Argonautes

groupe de héros qui partirent avec Jason à bord du navire Argo pour retrouver la Toison d'or

Dans la mythologie grecque, les Argonautes (en grec ancien : Αργοναῦται / Argonaûtai) sont un groupe de héros qui partirent d'Iolcos, l'actuelle Volos, avec Jason à bord du navire Argo pour retrouver la Toison d'or. Ils apparaissent dans de nombreuses légendes. Selon les sources, leur nombre varie, mais la tradition rapporte que l'expédition était composée de 50 hommes en plus de Jason et d'une femme (Atalante). La mention la plus ancienne de l'expédition des Argonautes se trouve dans l’Odyssée (chant XII, vers 69 à 72), dans la bouche de Circé.

Rassemblement des Argonautes (?) Cratère attique à figures rouges, 460-450 av. J.-C. Musée du Louvre (G 341).

PéripleModifier

 
Construction de l'Argo : Athéna ajuste la voile, Tiphys tient la vergue et Argos travaille à l'arrière. Bas-relief romain en terre cuite (Ier siècle environ), British Museum, Londres.

Les Argonautes sont des Minyens ou même, selon Hérodote, les ancêtres des Minyens. Pélias envoie son neveu Jason en Colchide s’emparer de la toison d'or accrochée à un chêne. Selon les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, ce dernier fait construire un bateau pour cinquante rameurs, et réunit l’équipage correspondant, les Argonautes. Ils partent de Pagasae en Thessalie où le bateau a été construit et se dirigent vers le nord-est. Ils font escale à Lemnos, à Samothrace, pénètrent dans l'Hellespont, font escale à Cyzique, en Mysie et, après s’être engagés dans le Bosphore, ils longent la côte sud de la mer Noire jusqu’en Colchide, terme de leur expédition[1].

Jason accomplit les tâches imposées par le roi Aiétès grâce à la magie et aux drogues de Médée.

Le retour se fait en remontant le Danube puis le Pô, après un crochet par la mer Adriatique. Ils traversent le Léman, s'engagent sur le Rhin, mais font demi-tour, descendent le Rhône, suivent la côte italienne et, après un crochet en Libye, au cours duquel ils portent le bateau, rejoignent leur point de départ.

Selon différentes variantes du récit, ils sont assaillis à leur retour par une tempête hivernale, épreuve qui permet l'héroïsation collective des Argonautes. Pour Alain Moreau, l’expédition aboutit pour eux à une nouvelle naissance grâce à Argo qui les a « portés dans son ventre » et leur a fait passer l'initiation nécessaire pour qu'ils deviennent des héros[1],[2].

Catalogue des ArgonautesModifier

On sait que des catalogues d'Argonautes ont existé dès l'époque archaïque[3], notamment dans le Catalogue des femmes[4], Phérécyde d'Athènes[5] et Eschyle[6] — mais sans doute aussi dans les Naupacties[7]. On retrouvait de telles listes également chez Sophocle[8], Antimaque de Colophon[9] et Cléon de Curium[10].

Parmi les textes conservés, si l'on excepte Pindare qui ne cite qu'une dizaine de demi-dieux[11], le premier catalogue « complet » est donné dans les Argonautiques orphiques[12]. Viennent ensuite Apollonios de Rhodes[13], qui fait souvent office de canon, Diodore de Sicile[14], Hygin[15], le pseudo-Apollodore[16], Stace[17] et Valerius Flaccus[18].

Présence des Argonautes dans les listes
Pseudo-Apollodore[16] Apollonios de Rhodes[13] Argonautiques orphiques[12] Diodore de Sicile[14] Hygin[15] Pindare[11] Stace[17] Valerius Flaccus[18]
Acaste Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Actor fils d'Hippase Oui Non Non Non Oui Non Non Non
Admète Oui Oui Oui Non Non Non Oui Oui
Amphiaraos Oui Non Non Non Non Non Non Non
Amphidamas Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Amphion fils d'Hypérasios Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Ancée fils de Lycurgue Oui Oui Non Non Oui Non Oui[19] Oui
Ancée fils de Poséidon Non Oui Non Non Oui Non Oui[19] Oui
Argos fils d'Arestor Non Oui Oui Oui[20] Non Non Non Oui
Argos fils de Phrixos Oui Non Non Oui[20] Non Non Non Non
Argos fils de Polybe Non Non Non Non Oui Non Non Non
Arios fils de Bias Non Oui Oui Non Non Non Non Non
Ascalaphe Oui Non Non Non Non Non Non Non
Asclépios Non Non Non Non Oui Non Non Non
Astérion de Pellène Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Astérios de Pirésie Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Atalante Oui Non Non Oui Non Non Non Non
Augias Oui Oui Oui Non Oui Non Non Non
Autolycos Oui Non Non Non Non Non Non Non
Boutès fils de Téléon Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Calaïs Oui Oui Oui Oui[21] Oui Oui Oui Oui
Canthos Non Oui Non Non Oui Non Non Oui
Castor Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Cénée Oui Non Non Non Oui Non Non Non
Céphée de Tégée Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Clyménos (?) Non Non Non Non Non Non Non Oui
Clytios fils d'Eurytos Non Oui Non Non Oui Non Non Non
Coronos fils de Cénée Non Oui Oui Non Oui Non Non Non
Deucalion fils d'Hypérasios Non Non Non Non Non Non Non Oui
Deucalion fils de Minos Non Non Non Non Oui Non Non Non
Échion fils d'Hermès Non Oui Oui Non Oui Oui Non Oui
Erginos Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Éribotès Non Oui Non Non Oui Non Non Oui
Éthalidès fils d'Hermès Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Euphémos fils de Poséidon Oui Oui Oui Non Oui Oui Non Oui
Euryale fils de Mécistée Oui Non Non Non Non Non Non Non
Eurydamas fils de Démonassa Non Oui Oui Non Non Non Non Oui
Eurymédon fils de Dionysos Non Non Non Non Oui Non Non Non
Eurytion de Phthie Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Eurytos fils d'Hermès Oui Oui Oui Non Oui Oui Non Oui
Héraclès Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Hippalcimos fils de Pélops Non Non Non Non Oui Non Non Non
Hylas Oui Oui Oui Non Oui Non Oui Oui
Ialmène (?) Oui Non Non Non Non Non Non Non
Idas Non Oui Oui Non Oui Non Oui Oui
Idmon Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Iolaos Non Non Non Non Oui Non Non Non
Iphiclès[22] Non Non Non Oui Non Non Non Non
Iphiclos fils de Clymène Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Iphiclos fils de Thestios Oui Oui Oui Oui[23] Oui Non Non Non
Iphis (?) Non Non Non Non Non Non Non Oui
Iphitos d'Œchalie Non Oui Non Non Oui Non Oui Non
Iphitos de Phocide Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Iphitos (frère d'Eurysthée)[24] Non Non Non Oui Non Non Non Non
Jason Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Lacoon Non Oui Non Non Oui Non Non Non
Laërte Oui Non Non Oui[25] Non Non Non Non
Léitos Oui Non Non Non Non Non Non Non
Léodocos Non Oui Oui Non Non Non Non Oui
Lyncée Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Méléagre Oui Oui Oui Oui[26] Oui Non Oui Oui
Ménétios fils d'Actor Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Mopsos fils d'Ampyx Non Oui Oui Non Oui Oui Oui Oui
Nauplios fils de Clytonée Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Nélée Non Non Non Non Oui Non Non Non
Nestor Non Non Non Non Non Non Non Oui
Oïlée Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Orphée Oui Oui Oui Non Oui Oui Oui Oui
Palémon (?) Oui Oui Oui Non Oui Non Non Non
Pélée Oui Oui Oui Non Oui Non Oui Oui
Pénélée Oui Non Non Non Non Non Non Non
Périclyménos fils de Nélée Oui Oui Oui Non Oui Oui Non Oui
Phanos Oui Non Non Non Non Non Non
Phalère Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Philoctète Non Non Non Non Oui Non Non Oui
Phlias Non Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Phocos fils de Cénée Non Non Non Non Oui Non Non Non
Pirithoos Non Non Non Non Oui Non Non Non
Péas Oui Non Non Non Non Non Non
Pollux Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Polyphème fils d'Élatos Oui Oui Oui Non Oui Non Non Oui
Priasos fils de Cénée Non Non Non Non Oui Non Non Non
Staphylos fils d'Ariane Oui Non Non Non Non Non Non Non
Talaos Non Oui Oui Non Non Non Oui Oui
Télamon Oui Oui Oui Oui Oui Non Oui Oui
Thésée Oui Non Non Non Oui Non Oui Non
Tiphys Oui Oui Oui Non Oui Non Oui Oui
Tydée Non Non Non Non Non Non Oui Oui
Zétès Oui Oui Oui Oui[21] Oui Oui Oui Oui

En dehors de ces listes, d'autres noms sont parfois donnés par les auteurs, comme Cios[27] et Arménos[28] chez Strabon, ou Philammon qui remplace Orphée chez Phérécyde[5].

InterprétationsModifier

 
Jason régurgité par le dragon qui garde la Toison d'or (au centre, accrochée à l'arbre); Athéna se tient à droite. Coupe à figures rouges par Douris, v. 480-470 av. J.-C., Cerveteri (Étrurie)

Selon Jean Haudry, la légende des Argonautes a une longue préhistoire et sa formation se répartit entre cinq strates dont la plus ancienne comporte plusieurs contes que l'on peut faire remonter au Paléolithique. Le cœur de la légende argonautique serait typique de la première période de la tradition indo-européenne. C'est une « quête du soleil » figurée par la toison d’or, grâce à laquelle Jason, protégé de la déesse Héra « Belle saison » devient un héros. Son héroïsation est précédée d’une « traversée de l’eau de la ténèbre hivernale » qui lui vaut la faveur de la déesse. Ce schéma traditionnel se repète à la fin de l'expédition au bénéfice de l'ensemble des Argonautes[1].

La légende conserve aussi des données qui remontent à la deuxième période de la tradition indo-européenne et dont le cadre social, celui de la Grèce archaïque, est maintenu par les auteurs d'époques plus récentes. La « quête du soleil » est devenue une « quête de la fortune » et, pour Jason, un rite d'initiation royal[29].

Quatrième strate, une grande partie de la légende argonautique a pour cadre la société héroïque de la fin de la période commune des Indo-Européens et de celle des migrations. Dans ce cadre, l'équipage de l'Argo constitue un compagnonnage guerrier d'hommes venus de toute la Grèce, un Männerbund, lié à son seigneur par des liens contractuels de fidélité personnelle[30]. Certaines de ces confréries pratiquent le travestissement animal, mimant la métamorphose. « Certains Argonautes portent des peaux d'animaux, Ancaios une peau d'ours, comme les berserkir scandinaves, Argos une peau de taureau, Jason une peau de panthère. L'un d’eux, Periclumenos, est capable de changer de forme à volonté comme le Mongan irlandais et ses homologues scandinaves. »[1]

Enfin, dans les temps historiques, la légende s'est accrue d’apports divers, notamment crétois, cariens, lydiens, thraces et égyptiens (Roux 1949 : 40 et suiv.), les récits successifs du périple reflètant les progrès de la géographie[1]. Parmi ces éléments les plus récents, la toison d’or qui tire probablement son origine de l'utilisation de peaux de mouton pour recueillir les paillettes, et sa localisation en Colchide, qui produisait alors de l'or, de l'argent et du fer[1].

Cette utilisation est sans doute à l'origine de l'interprétation alchimique du mythe des Argonautes, attestée pour la première fois par le Souda (Xe siècle) :

«  La Toison d'or n'était pas ce que la fable dit d'elle, mais un livre écrit sur une peau et qui enseignait la manière de fabriquer l'or par alchimie[31]. »

Après, entre autres, Eustathe, Pic de la Mirandole et Robert Vallensis[32], Michael Maier, médecin et alchimiste de l'empereur Rodolphe II, fait du chef des Argonautes, Jason (du grec iasis, « médecine ») un médecin en quête de la pierre philosophale, c'est-à-dire de la médecine d'or. Le voyage des Argonautes ne signifierait rien d'autre que les étapes du Grand-Œuvre des alchimistes[33].

Évocations artistiques et adaptationsModifier

 
Le Périple des Argonautes, tableau de Constantin Volanakis.

LittératureModifier

L'homme de lettres britannique William Morris évoque Jason dans son poème The Life and Death of Jason en 1867.

L'écrivain, poète et mythographe Robert Graves évoque la quête de la Toison d'or dans son roman The Golden Fleece (La Toison d'or), publié à Londres en 1944 et réédité l'année suivante à New York sous le titre Hercules, My Shipmate (« J'ai navigué avec Hercule »).

André Gide, dans son roman Les Faux-monnayeurs (1925), met en scène une association littéraire appelée « Les Argonautes » dans la satire de la société littéraire française qu'il réalise dans le huitième chapitre de la troisième partie.

Bernard Simonay, dans La Légende de la Toison d'or (2005), retrace l'aventure des Argonautes.

Dans la série Héros de l'Olympe : Le fils de Neptune de Rick Riordan, le personnage de Frank Zhang est un descendant de l'Argonaute Périclyménos.

Dans Le Voyage de l'effroi, de J. H. Brennan, dans la collection des Livres dont vous êtes le héros, le protagoniste se réveille à bord d'un bateau et libère les argonautes.

De plus, le héros principal Bell Cranel du Light Novel Danmachi est comparé à un argonaute, sa compétence se nomme "Argonaute".

Bandes dessinéesModifier

Le dessinateur américain Carl Barks lance Picsou, Donald et les trois neveux Riri, Fifi et Loulou sur la piste de la Toison d'or dans une bande dessinée de 1955, À la recherche de la Toison d'or (The Golden Fleecing).

Le dessinateur belge Crisse raconte l'odyssée de la Toison d'or dans sa bande-dessinée Atalante (série commencée en 2000), dont le personnage principal est Atalante, la seule femme de l'équipage.

Dans la collection « la sagesse des mythes » conçue et écrite par Luc Ferry, Jason et la toison d’or, série en trois tomes sur un scénario de Clothilde Bruneau et les dessins d’Alexandre Jubran (Glénat 2016-2019), raconte en BD le mythe de Jason et le voyage des Argonautes suivi d’un texte explicatif de Luc Ferry sur les mythes et leur source.

Au cinémaModifier

Le périple des Argonautes donne lieu à plusieurs péplums qui s'inspirent assez librement des différentes sources du mythe. Le plus fameux péplum sur ce sujet est Jason et les Argonautes de Don Chaffey, sorti en 1963, connu entre autres pour les effets spéciaux de Ray Harryhausen[34]. Le voyage des Argonautes les emmène dans une géographie imaginaire ; les interventions des dieux sont régulières et codifiées (Héra n'a le droit d'aider Jason que cinq fois). Le scénario semble s'être inspiré d'assez près des Argonautiques d'Apollonios de Rhodes, même s'il en écarte certains épisodes (l'île de Lemnos) et en remanie d'autres. Ainsi les Argonautes rencontrent Talos à l'aller, et le dieu Triton intervient pour les aider à franchir les Symplégades. Les soldats nés des dents du dragon sont représentés comme des squelettes, et Jason affronte lui-même la créature gardant la toison, et qui est ici une hydre.

Un téléfilm américain, Jason et les Argonautes, a été réalisé en 2000 par Nick Willing[35].

Jeux vidéoModifier

Rise of the Argonauts, un jeu vidéo de rôle développé par Liquid Entertainment et sorti en 2008, propose au joueur d'incarner Jason en quête de la toison d'or. Le jeu s'inspire très librement du mythe antique, puisque la toison d'or a ici le pouvoir de ressusciter les morts, que les Argonautes rencontrent Méduse qui appartient en réalité au mythe de Persée et que Jason est amené à croiser Achille, qui fait habituellement partie de la génération suivante dans les textes antiques[36].

RéférencesModifier

La série The Terror, qui raconte le périple de 2 navires dans l'Arctique, fait référence aux Argonautes.

Un établissement sportif et culturel, inauguré en 2017 dans le quartier de l'Argonne, à Orléans (Loiret, France), a été nommé « Argonaute », à l'issue d'une consultation des habitants.

NotesModifier

  1. a b c d e et f Jean Haudry, Les origines de la légende argonautique, etudesindoeuropeennes.fr, 2015, p.9
  2. Alain Moreau, Le Mythe de Jason et Médée. Le Va-nu-pied et la Sorcière, Les Belles Lettres, coll. « Vérité des mythes », Paris, 1994, p. 118
  3. La liste des sources donnée ici reprend (en) Andrew Zissos, Valerius Flaccus Argonautica. Book 1. A commentary, s.v. 350-483.
  4. Catalogue des femmes [détail des éditions], fr. 63 MW = Σ Apollonios de Rhodes, I, 45. Ce fragment suggère aussi l'existence d'un Catalogue des Argonautes homérique.
  5. a et b Phérécyde d'Athènes, 3F26 FGrH = Σ Apollonios de Rhodes, I, 23.
  6. Les Cabires, fr. 97a Radt.
  7. Naupacties [détail des éditions], fr. 4 Bernabé = Σ Apollonios de Rhodes, III, 515.
  8. Les Lemniennes, fr. 385-386 Radt.
  9. Lydé, fr. 67 Matthews.
  10. Σ Apollonios de Rhodes, I, 77.
  11. a et b Pindare, Odes [détail des éditions] (lire en ligne), IVe Pythique (12 noms).
  12. a et b Argonautiques orphiques [détail des éditions] [lire en ligne], v. 118-229 (50 noms).
  13. a et b Apollonios de Rhodes, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne], I, 20-227 (55 noms).
  14. a et b Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 41, 2-3 et suiv. (13 noms cités, 54 au total).
  15. a et b Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne], XIV (63 noms).
  16. a et b Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 16 (44 noms).
  17. a et b Stace, Thébaïde [détail des éditions] [lire en ligne], V, 398-444 (20 noms cités, 50 au total).
  18. a et b Valerius Flaccus, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne], I, 350-483 (51 noms).
  19. a et b Stace cite « Ancée, qui menace nos murs avec fureur » (V, 399), sans qu'il soit possible de déterminer de quel personnage il s'agit.
  20. a et b Diodore cite Argos comme le constructeur de l'Argo (IV, 41, 3), sans qu'il soit possible de déterminer de quel personnage il s'agit.
  21. a et b Diodore, IV, 42, 2.
  22. Diodore, IV, 49, 3.
  23. Diodore parle des « fils de Thespios » (IV, 41, 2 et 48, 5). S'il s'agit d'une confusion avec Thestios, alors il pourrait s'agit d'Iphiclos, Prothoos et Cométès.
  24. Diodore, IV, 48, 4.
  25. Diodore IV, 42, 5.
  26. Diodore, IV, 42, 4.
  27. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], XII, 4, 3.
  28. Strabon, XI, 4, 9.
  29. Alain Moreau, Le Mythe de Jason et Médée. Le Va-nu-pied et la Sorcière, Les Belles Lettres, coll. « Vérité des mythes », Paris, 1994
  30. René Roux, Le problème des Argonautes. Recherches sur les aspects religieux de la légende, Paris, Éd. De Boccard, 1949, p. 31 et 175
  31. Sylvain Matton, L'Interprétation alchimique de la mythologie, Paris, P.U.F., (lire en ligne), p. 74.
  32. Sylvain Matton, L'Interprétation alchimique de la mythologie, Paris, P.U.F., (lire en ligne), p. 73 ss.
  33. (la) Michael Maier, Arcana arcanissima, s.l., , 285 p., p. 62 à 77.
  34. (en) « Jason et les Argonautes (1963) », sur Internet Movie Database (consulté le 9 mai 2020)
  35. (en) « Jason and the Argonauts », sur Internet Movie Database (consulté le 9 mai 2020)
  36. Dans les Argonautiques d'Apollonios de Rhodes, par exemple, Achille n'est encore qu'un nouveau-né au moment de l'expédition des Argonautes : Argonautiques, I, 553-558.

BibliographieModifier

  • René Roux, Le problème des Argonautes. Recherches sur les aspects religieux de la légende, Paris, Éd. De Boccard, 1949.
  • Pierre Lévêque et Otar Lordkipanidzé (dir.), Sur les traces des Argonautes, Université de Franche-Comté (actes du 6e symposium de Vani), 1996 (ISBN 978-2-251-60613-2) [lire en ligne].
  • Dimitris Michalopoulos, Les Argonautes, Paris: Dualpha, 2013 (ISBN 978-23537-425-1-6).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :