Ouvrir le menu principal

Le Foyer juif

parti politique israélien

Le Foyer juif
(he) הבית היהודי
Image illustrative de l’article Le Foyer juif
Logotype officiel.
Présentation
Président Rafi Peretz
Fondation 2008
Siège Jérusalem, Israël
Religion Judaïsme orthodoxe[1]
Positionnement Droite à extrême droite[2]
Idéologie Sionisme religieux
Nationalisme religieux
Conservatisme religieux
Conservatisme social
National-conservatisme
Défense des intérêts des colons israéliens
Libéralisme économique
Affiliation nationale Union des partis de droite[3]
Couleurs Bleu et vert
Site web baityehudi.org.il
Représentation
Députés
5 / 120

Le Foyer juif (hébreu : הבית היהודי, HaBayit HaYehudi) est un parti politique nationaliste, conservateur et sioniste religieux[4],[5],[6]. Il est formé par la fusion du Parti national religieux, du Moledet et du Tkuma en , mais, peu après, ces deux dernières formations font sécession pour rejoindre l'Union nationale.

Sommaire

HistoireModifier

 
L'affiche le Foyer juif pour les élections législatives israéliennes de 2013 : « Quelque chose de nouveau commence ».

Le Parti national religieux et l'Union nationale s'allient à l'origine afin de présenter une liste commune aux élections législatives israéliennes de 2006.

Le , le nouveau parti est formé par la fusion du Parti national religieux, du Moledet et du Tkuma[7]. Cependant, Ahi et Hatikva, autres composantes de l'Union nationale, rejettent cette fusion. Leurs dirigeants, Effi Eitam et Aryeh Eldad respectivement, étant tous deux opposés à ce que le parti soit religieux[8], Effi Eitam reprochant en plus l'absence de primaires au sein du nouveau parti[9].

Cinq noms sont alors proposés pour baptiser la nouvelle formation : HaBayit HaYehudi (« le Foyer juif »), Shorashim (« Racines »), Atzma'ut (« Indépendance »), Shalem (« Ensemble »), et Amihai. Lors d'un scrutin sur internet, les adhérents choisirent « le Foyer juif »[10].

Ya'akov Amidror est désigné à la tête du comité chargé d'établir la liste du parti pour les élections législatives de 2009[7]. Le , le rabbi Daniel Hershkovitz, mathématicien au Technion, est choisi afin de diriger le nouveau parti[11].

Lorsque le Foyer juif rend publique sa liste pour les élections de 2009, cinq des six premières places sont occupées par d'ex-membres du Parti national religieux. Le représentant à la Knesset du Tkuma Uri Ariel est la seule exception à la troisième place. Les sondages indiquant alors que le Foyer juif pourrait obtenir entre cinq et sept sièges, les six premières places sont âprement discutées. Les ex-membres de l'Union nationale se plaignent à nouveau. L'ancien représentant à la Knesset du Moledet Benny Elon indique ne pas vouloir de réélection et est remplacé par Uri Bank, immigrant venant des États-Unis. Les membres restant du Moledet, voyant que leur représentant le mieux placé est pointé à la 17e position sur la liste du nouveau parti, le quittent et s'allient avec le Hatikva dans une nouvelle Union nationale qu'Uri Bank intègre à son tour par la suite[12]. De son côté, l'Ahi rejoint le Likoud.

Le 25 décembre, le représentant à la Knesset du Tkuma Uri Ariel quitte aussi le parti afin de rejoindre l'Union nationale[13]. Cette défection fait que le Foyer juif devient à peine plus qu'un Parti national religieux rebaptisé.

Lors des élections législatives de 2009, le Foyer juif obtient trois sièges à la Knesset[14].

En 2012, Naftali Bennett, ancien dirigeant d'entreprise et ancien proche collaborateur de Benjamin Netanyahou quitte le Likoud pour le Foyer juif et en est élu président le 6 novembre. Le Foyer juif obtient 12 sièges aux élections législatives de 2013 et huit sièges aux élections législatives de 2015.

En , trois députés du Foyer juif, dont son leader historique Bennett, ont quitté le parti pour former la Nouvelle Droite[15]. Rafi Peretz a été élu président du parti le [16].

En , le Foyer juif a constitué une liste commune avec Tkuma[17] et Otzma Yehudit[18], au sein d'une alliance électorale baptisée Union des partis de droite en vue des élections législatives de 2019[19].

Objectifs du partiModifier

L'objectif principal du parti est de défendre les intérêts des juifs orthodoxes modernes[20] ainsi que de ceux des juifs chardal[1]. Le parti est aussi opposée à la création d'un état palestinien, au profit d'une solution à un État[21] et demande l'annexion de la zone C de Cisjordanie par Israël et l'offre de la citoyenneté israélienne au Palestiniens qui y vivent[1],[22],[23].

Les principaux objectifs du parti sont les suivants :

  • Promotion de l'éducation juive dans les établissements scolaires.
  • Faciliter l’accès à l'éducation.
  • Réduction des écarts sociaux grâce à l'enseignement.
  • Renforcement des institutions d'enseignement religieux national, en opposition au réseau éducatif des orthodoxes, qui méprisent Naftali Bennet et le courant national-religieux.
  • Gratuité totale de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur.
  • Refus de céder les « territoires contestés » (Territoires palestiniens occupés).
  • Protection de l'identité juive.
  • Protection de l'armée, des institutions religieuses nationales non orthodoxes et de l'image d’Israël.
  • Encouragement des ultra-orthodoxes et des minorités religieuses à entrer dans la vie civile et militaire.
  • Lutte contre l'immigration clandestine et soutien à l'immigration juive.

Au niveau international, la presse et les observateurs classent le parti à droite[24],[25] ou, le plus souvent, à l'extrême droite[26],[27],[28] du spectre politique israélien pour son néosionisme. En revanche, les médias israéliens le classent généralement à droite[29],[30],[31],[32],[33].

Résultats électorauxModifier

Année % Mandats Rang Gouvernement
2009 2,87
3 / 120
3e Netanyahou II
2013 9,12
12 / 120
4e Netanyahou III
2015 6,74
8 / 120
6e Netanyahou IV

DéputésModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) « A look at the makeup of the new Israeli government », The Oklahoman, sur Associated Press, (consulté le 12 novembre 2017).
  2. (en) Israel elections: Netanyahu challengers Gantz and Lapid join forces BBC News, 21 February 2019
  3. Hezki Baruch, « 'Union of the Right-Wing Parties' submits Knesset list », Israel National News, (consulté le 21 février 2019)
  4. https://fr.news.yahoo.com/photos/elections-l%C3%A9gislatives-isra%C3%ABl-photo-171556487.html.
  5. (en) http://www.newyorker.com/reporting/2013/01/21/130121fa_fact_remnick.
  6. (en) https://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-21039696.
  7. a et b (en) Right-wing parties unite Ynetnews, 3 novembre 2008.
  8. (en) "Petition: Include Eldad and Marzel in New Religious Party" Israel National News, 19 novembre 2008.
  9. (en) Eitam wants to join Likud Ynetnews, 3 novembre 2008.
  10. (en) New Nationalist Party Named 'The Jewish Home' Israel National News, 19 novembre 2008.
  11. (en) Habayit Hayehudi opts for Daniel Hershkovitz.
  12. (en) Moledet breaks from newly formed Bayit Hayehudi The Jerusalem Post, 18 décembre 2008.
  13. (en) (en) Matthew Wagner, « National Union splits from Habayit Hayehudi », sur Jerusalem Post, (consulté le 26 décembre 2008).
  14. (en) (en) « Israel National News », sur Israel National News, (consulté le 25 avril 2009).
  15. (en) Bennett, Shaked quit Jewish Home, announce formation of ‘HaYamin HeHadash’ The Times of Israel, 29 December 2018
  16. Staff writer, « Beit Yehudi leader slams Shaked, Bennet: You don't abandon a home », The Jerusalem Post,‎ (lire en ligne)
  17. (en-US) « Jewish Home and National Union agree to reunite for Knesset run », The Times of Israel (consulté le 15 février 2019)
  18. (en-US) Jacob Magid, « Jewish Home central committee overwhelmingly backs merger with extremist party », The Times of Israel (consulté le 20 février 2019)
  19. (en-US) Hana Levi Julian, « If Elections Were Held Today … Likud Could Lose », The Jewish Press (consulté le 21 février 2019)
  20. « Key parties in incoming Israeli parliament », Associated Press, (consulté le 28 juin 2015).
  21. (en) « Can Israel move toward the ‘one-state solution’ in the Trump era? », JNS.org, (consulté le 19 mai 2017).
  22. (en) Naftali Bennett, « For Israel, Two-State Is No Solution », sur The New York Times, (consulté le 28 juin 2015), A31.
  23. (en) Naftali Bennett, « A New Plan for Peace in Palestine », sur The Wall Street Journal, (consulté le 15 juin 2015)(inscription nécessaire).
  24. Alain Dieckhoff, « Israël : le scrutin du changement ? », dans Alternatives Internationales. La planète jihadiste, Altern. économiques, (lire en ligne), p. 21.
  25. Avner Nahum, « Israël : indispensable Naftali Bennett ? », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  26. (en) J. J. Goldberg, « Israeli Politics Enters Silly Season as Elections Loom », The Jewish Daily Forward,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2015).
  27. (en) Ben Birnbaum, « Benjamin Netanyahu Will Not Win Another Election », The New Republic,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2015).
  28. « Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ? », sur perspective.userbrooke.ca, (consulté le 25 mars 2019).
  29. « Nous devons "donner nos vies" pour l'annexion de la Cisjordanie (Bennett) », i24NEWS,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  30. « Israël: plusieurs ministres se joignent aux protestations critiquant la politique sécuritaire de Netanyahou », i24NEWS,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  31. « Un groupe religieux appelle à ne pas voter pour l’Union des partis de droite », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  32. Michael Bachner, « La journaliste Yifat Erlich rejoint HaBayit HaYehudi », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  33. Stuart Winer, « Rejet des requêtes contre les partis arabes et l’Union des partis de droite », The Times of Israël,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Asher Arian, Michal Shamir, The elections in Israel 2009, Transaction Publishers, 2011, 306 p. (ISBN 9781412844321)
  • Barry Rubin (en), Israel: An Introduction, Yale University Press, 2012, 352 p. (ISBN 9780300162301)
  • Ami Pedahzur, The Triumph of Israel's Radical Right, Oxford University Press, 2012, 288 p. (ISBN 9780199744701)

Lien externeModifier