Ouvrir le menu principal

Frères d'Italie (parti politique)

parti politique italien

Frères d'Italie
(it) Fratelli d'Italia
Image illustrative de l’article Frères d'Italie (parti politique)
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Giorgia Meloni
Fondation [1]
Scission de Le Peuple de la liberté
Siège Via di San Teodoro, 20
00186 Rome
Journal La Gazzetta Tricolore
Organisation de jeunesse Jeunesse nationale (en)
Positionnement Droite[2],[3],[4],[5] à extrême droite[6],[7],[8],[9]
Idéologie Nationalisme[10]
National-conservatisme[10]
Euroscepticisme[11],[12]
Populisme de droite[13]
Affiliation nationale Coalition de centre-droit
Affiliation européenne Alliance des conservateurs et réformistes européens
Groupe au Parlement européen Conservateurs et réformistes européens
Affiliation internationale Aucune
Adhérents 50 000 (2014)[14]
Couleurs Bleu
Site web fratelli-italia.it
Représentation
Députés
33 / 630
Sénateurs
18 / 315
Députés européens
6 / 73
Présidents régionaux
1 / 20
Conseillers régionaux
34 / 897

Frères d'Italie (en italien : Fratelli d'Italia, abrégé en FdI) est un parti politique italien, créé en à la suite d'une scission du Peuple de la liberté. Ses présidents successifs sont Ignazio La Russa et Giorgia Meloni.

Sommaire

HistoireModifier

Le parti Frères d'Italie - Centre droit national (FdI-CN) fait suite à l'annulation de la primaire prévue fin 2012 au sein du Peuple de la liberté (PdL). En vue de celle-ci, Ignazio La Russa et Maurizio Gasparri soutenaient Angelino Alfano.

Lors de sa création, le parti compte onze députés, onze sénateurs, constitués en un groupe parlementaire sénatorial, et deux députés européens. Son président est Ignazio La Russa, secondé de Giorgia Meloni et de Guido Crosetto.

À l'issue des élections générales italiennes de 2013, qui ont lieu deux mois après sa création, le parti obtient 667 000 voix (2,0 %) et neuf députés à la Chambre des députés, mais aucun sénateur. Ces neuf députés obtiennent une dérogation pour former un groupe parlementaire avec pour nom « Frères d'Italie » et se placent dans l'opposition au gouvernement Letta.

En 2014, FdI-CN devient Frères d'Italie - Alliance nationale (FdI-AN), en référence à l'appellation de l'ancien parti Alliance nationale. Son logo est le sigle de l'ancien Mouvement social italien – Droite nationale. Giorgia Meloni est élue présidente du parti, qui affiche alors sa proximité avec le Front national en France[15].

Lors des élections européennes de 2014, les listes de Frères d'Italie remportent 1 007 000 voix, mais restent, avec 3,66 %, en dessous du seuil de 4 % lui permettant d'entrer au Parlement européen.

Fin 2017, le parti est renommé « Frères d'Italie » (Fratelli d'Italia, abrégé en FdI), une appellation qui était couramment utilisée depuis sa création.

En , comme Direzione Italia, Frères d’Italie adhère à l’Alliance des conservateurs et réformistes européens en vue des élections européennes de mai 2019.

IdéologieModifier

L'idéologie du parti trouve ses racines dans les valeurs promues par deux anciens partis politiques : le Mouvement social italien – Droite nationale et l'Alliance nationale[16],[17]. Les principales tendances politiques du parti sont le nationalisme et le conservatisme, ainsi qu'un sentiment eurosceptique (surtout contre le traité de Lisbonne)[18].

DirigeantsModifier

DénominationModifier

  • 17 décembre 2012 - 24 février 2014 : Frères d'Italie - Centre droit national (FdI-CN)
  • 24 février 2014 - 3 décembre 2017 : Frères d'Italie - Alliance nationale (FdI-AN)
  • depuis le 3 décembre 2017 : Frères d'Italie (FdI)

Résultats électorauxModifier

Chambre des députésModifier

Années Voix % Sièges Chef de file
2013 666 765 2,0
9 / 630
Giorgia Meloni
2018 1 429 550 4,4
32 / 630
Giorgia Meloni

Sénat de la RépubliqueModifier

Année Voix % Sièges Chef de file
2013 590 083 1,9
0 / 315
Giorgia Meloni
2018 1 286 606 4,3
18 / 315
Giorgia Meloni

Parlement européenModifier

Année Voix % Sièges Chef de file
2014 1 006 513 3,66
0 / 73
Giorgia Meloni
2019 1 726 162 6,45
6 / 76
Giorgia Meloni

Notes et référencesModifier

  1. « Pdl, la destra in fermento La Russa se ne va e fonda "Centrodestra nazionale" », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Italians vote for Five Star Movement in general election », sur The Independent, (consulté le 23 février 2019).
  3. (en) « An introduction to Italy's small political parties », sur www.thelocal.it, (consulté le 23 février 2019).
  4. (en) Jason Horowitz, « Sicily’s Political Theater Has Colorful Cast and Big Implications », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 23 février 2019).
  5. (en) « Italy's 5-Star, League talks progress, PM may be in sight », sur Reuters, (consulté le 23 février 2019).
  6. James Politi & Davide Ghiglione, Meloni takes Italian far-right back to 1930s roots, Financial Times (10 February 2018).
  7. Jacopo Barigazzo, Far-right leader rejects idea of Emma Bonino as Italy's PM, Politico (26 February 2018).
  8. Eric Sylvers, Italy's Far Right Flexes Campaign Muscle, Wall Street Journal (15 November 2017).
  9. James Politi, Spectre of immigration sparks rightward turn in Italy, Financial Times (15 November 2017).
  10. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le 10 juillet 2015).
  11. (en) « Brexit, si teme effetto domino. Ecco gli euroscettici d'Europa », sur Rai News24, .
  12. (en) « Giorgia Meloni batte moneta: "Ad Atreju niente euro" », .
  13. (en) « Berlusconi im Wahlkampf », ZDF, .
  14. Giorgia Meloni, Atreju 2014, September 21, 2014
  15. « Européennes: vers une alliance Marine Le Pen – Gianni Alemanno? », sur Droite(s) extrême(s) (consulté le 26 août 2015).
  16. (it) « Fratelli d’Italia: dova va la destra italiana », sur i Mille, .
  17. (it) « Fratelli d'Italia riaccende la "fiamma". Nel nuovo logo i simboli di Msi e An », sur TGcom24, .
  18. (it) « Fratelli d'Italia attacca: "Ci vuole il coraggio di dire addio all'euro" », sur il Giornale, .