Ouvrir le menu principal

Antoine de Jussieu

botaniste français, né en 1686
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jussieu.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Jussieu.
Antoine de Jussieu
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
Ant.Juss.Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Laurent de Jussieu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Joseph de Jussieu
Bernard de Jussieu
Christophe de Jussieu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Membre de
Maîtres

Antoine de Jussieu (, Lyon - , Paris) est un botaniste et médecin français. Il a, entre autres, expérimenté l'effet de certaines plantes contre les fièvres.

Sommaire

BiographieModifier

Naissance et formationModifier

Antoine, frère de Bernard et de Joseph est le fils de Laurent de Jussieu, docteur en médecine et maître apothicaire à Lyon, et de Lucie Cousin. Il a fait ses premières études au collège des Jésuites de Lyon. Il a ensuite entrepris des études de théologie avant de découvrir la botanique. Il décide alors d'entreprendre des études à la Faculté de médecine de Montpellier. Sa passion le conduit à herboriser en Normandie et en Bretagne[1].

Ces recherches le font remarquer par Guy Fagon, Premier médecin du roi Louis XIV et surintendant du Jardin royal des plantes médicinales. Fagon le recommande pour le poste de professeur de botanique du Jardin du roi, laissé vacant par la mort de Tournefort en 1709, dont Antoine était un grand admirateur.

Chercheur botaniste de l'Académie des SciencesModifier

Antoine de Jussieu est admis à l'Académie des sciences en 1711. En 1716, Fagon lui confie une mission en Espagne et au Portugal afin d'y recueillir des plantes. Antoine demandera à son frère Bernard de l'accompagner. À son retour, il fait paraître dans les Mémoires de l'Académie des sciences la relation de son voyage. Il crée une classe à part de plantes pour les champignons et les lichens dans un mémoire présenté en 1728 devant l'Académie royale des sciences[2].

Il est chargé du cours de matière médicale à Faculté de médecine de Paris. Son enseignement fera l'objet d'une publication posthume, en 1772, intitulé le Traité des vertus des plantes. Parallèlement à son activité de botaniste, de Jussieu n'a jamais cessé d'exercer la médecine. Cette double spécialité lui permet d'expérimenter l'intérêt de nombreuses espèces comme l'écorce de quassia, une Simaroubacée, contre les fièvres.

Antoine de Jussieu permet l'introduction du caféier dans les Antilles en 1720[3].

Pierre Baux devient son correspondant à l'Académie en 1757.

Notes et référencesModifier

  1. Académie des sciences (France) Auteur du texte, Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie, Imprimerie de Du Pont, (lire en ligne)
  2. Antoine de Jussieu, « De la nécessité d'établir dans la Méthode nouvelle des Plantes une classe particulière pour les Fungus, à laquelle doivent se rapporter non seulement les Champignons, les Agarics, mais encore les Lichen. À l'occasion de quoi on donne la Description d'une Espèce nouvelle de Champignon qui a une vraye odeur d'Ail », 28 juillet 1728, Histoire de l'Académie royale des sciences (Année 1728), Imprimerie royale, Paris, 1730, p.377-383.
  3. Marjorie Jung, Comité des travaux historiques et scientifiques, « JUSSIEU Antoine de », sur cths.fr, (consulté le 2 mars 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Ant.Juss. est l’abréviation botanique standard de Antoine de Jussieu.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI