Parti radical serbe

Parti radical serbe
(sr) Српска радикална странка
Srpska radikalna stranka
Image illustrative de l’article Parti radical serbe
Logotype officiel.
Présentation
Président Vojislav Šešelj
Fondation
Siège 3 Magistratski trg
11080 Zemun-Belgrade
Journal Велика Србија / Velika Srbija
(Grande Serbie)
Slogan Србију у сигурне руке
« La Serbie entre de bonnes mains »
Organisation paramilitaire Aigles blancs (en) (1991-1995)
Hymne Спремте се спремте / Spremte se spremte
(Allez, prépare-toi)
Positionnement Droite à extrême droite
Idéologie Nationalisme serbe[1],[2],[3]
Ultranationalisme[2],[4],[5],[6],[7],[8]
Conservatisme social[3]
Populisme de droite[9],[10]
National-conservatisme
Euroscepticisme
Nationalisme économique
Russophilie
Couleurs Bleu
Site web srpskaradikalnastranka.org.rs
Représentation
Députés
0 / 250
Députés de Voïvodine
10 / 120

Le Parti radical serbe (en serbe : Srpska radikalna stranka, en serbe en écriture cyrillique : Српска радикална странка, en abrégé SRS) est un parti politique nationaliste serbe, classé à droite[11] ou à l'extrême droite[12],[13]. Il a été fondé en 1991 et a son siège à Zemun. Il est présidé par Vojislav Šešelj et, par intérim, par son vice-président Nemanja Šarović[14].

Création et débutsModifier

Le Parti radical serbe (SRS) est fondé le par la fusion du Mouvement tchetnik serbe (SČP) de Vojislav Šešelj et du Parti radical national (NRS)[15]. Le SČP avait lui-même été fondé en 1990 mais sa dénomination qui faisait explicitement référence aux tchetniks historiques, lui avait valu un refus d'enregistrement. Šešelj devient le premier président du SRS, tandis que Tomislav Nikolić, membre du NRS, en devient le vice-président[15].

 
Le siège du Parti radical serbe à Zemun

Le développement du parti est lié à son utilisation des médias qui permettent d'exprimer ses idées nationalistes à la télévision publique, au point que le Parti socialiste de Serbie (SPS) de Slobodan Milošević, lui aussi patriotique, apparaît plutôt modéré en comparaison[16]. Šešelj promeut alors l'idée populaire d'un « complot international contre les Serbes », impliquant notamment l'Allemagne, le Vatican, la CIA, l'Italie, la Turquie ainsi que les partis politiques serbes centristes. Cette théorie du complot est elle aussi relayée par les médias contrôlés par Milošević[16]. En 1991, Šešelj devient membre du Parlement en tant que député indépendant[17] et se fait une réputation de bagarreur en en venant aux mains avec des opposants au gouvernement[16].

Aux élections législatives du , le SRS remporte 29,2 % des suffrages et obtient 73 sièges à l'Assemblée nationale[18], ce qui confirme sa rapide ascension et en fait le second parti parlementaire du pays[16] ; Šešelj avait mené sa campagne sur des thèmes comme l'expulsion des Albanais hors du Kosovo, l'expulsion des Bosniaques musulmans du Sandžak et le départ forcé des Croates hors de Serbie[17]. Après les élections, le Parti socialiste de Serbie conclut une alliance informelle avec le SRS[16] et contribue à l'éviction des politiciens modérés des charges publiques[17],[19],[16]. En revanche, à la fin de 1993, le SRS et le SPS entrent en conflit[16],[19], d'autant que Milošević change de politique extérieure et s'oriente vers des positions plus pacifiques de manière à contrer l'effet des sanctions des Nations unies contre la Serbie ; d'autre part, de nombreux socialistes redoutent la montée puissance du SRS[16]. Des désaccords surgissent dans l'opposition dont fait désormais partie le SRS et Milošević convoque de nouvelles élections législatives qui ont lieu le . Le SRS obtient 15,6 % des suffrages et 39 députés, perdant ainsi presque la moitié de ses représentants[18]. La plupart des Serbes sont las des guerres et des sanctions économiques qui frappent le pays ; d'autre part, le SRS est exclu des médias officiels et y fait l'objet d'une propagande défavorable[16]. Les accords de Dayton signés en 1995 ramènent la paix en Bosnie-Herzégovine ; Šešelj dénonce alors Milošević comme « le plus grand traître de l'histoire serbe » et fait de l'événement la plus grande défaite de la Serbie depuis la bataille de Kosovo Polje contre les Ottomans en 1389[19].

Entre 1998 et 2000, le Parti radical serbe forme un gouvernement avec le Parti socialiste de Serbie puis se retrouve dans l’opposition.

Vojislav Šešelj, son président, après avoir fait de la prison en Serbie en 1994, attend son jugement par le TPIY à La Haye. Des membres de l’extrême droite française, et tout particulièrement du Front national (FN), à l’instar de Bruno Gollnisch ou de Carl Lang, lui accordent régulièrement leur soutien[20],[21].

L'après MiloševićModifier

Après la révolution des bulldozers qui a lieu le et qui renverse Milošević, le Parti radical serbe (SRS) est trop compromis avec l'ancien régime pour participer à la coalition de l'Opposition démocratique de Serbie (DOS) ; des élections législatives ont lieu le et le DOS remporte 176 sièges à l'Assemblée nationale de la République de Serbie ; le SRS quant à lui n'en a plus que 23[22],[23].

Son audience électorale progresse par la suite, alors que le pouvoir en place, enlisé dans des conflits internes et incapable de redresser rapidement la situation économique du pays, suscite une montée du mécontentement[24].

 
Des militants du SRS lors des manifestations contre l'indépendance du Kosovo

À partir de 2002, la Serbie traverse une crise politique liée à son incapacité à élire un président de la République. Par trois fois, les élections sont invalidées faute d'une participation suffisante ; le , Vojislav Šešelj était arrivé en seconde position et, le , Tomislav Nikolić en première position[25],[26],[27]. L'élections législatives anticipées du confirme le bon résultat de Nikolić à l'élection présidentielle ; le SRS obtient 27,6 % des suffrages et envoie 82 représentants à l'Assemblée, ce qui en fait, à l'époque, la première force politique de Serbie devant le Parti démocrate de Serbie (DSS) de Vojislav Koštunica et le Parti démocrate (DS) de Boris Tadić[28],[29]. Aux élections législatives du , le SRS se confirme comme le principal parti serbe avec 1 153 453 voix, soit 28,59 % des suffrages ; il obtient 81 députés[30].

Aux élections législatives anticipées de 2008, le Parti radical serbe affronte seul les élections ; il a présenté 250 candidats[31], et annonce une alliance avec le Parti socialiste de Serbie et le Parti démocrate de Serbie de Vojislav Koštunica une alliance pour la mairie de Belgrade[32] et un gouvernement de coalition[33].

La scissionModifier

La position à tenir vis-à-vis de l’Union européenne a profondément divisé le SRS, conduisant à une scission. Dans les années 2000, les cadres du SRS commencent à se rapprocher de certains pays de l'Union européenne, notamment de la France, qui les invite à son ambassade les jours de réception, tandis que des contacts informels se poursuivent. À la suite d'une réunion au Ritz, à Paris, à l’automne 2008, à laquelle participe également le premier ministre pro-occidental du Monténégro, Milo Đukanović, et des intermédiaires, comme l’homme d’affaires Stanko Subotić, les dirigeants du SRS Aleksandar Vučić et Tomislav Nikolić se laissent convaincre d'abandonner l'idéologie ultranationaliste de leur parti[24].

Le , des radicaux favorables à l’entrée de la Serbie dans l’UE dans son intégralité géographique, c’est-à-dire avec le Kosovo, avaient accepté de voter le rapprochement entre la Serbie et l’UE[34]. Cependant, le jour même, Tomislav Nikolić est mis en minorité par l’aile dure sur consigne de Vojislav Šešelj et a dû démissionner de la présidence par intérim du parti et de la direction du groupe parlementaire[35]. Le 8, Nikolić forme, avec une dizaine de députés, un nouveau groupe parlementaire, Napred Srbijo (Напред Србијо). Il est exclu du parti, qui est repris en main par Dragan Todorović et Gordana Pop Lazić, et crée une nouvelle formation politique, le Parti progressiste serbe[36],[37],[38]. Aleksandar Vučić, secrétaire général du parti, démissionne à son tour le 14 et rejoint Nikolić[39].

Après sa libération en 2018, Vojislav Šešelj reprend les rênes du SRS. Ce dernier est cependant marginalisé et « sert tout au plus d’épouvantail sur le flanc droit de M. Vučić », relèvent les journalistes Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin[24].

ProgrammeModifier

Les Radicaux ont soutenu l’idée d’une Grande Serbie pendant les années 1990 ; aujourd’hui, ils demandent l’union de la République serbe de Bosnie à la Serbie[40] et revendiquent l’héritage tchetnik. Le parti est également présent en République serbe de Bosnie et en Macédoine. Il était aussi présent en République serbe de Krajina durant son existence.

Le succès aux élections du parti radical n’est pas dû à son programme populiste, il est surtout le résultat de son discours social[40], dans lequel il réclame une importante intervention de l’État en faveur des populations appauvries par les années de guerre (19 % de chômeurs en Serbie) ainsi qu’à son discours en direction des Serbes réfugiés en Serbie à la suite de la purification ethnique en Croatie et au Kosovo (environ 800 000 personnes). Ce basculement du nationalisme au social est dû à l’arrivée à la tête du SRS de Tomislav Nikolić. Il fit progresser le parti de 200 000 voix (1,2 million de voix au total).

Relations internationalesModifier

Le parti a reçu le soutien du Front national français dans les années 1990[41],[42],[43]. Il entretient des liens avec le parti nationaliste grec Aube dorée et est allié au parti néofasciste italien Forza Nuova[44].

Le parti soutient le Parti Baas, un parti nationaliste pan-arabe et Saddam Hussein pendant la Guerre d'Irak[réf. nécessaire].

OrganisationModifier

Résultats électorauxModifier


Élections législativesModifier

Année Voix % Sièges Gouvernement
2008 1 219 436 29,45
78 / 250
Opposition
2012 180 558 4,61
0 / 250
Opposition
2014 72 303 2,01
0 / 250
Opposition
2016 306 052 8,10
22 / 250
Opposition
2020 65 954 2,05
0 / 250
Opposition

Notes et référencesModifier

  1. (en) Wolfram Nordsieck, « Serbia », sur parties-and-elections.eu, (consulté le 28 août 2018)
  2. a et b (en) « Serbs 'desperate for change' », sur Al Jazeera, (consulté le 23 décembre 2018)
  3. a et b Mila Dragojevi (2016) [2014]. The Politics of Social Ties: Immigrants in an Ethnic Homeland, Routledge, pág. 90
  4. (en) Peter Ford, « Serbian Radical Party surge may complicate reform », sur csmonitor.com, (consulté le 17 décembre 2018)
  5. (en) « Evil tweet by Serbia's official on Srebrenica woman death », sur rs.n1info.com, (consulté le 17 décembre 2018)
  6. (en) Ian Traynor, « Extreme nationalist elected speaker of Serbian parliament », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2010)
  7. (en) « Ultranationalists top Serb poll », sur BBC News, (consulté le 21 décembre 2018)
  8. (en) « Party claims ultranationalist leader trampled Croatian flag », sur rs.n1info.com, (consulté le 21 décembre 2018)
  9. (en) Ruth Wodak et Brigitte Mral, Right-Wing Populism in Europe: Politics and Discourse, A&C Black, , p. 19
  10. (en) « Populism in the Balkans. The Case of Serbia » (consulté le 24 janvier 2017)
  11. (sr) « Vukadinović: DSS, Dveri i SRS nisu ekstremna desnica », sur www.blic.rs.
  12. (en) Pål Kolstø, Media Discourse and the Yugoslav Conflicts : Representations of Self and Other, Ashgate, (ISBN 0754676293), p. 106.
  13. (en) Serbia since 1989 : politics and society under Milošević and after, University of Washington Press, (ISBN 0295986506), p. 372.
  14. (sr) « Izvod iz registra političkih stranaka », sur mpravde.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  15. a et b (en) Sabrina P. Ramet, The three Yugoslavias : state-building and legitimation, 1918–2005, Indiana University, (ISBN 978-0-253-34656-8, lire en ligne), p. 358-359.
  16. a b c d e f g h et i (en) Ognjen Pribićević et al., The radical right in Central and Eastern Europe since 1989, Penn State, (ISBN 978-0-271-01811-9, lire en ligne), p. 193-212.
  17. a b et c (en) Janusz Bugajski, Political parties of Eastern Europe : a guide to politics in the post-Communist era : Serbian Radical Party (SRP), M.E. Sharpe, , 415–417 p. (ISBN 978-1-56324-676-0, lire en ligne), p. 415-417.
  18. a et b (en) « Serbian elections in numbers », sur b92.net, (consulté le 25 juillet 2013).
  19. a b et c (en) « Vojislav Seselj: Milosevic's hard-line ally », sur bbc.co.uk, (consulté le 25 juillet 2013).
  20. « 13. Interventions d’une minute sur des questions politiques importantes », intervention au Parlement européen de Bruno Gollnisch, 11 décembre 2006.
  21. « 12. Relations entre l’Union européenne et la Serbie (débat) », discours au Parlement européen de Carl Lang sur la Serbie, 24 octobre 2007.
  22. (sr) « Rezultati parlamentarnih izbora od 2000. », sur e-novine.com, Elektronske Novine, (consulté le 24 juillet 2013).
  23. Conseil de l'Europe, Assemblée parlementaire Documents de séance Session ordinaire 2002 (Quatrième partie), septembre 2002, Volume VII, Conseil de l'Europe, 23-27 septembre 2002 (ISBN 978-92-871-5056-1, lire en ligne).
  24. a b et c Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin, « L’autocrate serbe que Bruxelles dorlote », sur Le Monde diplomatique,
  25. (sr) « Izveštaj Republičkog zavoda za statistiku sa konačnim rezultatima izbora za predsednika Republike Srbije održanim 29. septembra 2002. godine », sur rik.parlament.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  26. (sr) « Tabelarni prikaz », sur rik.parlament.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  27. (sr) « Tabelarni prikaz », sur rik.parlament.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  28. (sr) « Izveštaj o rezultatima izbora za narodne poslanike u Narodnoj skupštini Republike Srbije održanih 28. decembra 2003. godine », sur rik.parlament.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  29. « Après les élections du 28 décembre. Serbie : l’hypothèque de l’extrême droite nationaliste », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 24 juillet 2013).
  30. (sr) « Izveštaj o rezultatima izbora za narodne poslanike u Narodnoj skupštini Republike Srbije održanih 21. januara 2007. godine. », sur rik.parlament.gov.rs (consulté le 24 juillet 2013).
  31. (sr) (sr) « СРПСКА РАДИКАЛНА СТРАНКА - Др ВОЈИСЛАВ ШЕШЕЉ » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.sr.gov.yu (consulté le 14 avril 2008).
  32. « Vers une coalition “nationale” à la mairie de Belgrade ? », Le Courrier des Balkans, 16 mai 2008.
  33. « Coalitions en Serbie : Nikolić et Koštunica ne s’avouent pas vaincus », Le Courrier des Balkans, 13 mai 2008.
  34. « La Serbie sur la route de l’intégration européenne : le Parlement ratifie l’ASA », Le Courrier des Balkans, 5 septembre 2008.
  35. « Serbie : Tomislav Nikolić abandonne la direction du Parti radical », Le Courrier des Balkans, 7 septembre 2008.
  36. « Serbie : rupture consommée au sein de l’extrême droite », Le Courrier des Balkans, 10 septembre 2008.
  37. « Serbie : Nikolić claque la porte du SRS et s’apprête à former un nouveau parti », Le Courrier des Bakans, 12 septembre 2008.
  38. (sr) « Nikolić i klub isključeni, Vučić odsutan », agencije/MONDO, 12 septembre 2008.
  39. (sr) « Nikolić: I Vučić napustio radikale », agencije/MONDO, 14 septembre 2008.
  40. a et b Alexis Troude, Géopolitique de la Serbie, éditions Ellipses (ISBN 2-7298-2749-8), p. 208.
  41. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées washingtonpost
  42. Pribićević 1999, p. 208.
  43. Thomas 1999, p. 218–219.
  44. (en) « Massive Serbian protest against NATO & in favor of wartime leader Radovan Karadzic » (consulté le 18 avril 2016).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier