Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

XIXe siècle av. J.-C.

période de l'histoire

Millénaires :
IIIe millénaire av. J.‑C. • IIe millénaire av. J.‑C. • Ier millénaire av. J.‑C.

Siècles :
XXe siècle av. J.-C. • XIXe siècle av. J.-C. • XVIIIe siècle av. J.-C.


Décennies :

-1890-1880-1870-1860-1850
-1840-1830-1820-1810-1800

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Le XIXe siècle av. J.-C. a débuté le 1er janvier 1899 av. J.-C. et s'est achevée le 31 décembre 1800 av. J.-C..

Sommaire

ÉvènementsModifier

 
Combat d'un lion et d'un homme-taureau. Relief en terre cuite, début du IIe millénaire av. J.-C. Provenance : Eshnunna.
  • Avant 1900 av. J.-C. : les Amorrites s’infiltrent en basse Mésopotamie. Un peu avant 1900, à la faveur des luttes entre Isin et Larsa, ils s’emparent de plusieurs villes (Ilip, Marad, Malgium, Mashkan-shapir, Uruk) et créent de petits royaumes[2].
  • Vers 1900-1500 av. J.-C. : dynastie Sukkalmah ou d'Eparti en Élam[3]. Règne d'Ebarat (vers 1916 av. J.-C.) puis de son fils Shilhaha (vers 1894 av. J.-C.), rois d’Anshan et de Suse[4]. À la fin du XXe siècle, le roi Ebarat prend le titre de « roi d’Anshan et de Suse », pour manifester clairement la prédominance de la partie montagnarde du double royaume. Son fils Shilhaha reçoit le titre de sukkal-mah, « grand régent » et de « roi-père d’Anshan et de Suse ». Un nouveau pas est franchi, car le terme de sukkal-mah implique une notion impériale et devient bientôt le titre officiel. Anshan semble être alors une grande ville, mais les fouilles sont encore insuffisantes pour nous la faire connaître. Des liens économiques l’unissent aux autres régions iraniennes, en particulier avec la Bactriane. L’importance de ce royaume élamite se mesure au fait que certains souverains mésopotamiens ont reconnu au début du XVIIIe siècle av. J.-C. une suzeraineté au sukkal-mah[5].
  • Vers 1900 av. J.-C. :
 
Tablette d'argile avec une écriture cunéiforme en langue sumérienne. Elle concerne le mythe où Enkimdu (le dieu de l'agriculture) et Dumuzi (le dieu des bergers) essayent de gagner la main de la déesse Inanna. Nippur, 1re moitié du 2e millénaire av. J.-C..
  • 1894-1595 av. J.-C. : première dynastie de Babylone[8]. Grand essor littéraire en langue akkadienne en Mésopotamie. Le sumérien, langue morte à partir du début du IIe millénaire, reste réservé à l’usage savant[9]. Les scribes mésopotamiens, du fait du long apprentissage qu’exige leur formation, sont issus des classes aisées de la population, fonctionnaires, responsables, gouverneurs, prêtres, riches marchands. On leur demande, pour exercer dans les scriptoria des temples ou dans l’administration des palais, de maîtriser le système de l’écriture cunéiforme et de connaître les techniques de comptabilité, de gestion des domaines, de distribution de salaires, d’être capable de rédiger des contrats, de glorifier leur souverain dans des inscriptions. Par leur savoir et leur savoir-faire, ils ont marqué d’une forte empreinte la civilisation mésopotamienne en transmettant la tradition, en consignant les connaissances, en s’engageant dans des réflexions spéculatives. Les scribes de Nippur, dont le sanctuaire fait office de centre intellectuel, engagent à cette époque un travail de grande ampleur : classification, comparaison entre les différentes versions des textes littéraires, mise au point de textes et édition de canons. Le souci de la référence à un modèle unique et permanent marque la période. Les œuvres de référence sont diffusées des grands centres mésopotamiens pour servir à la formation des prêtres et des lettrés de tout le Proche-Orient.
  • Vers 1850 av. J.-C. : la cité d’Ascalon (Ashkelon) est mentionnée dans textes d'exécration égyptiens[10]. C’est la capitale d’un royaume cananéen et un port très actif sur la mer Méditerranée qui exporte les produits de l’arrière-pays. Elle est ceinte d’un mur de 2 km de circonférence et haut de 25 mètres, et devait compter près de 15 000 habitants.

Personnages significatifsModifier

Art et cultureModifier

 
Peintures murales de la tombe n°15 de Beni Hassan.

Notes et référencesModifier

  1. Li Liu, The Chinese Neolithic : Trajectories to Early States, Cambridge University Press, (ISBN 9781139441704, présentation en ligne)
  2. Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  3. Corinne Julien, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, UNESCO, (ISBN 9789232028112, présentation en ligne)
  4. Neil Zimmerer, The Chronology of Genesis : A Complete History of the Nefilim, Adventures Unlimited Press, (ISBN 9781931882224, présentation en ligne)
  5. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  6. Françoise Brüschweiler, La ville dans le Proche-Orient ancien : actes du Colloque de Cartigny, 1979, Centre d'étude du Proche-Orient ancien (CEPOA), Université de Genève, Éditions Peeters, (présentation en ligne)
  7. Harper Collins atlas of archaeology, Borders Press in association with Harper Collins Publishers, (ISBN 9780723010050, présentation en ligne)
  8. Andrea L. Stanton, Edward Ramsamy, Peter J. Seybolt, Carolyn M. Elliott, Cultural Sociology of the Middle East, Asia, and Africa : An Encyclopedia, SAGE Publications, (ISBN 9781452266626, présentation en ligne)
  9. a et b Yves Denis Papin, Chronologie de l'histoire ancienne, Éditions Jean-paul Gisserot, (ISBN 9782877473460, présentation en ligne)
  10. Philip J. King, Amos, Hosea, Micah : An Archaeological Commentary, Westminster John Knox Press, (ISBN 9780664240776, présentation en ligne)
  11. Robert Martin-Achard, Actualité d'Abraham, Labor et Fides, (présentation en ligne)
  12. Georges Chapouthier, Denis Beaudouin, Michel Lagues, L'invention de la mémoire. Écrire, enregistrer, numériser, CNRS (ISBN 9782271117175, présentation en ligne)
  13. Hervé Beaumont, Egypte: le guide des civilisations égyptiennes, des pharaons à l'Islam;, Editions Marcus, (ISBN 9782713101687, présentation en ligne)