Ouvrir le menu principal

Forza Nuova
Image illustrative de l’article Forza Nuova
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire national Roberto Fiore
Fondation
Organisation de jeunesse Lotta Studentesca
Journal Il Megafono
Branche paramilitaire Camicie Bianche[1](Chemises blanches)
Positionnement Extrême droite[2],[3].
Idéologie Néofascisme[4],[5],[6]
Ultranationalisme[7]
Nationalisme révolutionnaire[8],[9]
Tercérisme[10]
Socialisme national
Euroscepticisme
Traditionnalisme catholique[11]
Conservatisme social[12],[13],[14]
Antisionisme[15].
Affiliation nationale L'Italie aux Italiens (en)
Affiliation européenne Alliance pour la paix et la liberté
Couleurs Noir
Site web forzanuova.eu
Manifestation de Forza Nuova à Vérone.

Forza Nuova (en français : « Force nouvelle ») est un parti politique italien, fondé en 1997 par Roberto Fiore et Massimo Morsello. Il est d'extrême droite et ouvertement néo-fasciste. Son président est Roberto Fiore.

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

Forza Nuova a été initialement formé au sein du Mouvement social italien en tant que mouvement de base, pour ensuite entamer le processus qui a conduit à son départ. Ses fondateurs et financiers étaient deux noms connus dès les années principales pour militantisme dans les mouvements de la droite radicale romaine et pour leurs convictions politiques néo-fascistes. La scission du Mouvement social italien a eu lieu lorsque Pino Rauti a commencé à s'opposer à la distribution parmi ses abonnés de la lettre d'information Feuille de Lutte de Fiore et Morsello[16].

Roberto Fiore était l'un des fondateurs de Terza Posizione; il a été condamné par la magistrature italienne pour appartenance à une association de malfaiteurs et de bande armée en 1985[17],[18],[19]. Selon un article du magazine antifasciste anglais Searchlight, Fiore semble avoir été protégé pendant les années d'inaction du MI6 en tant qu'agent des Services secrets britanniques[20].

Le cofondateur du mouvement était le chanteur-compositeur-interprète Massimo Morsello, qui, à nouveau en 1985, a été considéré comme membre du NAR et a également été condamné pour les mêmes crimes[19].

Leur inaction a toutefois débuté en 1980 après une série de mandats d'arrêt visant à faire la lumière sur les faits du massacre de Bologne; il convient toutefois de souligner que ces deux personnes étaient considérées comme étrangères au massacre, bien qu'elles appartenaient, selon le pouvoir judiciaire, aux Noyaux armés révolutionnaires[21]. Ils sont tous deux restés en Angleterre pendant le premier gouvernement dirigé par Margaret Thatcher avec le statut de réfugiés politique pendant 20 ans[22],[23]. Arrêtés et détenus pendant quelques semaines par les autorités britanniques, ils ont ensuite été relâchés. En 1985, le ministre anglais de l’Intérieur, Leon Brittan, répond négativement à la demande du député travailliste Duns d’expulser Fiore et les quatre autres personnes recherchées à l’époque, estimant que la condamnation prononcée à l’issue de la peine semblerait faire l’objet d’un crime. auquel le traité d'extradition pourrait difficilement être appliqué ». Selon la loi britannique, en effet, on ne peut pas procéder à l'extradition d'un réfugié politique dans le cas où des soupçons de légitimité planeraient sur le procès.

En 1986, grâce à l'amitié avec Nick Griffin, Fiore et Morsello ont réussi à fonder l'agence Meeting Point, liée à l'Italien Easy London[22],[24],[25],[26] présent avec 15 succursales en Italie) qui compte environ 1 300 appartements en Angleterre[27] , comprenant une chaîne de restaurants, des magasins proposant des produits strictement made in Italy, une maison de disques, une agence d’organisation de concerts et certaines écoles de langues[28].

Débuts (1997-1998)Modifier

Forza Nuova est créée le 29 septembre 1997 lors d'une réunion à Cave, dans la province de Rome, organisée par Francesco Pallottino, chef du groupe de musique alternative de droite Intolleranza. Ce n'est pas une date aléatoire, car c'est celle dédiée à Saint Michel Archange, symbole de la Garde de fer roumaine, à laquelle Forza Nuova se réfère historiquement. Elle se caractérise bientôt par son fort attrait pour le fascisme historique, le péronisme et le Catholicisme traditionaliste en combinant la dissidence juvénile de la Fiamma Tricolore, une frange de skinheads et des noyaux autonomes.

Les fondateurs Fiore et Morsello sont toujours en fuite à Londres et ne pourront rentrer qu'en 1999, alors que la justice ne pouvait les poursuivre. En fait, les 66 mois de prison de Fiore étaient maintenant prescrits et les 98 mois de Morsello étaient inapplicables car ce dernier était mourant à cause d'un cancer (il est décédé en mars 2001).

Le 11 novembre 1997, le site Web forzanuova.org a été créé.

Le lancement national du groupe a lieu lors d'une conférence à Latina en avril 1998. Piero Vassallo, président du mouvement (déjà parmi les fils du soleil, puis aux côtés de Gianni Baget Bozzo dans la bataille anticonciliaire), Agostino Sanfratello (cofondateur de l'Alliance catholique[29] puis fondateur du Circolo Lepanto, et animateur du Comité de défense des prisonniers politiques), Sergio Gozzoli et Alessandro Ambrosini.

Forza Nuova est placé sur la scène politique avec l'objectif, au niveau local, d'élargir ses contacts sur des campagnes concrètes contre l'immigration, l'avortement, et de maintenir ensemble l'aile de la droite conservatrice-traditionaliste avec la droite sociale.

Premières campagne électorales et retour des fondateurs (1999-2000)Modifier

Le 25 mars 1999, Massimo Morsello rentre en Italie[30],[31] et Roberto Fiore rentre le 21 Avril[32]. Pour accueillir Morsello à l'aéroport, des députés de l'Alliance nationale et de Forza Italia, tels que Francesco Storace, Enzo Fragalà, Alberto Simeone, Carlo Taormina, Ernesto Caccavale et Teodoro Buontempo, ont assisté plusieurs fois aux initiatives de FN depuis la première heure[33].

Pour les élections européennes de 1999, Forza Nuova présente ses candidats sur la Liste Cito.

En juin 1999, une note de la SISDE faisait état d’une collaboration entre FN et les catholiques de la Milice Christi dans le cadre d’initiatives contre l’avortement et le mode de vie américain (manifestations de boycott à Rome contre des multinationales telles que McDonald's, Blockbuster, Planet Hollywood etc...)[34].

Aux élections locales du printemps 2000, Forza Nuova se limite à collecter 1% à Basilicata avec une liste civique, 2,5% dans la municipalité de Lodi, où la totalité du tronçon de la Fiamma Tricolore et 2% à Faenza font partie du bloc[34].

La Gay Pride qui se tient à Rome le contribue à la grande visibilité du jeune mouvement. Pour Forza Nuova, c'est l'occasion d'exprimer ses positions contre cet événement avec une procession parallèle pour la défense de la famille traditionnelle[35].

Ligne politiqueModifier

Forza Nuova prétend œuvrer à la « reconstruction nationale » par la réalisation de onze objectifs :

  1. L'abrogation de la loi sur l'avortement ;
  2. Une politique sociale qui favorise la natalité et la protection de la famille traditionnelle ;
  3. L'opposition à l'immigration et le rapatriement humain des immigrés présents en Italie ;
  4. La lutte contre la mafia, l'interdiction de la franc-maçonnerie et de toutes les sociétés secrètes, avec la sortie de l'OTAN et le retrait de la sphère d'influence américaine ;
  5. La lutte contre l'usure et la radiation de la dette publique, ainsi que l'abolition du capitalisme ;
  6. La restauration de l'accord de 1929 entre l’État et l’Église et la défense de l'identité nationale ;
  7. L'abrogation des lois Mancino et Scelba, qui d'après Forza Nuova restreignent la liberté ;
  8. La formation de guildes pour la protection des travailleurs ;
  9. La suppression des régions ;
  10. La promulgation de lois pour éliminer le revenu de seigneuriage bancaire et pour permettre à l'État d'émettre de la monnaie, monnaies complémentaires pour le commerce local, et la nationalisation des secteurs suivants : santé, banque centrale, banques commerciales et industries stratégiques ;
  11. La reprise de la « spiritualité chrétienne » et de la « foi dans l'Église catholique ».

Le mouvement se caractérise également par un euroscepticisme radical ; Roberto Fiore a déclaré qu'il voulait s'opposer « par tous les moyens juridiques possibles » à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne[36].

Le , le mouvement apporte son soutien à Luca Traini, incarcéré pour avoir blessé six immigrés africains suite à l'arrestation du migrant nigérian Innocent Oseghale, en relation avec le meurtre d’une Italienne de 18 ans, Pamela Mastropietro[37].

Politique étrangèreModifier

Le parti est antisioniste et également pro-palestinien[38]. Il organise en mars 2019 une manifestation en faveur de la Palestine[39]. Ce qui lui vaut les remerciements de membres de l'Organisation de libération de la Palestine et de certains Palestiniens établis en Italie[40] tandis que d'autres Palestiniens affiliés à l'extrême gauche s'attaquent à Forza Nuova[41].

Forza Nuova est également en faveur des séparatistes pro-russe en Ukraine[42] et certains membres du parti sont engagés sur le front. Le parti est également en faveur des Serbes sur la question du Kosovo[43].

Résultats électorauxModifier

Lors des élections générales de 2013, FN obtient 89 811 voix (0,26 %) à la Chambre et 81 521 voix (0,26 %) au Sénat.

Dans le cadre des élections régionales de 2015, le parti présente un candidat en Ombrie, Fulvio Carlo Maiorca. Ce dernier obtient 1 304 voix (0,34 %) et termine en dernière position.

Lors des élections générales de 2018, Forza Nuova s'associe avec le Mouvement social – Flamme tricolore dans le cadre d'une coalition appelée L'Italie aux Italiens (en) comprenant aussi le Movimento Italia Sociale de Vicence et les Fasci italiani del Lavoro[44]. L'alliance obtient 126 199 voix (0,38 %) à la Chambre et 149 694 (0,49 %) pour le Sénat.

Alliances internationalesModifier

Forza nuova est associé au niveau européen à l'Alliance pour la paix et la liberté, après avoir fait partie du Front national européen jusqu'à la dissolution de celui-ci en 2009.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « FORZA NUOVA SHOCK, MOBILITA 5000 CAMICIE BIANCHE IN TUTTA ITALIA », sur agenziaitaliapress.blogspot.it.
  2. (de) Thomas Greven et Thomas Grumke, Globalisierter Rechtsextremismus? Die extremistische Rechte in der Ära der Globalisierung, VS Verlag, (ISBN 978-3-531-14514-3), p. 136
  3. Sarah Mansoura, « Législatives en Italie : qui sont les forces en présence ? », sur France Inter, (consulté le 6 avril 2018).
  4. « Jean-Marie Le Pen rejoint un parti européen néofasciste », sur lemonde.fr, (consulté le 6 avril 2018).
  5. (it) « Archivio Corriere della Sera », sur archiviostorico.corriere.it.
  6. (it) « Assalto alla sede di Forza Nuova domani i neofascisti in piazza », sur Repubblica.it.
  7. (it) « Reggio Emilia - Contro ogni nazionalismo, per un'Europa di diritti e dignità », sur Global Project.
  8. (it) « Aborto: Forza Nuova lancia palloncini 'Aborto=omicidio' », sur A tutta Destra, (consulté le 6 avril 2013)
  9. (it) « Palermo, Forza nuova contro l'aborto, bambole insanguinate ai giornali », La Repubblica, (consulté le 6 avril 2013)
  10. (it) « La Dottrina Forzanovista, Manifesto politico d'Opposizione Nazionale » [PDF], sur forzanuovapalermo.org,
  11. https://roma.fanpage.it/laltare-e-la-celtica-estrema-destra-e-integalismo-cattolico-allombra-di-papa-francesco/
  12. (it) « No aborto » [archive du ], sur Forza Nuova, .
  13. (it) « Aborto: Forza Nuova lancia palloncini 'Aborto=omicidio' », A tutta Destra,‎ (lire en ligne).
  14. (it) « Palermo, Forza nuova contro l'aborto, bambole insanguinate ai giornali », la Repubblica,‎ (lire en ligne).
  15. livesicilia.it
  16. https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2000/12/23/forza-nuova-suoi-ragazzi.html
  17. (it) Alessandro Trocino, « Fiore e il «contagio fascista»: un passato che non passa nonostante il doppio petto », sur Corriere della Sera,
  18. (it) « L'università chiuda le porte agli ultrà della destra - Scuola&Giovani - Repubblica.it », sur repubblica.it, (consulté le 14 juillet 2019).
  19. a et b (it) « I (servizi) segreti di Forza Nuova », sur Carmilla on line,
  20. (rn) « Strategy of Tension: The Case of Italy, di Claudio Celani, Executive Intelligence Review magazine, avril 2004 », sur larouchepub.com.
  21. (it) « Massimo Morsello », sur perimetro.com,
  22. a et b (it) « Fiore e Morsello i padri neri esiliati a Londra », sur la Repubblica, (consulté le 15 février 2015).
  23. (it) Giovanni Maria Bellu, « I nuovi ultrà della destra alle urne contro Rauti e Fini », sur la Repubblica, (consulté le 15 février 2015).
  24. (it) Michele Zacchi (a cura di), « Vita e opere di Roberto Fiore, leader di Forza Nuova », sur Questotrentino, (consulté le 5 mai 2008).
  25. (en) Paul Kelso, « Charities told to sever link to far-right nationalists », sur The Guardian, .
  26. (it) Sarzanini Fiorenza, « Così Forza Nuova finanziava Freda », sur Corriere della Sera, .
  27. (it) Ugo Maria Tassinari, « Tassinari », sur carmillaonline.com, .
  28. (it) Ugo Maria Tassinari, « La Forza nuova della fede antica - I parte », sur Carmilla on line, .
  29. http://www.kelebekler.com/cesnur/txt/canto-it.htm
  30. Morsello (ex Nar) torna in Italia
  31. (it) « Morto a Londra Morsello fondatore di Forza Nuova », sur archiviostorico.corriere.it
  32. Roma, naziskin a giudizio
  33. U.M. Tassinari Naufraghi. Da Mussolini alla Mussolini: 60 anni di storia della destra radicale per la collana tutti i colori del nero, Edizioni immaginapoli, p.  223-240
  34. a et b (it) « La Forza nuova della fede antica », sur archive.org, .
  35. (it)Roma, parte il Gay Pride. I gesuiti: sfilino pure nei limiti del buon senso
  36. (it) « Programme politique », sur forzanuova.eu.
  37. (it) « Forza Nuova: «Oggi noi ci schieriamo con Luca Traini» », sur ilpost.it, (consulté le 4 février 2018).
  38. (it) « Striscioni di Forza Nuova sul dramma palestinese », sur Live Sicilia, .
  39. https://www.ilmessaggero.it/roma/news/forza_nuova_ponte_milvio_palestina_israele-4348606.html
  40. https://defenditalia.blogspot.com/2019/03/lettera-di-un-ragazzo-palestinese.html?m=1
  41. https://www.pressenza.com/it/2019/03/la-comunita-palestinese-condanna-la-manifestazione-di-forza-nuova-a-sostegno-della-palestina/
  42. https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/021014/ukraine-fascistes-et-confus-casapound-avec-kiev-forza-nuova-avec-poutine
  43. https://www.piacenza24.eu/9573-situazione-kosovo-manifestazione-di-forza-nuova/amp/
  44. (it) « Politiche, FIL e MIS sostengono Italia agli Italiani - LaRampa.it », LaRampa.it,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :