Ouvrir le menu principal

Moyen Empire

période de 2000 à 1700 avant J.-C. en Égypte ancienne
Égypte pharaonique
Moyen Empire

~ 2065 – ~ 1735

Description de l'image Ancient Egypt old and middle kingdom-es.svg.
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Thèbes
Langue Égyptien ancien
Religion Religion de l'Égypte antique
Histoire et événements
~ -2020 Prise de Héracléopolis et réunification de l'Égypte
~ -2020 XIe dynastie
~ -1991 XIIe dynastie
Pharaon
(1er) ~ 2060 Montouhotep II
(Der) ~ 1783. Ougaf

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Moyen Empire est une période de l'histoire de l'Égypte antique qui suit la Première Période intermédiaire, et précède la Deuxième Période intermédiaire.

Le Moyen Empire couvre une période allant des environs de -2033 à -1786 et a connu deux ou trois dynasties :

  • la fin de la XIe dynastie (-2106 à -1963) : ce n'est que sous Montouhotep II, vers -2033, lorsque le pays est réunifié, qu'on considère que la première période intermédiaire prend fin et que débute le Moyen Empire ;
  • la XIIe dynastie (-1963 à -1786) : âge d'or du Moyen Empire ;
  • le début de la XIIIe dynastie : parfois entièrement considérée comme faisant partie de la Deuxième Période intermédiaire, le début de la dynastie semble gouverner une Égypte unifiée, même si la succession des rois est floue et rapide.

C'est une période prospère. La capitale principale est d'abord située à Thèbes, d'où sont originaires les rois de la XIe dynastie, puis à Itchtaouy au sud de Memphis.

Les dieux impériaux de l'époque sont Montou, le faucon belliqueux adoré à Erment, à Médamoud et à Thèbes, ainsi qu'Amon. La première construction thébaine a lieu sur la côte ouest de Thèbes, avec le temple funéraire de Montouhotep II, bâti dans le cirque rocheux de Deir el-Bahari.

C'est une période ouverte sur le Moyen-Orient, et de nombreuses expéditions y sont envoyées. Les principaux souverains qui la représentèrent sont les Sésostris et les Amenemhat.

À cette époque sont construites les fondations de Karnak, par Sésostris Ier ; les rois du Nouvel Empire les détruiront pour construire le Karnak actuel.

Histoire politiqueModifier

Réunification de l'Égypte sous la XIe dynastieModifier

Article détaillé : XIe dynastie égyptienne.

Après l'effondrement de l'Ancien Empire, l'Égypte est entrée dans une période de faible pouvoir pharaonique et de décentralisation appelée la Première Période intermédiaire[1] Vers la fin de cette période, deux dynasties rivales, connues dans l'égyptologie sous le nom de Xe et XIe dynasties, se sont battues pour le contrôle du pays tout entier. La XIe dynastie, originaire de Thèbes, n'a régné dans le sud de l'Égypte que de la première cataracte au dixième nome de la Haute-Égypte. Au nord, la Basse-Égypte était gouvernée par la Xe dynastie rivale d'Héracléopolis Magna[2].

 
Statue de Montouhotep II trouvée dans son temple funéraire de Deir el-Bahari - Musée égyptien du Caire.

La lutte a été conclue par Montouhotep II, qui pendant la quatorzième année de son règne, profita d'une révolte dans le nome de Thinis pour lancer une attaque contre Héracléopolis Magna, qui rencontra peu de résistance. Après avoir renversé les derniers dirigeants de cette dynastie rivale, Montouhotep II commença à consolider son pouvoir sur toute l'Égypte, un processus qu'il acheva lors de sa 39e année de règne[1]. Pour cette raison, Montouhotep II, que ce soit par les égyptologues modernes ou par les anciens égyptiens eux-mêmes, est considéré comme le fondateur du Moyen Empire[3]. En effet, sur les listes royales d'Abydos et de Saqqarah, qui qui ne présentent que les rois considérés comme légitimes et ayant gouverné une Égypte unifiée, font commencé systématiquement le Moyen Empire par Montouhotep II.

Montouhotep II a commandé de petites campagnes vers le sud jusqu'à la deuxième cataracte en Nubie, qui avait gagné son indépendance pendant la Première Période intermédiaire. Il a également restauré l'hégémonie égyptienne sur la région du Sinaï, qui avait été perdue par l'Égypte depuis la fin de l'Ancien Empire[4]. Pour consolider son autorité, il restaura le culte du souverain, se présentant comme un dieu de son vivant, portant les coiffes d'Amon et de Min[5]. Il meurt après un règne de cinquante-et-un ans et transmet le trône à son fils, Montouhotep III[4].

 
Détail du colosse osiriaque de Montouhotep III - Musée des Beaux-Arts (Boston).

Montouhotep III ne règne que douze ans, au cours desquels il continue à consolider la domination thébaine sur toute l'Égypte, construisant une série de forts dans la région du Delta oriental pour protéger l'Égypte contre les menaces venant d'Asie[4]. Il envoie également la première expédition au Pays de Pount de la période du Moyen Empire, au moyen de navires construits à l'extrémité du Ouadi Hammamat, sur la mer Rouge[6]

Montouhotep IV, dont le nom est systématiquement omis de toutes les listes des rois égyptiens anciens, succède à Montouhotep III[7]. Le lien entre les deux souverains n'est pas connu, mais il est probable qu'ils soient apparentés, comme par exemple père et fils ou frères. Le Canon royal de Turin affirme qu'après Montouhotep III, il y a eu « sept années sans roi »[8]. Malgré cette absence, son règne est attesté par quelques inscriptions à Ouadi Hammamat qui témoignent d'expéditions sur la côte de la mer Rouge et de carrières de pierre pour les monuments royaux[7]. Le chef de cette expédition était son vizir Amenemhat, qui est largement considéré comme le futur pharaon Amenemhat Ier, le premier roi de la XIIe dynastie[9],[10].

L'absence de Montouhotep IV des listes des rois a incité la théorie qu'Amenemhat Ier a usurpé son trône[10]. Bien qu'il n'existe pas de récits contemporains de cette lutte, certaines preuves circonstancielles peuvent indiquer l'existence d'une guerre civile à la fin de la XIe dynastie[7]. Les inscriptions laissées par un certain Nehry, le Haty-a d'Hermopolis, suggèrent qu'il a été attaqué à un endroit appelé Shedyet-sha par les forces du roi régnant, mais ses forces ont prévalu. Khnoumhotep Ier, un fonctionnaire sous Amenemhat Ier, prétend avoir participé à une flottille de vingt navires envoyés pour pacifier la Haute-Égypte. Donald Bruce Redford a suggéré que ces événements devraient être interprétés comme la preuve d'une guerre ouverte entre deux prétendants au trône[11]. Ce qui est certain, c'est que, quelle que soit la manière dont il est arrivé au pouvoir, Amenemhat Ier n'était pas de naissance royale[10].

XIIe dynastieModifier

Article détaillé : XIIe dynastie égyptienne.

Débuts de la XIIe dynastieModifier

À partir de la XIIe dynastie, les pharaons ont souvent gardé des armées debout bien entraînées, qui comprenaient des contingents nubiens. Ils formèrent la base de forces plus importantes qui furent levées pour se défendre contre une invasion, ou pour des expéditions sur le Nil ou à travers le Sinaï. Cependant, le Moyen Empire était essentiellement défensif dans sa stratégie militaire, avec des fortifications construites au niveau de la première cataracte du Nil, dans le Delta et à travers l'isthme du Sinaï[12].

 
Détail d'une fresque issue du temple funéraire d'Amenemhat Ier à Licht.

Au début de son règne, Amenemhat Ier est contraint de faire campagne dans la région du Delta, qui n'avait pas reçu autant d'attention que la Haute-Égypte sous la XIe dynastie[13]. En outre, il renforce les défenses entre l'Égypte et l'Asie, en construisant des fortifications dans la région orientale du Delta[14]. Peut-être en réponse à une constante agitation, à moins que ce ne soit pour se rapprocher des puissants nomarques de Moyenne-Égypte dont le soutien mais aussi le contrôle lui sont nécessaires, Amenemhat Ier construit une nouvelle capitale pour l'Égypte dans le nord, connue sous le nom d'Amenemhat Itchtaouy, ou Amenemhet, Saisisseur des deux terres[15]. L'emplacement de cette capitale est inconnu, mais on peut supposer qu'elle se trouve à proximité de la nécropole de la ville, l'actuelle Licht[14]. Comme Montouhotep II, Amenemhat Ier renforce sa prétention à l'autorité par la propagande[16]. En particulier, la prophétie de Néferti, datant de cette époque, prétend être l'oracle d'un prêtre de l'Ancien Empire, qui prédit qu'un roi surgira de l'extrême sud de l'Égypte pour restaurer le royaume après des siècles de chaos, ce roi étant bien entendu assimilé à Amenemhat Ier[14].

Malgré la propagande, Amenemhat Ier n'a jamais détenu le pouvoir absolu commandé en théorie par les pharaons de l'Ancien Empire. Au cours de la Première Période intermédiaire, les gouverneurs des nomes de l'Égypte, les nomarques, ont acquis un pouvoir considérable. Leurs postes étaient devenus héréditaires et certains nomarques avaient conclu des alliances de mariage avec les nomarques des nomes voisins[17]. Pour renforcer sa position, Amenemhat Ier exige l'enregistrement des terres, modifie les frontières des nomes et nomme des nomarques directement lorsque les postes devenaient vacants, mais il accepte le système des nomarques, probablement pour apaiser ceux qui soutenaient son règne[18]. Cela a donné au Moyen Empire une organisation plus féodale que celle qu'avait l'Égypte avant ou qu'elle aura par la suite[19]. Il choisit de faire construire sa pyramide à Licht, proche de sa capitale. Dans sa vingtième année de règne, Amenemhat Ier établi son fils Sésostris Ier comme son corégent, commençant une pratique qui sera utilisée à plusieurs reprises par la suite durant le Moyen Empire[19]. Au cours de la trentième année de règne d'Amenemhat Ier, il est vraisemblablement assassiné dans une conspiration de palais. Sésostris Ier, faisant campagne contre les envahisseurs libyens, se précipite à Itchtaouy pour empêcher une prise de pouvoir du gouvernement[20].

Sous son règne, Sésostris Ier continue la pratique de nommer directement les nomarques[21] et sape l'autonomie des prêtres locaux en construisant des centres de culte dans toute l'Égypte[22]. Sous son règne, les armées égyptiennes poussent vers le sud en Nubie jusqu'à la deuxième cataracte, construisant un fort frontalier à Bouhen et intégrant toute la Basse-Nubie comme colonie égyptienne[23]. À l'ouest, il consolide son pouvoir sur les oasis et étend ses contacts commerciaux à la Syro-Palestine jusqu'à Ougarit[24]. Il choisit de faire construire sa pyramide également à Licht. Durant sa 43e année de règne, Sésostris Ier nomme Amenemhat II comme corégent, avant de mourir durant sa 46e année de règne[25].

 
Sphinx attribué à Amenemhat II - Musée du Louvre.
 
Partie haute d'une statue de Sésostris II.

Le règne d'Amenemhat II a souvent été qualifié de pacifique[24], mais les archives de son genut, ou livres de chevet, ont jeté le doute sur cette évaluation[26]. Parmi ces documents, conservés sur les murs des temples de Tôd et Memphis, on trouve des descriptions de traités de paix avec certaines villes syro-palestiniennes et de conflits militaires avec d'autres[26]. Au sud, Amenemhat II envoie une campagne à travers la Basse-Nubie pour inspecter la région[24]. Il ne semble pas qu'Amenemhat II ait poursuivi la politique de ses prédécesseurs de nommer des nomarques, mais qu'il l'ait laissé redevenir héréditaire[21]. Une autre expédition au Pays de Pount date de son règne[26]. Il choisit de faire construire sa pyramide à Dahchour, devenant ainsi le premier roi à construire son tombeau sur ce site depuis le roi Snéfrou de la IVe dynastie. Dans sa 33e année de règne, il nomme son fils Sésostris II corégent[27].

Il n'existe aucune preuve d'activité militaire de quelque nature que ce soit sous le règne de Sésostris II. Sésostris II semble plutôt s'être concentré sur les questions intérieures, en particulier l'irrigation de l'oasis du Fayoum. Ce projet à long-terme visait à transformer l'oasis du Fayoum en une bande de terre agricole productive[28]. Sésostris II place finalement sa pyramide à El-Lahoun, près de la jonction du Nil et du principal canal d'irrigation de l'oasis du Fayoum, le Bahr Youssef[29]. Il ne règne que quinze ans[30], ce qui explique le caractère incomplet de beaucoup de ses constructions[28]. Son fils Sésostris III lui succède.

Apogée du Moyen EmpireModifier

 
Fragment de la tête d'une statue de Sésostris IIIMetropolitan Museum of Art.

Sésostris III est un roi guerrier, souvent sur le terrain lui-même. Dans sa sixième année, il drague un canal de l'Ancien Empire autour de la première cataracte pour faciliter son voyage en Haute-Nubie. Il s'en sert pour lancer une série de campagnes brutales en Nubie dans ses sixième, huitième, dixième et seizième années. Après ses victoires, Sésostris III construit une série de forts massifs dans tout le pays pour établir la frontière formelle entre les conquêtes égyptiennes et la Nubie non conquise[31]. Le personnel de ces forts est chargé d'envoyer des rapports fréquents à la capitale sur les mouvements et les activités des indigènes Medjaÿ locaux, dont certains ont survécu jusqu'à aujourd'hui, révélant à quel point les Égyptiens avaient l'intention de contrôler étroitement la frontière sud[32]. Les Medjaÿ n'étaient pas autorisés au nord de la frontière par bateau et ne pouvaient pas entrer par voie terrestre avec leurs troupeaux, mais ils étaient autorisés à se rendre dans les forts locaux pour y faire du commerce[33]. Après cela, Sésostris III envoie une autre campagne lors de sa 19e année, mais rebrousse chemin à cause des niveaux anormalement bas du Nil, qui mettaient ses navires en danger[31]. L'un des soldats de Sésostris III enregistre également une campagne en Palestine, peut-être contre Sichem, la seule référence à une campagne militaire contre un lieu en Palestine dans toute la littérature du Moyen Empire[34].

Sur le plan intérieur, Sésostris III s'est vu attribuer le mérite d'une réforme administrative qui a donné plus de pouvoir aux personnes nommées par le gouvernement central qu'aux autorités régionales[31]. L'Égypte était divisée en trois divisions administratives : le Nord, le Sud et la Tête du Sud (peut-être la Basse-Égypte, la partie nord de la Haute-Égypte anciennement contrôlée par les rois héracléopolitains des IXe et Xe dynasties, et la partie sud de la Haute-Égypte anciennement contrôlée par les premiers rois thébains de la XIe dynastie). Chaque région était administrée par un rapporteur, un second rapporteur, une sorte de conseil (le Djadjat) et un personnel de fonctionnaires mineurs et de scribes[35]. Le pouvoir des nomarques semble diminuer de façon permanente pendant son règne, ce qui a été compris par certains que le gouvernement central les avait finalement supprimés, bien que rien ne le prouve[31].

Sésostris III a laissé un héritage durable en tant que pharaon guerrier. Son nom, en égyptien Sénousert, a été hellénisé par les historiens grecs plus tard en Sésostris, toujours en usage dans la vulgarisation scientifique. En Nubie, Sésostris III était vénéré comme un dieu patron par les colons égyptiens[36]. La durée de son règne reste une question ouverte. Son fils, Amenemhat III, commence à régner après la 19e année de règne de Sésostris III, qui a été largement considéré comme la date la plus élevée attestée de son règne[37]. Cependant, une référence à une année 39 sur un fragment trouvé dans les débris de construction du temple mortuaire de Sésostris III a suggéré la possibilité d'une longue corégence avec son fils[38]. Il choisit lui aussi de faire construire sa pyramide à Dahchour, non loin de la pyramide de son grand-père Amenemhat II.

Le règne d'Amenemhat III marque l'apogée de la prospérité économique du Moyen Empire. Son règne est remarquable par le degré auquel l'Égypte a exploité ses ressources. Les camps miniers du Sinaï, qui n'étaient auparavant utilisés que par des expéditions intermittentes, sont exploités sur une base semi-permanente, comme en témoigne la construction de maisons, de murs et même de cimetières locaux[39]. Il y a vingt-cinq références distinctes à des expéditions minières dans le Sinaï et quatre à des expéditions à Ouadi Hammamat, dont l'une comptait plus de deux mille travailleurs[40]. Amenemhat III renforçe les défenses de son père en Nubie[41] et poursuit le projet de mise en valeur de l'oasis du Fayoum.[42]. Dans un premier temps, il fait construire sa pyramide à Dahchour, non loin de celle de son père et de celle de son arrière-grand-père. Puis il change de lieu et fait construire une nouvelle pyramide à Hawara, dont le temple funéraire était si grand qu'il fut appelé Labyrinthe par Hérodote[43].

 
Partie haute d'une statue de Néférousobek.

Après un règne de quarante-cinq ans, Amenemhat III est remplacé par Amenemhat IV[39], dont le règne de neuf ans est mal attesté[44]. Il est clair qu'à cette époque, le pouvoir dynastique avait commencé à s'affaiblir, ce pour quoi plusieurs explications ont été proposées. Les archives contemporaines des crues du Nil indiquent que la fin du règne d'Amenemhat III fut sèche et que les mauvaises récoltes ont pu contribuer à déstabiliser la dynastie[42]. De plus, Amenemhat III a eu un règne excessivement long, ce qui tend à créer des problèmes de succession[45]. Ce dernier argument explique peut-être pourquoi Amenemhat IV fut remplacé par Néférousobek, la première souveraine d'Égypte historiquement attestée[45]. Néférousobek ne règne pas plus de quatre ans[46], et comme elle n'avait apparemment pas d'héritiers, quand elle meurt, la XIIe dynastie prend soudainement fin, tout comme l'âge d'or du Moyen Empire. L'emplacement des pyramides de ces deux souverains est inconnu, même si certains ont avancé, sans preuve tangible, les pyramides sud et nord de Mazghouna comme étant les tombeaux d'Amenemhat IV et de Néférousobek respectivement. Néférousobek est d'ailleurs considérée par les Égyptiens des époques suivantes comme la dernière souverain légitime du Moyen Empire. En effet, les listes royales d'Abydos et de Saqqarah, ne montrant que les souverains à la fois considérés comme légitimes (Hatchepsout et les rois armaniens sont absents) et ayant régné sur une Égypte unifiée, s'arrête à Néférousobek.

Déclin vers la Deuxième Période intermédiaireModifier

Article détaillé : XIIIe dynastie égyptienne.

Après la mort de Néférousobek, la succession des rois est floue. En effet, pendant longtemps, Ougaf a été considéré comme le premier roi de la XIIIe dynastie[47], suivant en cela le Canon royal de Turin. Mais certains chercheurs (comme Kim Ryholt et Darrell Baker) pensent que le successeur de Néférousobek était plutôt Sobekhotep II, qui semble avoir régné au début de la XIIIe dynastie[48],[49]. Ils expliquent ceci par le fait que le nom de Nesout-bity de Sobekhotep II est Sekhemrê Khouitaoui tandis que celui d'Ougaf est Khoutaouirê, ainsi le scribe aurait interverti les deux noms par confusion. Quel que soit le roi, à partir de ce règne, l'Égypte est gouvernée par une série de rois éphémères pendant dix à quinze ans[50]. Les sources égyptiennes anciennes les considèrent comme les premiers rois de la XIIIe dynastie, bien que le terme dynastie soit trompeur, car la plupart des rois de cette dynastie n'étaient pas liés[51]. Les noms de ces rois éphémères sont attestés sur quelques monuments et graffitis, et leur ordre de succession n'est connu que du Canon royal de Turin, bien que même cela ne soit pas totalement fiable[50].

 
Statue de Néferhotep Ier - Musée archéologique de Bologne.

Après le chaos dynastique initial, une série de rois régnant plus longtemps, mieux attestés, règnent pendant environ cinquante à quatre-vingts ans[50]. Le roi le plus stable de cette période, Néferhotep Ier Khâsekhemrê, règne pendant onze ans et conserve le contrôle effectif de la Haute-Égypte, de la Nubie et du Delta[52] à l'exception peut-être de Xoïs et Avaris[53]. Néferhotep Ier a même été reconnu comme le suzerain du souverain de Byblos, indiquant que les premiers rois de la XIIIe dynastie ont pu conserver une grande partie du pouvoir de la XIIe dynastie, au moins jusqu'à son règne[53]. Il est remplacé par ses frères Sahathor puis Sobekhotep IV Néferkhârê. À un certain point pendant la XIIIe dynastie, Xoïs et Avaris ont commencé à se gouverner eux-mêmes[53], les dirigeants de Xoïs étant les rois de la XIVe dynastie, et les dirigeants asiatiques d'Avaris étant les Hyksôs de la XVe dynastie. Selon Manéthon, cette dernière révolte aurait eu lieu sous le règne de Sobekhotep IV, bien qu'il n'existe aucune preuve archéologique[54]. Sobekhotep IV est suivi par le court règne de Sobekhotep V, qui est suivi par Ouahibrê Ibiaou, qui aurait régné dix ans, puis par Merneferrê Aÿ, qui aurait régné vingt-trois ans. Si ces règnes sont plus longs que ceux de leurs prédécesseurs, aucun de ces deux rois ne laissa autant d'attestations que Néferhotep Ier ou Sobekhotep IV. Malgré cela, ils semblent tous les deux avoir détenu au moins une partie de la Basse-Égypte. Après Merneferrê Aÿ, cependant, aucun roi ne laissa son nom sur aucun objet trouvé en dehors du sud[55]. C'est le début de la dernière partie de la XIIIe dynastie, lorsque les rois du sud continuent à régner seulement sur la Haute-Égypte. Mais lorsque l'unité de l'Égypte s'est complètement désintégrée, le Moyen Empire a cédé la place à la Deuxième Période intermédiaire proprement dite[56].

SynthèseModifier

Certaines régions d'Égypte, en particulier les oasis et le Delta semblent être relativement à l'écart du pouvoir pharaonique, contrairement à la Haute et à la Moyenne-Égypte. Celles-ci sont gouvernées par des élites locales dont le soutien, en particulier celui des pouvoirs locaux de Moyenne-Égypte, est indispensable au pharaon. C'est vraisemblablement la raison qui a présidé au choix de déplacer la capitale royale de Thèbes à Itchtaouy, située à proximité des villes dirigées par ces élites. De plus la XIIe dynastie, initiée par Amenemhat Ier ne peut se prévaloir d'aucune origine illustre pour asseoir sa légitimité. Pour y remédier, les pharaons adoptent un système de corégence permettant d'éviter les crises de succession, le futur souverain commençant à régner du vivant de son prédécesseur. Se développe également une cour royale au sein de laquelle les souverains tâchent de développer une culture monarchique par le biais de l'éducation des enfants des gouverneurs des diverses villes égyptiennes. Ces mesures permettent de maintenir l'assise du pouvoir royal durant plus de deux siècles, mais l'équilibre des pouvoirs bascule en faveur des potentats locaux au fur et à mesure de l'affaiblissement financier de la royauté. Cette relative stabilité politique a conduit l'égyptologue britannique Stephen Quirke (en) à considérer le Moyen-Empire comme une anomalie historique de la période comprise entre la fin de l'Ancien Empire et le début du Nouvel Empire[57].

Économie du Moyen EmpireModifier

Bien que contrôlant le Nil de son embouchure à la première cataracte, la monarchie ne parvient pas à contrôler les importants flux commerciaux entre l'Afrique, via la Nubie, et le Levant et a donc des difficultés à en tirer profit. En effet, ceux-ci transitaient soit par la mer Rouge soit par les oasis du désert occidental, dont les gouverneurs locaux parviennent à se préserver du pouvoir royal. Ainsi, on retrouve peu de mentions de l'Égypte sur les sites archéologiques des villes commerçantes du Proche-Orient telles que Ebla ou Mari. Des villes telles que Tell el-Dab'a regardent ainsi de plus en plus vers l'étranger et de moins en moins vers le pouvoir central. Le pouvoir pharaonique tente donc de percevoir des recettes via les impôts perçus au sein du royaume, mais la faiblesse de son administration centrale l'oblige à s'en remettre aux potentats locaux dont le pouvoir augmente au détriment de celui du pharaon. Malgré une mise en valeur accrue de territoires tels que le Fayoum et une réorganisation de l'agriculture, les revenus tirés des récoltes ne sont pas suffisants pour permettre au régime de se maintenir[57].

AdministrationModifier

Gouvernement centralModifier

Lorsque la XIe dynastie réunifia l'Égypte, elle dut créer une administration centralisée telle qu'elle n'existait plus en Égypte depuis la chute de l'Ancien Empire. Pour ce faire, Montouhotep II a nommé des personnes à des postes qui n'étaient plus utilisés au cours de la Première Période intermédiaire, dont le poste de vizir[58]. Le vizir était le ministre en chef du roi, s'occupant de toutes les affaires courantes du gouvernement à la place du roi. C'était une tâche monumentale, c'est pourquoi elle était souvent divisée en deux positions, un vizir du nord et un vizir du sud. On ne sait pas combien de fois cela se produisit pendant le Moyen Empire, mais Sésostris Ier avait clairement deux vizirs qui fonctionnaient simultanément[58]. D'autres postes ont été hérités de la forme provinciale de gouvernement à Thèbes utilisée par la XIe dynastie avant la réunification de l'Égypte[59]. Le Dirigeant des Biens Scellées devint le Trésorier du pays, et le Dirigeant de la Succession devint l'Intendant en chef du Roi[59]. Ces trois postes et le poste de Scribe du Document royal, probablement le scribe personnel du roi, semblent être les postes les plus importants du gouvernement central, à en juger par le nombre de monuments de ceux qui occupent ces postes[59].

En outre, de nombreux postes de l'Ancien Empire qui avaient perdu leur sens originel et étaient devenus de simples postes honorifiques ont été réintégrés dans le gouvernement central[58]. Seuls les hauts fonctionnaires pouvaient revendiquer le titre de Membre de l'Élite, qui avait été appliqué généreusement au cours de la Première Période intermédiaire[59].

Cette forme fondamentale d'administration s'est poursuivie tout au long du Moyen Empire, bien qu'il y ait des preuves d'une réforme majeure du gouvernement central sous Sésostris III. Les documents de son règne indiquent que la Haute et la Basse-Égypte ont été divisés en entrepôts séparés et gouvernés par des administrateurs distincts[21]. Les documents administratifs et les stèles privées indiquent une prolifération de nouveaux titres bureaucratiques à cette époque, qui ont été considérés comme la preuve d'un gouvernement central plus large[60]. La gouvernance de la résidence royale a été transférée dans une division distincte du gouvernement[21]. L'armée a été placée sous le contrôle d'un général[21]. Cependant, il est possible que ces titres et postes étaient beaucoup plus anciens et qu'ils n'aient tout simplement pas été enregistrés sur les stèles funéraires en raison des conventions religieuses[60].

Gouvernements provinciauxModifier

Au cours de l'Ancien Empire, la décentralisation a laissé les provinces égyptiennes, ou nomes, sous le contrôle de familles puissantes qui détenaient le titre héréditaire de Grand chef du Nome, ou Nomarque[61]. Cette position s'est développée au cours des Ve et VIe dynasties, lorsque les divers pouvoirs des fonctionnaires provinciaux de l'Ancien Empire ont commencé à être exercés par un seul individu[61]. C'est à peu près à cette époque que l'aristocratie provinciale a commencé à construire des tombes élaborées pour eux-mêmes, qui ont été prises comme preuve de la richesse et du pouvoir que ces souverains avaient acquis comme nomarques[61]. À la fin de la Première Période intermédiaire, certains nomarques régnaient en tant que potentats mineurs, comme le nomarque Nehry d'Hermopolis, qui datait ses inscriptions par sa propre année de règne[58].

Lorsque la XIe dynastie est arrivée au pouvoir, il était nécessaire de soumettre le pouvoir des nomarques si l'Égypte devait être réunifiée sous un gouvernement central. Les premiers pas importants vers cette fin ont eu lieu sous Amenemhat Ier. Amenemhat Ier a fait de la ville, et non le nome, le centre de l'administration, et seulement le Haty-a, ou le maire, des plus grandes villes étaient autorisés à porter le titre de nomarque[21]. Le titre de nomarque a continué à être utilisé jusqu'au règne de Sésostris III[21], de même que les tombes élaborées indiquant leur puissance, après quoi elles ont soudainement disparu[62]. Cela a été interprété de plusieurs façons. Traditionnellement, on a cru que Sésostris III avait pris des mesures pour supprimer les familles de nomarques pendant son règne[63]. Récemment, d'autres interprétations ont été proposées. Detlef Franke a fait valoir que Sésostris II a adopté une politique d'éducation des fils des nomarques dans la capitale et les a nommés à des postes gouvernementaux. De cette façon, de nombreuses familles provinciales ont pu être privées d'héritiers[21]. De plus, alors que le titre de Grand chef du Nome disparaissait, d'autres titres distinctifs des nomarques subsistaient. Au cours de la Première Période intermédiaire, les individus détenant le titre de Grand chef du Nome détenaient aussi souvent le titre de Surveillant des Prêtres[64]. À la fin du Moyen Empire, il existait des familles qui détenaient les titres de Haty-a et de Dirigeant des Prêtres de manière héréditaires[62]. Par conséquent, on a fait valoir que les grandes familles nomarques n'ont jamais été soumises, mais simplement absorbées par l'administration pharaonique du pays[62]. S'il est vrai que les grandes tombes représentatives des nomarques disparaissent à la fin de la XIIe dynastie, les grandes tombes royales disparaissent aussi peu après en raison de l'instabilité générale entourant le déclin du Moyen Empire[62].

Agriculture et climatModifier

Tout au long de l'histoire de l'Égypte ancienne, l'inondation annuelle du Nil a servi à fertiliser les terres qui l'entouraient. C'était essentiel pour l'agriculture et la production alimentaire. Certains éléments viennent alimenter l'hypothèse que l'effondrement de l'Ancien Empire a pu être dû en partie à de faibles niveaux d'inondation, provoquant la famine[65]. Cette tendance semble s'être inversée au cours des premières années du Moyen Empire, avec des niveaux d'eau relativement élevés pendant une grande partie de cette période, avec une élévation moyenne de l'eau de dix-neuf mètres[66]. Les années de fortes inondations répétées correspondent à la période la plus prospère du Moyen Empire, qui a eu lieu pendant le règne d'Amenemhat III[67]. Cela semble être confirmé dans certaines publications de l'époque, comme dans les Instructions d'Amenemhat, où le roi Amenemhat Ier raconte à son fils comment l'agriculture a prospéré sous son règne[68].

L'art du Moyen EmpireModifier

Article détaillé : Art du Moyen Empire égyptien.

Après une Première Période intermédiaire agitée, le Moyen Empire marque un retour au calme et un nouveau chapitre dans l'art égyptien. La pyramide a toujours cours pour les inhumations royales, et on connaît quelques exemples de temples non funéraires. Les modèles gagnent en hauteur et en diversité, et des bijoux, trouvés dans une tombe inviolée à Dahchour, sont de magnifiques témoins d'une orfèvrerie quasiment disparue.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Grimal. (1988) p. 156.
  2. Grimal. (1988) p. 155.
  3. Habachi. (1963) p. 16–52.
  4. a b et c Grimal. (1988) p. 157.
  5. Shaw. (2000) p. 151.
  6. Shaw. (2000) p. 156.
  7. a b et c Redford. (1992) p. 71.
  8. Gardiner. (1964) p. 124.
  9. Redford. (1992) p. 72.
  10. a b et c Gardiner. (1964) p. 125.
  11. Redford. (1992) p. 74.
  12. The Collins Encyclopedia of Military History, 4th edition, 1993, Dupuy & Dupuy, p. 5..
  13. Arnold. (1991) p. 20.
  14. a b et c Shaw. (2000) p. 158.
  15. Arnold. (1991) p. 14.
  16. Grimal. (1988) p. 159.
  17. Gardiner. (1964) p. 128.
  18. Grimal. (1988) p. 160.
  19. a et b Gardiner. (1964) p. 129.
  20. Shaw. (2000) p. 160.
  21. a b c d e f g et h Shaw. (2000) p. 175.
  22. Shaw. (2000) p. 162.
  23. Shaw. (2000) p. 161.
  24. a b et c Grimal. (1988) p. 165.
  25. Murnane. (1977) p. 5.
  26. a b et c Shaw. (2000) p. 163.
  27. Murnane. (1977) p. 7.
  28. a et b Shaw. (2000) p. 164.
  29. Gardiner. (1964) p. 138.
  30. Grimal. (1988) p. 166.
  31. a b c et d Shaw. (2000) p. 166.
  32. Gardiner. (1964) p. 136.
  33. Gardiner. (1964) p. 135.
  34. Redford. (1992) p. 76.
  35. Hayes. (1953) p. 32.
  36. Aldred. (1987) p. 129.
  37. Wegner. (1996) p. 250.
  38. Wegner. (1996) p. 260.
  39. a et b Grimal. (1988) p. 170.
  40. Grajetzki. (2006) p. 60.
  41. Shaw. (2000) p. 168.
  42. a et b Shaw. (2000) p. 169.
  43. Matthews, p. 13.
  44. Shaw. (2000) p. 170.
  45. a et b Grimal. (1988) p. 171.
  46. Shaw. (2000) p. 171.
  47. Grimal. (1988) p. 183.
  48. K.S.B. Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c.1800–1550 BC, Carsten Niebuhr Institute Publications, vol. 20, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, 1997
  49. Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I – Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008
  50. a b et c Grajetzki. (2006) p. 64.
  51. Grajetzki. (2006) p. 65.
  52. Grajetzki. (2006) p. 71.
  53. a b et c Shaw. (2000) p. 172.
  54. Grajetzki. (2006) p. 72.
  55. Grajetzki. (2006) p. 74.
  56. Grajetzki. (2006) p. 75.
  57. a et b Damien Agut et Juan Carlos Moreno-Garcia, L'Égypte des pharaons - De Narmer à Dioclétien, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », (ISBN 978-2-7011-6491-5), chap. 6 (« Dans le filet des oligarques : la monarchie d'Ititaouy (2004-1750) »)
  58. a b c et d Shaw. (2000) p. 174.
  59. a b c et d Grajetzki. (2006) p. 21.
  60. a et b Richards. (2005) p. 7.
  61. a b et c Trigger, Kemp, O'Connor, and Lloyd. (1983) p. 108.
  62. a b c et d Trigger, Kemp, O'Connor, and Lloyd. (1983) p. 112.
  63. Grimal. (1988) p. 167.
  64. Trigger, Kemp, O'Connor, and Lloyd. (1983) p. 109.
  65. Bell. (1975) p. 227.
  66. Bell. (1975) p. 230.
  67. Bell. (1975) p. 263.
  68. Foster. (2001) p. 88.

BibliographieModifier

Ouvrages généraux sur l’Égypte antiqueModifier

Ouvrages et articles généraux sur la périodeModifier

  • Dorothea Arnold, « Amenemhet I and the Early Twelfth Dynasty at Thebes », Metropolitan Museum Journal, vol. 26,‎ (DOI 10.2307/1512902)
  • (en) Detlef Franke, « Middle Kingdom », dans Donald Bruce Redford (dir.), The Oxford Encyclopaedia of Ancient Egypt, Oxford et New York, Oxford University Press, (ISBN 0195102347), p. 393-400
  • Wolfram Grajetzki, The Middle Kingdom of Ancient Egypt, Gerald Duckworth & Co. Ltd., [détail de l’édition] (ISBN 0-7156-3435-6)
  • Labib Habachi, « King Nebhepetre Menthuhotep: his monuments, place in history, deification and unusual representations in form of gods », Annales du Service des Antiquités de l'Égypte, vol. 19,‎ , p. 16–52
  • William Hayes, « Notes on the Government of Egypt in the Late Middle Kingdom », Journal of Near Eastern Studies, vol. 12,‎ , p. 31–39 (DOI 10.1086/371108)
  • Claire Lalouette, Au royaume d'Égypte : Le temps des rois-dieux, Paris, Fayard, (ISBN 2080813285)
  • Josef Wegner, « The Nature and Chronology of the Senwosret III–Amenemhat III Regnal Succession: Some Considerations Based on New Evidence from the Mortuary Temple of Senwosret III at Abydos », Journal of Near Eastern Studies, vol. 55,‎ , p. 249–279 (DOI 10.1086/373863)
  • (en) Harco Willems, « The First Intermediate Period and the Middle Kingdom », dans Allan S. Lloyd (dir.), A Companion to Ancient Egypt, Malden et Oxford, Blackwell Publishing, coll. « Blackwell companions to the ancient world », (ISBN 9781405155984), p. 81-100

Autres étudesModifier

  • Sydney Hervé Aufrère, Jean-Claude Golvin et Jean-Claude Goyon, L’Égypte restituée, Tome 1 : Sites, temples et pyramides de Haute Égypte, Paris, Errances, (ISBN 2877720632)
  • Sydney Hervé Aufrère et Jean-Claude Golvin, L’Égypte restituée, Tome 3 : Sites, temples et pyramides de Moyenne et Basse Égypte, Paris, Errances, (ISBN 2877721485)
  • Annie Forgeau, « L’Égypte pharaonique, III. La restauration du Moyen-Empire », dans Bernard Holtzmann (dir.), L'Art de l'Antiquité, 2. l'Égypte et le Proche-Orient, Paris, Gallimard - Réunion des musées nationaux, coll. « Manuels d'histoire de l'art », (ISBN 2070743411), p. 58-79
  • (en) Richard Jasnow, « Middle Kingdom and Second Intermediate Period », dans Raymond Westbrook (dir.), A History of Ancient Near Eastern Law, vol. 1, Leyde, Brill, coll. « Handbuch der Orientalistik », (ISBN 9004129952), p. 256-288
  • Claude Obsomer, Sésostris Ier : Étude chronologique et historique du règne, Bruxelles, Safran, coll. « Connaissance de l’Égypte ancienne », (ISBN 2-87268-004-7)
  • (en) Stephen Quirke (dir.), Middle Kingdom Studies, New Malden, SIA Publishing, (ISBN 1-87256-102-0)
  • (en) Thomas Schneider, « The Relative Chronology of the Middle Kingdom and the Hyksos Period (dyns. 12-17) », dans Erik Hornung, Rolf Krauss et David A. Warburton (dir.), Ancient Egyptian Chronology, Leyde et Boston, Brill, coll. « Handbuch der Orientalistik », (ISBN 9004113851), p. 168-196
  • Pierre Tallet, Sésostris III et la fin de la XIIe dynastie, Paris, Pygmalion, coll. « Les grands pharaons », (ISBN 978-2857048510)
  • Harco Willems, Les textes des sarcophages et la démocratie : éléments d'une histoire culturelle du Moyen Empire égyptien, Paris, Éditions Cybele, (ISBN 9782915840063)