Ouvrir le menu principal
Page du Censier du chapitre Notre-Dame à Bicêtre, 1474.

En droit féodal, le censier recevait ou payait le cens. Il y avait d'une part le seigneur censier à qui le cens était dû et d'autre part celui qui devait le cens (généralement un vilain, fermier ou métayer).

Dans le nord de la France et en Belgique, le mot « censier » désigne celui qui tient une cense à ferme c'est-à-dire une métairie, une ferme qu'il loue[Note 1]. Aujourd'hui, ce terme (« cinsier » en picard) s'emploie dans le sens de cultivateur, d'exploitant agricole, même lorsque celui-ci est propriétaire des terres cultivées.

Censier ou papier censier désigne aussi les registres ou inventaires où était enregistrée la recette des cens et des rentes dues sur leurs tenures par les seigneurs. Ils servaient de facto de titres de propriété.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. On retrouve, dans les registres de Baptêmes Mariages et Sépultures des départements du Nord et du Pas-de-Calais, le terme « petit censier » utilisé pour définir la profession d'un individu.

RéférencesModifier


Liens externesModifier