Phrygiens

peuple indo-européen de l'Antiquité

Phrygiens
Image illustrative de l’article Phrygiens
Localisation des Phrygiens en Asie Mineure

Période Antiquité
Ethnie Thrace
Langue(s) Paléo-Balkanique
Religion Polythéisme, culte de Cybèle et de Sabazios
Villes principales Ancyre
Région d'origine Anatolie, Phrygie
Région actuelle Turquie

Les Phrygiens (grec : Φρύγες, Phruges ou Phryges) étaient un ancien peuple de langue indo-européenne, résidant initialement dans le sud des Balkans – selon Hérodote – sous le nom de Bryges (Briges), qu'il a changé en Phryges après leur migration définitive vers l'Anatolie, via l'Hellespont. Cependant, les origines balkaniques des Phrygiens sont débattues par les savants modernes[1].

La Phrygie a développé une culture sophistiquée de l'âge du bronze. Les origines de la musique grecque sont en partie liées à la musique phrygienne, transmise à travers les colonies grecques d'Anatolie, en particulier le mode phrygien, qui était considéré comme le style guerrier de la musique grecque antique. Selon le mythe, le phrygien Midas, le roi du « toucher d'or », a été instruit en musique par Orphée lui-même. Une autre invention musicale venue de Phrygie était l'aulos, un instrument à anche avec deux tuyaux. Dans l'iconographie grecque classique, Pâris, un prince Troie, est représenté comme non-grec par son bonnet phrygien, qui a également été porté par Mithra et a survécu dans l'imagerie moderne sous le nom de « bonnet de la liberté » des révolutionnaires américains et français.

Homme en costume phrygien, période hellénistique (3e1er siècle avant J.-C.), Chypre

HistoireModifier

La date conventionnelle de 1180 av. J.-C. est souvent utilisée pour la migration (traditionnellement de Thrace) des Bryges pré-phrygien ou Mushki, correspondant à la toute fin de l'empire hittite. Après de cette date, la Phrygie a conservé une identité culturelle distincte. À partir d'origines tribales et villageoises, l'état de Phrygie est né au VIIIe siècle av. J.-C. avec sa capitale à Gordion. Vers 690 av. J.-C., elle est envahie par les Cimmériens. La Phrygie fut brièvement conquise par sa voisine la Lydie, avant de passer successivement dans l'empire perse de Cyrus le Grand et plus tard dans l'empire d'Alexandre et de ses successeurs. Plus tard, elle a été prise par les Attalides de Pergame, et est finalement devenu une partie de l'Empire romain. La dernière mention de la langue phrygienne dans la littérature remonte au Ve siècle apr. J.-C. et elle était probablement éteinte au VIIe siècle[2].

 
Partie (environ 70%) d'une inscription phrygienne dans la « Cité de Midas ».

MigrationModifier

Après l'effondrement de l'empire hittite au début du XIIe siècle av. J.-C., le vide politique dans le centre-ouest de l'Anatolie est comblé par une vague de migrants indo-européens et de « peuples de la mer », dont les Phrygiens, qui établissent leur royaume avec leur capitale certainement à Gordion. On ignore actuellement si les Phrygiens ont été activement impliqués dans l'effondrement de la capitale hittite Hattusa ou s'ils se sont simplement déplacés dans le vide laissé par l'effondrement de l'hégémonie hittite. La soi-disant vaisselle à boutons faite à la main a été trouvée par des archéologues sur des sites de cette période en Anatolie occidentale. D'après les mythographes grecs[3], Midas avait été le roi des Phrygiens, qui s'appelaient à l'origine les Bryges (Brigi) et venaient de la partie occidentale de la Thrace archaïque ou de Macédoine. Midas a été lié au roi Mouchki Mita. Cependant, les origines des Mouchkis et leur lien avec les Phrygiens sont incertains. Certains érudits ont suggéré que Mita était un nom Luwien (il a été consigné en Asie Mineure au XVe siècle av. J.-C.).

Bien que la théorie de la migration soit encore défendue par de nombreux historiens modernes, la plupart des archéologues ont abandonné cette hypothèse concernant l'origine des Phrygiens en raison d'un manque de preuves archéologiques substantielles, cette théorie ne reposant que sur les récits d'Hérodote et de Xanthus[1],.

VIIIe et VIIe siècles av. J.-C.Modifier

Les sources assyriennes du VIIIe siècle av. J.-C. parlent d'un roi Mita des Mouchki, identifié au roi Midas de Phrygie. Une inscription assyrienne mentionne Mita comme alliée de Sargon d'Assyrie en 709 av. J.-C. Une poterie phrygienne distinctive appelée « vaisselle polie » apparaît au VIIIe siècle av. J.-C. Les Phrygiens fondèrent un puissant royaume qui dura jusqu'à l'ascendance lydienne (VIIe siècle av. J.-C.). Sous des rois nommés alternativement Gordias et Midas, le royaume phrygien indépendant des VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. a maintenu des contacts commerciaux étroits avec ses voisins à l'est et les Grecs à l'ouest. La Phrygie semble avoir pu coexister avec le pouvoir dominant dans l'est de l'Anatolie à l'époque.

 
Détail d'une reconstruction d'un édifice phrygien à Pararli, Turquie, VIe siècle av. J.-C. Musée des civilisations anatoliennes, Ankara : Un griffon, un sphinx et deux centaures sont présentés.

L'invasion de l'Anatolie à la fin du VIIIe siècle av. J.-C. au début du VIIe siècle av. J.-C.par les Cimmériens devait s'avérer fatale à la Phrygie indépendante. Selon la légende, la pression et les attaques cimmériennes ont abouti au suicide de son dernier roi, Midas. Gordion est tombé aux mains des Cimmériens en 696 av. J.-C. et a été mis à sac et brûlée, comme l'a rapporté beaucoup plus tard Hérodote.

Une série de fouilles a révélé Gordion comme l'un des sites archéologiques les plus notoires de Turquie. Elles confirment une destruction violente de Gordion vers 675 av. J.-C. Un tombeau de la période de Midas, communément identifié comme le « Tombeau de Midas », a révélé une structure en bois profondément enfouie sous un vaste tumulus, contenant des objets funéraires, un cercueil, des meubles et des offrandes alimentaires (Musée archéologique, Ankara). Le site de Gordion contient un programme de construction ultérieur considérable, peut-être dû à Alyattes, le roi lydien, au VIe siècle av. J.-C.

 
Tombe à 'Midas City', près d' Eskiixehir (VIe siècle avant JC)

Des royaumes phrygiens mineurs ont continué d'exister après la fin de l'empire phrygien, ce qui a permis à son art et sa culture ont continué à prospérer. Les Cimmériens sont restés en Anatolie mais ne semblent pas avoir créé leur propre royaume. Les Lydiens repoussèrent les Cimmériens dans les années 620 av. J.-C., et la Phrygie fut englobée dans un empire lydien de courte durée. La partie orientale de l'ancien empire phrygien tomba aux mains des Mèdes en 585 av. J.-C.

 
Costumes phrygien

Empire lydien de CrésusModifier

Sous le règne du roi Crésus (560-546 av. J.-C.) proverbialement riche, la Phrygie est restée une partie de l'empire lydien qui s'étendait à l'est jusqu'au fleuve Halys. Il peut y avoir un écho de conflit avec la Lydie et peut-être une référence voilée aux otages royaux, dans la légende du deux fois malchanceux Adraste, le fils du roi Gordias avec la reine Eurynome. Il tua accidentellement son frère et s'exila en Lydie, où le roi Crésus l'accueillit. Une fois de plus, Adraste a accidentellement tué le fils de Crésus puis s'est suicidé.

Phrygie perseModifier

Le lydien Crésus fut battu par Cyrus en 546 av. J.-C., et la Phrygie passa sous la domination perse. Après Darius est devenu empereur perse en 521 av. J.-C., il refit l'ancienne route commerciale dans la « Voie royale perse » et mis en place des réformes administratives dont la mise en place de satrapies (provinces). Au Ve siècle av. J.-C., la Phrygie a été séparée en deux provinces administratives, celle de la Phrygie hellespontique (ou Petite Phrygie), avec sa capitale provinciale établie à Dascylion, et la province de la Grande Phrygie.

CultureModifier

 
soldats phrygiens. Détail d'une reconstruction d'un édifice phrygien à Pararli, Turquie, VIIe et VIe siècles av. J.-C.

LangueModifier

Les Phrygiens parlaient la langue phrygienne, membre de la famille linguistique indo-européenne. Le consensus moderne considère le Grec comme son plus proche parent[4],[5],[6],[7].

La langue phrygienne fait partie de la famille linguistique indo-européenne et sa position exacte au sein de celle-ci a été débattue en raison de la nature fragmentaire de ses preuves. Bien que d'après ce qui est disponible, il est évident que le phrygien partage des points communs importants avec le grec et l'arménien. Le phrygien fait partie du groupe Isoglosse centum-satem des langues indo-européennes. Cependant, entre le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, le phrygien était principalement considéré comme une langue satəm, et donc plus proche de l'arménien et du thrace, alors qu'aujourd'hui il est communément considéré comme une langue centum et donc plus proche du grec[8]. La raison pour laquelle dans le passé le phrygien avait l'apparence d'une langue satəm était due à deux processus secondaires qui l'affectaient. À savoir, le phrygien a fusionné l'ancien labiovélaire avec le vélaire ordinaire, et deuxièmement, au contact des voyelles palatales /e/ et /i/, surtout en position initiale, certaines consonnes sont devenues palatalisées. De plus, Kortlandt (1988) a montré des changements sonores communs du thrace et de l'arménien et leur séparation du phrygien avec le reste des langues paléo-balkaniques dès un stade précoce[6],[9].

Le consensus moderne considère le grec comme le parent le plus proche du phrygien, une position qui est soutenue par Brixhe, Neumann, Matzinger, Woodhouse, Ligorio, Lubotsky et Obrador-Cursach. De plus, 34 des 36 isoglosses phrygiennes enregistrées sont partagées avec le grec, 22 étant exclusives entre elles. Les 50 dernières années de recherche sur le Phrygien ont développé une hypothèse qui propose un stade proto gréco-phrygien à partir duquel le grec et le phrygien sont issus et si le phrygien était plus suffisamment attesté, on pourrait peut-être reconstituer cette étape[6],[7],[10],[11],[12].

ArchéologieModifier

Sur la base d'un dossier archéologique extrêmement léger, certains chercheurs tels que Nicholas Hammond et Eugene N. Borza ont suggéré que les Phrygiens étaient des membres de la culture lusacienne qui a migré dans le sud des Balkans à la fin de l'âge du bronze[13],[14]. Cependant, le manque de céramique occidentale (européenne) et la continuation des styles de poterie de l'effondrement de l'âge du bronze en Asie Mineure centrale, ont conduit certains archéologues à rejeter une origine balkanique ou européenne pour les Phrygiens[1],.

 
La déesse phrygienne Cybèle avec ses attributs

ReligionModifier

C'était la « Grande Mère », Cybèle, comme la connaissaient les Grecs et les Romains, qui était à l'origine vénérée dans les montagnes de Phrygie, où elle était connue sous le nom de « Mère de la Montagne ». Dans sa forme phrygienne typique, elle porte une longue robe ceinturée, un polos (une haute coiffe cylindrique) et un voile couvrant tout le corps. La version ultérieure de Cybèle a été établie par un élève de Phidias, le sculpteur Agoracritos, et est devenue l'image la plus largement adoptée par les fidèles de Cybèle, tant dans le monde égéen qu'à Rome. On la voit humanisée, mais toujours sur le trône, une main posée sur un lion et l'autre tenant le tympan, un tambour à cadre circulaire, semblable à un tambourin.

Les Phrygiens vénéraient également Sabazios, le ciel et le dieu-père représenté à cheval. Bien que les Grecs associent Sabazios à Zeus, des représentations de lui, même à l'époque romaine, le montrent comme un dieu cavalier. Ses rapports avec la déesse mère indigène, dont la créature était le taureau lunaire, peuvent être vus dans la manière dont le cheval de Sabazios place un sabot sur la tête d'un taureau, dans une sculpture romaine du musée des beaux-arts de Boston.

Récits mythologiquesModifier

Le nom du premier roi mythique connu était Nannacus (alias Annacus)[15]. Ce roi résidait à Iconium, la ville la plus orientale du royaume de Phrygie à cette époque, et après sa mort, à l'âge de 300 ans, une grande inondation submergea le pays, comme l'avait prédit un ancien oracle. Le roi suivant mentionné dans les sources classiques existantes s'appelait Manis ou Masdes. Selon Plutarque, à cause de ses splendides exploits, les grandes choses étaient appelées « maniaques » en Phrygie[16]. Par la suite, le royaume de Phrygie semble avoir été fragmenté entre différents rois. L'un des rois était Tantale qui régnait sur la région nord-ouest de la Phrygie autour du mont Sipylos. Tantale fut puni éternellement dans le Tartare, car il aurait tué son fils Pélops et l'aurait offert en sacrifice aux Olympiens ; une référence à la suppression du sacrifice humain. Tantale a également été accusé injustement d'avoir volé les loteries qu'il avait inventées. À l'âge mythique d'avant la guerre de Troie, pendant une période d'interrègne, Gordias, un fermier phrygien, devint roi, accomplissant une prophétie oraculaire. Les Phrygiens sans roi s'étaient tournés vers l'oracle de Sabazios (« Zeus » pour les Grecs) à Telmessos, dans la partie de la Phrygie qui devint plus tard une partie de la Galatie. L'oracle leur avait ordonné d'acclamer comme roi le premier homme qui montait jusqu’au temple du dieu dans un chariot. Cet homme était Gordias (Gordios, Gordius), un fermier, qui a consacré le char à bœufs en question, attaché à son fût avec le « Nœud Gordien ». Gordias a refondé une capitale à Gordium dans le centre-ouest de l'Anatolie, actuellement située sur l'ancienne voie ferrée qui traverse le cœur de l'Anatolie et qui était la « route royale » perse de Darius, de Pessinonte à Ankara, et non loin du fleuve Sakarya.

Plus tard, les rois mythiques de Phrygie furent alternativement nommés Gordias et Midas. Des mythes entourent le premier roi Midas. Il y en avait sept au total le reliant à un conte mythologique concernant Attis[17]. Ce personnage obscur résidait à Pessinonte et tenta de marier sa fille au jeune Attis malgré l'opposition d'Agdestis, la déesse Cybèle. Quand Agdestis ou Cybèle apparaissent et répandent la folie sur les membres du festin de la noce, il s'ensuit un chaos qui provoque la mort de Midas.

Le célèbre roi Midas serait un fils du genre Gordios mentionné ci-dessus. Il se serait associé à Silène et à d'autres satyres ainsi qu'à Dionysos, qui lui accorda le fameux « toucher d'or ».

Le mythique Midas de Thrace, accompagné d'une partie de son peuple, s'est rendu en Asie Mineure pour laver la souillure de son « toucher d'or » indésirable dans le fleuve Pactole. Laissant l'or dans les sables du fleuve, Midas se retrouve en Phrygie, où il est adopté par le roi sans enfant Gordios et placé sous la protection de Cybèle. En tant que représentant visible de Cybèle, et sous son autorité, semble-t-il, un roi phrygien pouvait désigner son successeur.

Selon l'Iliade, les Phrygiens étaient des alliés troyens pendant la guerre de Troie. La Phrygie de l'Iliade d'Homère semble se situer dans la zone qui englobe le lac Ascanien et le cours septentrional de la rivière Sangarios, et son étendue était donc beaucoup plus limitée que celle de la Phrygie classique. L'Iliade d'Homère contient également une réminiscence du roi troyen Priam, qui était venu dans sa jeunesse aider les Phrygiens contre les Amazones (Iliade 3.189). Au cours de cet épisode (une génération avant la guerre de Troie), les Phrygiens étaient dirigés par Otreus et Mygdon. Les deux semblent n'être guère plus que des éponymes : il y avait un lieu nommé Otrea sur le lac Ascanien, dans les environs de la future Nicée ; et les Mygdones étaient un peuple d'Asie Mineure, qui résidait près du lac Dascylitis (il y avait aussi une Mygdonie en Macédoine). Pendant la guerre de Troie, les Phrygiens envoyèrent des forces pour aider Troie, dirigées par Ascagne et Phorcys, les fils d'Arétaon. Asius, fils de Dymas et frère d'Hécabe, est un autre noble phrygien qui combattit devant Troie. Quintus de Smyrne mentionne un autre prince phrygien, nommé Corèbe, fils de Mygdon, qui combattit et mourut à Troie ; il avait demandé en mariage la main de la princesse troyenne Cassandre. On dit généralement que l'épouse du roi Priam, Hécube, est de naissance phrygienne, en tant que fille du roi Dymas.

La Sibylle phrygienne était la prêtresse qui présidait l'oracle apollinien de Phrygie.

Marsyas, un prêtre phrygien de Cybèle, était un satyre qui est considéré comme l'inventeur de l'aulos, qu'il a créé en utilisant le bois évidé d'un cerf. Il a imprudemment rivalisé en musique avec Apollon olympien et a inévitablement perdu, après quoi Apollon a écorché Marsyas vivant et a accroché sa peau de manière provocante sur un pin, l'arbre sacré de Cybèle.

Hérodote[18] prétend que les prêtres d'Héphaïstos lui ont raconté une histoire selon laquelle le pharaon égyptien Psammétique avait élevé deux enfants dans l'isolement afin de retrouver la langue originale. Les enfants auraient prononcé bekos signifiant « pain » en phrygien. Il fut alors reconnu par les Égyptiens que les Phrygiens étaient une nation plus ancienne que les Égyptiens.

Josèphe prétend que les Phrygiens ont été fondés par le personnage biblique Togarma, petit-fils de Japhet et fils de Gomère : « et Thrugramma les Thrugraméens, qui, comme les Grecs l'ont résolu, ont été nommés Phrygiens ».

Voir égalementModifier

Références et notesModifier

  1. a b et c Robert Drews, The end of the Bronze Age: changes in warfare and the catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton University Press, (ISBN 9780691025919, lire en ligne), p. 65
  2. Swain, Simon, Adams, J. Maxwell et Janse, Mark, Bilingualism in ancient society: language contact and the written word, Oxford [Oxfordshire], Oxford University Press, , 246–266 p. (ISBN 0-199-24506-1)
  3. JG MacQueen, The Hittites and their contemporaries in Asia Minor, 1986, p. 157.
  4. Brixhe, Cl. "Le Phrygien". In Fr. Bader (ed.), Langues indo-européennes, pp. 165-178, Paris: CNRS Editions.
  5. (de) Hajnal, « „Urgriechisch”: Eine Herausforderung für die Methode der Rekonstruktion? », Institut für Sprachwissenschaft, Innsbruck, Austria, Universität Innsbruck (consulté le ), p. 8
  6. a b et c Woodhouse, « An overview of research on Phrygian from the nineteenth century to the present day », Studia Linguistica Universitatis Iagellonicae Cracoviensis, vol. 126, no 1,‎ , p. 171 (ISSN 2083-4624, lire en ligne) :

    « This question is of course only just separable from the question of which languages within Indo-European are most closely related to Phrygian, which has also been hotly debated. A turning point in this debate was Kortlandt's (1988) demonstration on the basis of shared sound changes that Thraco-Armenian had separated from Phrygian and other originally Balkan languages at an early stage. The consensus has now returned to regarding Greek as the closest relative. »

  7. a et b Claude Brixhe, The Ancient Languages of Asia Minor, Cambridge University Press, , 72 p. (ISBN 978-0-521-68496-5, lire en ligne) :

    « Unquestionably, however, Phrygian is most closely linked with Greek. »

  8. Bartomeu Obrador-Cursach, Lexicon of the Phrygian Inscriptions, University of Barcelona, , 101 p. (lire en ligne) :

    « Scholars have long debated the exact position of Phrygian in the Indo-European language family. Although this position is not a closed question because of the fragmentary nature of our current knowledge, Phrygian has many important features which show that it is somehow related to Greek and Armenian.…Indeed, between the 19th and the first half of the 20th c. BC Phrygian was mostly considered a satəm language (a feature once considered important to establishing the position of a language) and, especially after Alf Torp's study, closer to Armenian (and Thracian), whereas it is now commonly considered to be closer to Greek.…Brixhe (1968), Neumann (1988) and, through an accurate analysis, Matzinger (2005) showed the inconsistency of the Phrygo-Armenian assumption and argued that Phrygian was a language closely related to Greek. »

  9. Obrador-Cursach, « On the place of Phrygian among the Indo-European languages », Journal of Language Relationship, Gorgias Press, vol. 17, nos 3-4,‎ , p. 234 (ISSN 2219-4029, DOI 10.31826/jlr-2019-173-407, lire en ligne  ) :

    « 2.1.4. Phrygian belongs to the centum group of IE languages (Ligorio and Lubotsky 2018: 1824). Together with Greek, Celtic, Italic, Germanic, Hittite and Tocharian, Phrygian merged the old palatovelars with plain velars in a first step: NPhr. (τιτ-)τετικμενος ‘condemned’ < PIE *deiḱ-; NPhr. γεγαριτμενος ‘devoted, at the mercy of’ < PIE *ǵhr̥Hit-; NPhr. γλουρεος ‘golden’ < PIE *ǵhl̥h3-ro-. However, two shifts affected this language. Phrygian merged the old labiovelar with the plain velar (the etymological and the resulting ones): OPhr. ke(y), NPhr. κε (passim) ‘and’ < PIE *ku̯e; OPhr. knais (B-07), NPhr. κ̣ναικαν ‘wife’ (16.1 = 116) < *gu̯neh2i-. Secondly, in contact with palatal vowels (/e/ and /i/, see de Lamberterie 2013: 25–26), and especially in initial position, some consonants became palatalised:PIE *ǵhes-r- ‘hand’ > OPhr. ↑iray (B-05),7NPhr. ζειρα (40.1 = 12) ‘id.’ (Hämmig 2013: 150–151). It also occurs in glosses: *ǵheu̯-mn̻>ζευμαν ‘fount, source’ (Hesychius ζ 128). These two secondary processes, as happened in Tocharian and the Romance languages, lend Phrygian the guise of a satəm language. »

  10. Bartomeu Obrador-Cursach, Lexicon of the Phrygian Inscriptions, University of Barcelona, , 102 p. (lire en ligne) :

    « Furthermore, if Phrygian were not so-poorly attested perhaps we could reconstruct a Proto-Greco-Phrygian stage of both languages. »

  11. Obrador-Cursach, « On the place of Phrygian among the Indo-European languages », Journal of Language Relationship, Gorgias Press, vol. 17, nos 3-4,‎ , p. 243 (ISSN 2219-4029, DOI 10.31826/jlr-2019-173-407, lire en ligne  ) :

    « With the current state of our knowledge, we can affirm that Phrygian is closely related to Greek. This is not a surprising conclusion: ancient sources and modern scholars agree that Phrygians did not live far from Greece in pre-historic times. Moreover, the last half century of scientific study of Phrygian has approached both languages and developed the hypothesis of a Proto-Greco-Phrygian language, to the detriment to other theories like Phrygio-Armenian or Thraco-Phrygian. »

  12. Obrador-Cursach, « On the place of Phrygian among the Indo-European languages », Journal of Language Relationship, Gorgias Press, vol. 17, nos 3-4,‎ , p. 238-239 (ISSN 2219-4029, DOI 10.31826/jlr-2019-173-407, lire en ligne  ) :

    « To the best of our current knowledge, Phrygian was closely related to Greek. This affirmation is consistent with the vision offered by Neumann (1988: 23), Brixhe (2006) and Ligorio and Lubotsky (2018: 1816) and with many observations given by ancient authors. Both languages share 34 of the 36 features considered in this paper, some of them of great significance:…The available data suggest that Phrygian and Greek coexisted broadly from pre-historic to historic times, and both belong to a common linguistic area (Brixhe 2006: 39–44). »

  13. Borza, Eugene N. In the Shadow of Olympus: the Emergence of Macedon. Princeton, New Jersey: Princeton University Press, 1990, (ISBN 0-691-00880-9), p. 65. "What can be established, despite an extremely slight archaeological record (especially along the slopes of Mt. Vermion), is that two streams of Lusatian peoples moved south in the later Bronze Age, one to settle in Hellespontine Phrygia, the other to occupy parts of western and central Macedonia."
  14. The Gordion Excavations 1950-1973: Final Reports Volume 4, Rodney Stuart Young, Ellen L. Kohler, Gilbert Kenneth, p. 53.
  15. Suidas s. v. Νάννακος; Stephanus of Byzantium s.v. Ἰκόνιον; Both passages are translated in: "A New System: or, An Analysis of Antient Mythology" by Jacob Bryant (1807): 12-14.
  16. Plutarch, "On Isis and Osiris", chap. 24.
  17. Pausanias Description of Greece 7:17; Arnobius Against the Pagans 5.5
  18. Histories 2.2