Ouvrir le menu principal

IIe millénaire av. J.-C.

millénaire

ÉvénementsModifier

  • 2200- : augmentation soudaine de l'aridité au niveau mondial avec des variations régionales[1].
  • 1500 à  : petit optimum climatique de l’âge du bronze[2].

AfriqueModifier

  • 2050-1750 av. J.-C.  : culture du Kerma moyen en Haute Nubie[3].
  • 2000-1500 av. J.-C. : poursuite de l’aridification des zones au sud du Sahara en Afrique de l’Ouest. L'agriculture progresse vers le sud dans tout la zone soudanienne et vers l’est. Elle atteint le Dhar Tichitt en Mauritanie vers 2000-1750 av. J.-C., tandis que l’élevage atteint l’Atlantique[4].
  • 2000-300 av. J.-C. : développement de la « civilisation de Tichitt » dans le Dhar Tichitt, le Dhar Oualata et le Dhar Néma, en Mauritanie sud-centrale. C’est un ensemble de villages fortifiés et construits en pierres sèches colonisées par des communautés d’agropasteurs néolithiques. On y a retrouvé une quantité importante de matériel qui servait à concasser le grain. Culture du mil à chandelle, élevage de bovins, d’ovins et de caprins, pêche aux siluridés et aux perches du Nil des lacs interdunaires, chasse aux grands mammifères, cueillette des fruits et des graminées sauvages[5].
  • Vers 2000-1500 av. J.-C. : traces présumées de métallurgie du cuivre dans la région d'Agadez, au nord de l'actuel Niger (fours, artefacts de cuivre natif martelé à chaud)[6].
  • 2040-1710 av. J.-C. : moyen Empire égyptien. Montouhotep II réunifie le pays, et la capitale est à Thèbes, puis à Itchtaouy au sud de Memphis. Les pharaons sont ensevelis dans des pyramides proches en bordure du désert. Conquête de la Basse-Nubie[7].
  • 1750-1500 av. J.-C.  : culture du Kerma classique en Haute Nubie[3].
 
Combats d'Ahmôsis Ier contre les Hyksôs.
 
Autel domestique avec Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles.
  • Vers 1200-300 av. J.-C. : période caballine dans l’art rupestre du Sahara. Gravures représentants des équidés domestique et des chariots[9].
  • Vers 1101 av. J.-C. : date traditionnelle de la fondation d'Utique par les Phéniciens[10].

AmériqueModifier

  • 2500-1200 av. J.-C. : préclassique ancien ou période formative en Mésoamérique. À la fin de la période apparaissent les premières civilisations urbaines (civilisation olmèque, civilisation maya)[11].
  • Vers 2000-1500 av. J.-C. : apparition de groupements villageois exerçant l'horticulture et utilisant une céramique élaborée en Amazonie[12].
  • 2000-800 av. J.-C. : culture du Paléoesquimau, de la Sibérie au Groenland (culture de l'Indépendance, culture de Saqqaq)[13]. Tradition du petit outillage arctique : microlites de silex pour couper et sculpter l’os, harpons, sagaies, couteaux et pointes de flèches en pierre. Plus tard, sont introduits des outils en ardoise et en os, la céramique et les lampes au blanc de baleine. Nomades, ces premiers habitants chassent le petit gibier, les oiseaux et pêchent le poisson. Ils utilisent probablement des tentes de peaux.
 
La zone de création de l’Eastern Agricultural Complex (en)

Asie et PacifiqueModifier

 
« Princesse de Bactrianne » statuette féminine appartenant à la civilisation de l’Oxus.
  • 2200-1700 av. J.-C. : apogée de la civilisation de l’Oxus ou complexe archéologique bactro-margien (BMAC), qui se développe dans les oasis d'Asie centrale au Bronze ancien à partir du delta du Murghab. Vers 1700 av. J.-C., les objets spécifiques du BMAC ne sont plus présent dans la région de l'Oxus mais dans les zones plus à l'ouest et à l'est, notamment au Baloutchistan et au nord-ouest de la vallée de l'Indus[22]. La civilisation de l'Oxus pourrait être indo-iranienne ou indo-aryenne (utilisation du cheval et du char, pratiques funeraires, sanctuaires et structures religieuses, iconographe et mythologie, contact avec les civilisations élamites, mésopotamiennes, anatoliennes, mittaniennes et de l'Indus)[23].
 
Masse d'arme en bronze décorée de quatre têtes de béliers. Culture de Siba. Musée Provincial du Gansu, Lanzhou.
 
Céramique de Ban Chiang à motif géométrique rouge-sur-crème.

Proche-OrientModifier

  • Vers 1500-1200 av. J.-C. : migrations indo-européennes (Aryens), sur le plateau iranien[50].
  • 1500–800 av. J.-C. : culture de Lchashen-Tsitelgori dans le Caucase (Bronze récent) ; sépultures à char du cimetière de Lchashen, en Arménie[51].
  • 1450-1200 av. J.-C. : apogée et déclin d’Ougarit[47].
  • 1232 av. J.-C. : selon la Bible, les Hébreux, sous la conduite de Josué, arrivent sur les bords du Jourdain. Ils se heurtent aux Edomites, Moabites et Amorrites avant d'occuper la quasi-totalité du pays de Canaan[52].
  • 1200-1180 av. J.-C. : « effondrement de l'âge du bronze »[53] ; l’invasion des peuples de la mer et l’arrivée des Araméens bouleverse l’équilibre politique de la région, qui passe de l’âge du Bronze à l’âge du Fer (1200-1000 av. J.-C.)[47]. L’empire Hittite disparait, Ougarit est détruite, l’Égypte abandonne sa domination sur Canaan où s’installent de nouveaux émigrants comme les Philistins vers 1175 av. J.-C.[52], les Tjekers à Dor, les Shardanes dans la région de la plaine d’Akko, les Israélites dans les collines et dans le nord de la Palestine et les Araméens dans la Syrie du Nord. Une mosaïque de royaumes « néo-hittites » s’organise dans le courant du XIe siècle av. J.-C. du flanc nord du Taurus à l’Oronte. L’Assyrie de Téglath-Phalasar Ier (1115-1077 av. J.-C.) apparaît comme une nouvelle puissance politique et militaire dans la région, mais le raid effectué par les Assyriens vers la côte nord de la Méditerranée s’avère sans lendemain en raison des raids araméens sur les frontières ouest de l’empire assyrien ; même si les Assyriens reçoivent le tribut des cités phéniciennes septentrionales (Arwad, Byblos, Sidon), Tyr n’est pas concernée. Cette nouvelle puissance ne revient sur les côtes phéniciennes en force que vers le IXe siècle av. J.-C.. Le vide laissé par le déclin des grands empires vers la fin du millénaire en Syrie-Palestine a permet l’émergence des petits États de Phénicie et leur suprématie maritime sur la région méditerranéenne. Pendant l’âge du fer, Tyr devient la citée phénicienne prééminente.

EuropeModifier

 
Diadème de Caravaca de la Cruz. Culture d'El Argar, vers 1500 av. J.-C..
  • 2200-1550/1450 av. J.-C. : culture d’El Argar en Espagne[54]. El Argar est l’un des premiers sites du Bronze ancien, où se pratique la métallurgie de l’or, de l’argent et du cuivre, supplanté progressivement par le bronze. Les armes sont des poignards qui s’allongent pour devenir des glaives, des hallebardes très en vogue au bronze ancien. Des contacts sont attestés avec la Méditerranée orientale (Égée et Égypte) et la côte Atlantique. À El Argar, le développement de la métallurgie crée une nouvelle division du travail, bouleversant l’organisation sociale et les mœurs funéraires. Les sépultures individuelles (dans des jarres comme en Anatolie) remplacent les grandes « tholos » collectives. Les déesses-mères disparaissent.
  • 2200-1600 av. J.-C.[55] : la culture de la Polada en Italie du nord d’influence unéticienne succède à la culture de Remedello et à la successive culture campaniforme. Elle contrôle le commerce de l’Adriatique vers les cols alpins. La conservation dans les tourbières (Polada, Barche di Solferino, Lavagnone) d’objets en bois révèle l’évolution technique des roues qui pleines, sont d’abord évidées par deux enlèvements en croissant puis assemblées en plusieurs pièces avec jantes et rayons grâce aux progrès de la métallurgie.
  • 2150-1350 av. J.-C. : civilisation des tumulus armoricains du Bronze ancien (2150-1600 av. J.-C.) au Bronze moyen (1600-1350 av. J.-C.)[56]. Les tombes individuelles se répandent et deviennent en Armorique d’imposants tumulus de 6 à 8 mètres de haut et 30 de diamètre indiquant la domination du défunt sur le territoire environnant.
  • 2000-1400 av. J.-C. : culture du Wessex en Grande-Bretagne[57]. Elle résulte de la fusion d’importants groupes campaniformes (Beakers) et de nouveaux arrivants qui les dominent ou les colonisent, attirés par les gisements de cuivre et d’étain de la Cornouaille. Vers 2000-1100 av. J.-C., construction de la phase de l'âge du bronze de la structure en pierres dressées de Stonehenge, site mégalithique dans l'actuel Wessex en Angleterre (Stonehenge III)[58].
  • 2000-1600 av. J.-C. : âge du bronze moyen en Grèce. Construction des premiers palais minoens en Crète[59]. Helladique moyen en Grèce continentale ; des populations indo-européennes, probablement proto-helléniques, venues par petites touches et par petits groupes du Nord ou du Nord-est vers la péninsule balkanique et l’Asie mineure, se mélangent avec les populations indigènes. Selon certains historiens (Georges Mylonas, Martin P. Nilsson (en), Pierre Lévêque) la Grèce aurait subi une première invasion, celle des Ioniens, vers 2000 av. J.-C., suivie par une seconde vers 1600 av. J.-C., celle des Achéens[60].
  • Vers 2000 av. J.-C. : arrivée probable des Indo-Européens dans l'Europe pontique. Les cultures de Monteoru, Wietenberg, Tei et Costisa se développent en Roumanie à l'âge du Bronze tandis que la culture Noua marque la transition vers l'âge du Fer[61]. Le nom de Thraces, mentionné dans l’Iliade d’Homère (Traki), désigne la population occupant le territoire entre les Carpates et la mer Égée avec ses îles ainsi qu’une partie du nord-ouest de l’Asie Mineure, constituée de nombreuses tribus (Gètes, Triballes au nord et Odryses au sud). Selon l’hypothèse kourgane, ils seraient venus des steppes de l’Asie centrale lors de la transition du Chalcolithique à l’âge du Bronze, vers le bassin de la mer Noire et le long du Danube, pour se mêler aux population locales. Une autre théorie opte pour un processus progressif qui a mélangé sur de longues périodes les nouveaux arrivants et les autochtones[62].
  • 2000-1500 av. J.-C. : la civilisation du Rhône se développe en Suisse (Valais, Léman) et dans le couloir rhodanien, puis vers la vallée de la Saône et le Sud de la France[63]. Elle doit sa prospérité au commerce entre la Méditerranée et l’Allemagne du sud (échange d’objets en bronze contre des coquillages). Les rhodaniens créent un centre de métallurgie original, assimilant et développant les techniques d’Unétice (haches-ciseaux, haches-spatules, épingles aux formes originales, etc.).
 
Poignard triangulaire caractéristique de la culture d’Unétice, musée national d’archéologie de Chemnitz
  • 1900-1400 av. J.-C.[64] : culture d’Unétice en Bohême, Bavière, Allemagne, Pologne et Moravie. Unétice est le centre principal des débuts du Bronze ancien en Europe[65]. Il s’y crée les premières productions originales du monde barbare (haches à rebords, poignards triangulaires, épingles, torques), qui seront largement diffusés en Europe occidentale. Le site d’Unétice doit son importance au contrôle des gisements de cuivre (Alpes et Balkans), d’étain (Bohême) et d’or et de celui des voies commerciales de l’ambre de la mer Baltique. Les contacts avec la Méditerranée sont certains (Mycènes, Égypte, Chypre). Le culte de la déesse-mère disparaît mais subsiste le symbole des cornes, lié au développement de l’élevage. L’art reste abstrait (décorations géométriques des armes et des poteries).
  • 1900-1600 av. J.-C. : diffusion de l’ambre d’Europe du Nord vers la Méditerranée par les vallées de l’Elbe et de la Saale, puis du Danube et de l’Inn à l’Italie du Nord par le col du Brenner, attestée par la présence d’objets d’ambre (perles, écarteurs de collier) provenant de la mer Baltique dans les tombes royales à fosse de Mycènes vers 1600-1400 av. J.-C., commerce associé vraisemblablement à celui de l’étain. L’ambre se diffuse dès le Bronze ancien vers les Iles britanniques (culture du Wessex), en Europe centrale (culture d’Unétice)[66].
  • 1800-500 av. J.-C. : âge du bronze nordique, divisé en six périodes par Oscar Montelius[67]. La représentation sur les gravures rupestres et sur les objets de bronze de navires longs, mus par des rames, sans quille et à la poupe relevée, dès le milieu du IIe millénaire av. J.-C. témoigne de la pratique de la navigation en Scandinavie[68]. Le Char solaire de Trundholm, au Danemark, daté vers 1400-1300 av. J.-C., atteste d’un culte solaire[69]. Le cheval est introduit dans les motifs décoratifs vers , en particulier sur les manches des rasoirs de bronze[70]. La culture du seigle et de l’avoine se répand.
  • 1800-1500 av. J.-C. : première phase de la culture nuragique en Sardaigne[71].
  • Vers 1700-1500 av. J.-C. : les établissements fortifiés en Europe de l’Est et du Centre soulignent les pressions sociales et économiques croissantes. Le poste de Spišský Štvrtok, dans les Carpates possède un rempart de pierres appareillées de 4 m de haut et une porte à bastion (vers 1700-1500 av. J.-C.[72]). Des individus massacrés ont été découverts dans les forteresses de Blučina et de Velim en Moravie à la fin de l’âge du Bronze[73].
 
Talayot de Torellonet Vell, Minorque.
  • Vers 1700-800 av. J.-C. : culture talayotique dans les Baléares. Les talayots sont des tours de guet fortifiées, au rôle à la foi défensif, funéraire et religieux, qui dominent les villages entourés de murs cyclopéens. Les navetas, sépultures talayotiques construites en gros appareil ont l’allure de coques de navires renversées, les taulas sont d’énormes piliers rectangulaires pouvant atteindre 4 m de haut et 2,7 m de large sur lesquels repose une table horizontale. Leur rôle, certainement cultuel n’est pas déterminé. Le nombre et la taille des établissements suggère une augmentation importante de la population pendant la période[74].
  • 1700 av. J.-C. : destruction des premiers palais minoens en Crète. Période néopalatiale, apogée de la civilisation minoenne[59].
 
Divers objets découvert dans un terramare.
  • 1650-1150 av. J.-C. : culture des Terramares (buttes de terres noires, résultat de la reconstruction des villages aux mêmes endroits) en Italie du Nord (Émilie, sud de la Lombardie, nord-ouest de la Vénétie). Ces villages témoignent d’une forte expansion démographique à partir de 1450 av. J.-C. et s’inscrivent dans des terroirs où un système de digues et de canaux capte l’eau (rivières naturelles ou puits) et la redistribue vers les zones agricoles. Ils sont abandonnés brusquement vers 1150 av. J.-C., à la suite, semble-t-il, de l’assèchement du climat qui marque la fin de l’âge du bronze[75]. La densité des sites suggère un apport de populations nouvelles, qui seraient venues d’Europe centrale, ce que semble confirmer des poteries et des outils en métal et en os, dont des mors de chevaux, retrouvés sur les sites, et on à pensé dès le XIXe siècle qu’il s’agirait des premiers indo-européens établis dans la péninsule[76]. Pasteurs et cultivateurs, ils développent vite une métallurgie originale (poignards, épées, rasoirs, fibules) et construisent des digues pour se protéger des inondations. Cantonnée dans la plaine du elle connaît un rayonnement exceptionnel grâce au commerce du bronze avec le sud.
  • 1650-1100 av. J.-C. : civilisation mycénienne en Grèce (Bronze récent[59]). Elle atteint son apogée vers 1400-1200 av. J.-C. avec la construction des palais mycéniens avant de s'éteindre progressivement (siècles obscurs).
  • 1600-1300 av. J.-C. : bronze moyen en Europe occidentale. Dépression climatique de Löbben repérée dans les glaciers autrichiens. Repli et différentiation des cultures régionales[77].
  • Vers 1600-1200 av. J.-C. : culture de Trzciniec entre l’Oder la Vistule et le Dniepr moyen et culture de Komarov (vers 1500-1200 av. J.-C.) sur le Dniepr moyen, étroitement liées. Elles sont généralement affectées à une phase de l'évolution des protoslaves ou des Thraces[78].
  • Vers 1600 av. J.-C. : disque de Nebra, appartenant à la culture d’Unétice, la plus ancienne représentation de la voûte céleste connue[69].
  • Vers 1550-1050 av. J.-C. : la culture apenninique se développe dans le centre et le sud de l’Italie, produisant essentiellement des poteries remarquables par leurs décors. La civilisation apenninique est une culture de pasteurs semi-nomades pratiquant des razzias sur les cultivateurs et les éleveurs des plaines[79]. Ils habitent des cabanes ou des cavernes, inhument leurs morts dans des tombes en forme de dolmens, travaillent le bronze et fabriquent à la main une poterie à fond noir décorée de motifs en dents de scie. On a retrouvé des vestiges de cette civilisation de l’Émilie aux Pouilles.
  • Vers 1500 av. J.-C. : séparation supposée des langues finno-ougriennes en Sibérie occidentale en ougrien (hongrois, vogoul, ostiak, hongrois de l'Ob) et en finno-permien[80].
  • 1500-1200 av. J.-C. : phase archaïque de la culture nuragique en Sardaigne (culture Bonnanaro)[71]. Elle produit de grandes statues de pierre en ronde bosse et des sculptures en bronze (cire perdue) figurant des personnages de la société sarde (guerriers coiffés de casques à cornes, bergers, personnage important...)[81].
  • 1450 av. J.-C. : destruction des seconds palais minoens et début du déclin de la civilisation minoenne en Crète[59].
  • Vers 1450-1250 av. J.-C. : la culture des tumulus, caractérisée par la pratique de l'inhumation du corps des défunts se développe en Europe centrale à la période du bronze moyen[82].
 
Cheval blanc d'Uffington.
  • Vers 1380–550 av. J.-C. : cheval blanc d'Uffington, taillé à flanc de coteaux dans la craie de l’Oxfordshire par les hommes de l’âge du bronze[83].
  • XIVe siècle av. J.-C.-XIIe siècle av. J.-C. : complexe culturel Sabatinovka (est du Prout), Noua (Moldavie et Transylvanie), et Coslogeni (est de la Munténie) en Roumanie au Bronze final. Les peuples Noua, apparentés aux Sabatinovka (kourganes) entre le Prout et le Dniepr), sont des éleveurs de bovins semi-nomades à poterie grossière. Ils mettent fin brutalement au groupe Otomani-Monteoru de Transylvanie et avancent vers le sud à travers la Bulgarie de 1350 à 1200 av. J.-C. (groupe Zimnicea-Plovdiv). Leur présence semble prouver qu’un important afflux de populations a eu lieu d’est en ouest jusqu’aux Carpates et à la Thrace. Des troubles ont dû accompagner la rencontre de ces groupes avec les peuples du début du bronze tardif en Transylvanie et en Hongrie[84].
  • Vers 1250-850 av. J.-C. : la civilisation des champs d'urnes, caractérisée par de vastes cimetières abritant les urnes avec les cendres des défunts et des offrandes, marque le Bronze final en Europe occidentale[82]. Début d’un mouvement général vers l’ouest d’influences culturelles venues d'Allemagne du Sud, d'Autriche et de Bohême, foyers du monde celtique. La civilisation protocelte des « champs d’urnes » s’étend progressivement jusqu’en Espagne. Les épées à manches massifs des Tumulus sont remplacées par des rapières étroites prolongées d’une languette sur laquelle des plaquettes d’os ou de bois sont fixés par des rivets. Les épingles s’ornent parfois d’un vase miniature ou de têtes de pavot, la céramique et les parures se renouvellent. Les oppida se développent. L’extraction de métaux augmente et les objets de bronze se démocratisent. Sur le littoral atlantique et adriatique apparaissent des traces d’extraction et de commerce du sel.
 
Gravures rupestres de l'âge du fer au Valcamonica.

Notes et référencesModifier

  1. Sylvain Ozainne, Un néolithique ouest-africain : cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l'Holocène récent en pays Dogon (Mali), Africa Magna Verlag, (ISBN 9783937248332, présentation en ligne)
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire humaine et comparée du climat, vol. 3, Fayard, (ISBN 9782213646046, présentation en ligne)
  3. a b et c David N. Edwards, The Nubian Past : An Archaeology of Sudan, Routledge (ISBN 9781134200870, présentation en ligne)
  4. Sylvain Ozainne, op. cit, p. 197.
  5. Augustin F.-C. Holl, « Dhar Tichitt, Walata et Nema », Les nouvelles de l'archéologie, no 127,‎ , p. 35-39 (présentation en ligne)
  6. Danilo Grébénart, « La métallurgie préhistorique d'Agadez (Niger). État des recherches », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 92, no 3,‎ , p. 399-409 (présentation en ligne)
  7. a b et c Florence Maruéjol, 100 Questions sur l’Égypte ancienne, La Boétie (ISBN 9782368650288, présentation en ligne)
  8. Ancient African Metallurgy : The Sociocultural Context, Rowman & Littlefield, (ISBN 9780742502611, présentation en ligne)
  9. Henri Lhote, Vers d'autres Tassilis : nouvelles découvertes au Sahara, Arthaud, (ISBN 9782700301090, présentation en ligne)
  10. Albert Adu Boahen, Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique, vol. 2, UNESCO, (ISBN 9789232017086, présentation en ligne)
  11. a et b Véronique Darras, « La Mésoamérique précolombienne », Historiens et géographes, Association des professeurs d’histoire et de géographie,‎ (présentation en ligne)
  12. Michel Bertrand, Jean-Michel Blanquer, Antoine Coppolani, Isabelle Vagnoux, Les Amériques : Du Précolombien à 1830, vol. 1, Groupe Robert Laffont, (ISBN 9782221197912, présentation en ligne)
  13. André Leroi-Gourhan, José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130738244, présentation en ligne)
  14. Neil Asher Silberman, Alexander A. Bauer, The Oxford Companion to Archaeology, vol. 1, OUP USA, (ISBN 9780199735785, présentation en ligne)
  15. T. Douglas Price, « Ancient farming in eastern North America », PNAS, vol. 106,‎ (présentation en ligne)
  16. Michael A. Malpass, Daily Life in the Inca Empire, 2nd Edition, ABC-CLIO, (ISBN 9780313355493, présentation en ligne)
  17. André Leroi-Gourhan, José Garanger, op. cit, p. 934.
  18. Corinne Julien, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, UNESCO, (ISBN 9789232028112, présentation en ligne)
  19. Martin Giesso, Historical Dictionary of Ancient South America, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781538102374, présentation en ligne)
  20. CTI Reviews, Ancient Mexico and Central America, Archaeology and Culture History: Anthropology, Anthropology, Cram101 Textbook Reviews, (ISBN 9781490289243, présentation en ligne)
  21. Christoph Baumer, The History of Central Asia : The Age of the Steppe Warriors, vol. 1, I.B.Tauris, (ISBN 9781780760605, présentation en ligne), p. 90, 308
  22. Mukhtar Ahmed, Ancient Pakistan - an Archaeological History, Amazon, (ISBN 9781495966439, présentation en ligne)
  23. Gérard Fussman, Jean Kellens, Henri-Paul Francfort et Xavier Tremblay, Aryas, Aryens et Iraniens en Asie Centrale., Paris, Collège de France, , 346 p. (ISBN 2-86803-072-6, présentation en ligne), p. 271
  24. a et b Cristina Scherrer-Schaub, Proceedings of the Tenth Seminar of the IATS, 2003 : Old Tibetan Studies: Dedicated to the Memory of R.E. Emmerick, vol. 14, BRILL, (ISBN 9789004155176, présentation en ligne)
  25. a et b Li Liu, Xingcan Chen, The Archaeology of China : From the Late Paleolithic to the Early Bronze Age, Cambridge University Press, (ISBN 9780521643108, présentation en ligne)
  26. Michael Pietrusewsky, Michele Toomay Douglas, Ban Chiang, a Prehistoric Village Site in Northeast Thailand : The Human Skeletal Remains, vol. 1, UPenn Museum of Archaeology, (ISBN 9780924171925, présentation en ligne)
  27. « White, J.C. 2008 Dating Early Bronze at Ban Chiang, Thailand. In From Homo erectus to the Living Traditions. Pautreau, J.-P.; Coupey, A.-S.; Zeitoun, V.; Rambault, E., editors. European Association of Southeast Asian Archaeologists, Chiang Mai, pp. 91-104. »
  28. Joël Luguern, Le Viêt-nam, Karthala, (ISBN 9782865376438, présentation en ligne)
  29. Nam C. Kim, « The Origins of Ancient Vietnam », Oxford University Press,‎ , p. 9780199980895 (présentation en ligne)
  30. Purissima Benitez-Johannot, Jean-Paul Barbier, Alain-Michel Boyer, Musée Barbier-Mueller, Boucliers d'Afrique, d'Asie du Sud-Est et d'Océanie du musée Barbier-Mueller, Adam Biro, (présentation en ligne)
  31. Li Liu, The Chinese Neolithic : Trajectories to Early States, Cambridge University Press, (ISBN 9781139441704, présentation en ligne)
  32. a et b Alexandre Astier, Petite histoire de l'Inde, Éditions Eyrolles, (ISBN 9782212862133, présentation en ligne)
  33. Singh, The Pearson Indian History Manual for the UPSC Civil Services Preliminary Examination, Pearson Education India (ISBN 9788131717530, présentation en ligne)
  34. Musée Guimet, Les Cités oubliées de l'Indus : Archéologie du Pakistan, FeniXX (ISBN 9782402052467, présentation en ligne)
  35. Peter John Ucko, G. W. Dimbleby, The Domestication and Exploitation of Plants and Animals, Transaction Publishers, (ISBN 9780202365572, présentation en ligne)
  36. Ian Shaw, Robert Jameson, A Dictionary of Archaeology, John Wiley & Sons, (ISBN 9780470751961, présentation en ligne)
  37. Michael Dillon, Encyclopedia of Chinese History, Taylor & Francis, (ISBN 9781317817161, présentation en ligne)
  38. Michael Loewe, Edward L. Shaughnessy, The Cambridge History of Ancient China : From the Origins of Civilization to 221 BC, Cambridge University Press, (ISBN 9780521470308, présentation en ligne)
  39. Alain Daniélou, Histoire de l'Inde, Fayard, (ISBN 9782213639536, présentation en ligne)
  40. Dominique Guillaud, Christian Huetz de Lemps, Olivier Sevin, Îles rêvées: territoires et identités en crise dans le Pacifique insulaire, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 9782840502685, présentation en ligne)
  41. Alistair Glen, Christopher Dickman, Carnivores of Australia : Past, Present and Future=, Csiro Publishing, (ISBN 9780643103177, présentation en ligne)
  42. Neil Asher Silberman, op. cit, p. 159.
  43. Pascal Dayez-Burgeon, Histoire de la Corée des origines à nos jours, Tallandier (ISBN 9782847348972, présentation en ligne)
  44. Douglas Frayne, Royal inscriptions of Mesopotamia : Old Babylonian Period (2003-1595 BC), vol. 4, University of Toronto Press, (ISBN 9780802058737, présentation en ligne)
  45. Andrea L. Stanton, Edward Ramsamy, Peter J. Seybolt, Carolyn M. Elliott, Cultural Sociology of the Middle East, Asia, and Africa : An Encyclopedia, SAGE Publications, (ISBN 9781452266626, présentation en ligne)
  46. Jean-Pierre Escofier, Histoire des mathématiques, Dunod, (ISBN 9782100529841, présentation en ligne)
  47. a b c d et e Barbette Stanley Spaeth, The Cambridge Companion to Ancient Mediterranean Religions, Cambridge University Press, (ISBN 9780521113960, présentation en ligne)
  48. Encel Frédéric, Comprendre le Proche-Orient, Éditions Bréal (ISBN 9782749520742, présentation en ligne)
  49. a et b Corinne Julien, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, UNESCO, (ISBN 9789232028112, présentation en ligne)
  50. Jean Mathé, Annie Crozat-Mathé, Iran : aux sources de la civilisation, Renaissance Du Livre, (ISBN 9782804603182, présentation en ligne)
  51. Antonio Sagona, The Archaeology of the Caucasus : From Earliest Settlements to the Iron Age, Cambridge University Press, (ISBN 9781108508612, présentation en ligne)
  52. a et b Simon Grunwald, Le Dieu unique, Editions Le Manuscrit (ISBN 9782304200010, présentation en ligne)
  53. Guy D. Middleton, Understanding Collapse, Cambridge University Press, (ISBN 9781107151499, présentation en ligne)
  54. Gonzalo Aranda Jimenez, Sandra Montón Subías, Margarita Sánchez Romero, The Archaeology of Bronze Age Iberia: Argaric Societies7, Routledge, (ISBN 9781317588917, présentation en ligne)
  55. Barbara Ann Kipfer, Encyclopedic Dictionary of Archaeology, Springer Science & Business Media, (ISBN 9781475751338, présentation en ligne)
  56. FILY M., VILLARD-LE TIEC A., MENEZ Y., LORHO T. (2012) - Paysages funéraires de l’âge du Bronze dans le centre-ouest de la Bretagne : approches multiscalaires, in D. Bérenger, J. Bourgeois, M. Talon, S. Wirth (dir.), Gräberlandschaften der Bronzezeit, Internationales Kolloquium zur Bronzezeit, Herne, 15.–18. Oktober 2008 / Paysages funéraires de l‘âge du Bronze, Colloque international sur l‘âge du Bronze, Herne, 15–18 octobre 2008, Darmstadt, Verlag Philipp von Zabern (Bodenaltertümer Westfalens, 51), p. 59-76. lire en ligne sur academia.edu
  57. Barry Cunliffe, Professor of European Archaeology Barry Cunliffe, Wessex to 1000 AD, Routledge, (ISBN 9781317871613, présentation en ligne)
  58. Marc Azéma, Laurent Brasier, Le beau livre de la préhistoire: De Toumaï à Lascaux 4, Dunod, (ISBN 9782100757893, présentation en ligne)
  59. a b c et d Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique : Des origines à la fin du VIe siècle, Points (ISBN 9782757845004, présentation en ligne)
  60. Nicolas Platon, Béatrice de Tournay, La Civilisation égéenne - tome 1: Du néolithique au Bronze récent, vol. 1, Albin Michel, (ISBN 9782226225214, présentation en ligne)
  61. Alain Ruze, UKRAINIENS ET ROUMAINS (IXe-XXe siècle) : Rivalités carpatho-pontiques, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782296398986, présentation en ligne)
  62. « Origine des Thraces », sur la-bulgarie.fr
  63. Alain Gallay, L'Archéologie demain, FeniXX (ISBN 9782714463364, présentation en ligne)
  64. J. M. Coles, A. F. Harding, The Bronze Age in Europe : An Introduction to the Prehistory of Europe C.2000-700 B.C., Routledge, (ISBN 9781317606000, présentation en ligne)
  65. Barbara Ann Kipfer, Encyclopedic dictionary of archaeology, Springer, (ISBN 9780306461583, présentation en ligne)
  66. Alain Delisle, L'ambre dans les échanges commerciaux entre l'Europe et la Grèce, Thèse présentée à l'université Laval, (présentation en ligne)
  67. Patrick Ettighoffer, Le soleil et la lune dans le paganisme scandinave du mésolithique à l'âge du bronze récent, de 8000 à 500 av. J.-C, Harmattan, (ISBN 9782296969902, présentation en ligne)
  68. Pierre Bauduin, Les Vikings : « Que sais-je ? » n° 1188, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130611103, présentation en ligne)
  69. a et b Lucas Aniceto, Archéologie de la frontière, Publications de la Sorbonne, (ISBN 9791035100100, présentation en ligne)
  70. Peter Skoglund, Rock Art Through Time : Scanian rock carvings in the Bronze Age and Earliest Iron Age, Oxbow Books, (ISBN 9781785701658, présentation en ligne)
  71. a b et c Jeannine Léon Leurquin, Atlas préhistorique et protohistorique de la Sardaigne, L'Harmattan, (ISBN 9782738448262, présentation en ligne)
  72. Julie Rosemary Wileman, Warfare in Northern Europe Before the Romans : Evidence from Archaeology, Pen and Sword, (ISBN 9781781593257, présentation en ligne)
  73. María Cruz Berrocal, Leonardo García Sanjuán, Antonio Gilman, The Prehistory of Iberia : Debating Early Social Stratification and the State, Routledge, (ISBN 9781135098018, présentation en ligne)
  74. Mark Patton, Islands in Time : Island Sociogeography and Mediterranean Prehistory, Routledge, (ISBN 9781134799923, présentation en ligne)
  75. Sophie A. de Beaune et Henri-Paul Francfort, L'archéologie à découvert : Hommes, objets, espaces et temporalités, CNRS Éditions via OpenEdition, (ISBN 9782271119155, présentation en ligne)
  76. Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d'origine de l'Occident, Le Seuil (ISBN 9782021212310, présentation en ligne)
  77. Marcel Otte, La protohistoire, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782804159238, présentation en ligne)
  78. (en) J. P. Mallory et Douglas Q. Adams, Encyclopedia of Indo-European culture, Taylor & Francis, , 829 p. (ISBN 9781884964985, présentation en ligne), p. 338, 606
  79. Jacques Poucet, Les origines de Rome : tradition et histoire, Publications Fac St Louis, (ISBN 9782802800439, présentation en ligne)
  80. Raymond Delattre, Langues et origines des peuples de l’Europe antique : influences sur les langues actuelles, Atramenta, (ISBN 9789523400566, présentation en ligne)
  81. Silvia Cassani, L'art des peuples italiques : 3000 à 300 avant J.-C., Librairie Droz, (ISBN 9788843546015, présentation en ligne)
  82. a et b Marija Gimbutas, Bronze Age cultures in Central and Eastern Europe, Walter de Gruyter, (ISBN 9783111668147, présentation en ligne)
  83. Francis Pryor, The Making of the British Landscape : How We Have Transformed the Land, from Prehistory to Today, Penguin UK, (ISBN 9780141943367, présentation en ligne)
  84. Jacques Freu, « L'arrivée des Indo-Européens en Europe », Bulletin de l'Association Guillaume Budé,‎ , p. 3-41 (présentation en ligne)
  85. Emmanuel Anati, « The Way of Life Recorded in the Rock Art of Valcamonica », sur Underslös museum