Stadion (course à pied)

genre de course à pied antique

Stadion
Le stade d'Olympie.
Le stade d'Olympie.

Pays Grèce antique
Sport Athlétisme
Création VIIIe siècle av. J.-C.
Disparition IVe siècle
Compétition(s) Concours sportifs et religieux dont
Jeux olympiques, Jeux isthmiques, néméens et pythiques.

Le stadion (grec ancien : στάδιον) était une course à pied faisant partie des épreuves au programme des concours sportifs et religieux de la Grèce antique, dont les Jeux olympiques antiques. Cette épreuve pédestre se courait sur toute la longueur d'un stade, soit 600 pieds. Or, cette unité de mesure variait d'une cité à l'autre. Aussi, la piste (le dromos) n'avait pas toujours la même longueur : la plus courte se trouvait à Corinthe (165 mètres) tandis que celle d'Olympie était, à l'époque classique, la plus longue, mesurant 192 mètres.

Le stadion était la plus prestigieuse épreuve des Jeux panhelléniques. De 776 à 724 av. J.-C., c'était même l'unique épreuve aux Jeux olympiques. Le nom de son vainqueur fut rapidement utilisé pour désigner l'olympiade — la période de quatre ans entre deux jeux olympiques — et fut un des éléments constitutifs du calendrier grec. Aux Jeux panathénaïques à Athènes, le stadion était l'épreuve la mieux récompensée avec cent amphores d'huile d'olive.

Un coureur de stadion était idéalement grand et mince, avec un buste court, pas trop musclé pour ne pas être ralenti par son poids mais avec de grands bras. Au départ, les concurrents s'alignaient sur une bande de pierre, la balbis, où des « couloirs » (entre sept et vingt-deux en fonction de la taille du stade) étaient matérialisés, par des lettres à l'origine puis de plus en plus, à partir du VIe siècle av. J.-C., par l'hýsplex, un dispositif de départ fait de cordes tendues relâchées par un juge-arbitre. La position de départ réglementaire semble avoir été debout, les bras vers l'avant, le pied gauche un peu avancé et les orteils accrochés dans des rainures creusées dans la balbis. L'arrivée du sprint, six cents pieds plus loin, était elle aussi matérialisée par une balbis.

StadeModifier

 
Le stade de Delphes.

L'origine du mot « stadion » serait liée au verbe conjugué ἵστημι / hístêmi (« Je suis debout »), signifiant que les spectateurs n'étaient pas assis, hormis quelques officiels, juges et prêtres[1],[2]. Dès lors, deux interprétations sont proposées. Le plus souvent, il est considéré que « stadion » désignait la distance de 600 pieds que parcouraient les athlètes, puis, par métonymie, le mot fut utilisé pour nommer la course et finalement la structure où celle-ci se déroulait[3],[4]. Pour David Gilman Romano, dans son travail archéologique sur le stade de Corinthe de 1993, « stadion » aurait d'abord signifié le lieu où on se tient debout, pour regarder une course, puis la course elle-même et enfin la distance parcourue[5].

Le stade (structure) était composé de deux parties : la piste elle-même, le « dromos » et sur au moins un côté un espace pour accueillir les spectateurs (champ, terrasse ou plus souvent talus). L'installation était à l'origine rectangulaire. Peu à peu, l'une des extrémités devint semi-circulaire[1],[6]. Les officiels aux Jeux olympiques, organisateurs appelés agonothètes (ἀγωνοθέται) et juges appelés hellanodices (ἑλλανοδίκαι), s'installaient dans une tribune alors que les spectateurs prenaient place sur les talus pour suivre l’action de près[6],[7].

À l'origine, la majorité des spectateurs n'étant pas assis, ce n'est qu'à l'époque hellénistique que les stades commencèrent à disposer de sièges pour le public[1],[8]. Les capacités d'accueil variaient fortement. La petite cité d'Halieis (2 500 habitants), en Argolide, avait un stade de 1 500 places ; le stade des Jeux isthmiques, à Isthmia, disposait de 20 000 places à l'époque hellénistique ; Némée ou Olympie pouvaient accueillir jusqu'à 40 000 spectateurs[1], le stade d'Athènes, à l'époque romaine, aurait pu contenir 50 000 spectateurs assis[8]. À la fin de la période classique et au début de l'époque hellénistique, un certain nombre de stades (Olympie, Némée et à l'Isthme pour les plus connus) furent déplacés hors des sanctuaires religieux pour être installés un peu plus loin, souvent à un endroit où le relief avec une petite vallée ou une petite butte facilitait la construction de tribunes plus importantes[9]. Olympie, Némée ou Épidaure furent alors aussi équipés d'un tunnel qui abritait juges et athlètes avant leur course[note 1],[10],[11]. Les stades construits durant l'époque romaine étaient souvent adossés à un théâtre (Sardes, Tralles, Pergame, Rhodes, Dodone ou Athènes). Les stades les plus anciens furent aussi rénovés alors avec des sièges pour l'ensemble des spectateurs : ainsi, Hérode Atticus finança les améliorations du stade d'Athènes et du stade de Delphes. Cependant, la rénovation romaine à Olympie n'amena pas d'installation de tribunes définitives[12].

 
Le stade de Némée.

Le « dromos » avait une longueur de 600 pieds. Cette unité de mesure variait d'une cité à l'autre. Le pied de Corinthe mesurant 27,5 cm, le stade de cette cité était le plus court du monde grec avec 165 mètres. À Olympie, avec un pied de 32,04 cm le stade était, à l'époque classique, le plus long avec 192,24 mètres. Halieis disposait d'un stade de 166,50 mètres ; Delphes de 177,55 mètres ; Némée 178 mètres ou 181,44 mètres ; le stade le plus récent pour les Jeux isthmiques mesurait 181,20 mètres[note 2] ; à Épidaure 181,30 mètres ; sur Délos 182 mètres ; les distances proposées pour le stade d'Athènes divergent : 178 m, 184,30 m ou 184,96 mètres ; il en est de même pour Milet : 177,36 m ou 191,39 mètres ; la longueur du stade de Priène est estimée à 191,39 mètres. Pergame possédait le plus long stade de l'époque hellénistique avec 210 mètres[4],[13],[14],[15],[16],[17]. Les stades n'étaient donc pas « standardisés », car il n'y avait pas (il ne pouvait pas y avoir) de prise de temps. Le concept contemporain de « record » n'existait pas. Le plus important était le nom du vainqueur parmi les athlètes ayant concouru le même jour, dans les mêmes conditions. Était aussi important le fait d'être le premier à réaliser quelque-chose : le premier d'une cité à remporter une victoire, le premier à remporter deux (ou plusieurs) victoires de suite, le premier avec le plus de victoires, etc.[18],[19].

Le « dromos » était par contre très peu large[10], une trentaine de mètres en moyenne[13]. Ses côtés étaient délimités de façon visible soit par une bande continue en pierre soit par une rigole servant aussi à l'évacuation des eaux de pluie[6].

La ligne de départ (aphésis) était marquée par une bande de pierre (βαλϐίς / balbís) creusée de deux sillons, écartés d'une douzaine de centimètres, pour caler les orteils. La plus ancienne balbís connue se trouve à Némée et date des environs de 500 av. J.-C. Sa présence est attestée presque partout au IVe siècle av. J.-C.[20],[21],[22]. À Corinthe, elle mesurait entre 1,25 et 1,30 mètre de large et était constituée de blocs de calcaire recouverts d'un enduit peint en bleu sombre[23]. En fonction des stades, il y avait de la place pour de sept[note 3] à une vingtaine d'athlètes sur la balbís[10],[24],[25]. À Némée, des petits trous de poteau identifiés par les lettres de l'alphabet grec antique ont été retrouvés, signifiant que des « couloirs », au moins pour les départs, étaient matérialisés. La lettre « Χ » (la 22e de l'alphabet) est la lettre la plus loin dans l'alphabet qui ait été retrouvée, laissant donc supposer qu'il y a pu avoir jusqu'à 22 « couloirs » larges de 88 à 92 cm sur ce stade particulier[10],[24]. Le stade de Corinthe aurait eu dix-sept « couloirs ». Le plus ancien stade avait les positions de départ matérialisées par des lettres peintes en rouge : celles de alpha à pi ont été retrouvées ; les autres ont disparu sous la rénovation hellénistique du stade. Les « couloirs » étaient larges de 80 centimètres à 1,10 mètre[26]. La rénovation du stade de Corinthe, probablement vers le IIIe siècle av. J.-C., aurait doté le stade d'un mécanisme de départ : l'hýsplex (ὕσπληγξ)[27]. L'hýsplex[note 4] consistait en une ou deux cordes qui étaient tendues au niveau des genoux et/ou au niveau des hanches des coureurs par des pieux de bois installés à chaque bout de la balbís et entre chaque « couloir » et relâchée par un starter placé derrière les athlètes. Le système fonctionnait de la même façon qu'une catapulte. L'hýsplex la plus ancienne, remontant probablement au VIe siècle av. J.-C., se trouve à Isthmia. Une hýsplex est présente aussi à Némée, Épidaure et Corinthe (et certainement ailleurs) à partir du Ve siècle av. J.-C.[4],[28],[29],[30]. La ligne d'arrivée (terma) était elle aussi matérialisée par une balbís, afin de faciliter le travail des juges[31].

La piste était le plus souvent en argile régulièrement nivelée. Elle était divisée en deux dans le sens de la longueur par une bande de chaux ou de gypse. Une indication marquait aussi des intervalles de plus ou moins cent pieds (un plethron)[10],[32].

CourseModifier

OriginesModifier

 
Amphore panathénaïque à figures noires, milieu du VIe siècle av. J.-C. (Metropolitan Museum of Art MET 1978.11.13), avec la première mention connue du mot « stadion ».

On trouve des sources aussi bien archéologiques que littéraires évoquant, en Mésopotamie ou Égypte, depuis le IIIe millénaire av. J.-C., l'existence d'épreuves athlétiques dans un contexte religieux et dans l'enceinte de temples ou de palais. Ainsi, il existait en Égypte la « course du roi » lors de la fête-Sed, une des mieux connues étant celle réalisée par Djéser à Saqqarah, mais aussi celle de la reine Hatchepsout représentée sur un bas-relief à Karnak. Les liens entre ces traditions athlétiques mésopotamiennes et égyptiennes et celles de Grèce ne sont pas documentés. Cependant, Hérodote décrit[note 5] au VIe siècle av. J.-C. une ambassade venue d'Élis (la cité dont dépendait le sanctuaire d'Olympie) auprès du pharaon Psammétique II pour le consulter sur les moyens d'améliorer l'organisation des Jeux[33].

Homère évoque un « dromos » pouvant accueillir cinq coureurs lors des jeux des funérailles de Patrocle[note 6] et un autre, peut-être plus large, lors des fêtes organisées par les Phéaciens en l'honneur d'Ulysse[note 7]. Une amphore panathénaïque du milieu du VIe siècle av. J.-C., conservée au Metropolitan Museum of Art de New York[note 8] représente trois hommes en train de courir avec la légende « ΑΝΔΡΟΝ ΣΤΑΔΙΟ » sur un vase qui servait à récompenser les vainqueurs de cette course lors des Panathénées : ce serait la plus ancienne mention connue du mot « stadion » puisqu'elle précéderait d'un demi-siècle les premières mentions littéraires[34]. En effet, ce mot se trouve ensuite, en référence à la course et à ses coureurs, chez Simonide, Pindare et Bacchylide (fin du VIe siècle av. J.-C. - début du Ve siècle av. J.-C.). Hérodote utilise quant à lui le terme pour évoquer la distance de 600 pieds, six plethra ou 100 orgyia[note 9],[35].

Coureur typeModifier

Philostrate d'Athènes, dans son Gymnastikos (Sur la gymnastique) écrit vers 220-225 apr. J.-C., décrit la morphologie idéale du coureur de stadion : assez grand et mince, avec un buste court, pas trop musclé pour ne pas être ralenti par son poids mais avec de longs bras[note 10] qui, semblables à des ailes, entraînent vers l'avant les jambes[1].

Les coureurs de stadion ne semblent pas avoir été des spécialistes de sprint. Nombre d'entre eux remportaient aussi le pentathlon (disque, javelot, longueur, stade et si nécessaire lutte). Souvent, un athlète réalisait le doublé stadion (un stade) et diaulos (double stade). Le triplé stadion-diaulos-dolichos (course de fond) était exceptionnel : Politès de Céramos le réalisa en 69 apr. J.-C. Cependant, des vainqueurs du stadion pour garçons se retrouvaient régulièrement vainqueurs du dolichos à l'âge adulte. Par contre, peu de coureurs pouvaient remporter aussi une des épreuves de lutte, hormis lors de « petits » jeux locaux où la concurrence était moindre[36],[37].

Épreuve-reine des concours antiquesModifier

Le stadion était la course la plus courte présente lors de la plupart des jeux panhelléniques et considérée comme la plus prestigieuse. Il était aussi la quatrième des cinq épreuves du pentathlon[1],[4],[38]. Aux Jeux olympiques, il fut longtemps la seule épreuve, de 776 à 724 av. J.-C.[1],[4],[37],[39]. En 632 av. J.-C., un stadion des enfants fut ajouté au programme des Jeux olympiques[4],[40].

Le vainqueur du stadion à Olympie avait l'honneur d'allumer le bûcher pour l'hécatombe, point d'orgue de la fête religieuse[note 11]. Les premières listes de vainqueurs du stadion aux Jeux olympiques antiques sont établies dès la fin du Ve siècle av. J.-C. Dès lors, le vainqueur du stadion, en donnant son nom à l'olympiade, joua, à l'échelle panhellénique, le même rôle dans l'organisation des calendriers que celui que jouait, à l'échelle de la cité, le magistrat éponyme. La victoire de Corèbe d'Élis en 776 av. J.-C est ainsi devenue la date de début du calendrier grec. Aussi, les listes de vainqueurs se multiplièrent, en ayant pour conséquence première que les athlètes antiques les plus connus étaient les vainqueurs du stadion[1],[37],[39].

Lors de Panathénées, le vainqueur du stadion était le vainqueur le mieux récompensé avec cent amphores d'huile d'olive[41],[42].

Avec le temps, le succès du stadion devint tel qu'il fut nécessaire lors de certains jeux de prévoir des séries éliminatoires où seul le premier était qualifié pour la finale. Cette course supplémentaire accentuait le prestige du vainqueur final[1]. À Olympie, selon Pausanias, les séries se faisaient par groupe de quatre, malgré les vingt couloirs disponibles[note 12],[4].

D'après Pausanias[note 13], lors des Héraia à Olympie, les femmes couraient un stadion, même si la course était raccourcie de cent pieds. L'athlète victorieuse recevait une couronne d'olivier et une part de la vache sacrifiée à Héra ; elle avait aussi le droit de dédier une statue sur l'Altis. Une inscription de Delphes datant du Ier siècle apr. J.-C.[note 14] célèbre les trois filles d'Hermésianax, citoyen de Césarée-Tralles et de Corinthe, victorieuses du stadion lors au moins (l'inscription est fragmentaire) des Jeux pythiques, des Jeux isthmiques, des Jeux néméens, ainsi qu'à Sicyone et à Épidaure. Les historiens n'ont pas réussi à déterminer si ces victoires avaient eu lieu lors de courses uniquement féminines ou mixtes. Cette inscription fournit néanmoins la preuve que les femmes couraient le stadion lors de nombreux jeux antiques[43].

DéroulementModifier

 
Statue de coureuse dite « Atalante », copie romaine d'un original grec du Ve siècle av. J.-C., commémorant la victoire d'une athlète lors des Héraia. Sa tenue est celle décrite par Pausanias (V, 16, 2-7).

La plupart des représentations sur les vases[note 15] ou dans la statuaire[note 16] permettent de déterminer que les coureurs se tenaient debout, les pieds écartés, la jambe gauche en avant, légèrement pliée ; les orteils accrochés dans les rainures creusées dans la balbis. L'athlète était un peu penché vers l'avant, les bras étendus devant lui, à environ 45 degrés par rapport au corps, peut-être animés d'un mouvement de balancier pour augmenter l'énergie cinétique au moment du départ. Le pied gauche en avant signifie que les athlètes, au moins dans les représentations, étaient droitiers. Cependant, il n'est fait aucune mention d'un sportif antique qui aurait été gaucher[4],[44],[45].

Il n'existe que deux représentations[note 17] avec un coureur (dont un coureur d'hoplitodromos) dans une position de départ « contemporaine », les mains posées au sol devant lui. Dans les deux cas, il semblerait que la seconde figure représentée (probablement un arbitre) soit surprise voire tente d'empêcher l'athlète de se tenir dans une position interdite. L'utilisation de l'hýsplex, de toute façon, ne permet pas physiquement une telle position de départ[4],[46].

Le stadion était un sprint, donc la course la plus rapide. Les représentations sur les vases montrent des athlètes réalisant de grandes foulées en balançant les bras par de grands gestes[4]. Des juges surveillaient la balbís à l'arrivée[4],[31]. Un espace pour permettre aux sprinteurs de s'arrêter était prévu après cette dernière[4].

Aux Jeux olympiques antiquesModifier

La course commence avec des trompettistes chargés de faire taire la foule et des hérauts qui annoncent au public le nom des athlètes, de leur père et de leur cité. Au début de chaque course, l'un des juges, le starter, donne aux coureurs l'ordre de prendre position : πόδα παρὰ πόδα (littéralement « pied par pied », c'est-à-dire « à vos marques ! »). Les organisateurs des jeux vérifient qu'il n'y ait pas de faux départ, punis par des coups de bâton. Les athlètes nus ont les jambes légèrement fléchies et le torse en avant, les bras tendus au-dessus du dispositif de départ (hýsplex). Le starter crie ensuite ἔτοιμοι (« prêts ! »), puis ἅπιτε (« partez ! ») et abaisse la barrière. Les athlètes s’élancent en ligne droite en direction du temple de Zeus jusqu'à la ligne d’arrivée appelée « terma », elle aussi contrôlée par des juges (en cas d'égalité, la course est refaite)[4],[47].

PrixModifier

Selon Platon, au moment de la remise des prix, le vainqueur de cette épreuve était celui que « le héraut appelait en premier »[note 18] et à qui était octroyé, à Olympie, le titre envié d’olympionique. La cérémonie de remise des prix revêtait un caractère toujours solennel, mais la nature de ces prix varia dans le temps et dans l’espace selon que l’on considère les quatre jeux panhelléniques ou bien la centaine de concours locaux de moindre renommée qui se déroulaient partout dans le monde hellénique[48], et qui proliférèrent à l’époque hellénistique et sous l’Empire romain, dans les sanctuaires des divinités les plus diverses, en particulier dans les cités grecques d’Asie mineure.

À l’époque archaïque, la participation à la course à pied était loin d’être désintéressée, et la valeur des prix décernés aux vainqueurs était considérable. Selon Homère, lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, Achille offre comme premier prix d’une course à pied[note 19] un cratère en argent artistement ciselé, pour le second prix un bœuf magnifique et pour le troisième, la somme d’un demi-talent d’or[note 20]. La course n'a alors pas tant pour but la réalisation d’une performance sportive que « l’appropriation d’un bien sur lequel il faut être le premier à mettre la main », car l’attrait des richesses est puissant dans le monde homérique où le monnayage est inconnu et les échanges de biens, difficiles[49]. Il semble qu’à l’origine, les prix décernés aux premiers Jeux olympiques et pythiques aient eu une valeur matérielle importante, mais qu’assez tôt, on ait supprimé les récompenses en argent[50]. Au VIe siècle av. J.-C., Solon réduisit à 500 drachmes la récompense offerte à tout Athénien vainqueur à Olympie[50],[note 21].

L’idéal olympique se mit en place, peut-être après les septièmes Jeux[50],[51], et caractérisa généralement l’époque classique, sans qu’on puisse parler d’amateurisme — notion anachronique dans l’Antiquité[52]. Ainsi à Olympie, le prix décerné aux vainqueurs était une couronne d’olivier sauvage entrelacé d’un ruban (ταινία). Cette couronne était tressée avec le feuillage de l’arbre sacré qu’Héraclès, d'après Pindare[53], avait rapporté du pays des Hyperboréens pour le planter à Olympie[54] ; Hérodote souligne cet idéal désintéressé qui suscita, en 480 av. J.-C., l’étonnement de Xerxès apprenant que les Grecs, allaient concourir pour une simple couronne d’olivier[note 22] ; à Delphes, dès les seconds Jeux, en 582 av. J.-C., les couronnes de laurier de Tempé, la plante d’Apollon, se substituèrent aux prix matériels offerts précédemment aux vainqueurs ; quant aux Jeux néméens et aux Jeux isthmiques, la seule récompense fut d’abord une couronne de pin (en grec ancien : πίτυν ἐξ Ἰσθμοῖο)[55], puis une couronne d’ache (πλόκοι σελίνων ἐν Ὶσθμιάδεσσιν), comme Pindare l'évoque en célébrant l’illustre vainqueur au stadion, Xénophon de Corinthe[note 23].

Les récompenses étaient parfois plus substantielles : aux Panathénées, au Ve et IVe siècles av. J.-C., les vainqueurs de la course du stadion recevaient, en plus de la couronne, 40 à 60 amphores d'huile d'olive[56] ; à Argos, au concours en l’honneur d’Héra argienne, un usage hérité de l’époque archaïque montre des prix constitués d’hydries, de lébès, de trépieds[note 24], ou d’un bouclier (ἡ ἐξ Ἄργους ἀσπίς) : ce bouclier récompensait peut-être un jeu de cavaliers[55], mais on sait aussi qu’il était remis aux vainqueurs de chaque discipline athlétique[57].

À l’époque hellénistique, le « professionnalisme » toucha toutes les compétitions[58],[50]. On continua à décerner la couronne au vainqueur de la course du stadion[59], mais on attribua aussi des prix de prestige fort coûteux. Leur financement nécessita de la part des cités, bien avant l’organisation des concours, toute une politique de revenus. La reddition des comptes de l’agonothète du concours pan-béotien des Délia, dans le sanctuaire d’Apollon à Délion, durant les dernières décennies du IIe siècle av. J.-C., mentionne 38 couronnes dorées dont le poids équivalait à 190 statères d’or[60]. Dès lors, l'histoire du sport grec distingue les « jeux stéphanites »[note 25], où le prix était une couronne de feuillage, des « jeux thématites ou chrématites »[note 26] où le vainqueur recevait une récompense pécuniaire. Cette tendance s’accentua sous l’Empire romain : avant même Auguste, les concours se multiplièrent partout, et les récompenses en sommes d'argent introduisirent une nouvelle terminologie. Les concours donnant droit à une rente accordée au vainqueur et à une entrée triomphale dans sa patrie furent qualifiés d’isélastiques[note 27],[61]. L’empereur Hadrien, fervent philhellène, instaura au début du IIe siècle apr. J.-C., un contrôle étroit sur l’organisation et sur l’économie des jeux, en réglementant l'octroi de prix et de couronnes aux vainqueurs et de primes aux concurrents. Désormais, « les flux financiers sont tout à fait considérables et l’argent des concours pesait dans l’économie grecque de l’époque impériale d’un poids énorme, sans doute supérieur à celui du sport actuel dans les pays occidentalisés », écrit Jean-Yves Strasser[62].

Vainqueurs célèbresModifier

La cité de Crotone domina le stadion au VIe siècle av. J.-C., remportant douze victoires aux jeux panhelléniques. Elle plaça aussi sept athlètes aux sept premières places de la course aux Jeux olympiques de 576 av. J.-C., remportée par Ératosthène de Crotone[4],[63]. Aux Ier et IIe siècles apr. J.-C., la cité d'Alexandrie domina le stadion, avec pas moins de vingt-six victoires panhelléniques dont seize à Olympie[4].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. À Némée, on y a retrouvé des graffitis réalisés par les sportifs. (Golden 2004, p. 159).
  2. Le plus ancien mesurait 192,28 mètres. (Golden 2004, p. 158).
  3. L'archéologie a retrouvé sept couloirs sur le stade d'Halieis. (Romano 1993, p. 36).
  4. Une représentation partielle est visible sur une amphore panathénaïque du milieu du IVe siècle av. J.-C. conservée par le 3e éphorat des antiquités classiques numéro d'inventaire A 6374 (Miller 2004, p. 40).
  5. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 160).
  6. Iliade, 23, 758.
  7. Odyssée, 8, 121.
  8. Inventaire MET 1978.11.13.
  9. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 149).
  10. En fonction de la traduction du mot grec χεῖρας, on peut trouver aussi « grandes mains ». (Golden 2004, p. 158).
  11. Cette tradition était probablement un écho des stadions des premiers Jeux, avant la construction du stade, quand, selon Philostrate (Sur la Gymnastique, 5), le départ était donné à 600 pieds de l'autel de Zeus, où était jugée l'arrivée (Miller 2004, p. 95).
  12. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (VI, 13, 4)
  13. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (V, 16, 2-7)
  14. SIG³ 802 ; A 162.
  15. Ainsi, le cratère à figures rouges du premier quart du IVe siècle av. J.-C. au musée national archéologique d'Athènes, numéro d'inventaire 19 392 (Miller 2004, p. 35).
  16. Ainsi la statuette de bronze du VIe siècle av. J.-C. au musée archéologique d'Olympie, numéro d'inventaire B 26 (Miller 2004, p. 35).
  17. Une coupe à boire à figures rouges de la fin du Ve siècle av. J.-C. au Rijksmuseum van Oudheden numéro d'inventaire GNV 71 et un skyphos à figures rouges du milieu du Ve siècle av. J.-C. dans la collection privée Hearst (Miller 2004, p. 36).
  18. Platon, Lois, Livre VIII, 833 a.
  19. Homère évoque une « course de vitesse » sans employer le terme de « stadion ».
  20. Iliade, XXIII, 740 à 751.
  21. Pour d'autres, Solon aurait, au contraire, cherché à répandre la monnaie d’État dans l’aristocratie athénienne : voir la thèse d'Augusta Hönle, Olympia in der Politik der griechischen Staatenwelt, Tubingen 1968, p. 58.
  22. Jean-Paul Thuillier note avec raison que le témoignage d'Hérodote (livre VIII, 26), relève incontestablement d’une certaine forme de propagande.
  23. Pindare, Olympiques, XIII, 46.
  24. On ne sait exactement quelle épreuve était récompensée par les hydries et les lébès, mais ce pourrait être la course du stadion, remportée par le coureur Pasias d’Athènes, qui « fit admirer aux Hellènes l’élan rapide de ses pieds », selon le témoignage de Bacchylide dans son Ode X, vers 32.
  25. ἀγῶνες στεφανίται, du grec ancien : στέφανος, « couronne ».
  26. Du grec θέμα, « somme d’argent » ou χρήματα, « biens, avoir ».
  27. Du grec εἰσέλασις, « entrée triomphale sur un char ».
  28. Seul Michael Phelps dépassa en 2016 son nombre de victoires olympiques.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h et i Golden 2004, p. 158.
  2. Romano 1993, p. 7 et 14.
  3. Matz 1991, p. 93.
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Schulzki, Decker et Höcker 2006.
  5. Romano 1993, p. 14-16.
  6. a b et c Romano 1993, p. 3.
  7. Nathalie Roy, « Tous aux Jeux ! Le sport dans l’Antiquité », exposition du 12 mai au au Musée départemental des Antiquités de Rouen.
  8. a et b Romano 1993, p. 7.
  9. Romano 1993, p. 3-5.
  10. a b c d et e Golden 2004, p. 159.
  11. Romano 1993, p. 5.
  12. Romano 1993, p. 5-7.
  13. a et b Miller 2004, p. 33.
  14. Golden 2004, p. 157-158.
  15. Gardiner 2003, p. 128.
  16. Decker 2014, p. 46.
  17. Romano 1993, p. 17 et 43.
  18. Young 1996, p. 175, 180 et 191-192.
  19. Miller 2004, p. 33-35.
  20. Romano 1993, p. 3 et 46.
  21. Miller 2004, p. 35 et 37.
  22. Golden 2004, p. 12 et 25.
  23. Romano 1993, p. 46.
  24. a et b Miller 2004, p. 35 et 37-38.
  25. Romano 1993, p. 36.
  26. Romano 1993, p. 46 et 57.
  27. Romano 1993, p. 85.
  28. Golden 2004, p. 86.
  29. Miller 2004, p. 37-41.
  30. Valavanis 1999.
  31. a et b Miller 2004, p. 44.
  32. Romano 1993, p. 50.
  33. Romano 1993, p. 9-13.
  34. Romano 1993, p. 14.
  35. Romano 1993, p. 13-14.
  36. Golden 2004, p. 137 et 158.
  37. a b et c Matz 1991, p. 5.
  38. Miller 2004, p. 60.
  39. a et b Miller 2004, p. 31.
  40. Miller 2004, p. 46.
  41. Golden 2004, p. 125 et 158.
  42. Miller 2004, p. 134.
  43. Miller 2004, p. 154-155.
  44. Miller 2004, p. 35-36.
  45. Romano 1993, p. 58.
  46. Miller 2004, p. 36-37.
  47. Miller 2001, p. 83.
  48. Amandry 1980, p. 231.
  49. Duminil 1988, p. 20-21.
  50. a b c et d Duminil 1988, p. 22.
  51. Fragmenta Historicorum Graecorum (F.H.G.), III, 604, (en) E. Norman Gardiner, Greek Athletic Sports and Festivals, Oxford, 1930.
  52. (de) Karl-Wilhelm Weeber, Die unheiligen Spiele. Das antike Olympia zwischen Legende und Wirklichheit, Zurich, Artemis, , 220 p. (présentation en ligne)
  53. Aimé Puech, Notice générale aux Olympiques de Pindare, édition Les Belles Lettres, 1970, p. 6.
  54. François Chamoux, La Civilisation grecque, Arthaud, 1968, p. 222.
  55. a et b Amandry 1980, p. 232.
  56. Jean-Paul Thuillier, Les Jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, École Française de Rome, (lire en ligne), p. 604.
  57. Brélaz, Andreiomenou et Ducrey 2007, p. 293.
  58. Jean-Paul Thuillier, op. cit., p. 510 et 528.
  59. Brélaz, Andreiomenou et Ducrey 2007, p. 263.
  60. Brélaz, Andreiomenou et Ducrey 2007, p. 247.
  61. Strasser 2010, p. 588.
  62. Strasser 2010, p. 622.
  63. Harris 1964, p. 110-111.
  64. Golden 2004, p. 44.
  65. Matz 1991, p. 44.
  66. a et b Matz 1991, p. 49.
  67. Matz 1991, p. 77-78.
  68. Golden 2004, p. 119.
  69. Matz 1991, p. 79.
  70. Golden 2004, p. 128.
  71. Matz 1991, p. 40-41.
  72. Golden 2004, p. 37-38.
  73. Golden 2004, p. 131.
  74. Matz 1991, p. 34.
  75. Matz 1991, p. 48.
  76. Golden 2004, p. 49.
  77. Matz 1991, p. 101.
  78. Matz 1991, p. 45-46.
  79. Golden 2004, p. 45.
  80. Golden 2004, p. 63.
  81. Matz 1991, p. 55.
  82. Golden 2004, p. 64 et 78.
  83. Matz 1991, p. 56.
  84. Golden 2004, p. 52.
  85. Golden 2004, p. 138.
  86. Golden 2004, p. 133.
  87. Matz 1991, p. 82.
  88. Matz 1991, p. 68 et 124.
  89. Golden 2004, p. 96.
  90. Golden 2004, p. 137.
  91. Matz 1991, p. 125.
  92. Golden 2004, p. 68.
  93. Matz 1991, p. 64 et 126.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Amandry, « Sur les concours argiens », Bulletin de Correspondance Hellénique, vol. supplément 6, « Études argiennes »,‎ (lire en ligne).
  • Cédric Brélaz, Angheliki K. Andreiomenou et Pierre Ducrey, « Les premiers comptes du sanctuaire d’Apollon à Délion et le concours pan-béotien des Délia », Bulletin de Correspondance Hellénique, vol. 131, no 1,‎ (lire en ligne).
  • (de) Wolfgang Decker, Antike Spitzensportler : Athletenbiographien aus dem Alten Orient, Ägypten und Griechenland, Hildesheim, Arete Verlag, , 201 p. (ISBN 978-3-942468-23-7).
  • Marie-Paule Duminil, « Technique et éthique sportives au chant XXIII de l’Iliade », Pallas, Revue d’Études Antiques, vol. Les sports antiques. Toulouse et Domitien, no 34,‎ , p. 19-32 (lire en ligne).
  • (en) E. Norman Gardiner, Athletics in the Ancient World, Mineola (New York), Dover Publications, , 352 p. (ISBN 978-0-486-42486-6, lire en ligne).
  • (en) Mark Golden, Sport in the Ancient World from A to Z, Londres, Routledge, , 184 p. (ISBN 0-415-24881-7).
  • (en) Harold Arthur Harris, Greek athletes and athletics, Londres, Hutchinson, , 244 p..
  • (en) David Matz, Greek and Roman Sport : A Dictionnary of Athletes and Events from the Eighth Century B. C. to the Third Century A. D., Jefferson et Londres, McFarland & Company, , 169 p. (ISBN 0-89950-558-9).
  • Stephen G. Miller, Organisation et fonctionnement des jeux olympiques, Paris, la Documentation française et le musée du Louvre, , 282 p. (ISBN 2-11-004780-1)
  • (en) Stephen G. Miller, Ancient Greek Athletics, New Haven et Londres, Yale U. P., , 288 p. (ISBN 0-300-10083-3).
  • (it) Luigi Moretti, « Olympionikai, i vincitori negli antichi agoni olimpici », Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, vol. VIII,‎ , p. 55-199.
  • (en) David Gilman Romano, Athletics and Mathematics in Archaic Corinth : The Origins of the Greek Stadion, Philadelphie, American Philosophical Society, , 117 p. (ISBN 978-0-87169-206-1, lire en ligne).
  • (en) Heinz-Joachim Schulzki, Wolfgang Decker et Christoph Höcker, « Stadion », dans Hubert Cancik, Helmuth Schneider, Christine F. Salazar, Manfred Landfester, Francis G. Gentry, Brill’s New Pauly, Antiquity, Leyde, Éditions Brill, .
  • Jean-Yves Strasser, « “Qu'on fouette les concurrents...” À propos des lettres d'Hadrien retrouvées à Alexandrie de Troade », Revue des Études Grecques, t. 123, no 2,‎ , p. 585-622 (lire en ligne).
  • (en) Panos Valavanis (en collaboration avec Stephen G. Miller), Hysplex : The Starting Mechanism in Ancient Stadia : A Contribution to Ancient Greek Technology, Oakland, University of California Press, (ISBN 978-0-520-09829-9, présentation en ligne).
  • (en) David C. Young, « First with the Most : Greek Athletics Records and 'Specialization' », Nikephoros, no 9,‎ .

Articles connexesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 11 septembre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 11 septembre 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.