Trésor d'Atrée

bâtiment d'Argolide, Péloponnèse, en Grèce

Le trésor d'Atrée, parfois appelé tombe d'Agamemnon, est une impressionnante tombe à tholos située à Mycènes, en Grèce (sur la colline dite Panagitsa). Sa construction remonterait au XIIIe siècle avant l'Ère commune.

Entrée du trésor d'Atrée.
Intérieur.

HistoireModifier

Cité par Pausanias, il était encore visible en 1879 quand l'archéologue allemand Heinrich Schliemann découvrit les autres tombes sous l'agora de l'acropole de Mycènes.

Il a été construit autour du milieu du XIIIe siècle av. J.-C., un siècle avant la date présumée de la guerre de Troie et abrita les restes du souverain qui acheva la construction de la citadelle ou un de ses successeurs.

La tombe reprend la forme des autres tholoi de Méditerranée orientale, également présentes dans les environs de Mycènes (environ 12), mais, par sa forme monumentale c'est l'un des plus importants vestiges de la Grèce archaïque.

DescriptionModifier

 
Section de la tombe.

Le trésor d'Atrée est formé d'une pièce semi-souterraine à plan circulaire avec une couverture à section ogivale[réf. nécessaire].

Avec une hauteur intérieure de 13,5 m et un diamètre de 14,5 m[1], il a été le plus grand et le plus large dôme dans le monde pendant plus d'un millénaire jusqu'à la construction du temple dit de Mercure à Baïes et du Panthéon de Rome[réf. nécessaire].

Un soin particulier fut apporté à la pose de pierres énormes afin de garantir la stabilité de la voûte et supporter la pression de son propre poids. Le résultat en fut une surface intérieure lisse dans laquelle pouvait être placée une décoration d'or, d'argent et de bronze[réf. nécessaire].

L'accès à la tholos se faisait par une entrée inclinée et découverte ou dromos, longue de 36 m et constituée de murs de pierres sèches. Un court passage était situé entre la tholos et l'actuelle chambre funéraire, qui fut creusée dans une forme approximativement cubique[réf. nécessaire].

La porte d'entrée au tumulus était richement décorée : demi-colonnes en calcaire vert avec des motifs à zigzag sur le tronc, frise avec des rosettes au-dessus de l'architrave de la porte, décoration en spirale en bandes de marbre rouge qui fermait l'ouverture triangulaire au-dessus de l'architrave. Ces éléments de décor sont d'influence égyptienne. Les autres éléments décoratifs étaient de porphyre rouge et d'albâtre vert[réf. nécessaire].

AnecdotesModifier

  • Les premiers fouilleurs du XVIIIe siècle pensaient que le tholos était un énorme four.
  • La chambre funéraire annexée au tholos a son propre nom : le naos.

Galerie d'imagesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • André Tiret, « Stabilité des coupoles en pierres sèches édifiées sans cintre », Archéam, no 7,‎ (lire en ligne [PDF]).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Trésor d'Atrée », sur structurae.net (consulté le ).