Dominique Garcia

archéologue et historien français

Dominique Garcia, né le à Clermont-l'Hérault, est un universitaire français ;archéologue et historien spécialiste de Protohistoire et d'Antiquité.

BiographieModifier

Archéologue et historien, Dominique Garcia est président de l'Inrap[1] (Institut national de recherches archéologiques préventives) et professeur des universités (archéologie ; Chaire d'Antiquités nationales et de Protohistoire européenne) à l'université d'Aix-Marseille où il a dirigé, jusqu'en 2014, l’École doctorale pluridisciplinaire « Espaces, Cultures et sociétés » et où il fut directeur du centre Camille Jullian[2] (UMR, unité mixte de recherche Aix-Marseille université/CNRS/Ministère de la Culture) à la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme.

Il est docteur en Histoire des civilisations (Archéologie méditerranéenne) de l'université Paul-Valéry (Montpellier III)[3] et habilité à diriger les recherches par l'université d'Aix-Marseille depuis 2000. Il a dirigé une trentaine de thèses et a participé à près de cinquante jurys.

En 2011, il a été nommé membre senior de l’Institut universitaire de France (spécialité Protohistoire méditerranéenne).

Dominique Garcia est chevalier de la Légion d'honneur (janvier 2014)[4] et chevalier des Arts et lettres (septembre 2016; officier en janvier 2022). En 2018, il a reçu la Médaille d'argent de l'Académie d'architecture.

De 2012 à 2014[5] il a assuré la vice-présidence du Conseil national de la recherche archéologique (CNRA). En mars 2013, il a rendu à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication un Livre blanc au nom de la commission qu'il présidait sur l'évaluation scientifique, économique et sociale de l'archéologie préventive[6]. Ce document a permis d'alimenter le volet Patrimoine du projet de loi « Création, Patrimoine, Architecture » qui a été promulguée en juillet 2016.

Par décret du président de la République en date du 24 juin 2014, il a été nommé président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives. L'Inrap est un établissement public à caractère administratif de recherche français créé par la loi du 17 janvier 2001 relative à l'archéologie préventive qui est placé sous la tutelle conjointe des ministères chargés de la Culture et de la Recherche. Il a pour mission de réaliser les opérations d’archéologie préventive (opérations de diagnostics comme de fouilles).
Il assure également l'exploitation scientifique des opérations d'archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats. Il concourt à l'enseignement, à la diffusion culturelle et à la valorisation de l'archéologie (article L.523-1 du code du patrimoine).

À la suite d'une évolution de la gouvernance de l'Inrap, Emmanuel Macron l'a nommé président exécutif de cet établissement (décret du Président de la République en date du 27 décembre 2017, paru au Journal officiel du 28 décembre 2017). Il a été reconduit une deuxième fois a la tête de cet établissement (le plus important institut d'archéologie d'Europe) en décembre 2020.

Archéologue et historien spécialiste de la Protohistoire européenne et de la Gaule préromaine, ses recherches portent sur les sociétés de la Méditerranée nord-occidentale au Ier millénaire av. J.-C. (ethnogenèse, économie, cultures, sociétés, habitats et territoires des Celtes, Gaulois, Ibères et Ligures) et les relations qu'elles entretiennent avec les sociétés classiques (Étrusques, Grecs et Romains). Pour lui[7], "les peuples ne sont pas des identités immuables, mais des constructions. Il n’y a pas une racine du peuple français mais un peuple qui se met en route à travers des influences variées ", que l’enquête archéologique fait émerger par l’étude des vestiges matériels.

Il a participé à des fouilles archéologiques en Grèce (Délos), Italie (Rome, Naples, Viterbe) et Syrie (Bosra) mais ses travaux de terrain sont essentiellement centrés sur la Méditerranée nord-occidentale et des gisements archéologique du Languedoc, de la Provence et des Alpes. Responsable, après Michel Py, de la fouille du site portuaire antique de Lattes - Lattara, il a dirigé cet important chantier-école d'archéologie qui a formé plusieurs centaines de jeunes chercheurs européens.

Pour lui, selon des propos rapportés dans le portrait que lui a consacré Le Monde en juin 2021[7], «faire de l’archéologie, ce n’est pas tant attribuer des racines à certains qu’offrir des repères à tous, de permettre d’inscrire sa propre histoire dans un paysage qui garde des traces laissées par d’autres avant, le paysage étant appelé à changer ou à s’agrandir».

Archéologue de terrain, il a publié ou contribué à la publication de nombreuses monographies de sites. Il est également l'auteur d'une trentaine d'ouvrages dont certains constituent des références scientifiques internationales ("Archéologie des migrations", "Une histoire des civilisations", "La Protohistoire de la France", "La Fabrique de la France"...).

Dominique Garcia est membre de nombreux comités de lecture et dirige plusieurs collections dont la collection « Archéologie » aux éditions Actes Sud. Il participe à plusieurs conseils scientifiques (Musée du Louvre, Site de Bibracte, École doctorale « Histoire de l'art et archéologie » de Paris-Sorbonne…) et il est membre de la section de Pré et Protohistoire du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), institut rattaché à l'École nationale des Chartes. Il a été conférencier invité au Japon, en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Hongrie.

Publications (sélection)Modifier

Il a publié près de 200 articles scientifiques et une trentaine d'ouvrages dont :

  • Entre Ibères et Ligures : Lodévois et moyenne vallée de l'Hérault protohistoriques, Paris, CNRS Éditions, 1993, 358 p.
  • Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale, Adam éditions, 1993, 242 p.
  • Exploration archéologique de la ville portuaire de Lattes. Les îlots 2, 4-sud, 5, 7-est, 7-ouest, 8, 9 et 16 du quartier Saint-Sauveur, Lattara, 7, 1994, 448 p.
  • Sur les pas des Grecs en Occident : hommages à André Nickels, Paris, Errance, coll. « Études massaliètes », 4 (1995), 492 p., textes réunis et édités en collaboration avec P. Arcelin, M. Bats, G. Marchand et M. Schwaller.
  • Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l'innovation : actes du colloque d'Aix-en-Provence (mai 1996), Paris, Errance, 1997, 240 p. (direction de l'ouvrage en collaboration avec D. Meeks)
  • Carte archéologique de la Gaule, département de l'Hérault, arrondissement de Lodève, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1998, 300 p. (en coll. avec L. Schneider)
  • Territoires celtiques : espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Paris, Errance, 2002, 420 p. (direction de l’ouvrage en collaboration avec Fl. Verdin)
  • L'espace portuaire de Lattes antique, Lattara 15, 2002, 223 p. (direction de l’ouvrage en collaboration avec L. Vallet)
  • La céramique (La poterie du Néolithique aux temps modernes), Paris, Errance, 2003, 286 p. (en collaboration avec A. d’Anna, A. Desbat, A. Schmitt, F. Verhaeghe), réed. 2011.
  • Bronzes protohistoriques du Musée Calvet à Avignon, Avignon, fondation Calvet, 2004, 128 p. (en collaboration avec S. Campolo)
  • La Celtique méditerranéenne : habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du VIIIe au IIe siècle av. J.-C., Paris, Errance, 2004, 208 p. (réédition, revue et augmentée, en 2014).
  • Le peuplement de l’Arc alpin : 131e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006, Paris, CTHS, 2008, 420 p. (direction de l’ouvrage en collaboration avec H. Richard)
  • L'Âge du bronze en Méditerranée : recherches récentes, Paris, Errance, 2011, 192 p. (direction de l’ouvrage)
  • L'habitat en Europe celtique et en Méditerranée préclassique, Paris, Errance, 2013, 200 p. (direction de l’ouvrage)
  • Histoire de la Provence, des Alpes à la Côte d'Azur (bande dessinée), T1 Les premiers humains, scénario de Jean-Marie Cuzin et Dominique Garcia, dessins de Serge Fino, Éditions du Signe, 2012 (ISBN 2-74682-799-9), T2, scénario de Jean-Marie Cuzin et Dominique Garcia, dessins de Michel Spinosa, Éditions du Signe, 2012 (ISBN 2-74682-799-9).
  • Les territoires de Marseille grecque, Paris, Errance, 2014, 200 p. (direction de l’ouvrage en collaboration avec Sophie Bouffier)
  • Les estructures socials protohistòriques a la Gàl·lia i a Ibèria, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2015, 336 p. (direction de l’ouvrage en coll. Avec C. Belarte et J. Sanmarti)
  • Greek Marseille and Mediterranean Celtic, New York, Peter Lang Pub Inc ed, 2017, 334 p. (direction de l'ouvrage en collaboration avec Sophie Bouffier)
  • Launac et le Launacien : dépôts de bronze protohistoriques du Sud de la Gaule, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2017, 388 p. (en collab. avec Jean Guilaine, L. Carozza, J. Gasco, Th. Janin, B. Miles)
  • Archéologie des migrations, Paris, La Découverte/Inrap, 2017, 390 p. (direction de l’ouvrage en coll. avec Hervé Le Bras).
  • La Protohistoire de la France, Paris, Hermann éditeur, 2018, 538 p. (en collab. avec Jean Guilaine).
  • "Une histoire des civilisations : Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances".Jean-Paul Demoule (dir.), Dominique Garcia (dir.) et Alain Schnapp (dir.), Paris, La Découverte, 2018, 700 p. (ISBN 978-2707188786).
  • Country in the City : Agricultural Functions of Protohistoric Urban Settlements (Aegean and Western Mediterranean) / dir. Dominique Garcia, Raphaël Orgeolet, Maia Pomadère, Julian Zurbach. Archaeopress Archaeology, 2019, 198 p., (ISBN 978-1789691320).
  • Les Gaulois à l'œil nu, Paris, CNRS éditions, 2021, 170 p. (ISBN 978-2271132215).
  • La Fabrique de la France, Paris, Flamarion/Inrap, 2021, 320 p.(ISBN 978-2080234704)

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Dominique Garcia, président de l'Inrap », sur Inrap.fr, (consulté le )
  2. Centre Camille Jullian, UMR 7299, laboratoire de recherche mixte du CNRS, de Aix Marseille Université et du Ministère de la Culture (France)
  3. http://www.sudoc.fr/043796095.
  4. « Discours d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de la cérémonie de remise des insignes de Cheva... », sur gouv.fr (consulté le ).
  5. Arrêté de nomination [1] sur le site de la sous-direction de l'archéologie [2]
  6. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Disciplines-et-secteurs/Archeologie/Livre_blanc
  7. a et b « Dominique Garcia, l’homme qui mange, respire, lit archéologie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres – hiver 2022 », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )

Liens externesModifier