Biache-Saint-Vaast

commune française du département du Pas-de-Calais

Biache-Saint-Vaast
Biache-Saint-Vaast
Mairie.
Blason de Biache-Saint-Vaast
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Brebières
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Michel Housau
2014-2020
Code postal 62118
Code commune 62128
Démographie
Gentilé Biachois
Population
municipale
4 083 hab. (2017 en augmentation de 2,46 % par rapport à 2012)
Densité 439 hab./km2
Population
aire urbaine
4 576 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 45″ nord, 2° 56′ 42″ est
Altitude 57 m
Min. 42 m
Max. 70 m
Superficie 9,30 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast
Liens
Site web biachesaintvaast.fr

Biache-Saint-Vaast est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle est située dans l'arrondissement d'Arras, ainsi que dans le canton de Brebières.

GéographieModifier

Localisation et situationModifier

 
Pont sur la Scarpe.
 
Plan de Biache-Saint-Vaast et ses communes limitrophes

.


Biache-Saint-Vaast, est une commune périurbaine,située entre Vitry-en-Artois, Fresnes-lès-Montauban, Hamblain-Les-Prés et Plouvain.

Biache-Saint-Vaast, se situe à environ 14 km de Douai, 15 km d'Arras, 26 km de Lens, 42 km de Béthune, 43 km de Lille, 117 km de Calais et 189 km de Paris.

La commune fait partie de la province de l'Artois.


Communes limitrophesModifier

  Gavrelle Fresnes-lès-Montauban  
Plouvain N Vitry-en-Artois
O    Biache-Saint-Vaast    E
S
Plouvain Pelves          Hamblain-les-Prés Sailly-en-Ostrevent

La commune possède au sud une queue de poêle limitrophe au commune de Vitry-En-Artois, Sailly-En-Ostrevent et Hamblain-Lès-Prés.

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

  • Biache-Saint-Vaast se situe à proximité des autoroutes A1 reliant Paris à Lille et A26, reliant Calais à Troyes et la route européenne E17.
  • Biache-Saint-Vaast est desservie par un échangeur routier : sur l'A1, avec la sortie no 16.
  • La commune est également desservie par les routes départementale 42, 43 et 46.

Voies ferroviairesModifier

La gare de Biache-Saint-Vaast, est située entre les gares de Rœux et de Vitry-en-Artois, elle est desservie, par la ligne 01 Amiens-Arras-Lille et uniquement par des TER.

Transport aérienModifier

La commune est située à proximité de l'aérodrome de Vitry-en-Artois.

L'aéroport le plus proche est Lille-Lesquin situé a 40 km au nord- est, l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, se situe à 170 km au sud et l'aéroport de Bruxelles, se situe à 150 km au nord-est.

Transports en communsModifier

La commune, est desservie en bus par la ligne 70 Arras-Corbehem, la ville est desservie par les compagnies de bus Fouache ou Oscar, pour le transport scolaire.

HydrographieModifier

La commune est traversée par trois cours d'eau :

la Scarpe, fleuve long de 102 km, principal cours d'eau traversant la commune sur environ 2,5 km, le Trinquise, affluent de la Sensée, long de 9,8 km et la Rivièrette, petit ruisseau, d'environ 2 km, longeant les marais de Biache-Saint-Vaast et de Plouvain.

ReliefModifier

La commune s'établit entre 42 et 70 mètres d'altitude.

ClimatModifier

Le climat est de type océanique tempéré, dans tout le département du Pas-de-Calais.

EnvironnementModifier

La commune est entourée de forêts, bois et tourbières.

La commune possède différents marais :

  • Le grand marais (marais privé réservé à la pêche)
  • Le petit marais (marais public pour la pêche)
  • Le marais industriel.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

La commune de Biache-Saint-Vaast, est une commune semi-urbaine, située en périphérie des deux agglomérations Arras et Douai.

  • La commune forme avec Plouvain, l'aire urbaine de Biache-Saint-Vaast, regroupant 4 576 habitants, en 2017.

LogementModifier

La commune de Biache-Saint-Vaast, regroupe 1 646 logements, qui sont presque tous exclusivement des résidences principales.

Projets d'aménagementModifier

La commune a construit plusieurs résidences et lotissements, ces quinze dernières années.

  • En tout 447, nouveaux logements ont été construit sur la commune.
  • Dans le cadre de la réhabilitation de l'ancienne usine Sollac, la commune souhaite construire un nouveau lotissement ainsi que des commerces. Un projet de béguinage est également prévu, sur ce site
  • Un second projet de béguinage, est également prévu sur l'ancien site de la piscine.

GéologieModifier

La commune possède un sol composé de craie, datant du Turonien et un sol argileux, vers les marais.

Le risque sismique sur le territoire de la commune, est faible (zone 2 sur 5, du zonage de mai 2011).

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bigartium en 765, Bigartu en 1098, Biarcium en 1148, Biarcum en 1160, Biarce en 1169, Biarc en 1174, Byarcium en 1180, Bigardae en 1227, Bigardum en 1233, Biach en 1239, Barch ou Byach en 1271, Biarcae, Biarce, Biarche, Biartae, au XIIe siècle, Byarc ou Byarch en 1303, Byach, au XIIIe siècle Biache-Sous-Scarpe en 1793, Biache-Saint-Vaast en 1801.

Biache a pour origine le mot germanique bigard qui signifie « enclos » ou « jardin clos près de la maison »[1].

Durant la Révolution, en 1793, la commune porte le nom de Biache-sous-Scarpe[2].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

 
Crâne d'homme de Néandertal (peut-être féminin) retrouvé sur le site "Biache 1". Os fossile, environ 180 000 ans avant notre ère.
  • Un site paléolithique vieux de 180 000 ans y a été découvert en avril 1976, lors de la construction d’une usine métallurgique Usinor. Des fouilles de sauvetage, dirigées par A. Tuffreau, s'ensuivirent jusqu’en 1982 et ont permis de découvrir les restes de deux individus, des hommes de Néandertal, dont deux crânes incomplets (les plus anciens retrouvés dans la moitié Nord de la France)[3],[4]. Le site contenait aussi de nombreux ossements d’animaux et beaucoup d’outils en pierre, le tout dans un remarquable état de conservation. Le gisement a été détruit par la construction de l'usine qui a fermé ses portes vingt-cinq ans plus tard[5].

Une copie du crâne découvert est visible à la bibliothèque municipale.

Époque MérovingienneModifier

  • Présence d'un cimetière mérovingien, au lieu dit "Le Trou du Rouge"[6].

Histoire industrielleModifier

La commune fut fortement industrialisée notamment avec :

  • En 1846, l'acquisition de deux moulins à huile, par quatre associés, qui serons ensuite transformés en machine à laminer, pour la fabrication de pièces de monnaie. Entre 1850 et 1901, l'usine produira des pièces, pour plusieurs pays. Entre 1913 et 1914, l'usine fera des essais, pour le concours de la pièce de 25 centimes.
  • En 1878, la création du premier atelier électrolytique de France à Biache, permettant la création de tôles et également de radiateurs de chauffage central.
  • En 1889, les usines de Biache, produisait environ 30 tonnes d'argent, ce qui à l'époque n'était égalé par aucune autres usines française[7].
  • Il y avait en 1890, dans les usines de Biache, environ 750 ouvriers.
  • L'ouverture en février 1924, par la société "Fonderies, Laminoirs et Ateliers de Biache-Saint-Vaast", d'une cimenterie et d'une briqueterie. La cimenterie, fermera en 1988 et la cimenterie en 1987.
  • Le Groupe Usinor ou Sollac, dont l'usine de Biache était considérait comme un modèle pour toutes les usines Sollac de France, dont l'activité avait débuté en 1846, et qui à fermé ses portes 156 ans plus tard le 18 juillet 2002.

Le site de l'ancienne cimenterie a été réhabilité en un parc de 8 hectares et en une grande surface. Le site de l'ancienne usine de Sollac est toujours occupé par différentes industries, comme Finimétal (Rettig), fabriquant encore des radiateurs ou encore UMCorporation.

Biache et les guerresModifier

Guerre franco-allemande de 1870 :

Première guerre mondiale :

  • Comme beaucoup de communes du Nord-Pas-de-Calais, Biache, n'a pas fait exception, en effet la commune fût quasiment entièrement détruite. Avant la Bataille d'Arras, en avril 1917, la ligne de front se trouvait à environ 13km, à l'ouest, elle se retrouva à 3km de la commune, en décembre 1917. En décembre 1917, la commune se trouvait entre la ligne de front, 3km à l'ouest et la ligne de repli, 2km à l'est.
  • La population civile (environ 2000 personnes), sera évacué en février 1917, vers la Belgique. Les premiers habitants, rentrent le 14 octobre 1918, découvrant un village entierement détruit y compris l'église Saint-Pierre.
  • L'abbaye de Saint-Vaast a été entièrement détruite en . Elle a été en partie remplacée par l'église Saint-Pierre qui renferme des fonts baptismaux datant de 1544.

Seconde guerre mondiale :

  • La ville est évacuée les 19 et 20 mai 1940, la Kommandantur, s'installera dans l'actuelle rue Clémenceau.
  • Dans la nuit du 24 au 25 août 1940, 3 ouvriers de la cimenterie, sont abbatus, à l'arme automatique, par un sous-officier allemand. Un quatrième ouvrier, décèdera un an, plus tard des suites de son incarcération.

Un monument, a été érigé à côté de l'emplacement de l'ancienne cimenterie, afin de leur rendre hommage.

  • La commune, sera libérée le 1er septembre 1944.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Vitry-en-Artois[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Brebières.

IntercommunalitéModifier

Biache-Saint-Vaast, était membre de la communauté de communes Osartis créée fin 1999 sous le nom de communauté de communes Scarpe-Sensée.

Celle dernière, fusionne avec sa voisine pour former, au , la communauté de communes Osartis Marquion dont est désormais membre la commune.

Liste des mairesModifier

 
Biache-Saint-Vaast dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Louis Joseph Bouchez   Officier Public de Biache
1794 1794 Joseph Courtin    
1794 1794 Louis Joseph Bouchez   Officier Public de Biache
1794 1796 Pierre François Detournay   Officier Public de Biache
1796 1797 Augustin Leroy   Officier Public de Biache
1797 1797 Joseph Robiquet   Officier Public de Biache
1797 1806 Pierre Placide Couture    
1806 1806 François Gonsse   Offcier Public de Biache
1807 1810 Pierre Placide Couture    
1810 1813 François Gonsse    
1813 1815 Henry Durteste    
1815 1831 Stanislas Augustin Leroy    
1831 1839 Jean-Baptiste Bridoux    
1839 1843 François Baccuez    
1843 1845 Pierre Guislain Héquet    
1846 1850 Augustin Lestoquoy    
1850 1866 Bruno Trannin    
1866 1870 Jean-Baptiste Demarquilly    
1870 1876 Bruno Trannin    
1876 1879 Henri Blanchet    
1879 1880 Jean-Baptiste Demarquilly    
1880 1888 Augustin Petit    
1888 1896 Louis Robiquet    
1896 1900 Augustin Petit    
1900 1904 Oscar Marmouzet    
1905 1908 Évrard Mouilloir    
1908 ? Victor Pachy    
1931 1940 Louis Drécourt    
1940 1947 Auguste Lestoquoy    
1947 1959 Émile Huré SFIO  
1959 1971 Paul Fouquez    
1971 1992 Yves Briet PCF Clerc de notaire
1992 juin 1995 Michel Lefebvre   Cartonnier
juin 1995 En cours
(au 23 novembre 2014)
Michel Housau DVD Médecin
Réélu pour le mandat 2014-2020[8],[9],[10]

Distinction et labelsModifier

Biache-Saint-Vaast, bénéficie du label « ville fleurie » avec trois fleurs attribuées depuis 2010, par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris

Politique environnementaleModifier

La commune essaye au maximum de favoriser l'environnement, avec par exemple la plantation d'arbres ou le fauchage des herbes tardif au parc. La commune laisse également volontairement des endroits sans désherbage ni fauchage au marais.

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Biachois[11].

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2017, la commune comptait 4 083 habitants[Note 1], en augmentation de 2,46 % par rapport à 2012 (Pas-de-Calais : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6837927979571 0681 0341 0901 1871 242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3561 4011 4701 4671 5501 7001 7571 9532 073
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1312 2122 2731 6762 1642 4272 3522 4832 971
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 5253 8604 2244 0323 9813 9233 8153 9074 010
2017 - - - - - - - -
4 083--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

En 1469, la population était de 53 feux[15].

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d'hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 17,1 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Biache-Saint-Vaast en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
7,5 
12,3 
60 à 74 ans
16,6 
21,6 
45 à 59 ans
20,0 
22,6 
30 à 44 ans
22,0 
18,5 
15 à 29 ans
16,1 
20,2 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

SantéModifier

  • Deux pharmacies sont présentes sur la commune, ainsi que deux cabinets de médecins, ce sont en tout cinq médecins qui sont presents sur la commune. La commune se situe à proximité des hopitaux d'Arras et de Douai, ainsi que de la polyclinique de Bois-Bernard.

La commune est équipé d'un cabinet de dentiste, ainsi que de deux cabinets d'infirmières.

EnseignementModifier

  • École maternelle "Charles Perrault"
  • École primaire "Jean de La Fontaine", anciennement "Louis Aragon
  • Collège Germinal
  • Ancienne école primaire "Jules Ferry", acceuillant aujourd'hui, l'espace "Culture & Jeunesse".

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Pierre, reconstruite après 1918.
  • Le monument aux morts.
  • Le monument au général Delestraint.
  • Le monument de commémoration pour les ouvriers de la cimenterie.

Equipements sportifsModifier

  • Les salles de sports Émile Huré, rue Gambetta ;
  • Des boulodromes ;
  • Un mur d'escalade, dans les salles de sport Émile Huré ;
  • Le Dojo Municipal, rue Gambetta ;

Sports nautique :

  • Base nautique de la Scarpe (kayak polo, etc.), rue Marcellin Berthelot ;
  • Le Comité National Nord-Pas-de-Calais de Canoë-Kayak ;

Football :

  • L'équipe de football l'US Biache ;
  • Les 3 terrains de football stade Louis Deret, rue Jean Jaurès, stade Bernard Leroy, rue du 19 mars 1962 et stade au Parc de la Flânerie ;
  • Terrain multisport, au Parc de la Flânerie.

Tennis :

  • Club de tennis,
  • Les 3 courts de tennis, 2 au Marais, rue du 19 mars 1962 et un en terre battue au Parc de la Flânerie, rue du Maréchal Foch.

Handball :

  • L'équipe de handball Handball Biache Vallée de Scarpe (HBVS) ;

Athlétisme :

  • Les clubs d'athlétisme, dont l'US Biache Athlétisme ;

Sports de combat :

  • Judo,
  • Aïkido,
  • Karaté,
  • Full contact,
  • Jujitsu ;

Gymnastique :

  • Gym jeunesse,
  • Gym féminine ;

Randonnée et cyclisme :

  • Balade Biachoise,
  • Cylotourisme, "Les Pédaleux Biachois",
  • Vélo Club de Biache-Saint-Vaast ;

Pétanque :

  • Association "La Boule Biachoise" ;

Pêche :

  • Association "Biache No Kill Carpe", avec obligation de remettre le poisskn péché à l'eau. Une partie du marais leur est réservée.


Événement sportifModifier

  • Enduro de pêche au marais, avec l'association "Biache No Kill Carpe", se déroulant tous les ans, l'avant dernier week-end de mai.
  • Cross Léon Javelot, du nom du résistant biachois, se déroulant tous les ans au marais, le premier week-end de décembre. Course crée en 1945.


Equipements culturelsModifier

  • Espace "Culture & Jeunesse", au sein de l'ancienne école Jules Ferry, accueillant la bibliothèque municipale et les activités du centre de loisir.
  • Base de loisirs "Les Étangs", au marais dans l'ancien camping municipal, accueillant le centre de loisir.
  • Géant de la ville, "Néandertus", inauguré en juin 2008, lors du carnaval servant aujourd'hui dans certaines manifestations communale ou régionale.

Il est le seul Géant de France et peut-être d'Europe représentant un Homme de Néandertal.

  • Harmonie "La Renaissance", fanfare de Biache, depuis 1922.
  • Salle de danse et d'arts plastiques, à l'espace "Culture & Jeunesse"
  • Salle des fêtes Jean Moulin, à côté de l'école Jean de La Fontaine.
  • Maison des sociétés, face à l'église.

Événements culturels et festivitésModifier

  • Concert gratuit en plein air annuel, le premier samedi, depuis 2008.
  • La braderie-brocante le premier dimanche de juillet,
  • Grande ducasse annuelle, le second week-end de septembre.

Équipement communalModifier

  • Parcours de santé, au Parc de la Flânerie.
  • Anneau de rollers de 1 kilomètre au Parc de la Flânerie.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Plaque en hommage à Charles Delestraint.

HéraldiqueModifier

  Blason Écartelé d'or et d'azur, aux premier et quatrième à la croix ancrée de gueules, aux deuxième et troisième à la fleur de lis d'or[21].
Détails
Le blason est présent sur le site internet de la commune.
Alias De gueules à la roue dentée cousue de sable, chargée de quatre feuilles de nénuphar de sinople posées en croix[20].
Source inconnue.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 82a
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Étude Descriptive et Comparative de Biache-Saint-Vaast 1 Thèse de Hélène Rougier, décembre 2003
  4. A late middle Pleistocene hominid : Biache-Saint-Vaast 2. GUIPERT, G., LUMLEY, M.-A. de, TUFFREAU, A., MAFART, B. (2011). C. R. Palevol 10(1): 21-33.
  5. De l’archéologie de sauvetage à l’archéologie préventive. Par Jean-Paul Demoule, président de l’Inrap. Préface du livre « La France archéologique », éditions Hazan/Inrap.
  6. Georges Bellanger, Claude Seillier, Répertoire des cimetières mérovingiens du Pas-de-Calais [Texte imprimé] / Georges Bellanger, Claude Seillier ; [publ. par la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais], Arras, " Bulletin de la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais ", , 88 p.
  7. Francis Laur, « Société des fonderies et laminoirs de Biache-Saint-Vaast », L'écho des mines et de la métallurgie,‎ , p. 3, 4, 5 (lire en ligne)
  8. « Biache-Saint-Vaast : Michel Housau a été réélu pour un quatrième mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).
  9. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 23 novembre 2014)
  10. Géraldine Csizmadia, « Biache-Saint-Vaast :Voirie, logement, court de tennis à La Flânerie, et deux nouvelles classes : Michel Housau, après vingt ans au poste de maire, se dit que ce mandat sera peut-être le dernier. Il entend poursuivre le développement de la commune, sans augmenter l’impôt. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).
  11. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « 62128 - Biache-Saint-Vaast », sur geneawiki.com (consulté le 31 janvier 2020)
  16. « Évolution et structure de la population à Biache-Saint-Vaast en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  18. « "Le premier cimetière pour animaux de l'Arrageois est ouvert". », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne)
  19. La voie ferrée peinte par Adolphe Hiltler
  20. Banque du Blason
  21. Le blason sur le site de la mairie.