Bouchain (Nord)

commune française du département du Nord

Bouchain
Bouchain (Nord)
L'ancienne mairie à la fin du XIXe siècle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité CA de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Ludovic Zientek
2020-2026
Code postal 59111
Code commune 59092
Démographie
Gentilé bouchinois, bouchinoise[1]
Population
municipale
3 937 hab. (2020 en diminution de 3,76 % par rapport à 2014)
Densité 318 hab./km2
Population
agglomération
333 453 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 04″ nord, 3° 19′ 04″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 100 m
Superficie 12,39 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Bouchain
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Denain
Législatives 19e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouchain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouchain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bouchain
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bouchain
Liens
Site web https://bouchain.fr/

Bouchain est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

DescriptionModifier

Bouchain est un gros bourg de l'Ostrevent situé à 16 km au sud-ouest de Valenciennes, 30 km à l'est de Douai, 44 km au sud-est de Lille, 11 km à l'ouest de la frontière franco-belge et 32 km de Mons, 33 km à l'ouest de Maubeuge et 28 km au nord-est de Cambrai.

Il est situé à proximité du parc naturel régional Scarpe-Escaut et est desservi par la route départementale 943 de Bouchain à Aniche tout en étant aisément accessible depuis l'autoroute A2

La ligne de Busigny à Somain tangente à l'est le territoire communal.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Bouchain est traversé d'ouest en est par l'Escaut. Ce fleuve, peu pratiqué, est surtout fréquenté par des péniches. Il passe au niveau des restes de l'ancien château de Bouchain.

Il est également traversé par le canal de l'Escaut, le vieil Escaut, la Sensée et le canal de la Sensée.

Le sud-ouest du territoire communal est traversé par de nombreux canaux de drainages et des étangs.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 692 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[8] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 37 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bouchain est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[18] et 333 453 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bouchain, dont elle est la commune-centre[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 1 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[21],[22].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (35,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (37,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (28,4 %), forêts (20,2 %), zones urbanisées (17 %), zones humides intérieures (14,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,6 %), prairies (7 %), mines, décharges et chantiers (4,6 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Habitat et logementModifier

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 1 827, alors qu'il était de 1 839 en 2014 et de 1 722 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 90,8 % étaient des résidences principales, 0,5 % des résidences secondaires et 8,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 8,6 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Bouchain en 2019 en comparaison avec celle du Nord et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,5 %) inférieure à celle du département (1,6 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 68 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (66,9 % en 2014), contre 54,7 % pour le Nord et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Bouchain en 2019.
Typologie Bouchain[I 1] Nord[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 90,8 90,6 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,5 1,6 9,7
Logements vacants (en %) 8,7 7,8 8,2

Voies de communication et transportsModifier

La gare de Bouchain, située à l'extrémité de la « ville basse », est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares de Cambrai-Ville et de Valenciennes.

ToponymieModifier

Bulcinius, Amplissima collectio ; 899. Bulcen, Balderic. Bulcem. Bouchem. Bulcheng. Bouching. Buccinium, Gallia christiana. Buchemium. Bochanium[25].

Boesem en flamand[26].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Vers 425,le Patrice Aetius bat les francs Saliens menés par Chlodion, ce qui amènera un traité d'alliance entre les Francs saliens et l'Empire romain[27].

Temps modernesModifier

Durant la guerre de Succession d'Espagne, Bouchain est assiégée, le et prise le suivant, par les troupes de la Grande Alliance.

Elle est une nouvelle fois assiégée, du 1er au par les troupes françaises qui reprennent la place forte.

Révolution française et EmpireModifier

Pendant les guerres de la Révolution française, les Autrichiens tentent de s'emparer de la ville en 1793 mais échouent[28].

En 1802-1803, pour les transports, la ville bénéficie de se trouver sur le trajet des diligences reliant Valenciennes à Douai, et de là vers de nombreuses destinations[29].

Époque contemporaineModifier

Première Guerre mondialeModifier

La ville a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [30].

Seconde Guerre mondialeModifier

La ville est décorée une seconde fois de la Croix de guerre, celle de celle de 1939-1945 avec étoile d'argent le [31].

Trente glorieusesModifier

La commune a accueilli durant une quarantaine d'années une centrale thermique qui jusqu'en 2005 a annuellement brûlé jusqu'à 100 000 tonnes de charbon (russe et polonais depuis la fermeture du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais pour produire de l'électricité. La durée de vie devrait être prolongée de 25 ans, avec une moindre pollution de l'air, grâce à un passage au gaz (« centrale à cycle combiné », à rendement de plus de 62 %, ce qui devrait doubler sa puissance, la portant à 625 MW ; de quoi alimenter 680 000 équivalents habitants en électricité)[32].
Cette centrale a également accueilli dans les années 1970 le prototype de turbine à combustion (TG 9000B) construit à l'époque à Belfort en copropriété entre Alsthom et General Electric. Cette turbine développait une puissance de l'ordre de 100 MW, entrainait directement un alternateur à 3 000 tr/min et pouvait fonctionner au choix de l'exploitant au gazole, au fioul lourd ou au gaz naturel.

En 2011, la centrale a produit plus de 220 000 MWh, de quoi fournir en électricité 300 000 équivalents habitants, faisant de cette unité une des premières sources de CO2 de la région selon les inventaires de la DRIRE (maintenant intégrée dans la DREAL) ; cette centrale thermique était en 2010 le second plus gros émetteur d'oxydes d'azote (1 945 tonnes par an), second émetteur de particules (364 tonnes de poussières par an) et le 4e plus gros émetteur régional de CO2, avec 672 000 tonnes par an[32]. L'utilisation du gaz naturel pour la nouvelle turbine à combustion 9HA de General Electric en cycle combiné devrait diviser par deux les émissions de CO2 et faire tomber les émissions d'oxydes d'azote à 50 t/an, tout en divisant par 10 les émissions de CO (monoxyde de carbone, qui devrait passer de 300 à 30 t/an). La tour aéroréfrigérante de 125 mètres devrait être conservée[32].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifsModifier

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Bouchain[33]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électorauxModifier

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Denain

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la dix-neuvième circonscription du Nord.

IntercommunalitéModifier

Bouchain est un membre fondateur de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé initialement en 2001 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[34]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1802[28] après 1807[35] M. Dronsart   Propriétaire
Les données manquantes sont à compléter.
1920 mai 1929 Fernand Bourgeois   Négociant en vins
mai 1929   Henri Paul   Juge de paix
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 mars 1951 Georges Richard   Métallurgiste
Démissionnaire
mars 1951 mai 1953 Roger Devos   Enseignant
mai 1953 mars 1959 Octave Dru   Constructeur de péniches
mars 1959 mars 1971 Jules Guidez   Entrepreneur
mars 1971 juin 1987 Rodolphe Lempereur DVG Notaire retraité
juin 1987 juin 1995 Albert Leduc[36] DVD Percepteur
juin 1995 décembre 1995 Jean Dhollande PCF Receveur des postes
Conseiller général de Bouchain (1985 → 1995)
Décédé en fonction
décembre 1995 mars 2008 Michel Caron[37] PCF Enseignant retraité
mars 2008 [38] Jacques-Pierre Boltz DVD Logisticien
Réélu pour le mandat 2014-2020[39], mais élection annulée par le Conseil d’État
décembre 2014 En cours
(au 13 septembre 2022)
Ludovic Zientek PS Attaché parlementaire
Réélu pour le mandat 2020-2026[40],[41],[42]

JumelagesModifier

Bouchain est jumelée avec les villes d'Eitorf (ville de Rhénanie, Allemagne) et de Halesworth (Grande-Bretagne).

Équipements et services publicsModifier

EnseignementModifier

Bouchain relève de l'académie de Lille.

La ville dispose de deux écoles primaires : Groupe Scolaire Jean Zay, rue Roger Darthois - et l'école primaire Albert DOuay, à laquelle est juxtaposée l'école maternelle Albert Douay, rue Gustave Charpentier[43]

Un collège existe également à Bouchain, le "collège de l'Ostrevant"[43]

SantéModifier

Maison de retraite

Justice, sécurité, secours et défenseModifier

La commune relève du tribunal judiciaire de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[45].

En 2020, la commune comptait 3 937 habitants[Note 8], en diminution de 3,76 % par rapport à 2014 (Nord : +0,16 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 1281 1021 1981 1831 1481 4011 4631 5771 632
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 5011 5041 6071 6851 7631 8591 4051 5271 760
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 7162 2141 7322 0762 4342 4022 4212 8123 505
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
3 9164 8264 5434 3174 2824 1874 1743 9953 952
2020 - - - - - - - -
3 937--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,3 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 904 hommes pour 2 036 femmes, soit un taux de 51,68 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
2,3 
7,1 
75-89 ans
11,9 
18,1 
60-74 ans
20,4 
21,9 
45-59 ans
20,1 
18,0 
30-44 ans
16,5 
16,5 
15-29 ans
13,0 
17,9 
0-14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Sports et loisirsModifier

De nombreuses associations sportives existent à Bouchain : cyclotourisme (avec l'OCCB), musculation, l'équitation, judo (EJJB) et karaté, football, futsal, tennis, gymnastique (avec le Foyer Laïc d'Éducation Populaire ou FLEP), la danse (FLEP), etc.

ÉconomieModifier

  • Etablissements H. Dépret, fabrique de bonbons résineux à la sève de pin et au miel "L'air des Vosges" dite du père Dépret.
  • Centrale thermique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Les fortifications.
Elle se dresse en « ville haute » en plus d'être classé Monument Historique depuis 1981[50].
C'est sur la plate-forme de la tour d'Ostrevant qu'Hitler s'est fait expliquer le déroulement des combats de mai 1940, combats au cours desquels le 45 R.I. tint en échec l'armée allemande durant près d'une semaine, ralentissant ainsi l'avancée de l'ennemi se dirigeant alors vers Dunkerque.
  • Quelques vestiges des fortifications en bordure de l'Escaut : le bastion des Forges et une partie de sa courtine, vestiges de l'enceinte fortifiée (XVIe siècle)
  • Également des vestiges en "ville basse", notamment les deux étangs dits Grand-Large et Petit-Large, anciens fossés de la ville fortifiée, aujourd'hui lieux de rencontre des pêcheurs.
  • Le tordoir en ville basse, ancien moulin
  • Le musée d'Ostrevant, installé dans la tour du même nom. Musée d'histoire locale et des métiers anciens, il abrite diverses collections d'armes, de batellerie, mais aussi divers objets de la vie quotidienne du siècle dernier.
 
Hommage au 45e RI - combats de mai 1940.

Personnalités liées à la communeModifier

Nées à BouchainModifier

Mortes à BouchainModifier

Liées à BouchainModifier

HéraldiqueModifier

Bouchain
  Blason
Bien que le blasonnent traditionnel soit :
D'argent à une porte crénelée de gueules[52],
les écus portent une tour de gueules, plutôt qu'une porte crènelée. La tour est ronde, crénelée de cinq pièces, ajourée et maçonnée de sable et ouverte du champ sur une gravure des albums de Croÿ datant de 1609.
Elle est carrée, couverte et flanquée de quatre tours sur le sceau ad causas des échevins au Moyen Âge et sur l'écu utilisé par la commune[53].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias Blasonnement inconnu

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Philippe Petit, Histoire de Bouchain, Douai, Louis Dechristé, (lire en ligne), sur Gallica.
  • Gallia Christiana
  • Cameracum Christianum
  • Journal du siège de Bouchain (1711) sans date, lieu d'impression, ni nom d'imprimeur.
  • Notices Biographiques sur les personnes remarquables nées dans la ville de Bouchain (Nord) par Et. A. Leignel - Lille - Imprimerie Lefebvre-Ducrocq - 1905.
  • Histoire de la Ville de Bouchain par Et. A. Leignel - 1925.
  • Bouchain - le Château - La Tour d'Ostrevant - Les Fortifications par Jules Duvivier - Société d'Édition du Nord - Lille 1934
  • .. Combats sur l'Escaut - Bouchain Rœulx Mastaing par Émile Obled 1955 - Imprimerie de la Vieille Alasce Paris XIIIe
  • D'Alpaïde à Charlemagne sous les Maires du Palais par Jules Lempereur et Jacques Morayns - 1980 - Imprimerie Smets à Blégny (Belgique)
  • La bataille de l'Escaut et de la Sensée - 2002 - réédition complétée - par Émile Obled - Nord Patrimoine Édition

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Bouchain », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

Autres sourcesModifier

  1. [1]
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Bouchain et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Bouchain et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bouchain », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Page 397- Statistique archéologique du Département du Nord - seconde partie- 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library
  26. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  27. Que sais-je n°556, les invasions barbares, Pierre Riché, 3ème édition, 1958, p49
  28. a et b Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 73, lire en ligne.
  29. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 219, lire en ligne.
  30. Journal officiel du 13 janvier 1922, p. 646.
  31. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939-1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), (consulté le ), p. 34.
  32. a b et c Y. Boucher, Centrale EDF de Bouchain : mort annoncée d'un grand pollueur industriel, Voix du Nord, 2012-02-25
  33. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Tableau nominatif des mayeurs et maires de Bouchain
  35. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le )
  36. Un parc de la commune porte le nom de ce maire : « Un parc Albert-Leduc sur les ruines du chantier avorté de gendarmerie : Après l’inauguration, à Bouchain, de la nouvelle gendarmerie boulevard de la République, le 12 juin, le maire a bouclé la boucle en inaugurant vendredi le parc aménagé à la place des ruines du projet initial de caserne, derrière la rue Lalo. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Bouchain : L'ancien maire Michel Caron est décédé », L'Observateur du Valenciennois,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Michel Caron avait été élu au fauteuil de premier magistrat de la capitale de l'Ostrevant en décembre 1995 pour succéder à Jean-Dhollande, lui-même décédé après seulement six mois de mandat. Précédemment, il avait été adjoint et conseiller municipal durant de nombreuses années ».
  38. M- A. B, « Le premier tour des nouvelles élections se déroulera le 7 décembre », L'Observateur du Valenciennois, no 738,‎ , p. 17 « Suite à l’annulation des dernières élections municipales de Bouchain décidé par le Conseil d’État le 22 octobre dernier, la sous-préfecture a indiqué cette semaine que les nouvelles élections se dérouleront le dimanche 7 décembre, pour le premier tour, et le dimanche 14 décembre, en cas de second tour. ».
  39. Kévin Moreau, « La bataille des municipales n’est pas encore terminée à Bouchain. Les deux opposants Ludovic Zientek et Bernard Cartigny viennent de déposer deux recours contre le maire Jacques- Pierre Boltz. », L'Observateur du Valenciennois, no 708,‎ , p. 21.
  40. « Municipales: après un premier mandat à Bouchain, Ludovic Zientek en ferait bien un second : Élu maire de Bouchain en décembre 2014, après avoir été battu en mars et obtenu l’invalidation du scrutin, Ludovic Zientek est prêt à repartir pour un second mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Compte rendu du conseil municipal du 23 mai 2020 » [PDF], La mairie > Comptes rendus des Conseils, sur https://bouchain.fr (consulté le ).
  42. Yannick Lefrère, « Bouchain/Voeux 2022. 4 questions au maire, Ludovic Zientek », L'Observateur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. a et b « Écoles », Éducation/jeunesse, sur https://bouchain.fr (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bouchain (59092) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  49. Christian Corvisier, « La tour d'Ostrevant à Bouchain : un donjon de type anglo-normand au comté de Hainaut », in Bulletin Monumental, 1999-3, p. 261-282, (lire en ligne).
  50. « Patrimoine / Histoire | Ville de Bouchain », sur bouchain.fr (consulté le ).
  51. Cours d'Histoire nationale, par l'Abbé AJ Namèche, page 36
  52. Site de la mairie
  53. "Les Amis de Bouchain et de son Musée"