Ouvrir le menu principal

Polygonum

Les renouées constituent un terme ambigu car elles appartiennent à plusieurs genres de plantes herbacées de la famille des Polygonacées, poussant à l'état sauvage. Ainsi la renouée des oiseaux (genre Polygonum) et la renouée persicaire (genre Persicaria) sont deux « mauvaises herbes » très courantes. Très répandue également (plante invasive), la renouée du Japon (genre Fallopia).

L'inflorescence n'est pas portée par un pédoncule et protégée par des bractées mais par un pédicelle et des bractéoles soudées en un tube membranaire, organe parfois nommé ochréole[1].

ÉtymologieModifier

L'étymologie grecque du genre Polygonum nous éclaire sur sa morphologie : "Poly" (plusieurs) et "gonu" (genoux, d'où "gônia", angle) désigne les nombreuses articulations qui figurent sur les plantes de ce genre (et celles de la famille des Polygonacées), notamment sur les tiges au niveau des nœuds renflés et sur les akènes trigones. Le nom vernaculaire Renouée évoque également ces tiges présentant des « nœuds » renflés[2].

TaxonomieModifier

Genre Polygonum : principales espècesModifier

Autres genres ("Faux Polygonum") [à compléter]Modifier

Au fil des siècles, certaines plantes ont changé de classification. Voici une liste de certaines espèces qui furent des Polygonum :

 
Agrotide des Renouées.

PrédateursModifier

Les chenilles de papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent de renouées :

Notes et référencesModifier

  1. Walter Robyns, Spermatophytes, Institut national pour l'étude agronomique du Congo, , p. 408.
  2. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, Quae, , p. 105
  3. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Flammarion, p. 156.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :