Tidiane N'Diaye

économiste français

Tidiane N'Diaye, né le , est un chercheur[1], économiste, anthropologue[2],[3],[4] et écrivain[5] franco-sénégalais.

Tidiane N'Diaye
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

BiographieModifier

Originaire du Sénégal, après ses études supérieures en France, Tidiane N'Diaye a servi, pendant cinq années, dans la Légion étrangère (sous le nom de Cheikh Tidiane N'Diaye au 2e REP). Par la suite, Tidiane N'Diaye a mené une carrière de chargé d'études à l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)[6], de professeur d'économie descriptive et directeur de recherches à école supérieure de commerce (« Sup-de-Co ») Caraïbes. Il est l'auteur de nombreuses études économiques et sociales de l'Insee, sur les départements français d'Outre-Mer (DOM).

Également chercheur spécialisé dans l'histoire des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas (afro-américaine et afro-antillaise), il a publié de nombreux essais sur le sujet.

TravauxModifier

Écrivain, il est notamment l’auteur du Génocide voilé, un essai consacré à la traite arabo-musulmane, qui décima l’Afrique du VIIe au XXe siècle[6]. Dans cet ouvrage — premier essai d'un chercheur africain dont les travaux ont été nommés au Prix Renaudot essais en 2008 —, il montre que la traite transsaharienne et orientale a été beaucoup plus meurtrière que la traite transatlantique, pratiquée par les Occidentaux. Il en veut pour preuve que « pour 9 à 11 millions de déportés lors de cette traite, il y a aujourd’hui 70 millions de descendants. La traite arabo-musulmane, elle, a déporté 17 millions de personnes qui n’ont eu que 1 million de descendants à cause de la castration massive pratiquée pendant près de quatorze siècles »[7],[6],[8]. N'Diaye explique par ce fait pourquoi « la fracture raciale est réelle en Afrique »[9].

Il a aussi écrit, en 2013, une enquête intitulée Le Jaune et le Noir sur la place de la Chine en Afrique[10],[11].

Son premier roman, L’Appel de la lune, est centré sur la construction du Royaume zoulou puis de la nation sud-africaine[12].

PublicationsModifier

Recueil de poésiesModifier

RomanModifier

Essais d'enquêtes historiquesModifier

RéférencesModifier

  1. N'Diaye Catalogue Sudoc : base de données sur les ouvrages de l'auteur.
  2. Séverine Kodjo-Grandvaux, « Tidiane N’Diaye : « La fracture raciale est réelle en Afrique » » (consulté le )
  3. Maria Magassa-Konaté, « Avec Tidiane N’Diaye, le génocide de la traite orientale dévoilé » (consulté le ).
  4. Philippe Triay, « Réparations : le point de vue des historiens Marcel Dorigny, Tidiane N’Diaye, Jean-François Niort et Françoise Vergès » (consulté le )
  5. « Tidiane N`Diaye », sur Babelio (consulté le )
  6. a b et c Séverine Kodjo-Grandvaux et Tidiane N'Diaye, Tidiane N’Diaye : « La fracture raciale est réelle en Afrique », Le Monde, .
  7. « Le génocide voilé. La traite négrière arabo-musulmane (Tidiane N'Diaye) » (consulté le )
  8. Michel Renard, Le génocide voilé, de Tidiane N'Diaye : enquête historique sur la traite négrière arabo-musulmane (compte rendu de lecture), Études coloniales, 4 septembre 2017.
  9. « Tidiane Ndiaye: « La fracture raciale est réelle en Afrique » » (consulté le )
  10. Jeanne Cavelier, « Sur l’esclavage moderne, « la prise de conscience est faible et dérisoire » » (consulté le )
  11. Caroline Lachowsky, « La percée sournoise de la Chine en Afrique » (consulté le )
  12. Pascal Bruckner, « Bruckner - Afrique : ce génocide oublié » (consulté le )
  13. Tidiane N'Diaye, Passions créoles, Publibook, , 50 p. (ISBN 2-84436-000-9).
  14. Voir sur lemonde.fr.
  15. « Le Grand prix littéraire d'Afrique noire attribué à Blick Bassy », Journal du Cameroun, (consulté le ).
  16. « Grand prix littéraire d'Afrique noire 2017 : Les Ivoiriens Josué Guébo et Kangannou Pierre parmi les 7 finalistes », Ivoire Matin, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier