XIIIe siècle av. J.-C.

période de l'histoire

IIIe millénaire av. J.‑C. | IIe millénaire av. J.‑C. | Ier millénaire av. J.‑C.

../.. | XVe siècle av. J.-C. | XIVe siècle av. J.-C. | XIIIe siècle av. J.-C. | XIIe siècle av. J.-C. | XIe siècle av. J.-C. | ../..

Années 1290 av. J.-C. | Années 1280 av. J.-C. | Années 1270 av. J.-C. | Années 1260 av. J.-C. | Années 1250 av. J.-C.
Années 1240 av. J.-C. | Années 1230 av. J.-C. | Années 1220 av. J.-C. | Années 1210 av. J.-C. | Années 1200 av. J.-C.

ÉvénementsModifier

AsieModifier

 
Chars découverts sur le site de Yin, près d’Anyang.
  • Vers 1300-1046 av. J.-C. : en Chine, épanouissement de la civilisation des Shang qui installent leur capitale, Yin, près d’Anyang[1]. Les colons chinois essaiment par groupes compacts pour aller créer de nouvelles aires de défrichement vers le bassin du Yangzi Jiang au sud, les terrasses du Shanxi au nord-ouest et la vallée du Wei He. Les Shang semblent être alors fréquemment en guerre avec les populations encore non sinisées qui habitent la vallée du Huai He. On a découvert à Anyang des sépultures en forme de fosses cruciformes renfermant des chars avec leurs attelages, de nombreux vases en bronze et des restes de sacrifices humains, ainsi que les premières inscriptions chinoises sur des os oraculaires (Jiaguwen) ou des vases de bronze[2]. Les armées de la Chine des Shang sont organisées en corps de fantassins et d’archers en compagnies de cent hommes, qui soutiennent des sections de cinq chars[3]. L’armement est composé de grands arcs fabriqués à partir de cornes et de tendons de bovidés, de flèches munies de plumes et de pointe en bois de cerf, en os, en coquillage ou en bronze, de petit couteau de bronze avec pierre à aiguiser, d’hallebarde en bronze, de bouclier de cuir tendu sur un cadre de bois et décoré d’un tigre.
  • Vers 1300 av. J.-C. : les Aryens dominent le nord-ouest de l’Inde jusqu’à la rivière Sarasvatî[4]. Les Vedas mentionnent les Dâsas (esclaves) comme leurs ennemis. Ils sont interprétés comme étant des Dravidiens. Les Aryens son organisés en monarchies tribales dirigées par un rajah (roi), qui partage le pouvoir avec deux conseils ou assemblées qui vont se différencier avec le temps, le sabhā (en) (cours de justice) et le samiti (conseil de guerre)[5]. Un seul rajah est nommé dans le Rig-Véda, il s’agit de Sudâs (en), roi des Bhāratas, une tribu implantée sur le cours supérieur de la Sarasvatî. Il est décrit comme le vainqueur de la coalition de dix rois, dont le plus puissant était Pûru. Par la suite, une autre tribu prendra le contrôle des Bharatas, les Kurus[6].
  • Vers 1260 av. J.-C. : poteries lapitas découvertes sur le site de Bourewa au sud-ouest de Viti Levu[7]. Les Mélanésiens atteignent les Fidji, puis la Polynésie occidentale (Tonga et Samoa).

Proche-OrientModifier

 
Carte montrant l'extension approximative des principaux royaumes du Moyen-Orient au XIIIe siècle av. J.-C., avec la localisation des villes et sites archéologiques principaux, ainsi que de certaines régions.
  • Vers 1350-1210 av. J.-C. : dynastie des Igehalkides en Élam. Ils reprennent le titre de « rois d’Anshan et de Suse »[8].
  • Vers 1306-1186 av. J.-C. : XIXe dynastie. Memphis, puis Pi-Ramsès, capitales du Nouvel Empire[9]. C’est une époque de relative prospérité. Sous le règne de Ramsès II s’achève la construction de la grande salle hypostyle des temples de Karnak, du temple de Louxor et des temples d’Abou Simbel[10]. La capitale religieuse est toujours Thèbes. Les Ramsès, voulant unifier les croyances, commencent par simplifier officiellement le panthéon égyptien. Un syncrétisme étroit s’établit entre les divinités. Amon, et Ptah deviennent un seul dieu tripartite qui unit en lui les trois grandes personnalités divines de l’histoire égyptienne. Les dieux étrangers (Baal, Astarté, Houroun, Reshep, etc.) sont adoptés et se fondent dans le panthéon égyptien, contrairement au souci d’universalité qui anime la pensée religieuse. Le culte de la personne impériale se développe également.
  • 1307-1275 av. J.-C. : première mention assyrienne des Ahlamu, peuple proto-araméen, sous le règne d’Adad-nerari Ier, dans la région du nord de l’Euphrate. Les Araméens, peuple sémitique signalé dès le XIVe siècle av. J.-C. par les archives d'Amarna puis d’Ougarit, s’installent en Mésopotamie du Nord, puis en Syrie (Aram) et au Liban où ils forment des royaumes au XIe siècle av. J.-C.[11]. La tradition biblique des fils de Jacob, apparemment originaires de l'Aram Naharayim ou « Aram des deux fleuves », dans la boucle de l'Euphrate, autour des villes de Harran et Nahur, semble confirmer que, vers le XIIIe siècle av. J.-C., cette région était peuplée de pasteurs proto-araméens[12].
 
Jacob et Ésaü, toile de Francesco Hayez, 1844.

EuropeModifier

 
Tablette d'argile linéaire B provenant du palais mycénien de Pylos, conservée à la suite de sa cuisson dans l'incendie qui a détruit le palais vers 1200 av. J.-C. Elle contient des informations sur la distribution de peaux de bovins, de cochons et de cerfs aux fabricants de chaussures et de selles. Musée archéologique d'Athènes.

Art et cultureModifier

 
Fresque du palais de Tirynthe.
  • Vers 1300-1200 av. J.-C. : fresques mycéniennes du palais de Tirynthe[23].
  • Vers 1250-1046 av. J.-C. : cimetière de Xibeigang, à Anyang, en Chine, contenant onze tombes royales de la dynastie Shang et de nombreuses petites tombes, dont certaines contenant des victimes de sacrifices humains[24].
 
Couvercle de pyxide décoré d'une déesse nourrissant des caprins, ivoire provenant de Minet el Beida, port d’Ougarit, vers 1250 av. J.-C. Musée du Louvre.
  • Vers 1250 av. J.-C. : ivoires gravés d’Ougarit : l’état de conservation de ceux qui recouvraient les meubles d’un salon de jardin est exceptionnel. Huit panneaux d’une tête de lit sont ornés de figures et montrent la diversité des sources d’inspiration des artistes syriens (Égypte, Hatti, Syrie)[25]. Le plateau d’un guéridon, un olifant tiré d’une défense d’éléphant sculpté d’une déesse nue sont tout aussi remarquables.
  • À Ougarit, on a découvert dans une bibliothèque privée du XIIIe siècle des textes proprement mésopotamiens, comme le Poème du juste souffrant, version babylonienne de l’histoire de Job, des textes de sagesse, une version babylonienne du Déluge et des dictionnaires bi- et trilingues (sumérien, akkadien, hittite et hourrite). Ougarit connaît aussi des mythes et des épopées qui expriment la culture cananéenne : le poème de Baal, la Légende de Keret ou la Légende de Danel, qui nous introduisent dans la littérature et la religion et permettent de mieux appréhender le milieu dans lequel se sont élaborés les textes bibliques[9].
  • Essor littéraire en Égypte. Les contes et la poésie amoureuse reflètent une part des évolutions de la société et des mentalités : petits notables ruraux du Conte des deux frères, métamorphoses du défunt grâce à son , communication entre défunts et vivants, évocation de la décadence de la puissance égyptienne dans le roman des Mésaventures d’Ounamon, volonté de conforter l’État en déliquescence dans les aventures d’Horus et Seth[9].
  • Au début du siècle, Wurusemu, déesse Soleil, est identifiée à la déesse hourrite Hebat et conserve sa place en haut du panthéon hittite en compagnie de son époux, le dieu-orage Teshub[26].

Notes et référencesModifier

  1. Tan Koon San, Dynastic China : An Elementary History, The Other Press, , 533 p. (ISBN 978-983-9541-88-5, présentation en ligne)
  2. Michel Soutif, L'Asie, source de sciences et de techniques, EDP Sciences, , 318 p. (ISBN 978-2-7598-0125-1, présentation en ligne)
  3. Richard A. Gabriel, The Great Armies of Antiquity, Greenwood Publishing Group, , 430 p. (ISBN 978-0-275-97809-9, présentation en ligne)
  4. Alain Daniélou, Histoire de l'Inde, Fayard, , 456 p. (ISBN 978-2-213-63953-6, présentation en ligne)
  5. Paul Masson-Oursel, Philippe Stern, H de Willman-Grabowska, L'Inde antique et la civilisation indienne, Albin Michel, , 506 p. (ISBN 978-2-226-26086-4, présentation en ligne)
  6. Michel Boivin, Histoire de l'Inde : « Que sais-je ? » n° 489, Presses Universitaires de France, , 128 p. (ISBN 978-2-13-073032-3, présentation en ligne)
  7. Jeffrey L. Gross, Waipi’O Valley : A Polynesian Journey from Eden to Eden, vol. 1, Xlibris Corporation, , 236 p. (ISBN 978-1-5245-3905-4, présentation en ligne)
  8. Louis Vanden Berghe, Reliefs rupestres de l'Irān ancien : Bruxelles, Musées royaux d'art et d'histoire, 26 octobre 1983-29 janvier 1984, Belgique, Musées royaux d'art et d'histoire, (présentation en ligne)
  9. a b et c Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, , 416 p. (ISBN 978-2-01-140096-3, présentation en ligne)
  10. Xavier Barral I Altet, Histoire de l'art : « Que sais-je ? » n° 2473, Presses Universitaires de France, , 128 p. (ISBN 978-2-13-062338-0, présentation en ligne)
  11. Juliet Clutton-Brock, The Walking Larder : Patterns of Domestication, Pastoralism, and Predation, Routledge, , 386 p. (ISBN 978-1-317-59838-1, présentation en ligne)
  12. André Lemaire, « Les Araméens, un peuple, une langue, une écriture, au-delà des empires », sur www.clio.fr
  13. André Lemaire, Histoire du peuple hébreu : « Que sais-je ? » n° 1898, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-081069-8, présentation en ligne)
  14. Encel Frédéric, Comprendre le Proche-Orient, Éditions Bréal (ISBN 978-2-7495-2074-2, présentation en ligne)
  15. Claude Baurain, Les Grecs et la Méditerranée orientale : des siècles "obscurs" à la fin de l'époque archaïque, Presses universitaires de France, (présentation en ligne)
  16. a et b Olivier Brunet, Les marqueurs archéologiques du pouvoir, Publications de la Sorbonne, , 320 p. (ISBN 979-10-351-0005-6, présentation en ligne)
  17. Roland Étienne, Athènes, espaces urbains et histoire : Des origines à la fin du IIIe siècle ap. J.C., Hachette Éducation, , 256 p. (ISBN 978-2-01-181444-9, présentation en ligne)
  18. Ouvrage collectif, L’Europe au temps d’Ulysse. : Dieux et héros à l’âge du Bronze, RMN - Grand Palais, , 314 p. (ISBN 978-2-7118-6293-1, présentation en ligne)
  19. (en) T. Douglas Price, Ancient Scandinavia : an archaeological history from the first humans to the Vikings, New York, NY, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-023198-9, présentation en ligne)
  20. Marija Gimbutas, Bronze Age cultures in Central and Eastern Europe, Walter de Gruyter, , 681 p. (ISBN 978-3-11-166814-7, présentation en ligne)
  21. Robert Leighton, Sicily Before History : An Archaeological Survey from the Palaeolithic to the Iron Age, Cornell University Press, , 312 p. (ISBN 978-0-8014-8585-5, présentation en ligne)
  22. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, Une histoire des civilisations : comment l'archéologie bouleverse nos connaissances, Paris, Éditions La Découverte, , 601 p. (ISBN 978-2-7071-8878-6, présentation en ligne), p. 319
  23. Yves Denis Papin, Chronologie de l'histoire ancienne, Éditions Jean-paul Gisserot, , 126 p. (ISBN 978-2-87747-346-0, présentation en ligne)
  24. (en) Peter Clark, The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford, OUP Oxford, , 882 p. (ISBN 978-0-19-958953-1, présentation en ligne)
  25. Jacqueline Gachet-Bizollon, « Le panneau de lit en ivoire de la Cour III du Palais Royal d'Ougarit », Syria. Archéologie, Art et histoire, no 78,‎ , p. 19-82 (présentation en ligne)
  26. Julien Ries, Charles-Marie Ternes, Samīr ʻArbash, Symbolisme et expérience de la lumière dans les grandes religions : actes du colloque tenu à Luxembourg du 29 au 31 mars 1996, Brepols, (ISBN 978-2-503-51221-1, présentation en ligne)