Amazones

femmes guerrières de la mythologie grecque

Dans la mythologie grecque, les Amazones (en grec ancien Ἀμαζόνες / Amazónes ou Ἀμαζονίδες / Amazonídes) sont un peuple de femmes guerrières que la tradition situe sur les rives de la mer Noire, certains historiens les plaçant plus précisément sur les bords du Pont-Euxin dans le nord de l'Asie Mineure actuelle, et d'autres dans l’extrême ouest de la Libye[1].

Amazone, fragment de mosaïque de pavement de Daphné (actuelle Turquie), 2e moitié du IVe siècle, Paris, musée du Louvre.

Les Amazones apparaissent pour la toute première fois dans l'Iliade en tant que personnages de fiction, probablement au VIIIe siècle av. J.-C., comme étant toujours et uniquement des femmes. Au-delà de l'aspect mythologique, des historiens suggèrent que les Amazones pourraient correspondre aux femmes guerrières des peuples scythes et sarmates[2].

Le terme « Amazones » en est venu à décrire tout groupe de femmes-guerrières, dont l'existence est souvent fantasmée.

Mythes antiques des AmazonesModifier

 
Combat entre les Grecs et les Amazones, sarcophage du Ier siècle av. J.-C., Paris, musée du Louvre.
 
Héraclès combattant les Amazones, détail d'une amphore attique à figures noires, vers 530-520 av. J.-C., Paris, musée du Louvre.
 
Pierre-Eugène-Émile Hébert, Amazone se préparant à la bataille, Washington, National Gallery of Art.

Selon l’Histoire des animaux d'Aristote, les Amazones habitent les rives du fleuve Thermodon[3], au nord de la Cappadoce, dans l'actuelle Turquie.

Selon l'historien Justin, la tradition inspirée de l’Éthiopide d'Arctinos de Milet prétendant que les Amazones coupaient leur sein droit ou le brûlaient[4] afin d'être de meilleures archères, n'est que le résultat d'une fausse étymologie, le mot « Amazone » provenant de a- (ἀ-) et mazos (μαζός), « sans sein »[5]. Or les anciens témoignages artistiques ne montrent aucun indice en ce sens[6] : les Amazones sont toujours dépeintes avec leurs deux seins, celui de droite étant régulièrement recouvert[6].

L'historienne des sciences Adrienne Mayor suggère également que le mythe trouve son origine dans une fausse étymologie[6],[7]. Cette même historienne nous indique que les arcs utilisés par les archers nomades des steppes étaient courbés. Grâce à de nombreux vases grecs peints nous avons pu voir que les Amazones tenaient également des arcs courbés qu'elles tenaient loin de leurs poitrine car tirer à l’arc à cheval nécessite une technique instinctive dite d’ « ancrage flottante » : la main qui tend la corde n'est pas ancrée à un point fixe du visage ou du corps, ce qui fait que la corde ne fait qu'effleurer le corps mais ne le touche pas. Si nous reprenons ce principe expliqué par Adrienne Mayor on peut donc constater que les femmes qui tirent à l’arc ne sont en aucun cas gênées par leurs seins. Selon Jacques Boulogne, professeur d'université en langue et littérature grecques, l'apparition de ce mythe dans la tradition littéraire du Ve siècle av. J.-C. s'explique aussi par la physiologie hippocratique, qui veut qu'une atrophie artificielle pratiquée localement avant la croissance d'un enfant peut provoquer, par dérivation de la nutrition, une hypertrophie des parties corporelles voisines[8].

Les attributs des Amazones sont le πέλτη / péltê, un bouclier léger en forme de demi-lune, la lance, l’arc et les flèches, propres aux cavaliers des steppes, le cheval et la hache — σάγαρις / ságaris d'abord, puis la double hache, à partir de l'époque hellénistique, par exemple selon Quintus de Smyrne[9]. Le signal avant la bataille est donné par le sistre (sorte de grelot) généralement de bronze.

Selon les récits, de nombreux héros grecs — Bellérophon, Achille, Héraclès, Thésée ou encore Priam — ont eu affaire à elles, et bien souvent, chacun eut sa reine à aimer et, finalement, à tuer. Bellérophon, après avoir tué la Chimère, affronte et vainc les Amazones. Priam, le vieux roi troyen, aurait lui-même repoussé une invasion d'amazones[10]. Achille affronte Penthésilée venue secourir les Troyens, s'en éprend et la tue dans le même temps[11]. On retrouve ce thème également chez Hellanicos[12],[13], le pseudo-Apollodore[14], et chez le poète Virgile[15].

Pour son neuvième travail, Héraclès doit s'emparer de la ceinture d'Hippolyte et finira par massacrer celle-ci, ainsi que ses compagnes.

Selon une tradition que Plutarque attribue à l'atthidographe Philochore, Thésée, après avoir mené à bien le synœcisme d'Athènes, s'est joint à l'expédition d'Héraclès. Il reçoit Antiope comme part du butin, ou selon une autre tradition que Plutarque rapporte notamment à Hellanicos, Thésée part seul et capture lui-même Antiope. Les Amazones répliquent en envahissant l'Attique — après avoir passé le Bosphore pris par les glaces, selon Hellanicos. Le combat devant Athènes se déroule au mois de Boédromion, d'où résulte la fête des Boédromies. Thésée a un fils d'Antiope[16], Hippolyte[17].

Ce mythe fixé à Athènes au Ve siècle av. J.-C., qui fait des Amazones de simples femmes domestiquées (Thésée rétablit la « juste » frontière des sexes, les Amazones étant renvoyées dans leur rôle domestique), ne doit pas faire oublier qu'il existe d'autres versions du mythe des Amazones : figures héroïques positives dans l’Iliade, où elles sont mentionnées sous le terme d’Antianeirai, ou encore fondatrices ou protectrices de cités, dans lesquelles on leur rend des cultes funéraires[18].

Les Amazones voient leur continuité au féminin, puisque la légende dit qu’elles tuent les enfants mâles et n’élèvent que les filles, ce qui peut paraître difficile pour assurer leur perpétuation, mais il serait possible qu'après le sevrage, les garçons aient été confiés aux hommes avec lesquels elles ont enfanté. Cela supposerait plutôt un type de société matriarcale, ce dont les Grecs avaient horreur. Ce pourrait être la raison pour laquelle ils blâment tant cette population. La légende rapporte également que les Amazones ne gardent auprès d’elles que des hommes mutilés, estropiés, prétendant que cela augmenterait la domination de leur sexe, l’infirmité empêchant les hommes d'être violents et d’abuser du pouvoir. On dit à ce propos que la reine Antianeira aurait répondu à une délégation d’hommes scythes qui s’étaient proposés comme amants exempts de défauts physiques que « l’estropié est un meilleur amant ».

Selon les Histoires incroyables de Palaiphatos de Samos, les Amazones n'étaient pas des femmes guerrières, mais des hommes aux chitons longs jusqu'aux pieds, comme les femmes de Thrace, ce qui explique pourquoi ils passaient pour des femmes aux yeux de leurs ennemis ; race experte au combat, les Amazones en tant qu'armée de femmes n'a jamais existé. D'ailleurs, selon Palaiphatos, même à son époque, l'on n'en voyait pas non plus.

Légende sur Alexandre le Grand et les AmazonesModifier

Une tradition située à la frontière de l’histoire et du mythe attribue à Alexandre le Grand une rencontre avec la reine des Amazones, Thalestris (ou Myrina). Cette tradition issue de la Vulgate d'Alexandre (Diodore, Quinte-Curce, Justin[19]) provient de Clitarque et d’Onésicrite, contemporains des conquêtes de l’Asie dont les récits délivrent une part de fables et de merveilleux. Un historien de la conquête, non identifié[20], juge qu’Alexandre se doit de rencontrer les Amazones car Héraclès et Achille, son ancêtre mythique, les ont combattues.

Diodore écrit que la reine des Amazones désire un enfant d’Alexandre : « Par ses exploits, il était en effet le plus brave de tous les hommes tandis qu’elle l’emportait sur le reste des femmes par sa force et sa bravoure. Celui qui naîtrait de parents excellents surpasserait donc le reste de l’humanité »[21]. Quinte-Curce ajoute que « treize jours furent consacrés à satisfaire la passion de la reine »[22].

Cette rencontre avec la reine des Amazones est considérée comme une fiction par Plutarque et Arrien[23],[24]. Ces deux historiens antiques, soucieux d’authenticité, suivent l’avis de Ptolémée, d’Aristobule et de Douris qui déjà contestent la réalité de cette rencontre. Pour autant, Arrien et Plutarque en recherchent le fondement historique :

Suivant l’avis d'Hérodote, qui déjà considère les Amazones comme étant des femmes guerrières scythes ou sarmates, thèse que reprend Platon dans Les Lois[27],[28], Arrien et Plutarque tentent d'apporter une caution historique à une rencontre légendaire.

La question de la réalité historique des AmazonesModifier

Hérodote fournit dans une digression[29] une version historicisée de la légende des Amazones. À la suite de violents combats avec les Égyptiens vers -2000, des tribus scythes occupent la Cappadoce. Des guerriers scythes sont exterminés dans une embuscade et les femmes restées seules prennent les armes. Hérodote croit à tort que le nom « amazone » signifie « privée de mamelle », les Grecs pensant que c'est dans le but de tirer plus facilement à l’arc en plaquant la corde contre leur thorax. En langue caucasienne, ce nom signifierait par contre « ceux qui ne mangent pas de pain » (ce qui reporte aux sociétés nomades et donc non agricoles) ou « ceux qui vivent ensemble » ou pourrait faire allusion à une éventuelle « ceinture magique » portée par les Amazones. Le géographe grec Strabon doutait cependant de leur existence[30].

L'étymologie populaire admise pendant l'Antiquité décompose le mot en un ἀ- / a-, « privatif », et μαζός / mazós, « sein » en ionien : « celles qui n'ont pas de sein ». En effet, la légende dit qu'elles avaient coutume de se couper le sein droit afin de pouvoir tirer à l'arc à flèche[31]. Le terme pourrait venir plutôt du nom d'une tribu iranienne, *ha-mazan, « les guerriers »[32], ou encore du persan ha mashyai, « les Peuplades [des steppes] »[33].

Le cheval est inséparable des populations des steppes, dont font partie Scythes et Sauromates - proto-Sarmates - renommés dans l’Antiquité comme éleveurs de chevaux et excellents archers. On peut supposer, à la suite d'Hérodote, que les Amazones sont les épouses des Scythes, et, fait inconcevable pour un Grec, ont le droit de chevaucher et de guerroyer. De là est né le mythe de farouches guerrières, élevées comme telles. Il a cependant historiquement existé des guerrières, notamment des femmes grecques sollicitées lorsque la patrie est en danger[18].

En 2012, les fouilles archéologiques, conduites par l’archéologue Jeannine Davis-Kimball[réf. nécessaire] à la frontière entre la Russie et le Kazakhstan, ont permis de mettre au jour des tombes de femmes guerrières, enterrées avec leurs armes entre 600 et 200 av. J.-C., probablement cavalières comme le révèle l'analyse ostéologique[18]. L'une des tombes était richement garnie de nombreux objets et bijoux féminins et également de 100 pointes de flèches. Une enquête approfondie menée dans la même région a démontré l'existence d'une tradition vivace de la femme archer et cavalière émérite, leur arc étant de forme très caractéristique exactement identique à celui qui est représenté sur les céramiques antiques.

Leurs relations avec les hommesModifier

L'un des problèmes de réalité historique du mythe antique des Amazones le plus soulevé concerne leurs usages et coutumes en matière de relation et de sexualité. Selon l’Histoire des animaux d'Aristote, les Amazones tueraient leurs enfants mâles ou les rendraient aveugles ou boiteux, pour ensuite les utiliser comme serviteurs ou pour assurer leur descendance. Elles s'uniraient une fois par an avec les hommes des peuplades voisines, dont elles choisissaient les plus beaux. D'après les Grecs, les Amazones seraient des femmes hostiles aux hommes, leur comportement sexuel serait décrit comme une pure sauvagerie car leurs rapports seraient sans limite et hors mariage. Selon certains historiens antiques, les guerrières d'Eurasie jouissaient d'une sexualité libre et conséquente, avec des hommes des villages voisins de leurs choix avec lesquels elles ont rendez-vous[réf. nécessaire].

Selon Strabon, les Amazones seraient un peuple nomade vivant avec les Gargaréens en Colchide[34]. Le nom Gargaréens proviendrait de l'ancien géorgien gargar qui signifie « abricot ». Ces deux communautés auraient été chassées de Thémyscira, les plaines de la région du Thermodon, pour ensuite vivre en Caucase du Nord. Une fois installés, les Gargaréens auraient décidé de rompre avec les Amazones et une guerre se serait installée. Lorsque les hostilités ont passées, les Gargaréens et les Amazones auraient décidé de vivre séparément, en voisin, avec pour séparation une montagne. Ils font un contrat attestant qu'ils se retrouveraient seulement deux mois dans l'année au printemps, dans l'obscurité pour engendrer des descendants. Si on se réfère à cette description, chacun des deux peuples monte la montagne pour se retrouver à son sommet dans l'obscurité. Un sacrifice serait donné et les Gargaréens et les Amazones s'accoupleraient dans l'obscurité sans avoir le choix du partenaire puis, une fois l'acte achevé, les Gargaréens congédieraient les guerrières. Au moment des naissances, si l'enfant se révèle être une fille, elle peut rester avec sa mère mais si ce dernier est un garçon alors il est amené aux Gargaréens qui, par doute, le reconnaissent comme leur propre enfant. Le récit de Strabon fait partie des problèmes de réalité historique puisqu'il parle toujours du « mythe des Amazones » tout en fondant son écrit sur les récits historiques de Métrodore, Hypsicrate et Théophane qui habitent le Pont et dont les écrits ont été perdues[réf. nécessaire].

Selon Adrienne Mayor, les Amazones ainsi que les femmes scythes auraient un comportement similaire aux hommes libres grecs[35]. Les Amazones auraient donc eu les mêmes coutumes relationnelles que les femmes nomades des steppes. Selon Xénophon, la tribu des Mossynèces du Pont auraient des relations sexuelles en public sans choix de partenaire. Selon Hérodote, les membres d'une tribu sarmate, les Agathyrses, ont des rapports également libres[réf. souhaitée]. Le récit de Strabon, même s'il est imaginaire, est écrit dans le contexte de vie caucasien et peut nous amener à penser que, dans le cas des Amazones et des Gargaréens, il y aurait une union qu'on pourrait apparenter à c'ac'loba[36], qui est une pratique anti-mariage géorgienne, mais qui dans ce cas, est une pratique réalisée afin d'avoir une progéniture.

Représentations artistiques et littérairesModifier

Dans l'Antiquité gréco-romaineModifier

 
Amazonomachie, musée archéologique de Nicopolis d'Épire.

Le thème de l'Amazone apparaît couramment dans l'art grec. Elles sont représentées portant des tuniques courtes, à l'instar d'Artémis, ou encore avec des pantalons bouffants asiatiques. Souvent, le sein gauche, une épaule ou un pied est dénudé, ce qui pouvait justifier la frénésie de la bataille. En revanche, on ne trouve aucune occurrence de sein coupé. Les jeunes femmes athlètes sont souvent représentées en Amazones. Aucune amazone n'a été représentée nue durant les époques archaïque et classique. Cependant dans l'art hellénistique, certaines Amazones ont été représentées dénudées.

L'amazonomachie, ou combat des Grecs contre les Amazones, est également un thème populaire : il figure sur l'avers du bouclier d'Athéna Parthénos ou sur le trône de Zeus à Olympie, ou bien encore le sarcophage des Amazones réalisé probablement au IVe siècle av. J.-C. à Tarquinia[37]. Il est souvent représenté symétriquement avec le combat des Lapithes contre les centaures, comme c'est le cas sur les métopes du Parthénon.

En particulier, le combat d'Héraclès contre les Amazones est l'un des thèmes les plus populaires de la peinture sur vases attique à figures noires : on le retrouve sur près de 400 vases[38]. Dans la sculpture monumentale, il est représenté dans les métopes du trésor des Athéniens à Delphes, du temple E de Sélinonte, du temple de Zeus à Olympie et de l'Héphaïstion d'Ahènes, ainsi que sur la frise du temple d'Apollon à Bassae. C'est en fait un combat singulier qui est dépeint : Héraclès revêtu de sa peau de lion affronte une Amazone portant la plupart du temps une armure d'hoplite, plus rarement vêtue comme un archer scythe ou comme un guerrier perse[38]. Le combat de Thésée est également fréquent, mais celui de Bellérophon n'est pas représenté dans l'art grec[39].

Représentations artistiques modernesModifier

LittératureModifier

Au XVIIe siècle, la reine des Amazones Hippolyte apparaît dans la comédie de Shakespeare Le Songe d'une nuit d'été, écrite en 1594-1595, et dans la comédie Les Deux Nobles Cousins qu'il co-écrit avec John Fletcher en 1634.

Au XVIIIe siècle, plusieurs pièces de théâtre mettent en scène des Amazones. En 1699, Antoine Houdar de La Motte compose Marthésie, première reine des Amazones qui met en scène le personnage de Marpésia. En 1718, Lesage et d'Orneval composent une pièce comique intitulée L’Île des amazones dans laquelle deux valets, Arlequin et Pierrot, sont capturés par les Amazones qui leur font épouser à chacun une femme pour une durée de trois mois, après quoi ils devront être chassés[40]. En 1749, Anne-Marie du Boccage compose et crée Les Amazones, une tragédie en cinq actes et en alexandrins relatant les intrigues politiques et amoureuses à Thémiscyre après une bataille au cours de laquelle les Amazones ont fait prisonnier le héros grec Thésée[40].

En 1876, Heinrich von Kleist compose le drame Penthésilée qui met en scène la reine des Amazones et son amour impossible pour le héros grec Achille.

AlchimieModifier

À partir de l'époque byzantine, et surtout à la Renaissance, la mythologie antique va être interprétée comme une image des procédés alchimiques ce qui « dotait l'alchimie d'une imagerie nouvelle et quasi inépuisable, [et] lui apportait en outre aux yeux de bien des doctes la précieuse caution des Anciens : grâce à la notion de "théologie poétique", il devenait soudain possible d'argumenter contre le fréquent reproche selon lequel l'Antiquité classique n'avait pas connu l'Alchimie. »[41]. Ce courant, allant du chroniqueur Jean d'Antioche (VIIe siècle) à Dom Pernety (XVIIIe siècle) en passant par Petrus Bonus (XIVe siècle), s’est avant tout développé dans les écrits d’auteurs comme Robert Duval, Michael Maier ou Pierre-Jean Fabre[42],[43].

Le mythe des Amazones a ainsi fait l’objet de réinterprétations alchimiques. L’alchimiste Michael Maier interprète le neuvième travail d’Héraclès, dans lequel le héros doit rapporter à son cousin Eurysthée la ceinture d’Hippolyte, la reine des Amazones :

« L’artisan [c’est-à-dire l’alchimiste] Hercule doit les affronter, et il doit retirer le très précieux ceinturon de leur reine, qui consiste en diamant et escarboucle, les plus chères et les plus rares médecines de ce monde, dirais-je, blanche et rouge, mille fois plus précieuses que l’or ![44],[45] »

Vingt ans plus tard, Pierre Jean-Fabre consacre un chapitre entier de son Hercules piochymicus aux Amazones, et réinterprète intégralement le mythe : il voit en les Amazones les « sels chimiques qui se trouvent cachés au centre de toute chose[46]. »

Bande dessinéeModifier

La super-héroïne des comics américains Wonder Woman est présentée comme étant à l'origine une Amazone[6].

En 1983, les Amazones apparaissent dans le récit du même nom de Pierre Seron, qui fait partie de la série Les Centaures.

CinémaModifier

Dans les films qui s'inspirent de la légende, comme les péplums italiens, les amazones sont montrées avec deux seins dénudés. Un lasso doré est l'arme par excellence de l'héroïne amazone moderne de bandes dessinées Wonder Woman qui a les deux seins couverts[6].

TélévisionModifier

Dans la série animée franco-japonaise Les Mystérieuses Cités d'or (1982-83), un peuple d'Amazones d'Amérique apparaît dans les épisodes 21 (Les Amazones) et 22 (Le Miroir de la Lune).

La série télévisée d'aventure américaine et néo-zélandaise Xena, la guerrière (diffusée de 1995 à 2001) met en scène le personnage de Gabrielle, compagne de Xena. Gabrielle est grecque mais elle est adoptée par la tribu des Amazones à la suite de ses premiers exploits.

Réutilisations du nom des Amazones après l'AntiquitéModifier

Les Amazones d'AmazonieModifier

 
Comment les Amazones traitent ceux qu'elles prennent en guerre (1557), bois gravé.

Au XVIe siècle, les premières explorations espagnoles de la région équatoriale d'Amérique du Sud, qui ont à leur tête l'explorateur François d'Orellana croient découvrir des peuplades similaires sur les bords du Maragnon qu'ils appellent alors le « fleuve des Amazones », « Amazone ». Ils y rencontrent en effet des femmes qui combattent aussi farouchement que les hommes. Les Amazones d'Amazonie sont parfois représentées avec la peau blanche.

Selon Pierre Samuel[47], les Amazones qui ont rencontré l'explorateur espagnol Orellana en 1542, qui vivaient sur le bord du fleuve brésilien, seraient des guerrières robustes vivant dans 70 riches villages. Elles feraient payer un tribut aux villages voisins et feraient prisonnier des hommes afin de pouvoir procréer. Si l'enfant était un garçon alors il retournait avec son père et si cet enfant était une fille, elle restait avec sa mère.

En 1557, au retour d’un voyage au Brésil (dans ce qui sera la baie de Rio de Janeiro), André Thevet reprend dans son ouvrage Singularités de la France antarctique, le thème des femmes guerrières trouvées par les Espagnols sur le fleuve Amazone. Il accompagne sa description de deux gravures effrayantes qui connaîtront un grand succès. Il nous dit « Elles font guerre ordinairement contre quelques autres nations, et traitent fort inhumainement ceux qu’elles peuvent prendre en guerre. Pour les faire mourir, elles les pendent par une jambe à quelque haute branche d’un arbre ; pour l’avoir ainsi laissé quelque espace de temps, quand elles y retournent, si le cas forcé n’est trépassé, elles tireront dix milles coups de flèches ; et ne le mangent comme les autres sauvages, ainsi le passent par le feu, tant qu’il est réduit en cendre » (Singularités p 243[48]). André Thevet d'abord se réjouit qu'aux trois sortes d'Amazones décrites dans l'Antiquité, celles de Scythie, d'Asie, et de Libye, viennent s'ajouter les Amazones d'Amérique. Ainsi chaque continent a ses Amazones. Plus tard, dans la Cosmographie universelle, Thevet se dira « bien marry que je sois tombé en la faute de l’avoir creu ».

Amazones et femmes-guerrières en AfriqueModifier

 
Frederick Forbes, Amazone du Dahomey (1851).

Il existe d'autres traditions de femmes-guerrières en dehors des peuples des steppes d'Asie centrale. Au Dahomey, Tasi Hangbè (ou Nan Hangbe), sœur jumelle d'Akaba, règne sur le Dahomey de 1708 à 1711 après la mort soudaine d'Akaba en 1708. C'est lors d'une campagne contre les voisins Ouéménou du royaume qu'elle prit la tête de l'armée, travestie — pour galvaniser ses troupes — à l'image de son frère jumeau défunt Akaba. Elle est la créatrice du corps des amazones du Dahomey. Elle a été largement effacée de l'histoire officielle du Dahomey, sous le roi Agadja son successeur, dont les partisans obligèrent la reine à démissionner.

Plus tard, le souverain Ghézo (1818-1858) créa des compagnies féminines de cavalerie et d'infanterie qui seront baptisées les « Amazones vierges du Dahomey » et combattront d'abord dans les nombreuses guerres de sécession ayant opposé le Dahomey aux Yoroubas. Par la suite le roi Béhanzin les utilisa contre les troupes coloniales françaises.

Au Sénégal, le royaume du Cayor envoyait ses « Linguères » qui étaient des sœurs et cousines des souverains dans ses différentes batailles contre les Maures trarzas. L'Empire zoulou avait auparavant constitué des régiments de jeunes filles combattantes ou chargées de la logistique[49].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Leonhard Schmitz, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, Little, Brown and Company, , p. 137–138
  2. « Variantes sur la localisation des Amazones », Musagora,
  3. Pellegrin 2014, p. 1284
  4. (la) Justin, Historiae Phillippicae ex Trogo Pompeio, vol. Liber II, p. 4
  5. Virgines (...) armis, equis, venationibus exercebant, inustis infantum dexterioribus mammis, ne sagittarum iactus impediantur; unde dictae Amazones.
    Elles formaient les vierges aux maniements des armes, à l'équitation et à la chasse ; elles brûlaient le sein droit des enfants, ainsi elles n'auraient aucune difficulté à tirer de l'arc ; c'est pour cette raison qu'elles ont été appelées Amazones.
  6. a b c d et e (en) Natalie Haynes, « The Amazons: Lives & Legends of Warrior Women Across the Ancient World by Adrienne Mayor, book review », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2015)
  7. (en) « Adrienne Mayor, Start the Week, Radio Four », bbc.co.uk,‎ (lire en ligne)
  8. Jacques Boulogne, « La mutilation mammaire des Amazones : un mythe de la médecine grecque ? », Pallas, no 78,‎ , p. 59-65.
  9. Quintus de Smyrne, Suite d'Homère, I, 159.
  10. Iliade, III, 188-189.
  11. Épisode relaté par exemple dans La Suite d'Homère (I, 1-722)
  12. fr. 149 Jacoby
  13. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 46)
  14. Épitome, V, 1
  15. Énéide, I, 491.
  16. également appelée Hippolyte par certains auteurs
  17. Le récit figure dans la Vie de Thésée, 27-28.
  18. a b et c Violaine Sebillotte Cuchet, « Les Amazones ont-elles existé ? », L'Histoire, no 374,‎ , p. 70.
  19. Diodore, XVII, 77, 1-3 ; Quinte-Curce, Histoire d’Alexandre, 6, 5, 24-34 ; Justin, XII, 3. La Vulgate désigne par opposition aux récits d’Arrien et de Plutarque une vision panégyrique et merveilleuse du règne d’Alexandre.
  20. Il s'agit peut-être d'Onésicrite.
  21. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XVII, 77, 3 ; extrait de la traduction de Paul Goukowsky, Belles Lettres, 1976.
  22. Quinte-Curce, L'Histoire d'Alexandre le Grand [lire en ligne] VI, 5, 32.
  23. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], Alexandre, 46, 1
  24. Arrien, Anabase [lire en ligne] (VII, 13, 2)
  25. IV, 15, 1-6
  26. VIII, 1, 7-9
  27. Brisson 2008, p. 854 (note1)-855
  28. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 110-117.
  29. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne]IV, 110-117
  30. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], Livre XI, 5, « Le Caucase ».
  31. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999 (édition mise à jour), 1447 p. (ISBN 978-2-25203-277-0), q.v., p. 69a.
  32. O. Lagercrantz, Xenia Lideniana, Stockholm, 1912, p. 270 et suiv.
  33. Dans la Bible, les « femmes des nomades » sont appelées Ma Gog, dans le Coran Mâ jûj. Au sujet de l'étymologie voir Paul Faure, Alexandre, Fayard, 1985, p. 531.
  34. Strabon, Géographie, XI, 5.
  35. Adrienne Mayor, Les Amazones, Quand les femmes étaient les égales des hommes, VIIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle, Paris, , 559 p. (ISBN 978-2-7071-9466-4), p 160- 168.
  36. Thelamon, F., « Amazones et Gargaréens : la disjonction des masculins et des féminins au Caucase », Article de revue,‎ , p. 319-338 (lire en ligne)
  37. Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p. 147-148.
  38. a et b Thomas H. Carpenter, Les Mythes dans l'art grec, Thames & Hudson, Paris, 1998, p. 126.
  39. Thomas H. Carpenter, Les Mythes dans l'art grec, Thames & Hudson, Paris, 1998, p. 127.
  40. a et b Richardot (2007).
  41. Didier Kahn, Alchimie et Paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Droz 2007, « L'exégèse alchimique de la mythologie », p. 66-68
  42. Robert Halleux, Les textes alchimiques, Turnhout, Brepols, coll. « Typologie des sources du Moyen Âge occidental » (no 32), (ISBN 978-2-503-36032-4), p. 144
  43. Sylvain Matton, « L’interprétation alchimique de la mythologie », Dix-huitième siècle, no 27,‎ , p. 73-87 (lire en ligne).
  44. (la) Michael Maier, Arcana arcanissima, s.l., s.e., (lire en ligne), p. 232 - Michael Maier (trad. Stéphane Feye), Les arcanes très secrets, Grez-Doiceau, Beya, (ISBN 2-9600364-5-X et 978-2-9600364-5-9), p. 331
  45. (en) James Brown Craven, Count Michael Maier, Doctor of Philosophy and of Medicine, Alchemist, Rosicrucian, Mystic, 1568-1622 : Life and Writings, Kirkwall [Orkney], W. Peace & Son, (lire en ligne), p. 26, 47.
  46. (la) Pierre-Jean Fabre, Hercules piochymicus, Toulouse, Pierre Bosc, (lire en ligne), p. 144.
  47. Samuel P., « Les amazones : mythes, réalités, images », Article de revue,‎ , p. 10-17 (lire en ligne)
  48. édition établie par Frank Lestringant, Le Brésil d’André Thevet. Les singularités de la France antarctique (1557), Éditions Chandeigne,
  49. Tidiane N'Diaye, Le Génocide voilé - enquête historique, Gallimard, coll. « Continents noirs » (ISBN 978-2070119585, présentation en ligne), p. 103 :

    « Une enquête historique sérieuse sur la traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman. »

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources antiquesModifier

BibliographieModifier

  • Luc Brisson (dir.) et Daniel Loayza, Ménexène : Platon, Œuvres complètes, Éditions Flammarion, (1re éd. 2006), 2204 p. (ISBN 978-2081218109)  
  • Luc Brisson (dir.) et Jean-François Pradeau (trad. Jean-François Pradeau), Les Lois : Platon, Œuvres complètes, Éditions Flammarion, (1re éd. 2006), 2204 p. (ISBN 978-2081218109)  
  • Pierre Pellegrin (dir.), Aristote : Œuvres complètes, Éditions Flammarion, , 2923 p. (ISBN 978-2081273160)
  • G. Camps, « Amazones », Encyclopédie berbère,‎ , p. 568 (ISSN 1015-7344, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019)
  • A. Mayor, Les Amazones : quand les femmes étaient les égales des hommes, VIIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle, Paris, (ISBN 978-2-7071-9466-4, lire en ligne).
  • Y. Germain, Amazones et femmes de guerre dans l'Antiquité, Clermont-Ferrand, Paleo, coll. « Histoire - accès direct », (ISBN 978-2-84909-854-7)
  • P. Samuel, « Les amazones : mythes, réalités, images », Les cahiers du GRIF, vol. 14, no 1,‎ , p. 10–17 (DOI 10.3406/grif.1976.1113, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019)
  • V. Sebillotte-Cuchet, « Artémise : l'Amazone qui a existé », L'Histoire, vol. n°340, no 3,‎ , p. 26–27 (ISSN 0182-2411, lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019)
  • F. Thélamon, « Amazones et Gargaréens : la disjonction des masculins et des féminins au Caucase », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, vol. 491, no 1,‎ , p. 319–338 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019)
  • C. Tourre-Malen, « Des Amazones aux amazones. Équitation et statut féminin », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, nos 43-44,‎ (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.1181, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019)
  • Pierre Petit, De Amazonibus, Dissertatio, Paris, (réimpr. Leyde, 1712), in-12°
    L'auteur tente de démontrer, textes et vestiges à l'appui, l'existence des Amazones.
  • Anne Richardot, « Cythère redécouverte : la nouvelle géographie érotique des Lumières », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n°22, 2005, mis en ligne le 01 décembre 2007. DOI:10.4000/clio.1747 [lire en ligne]
  • Cécile Voisset-Veysseyre, Les Amazones font la guerre, l'Harmattan, Paris, 2009 (ISBN 978-2-296-10849-3).
  • Cécile Voisset-Veysseyre, Des Amazones et des femmes, l'Harmattan, Paris, 2010 (ISBN 978-2-296-10832-5).
  • (en) William Blake Tyrrell, Amazons, a study in Athenian mythmaking, Johns Hopkins University Press, 1984.
  • (en) Josine Henriëtte Blok, The Early Amazons : Modern and Ancient Perspectives on a Persistent Myth, Leyde, E. J. Brill, coll. « Religions in the Graeco-Roman World » (no 120), , XXI-473 p. (ISBN 90-04-10077-6, présentation en ligne).
  • (en) Dietrich von Bothmer, Amazons in Greek Art, Oxford, Clarendon Press / Oxford University Press, coll. « Oxford Monographs on Classical Archaeology », , XXVII-252 p. (présentation en ligne).
  • (en) Nurida Gadirova Ateshi, The Caucasian Amazons – the true history behind the myths [« Les Amazones du Caucase : la véritable histoire derrière les mythes »], Berlin, ADSN/GIB, (ISBN 978-3-9811675-2-8)
  • (en) Sarah B. Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives, and Slaves : Women in Classical Antiquity, Schocken, 1995 (ISBN 080521030X), p. 23–25.
  • (it) Vanna De Angelis, Ammazzoni, Piemme, 1998.

Sources radiophoniquesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier