Portail:Cinéma québécois

Quebecfilm.png

le portail du cinéma québécois
et de la télévision québécoise

2 288 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications

Les films • Scénaristes • Acteurs et actrices • Réalisateurs et réalisatrices

Producteurs et productrices • Cinémathèque québécoise • Office national du film • Télévision


Le cinéma québécois est l’un des deux cinémas nationaux du Canada. Culturellement distinct du cinéma canadien, il prend son essor à la fin des années 50, lors de la Révolution tranquille. Né du désir d’émancipation culturelle des québécois, il a su se tailler un marché intérieur au Québec et détient aujourd’hui une reconnaissance internationale grâce à sa filmographie.

Le cinéma au Québec repose sur des sources de financement publiques et privées. À l’image de la société québécoise, le contenu qui y est créé est, en grande partie, d’expression française, mais demeure, à un certain point, attaché à la culture nord-américaine. Le Québec possède le second cinéma francophone par l’importance du nombre de productions après le cinéma français.

La télévision québécoise est une partie essentielle de la culture québécoise et canadienne-française. Elle se développe à partir des années 1950, lorsque le gouvernement fédéral du Canada se donne comme objectif d'offrir une alternative aux émissions de télévision américaines. Ainsi, la Télévision de Radio-Canada est créée le . Elle fournit alors des programmes en même temps qu'elle devient une école de création audiovisuelle et un moyen de renforcer l'identité et la culture du Québec.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Effectuer un nouveau tirage
modifier 
 Icône Film

Bon Cop, Bad Cop est un film d'action sorti en 2006. Le film raconte l'histoire d'un policier québécois, David Bouchard (Patrick Huard) et d'un policier canadien de Ontario, Martin Ward (Colm Feore) qui doivent unir leurs forces, malgré leurs différences.

Un cadavre est découvert à la frontière du Québec et de l'Ontario. Pour trouver le tueur, deux policiers, l'un Québécois, l'autre Ontarien, doivent travailler ensemble, malgré tous les traits de caractère qui les opposent.

En complément de son contenu d'action et de son intrigue policière, le film aborde avec humour et ironie le thème de la dualité nationale canadienne. La dynamique et les ressorts humoristiques de l'interaction entre les deux protagonistes, partenaires involontaires au début mais se découvrant graduellement et apprenant à s'estimer, repose donc sur ce fait que l'un est Ontarien et l'autre est Québécois. On joue à fond le contraste entre le Québécois en jeans et blouson de cuir, truculent, direct, un brin populacier et à la conscience professionnelle ne pesant pas trop lourd et l'Ontarien en costard et cravate, strict, flegmatique, classe, élégant mais aussi un peu à cheval sur la procédure.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Acteur
Caroline Dhavernas

Caroline Dhavernas est née à Montréal le et a commencé sa carrière dès l'âge de 8 ans, en doublant des téléséries comme Babar, Mont-Royal et La Championne. À l'âge de 12 ans, elle a fait ses débuts comme actrice dans le film Comme un Voleur de Michel Langlois.

Elle a joué dans plusieurs films canadiens, parmi lesquels L'Île de sable de Johanne Prégent, Lost and Delirious de Léa Pool, The Baroness and the Pig de Michael Mackenzie et Nez rouge d'Érik Canuel.

Dernièrement, elle a décroché un rôle principal dans la nouvelle série médicale d'ABC Off the Map : Urgences au bout du monde de la productrice Shonda Rhimes, responsable des succès de Grey's Anatomy et Private Practice.

On la verra sous peu dans les films Devil, Une famille très moderne et Wrecked, ainsi que dans le drame fantaisiste Mars et Avril de Martin Villeneuve, tiré des romans graphiques éponymes.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
 Icône Cinéaste, évènement
Denis Villeneuve, 2013

Denis Villeneuve est né à Trois-Rivières le 3 octobre 1967. Il a fait ses études universitaires en cinéma à l'Université du Québec à Montréal.

En 1990-1991, il remporte la Course Europe-Asie grâce à ses reportages audacieux. Produit et diffusé par la télévision de Radio-Canada, le concours réserve à son gagnant un billet pour réaliser un film avec l'Office national du film du Canada.

En 2000, il écrit et réalise son deuxième long métrage, Maelström, sélectionné par une quarantaine de festivals, dont le Festival du film de Sundance et le Festival international du film de Toronto. Le film récolte plus de vingt-cinq prix à travers le monde, parmi lesquels le Prix de la Critique Internationale (FISPRECI) au Festival de Berlin, le Prix SACD pour le meilleur scénario, ainsi que le Prix Génie du meilleur film de l’année à Toronto en 2001. Maelström représente à son tour le Canada aux Oscars 2001, puis est distribué en Europe, aux États-Unis et au Japon.

Il a réalisé le long métrage Polytechnique, portant sur la tuerie de l'École Polytechnique de Montréal, sorti sur les écrans québécois en février 2009 et présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs du 62e Festival de Cannes.

En 2010, Denis Villeneuve a présenté Incendies, l’adaptation cinématographique de la pièce à succès de Wajdi Mouawad, dont la première a eu lieu à la Mostra de Venise. Le film est en nomination aux Oscars 2011 dans la catégorie du « Meilleur film en langue étrangère ».

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?
  • La première projection canadienne a eu lieu le 27 juin 1896 au Palace Theatre du boulevard Saint-Laurent à Montréal.
Danse indienne
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Gala Québec Cinéma
Le 23e gala Québec Cinéma s'est déroulé le .
Cinq longs métrages étaient en nomination pour le Meilleur film de l'année
La Déesse des mouches à feu - Souterrain - Le club Vinland - My Salinger Year - Nadia, Butterfly


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
À partir du moment où les cinéastes auront oublié leur maman pour déshabiller sereinement leur voisine qui s'appellera Yvette Tremblay ou Yvonne Beauchemin, en plein soleil et avec une grande angulaire bien au foyer sur la caméra, à partir de ce moment-là, nous pourrons envisager comme Jean Renoir un cinéma libre en même temps que férocement national. Un cinéma de joie et de conquête.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Denys Arcand (1964)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Portails connexes
Portail:Cinéma
Portail:Cinéma français
Portail:Animation
Portail:Réalisation audiovisuelle
Portail:Québec
Portail:Québec
Cinéma Cinéma français Animation Réalisation audiovisuelle Québec Politique québécoise
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif