Ouvrir le menu principal

Populisme de droite

Idéologie politique
Manifestation du mouvement de droite populiste PEGIDA, le 3 octobre 2016 à Dresde (Allemagne)

Le populisme de droite est une idéologie politique qui combine les valeurs de la droite avec les thèmes et la rhétorique du populisme.

Depuis 1990, plusieurs partis populistes de droite entrent dans les parlements nationaux (Canada, Chili, France, Israël, Norvège, Pologne, Russie, Roumanie) et intègrent des coalitions gouvernementales (Suisse, Autriche, Pays-Bas, Danemark, Italie).

Théorisation et dynamiqueModifier

Cette rhétorique est souvent constituée de sentiments anti-élitistes, antisystèmes et parlant au noms des « petites gens »[1][source insuffisante].

En Europe, le populisme de droite est souvent désigné pour décrire des groupes, des personnalités et des partis politiques opposés à l'immigration, en particulier venant du monde islamique, et eurosceptique. Le populisme de droite dans le monde occidental est généralement, mais pas exclusivement, associé avec des idéologies comme le néonationalisme, l'antimondialisme[2], le nativisme[3],[4], le protectionnisme[5] et l'opposition à l'immigration.

Pour le chercheur Arthur Borriello, le populisme ne suit pas seulement « une logique politique de dichotomisation de l’espace social, entre le peuple et les élites considérées comme responsables de la frustration du plus grand nombre », comme théorisé par Ernesto Laclau, mais recèle également « un contenu politique (ce n’est pas une pure logique formelle, comme le concevait Laclau) : en tant que mouvement populaire, il vise à une extension des droits politiques et sociaux des classes populaires ». Il considère ainsi que le populisme est « fondamentalement « de gauche », ou en tout cas, orienté vers l’émancipation populaire », indiquant : « Les éléments de populisme qu’on prête souvent à l’extrême droite ne sont, à mon sens, que des accessoires rhétoriques et ne constituent pas du tout le socle de l’extrême droite, qui est axée autour de thèmes nationalistes et autoritaires et n’a pas pour priorité une extension du domaine des droits des « petites gens », bien au contraire. Au risque d’être contre-tendance, j’irais même jusqu’à dire que le populisme de droite est une contradiction dans les termes, d’une certaine façon »[6].

Selon le journaliste et essayiste Daniel Binswanger, la perte de la croyance dans le progrès, observée au début du XXIe siècle, « est une des donnes fondamentales qui expliquent la résurgence du populisme de droite »[7].

Par paysModifier

AllemagneModifier

Depuis 2013, le parti de droite populiste le plus populaire en Allemagne est Alternative pour l'Allemagne (AfD)[8] qui a réussi à terminer troisième aux élections fédérales allemandes de 2017, devenant le premier parti populiste de droite à entrer au Bundestag. Auparavant, les partis de droite populiste n'avaient obtenu de sièges que dans les parlements des États allemands ; il obtient par ailleurs de très bons résultats lors d'élections régionales, comme en Saxe ou en Brandebourg, où il termine deuxième. Le mouvement PEGIDA est aussi considéré comme étant de droite populiste pour sa rhétorique anti-migrants et anti-islamisation[9],[10].

Au niveau régional, les mouvements de droite populiste comme Pro NRW et Citoyens en colère attirent sporadiquement un certain soutien. En 1989, les Républicains dirigés par Franz Schönhuber sont entrés à la chambre des députés et ont obtenu plus de 7 % des voix aux élections européennes de 1989, avec six sièges au Parlement européen. Le parti a également remporté deux sièges au Landtag de Bade-Wurtemberg à deux reprises en 1992 et 1996, mais après 2000, l'électorat du parti s'est ensuite dirigé vers de l'Union populaire allemande et le Parti national-démocrate d'Allemagne.

AutricheModifier

Le principal parti de droite populiste autrichien est le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ). À partir de 1986, le parti change d'orientation politique passant du libéralisme économique au nationalisme allemand d'extrême droite, sous la direction de Jörg Haider[11]. Le parti participa à plusieurs gouvernement en 1983, en 1986, au sein de la coalition rouge-bleue aux côtés des socialistes du SPÖ, ainsi qu'entre 2000 et 2005 aux côtés des chrétien démocrate de l'ÖVP. En 2005, Heinz-Christian Strache devient président du parti et le parti commença à regagner du terrain aux élections. Lors des législatives de 2017, le parti finit troisième avec 25,97 % des voix et s'allia avec l'ÖVP pour former le gouvernement Kurz où le FPÖ obtint plusieurs ministères régaliens[12].

BelgiqueModifier

Les principaux partis de droite populiste dans la région Flandre sont le Vlaams Belang et le N-VA, qui ont recueillis respectivement 11,95 % des voix et 18 élus, et 16,03 % des voix et 25 élus aux élections fédérales belges de 2019.

Le principal parti de droite populiste dans la région Wallonne est le Parti populaire, qui a recueilli 1,11 % des voix lors des élections fédérales de 2019.

DanemarkModifier

 
Conférence de presse du leader du Parti populaire danois, Kristian Thulesen Dahl

Au début des années 1970, le Parti du progrès était l'un des plus grands partis de droite populiste d'Europe. Lors des législatives de 1973, elle devient la deuxième force politique du pays avec 16 % des voix. Il fut peu à peu supplanté par le Parti populaire danois, qui obtient aux législatives de 2015 21 % des voix et 37 siège au Parlement. Ce parti soutient une réduction de l'immigration venant de pays non-occidentaux et l'assimilation culturelle des migrants[13]. Cependant, étant donné l'appropriation du thème de l'immigration par l'ensemble de la classe politique, le Parti du progrès a obtenu un très mauvais score en 2019, avec 8,73 % et 16 députés.

États-UnisModifier

FranceModifier

Le principal parti populiste de droite français est le Rassemblement national (RN). C'est l'un des plus grands partis populistes de droite en Europe en pourcentages de voix.

Grande-BretagneModifier

Le principal parti populiste de droite anglais est UKIP. Anti-immigration et eurosceptique, il contribua notamment à la victoire du référendum pour la sortie de l’union européenne, le Brexit, que ses membres réclamaient depuis la naissance du parti. Cependant, depuis la victoire du Brexit, le parti obtient de faibles scores, étant notamment concurrencé par le Brexit Party.

GrèceModifier

Le parti populiste de droite grec le plus connu est Solution grecque, qui parvient à entrer au parlement en 2019 avec 3,70 % et 10 députés.

L'Alerte populaire orthodoxe est aussi quelquefois cité comme étant de droite populiste[14],[15],[16].

ItalieModifier

En Italie, le parti de droite populiste le plus en vue est la Ligue du Nord (LN). C'est un parti initialement régionaliste[17] et fédéraliste, fondé par plusieurs partis régionaux du nord de l'Italie.

Avec la montée de l'immigration en Italie depuis la fin des années 1990, le LN se touruna de plus en plus à la critique de l’immigration de masse en Italie. Le parti, qui s'oppose également à l'immigration clandestine, est critique envers l'islam et propose la sortie de l'Italie de la zone euro. Il est considéré comme un mouvement eurosceptique et, en tant que tel, a rejoint le groupe Europe libertés démocratie au Parlement européen après le élections européennes de 2009 en Italie. Le parti participa à plusieurs gouvernement dont l'actuel avec le Mouvement 5 étoiles.

Un certain nombre de partis nationaux conservateurs, nationalistes et populistes de droite sont bien implantés, en particulier dans le Latium, dans la région de Rome et dans le sud de l'Italie. La plupart d'entre eux sont les héritiers du Mouvement social italien (un parti néo-fasciste, dont le meilleur résultat a été de 8,7% des voix à l'élection générale de 1972) et de son successeur, l'Alliance nationale (qui a obtenu 15,7% des voix aux élections générales de 1996) . Ils comprennent les Frères d’Italie (4,4% en 2018), La Droite (2,4% en 2008), CasaPound (0,95% en 2018), Flamme tricolore (0,9% en 1996) et Forza Nuova (0,67% en 2006).

NorvègeModifier

Le Parti du progrès est souvent considéré comme populiste de droite. Elle devient l'un des principaux partis norvégien dès 1989 et entre dans la coalition gouvernementale en 2013 à l'issue des législatives de 2013 [18]

Pays-BasModifier

Le principal parti de droite populiste des Pays-Bas est le PVV, qui a recueilli 13,1 % des voix et 20 sièges lors des élections législatives néerlandaises de 2017.

PologneModifier

Le plus grand parti de droite populiste polonais est le pari Droit et justice, parti majoritaire à la Diète et celui de la première ministre Beata Szydło. Le parti combine conservatisme social, réduction de l'immigration, protectionnisme et soutient fort à l'OTAN[19].

SuisseModifier

Le principal parti populiste de droite de Suisse est l'UDC, qui est arrivée en tête des élections fédérales suisses de 2015, en recueilliant 29,4 % des voix et 65 sièges. C'est un parti de droite radicale, anti-immigration, eurosceptique, qui prône l'agrarisme, le nationalisme, le libéralisme économique, et l'isolationnisme.

Partis de droite populiste dans le mondeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Betz and Immerfall, p. 4–5.
  2. (en) Bonnie North, « The Rise of Right-Wing Nationalist Political Parties in Europe », sur wuwm.com (consulté le 24 mars 2017).
  3. (en-US) « Fear of Diversity Made People More Likely to Vote Trump », sur The Nation, (ISSN 0027-8378, consulté le 24 mars 2017).
  4. (en) « The political lexicon of a billionaire populist », sur Washington Post, (consulté le 24 mars 2017).
  5. (en) « The End of Reaganism », sur POLITICO Magazine, (consulté le 24 mars 2017).
  6. « Arthur Borriello: «La parenthèse du populisme de gauche est en train de se refermer» », sur Mediapart, (consulté le 4 juin 2019).
  7. Sylvain Besson, « La mort du progrès nous laisse vides et angoissés », sur letemps.ch, (consulté le 2 juillet 2019).
  8. a et b Ralf Melzer, « Le populisme de droite en Allemagne : un défi pour la social-démocratie », Office universitaire de recherche socialiste, no hors-série 76-77,‎ , p. 55.
  9. (de) Pegida: Was steckt hinter den neuen Montagsdemos?, spiegel.de, 9 décembre 2014
  10. (de) Potential für eine rechtspopulistische Partei, faz.net, 20 janvier 2015,
  11. Autriche : aux racines brunes de l’extrême droite, Libération, 2 avril 2012
  12. Autriche : la droite et l'extrême droite annoncent avoir conclu un accord de coalition, Libération, 15 décembre 2017
  13. Au Danemark, la percée historique du parti populiste emmène la droite au pouvoir, lefigaro.fr, 19 juin 2015
  14. a et b Gemenis, Kostas (2008) "The 2007 Parliamentary Election in Greece", Mediterranean Politics 13: 95–101 and Gemenis, Kostas and Dinas, Elias (2009) "« Confrontation still? Examining parties' policy positions in Greece »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)", Comparative European Politics.
  15. a et b (en) Paul Hainsworth, The Extreme Right in Western Europe, Routledge, (lire en ligne), p. 66.
  16. a et b (en) David Art, Inside the Radical Right: The Development of Anti-Immigrant Parties in Western Europe, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 188.
  17. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 2 août 2015)
  18. (en) « Anti-immigration party eyes power in Norway – Europe », .
  19. (en-US) « In Poland, a right-wing, populist, anti-immigrant government sees an ally in Trump », LA Times, (consulté le 13 juillet 2017).
  20. « Der Rückfall ins Nationale », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne)
  21. (de) Wolf Krämer, Rechtsextremismus und Fremdenfeindlichkeit in Bremerhaven, University of Bremen, (lire en ligne), p. 12
  22. (de) Paul Lucardie, Populismus im Parteiensystem in Deutschland und den Niederlanden, Federal Agency for Civic Education, (lire en ligne), chap. 35-36
  23. (en) Christina Schori Liang, Europe for the Europeans: The Foreign and Security Policy of the Populist Radical Right, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 978-1-4094-9825-4, lire en ligne), « 'Nationalism Ensures Peaces': the Foreign and Security Policy of the German Populist Radical Right After Reunification », p. 139
  24. (en) Aurelien Mondon, The Mainstreaming of the Extreme Right in France and Australia, Routledge,
  25. (en) « Senate count: Pauline Hanson’s One Nation Party gets two Queensland senators », sur The Australian, (consulté le 1er septembre 2016) : « The populist right-wing party snared four seats after preferences were allocated today... »
  26. Martin Dolezal, Swen Hutter et Bruno Wüest, Political Conflict in Western Europe, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-02438-0, lire en ligne), « Exploring the new cleavage in across arenas and public debates: designs and methods », p. 52.
  27. a b c et d (en) Hans-Jürgen Bieling, Asymmetric Crisis in Europe and Possible Futures: Critical Political Economy and Post-Keynesian Perspectives, Routledge, (ISBN 978-1-317-65298-4, lire en ligne), « Uneven development and 'European crisis constitutionalism', or the reasons for and conditions of a 'passive revolution in trouble' », p. 110.
  28. (en-US) Eric Micklin, The Palgrave Handbook of National Parliaments and the European Union, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-137-28913-1, lire en ligne), « The Austrian Parliament and EU Affairs: Gradually Living Up to its Legal Potential », p. 389.
  29. (en-US) Peter Starke, Alexandra Kaasch et Franca Van Hooren, The Welfare State as Crisis Manager: Explaining the Diversity of Policy Responses to Economic Crisis, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-137-31484-0, lire en ligne), p. 193.
  30. (en-US) Teun Pauwels, Belgium: Decline of National Populism?, Konrad-Adenauer-Stiftung, CES, , p. 85.
  31. (en) Corinne Deloy, « The Nationalists of the New Flemish Alliance wins the General Elections in Belgium », sur Fondation Robert Schumann,
  32. (pt) « Bolsonaro lança general Hamilton Mourão como vice », sur veja.abril.com.br, .
  33. (en-US) Ruzha Smilova, Daniel Smilov et Georgi Ganev, Democracy and the Media in Bulgaria: Who Represents the People?, Palgrave Macmillan, , 48–49 p..
  34. (en) José M. Magone, « Comparative European Politics: An Introduction », Routledge,‎ , p. 386
  35. Dimitar Bechev, Historical Dictionary of the Republic of Macedonia, Scarecrow Press, (ISBN 0810862956), p. 104
  36. (en) Rick Lyman, « In Bulgaria, a Businessman Who Talks (and Acts) Like Trump », sur NYTimes.com,
  37. (en) « How Kellie Leitch touched off a culture war - Macleans.ca », sur macleans.ca, (consulté le 21 décembre 2016)
  38. (en) « Groundswell of right-wing populism will test our Canadian resolve, readers say », The Star,‎ (lire en ligne)
  39. (en) « The popular comeback of populist politics », Toronto Sun,‎ (lire en ligne)
  40. (en) « Kellie Leitch latches on to Trump victory », MacLeans,‎ (lire en ligne)
  41. (en) « The Conservative Party Of Canada Is Ripe For A Populist Takeover - Kellie Leitch stands out in a crowd of conventional conservatives », The Manitoban,‎ (lire en ligne)
  42. « Anti-elitist politicians in Canada are courting immigrants », The Economist,‎ (lire en ligne)
  43. After Loss in Austria, a Look at Europe's Right-wing Parties, Haaretz, 24 mai 2016
  44. Parties and Elections in Europe: The database about parliamentary elections and political parties in Europe, by Wolfram Nordsieck
  45. a b et c (en-US) Daniele Caramani et Yves Mény, Challenges to Consensual Politics: Democracy, Identity, and Populist Protest in the Alpine Region, Peter Lang, (ISBN 978-90-5201-250-6, lire en ligne), p. 151.
  46. a b c d et e (de) Robert Pausch, « Populismus oder Extremismus? – Radikale Parteien in Europa », sur Die Zeit,
  47. Anglada: "Being populist and identitarian is being honestly democratic" « Copie archivée » (version du 3 octobre 2011 sur l'Internet Archive) Minuto Digital (Spanish)
  48. (es) « Hay un gran espacio a la derecha del PP, pero nadie ha sabido aún cómo ocuparlo », sur El Confidencial, (consulté le 5 décembre 2018).
  49. (es) [https://www.elmundo.es/espana/2017/12/26/5a4151ede5fdeabb6c8b4664.html « Sin espacio en Espa�a para la nueva derecha populista »], sur ELMUNDO,‎ (consulté le 5 décembre 2018).
  50. (en-US) « Contentious politics in the Baltics: the ‘new’ wave of right-wing populism in Estonia », sur Opendemocracy.net, .
  51. (en) John Cassidy, « Donald Trump is Transforming the G.O.P. Into a Populist, Nativist Party », sur The New Yorker,
  52. (en) J.J. Gould, « Why Is Populism Winning on the American Right? », sur The Atlantic,
  53. (de) Tobias Gerhard Schminke, « Instabile Rechtsfraktion im EU-Parlament – Treffpunkt Europa | europäisch, politisch, kritisch », Treffpunkteuropa.de (consulté le 4 novembre 2015)
  54. Europe’s right-wing populist leaders to confer in Germany. The Washington Post. Published 19 January 2017. Retrieved 22 January 2017.
  55. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 29 juillet 2015).
  56. (en) « French far-right leader seeks to reintroduce death penalty after Charlie Hebdo attack », sur Washingtonpost.com (consulté le 31 mars 2015).
  57. Gilles Ivaldi, « Crowding the market: the dynamics of populist and mainstream competition in the 2017 French presidential elections »,  : « Right-wing populism is also found in the neo-Gaullist and ‘sovereignist’ Debout la France (DLF) led by Nicolas Dupont-Aignan », p. 6
  58. Modèle:Cite website
  59. (en) Migration woes take centre stage ahead of Greek election, (lire en ligne).
  60. (en-US) Hans-Georg Betz, Radical Right-Wing Populism in Western Europe (The New Politics of Resentment), Palgrave MacMillan, (ISBN 0-312-08390-4, lire en ligne), p. 4 :

    « the majority of radical right-wing populist parties are radical in their rejection of the established socio-cultural and socio-political system »

    .
  61. (ro) Toril Aalberg, Populist Political Communication in Europe, Routledge, , p. 375
  62. (en-US) Ruth Wodak, Right-Wing Populism in Europe: Politics and Discourse, A&C Black, , p. 23.
  63. (en) Gyan Prakash, Mumbai Fables, Princeton University Press, , p. 9
  64. a et b « Right-wing Populism Wins in Britain and Israel », Haaretz,
  65. (en-US) Carlo Ruzza et Stefano Fella, Re-inventing the Italian Right: Territorial Politics, Populism and 'post-fascism', Routledge, , 43–44 p. (ISBN 978-1-134-28634-8, lire en ligne).
  66. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le 10 juillet 2015).
  67. (en) Kristina Liang, Europe for the Europeans: The Foreign and Security Policy of the Populist Radical Right, Routledge, , p. 187
  68. (en) Ganesan, Bilateral Legacies in East and Southeast Asia, Institute of Southeast Asian Studies, , p. 67
  69. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 29 juillet 2015).
  70. Bernd Henningsen, Tobias Etzold et Krister Hanne, The Baltic Sea Region: A Comprehensive Guide, BWV Verlag, (ISBN 9783830517276, lire en ligne), p. 341
  71. (en) « Liechtenstein Populist Party Gains Ground in Parliamentary Elections », Deutsche Welle, (consulté le 5 février 2017)
  72. (en) Sara Stefanini, « Liechtenstein’s Populists Gain Ground », Politico,‎ (lire en ligne)
  73. Ilze Balcere, Comparing Populist Political Parties in the Baltic States and Western Europe, European Consortium for Political Research, , 5–6 p. (lire en ligne)
  74. (en) Ljupcho Petkovski, Authoritarian Populism and Hegemony: Constructing 'the People' in Macedonia's illiberal discourse, Centre of Southeast European Studies (lire en ligne).
  75. (en) Tim Diacono, « Far-right leaders make pitch for return to ‘traditional Maltese, Christian values’ », sur Malta Today, (consulté le 18 janvier 2018)
  76. (en-US) Paul Hainsworth, The Extreme Right in Europe, Routledge, (ISBN 978-1-134-15432-6, lire en ligne), p. 49.
  77. « The Dutch defeat ‘the wrong kind of populism’ », Heinrich Böll Foundation,
  78. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 28 août 2015)
  79. (en) « European Social Survey. Appendix A3 political parties », sur europeansocialsurvey.org, (consulté le 28 août 2015).
  80. (es) « Keiko Fujimori en carrera a la presidencia de Perú bajo la sombra de su padre », sur Sputnik, (consulté le 20 avril 2016) : « El 5 de este mes unas 50.000 personas marcharon en Lima contra la candidatura de Keiko, cuyas propuestas de Gobierno se inspiran en un populismo de derecha similar al que puso en práctica su padre. »
  81. (es) José Víctor Salcedo, « Carlos Alza: "La gente ha optado por la corrupción, por eso ha preferido votar por Keiko Fujimori" », sur La República, (consulté le 20 avril 2016) : « La derecha de Keiko es más populista, clientelar y autoritaria en algunos aspectos y menos dialogante; y la de PPK puede tener más capacidad técnica, pero igual privilegia el mercado. »
  82. (es) « Fujimori refuerza su populismo con medidas conservadoras », sur El País, (consulté en 20 de avril 2016) : « La suma de aliados refuerza el populismo del fujimorismo. la lógica de la campaña de segunda vuelta de Fujimori es de “derecha populista” [...]. »
  83. « After Loss in Austria, a Look at Europe's Right-wing Parties », Haaretz,
  84. Parties and Elections in Europe: The database about parliamentary elections and political parties in Europe, by Wolfram Nordsieck
  85. a et b « Rechtspopulistische und rechtsextreme Parteien in Europa », Federal Agency for Civic Education,
  86. (en) « Czech elections: An angry electorate », sur economist.com, .
  87. (cs) « Volební zisky evropské krajní pravice jsou zatím vyšší než české », sur ceskapozice.lidovky.cz, (consulté le 16 septembre 2017)
  88. Iván T. Berend, Europe Since 1980, Cambridge University Press, , p. 134
  89. (en) Iván T. Berend, Europe Since 1980, Cambridge University Press, , p. 134
  90. Stephen Ingle, The British Party System: An Introduction, Routledge, , p. 156
  91. (en-US) Filippo Tronconi, Beppe Grillo's Five Star Movement: Organisation, Communication and Ideology, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 978-1-4724-3663-4, lire en ligne), « Introduction », p. 5.
  92. (en) « RUSSIA », Parties and Elections in Europe.
  93. (en-US) « Wolfram Nordsieck, Parties and Elections in Europe » (consulté le 11 décembre 2013).
  94. « The Dveri Movement Through a Discursive Lens: Serbia's Contemporary Right-Wing Nationalism » (consulté le 13 décembre 2018)
  95. Gianluca Passarelli, The Presidentialisation of Political Parties in the Western Balkans, Springer, , p. 60
  96. « Desni populisti i ekstremisti u Europi » (consulté le 13 décembre 2018)
  97. « En Slovénie, la droite populiste favorite des législatives », sur Le Monde.fr, (consulté le 3 juin 2018).
  98. (de) « Slowakei: Rechte wollen Fico verhindern », Der Standard,‎ (lire en ligne)
  99. (en-US) Wolfram Nordsieck, « Parties and elections »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Parties-and-elections.de (consulté le 10 janvier 2011).
  100. https://is.muni.cz/th/363599/fss_m/Retiova_thesis.txt
  101. http://intersections.tk.mta.hu/index.php/intersections/article/view/35/pdf_2
  102. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 14 août 2015).
  103. (en) Oskar Mazzoleni, The Swiss People's Party and the Foreign and Security Policy Since the 1990s, Ashgate, (lire en ligne), p. 223
  104. (en) Switzerland: Selected Issues (EPub), International Monetary Fund, , 97– p. (ISBN 978-1-4527-0409-8, lire en ligne)
  105. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », Parties-and-elections.eu (consulté le 9 mai 2015)
  106. (en) Nermin Abadan-Unat, Turks in Europe: From Guest Worker to Transnational Citizen, New York, Berghahn Books, (ISBN 9781845454258), p. 19.
  107. Cengiz Gunes, « The Kurdish Question in Turkey », Routledge,‎ , p. 270
    (en) Nahide Konak, Waves of Social Movement Mobilizations in the Twenty-First Century: Challenges to the Neo-Liberal World Order and Democracy, Lexington Books, , p. 64
    Jeremy Jones, Negotiating Change: The New Politics of the Middle East, I.B. Tauris, , p. 219
  108. (en) Gilles Ivaldi, The Extreme Right in Europe, Vandenhoeck & Ruprecht, (ISBN 978-3-525-36922-7, lire en ligne), « The Populist Radical Right in European Elections 1979-2009 », p. 20.

Articles connexesModifier