Élections législatives fédérales belges de 2019

scrutin tenu le 26 mat 2019

Élections législatives fédérales belges de 2019
150 sièges de la Chambre des représentants
(Majorité absolue : 76 sièges)
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 8 167 709
Votants 7 218 633
90,01 % en augmentation 0,6

Votes blancs et nuls 438 095
BartDeWever.jpg N-VA – Bart De Wever
Voix 1 086 787
16,03 %
en diminution 4,2
Sièges obtenus 25 en diminution 8
TomVanGrieken 2019.png VB – Tom Van Grieken
Voix 810 177
11,95 %
en augmentation 8,3
Sièges obtenus 18 en augmentation 15
Di Rupo cropped.jpg PS – Elio Di Rupo
Voix 641 623
9,46 %
en diminution 2,2
Sièges obtenus 20 en diminution 3
Wouter Beke cropped.jpg CD&V – Wouter Beke
Voix 602 520
8,89 %
en diminution 2,7
Sièges obtenus 12 en diminution 6
Peter-mertens Cropped.jpg PTB – Peter Mertens
Voix 584 621
8,62 %
en augmentation 4,9
Sièges obtenus 12 en augmentation 10
Gwendolyn-rutten-1379344162.jpg Open VLD – Gwendolyn Rutten
Voix 579 334
8,54 %
en diminution 1,2
Sièges obtenus 12 en diminution 2
Charles Michel (politician).jpg MR – Charles Michel
Voix 512 825
7,56 %
en diminution 2,1
Sièges obtenus 14 en diminution 6
John-crombez-1432721230.jpg sp.a – John Crombez
Voix 455 034
6,71 %
en diminution 2,1
Sièges obtenus 9 en diminution 4
Jean-Marc Nollet Portrait.jpg Ecolo – Rajae Maouane - Jean-Marc Nollet
Voix 416 452
6,14 %
en augmentation 2,8
Sièges obtenus 13 en augmentation 7
Meyrem-almaci-1349265092.jpg Groen – Meyrem Almaci
Voix 413 836
6,10 %
en augmentation 0,8
Sièges obtenus 8 en augmentation 2
Carte des résultats par canton
Carte
Premier ministre
Sortant Élue
Charles Michel
MR
Sophie Wilmès
MR

Les élections législatives fédérales belges de 2019 ont lieu le dimanche afin d'élire les 150 membres de la 55e législature de la Chambre des représentants pour un mandat de cinq ans[1].

Le scrutin est marqué par la percée du parti d'extrême droite Vlaams Belang en Flandre, qui arrive second et devient le troisième plus important parti à la Chambre des représentants. On assiste également à la montée du PTB/PVDA, parti de gauche radicale, qui passe de 2 à 12 représentants à la Chambre et qui obtient ses premiers élus flamands et bruxellois au niveau fédéral. Les écologistes francophones (Ecolo) et néerlandophones (Groen) sont également en hausse, même si la progression reste beaucoup plus marquée chez Ecolo, qui double quasiment son score de 2014 et devient le premier parti à Bruxelles ; les résultats des écologistes restent cependant en dessous de ce que leurs résultats aux provinciales et aux communales d'octobre 2018 et les manifestations pour le climat ayant marqué le début de l'année 2019 laissaient présager. La N-VA et les partis traditionnels sont également en baisse. Le PS fait le pire score de son histoire en Wallonie tout en restant le premier parti francophone. Le cdH est relégué à la cinquième place des partis francophones derrière Ecolo et le PTB ; dans la province du Luxembourg, dont il est traditionnellement le premier parti, il n'est plus que deuxième derrière le MR. À la suite des mauvais résultats électoraux, le PP est dissous le suivant[2].

Les commentateurs analysent les résultats comme une condamnation des partis traditionnels et l'expression d'une volonté de changement. La baisse de la N-VA est également décrite comme un échec de sa stratégie visant à capter l'électorat du Vlaams Belang. La bipolarisation entre une Flandre de plus en plus à droite et une Wallonie de plus en plus à gauche est décrite comme un signe de l'existence de deux vies démocratiques différentes dans le pays[3].

Les négociations visant à former un gouvernement peinent à avancer pendant de nombreux mois. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19 de 2019-2020, un gouvernement minoritaire de plein exercice, le gouvernement Wilmès II, est mis en place d'urgence le . Le vote de confiance de la Chambre du met fin à 454 jours d'affaires courantes sans pour autant mettre un terme à la crise politique post-électorale. Après de nombreuses missions et plusieurs rapports, le libéral flamand Alexander De Croo est assermenté Premier ministre le à la tête d'un gouvernement de sept partis, 494 jours après le scrutin.

Système électoralModifier

La Chambre des représentants est la chambre basse du Parlement fédéral.

Elle est composée de 150 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal de liste avec vote préférentiel et seuil électoral de 5 % dans 11 circonscriptions électorales de 4 à 24 sièges chacune correspondant aux 10 provinces du pays plus la capitale Bruxelles. Sur les onze circonscriptions, cinq recouvrent la partie néerlandophone du pays pour un total de 87 sièges, les 63 sièges restants étant répartis dans les six autres[4].

Les électeurs ont également la possibilité d'exprimer un vote préférentiel pour un candidat sur la liste pour laquelle ils votent, les sièges obtenus par chaque liste étant par la suite d'abord attribués aux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages en leur nom[4].

Après décompte des voix, les sièges sont répartis à la proportionnelle aux candidats de tous les partis ayant franchi le seuil de 5 %, dans l'ordre de leur position sur les listes, selon la méthode d'Hondt[4].

Forces en présenceModifier

Principales formationsModifier

Parti Positionnement Dirigeant Résultats en 2014
Nouvelle alliance flamande (NVA)
Nieuw-Vlaamse Alliantie
Centre droit à droite
Nationalisme flamand, séparatisme, libéral-conservatisme
Bart De Wever 20,36 % des voix
33 sièges
Parti socialiste (PS) Centre gauche à gauche
Social-démocratie, progressisme
Elio Di Rupo 11,67 % des voix
23 sièges
Mouvement réformateur (MR) Centre droit à droite
Libéralisme, Social-libéralisme
Charles Michel 9,64 % des voix
20 sièges
Chrétiens-démocrates et flamands (CD&V)
Christen-Democratisch en Vlaams
Centre droit
Démocratie chrétienne
Wouter Beke 10,85 % des voix
18 sièges
Libéraux et démocrates flamands (OpenVLD)
Open Vlaamse Liberalen en Democraten
Centre droit
Libéralisme, social-libéralisme, europhilie
Gwendolyn Rutten 9,78 % des voix
14 sièges
Parti socialiste Autrement (sp.a)
Socialistische Partij Anders
Centre gauche
Social-démocratie, socialisme démocratique
John Crombez 8,83 % des voix
13 sièges
Groen Centre gauche à gauche
Écologie politique europhilie
Meyrem Almaci 5,3 % des voix
6 sièges

Têtes de listeModifier

Les listes pour la Chambre sont dressées par province, ainsi que pour la région de Bruxelles-Capitale. Les numéros de liste sont attribués le [5]. En plus des listes présentes au parlement fédéral, trois partis présents aux précédentes élections régionales et communautaires obtiennent un numéro national. En communauté germanophone, Vivant obtient le numéro 1 et ProDG obtient le numéro 4. En Flandre l'Union des francophones obtient le numéro 14. Par ailleurs, les listes Destexhe obtiennent également un numéro national grâce à leur reconnaissance en tant que groupe au parlement de la communauté française.

SondagesModifier

En FlandreModifier

En WallonieModifier

RésultatsModifier

FédérauxModifier

Résultats des élections législatives fédérales belges de 2019[18]
 
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) 1 086 787 16,03   4,23 25   8
Vlaams Belang (VB) 810 177 11,95   8,28 18   15
Parti socialiste (PS) 641 623 9,46   2,21 20   3
Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V) 602 520 8,89   2,72 12   6
Parti du travail de Belgique/Partij van de Arbeid van België (PTB/PvdA) 584 621 8,62   4,90 12   10
Open Vlaamse Liberalen en Democraten (Open Vld) 579 334 8,54   1,24 12   2
Mouvement réformateur (MR) 512 825 7,56   2,08 14   6
Socialistische Partij Anders (sp.a) 455 034 6,71   2,12 9   4
Ecolo 416 452 6,14   2,84 13   7
Groen 413 836 6,10   0,78 8   2
Centre démocrate humaniste (cdH) 250 861 3,70   1,28 5   4
DéFI (ex-FDF) 150 394 2,22   0,42 2  
Parti populaire (PP) 75 096 1,11   0,41 0   1
DierAnimal 47 733 0,70 Nv. 0  
Listes Destexhe 42 712 0,63 Nv. 0  
Collectif citoyen 21 092 0,31 Nv. 0  
La Droite 15 075 0,22   0,16 0  
Nation 10 583 0,16   0,00 0  
Les Belges d'abord 10 463 0,15 Nv. 0  
Agir 7 598 0,11 Nv. 0  
Parti pirate 7 521 0,11   0,23 0  
B.U.B 6 611 0,10   0,08 0  
D-SA 5 949 0,09 Nv. 0  
Lutte ouvrière 5 735 0,08   0,03 0  
PRO 5 682 0,08 Nv. 0  
Wallonie insoumise 5 354 0,08 Nv. 0  
PV&S 3 217 0,05 Nv. 0  
De coöperatie 1 732 0,03 Nv. 0  
Volt 1 669 0,02 Nv. 0  
Parti communiste 1 626 0,02 Nv. 0  
Turquoise 626 0,01 Nv. 0  
Suffrages exprimés 6 780 538 93,93
Votes blancs et invalides 438 095 6,07
Total 7 218 633 100 - 150  
Abstentions 949 076 9,99
Inscrits / participation 8 167 709 90,01

Résumé par familles politiquesModifier

Familles politiques Partis % Sièges
Nationalistes flamands N-VA, Vlaams Belang 27,98 43
Socialistes PS, sp.a 16,17 29
Libéraux Open Vld, MR 16,10 26
Chrétiens-démocrates-humanistes CD&V, cdH 12,56 17
Écologistes Ecolo, Groen 12,24 21
Extrême-gauche PTB/PvdA 8,62 12
Démocrates fédéralistes francophones DéFI 2,22 2
Autres 4,11
100 150

Résumé détailléModifier

Parti Bruxelles Anvers Limbourg Flandre orientale Brabant flamand Flandre occidentale Brabant wallon Hainaut Liège Luxembourg Namur Total
% S. % S. % S. % S. % S. % S. % S. % S. % S. % S. % S. % S.
N-VA 3,19 0 31,23 8 22,58 3 21,83 5 28,08 5 21,42 4 16,03 25
VB 1,03 0 18,80 5 19,74 3 20,04 4 13,46 2 20,39 4 0,85 0 1,13 0 0,66 0 0,89 0 0,70 0 11,95 18
PS 19,98 3 15,26 1 34,24 8 24,91 5 18,67 1 22,11 2 9,46 20
CD&V 1,31 0 11,07 3 18,68 2 12,72 2 13,73 2 17,67 3 8,89 12
PTB/PvdA 12,28 2 7,65 2 5,59 0 5,53 1 4,78 0 3,62 0 7,39 0 15,64 3 16,45 3 9,03 0 11,92 1 8,62 12
Open Vld 2,30 0 9,64 2 12,00 1 17,85 4 15,39 3 13,04 2 8,54 12
MR 17,47 3 34,97 3 15,95 3 19,66 3 23,56 1 19,77 1 7,56 14
sp.a 8,05 2 13,82 2 10,16 2 9,47 1 14,70 2 6,71 9
Ecolo 21,57 4 19,77 1 12,30 3 15,48 3 16,00 1 15,19 1 6,14 13
Groen 11,00 2 6,88 1 10,32 2 11,83 2 7,92 1 6,10 8
cdH 5,82 1 7,61 0 8,03 1 8,43 1 23,45 1 17,05 1 3,70 5
DéFI 10,28 2 2,04 0 6,11 0 3,76 0 3,60 0 2,98 0 4,86 0 2,22 2
PP 1,69 0 2,46 0 3,38 0 3,55 0 2,89 0 2,92 0 1,11 0
Autres - - - - - - - - - - - -
Total 100 15 100 24 100 12 100 20 100 15 100 16 100 5 100 18 100 15 100 4 100 6 100 150

DétailléModifier

Bruxelles-CapitaleModifier

Parti Voix % +/- Sièges +/-
Ecolo 108 144 21,57   11,11 4   2
Parti socialiste (PS) - Socialistische Partij Anders (sp.a) 100 195 19,98   6,81 3   2
Mouvement réformateur (MR) 87 594 17,47   5,60 3   1
Parti du travail de Belgique (PTB/PvdA) 61 589 12,28   8,45 2   2
DéFI (ex-FDF) 51 544 10,28   0,81 2  
Centre démocrate humaniste (cdH) 29 161 5,82   3,50 1   1
Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) 15 983 3,19   0,54 0  
Listes Destexhe (LD) 12 879 2,57 Nv. 0  
Open Vlaamse Liberalen en Democraten (Open Vld) 11 511 2,30   0,37 0  
Parti populaire (PP) 8 455 1,69   0,05 0  
Vlaams Belang (VB) 7 824 1,56   0,53 0  
Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V) 6 580 1,31   0,33 0  
Suffrages exprimés 501 459 93,19
Votes blancs et invalides 36 650 6,81
Total 538 109 100 - 15  
Abstentions 85 053 13,65
Inscrits / participation 623 162 86,35

FlandreModifier

Parti Voix % +/- Sièges +/-
N-VA 1 070 804 25,46   7,7 25   8
VB 784 276 18,65   12,7 18   15
CD&V 595 940 14,17   4,8 12   6
Open Vld 567 823 13,50   2,3 12   2
sp.a 455 034 10,82   3,5 9   4
Groen 413 836 9,83   1,0 8   2
PTB/PvdA 236 897 5,63   2,7 3   3
DéFI 14 043 0.33  0,0 0  
Autres 67 652 1,60 - 0 -
Suffrages exprimés 4 206 305 95,31
Votes blancs et invalides 207 015 4,69
Total 4 413 320 100 - 87  
Abstentions 505 551 10,28
Inscrits / participation 4 918 871 89,72
Anvers[19]Modifier
LimbourgModifier
Flandre-OrientaleModifier
Brabant flamandModifier
Flandre-OccidentaleModifier

WallonieModifier

Parti Voix % +/- Sièges +/-
PS 541 428 26,12   8,5 17   1
MR 425 231 20,52   7,4 11   5
Ecolo 308 308 14,87   6,0 9   5
PTB/PvdA 286 135 13,80   7,9 7   5
cdH 221 700 10,70   4,4 4   3
DéFI 84 807 4,09   1,5 0  
PP 66 641 3,22   1,7 0   1
VB 18 077 0,87 Nv. 0  
Autres 120 447 5,81 - 0 -
Suffrages exprimés 2 072 774 91,42
Votes blancs et invalides 194 430 8,58
Total 2 267 204 100 - 48  
Abstentions 358 472 13,65
Inscrits / participation 2 625 676 86,35
Brabant wallonModifier
HainautModifier
LiègeModifier
LuxembourgModifier
NamurModifier

Résultats des principaux partis par province wallonne et dans la circonscription électorale bruxelloise
Province PS MR Ecolo PTB CdH DéFi PP
% +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/-
Brabant Wallon 15,26   6,1 34,97   5,8 19,77   8,4 7,39   4,7 7,61   3,4 6,11   1,4 2,46   1,5
Hainaut 34,24   6,8 15,93   4,8 12,30   6,4 15,64   10,5 8,03   2,4 3,76   1,8 3,38   1,0
Liège 24,91   5,1 19,66   5,6 15,48   6,4 16,45   8,4 8,43   4,6 3,60   1,4 3,55   1,6
Luxembourg 18,67   3,4 23,56   0,8 16,00   8,1 9,03   6,7 23,45   10,0 2,98   1,3 2,89   1,2
Namur 22,11   5,7 19,77   8,5 15,19   5,4 11,92   7,1 17,05   1,0 4,86   2,1 2,92   1,4
Bruxelles 19,98   4,88 17,47   5,60 21,57   11,1 12,28   8,5 5,82   3,50 10,28   0,8 1,69   0,1
Résultats des principaux partis par province flamande et dans la circonscription électorale bruxelloise
Province N-VA VB CD&V Open Vld sp.a Groen PvdA
% +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/-
Anvers 31,23   8,1 18,80   11,8 11,07   5,0 9,64   0,6 8,05   3,5 11,00   1,1 7,65   3,1
Limbourg 22,58   8,8 19,74   13,6 18,68   4,0 12,00   0,4 13,81   3,9 6,88   0,9 5,59   3,0
Flandre-Orientale 21,83   9,2 20,04   13,8 12,72   5,2 17,85   0,3 10,16   3,2 10,32   1,2 5,53   2,9
Brabant flamand 28,08   0,3 13,46   9,2 13,73   2,8 15,39   9,7 9,47   2,5 11,83   3,1 4,78   2,9
Flandre-Occidentale 21,42   7,1 20,39   15,7 17,67   4,1 13,04   0,7 14,70   2,9 7,92   0,0 3,62   2,0
Bruxelles 3,19   0,5 1,56   0,5 1,31   0,3 2,30   0,4 Liste PS Liste Ecolo Liste PTB
Résultats des principaux partis dans les plus grandes communes wallonnes
Commune PS MR Ecolo PTB CdH DéFi PP
% +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/-
Charleroi 36,52   4,21 9,58   4,48 9,27   4,33 22,01   13,30 4,46   2,81 5,28   2,95 5,13   1,87
Liège 24,78   6,94 15,43   4,51 20,72   9,73 19,10   7,61 5,58   4,62 3,82   1,30 2,75   1,67
Namur 19,49   7,93 14,90   9,22 18,55   6,86 10,27   4,76 22,95   4,24 5,77   2,87 2,08   1,88
Mons 36,21   9,32 15,34   1,81 17,00   10,41 13,17   7,86 6,34   1,91 2,88   0,97 2,66   0,67
La Louvière 40,54   5,09 10,07   4,21 8,62   4,19 22,10   13,47 5,76   2,86 3,09   1,29 2,98   0,51
Seraing 36,14   5,13 9,17   4,23 10,11   4,08 26,51   9,07 2,71   3,77 3,37   1,30 3,63   0,90
Résultats des principaux partis dans les plus grandes communes flamandes
Commune N-VA VB CD&V Open Vld sp.a Groen PvdA
% +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/-
Anvers 28,32   5,73 14,12   6,48 5,31   3,20 8,33   0,55 10,15   6,47 16,99   3,07 12,91   3,87
Gand 15,96   5,91 11,72   6,38 7,81   5,17 19,34   2,47 12,76   7,06 20,39   3,99 10,19   5,35
Bruges 19,33   7,78 16,11   11,58 18,79   0,86 11,29   0,00 15,89   4,76 12,42   0,37 4,52   2,55
Louvain 22,62   0,97 6,93   4,02 15,20   2,53 12,15   3,62 13,64   4,23 22,15   4,50 6,69   2,93
Alost 27,07   10,61 25,44   17,57 9,76   4,58 13,55   2,16 9,92   2,01 8,06   1,17 4,51   2,53
Malines 23,29   9,16 14,43   8,37 8,50   4,71 16,84   2,29 9,26   5,57 15,62   3,32 9,68   4,42
Hasselt 26,35   6,88 14,07   9,72 15,13   4,28 12,22   0,70 14,03   4,27 10,64   1,43 7,00   4,37
Saint-Nicolas 26,32   8,76 21,71   13,64 10,85   6,94 11,25   0,49 9,90   3,91 11,30   1,43 6,96   3,95
Courtrai 20,39   6,83 17,20   12,73 14,59   6,43 17,83   0,89 13,95   1,79 10,56   0,72 4,67   2,31
Résultats des principaux partis dans les principales communes bruxelloises (groupe linguistique francophone)
Commune PS MR Ecolo PTB CdH DéFi LD PP
% +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/- % +/-
Ville de Bruxelles 29,00   4,11 12,33   5,71 16,46   7,67 17,36   13,00 8,32   6,48 9,59   0,06 1,97 Nv. 1,64   0,45
Schaerbeek 25,56   5,85 9,34   5,87 19,14   8,64 16,24   11,23 7,41   4,74 16,82   1,90 1,64 Nv. 1,30   0,18
Anderlecht 28,19   5,66 15,08   6,50 15,37   7,58 20,25   16,57 5,96   6,20 7,94   0,15 1,90 Nv. 2,28   0,50
Molenbeek-Saint-Jean 34,98   2,53 12,05   6,73 11,85   5,93 20,70   14,71 8,29   4,97 6,18   0,75 1,69 Nv. 1,51   0,35
Ixelles 16,02   5,18 20,52   7,07 29,29   13,17 10,29   5,51 5,57   3,04 11,34   1,17 2,74 Nv. 1,39   0,10
Uccle 10,65   5,65 30,25   9,55 21,76   10,96 6,45   4,15 5,79   1,93 16,46   0,62 4,48 Nv. 1,42   0,13

Formation gouvernementaleModifier

Situation post-électoraleModifier

La suédoise (MR - N-VA - CD&V - Open Vld), coalition mise en place par le gouvernement Michel I lors de la législature précédente, ne peut pas être reconduite car elle est désormais minoritaire (63/150), y compris dans le cas où l'homologue francophone du CD&V, le cdH, serait invité à participer à la coalition (68/150).

Durant la campagne électorale, un certain nombre de partis ont annoncé qu'ils refusaient de négocier avec d'autres. La N-VA refuse de discuter avec le PS, Ecolo et le PTB et inversement ; le cdH et le MR refusent de rentrer dans une coalition avec le PTB et inversement[20].

Elio Di Rupo, président du PS, propose dès le lendemain des élections de mettre en place un gouvernement sans participation de la N-VA et dans lequel les Flamands seraient minoritaires, à la manière dont les Francophones étaient minoritaires lors de la législature précédente[21]. Une coalition arc-en-ciel (PS - MR - Ecolo - Open Vld - Groen - sp.a) est en effet mathématiquement envisageable, mais ne bénéficierait que d'une courte majorité (76/150) ; de plus, les partis flamands ont réagi à la déclaration de Di Rupo en affirmant qu'ils ne voulaient pas que les Flamands soient minoritaires[22].

La première série de consultations royales a lieu du 27 au . Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang est reçu par le roi Philippe le  ; il s'agit de la première consultation royale auprès d'un parti d'extrême-droite depuis 1936, lorsque Léopold III avait reçu Léon Degrelle, président du parti d'extrême-droite Rex[23].

Mission d'information de Didier Reynders et Johan Vande LanotteModifier

Le , le roi nomme informateurs Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a)[24]. Le choix de ce duo est analysé comme ayant plusieurs avantages : l'un est francophone et l'autre est néerlandophone, assurant une parité communautaire ; l'un est libéral, l'autre socialiste, faisant d'eux des représentants des deux plus grandes familles politiques élues à la Chambre (libéraux : 26/150 ; socialistes : 29/150) bien qu'elles aient perdu les élections[25].

Le , le cdH annonce que, à la suite de ses mauvais résultats électoraux, il rentrera dans l'opposition ; selon Maxime Prévot (président du cdH), l'électeur envoie « un signal clair, un signal de sanction » au parti démocrate-chrétien[26].

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte remettent leur rapport au roi le  ; ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au , date à laquelle ils devront rendre un nouveau rapport. Les informateurs annoncent avoir rencontré les présidents de tous les partis à l'exception de ceux du PTB et du Vlaams Belang car, selon eux, aucune coalition majoritaire n'est possible avec ces deux partis ; Raoul Hedebouw (PTB) critique cependant cette décision en affirmant qu'elle est « un signe du consensus mou entre les partis traditionnels » et que ceux-ci « n'ont rien intégré des résultats du 26 mai »[27]. Les informateurs prennent également acte de la décision du cdH de rester dans l'opposition. Ils rencontrent également des représentants des travailleurs, du patronat et de certains services publics ainsi que le climatologue du GIEC Jean-Pascal Van Ypersele. Ils insistent également sur la nécessité de former rapidement un gouvernement, car contrairement à 2010 et 2014, le gouvernement en affaires courantes (Michel II) n'est pas majoritaire à la Chambre des représentants, risquant de paralyser le pays (notamment face aux conséquences du Brexit). Les thèmes sur lesquels les informateurs se sont concentrés lors de leur mission étaient ceux du climat, des enjeux socio-économiques et de la lutte contre la pauvreté[28]

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte remettent un deuxième rapport au roi le  ; ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au 1er juillet, date à laquelle ils remettront un troisième rapport après une nouvelle série de consultations[29]. Les informateurs insistent dans leur deuxième rapport sur l'urgence de trouver une solution avant octobre (date à laquelle un budget devra être remis à l'Union européenne) et sur l'endettement de la Belgique[30]. Bien qu'aucun projet de coalition ne se soit encore dégagée, les informateurs restent cependant confiants et pensent qu'une solution peut apparaître dans les jours à venir[31].

Les nouveaux députés de la Chambre des représentants prêtent serment le , marquant officiellement le début de la 55e législature[32]. Le gouvernement Michel II, en affaires courantes, ne représente désormais plus que 38 sièges sur 150.

Les informateurs tentent d'organiser une rencontre entre le PS et la N-VA, mais Theo Francken (N-VA) déclare le que cela est rendu impossible par le PS qui refuse toujours de rencontrer les nationalistes flamands[33].

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte remettent un troisième rapport au roi le . Ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au  ; les informateurs devront remettre un premier rapport le et un second le [34]. Reynders et Vande Lanotte travailleront cette fois-ci avec les partis susceptibles de former un gouvernement fédéral afin de rédiger une note qui servirait de base à des discussions sur une préformation gouvernementale. Les sujets discutés seront le budget, la concertation sociale, le marché du travail, le pouvoir d'achat, le climat, la lutte contre la pauvreté, la justice, la police, les pensions et l'immigration. Une nouvelle réforme de l'État n'est cependant à l'ordre du jour. Durant cette nouvelle phase, les informateurs doivent rédiger une note qui permettrait d'entrer dans une phase de « préformation »[35].

Le , Charles Michel est élu président du Conseil européen. Bien qu'il ne doit prendre ses fonctions que le , la possibilité qu'un nouveau gouvernement ne soit pas mis en place avant cette date entraîne des interrogations quant à l'idée de celui qui peut le cas échant le remplacer à la tête du gouvernement en affaires courantes en place ; le nom de Didier Reynders est pressenti. Michel étant également président du MR, quelqu'un devra également le remplacer à la tête du parti libéral francophone ; cela entraîne également des questionnements quant au changement que cela peut entraîner au sein d'un MR divisé et électoralement en perte de vitesse[36]. Enfin, le départ de Charles Michel, contre lequel se sont cristallisées de nombreuses rancœurs de la part des autres partis francophones, pourrait rendre plus aisée la discussion entre les partis francophones et le MR[37].

Le , le nouveau gouvernement bruxellois, Vervoort III, prête serment ; il s'agit du deuxième gouvernement régional à s'être formé à la suite des élections régionales du 26 mai 2019 (après le gouvernement de la Communauté germanophone, Paasch II, formé le )[38]. La majorité bruxelloise est composée d'une coalition PS-Ecolo-DéFI du côté francophone et Groen-Open Vld-sp.a du côté néerlandophone. Si la formation du gouvernement bruxellois peut permettre de clarifier la situation politique à l'échelle nationale, elle a également suscité de nouvelles tensions : l'Open Vld a en effet, sans succès, essayé d'inclure le MR dans la majorité, ce qui est refusé par le PS et Ecolo alors que les socialistes et les écologistes étaient en négociation avec les libéraux au niveau wallon[39], entraînant une certaine rancœur du côté du MR[40].

Le , Patrick Dewael (Open Vld) déclare que les libéraux flamands ne se voient pas aller dans un gouvernement fédéral avec Ecolo ou Groen, considérant qu'une coalition avec les écologistes empêcherait l'Open Vld d'appliquer son programme[41]. Vincent Van Quickenborne, envisageant de prendre la présidence de l'Open Vld et considérant que son parti a trop viré à gauche sous la présidence de Gwendolyn Rutten, déclare également ne pas être favorable à une coalition avec les écologistes[42].

Le , Elio Di Rupo déclare être prêt à rencontrer la N-VA si les informateurs royaux le lui demandent ; le président du PS justifie sa position en affirmant avoir été interpellé par le discours prononcé la veille par le roi à l'occasion de la fête nationale, discours dans lequel Philippe appelait au dialogue entre les formations politiques. C'est la première fois depuis les élections que les socialistes francophones ne refusent pas catégoriquement de discuter avec les nationalistes flamands[43].

Le , Didier Reynders et Johan Vande Lanotte organisent une rencontre entre le PS et la N-VA, mais les socialistes annulent finalement la réunion[44].

Le , Reynders et Vande Lanotte organisent une rencontre entre les différents partis susceptibles de faire partie d'une majorité. Sont présents le PS, le sp.a, Groen, le MR, l'Open Vld, le CD&V et la N-VA. À la fin de la rencontre, les participants ne font aucun commentaire sur les sujets discutés ni sur la manière dont les discussions se sont déroulées[45]. Ecolo, bien qu'invité, n'était pas présent lors de la discussion à cause de la présence de la N-VA avec laquelle les écologistes francophones refusent de discuter. La présence de Groen laissant imaginer une potentielle divergence entre écologistes francophones et néerlandophones, Ecolo rétorque en disant que les écologistes refuseront d'entrer dans un gouvernement avec la N-VA et qu'Ecolo et Groen rentreront ensemble dans une majorité ou resteront dans l'opposition[46]. Le lendemain, Paul Magnette déclare que s'il existe des divergences énormes entre le PS et la N-VA, il ne faut pas non plus minimiser les divergences entre les socialistes et les libéraux qui ont, selon lui, des positions radicalement opposées ; il ajoute également qu'entre les sept partis présents, il n'y avait que peu de points communs[47] et qu'il est toujours impensable pour le PS de gouverner avec la N-VA[48].

Le , Didier Reynders et Johan Vande Lanotte rendent leur rapport au roi ; ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au et ceux-ci devront remettre un premier rapport le et un second le . Reynders et Vande Lanotte déclarent avoir soumis une note de dix thèmes aux sept partis présents la veille afin de voir quels pouvaient être les points de convergence. Face à l'absence d'Ecolo, les informateurs déclarent qu'ils n'excluent pas le parti des négociations mais qu'ils privilégieront dans les jours à venir les discussions avec les sept partis présents[49]. Ecolo réagit à cette exclusion temporaire en déclarant qu'il la perçoit surtout comme relevant d'une question d'organisation et les écologistes francophones ne se sentent par conséquent ni exclus ni vexés[50]. Les informateurs déclarent également que leur objectif principal sera de réussir à mettre d'accord le PS et la N-VA afin qu'ils puissent former ensemble un gouvernement[51].

Le , l'Open Vld déclare que si les libéraux flamands viennent à être exclus de la majorité en Région flamande, ils refuseraient de monter dans un gouvernement fédéral[52].

Le , Jan Jambon est annoncé comme formateur du futur gouvernement flamand, qui devrait être une reconduction de la coalition sortante (N-VA-CD&V-Open Vld). Elio Di Rupo, face à la possibilité que ces partis montent également au fédéral et ne tentent de reconduire la suédoise, déclare que le PS refusera de servir d'appoint à la reconduction des politiques menées lors de la précédente législature[53].

Le , Didier Reynders et Johan Vande Lanotte organisent une seconde rencontre entre la N-VA, le PS, le MR, l'Open Vld, le CD&V, le sp.a et Groen. À l'issue de cette discussion, Groen est mis de côté par les informateurs, ces derniers privilégiant avancer sur une préformation gouvernementale qui réuniraient les six autres partis. Groen déclare cependant rester à disposition des informateurs le cas échant[54].

Le , Maxime Prévot appelle le PS à accepter le dialogue avec la N-VA afin de régler les problèmes socio-économiques du pays, y compris si cela passe par l'ouverture de discussions sur une nouvelle réforme de l'État. Le cdH est ainsi le premier parti francophone à évoquer une potentielle nouvelle réforme institutionnelle, à laquelle il se dit prêt à participer depuis l'opposition[55].

Le , Charles Picqué, ancien ministre-président socialiste de la Région bruxelloise, appelle à un dialogue entre le PS et la N-VA pour éviter que le pays ne soit paralysé alors que la situation budgétaire est préoccupante[56].

Le , Ahmed Laaouej, chef de groupe PS à la Chambre, affirme que le CD&V et l'Open Vld détiendraient la clé des négociations et que ce sont eux qui détermineraient si on se dirige vers une majorité comprenant la N-VA ou si on privilégie une coalition arc-en-ciel à laquelle participerait également le CD&V[57].

Le , Didier Reynders et Johan Vande Lanotte remettent un nouveau rapport au roi, qui prolonge une nouvelle fois leur mission jusque début octobre. Ceux-ci déclarent qu'il n'est pas possible de commencer la phase de formation d'un gouvernement fédéral tant que les gouvernements régionaux ne sont pas tous formés, mais qu'ils vont continuer de chercher des points de convergence entre les six partis restants (N-VA, CD&V, Open Vld, sp.a, PS et MR)[58].

Le , on apprend que le PS et le sp.a réclament l'éviction de l'Open Vld des négociations[59].

Le est constitué le nouveau gouvernement wallon, Di Rupo III, constitué d'une coalition PS-MR-Ecolo[60], suivi le par le nouveau gouvernement de la Communauté française, Jeholet, constitué d'une coalition MR-PS-Ecolo[61].

Le est constitué le nouveau gouvernement flamand, Jambon, constitué d'une coalition N-VA-CD&V-Open Vld[62]. Tous les gouvernements régionaux sont par conséquent formés. Le nouveau gouvernement, très marqué à droite, suscite des polémiques du côté francophone mais également au sein de la gauche flamande, voyant dans le nouvel exécutif flamand la marque du Vlaams Belang[63]

Le , Didier Reynders et Johan Vande Lanotte remettent leur rapport final au roi, ce dernier mettant fin à leur mission d'information. Les deux hommes continuent d'encourager la formation d'un gouvernement composé du PS et de la N-VA, affirment que la note qu'ils ont rédigé peut servir de base à une phase de préformation, mais reconnaissent que la formation du nouveau gouvernement est beaucoup trop lente[64].

Mission de préformation de Geert Bourgeois et Rudy DemotteModifier

Le , le roi reçoit Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS) et les charge d'une mission de préformation pour laquelle ils devront rendre un rapport le . Leur objectif sera de préparer le terrain à des négociations entre le PS et la N-VA ainsi qu'avec le sp.a, le CD&V, le MR et l'Open Vld, en ayant à leur disposition la note des informateurs. Les deux hommes, qui s'entendent bien, ont en commun d'avoir dirigé le gouvernement de leur communauté respective lors de la législature précédente, Rudy Demotte ayant dirigé le gouvernement de la Communauté française et Geert Bourgeois celui de la Communauté flamande, et d'appartenir tous les deux aux plus grands partis de leur communauté[65].

Le , Charles Michel quitte son poste de Premier ministre afin de se préparer à la présidence du Conseil européen. Il est remplacé par Sophie Wilmès (MR).

Le , Geert Bourgeois et Rudy Demotte remettent leur rapport au roi ; ce dernier laisse sa décision en suspens quant à la suite des événements[66]. Il consulte le soir-même Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA). Le lendemain, il rencontre Sophie Wilmès (MR), Gwendolyn Rutten (Open Vld), John Crombez (sp.a), Koen Geens (CD&V), Meyrem Almaci (Groen) et Jean-Marc Nollet et Rajae Maouane (Ecolo)[67]. La mission de préformation est largement considérée comme un échec par les commentateurs, le PS et la N-VA déclarant toujours ne pas vouloir travailler ensemble[68],[69].

Mission d'information de Paul MagnetteModifier

Le , le roi nomme Paul Magnette, le nouveau président du PS, informateur ; ce dernier doit rendre son rapport le . Depuis les élections, Paul Magnette déclarait être un partisan d'une coalition arc-en-ciel rassemblant les socialistes, les libéraux et les écologistes ainsi qu'éventuellement le CD&V, solution que l'Open Vld et le CD&V ont jusqu'alors rejetée, cette coalition étant minoritaire du côté flamand[70]. Les partis que Paul Magnette doit rencontrer sont le PS, le sp.a, la N-VA, le MR, l'Open Vld, le CD&V, mais également Ecolo et Groen qui avaient été mis de côté depuis la dernière phase de la mission d'information de Didier Reynders et Johan Vande Lanotte[71]. Le cdH annonce également être prêt à "faire partie de la solution" sans pour autant remettre en question sa décision de rester dans l'opposition, continuant de privilégier un soutien de l'extérieur[72].

Le , Paul Magnette fait un communiqué sur l'avancée de sa mission. Il annonce avoir discuté avec les précédents informateurs, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte, et avoir rencontré les représentants de 10 partis (PS, sp.a, N-VA, MR, Open Vld, CD&V, cdH, Ecolo, Groen et DéFI) pour discuter des priorités de chacun[73].

Le , Paul Magnette rend son rapport au roi ; ce dernier prolonge la mission d'information jusqu'au . Paul Magnette déclare qu'un consensus est en train de se créer entre les différents partis sur les questions de sécurité et de justice[74].

Le , Bart Somers, ministre Open Vld au sein du gouvernement flamand, déclare que la N-VA ne "veut pas se mouiller" dans une majorité fédérale. Cette prise de position laisse penser que les libéraux flamands seraient prêts à monter dans un gouvernement fédéral sans la participation des nationalistes flamands, ce qui rendrait ainsi possible la mise en place d'une coalition arc-en-ciel[75].

Le , Paul Magnette rend un second rapport au roi ; ce dernier prolonge la mission d'information jusqu'au . Lors d'une conférence de presse, Paul Magnette appelle les différents partis à prendre leurs responsabilités pour former un gouvernement pour l'ensemble des Belges ; il déclare également que le confédéralisme n'est pas sur la table des négociations[76].

Le , Paul Magnette organise une rencontre entre les partis susceptibles de former une coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes). Le CD&V et la N-VA, qui n'étaient pas présents à la réunion, s'offusquent : le CD&V affirme qu'il s'agit d'un "manque de respect" et la N-VA déclare qu'il "semble clair que la formation d'un gouvernement arc-en-ciel a commencé"[77] ; les deux partis ciblent tout particulièrement l'Open Vld (avec qui ils forment le gouvernement flamand), dont la participation à la réunion est considérée comme une forme de trahison[78].

Le , Paul Magnette se rend chez le roi pour lui demander d'être déchargé de sa mission d'information. Le roi ne donne pas de réponse et entame les consultations avec Georges-Louis Bouchez (le président du MR) suivi de Gwendolyn Rutten (président de l'Open VLD)[79]. Le lendemain, il rencontre Joachim Coens (président du CD&V), Bart De Wever (président de la N-VA), Meyrem Almaci (présidente de Groen), Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet (co-présidents d'Ecolo), Maxime Prévot (président du cdH), Conner Rousseau (président du sp.a) et François De Smet (président de DéFI)[80],[81].

Mission d'information de Georges-Louis Bouchez et de Joachim CoensModifier

Le , le roi nomme informateurs Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens (respectivement président du MR et président du CD&V) ; ceux-ci doivent rendre leur rapport le [82].

Le , Rudy Demotte déclare qu'une coalition entre le PS et la N-VA est impossible et qu'il s'agit de la conclusion à laquelle lui et Geert Bourgeois étaient arrivés lors de leur mission de préformation[83]. Cette déclaration provoque la colère notamment au sein du MR, qui accuse Rudy Demotte de "mettre le feu à la maison Belgique"[84].

Le , Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens remettent leur rapport au roi ; ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au . Bouchez et Coens déclarent que les coalitions arc-en-ciel (socialistes, écologistes et libéraux) et bourguignonne (socialistes, libéraux et nationalistes flamands) sont écartées. Cependant, ils déclarent que d'autres coalitions sont envisageables comme une coalition centriste[85]. Cette coalition centriste est qualifiée de "coalition Vivaldi" et serait un arc-en-ciel élargi aux démocrates chrétiens[86].

Le , les présidents de partis francophones (PS, MR, Ecolo, cdH, DéFI) déclarent dans une interview conjointe qu'ils seraient prêts à mener une nouvelle réforme de l'État qui, contrairement aux précédentes, recentraliserait certaines compétences. Les présidents mettent en avant la volonté de rendre l'État fédéral plus efficace, de moins disperser les compétences et de sortir d'une logique de luttes identitaires entre Wallons et Flamands[87]. Peter Mertens, le président du PTB, déclare le même jour être favorable à un « fédéralisme du XXIe siècle » qui passerait également par une recentralisation de certaines compétences[88]

Le , Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens remettent leur rapport au roi ; ce dernier prolonge la mission des informateurs jusqu'au [89].

Le , Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens remettent un nouveau rapport au roi. Après être restés 4 heures au Palais royal, les informateurs voient leur mission être prolongée jusqu'au [90].

Le , le roi annule la mission des informateurs[91].

Mission de Koen GeensModifier

À la suite de l'annulation de la mission d'information de Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens, le roi charge Koen Geens (CD&V), vice-Premier ministre du gouvernement Wilmès I, d'une mission sans nom. Celui-ci doit rendre un rapport le [91]. Lors de sa mission, Koen Geens insiste sur la nécessité de former une majorité composée de la N-VA et du PS.

Le , Koen Geens remet son rapport au roi. Ce dernier prolonge la mission de Koen Geens jusqu'au [92].

Le , Paul Magnette déclare qu'il ne voit pas comment son parti pourrait former une majorité avec la N-VA[93]. Le roi annule la mission de Koen Geens le même jour, l'objectif de ce dernier (associer PS et N-VA) ayant échoué[94].

Mission de Patrick Dewael et de Sabine LaruelleModifier

Le roi consulte, du 17 au , les présidents de la N-VA, du PS, du CD&V, de l'Open Vld, du MR, du sp.a, d'Ecolo, de Groen, du cdH et de DéFI. Le , il charge Patrick Dewael (Open Vld, président de la Chambre) et Sabine Laruelle (MR, présidente du Sénat) de "prendre des contacts pour la mise en place d'un gouvernement". Ces derniers doivent remettre leur rapport le [95]. À la suite du refus du CD&V de monter dans un gouvernement fédéral sans majorité flamande, le roi prolonge la mission de Patrick Dewael et de Sabine Laruelle jusqu'au [96].

La Belgique est touchée par la pandémie de Covid-19 de 2019-2020 début mars. Le PS, le sp.a, Ecolo, Groen, DéFI, le cdH et la N-VA se mettent d'accord le pour soutenir le gouvernement Wilmès II et lui accorder les pouvoirs spéciaux pendant trois mois afin de lutter contre la pandémie ; le gouvernement fédéral n'est par conséquent plus en affaires courantes[97].

Patrick Dewael et Sabine Laruelle remettent leur rapport final le , mettant fin à leur mission.

Mission de formation de Sophie WilmèsModifier

Le , le roi confie à Sophie Wilmès (MR), Première ministre, une mission de formation[98].

Gouvernement d'urgenceModifier

Face à la pandémie de Covid-19 de 2019-2020, touchant la Belgique à partir de , le gouvernement sortant demande d'urgence le soutien de l'opposition afin de devenir un gouvernement de plein exercice capable de lutter contre la maladie. Le , un accord est trouvé avec une partie de l'opposition (PS, sp.a, Ecolo, Groen, cdH, DéFI)[99].

Le , le gouvernement Wilmès II prête serment devant le roi Philippe. La déclaration gouvernementale a lieu le même jour à la Chambre ; pour éviter la diffusion de la maladie, cette déclaration se fait exceptionnellement uniquement devant les chefs de groupe et sans la présence du gouvernement dans son ensemble (seul le Kern est présent)[100]. Le , le gouvernement obtient la confiance de la Chambre (88 pour, 44 contre et 0 abstention) avec le soutien du PS, du sp.a, d'Ecolo, de Groen, du cdH et de DéFI[101].

Afin de lutter contre la pandémie de Covid-19, le gouvernement annonce le que la Belgique entre dans une période de confinement à partir du à 12h00 jusqu'au . Les Belges doivent rester au maximum chez eux. Sortir en cas d'urgence ou pour se rendre dans un magasin d'alimentation, dans une pharmacie, à la poste, à la banque, à la librairie ou pour faire le plein est permis, ainsi que pour faire de l'activité physique en extérieur tant qu'une distance de 1,5 m avec d'autres personnes soit respectée ; dans les supermarchés, il ne peut y avoir qu'un seul client par 10 m2. Les rassemblements sont interdits. Les entreprises doivent au maximum encourager le télétravail ; si ce n'est pas possible, il doit y avoir le respect d'une distanciation sociale ; une entreprise ne respectant pas ces consignes sera fermée. Les voyages hors de Belgique sont interdits. La police est chargée de faire respecter ce confinement[102].

Mission de Paul Magnette et Bart De WeverModifier

Le , Paul Magnette et Bart De Wever sont chargés par le roi de permettre la formation d'un gouvernement. Ils ont 50 jours, faute de quoi le parlement sera dissout[103]. Le , ils rendent le mandat[104].

Mission de Egbert Lachaert puis Egbert Lachaert et Conner RousseauModifier

À la suite du renoncement du duo Magnette-De Wever, le monarque consulte Joachim Coens, Conner Rousseau, Maxime Prévot, Egbert Lachaert, Georges-Louis Bouchez, Jean-Marc Nollet, Meyrem Almaci et François De Smet. À l'issue de ces entretiens, il charge le président de l'Open VLD Egbert Lachaert d'une mission « permettant la mise en place d’un gouvernement qui s’appuie sur une large majorité au parlement ». Lachaert est considéré, avec Bouchez, Nollet et Almaci, comme l'un des responsables de l'échec de la mission de ses prédécesseurs[105]. Le mandataire annonce le avoir tenu des « pourparlers constructifs » avec l'ensemble des partis et paraît privilégier l'option d'une coalition dite « Vivaldi » réunissant le PS, le CD&V, l'Open VLD, le MR, le sp.a, Ecolo et Groen ; après la remise de son rapport au souverain le lendemain, sa mission est prolongée jusqu'au [106].

Le roi Philippe et Egbert Lachaert s'entretiennent de nouveau le . À l'issue de cette entrevue, le mandataire se voit confier une mission de préformation, en binôme avec Conner Rousseau, président du sp.a. Il explique peu après cette annonce avoir « enfin une percée » puisque « sept partis veulent ensemble travailler à un gouvernement de plein exercice et qui a le soutien d’une majorité à la Chambre », confirmant peu après l'option de s'appuyer sur une coalition Vivaldi[107]. Les deux préformateurs échangent téléphoniquement avec le palais royal une semaine plus tard, et ce dernier indique que leur rapport final sera remis le [108]. À la date prévue, la mission de préformation est cependant prolongée en raison de tensions entre six partis et le MR de Georges-Louis Bouchez[109].

Mission de Paul Magnette et Alexander De CrooModifier

Après que Bouchez s'est rallié au compromis élaboré par Lachaert et Rousseau, le binôme de mandataires remet le son rapport final au souverain, qui les décharge de leur mission[110]. Le roi Philippe appelle ensuite Paul Magnette et Alexander De Croo pour les nommer coformateurs du futur gouvernement fédéral ; l'objectif de cette mission est que le prochain Premier ministre puisse prononcer son discours de politique générale le suivant[111]. En raison des contraintes de distanciation entre personnes imposées par la Covid-19, les discussions entre partis se déroulent au palais d'Egmont, à Bruxelles[112].

Gouvernement De CrooModifier

RéférencesModifier

  1. « Les élections fédérales belges sont prévues pour le 26 mai 2019 », sur Le Soir, (consulté le ).
  2. « La dissolution du Parti Populaire votée à l’unanimité », sur Le Soir, (consulté le ).
  3. « Belgique, le pays ingouvernable », sur RTBF Info, (consulté le ).
  4. a b et c « IPU PARLINE database: BELGIQUE (Chambre des Représentants), Texte intégral », sur Union interparlementaire (consulté le ).
  5. « Elections 2019: les numéros de listes des partis sont connus », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  6. « Elections: Vanessa Matz, tête de liste cdH à la Chambre pour la circonscription de Liège », sur RTBF Info, (consulté le ).
  7. « Découvrez les candidats de la liste cdH aux élections fédérales 2019 », sur L'Avenir.net (consulté le ).
  8. « Le cdH dévoile ses listes in extremis pour la province de Luxembourg », sur La Libre.be, (consulté le ).
  9. « Liste fédérale CDH pour la province de Namur : Prévot tête de liste, Tixhon premier suppléant », sur DH.be, (consulté le ).
  10. « Voici les dernières têtes de liste du CDH », sur La Libre.be, (consulté le ).
  11. « Georges Dallemagne remplace Joëlle Milquet à la tête de liste cdH à la Chambre », sur L'Echo, (consulté le ).
  12. « Le Vlaams Belang dépose des listes symboliques pour la Chambre en Wallonie », sur Le Vif / L'Express, (consulté le ).
  13. Hans Van De Cauter, « Samenwerking tussen de lijsten Destexhe en de B.U.B. = Collaboration entre les listes de Destexhe et le B.U.B. », sur le site de B.U.B., (consulté le ).
  14. « La liste «Destexhe» à Liège complète en à peine 25 jours », sur La Meuse, (consulté le )
  15. « Charleroi: Patrick Thoron rejoint les listes d’Alain Destexhe », sur La Nouvelle Gazette, (consulté le )
  16. « Des listes Destexhe prêtes à affronter le système Michel en BW », sur La Capitale, (consulté le )
  17. Hans Van De Cauter, « Nos listes électorales = Onze kieslijsten », sur le site de B.U.B., (consulté le ).
  18. « Elections 2019 - Chambre - Résultats des listes Royaume - », sur le site du SPF Intérieur.
  19. « Résultats chiffrés - Elections 2019 », sur le site du SPF Intérieur (consulté le ).
  20. « Une campagne exclusive », sur RTBF Info, (consulté le ).
  21. « Elections 2019: Elio Di Rupo envisage un gouvernement sans majorité flamande, Francken réplique », sur Le Soir, (consulté le ).
  22. « Quand Elio Di Rupo tente une folie mondiale », sur RTBF Info, (consulté le ).
  23. « Le Roi reçoit le président du Vlaams Belang au Palais royal, une rencontre qui rompt avec la tradition (photos) », sur Le Soir, (consulté le ).
  24. « Didier Reynders et Johan Vande Lanotte désignés informateurs par le Roi », sur RTBF Info, (consulté le ).
  25. « Jean Faniel (CRISP): Reynders comme Vande Lanotte "ne vont pas essayer de rouler pour eux-mêmes" », sur RTBF Info, (consulté le ).
  26. « Le cdH fait le choix de l'opposition », sur RTBF Info, (consulté le ).
  27. « Les informateurs écartent le PTB: «Les partis traditionnels n’ont rien intégré des résultats», s’indigne Hedebouw », sur Le Soir, (consulté le ).
  28. « Le Palais prolonge la mission des informateurs : suivez leur conférence de presse en direct », sur RTBF Info, (consulté le ).
  29. « Coalition fédérale: la mission des informateurs devrait prendre fin la semaine prochaine », sur Le Soir, (consulté le ).
  30. « Mission prolongée au 1er juillet pour les informateurs royaux : suivez leur conférence de presse à 17h », sur RTBF Info, (consulté le ).
  31. « Le Roi prolonge la mission de Didier Reynders et Johan Vande Lanotte: "Il y a une capacité de progresser" », sur RTL Info (consulté le ).
  32. « Chambre: Patrick Dewael évite le perchoir pour esquiver le Belang, aucun incident au final », sur RTBF Info, (consulté le ).
  33. « Le PS refuse de rencontrer la N-VA », sur RTBF Info, (consulté le ).
  34. « le Roi charge Didier Reynders et Johan Vande Lanotte d'établir une note pour la formation d'un gouvernement », sur RTBF Info, (consulté le ).
  35. « Coalition fédérale: la mission des informateurs Reynders et Vande Lanotte est reconduite jusqu’au 29 juillet », sur Le Soir, (consulté le ).
  36. « Charles Michel nommé président du Conseil européen: quelles conséquences en Belgique? », sur RTBF Info, (consulté le ).
  37. « Nomination de Charles Michel : les camouflets de la paix », sur RTBF Info, (consulté le ).
  38. « L'émancipation politique bruxelloise », sur RTBF Info, (consulté le ).
  39. « Coalition bruxelloise: le MR est «absolument indispensable», insiste Pierre-Yves Jeholet », sur Le Soir, (consulté le ).
  40. « "L'attitude du PS et d'Écolo à l'égard des libéraux a été profondément choquante" selon Françoise Schepmans », sur RTBF Info, (consulté le ).
  41. « L'Open Vld ne se voit pas gouverner avec les écologistes », sur RTBF Info, (consulté le ).
  42. « Vincent Van Quickenborne envisage de prendre la tête de l’Open VLD », sur Le Soir, (consulté le ).
  43. « Elio Di Rupo (PS): "Si l'on nous invite à une table de discussion, j'irai discuter" », sur RTBF Info, (consulté le ).
  44. « Négociations au fédéral : une rencontre avortée entre PS et N-VA, la faute à qui? », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  45. « Une rencontre des informateurs réunissant plusieurs partis est en cours, Ecolo absent », sur RTBF Info, (consulté le ).
  46. « Jean-Marc Nollet : "Notre choix de société est à l'opposé de ce que la N-VA propose" », sur RTBF Info, (consulté le ).
  47. « Paul Magnette : "Beaucoup de choses opposent le PS à la N-VA mais aussi à l'Open Vld et au MR" », sur RTBF Info, (consulté le ).
  48. « Coalition fédérale: gouverner avec la N-VA n’est toujours pas une option, selon Paul Magnette », sur Le Soir, (consulté le ).
  49. « Gouvernement fédéral : la mission des informateurs royaux est prolongée jusqu'au 9 septembre (direct) », sur RTBF Info, (consulté le ).
  50. « Ecolo ne sera plus invité par les informateurs royaux…Cela fait partie de la politique pour Jean-Marc Nollet », sur RTBF Info, (consulté le ).
  51. « Fédéral: marier le PS et la N-VA, c’est le pari fou des informateurs », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  52. « L’Open VLD annonce que si le parti est «débarqué au niveau flamand, il ne participera pas non plus au fédéral» », sur Le Soir, (consulté le ).
  53. « Une coalition suédoise sur les rails en Flandre: Di Rupo exprime son inquiétude pour le gouvernement fédéral », sur Le Soir, (consulté le ).
  54. « Formation fédérale : Groen assure rester à disposition des informateurs », sur RTBF Info, (consulté le ).
  55. « Maxime Prévot ouvre la porte à des discussions institutionnelles », sur RTBF Info, (consulté le ).
  56. « Négociations au fédéral : pour Charles Picqué (PS), "entre N-VA et PS, il faut se parler" », sur RTBF Info, (consulté le )
  57. « "Le CD&V et l'Open Vld ont la clé des négociations fédérales", estime Ahmed Laaouej », sur RTBF Info, (consulté le )
  58. « Informateurs royaux prolongés jusque début octobre : conférence de presse (direct) », sur RTBF Info, (consulté le )
  59. « PS et sp.a veulent évincer l'Open Vld du fédéral », sur RTBF Info, (consulté le )
  60. « Les ministres wallons ont prêté serment devant le Parlement de Wallonie », sur RTBF Info, (consulté le )
  61. « Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est installé », sur RTBF Info, (consulté le )
  62. « L’installation du gouvernement Jambon démarre au parlement avec un incident », sur sudinfo.be, (consulté le )
  63. « CQFD: Gouvernement flamand, l'ombre du Vlaams Belang? », sur RTBF Info, (consulté le )
  64. « Le Roi met fin à la mission des informateurs : suivez la conférence de presse en direct », sur RTBF Info, (consulté le )
  65. « Rudy Demotte et Geert Bourgeois chargés d'une mission de préformation par le Roi », sur RTBF Info, (consulté le )
  66. « Les préformateurs ont quitté le Palais royal (direct vers 17h) », sur RTBF Info, (consulté le )
  67. « Négociations fédérales: les partis politiques ont défilé au Palais », sur RTBF Info, (consulté le )
  68. « Ahmed Laaouej: "Le PS n’est pas un parti qui brade ses valeurs" », sur RTBF Info, (consulté le )
  69. « Gouvernement fédéral : "Paul Magnette veut que la N-VA jette son programme à la poubelle", accuse Cieltje Van Achter », sur RTBF Info, (consulté le )
  70. « Formation fédérale: le Roi désigne Paul Magnette (PS) comme informateur », sur RTBF Info, (consulté le )
  71. « Paul Magnette informateur: quand et comment le président du PS compte-t-il commencer sa mission ? », sur RTBF Info, (consulté le )
  72. « Formation fédérale: le cdH se dit prêt à "être du côté de la solution" », sur RTBF Info, (consulté le )
  73. « Formation fédérale: l'amélioration du taux d'emploi, un premier point de convergence, selon Paul Magnette », sur RTBF Info, (consulté le )
  74. « Paul Magnette: "J'invite tous les partis à sortir de leur zone de confort" », sur RTBF Info, (consulté le )
  75. « Négociations au fédéral: pour Bart Somers (Open Vld), la N-VA "ne veut pas se mouiller" », sur RTBF Info, (consulté le )
  76. « La mission de Paul Magnette est prolongée: "Il est maintenant plus que temps de réussir !" », sur RTBF Info, (consulté le )
  77. « Formation fédérale : réunion secrète, samedi soir, entre partis d'une éventuelle coalition arc-en-ciel », sur RTBF Info, (consulté le )
  78. « Poussée de fièvre au fédéral et pressions de la N-VA : l'Open VLD "déterminera seul ce qu'il juge bon ou pas" », sur RTBF Info, (consulté le )
  79. « L'informateur Paul Magnette a demandé à être déchargé de sa mission, le Roi suspend sa décision et consulte les libéraux », sur RTBF Info, (consulté le )
  80. « Coalition fédérale: le Roi consultera le CD&V, la N-VA et Groen mardi », sur Le Soir, (consulté le )
  81. « Négociations fédérales: le Roi a terminé ses consultations », sur RTBF Info, (consulté le )
  82. « Joachim Coens (CD & V) et Georges-Louis Bouchez (MR) nommés informateurs, prochain rapport le 20 décembre », sur RTBF Info, (consulté le )
  83. La Libre.be, « "Avec ce positionnement du PS, les partis flamands sont pris en tenaille" », sur www.lalibre.be, (consulté le )
  84. DH Les Sports+, « Le MR dénonce les propos de Rudy Demotte: "Il a mis le feu à la maison Belgique" », sur www.dhnet.be, (consulté le )
  85. « Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez poursuivent leur mission d'informateurs (vidéos) », sur RTBF Info, (consulté le )
  86. La Libre.be, « Le scénario privilégié au fédéral ? La coalition "Vivaldi" », sur www.lalibre.be, (consulté le )
  87. « Une réforme de l'Etat en 2024 : les cinq nouveaux présidents des partis francophones y sont favorables », sur RTBF Info, (consulté le )
  88. Rédaction en ligne-30 décembre 2019, « Peter Mertens : « Nous devons renforcer ce pays : nous avons besoin d’un fédéralisme du 21ème siècle » », sur PTB (consulté le )
  89. « La mission des deux informateurs est prolongée jusqu'au 28 janvier », sur RTBF Info, (consulté le )
  90. « Formation fédérale : les informateurs sont prolongés jusqu'au 4 février », sur RTBF Info, (consulté le )
  91. a et b « Fin de mission pour les informateurs royaux, Koen Geens est chargé d'une mission par le Roi », sur RTBF Info, (consulté le )
  92. « Koen Geens prolongé, le chargé de mission royal continue d'explorer la piste PS-N-VA », sur RTBF Info, (consulté le )
  93. « Négociations fédérales: "A un moment donné, il faut clairement poser la question d'un référendum sur l'état du pays", selon Paul Magnette », sur RTBF Info, (consulté le )
  94. « Koen Geens déchargé de sa mission, le Roi va consulter les présidents de partis », sur RTBF Info, (consulté le )
  95. « Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (Open VLD) sont chargés de "prendre des contacts pour la mise en place d'un gouvernement », sur RTBF Info, (consulté le )
  96. « Négociations fédérales: les missionnaires Dewael et Laruelle rendront un rapport final, au plus tard, le 16 mars », sur Le Soir Plus, (consulté le )
  97. « Le gouvernement Wilmès va être doté de pouvoirs spéciaux pendant 6 mois », sur RTBF Info, (consulté le )
  98. « Sophie Wilmès nommée formatrice par le roi Philippe », sur RTBF Info, (consulté le )
  99. « Le gouvernement Wilmès va être doté de pouvoirs spéciaux pendant 6 mois », sur RTBF Info, (consulté le )
  100. « Sophie Wilmès fera son discours à la Chambre devant moins de 15 députés », sur RTBF Info, (consulté le )
  101. « Le Parlement accorde sa confiance au gouvernement Wilmès II », sur RTBF Info, (consulté le )
  102. « Coronavirus: la Belgique en confinement à partir de ce mercredi midi », sur RTBF Info, (consulté le )
  103. DH Les Sports+, « "Il reste 50 jours pour former un gouvernement, sinon il faudra convoquer des élections", insiste Paul Magnette après avoir été chargé de la mission royale », sur DH Les Sports +, (consulté le ).
  104. DH Les Sports+, « Bart De Wever revient sur sa mission royale: "Le coronavirus, plus que jamais, a montré à quel point ce pays était inefficace" », sur DH Les Sports +, (consulté le ).
  105. « Le Roi confie une mission à Egbert Lachaert en vue de former un gouvernement », Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. « Le Roi prolonge la mission d'Egbert Lachaert jusqu'au 4 septembre », Vlaamse Radio- en Televisieomroeporganisatie,‎ (lire en ligne, consulté le )
  107. « Formation fédérale : Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (sp.a) préformateurs d'un gouvernement à 7 », Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ (lire en ligne, consulté le )
  108. « Formation fédérale: Egbert Lachaert et Conner Rousseau rendront leur rapport final le 21 septembre », RTL,‎ (lire en ligne, consulté le )
  109. « Formation fédérale: des contacts bilatéraux sont en cours, pas encore de réunion plénière annoncée », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  110. « Les préformateurs Egbert Lachaert et Conner Rousseau reçus par le Roi », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  111. « Négociations fédérales: Paul Magnette et Alexander De Croo sont nommés formateurs », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  112. « Formation fédérale: les discussions commencent à 11h au Palais d'Egmont », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier