Élections régionales de 2019 en Brandebourg

Élections régionales de 2019 en Brandebourg
88 députés du Landtag
(Majorité absolue : 45 députés)
Type d’élection Élection législative régionale
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 088 602
Votants 1 280 982
61,33 % en augmentation 13,5
Votes exprimés 1 265 039
Votes blancs et nuls 15 943
2017-03-19 Dietmar Woidke SPD Parteitag by Olaf Kosinsky-1.jpg SPD – Dietmar Woidke
Voix 331 240
26,18 %
en diminution 5,7
Députés élus 25 en diminution 5
Andreas Kalbitz 2016 (2).jpg AfD – Andreas Kalbitz
Voix 297 429
23,51 %
en augmentation 11,4
Députés élus 23 en augmentation 12
2018-12-07 Ingo Senftleben CDU Pateitag in Hamburg-2617.jpg CDU – Ingo Senftleben
Voix 196 989
15,57 %
en diminution 7,4
Députés élus 15 en diminution 6
Landtagsprojekt Brandenburg Ursula Nonnemacher by Olaf Kosinsky-1.jpg Grünen – Ursula Nonnemacher et Axel Vogel
Voix 136 326
10,78 %
en augmentation 4,6
Députés élus 10 en augmentation 4
16-03-09-Christian-Görke RR26732.jpg Linke – Christian Görke
Voix 135 572
10,72 %
en diminution 7,8
Députés élus 10 en diminution 7
16-03-09-Péter-Vida RR26529.jpg BVB/FW (de) – Péter Vida
Voix 63 879
5,05 %
en augmentation 2,4
Députés élus 5 en augmentation 2
Vainqueur par circonscription
Carte
Ministre-président
Sortant Élu
Dietmar Woidke
SPD
Dietmar Woidke
SPD

Les élections régionales de 2019 dans le Brandebourg (en allemand : Landtagswahl im Brandenburg 2019) se tiennent le , afin d'élire les 88 députés de la 7e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

La participation bondit de 14 points lors de ce scrutin que remporte de nouveau le Parti social-démocrate, au pouvoir depuis , devant l'Alternative pour l'Allemagne. La coalition rouge-rouge au pouvoir depuis dix ans ayant perdu sa majorité absolue, le ministre-président Dietmar Woidke assure sa reconduction pour un troisième mandat en nouant une alliance avec l'Union chrétienne-démocrate et Les Verts.

ContexteModifier

Lors des élections régionales du , le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), au pouvoir depuis et emmené par le ministre-président Dietmar Woidke, vire une nouvelle fois en tête en rassemblant 31,9 % des suffrages exprimés et 30 députés sur 88. Il est suivi par l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), avec qui il a gouverné le Land entre et , qui réunit 23 % des voix et fait élire 21 parlementaires.

Die Linke, alliée du SPD depuis , perd ainsi une place et redevient la troisième force politique au Landtag. Ses 18,6 % lui permettent de gagner 17 sièges. La quatrième place revient à l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), parti de droite nationaliste qui parvient à totaliser 12,2 % des suffrages et 11 élus. Elle est suivie par l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen), dont les 6,2 % des voix lui accordent six députés. Enfin, les Mouvements citoyens unis du Brandebourg / Électeurs libres (de) (BVB/FW) obtiennent trois sièges avec 2,7 % des suffrages après avoir gagné une circonscription.

Après six semaines de discussions et négociations, Woidke assure son maintien au pouvoir en confirmant la « coalition rouge-rouge » qui rassemble le SPD et Die Linke.

Le rapport de forces évolue fortement aux élections fédérales du . Première, la CDU remporte 26,7 % des voix, soit un recul de huit points en quatre ans. Elle est suivie de l'AfD qui surgit immédiatement à la deuxième place avec 20,2 % des suffrages, soit une poussée spectaculaire de 14 points par rapport à 2013. Les sociaux-démocrates atteignent de justesse la troisième position en totalisant 17,6 %, juste devant la gauche radicale qui rassemble 17,2 %. Avec 7,1 %, le FDP multiplie son score par presque trois et passe ainsi devant les Grünen qui se contentent de 5 %.

Mode de scrutinModifier

Le Landtag est constitué de 88 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare/Niemayer[1].

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 44 circonscriptions ; la seconde voix (Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 88 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Landtag est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix, dans une limite de 110 sièges au total.

CampagneModifier

Principaux partisModifier

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2014
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Dietmar Woidke 31,9 % des voix
30 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Ingo Senftleben 23 % des voix
21 députés
Die Linke Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
Sebastian Walter et
Kathrin Dannenberg
18,6 % des voix
17 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-conservatisme, populisme
Andreas Kalbitz 12,2 % des voix
11 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie politique, progressisme
Ursula Nonnemacher et
Benjamin Raschke
6,2 % des voix
6 députés
Mouvements citoyens unis du Brandebourg / Électeurs libres (de)
Brandenburger Vereinigte Bürgerbewegungen/Freie Wähler
Centre
Localisme, démocratie directe, libéral-conservatisme
Péter Vida 2,7 % des voix
3 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre à centre droit
Libéralisme, social-libéralisme
Hans-Peter Goetz 1,5 % des voix
0 député

SondagesModifier

Sondages en vue des élections régionales de 2019 en Brandebourg[2],[3]
Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke AfD
Forschungsgruppe Wahlen 29/08/2019 16,5 % 22 % 14,5 % 5 % 14 % 21 %
Civey 28/08/2019 17,9 % 20,3 % 14,8 % 4,9 % 15,5 % 20,3 %
INSA 27/08/2019 17 % 21 % 14 % 5 % 15 % 21 %
Forschungsgruppe Wahlen 23/08/2019 18 % 21 % 14 % 5 % 14 % 20 %
Infratest dimap 22/08/2019 18 % 22 % 12 % 5 % 15 % 22 %
Civey 14/08/2019 17 % 18,3 % 17,2 % 5,5 % 14,8 % 21 %
Forsa 09/08/2019 18 % 17 % 16 % 5 % 14 % 21 %
INSA 02/07/2019 18 % 19 % 16 % 6 % 16 % 19 %
Infratest dimap 11/06/2019 17 % 18 % 17 % 5 % 14 % 21 %
INSA 30/05/2019 20 % 19 % 12 % 5 % 18 % 20 %
Infratest dimap 09/04/2019 20 % 22 % 12 % 5 % 16 % 19 %
INSA 07/02/2019 21 % 21 % 10 % 5 % 17 % 19 %
pmg 10/01/2019 21 % 23 % 10 % 3 % 18 % 21 %
Forsa 01/01/2019 19 % 20 % 12 % 5 % 17 % 20 %
Infratest dimap 19/09/2018 21 % 23 % 7 % 5 % 17 % 23 %
INSA 17/08/2018 18 % 23 % 8 % 5 % 18 % 21 %
Infratest dimap 18/04/2018 23 % 23 % 7 % 4 % 17 % 22 %
Infratest dimap 14/11/2017 22 % 23 % 6 % 7 % 17 % 20 %
Forsa 10/11/2017 22 % 25 % 6 % 5 % 18 % 18 %
Infratest dimap 21/06/2017 25 % 28 % 6 % 3 % 18 % 15 %
Forsa 18/01/2017 21 % 30 % 7 % 4 % 15 % 18 %
Infratest dimap 30/11/2016 25 % 30 % 6 % 17 % 16 %
Forsa 30/09/2016 17 % 36 % 6 % 4 % 17 % 20 %

RésultatsModifier

Voix et siègesModifier

Résultats des élections régionales de 2019 en Brandebourg[4]
 
Partis Circonscriptions Listes Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % Sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 325 986 25,82 25   4 331 240 26,18 0 25   5
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 279 729 22,16 15   15 297 429 23,51 8 23   12
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 220 452 17,46 2   8 196 989 15,57 13 15   6
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 130 075 10,30 1   1 136 326 10,78 9 10   4
Die Linke (Linke) 153 708 12,17 0   4 135 572 10,72 10 10   7
Mouvements citoyens unis du Brandebourg / Électeurs libres (de) (BVB/FW) 90 963 7,20 1   63 879 5,05 4 5   2
Parti libéral-démocrate (FDP) 46 057 3,65 0   51 604 4,08 0 0  
Autres 15 581 1,1 0   51 963 4,1 0 0  
Votes valides 1 262 543 98,56 1 265 039 98,76
Votes blancs et nuls 18 439 1,44 15 943 1,24
Total 1 280 982 100 44   1 280 982 100 44 88  
Abstentions 807 620 38,67 807 620 38,67
Inscrits / participation 2 088 602 61,33 2 088 602 61,33

AnalyseModifier

À l'issue de ce scrutin qui connait une participation en forte hausse (+13,5 %), le gouvernement sortant perd sa majorité. La coalition rouge-rouge, au pouvoir depuis 2009, encaisse d'assez lourdes pertes et arrive donc à sa fin. Une « grande coalition » entre le Parti social-démocrate d'Allemagne et l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne, au pouvoir entre 1999 et 2009, est également minoritaire avec le recul enregistré par les chrétiens-démocrates. Face à la chute des trois partis ayant participé au gouvernement du Land ces 20 dernières années, l'Alternative pour l'Allemagne enregistre la plus forte progression et double le nombre de ses sièges. Viennent ensuite l'Alliance 90 / Les Verts et les Mouvements citoyens unis du Brandebourg / Électeurs libres (de).

C'est plausiblement une coalition noire-rouge-verte qui découlera de ce scrutin, compte tenu du refus exprimé pendant la campagne électorale par Parti social-démocrate d'entrer dans des négociations avec l'AfD[5].

SociologiqueModifier

Sondage Forschungsgruppe Wahlen[6]
Catégorie SPD AfD CDU Grünen Linke BVB/FW (de) FDP
Sexe
Hommes 24 % 29 % 15 % 10 % 10 % 5 % 4 %
Femmes 28 % 18 % 16 % 12 % 11 % 6 % 4 %
Âge
Moins de 30 ans 13 % 20 % 9 % 24 % 11 % 4 % 7 %
30-44 ans 17 % 29 % 16 % 13 % 8 % 6 % 5 %
45-59 ans 24 % 28 % 16 % 11 % 9 % 5 % 5 %
Plus de 60 ans 37 % 18 % 17 % 6 % 14 % 5 % 3 %
Statut
Ouvrier 25 % 34 % 14 % 6 % 10 % 6 % 3 %
Employé 27 % 19 % 15 % 11 % 13 % 6 % 4 %
Fonctionnaire 26 % 16 % 21 % 13 % 12 % 5 % 6 %
Indépendant 21 % 23 % 21 % 11 % 8 % 4 % 8 %
Études
Hauptschulabschluss 34 % 27 % 18 % 3 % 9 % 6 % 2 %
Mittlere Reife 25 % 31 % 14 % 7 % 9 % 5 % 4 %
Abitur (baccalauréat) 21 % 22 % 15 % 16 % 11 % 5 % 4 %
Hochschulabschluss (supérieur) 27 % 13 % 17 % 19 % 12 % 5 % 5 %

ConséquencesModifier

Près de huit semaines après le scrutin, le SPD, la CDU et les Grünen annoncent être parvenus à un accord pour former une « coalition kényane »[7]. Dietmar Woidke est réélu ministre-président le suivant par 47 voix sur 87 lors d'une session du Landtag[8].

Notes et référencesModifier

  1. (de) « Wahlsystem Brandenburg », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  2. (de) « Sonntagsfrage – Brandeburg (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  3. (de) Philipp Guttmann, « Landtagswahl Brandenburg: Neueste Wahlumfragen im Wahltrend | Sonntagsfrage #ltwbb », sur DAWUM, (consulté le )
  4. (de) « Der Landeswahlleiter – Brandenburger Wahlergebnisse - Landtagswahl 2019 - Sitzverteilung im Landtag Brandenburg », sur www.wahlergebnisse.brandenburg.de (consulté le )
  5. (de) « Woidke befürchtet wirtschaftliche Schwächung Brandenburgs », Potsdamer Neueste Nachrichten,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (de) « Zahlen zur Wahl », sur wahltool.zdf.de (consulté le )
  7. (de) « Rot-schwarz-grüne Koalition in Brandenburg steht », Berliner Morgenpost,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (de) « Woidke als Brandenburgs Ministerpräsident wiedergewählt », Rundfunk Berlin-Brandenburg,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier