Pauline Hanson's One Nation

parti politique australien

Pauline Hanson's One Nation
Image illustrative de l’article Pauline Hanson's One Nation
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Pauline Hanson
Fondation
Siège 17/109 rue Holt, Eagle Farm (en), Brisbane, Queensland
Fondatrice Pauline Hanson
Secrétaire général Rod Miles
Organisation de jeunesse Young Nation[1]
Positionnement Droite à extrême droite[2],[3],[4]
Idéologie Populisme de droite[2],[5]
Hansonisme (en)
Nationalisme australien[3],[5]
National-conservatisme[5]
Couleurs Orange
Site web onenation.org.au
Représentation
Sénateurs
2  /  76
Chambres basses des États et territoires[Note 1]
1  /  455
Chambres hautes des États et territoires[Note 1]
3  /  155

Pauline Hanson's One Nation (« Une nation de Pauline Hanson », abrégé en PHON), auparavant appelé Une Nation ou Parti une nation (abrége en ONP), est un parti politique australien national-conservateur et de droite populiste.

Histoire modifier

Une Nation a été fondée en 1997 par la députée Pauline Hanson et ses conseillers David Ettridge (en) et David Oldfield (en), après qu'Hanson a été désignée comme candidate fédéral pour le Parti libéral d'Australie. Le désaccord est survenu avant les élections fédérales de 1996 en raison de commentaires hostiles aux Aborigènes d'Australie. Hanson a siégé comme indépendante pendant un an avant de former son parti.

 
Pauline Hanson en 2017.

Au niveau fédéral, aucun candidat d'Une Nation n'a jamais été élu à la Chambre des représentants (Hanson siégeant déjà dans cette Chambre au moment de la création du parti). Cependant, un candidat du parti a été élu au Sénat lors des élections fédérales de 1998, et quatre sénateurs d'Une Nation ont été élus lors des élections fédérales de 2016. Au niveau des États fédérés toutefois, Une Nation a obtenu de meilleurs résultats. Lors des élections de 1998 au Queensland, le parti obtint plus de 22 % des voix, remportant 11 des 89 sièges de l'Assemblée législative du Queensland. David Oldfield a été élu au Parlement de Nouvelle-Galles du Sud en tant que candidat d'Une Nation, mais il a été exclu du parti et a ensuite formé un groupe dissident infructueux, One Nation NSW. Trois membres ont été élus au Conseil législatif d'Australie-Occidentale.

Une Nation a changé de nom pour devenir le Parti Une Nation de Pauline Hanson en .

Lors des élections de 2016, le parti a recueilli 4,3 % des voix au niveau national. Seul le Queensland a davantage voté pour le parti par rapport à son pourcentage national — le parti y a recueilli 9,2 % des votes dans cet État. Pauline Hanson et trois autres candidats d'Une Nation — Malcolm Roberts, Brian Burston et Rod Culleton — ont été élus au Sénat. Pauline Hanson effectue un mandat de six ans alors que les trois autres sénateurs ont été élus pour un mandat de trois ans. Culleton a été démis de ses fonctions en après avoir été déclaré insolvable. En , la Cour suprême a jugé que l'élection de Culleton au Sénat était invalide en raison d'une condamnation pénale en Nouvelle-Galles du Sud. Après un recompte ordonné par le tribunal, Culleton a été remplacé par le deuxième candidat sur la liste, Peter Georgiou (en).

L'ancien leader du Parti travailliste, Mark Latham, a rejoint le parti en en tant que leader de la Nouvelle-Galles du Sud[6]. Il a brigué avec succès un siège au Conseil législatif et l'a remporté en [7].

Idéologie modifier

Les politiques et l'idéologie d'Une Nation ont été décrites comme étant basées sur l'ultranationalisme[8],[9], le populisme[10],[11],[12] et l'opposition à des niveaux élevés d'immigration[13]. Ses politiques ont également été décrites comme nationalistes[14],[15],[16], national-conservatrices[14], socialement conservatrices[17], conservatrices[18],[19], et protectionnistes[20]. Sa position politique a été décrite comme étant de droite[21],[22] et d'extrême droite[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30].

L'écrivain Hans-Georg Betz (en) a décrit Une Nation et Pauline Hanson en 2019 comme parmi « les premiers entrepreneurs populistes radicaux de droite de premier plan à mobiliser le ressentiment populaire contre une cible très spécifique - l'élite intellectuelle » et cela au XXIe siècle où « l'armée d'aujourd'hui de commentateurs et d'experts autoproclamés rejetant sommairement les électeurs populistes de droite radicale comme des plébéiens grossiers et sans éducation intellectuellement incapables de comprendre les bienfaits de la politique identitaire progressiste, la rhétorique anti-élite d'Hanson en 1996 s'est avérée remarquablement prémonitoire, bien que plutôt apprivoisée ». Betz a également fait valoir qu'Une Nation diffère des partis de droite européens en se concentrant sur sa propre marque de populisme qu'il a qualifié d'hansonisme basé sur la personnalité d'Hanson et les débats propres à la société australienne[31]. Le politologue Ian McAllister (en) soutient que la version actuelle d'Une Nation de 2017 n'a pas beaucoup de politique au-delà d'une « position anti-establishment »[32] tandis que d'autres ont fait valoir qu'elle a changé pour concentrer ses politiques sur l'opposition à l'islam[33],[34].

Dans ses premières années, les politiques d'Une Nation étaient censées être synonymes d'opposition à l'action positive pour les communautés autochtones. Certains thèmes clés du discours inaugural de Pauline Hanson en 1998 étaient l'opposition à ce qu'elle disait être des taux d'immigration de plus en plus élevés en provenance des pays asiatiques et un argument en faveur de politiques protectionnistes sur le plan économique[35],[36]. L'ancien Premier ministre australien Paul Keating a dénoncé Hanson dans un discours en 1996, affirmant qu'elle projetait « le visage laid du racisme » et était « dangereusement source de division et profondément blessante pour nombre de ses compatriotes australiens »[37]. Hanson et Une Nation ont réfuté ces accusations de racisme et soutiennent que les principaux partis sont déconnectés de nombreux Australiens sur les questions d'immigration, de demandeurs d'asile et de multiculturalisme, et ont fini par adopter certaines des politiques initialement réclamées par Une Nation[38]. Milton Osborne a noté en 1999 que les recherches indiquaient que les partisans initiaux d'Hanson n'avaient pas cité l'immigration comme raison majeure de leur soutien à Une Nation, mais qu'ils étaient plutôt préoccupés par les problèmes économiques et le chômage[39]. Une étude de 2001 a montré qu'Une Nation avait des liens informels étendus et avait reçu l'approbation de mouvements d'extrême droite car le parti avait besoin « du soutien de ces groupes pour établir le parti et en raison d'une convergence d'intérêts »[40].

Programme modifier

Immigration et droit d'asile modifier

Une Nation dit que tout en reconnaissant les contributions positives des immigrants à la vie australienne, elle soutient une réduction générale des niveaux de migration nette à « plus près de la moyenne du 20e siècle de 70 000 », pour stabiliser la population, citant des considérations économiques, culturelles et environnementales comme arguments contre la migration de masse. Le parti appelle également à une interdiction de voyager dans certains pays, similaire à celle promulguée par l'administration Trump aux États-Unis, afin de lutter contre l'islam radical et d'empêcher l'immigration de personnes qui, selon le parti, sont plus susceptibles de rejeter les valeurs australiennes et de promouvoir l'extrémisme violent. Le parti souhaite également faire de l'anglais la langue officielle de l'Australie et soutient une assimilation plus forte des immigrants. Une Nation cherche également à retirer l'Australie de la Convention des Nations unies sur les réfugiés et s'oppose au Pacte mondial sur les migrations[38],[41],[42]. En raison de ces déclarations, Une Nation a été décrit comme anti-islam[33],[34].

Économie et chômage modifier

Une Nation soutient une plate-forme largement protectionniste, affirmant qu'elle examinerait les accords de libre-échange et révoquerait ceux « qui ne sont pas dans le meilleur intérêt de l'Australie »[43]. Elle s'oppose à la propriété étrangère des terres agricoles et des entreprises australiennes[44]. Souhaitant donner la priorité aux emplois pour les ressortissants australiens, elle enquêterait sur « l'abus des visas de travail étrangers »[45].

Une Nation a soutenu les réductions controversées de l'impôt sur les sociétés du gouvernement Turnbull en 2018[46],[47],[48].

Politiques intérieures modifier

Le parti plaide pour l'introduction de référendums initiés par les citoyens (CIR) et déclare qu'il révisera les salaires et les pensions versés aux politiciens australiens. En 2021, le Sénat a approuvé une motion déposée par Pauline Hanson qui appelait le gouvernement fédéral à rejeter l'enseignement de la théorie critique de la race dans les écoles australiennes[49]. Il soutient également l'interdiction de porter la burqa dans les espaces publics[50],[51]. Une Nation a soutenu les commentaires d'Hanson concernant la minimisation du consensus scientifique sur le changement climatique[52],[53]. Lors du débat sur la loi de 2017 modifiant la loi sur le mariage (définition et libertés religieuses) (en) qui légaliserait le mariage homosexuel en Australie, Hanson et d'autres membres d'Une Nation ont exprimé leur opposition au mariage homosexuel. Cependant, Hanson a également déclaré que le parti ne prendrait pas de position officielle sur le mariage homosexuel et que les sénateurs d'Une Nation seraient autorisés à voter librement sur la question[54],[55].

Justice et sécurité modifier

Une Nation affirme qu'il augmentera les installations de réadaptation pour les toxicomanes et introduira des peines d'emprisonnement à perpétuité pour les trafiquants de drogue[56]. Le parti soutient la possession responsable d'armes à feu mais souhaite des peines plus sévères pour les trafiquants d'armes. Le parti soutient également une loi pour tous les Australiens et s'oppose à toute forme de charia en Australie[44].

Politiques sociales modifier

Une Nation est favorable à une augmentation substantielle de la pension de vieillesse et de la pension d'invalidité[57]. Il a été rapporté en 2016 qu'Une Nation avait voté avec le gouvernement libéral sur un certain nombre de réductions de l'aide sociale[58].

Multinationales modifier

Le parti ferait sortir les multinationales étrangères du système d'imposition des sociétés et les placerait dans un système basé sur les transactions, affirmant qu'un trop grand nombre d'entre elles ne paient aucun impôt sur les bénéfices réalisés en Australie[59].

Vaccination modifier

Les sénateurs d'Une Nation ont diffusé des informations erronées et des théories complotistes sur l'efficacité et la base scientifique des vaccins contre la Covid-19, ce qui a entraîné la condamnation de nombreux commentateurs et scientifiques[60],[61].

Changement climatique modifier

Les sénateurs d'Une Nation critiquent fréquemment toute action sur le changement climatique et ont qualifié la science du climat d'« arnaque » et répandu des théories du complot démystifiées selon lesquelles le changement climatique ne se produit pas ou fait partie d'un complot des Nations Unies[62],[63].

Résultats électoraux modifier

Chambre des représentants modifier

Année Voix % Rang Sièges Gouvernement
1998 936 621 8,43 5e
0  /  148
Opposition
2001 498 032 4,34 6e
0  /  150
Opposition
2004 139 956 1,19 8e
0  /  150
Opposition
2007 32 650 0,26 9e
0  /  150
Opposition
2010 27 184 0,22 9e
0  /  150
Opposition
2013 22 046 0,17 14e
0  /  150
Opposition
2016 175 020 1,29 8e
0  /  150
Opposition
2019 438 587 3,08 7e
0  /  150
Opposition
2022 727 464 4,96 4e
0  /  150
Opposition

Sénat modifier

Année Voix % Rang Sièges Gouvernement
1998 1 007 439 8,99 1er
1  /  76
Opposition
2001 644 364 5,54 4e
1  /  76
Opposition
2004 206 455 1,73 6e
0  /  76
Opposition extra-parlementaire
2007 52 708 0,42 12e
0  /  76
Opposition extra-parlementaire
2010 70 672 0,56 11e
0  /  76
Opposition extra-parlementaire
2013 70 851 0,53 16e
0  /  76
Opposition extra-parlementaire
2016 592 539 4,28 4e
4  /  76
Opposition
2019 788 203 5,4 4e
2  /  76
Opposition
2022 644 744 4,29 4e
2  /  76
Opposition

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. a et b Toute assemblée législative d'un État ou d'un territoire

Références modifier

  1. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  2. a et b Benjamin Moffitt, The Oxford Handbook of Populism, Oxford University Press, (ISBN 978-01988-0356-0, DOI 10.1093/oxfordhb/9780198803560.001.0001, lire en ligne  ), « Populism in Australia and New Zealand »
  3. a et b Jade Hutchinson, « The New-Far-Right Movement in Australia », Routledge, vol. 33, no 7,‎ , p. 1424–1446 (DOI 10.1080/09546553.2019.1629909, S2CID 199182383, lire en ligne  )
  4. Jordan McSwiney, « Organising Australian far-right parties: Pauline Hanson's One Nation and Fraser Anning's Conservative National Party », Australian Journal of Political Science, vol. 58,‎ , p. 37–52 (DOI 10.1080/10361146.2022.2121681, S2CID 252290506, lire en ligne)
  5. a b et c The Rise of Right-Populism: Pauline Hanson's One Nation and Australian Politics, Springer, (ISBN 978-98113-2669-1, DOI 10.1007/978-981-13-2670-7, lire en ligne  )
  6. (en) Jamie McKinnell et Nick Sas, « Mark Latham confirms political comeback with One Nation », sur ABC News, (consulté le )
  7. (en) Rebecca Trigger, « 'Extraordinary personal triumph': Latham to return after One Nation wins Upper House seat », sur ABC News, (consulté le )
  8. « Ultra-nationalist's car-crash immigration interview », Noosa News, (consulté le ) : « Stephanie Banister, who is hoping to represent the ultra-nationalist One Nation party »
  9. James Stewart, « Anti‐Muslim hate speech and displacement narratives: Case studies from Sri Lanka and Australia », Australian Journal of Social Issues, vol. 54, no 4,‎ , p. 418–435 (DOI 10.1002/ajs4.83, S2CID 211418443)
  10. (en) « Senate count: Pauline Hanson’s One Nation Party gets two Queensland senators », sur The Australian, (consulté le ) : « The populist right-wing party snared four seats after preferences were allocated today... ».
  11. (en) Ihsan Yilmaz et Nicholas Morieson, « A Systematic Literature Review of Populism, Religion and Emotions », Religions, vol. 12, no 4,‎ , p. 15 (ISSN 2077-1444, DOI 10.3390/rel12040272, lire en ligne)
  12. Rural protest groups and populist political parties (D. Strijker, G. Voerman, Ida J. Terluin), Wageningen, , 54 p. (ISBN 978-90-8686-807-0, OCLC 927168811, lire en ligne)
  13. (en) « Anti-immigrant One Nation party shunned in Western Australia poll », sur The Daily Telegraph, .
  14. a et b (en) « The American Far-Right Origins of Pauline Hanson’s Views on Islam », sur The Australia Institute, .
  15. (en) « Australia's One Nation party accused of seeking NRA money to weaken gun laws », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Global perspectives on intercultural communication (Stephen Michael Croucher), New York, NY, , 60 p. (ISBN 978-1-317-50652-2, OCLC 990300244, lire en ligne)
  17. Anne McNevin, Contesting citizenship : irregular migrants and new frontiers of the political, New York, Columbia University Press, , 73 p. (ISBN 978-0-231-52224-3, OCLC 732958118, lire en ligne)
  18. Robert Martin, Responsible government in South Australia. Volume two, Playford to Rann 1957-2007, Wakefield, , 160 p. (ISBN 978-1862548442, OCLC 957025045, lire en ligne)
  19. Blair Badcock, Making sense of cities : a geographical survey, Oxfordshire, England, (ISBN 978-0-203-76451-0, OCLC 880452439, lire en ligne)
  20. Kathleen Calderwood, « How Pauline Hanson and One Nation have changed over the last 20 years », Australian Broadcasting Corporation,
  21. (en) Jonathan Pearlman, « Anti-immigrant One Nation party may make headway in Queensland poll », The Straits Times, (consulté le ).
  22. Mark McKenna, « First Words: A Brief History of Public Debate on a New Preamble to the Australian Constitution 1991-99 », sur Parliament of Australia, (consulté le ) : « The only public supporters of Andren's case, albeit with little visibility and with different emphases, were Greens Senator Bob Brown, monarchist Sir Harry Gibbs, sections of the National Party organisation, and the right wing Pauline Hanson's One Nation Party. »
  23. Murray Goot, « Pauline Hanson's One Nation: Extreme Right, Centre Party or Extreme Left? », Liverpool University Press, vol. 89, no 89,‎ , p. 101–119 (DOI 10.2307/27516078, JSTOR 27516078, lire en ligne, consulté le ) :

    « Respondents in national surveys did not see One Nation as a party of the Right; rather they saw it more than any other party as a party of extreme Right. »

  24. (en) « The far-right's wade into the welfare waters », sur monash.edu, (consulté le ).
  25. « Pauline Hanson built a political career on white victimhood and brought far-right rhetoric to the mainstream », sur The Conversation (consulté le ).
  26. Peter Charley, « Australia's One Nation offered 'change to voting system' for cash », sur Al Jazeera, (consulté le )
  27. Andy Fleming et Aurelien Mondon, The Oxford Handbook of the Radical Right, Oxford University Press, , « The Radical Right in Australia »
  28. Rachel Gibson, Ian McAllister et Tami Swenson, « The politics of race and immigration in Australia », Ethnic and Racial Studies, vol. 25, no 2,‎ , p. 823-844
  29. (en) David Crowe, « Political forces unite to reject far right and deny One Nation preferences », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. (en) Cathy Harper, « The battle of the slogans », Election Watch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. https://www.fairobserver.com/region/asia_pacific/pauline-hanson-one-nation-australia-populist-politics-news-78645/
  32. David Marr, « Looking back, and angry: what drives Pauline Hanson's voters », The Guardian Australia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. a et b (en) Jamie Smyth, « Australian firebrand Pauline Hanson marks political return with anti-Muslim speech », sur The Financial Times, (consulté le ).
  34. a et b (en) Jean Kennedy, « Election 2016: Pauline Hanson's comments could lead to violence, Tim Soutphommasane warns », sur ABC News, (consulté le ).
  35. Malcolm Farnsworth, « One Nation's Immigration, Population and Social Cohesion Policy 1998 » [archive du ] (consulté le )
  36. Charlton, P. 1998. Full Circle. The Courier-Mail, 13 June 1998.
  37. Baker Nick, « Please explain: The history of Pauline Hanson's One Nation party », sur ABC, (consulté le )
  38. a et b « I'm not a racist, says Pauline Hanson »,
  39. Milton Osborne, « AUSTRALIA'S ELECTION YEAR: Hansonism and the Asian Financial Crisis », Southeast Asian Affairs, no 1,‎ , p. 52–64 (DOI 10.1355/SEAA99D)
  40. D. Ben-Moshe, « One Nation and the Australian far right », Patterns of Prejudice, vol. 35, no 3,‎ , p. 24–40 (DOI 10.1080/003132201128811205, S2CID 145077630)
  41. « Asylum Seekers and Refugees »
  42. « Immigration and the Rule of Law »
  43. « United Nations and Trade Agreements »
  44. a et b « Bringing Back Australian Values »
  45. « Australian Jobs and Infrastructure »
  46. « One Nation to back company tax cuts in exchange for funding for 1,000 apprentices », Abc.net.au, (consulté le )
  47. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  48. « Pauline Hanson's One Nation says it will back Coalition's corporate tax cuts – as it happened », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. Kathomi Gatwiri et Leticia Anderson, « The Senate has voted to reject critical race theory from the national curriculum. What is it, and why does it matter? », sur The Conversation, (consulté le )
  50. « Pauline Hanson Moves to Ban Burqa - Voted Down by Out of Touch Politicians »,
  51. « Citizen Initiated Referenda »
  52. « Pauline’s bizarre climate change theory », sur NewsComAu, (consulté le )
  53. « New Australia senator claims UN conspiracy », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. (en) « Pauline Hanson links same-sex marriage to polygamy », sur SBS News (consulté le )
  55. Claire Bickers et AAP, « Hanson’s weird claim on gay families », news.com.au — Australia’s leading news site,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « Pauline Archives »
  57. « Pensioners »
  58. Phillip Coorey, « Scott Morrison wins One Nation backing for $6b in welfare cuts », Australian Financial Review,‎ (lire en ligne, consulté le )
    Phillip Coorey, « Pauline Hanson sounds budget warning, defends welfare cuts. », Australian Financial Review,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. « Tax – Foreign Owned Multinationals »
  60. https://www.theaustralian.com.au/breaking-news/pauline-hansons-vaccine-claim-roasted-onair-during-sky-news-interview/news-story/57efe739a306a7a5cdcf0e8b18e82d99 Modèle:Bare URL inline
  61. (en) « A One Nation senator has grown his Instagram audience from zero to almost 30,000 by hosting livestreams with anti-vax and wellness influencers », sur Business Insider Australia, (consulté le )
  62. (en) « Debunking Malcolm Roberts: the case against a climate science denier », sur the Guardian, (consulté le )
  63. « One Nation senator Malcolm Roberts calls for 'Aus-Exit' from 'monster' United Nations in first speech »

Liens externes modifier