Portail:Nouvelle-France

Nouvelle-France
Le jeudi 13 juin de l’an de grâce 2024, il y a 2 168 articles liés à ce portail.


Bienvenue sur le portail de la Nouvelle-France. Ce portail Wikipédia a pour objectif d'offrir un accès aisé à l'ensemble des 2 168 articles de Wikipédia ayant trait à l'histoire de la Nouvelle-France.
Les éphémérides présentées ici regroupent des événements de 1534 à 1763, survenus un peu partout dans le monde et contextualisant l'époque d'existence de la Nouvelle-France.
L'index thématique présente une sélection d'articles, la plus exhaustive possible, consacrés à des réalités de la colonisation française de l'Amérique du Nord et classés par thèmes.

La Nouvelle-France (1534 - 1763)

La Nouvelle-France à son expansion maximale

La Nouvelle-France est le nom que la France donna à ses colonies d'Amérique du Nord. L'histoire de la Nouvelle-France débuta avec les premières tentatives de colonisation française, suivant le premier voyage de Jacques Cartier en 1534. L'économie de cette colonie était presqu'exclusivement tournée vers la pêche et la traite des fourrures. C'était alors une colonie-comptoir.

Terre amérindienne à l'origine, la Nouvelle-France fut progressivement occupée par la France de l'Ancien Régime de 1604 à 1760. La ville de Québec fut la première ville fondée par des européens en sol nord-américain, par Samuel de Champlain, le . Elle sera la capitale de la Nouvelle-France durant plus d'un siècle et demi.

La colonie-comptoir des débuts ne répondit plus aux exigences du roi, qui voulait peupler la Nouvelle-France. Elle devint en 1663 une colonie de peuplement, avec l'arrivée du gouvernement royal.

Cet immense territoire s'étendait en trois régions distinctes: l'Acadie qui se trouvait dans ce qui est devenu les provinces atlantiques du Canada actuel, le Canada (de l'époque), longeant la vallée du Saint-Laurent, et la Louisiane, qui comprenait le Pays des Illinois, descendait le long du Mississippi et de l'Ohio jusqu'au Golfe du Mexique.

La colonie connut un faible effort de peuplement, contrairement aux colonies américaines britanniques jouxtant ses frontières orientales. Vers 1730, l'écart est considérable: les colonies britanniques comptaient environ 250 000 personnes d'origine européenne tandis que la Nouvelle-France, seulement 30 000.

Cette situation, en plus de sa position géographique empêchant une expansion des terres britanniques, n'attendait que des affrontements. Ceux-ci se multiplièrent jusqu'à la chute de Québec, le .

La Nouvelle-France cessa son existence lorsque la France céda définitivement le Canada et ses dépendances à la Grande-Bretagne, lors du traité de Paris en 1763 ; la France ne conservant que les îles de Saint-Pierre et Miquelon.

Citation

La colonie du Canada n'est bonne qu'autant qu'elle peut être utile au Royaume.
Louis XIV

Lumière sur...

La noblesse de Nouvelle-France est le prolongement de celle de France dont l'État, à l'époque de la colonisation, y exporta son propre modèle de société. Celui-ci, qualifié de Chrétienté, puis ultérieurement d'Ancien Régime, envisageait, conformément au magistère catholique, la société comme un tout organique ou chacune des parties vit en symbiose avec les autres. Ainsi, la société française de Nouvelle-France, tout comme sur le vieux continent, est organisée en trois ordres distingués qui correspondent à trois fonctions sociales, ou secteurs d'activités. Ces fonctions sont hiérarchisées en dignité, autrement dit la logique spirituelle du premier ordre prévaut sur celle politique du second, qui elle-même prévaut sur toutes les considérations économiques. La Chrétienté est donc le contraire d'une société matérialiste où l'économie impose sa logique à l'ensemble de la société. Les deux premiers ordres ont des fonctions de services publics à remplir qui sont onéreuses. Ainsi, le clergé prend à sa charge le culte public, l'état civil, l'instruction publique, la recherche, la science, la culture et l'assistance publique. Tandis que le troisième ordre, qui comprend toutes les activités économiques, a des fonctions qui sont lucratives. De ce fait, la plupart des impôts reposent sur le troisième ordre, afin d'entretenir les deux premiers. Le second ordre, celui de la noblesse, se charge des fonctions régaliennes, soit de la défense de la société principalement par la fonction militaire (la noblesse d'épée - qui paye ainsi l'impôt du sang) mais aussi par la fonction judiciaire (noblesse de robe), ainsi que de la haute administration. Cependant en Nouvelle-France les nobles, étant généralement assez pauvres, auront le droit de pratiquer certains commerces.

Lire la suite...

Patrimoine

Fort Michilimakinac
Fort Michilimakinac

Fort Michilimakinac était un poste de traite en Nouvelle-France dans les Pays d’en Haut. Trois sites en tout reçurent l’appellation Fort Michilimakinac, deux sous le régime français, un autre sous le régime britannique. Aujourd’hui, les deux derniers sites ont été convertis en musées ouverts au public.

Chronologie

Pour connaître toute la chronologie détaillée de cette épopée de la Nouvelle-France, vous n'avez qu'à consulter cette

Ligne du temps, pour la Nouvelle-France,

celle-ci, pour l'Acadie, ou

celle-ci, pour Montréal.

Éphémérides

C'est arrivé le 13 juin :

Naissances

Décès

Saints catholiques et orthodoxes du jour

Image

La France apportant la foi aux Hurons de la Nouvelle-France

Carte de la Nouvelle-France vers 1750

La Nouvelle-France à son apogée
La Nouvelle-France à son apogée