, la personnalité complexe et ombrageuse du pianiste virtuose ukrainien[12].

C'est comme si le hasard avait simplement bien fait les choses. Contrairement à la plupart de ses confrères, Horowitz n'a pas été un enfant prodige. Mais sa famille avait eu l'intelligence de le préserver, lui laissant le temps de mûrir et d'assurer son art. Quant à ses professeurs, qui souvent lui préféraient d'autres élèves, ils passaient plus de temps à le critiquer qu'à vanter ses mérites, cherchant à brider les élans les plus naturels de sa personnalité. On comprend que le jeune Horowitz n'ait pas manifesté l'envie de se produire en public trop tôt ! Le trac, déjà enfant, l'envahissait des semaines avant la moindre audition. Peut-être doit-on voir là les premiers signes de son manque de confiance en lui, de ce terrible besoin que l'on relèvera continûment chez lui de vouloir séduire[13]... Composer ! Voilà l'idée fixe du jeune homme. Comme son aîné Sergueï Rachmaninov, figure tutélaire qui l'accompagnera tout au long de sa carrière, il envisagera très tôt de se consacrer à l'écriture.

On ne s'étonnera pas de trouver dans la famille Horowitz une pléiade de musiciens dont certains de très bon niveau. Sa mère, Sofia (née Bodik), était pianiste amateur. Elle avait été l'élève, à l'Académie de musique Tchaïkovski de Kiev, d'un certain Vladimir Puchalski (pl), que nous retrouverons, vingt-cinq ans plus tard, comme premier professeur officiel du jeune Horowitz. Son père, Samuel, étudiant à la faculté de l'université de Kiev, passionné de musique, est un pianiste amateur de bon niveau ; sa propre mère avait bénéficié des encouragements d'Anton Rubinstein. Et son oncle Alexandre (frère de son père), était devenu pianiste professionnel, après avoir eu pour professeur Alexandre Scriabine.

En attendant d'entrer au conservatoire, Vladimir prend ses premières leçons de sa propre mère. Il montre d'emblée beaucoup de facilité : sa mémoire est prodigieuse, il semble capable de découvrir par lui-même avec une facilité déconcertante comment réaliser les passages difficiles ... Mais cette aisance ne s'accompagne d'aucun véritable enthousiasme pour le clavier. Sa mère le laisse déchiffrer tout ce qui se présente (il est déjà friand de Sergueï Rachmaninov) ou des transcriptions d'opéras, domaine qui le fascine. À neuf ans, c'est à la Tétralogie qu'il s'attaque, découvrant avec Richard Wagner un monde qui le bouleverse. Il parvient à mémoriser cette somme de musique alors même que les pièces les plus fondamentales pour la formation d'un pianiste lui manquent encore.

Devant les progrès de Vladimir, Sofia et Samuel décident de l'inscrire au Conservatoire de Kiev. Le hasard fait qu'il y découvre comme professeur, Vladimir Puchalski. Il dirige l'École de musique depuis 1877, et Vladimir trouve chez le vieux maître un écho à son propre intérêt pour les compositeurs romantiques. Mais se trouvant en butte avec son maître (du fait de son comportement de pédagogue), une chose est sûre : Horowitz n'a pas l'habitude des contraintes. C'est son individualité qu'il cherche à transposer sur son clavier. Puchalski et Horowitz se supportent néanmoins et, à défaut d'enthousiasme, l'élève a suffisamment de sérieux dans les exercices et les morceaux imposés pour en tirer les leçons utiles. De Jean-Sébastien Bach par exemple, dont il ne saisit pas encore la valeur, il comprend en revanche quel inestimable exercice il offre pour les doigts et le cerveau. Après deux années à ce régime, Vladimir a fait des progrès fulgurants[14],[15]...

Pour les répertoires

Subjectivités d’interprétations (piano) :

- Horowitz : on associera éternellement son nom au Concerto pour piano nº 1 de Tchaïkovski. Une version avec Horowitz / Arturo Toscanini[16] insurpassable, également avec Johannes Brahms[17]. Sinon, on le suivra dans le grand répertoire russe en général et également avec Robert Schumann.
- Rubinstein : des très bons Frédéric Chopin (concertos, nocturnes...)[18] ; excellent aussi dans le Concerto pour piano nº 2 de Brahms et aussi le Concerto pour piano nº 1 de Brahms[19]. Dans les années tardives il découvre et enregistre Gabriel Fauré, notamment son dernier Nocturne (N° 13) qui reste un sommet dans l'approche de cette oeuvre.

ŒuvresModifier

Ressources Bibliothèque nationale de France (BnF) : Vladimir Horowitz (1903-1989), [9]. Ses activités. Ses œuvres musicales.

Documents divers
  • Piano (332)
  • Compositeur (25)
  • Arrangeur (22)
  • Transcripteur (3)

DiscographieModifier

BibliographieModifier

  • Glenn Plaskin :
  • (en) Harold C. Schonberg, Horowitz: His Life and Music, Simon & Schuster, (ISBN 978-0671725686)
  • Harold C. Schonberg, Horowitz: His life and music, , New York, Simon and Schuster. Trad. polonaise par R. Ginalski, Éditions Niebieska Studnia, 2010.
  • Jean-Jacques Groleau et André Tubeuf, Horowitz : L'intranquille, Actes Sud Editions, coll. « Classica », (ISBN 978-2330072971)

Notes et référencesModifier

  1. C'est en entendant, lors d'un concert à Paris, son interprétation de deux études de Liszt d'après Paganini qu'Arthur Rubinstein comprit l'étendue du génie d'Horowitz et remit complètement en question son propre jeu.
  2. a b c d e f g et h Jonathan Wix et Harold C. Schonberg, « Horowitz: His Life and Music », The Musical Times, vol. 134, no 1800,‎ , p. 93 (ISSN 0027-4666, DOI 10.2307/1002420, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2020)
  3. Quant à Sergueï Rachmaninoff, celui-ci annonça que Vladimir Horowitz interprétait encore mieux que lui et que les autres pianistes son mythique Rach 3 (citation : « Le Rach3 appartient à monsieur Horowitz »).
  4. The New York Times. Nécrologie : Vladimir Horowitz, Titan du Piano, Dies. Par BERNARD HOLLAND. Publié le 6 Novembre 1989.
  5. Au Carnegie Hall, avec l’Orchestre Philharmonique de New York.
  6. (en) Pat Jaffe, Peter Gelb, Horowitz: a reminiscence., Berlin, Germany : C Major Entertainment., , documentary
  7. Anecdote. Il joua cette 7e sonate de Prokofiev au consulat soviétique de New York en janvier 1944, et envoya le premier exemplaire du disque à Prokofiev qui lui retourna un exemplaire signé de la partition sur lequel il écrivit « au pianiste prodigieux de la part du compositeur ».
  8. Extrait d'une interview dans une file d'attente où campaient les fans afin d'acheter des billets pour l'un de ses récitals au Carnegie Hall.
  9. [1].
  10. Variations Carmen, Danse macabre de Saint-Saens, Marche de Rakoczy.
  11. Hommage à Horowitz, virtuoso transcriptions for piano, chez BIS.
  12. ResMusica.Une biographie captivante de Vladimir HOROWITZ [2]. (consulté le 24 février 2017).
  13. France Musique.Les caprices de Vladimir Horowitz racontés par le technicien en chef des pianos Steinway [3].
  14. Vladimir Horowitz, sa vie en résumée [4].
  15. HOROWITZ au piano interprètent SCHUBERT: écouter [5].
  16. Vladimir Horowitz ; Arturo Toscanini: Tchaikovsky: Piano Concerto #1 1943 Live : écouter [6].
  17. Horowitz -Toscanini - Brahms : Piano concerto No.2 B-dur op.83 - 2nd Mvt.(1940) : écouter [7].
  18. Voir différent interprètes : [8]. PrestoClassical.
  19. Arthur Rubinstein, Bernard Haitink et Orchestre royal du Concertgebouw (1973).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier