Ouvrir le menu principal

La chronologie du blues présente sur une échelle de temps les événements marquants (naissance et décès de personnalités, création d'œuvres, etc.) de chaque année dans le domaine du blues et des différents courants qui en sont issus, comme le boogie woogie ou le rhythm and blues.

Avant le XXe siècleModifier

 
Couverture de James Bland's 3 Great Songs en 1879.
  • 1619 : à Jamestown (Virginie), des producteurs de tabac achètent des esclaves à un navire néerlandais[1].
  • 1764 : première mention attestée du banjo[1].
  • 1830 : parodie de blackface par Thomas "Daddy" Rice dans Jim Crow[1].
  • 1850 : Fugitive Slave Act[1].
  • 1850 : Gustave Blessner et Sarah M. Graham publient I Have Got the Blues To Day! (en), peut-être la plus ancienne chanson comportant le mot « blues » dans son titre[2].
  • 1855 : les premières troupes de minstrel show entièrement composées d'afro-américains voient le jour[3].
  • 1863 : fin de la Guerre de Sécession et abolition de l'esclavage aux États-Unis.
  • 1867 : publication de Slave Songs Of The United States de William Francis Allen, Lucy McKim Garrison et Charles Pickard Ware, premier recueil de Negro Spirituals[4].
  • vers 1870 : débuts de la danse cake-walk, qui influencera le ragtime.
  • vers 1870 : Wesley Duke, dit West Duke, est le premier leader noir d'un orchestre noir à Memphis (Tennessee) sur Beale Street[5].
  • 1883 : le Civil Rights Act de 1875 est annulé par la Cour suprême[6].
  •  : naissance de William Christopher Handy, surnommé « le père du blues »[7].
  • à partir de 1875 : James Bland (1854-1911) écrit plus de 700 chansons pour les spectacles de minstrels[8]. Sa chanson la plus populaire est Carry Me Back to Old Virginny[8].
  • vers 1880 : Jim Turner, chef d'orchestre vedette à Memphis, officie au Savoy, au Pastime, au Daisy ou au Pee Wee[5]. Il y découvrira W. C. Handy[5], avec qui il enregistrera plus tard en tant que violoniste au sein du Handy's Memphis Blues Band. Jim Turner est l'auteur de la chanson Joe Turner, qui inspirera Memphis Blues à W. C. Handy[9].
  • vers 1890 : débuts du ragtime, musique afro-américaine particulièrement populaire de 1897 à 1918.
  • 1893 : W.C. Handy joue du cornet à l'Exposition universelle de Chicago[10].
  • 1893 : Mamie Smith fait ses débuts à l'âge de dix ans dans des troupes de danse et part en tournée avec la revue The Smart Set[11].
  • 1896 : George W. Johnson est le premier artiste noir enregistré avec les chansons Whistling Coon et The Laughing Song[12].
  • décembre 1897 : publication de Harlem Rag de Tom Turpin, premier ragtime composé par un Afro-Américain[13].
  • 1898 : Jack « The Bear » Wilson et Lawrence Deas publient I Natur'ly Loves That Yaller Man, le seul exemple connu d'une progression typique du blues à 12 mesures édité avant 1900. Les paroles sont tiennent plus des coon songs que du blues[14].

Les années 1900Modifier

 
W. C. Handy en 1936
  • v. 1900 : The Rabbit's Foot Company (ou Rabbit's Foot Minstrels) faits ses débuts à Paterson (New Jersey). La troupe accueillera dans ses rangs Ma Rainey[15], Bessie Smith[16], Ida Cox[17] ou Daddy Stovepipe[18].
  • 1901 : Chris Smith (1879-1949) et Elmer Bowman (1879-1916) composent I've Got De Blues, une coon song qui est une des premières chansons comportant le mot « Blues » dans son titre[2].
  • 1902 : W. C. Handy parcourt le Mississippi, ce qui lui permet d'écouter des styles musicaux variés joués par des gens ordinaires.
  • v. 1902 : débuts de l'Original Louisville Jug Band d'Earl McDonald (en) (1895-1949)[19].
  • 1903 : date à laquelle W.C. Handy prétend avoir entendu du blues pour la première fois dans la gare de Tutwiler[20].
  • juillet-septembre 1903 : l'article « Notes and Negro Music » de l'archéologue de Harvard, Charles Peabody, paru dans Journal of American Folklore, comprend l'une des premières discussions publiées sur la musique qui sera connue sous le nom de blues, dans le comté de Coahoma, au nord du Mississippi[21].
  • 1904 : publication de He Done Me Wrong par Hugh Cannon, première version connue de Frankie and Johnny[6].
  • v. 1905 : Earl Harris donne des leçons de guitare au jeune Charley Patton[22].
  • v. 1907 : Charley Patton accompagne Henry Sloan (en) en tournée.
  • v. 1907 : le jug band de Gus Cannon (1883-1979), les Cannon's Jug Stompers, font leurs débuts à Memphis[5].
  • 1909 : W. C. Handy s'installe à Memphis sur Beale Street. Il compose la chanson Mr. Crump pour la campagne municipale d'Edward Crump. Ce morceau instrumental sera rebaptisé Memphis Blues[5].
  • 1909 : Robert Hoffman (1878-1964) compose The Alabama Bound, également nommée Alabama Blues[23].

Les années 1910Modifier

 
Première page de The St. Louis Blues de W. C. Handy.
The Memphis Blues par le Victor Military Band en 1914

Les premières publications de chansons de blues interviennent au début de la décennie. Mais les premiers enregistrements de blues sont souvent le fait d'orchestres composés de musiciens blancs.

Les années 1920Modifier

 
Blind Willie McTell : Statesboro Blues.
Charley Patton : Mississippi Bo Weavil Blues.

Les premiers disques de blues sont enregistrés par des chanteuses, ce qu'on appelle généralement Classic (female) blues singers[37]. Issues des spectacles de vaudeville, elles sont souvent accompagnées d'un pianiste ou d'un orchestre de jazz. Le premier enregistrement de blues rural a lieu en 1923, mais c'est surtout à partir de 1927 que ce genre devient populaire, lorsque les maisons de disques, principalement implantées à New York et Chicago, envoient des équipes dans le Sud enregistrer les artistes locaux[24].

1920Modifier

  • 14 février : sur l'insistance du compositeur Perry Bradford, Mamie Smith enregistre son premier disque That Thing Called Love / You Can’t Keep A Good Man Down à New York pour Okeh Records[38].
  • 10 août : Mamie Smith enregistre Crazy Blues. Ceci est le premier disque de blues enregistré par une artiste noire[39]. Le disque se vend à 75000 exemplaires le mois de sa sortie[40]. Le succès de Crazy Blues incite les autres maisons de disque à produire des chanteuses de blues[40].
  • novembre : Lucille Hegamin enregistre Jazz Me Blues et Everybody's Blues. Elle est la seconde artiste noire à enregistrer du blues[41].

1921Modifier

1923Modifier

1924Modifier

  • Daddy Stovepipe enregistre Sundown Blues. Il est l'un des plus ancien bluesmen (par l'âge) à avoir enregistré[52].
  • avril : Ed Andrews enregistre Barrelhouse Blues à Atlanta pour Okeh. C'est le premier blues traditionnel enregistré dans le Sud[51].
  • août : premiers enregistrements de Papa Charlie Jackson, dont Papa Lawdy Lawdy Blues[53].
  • 16 octobre : Ma Rainey et son Georgia Jazz Band enregistrent See See Rider Blues[54].
  • 31 décembre : Clara Smith enregistre My Doggone Lazy Man avec l'harmoniciste Herbert Leonard. C'est le premier enregistrement de blues connu comprenant un harmonica[55].

1925Modifier

1926Modifier

  • 11 mai : premiers enregistrements de Victoria Spivey à Saint-Louis, dont Black Snake Blues et Dirty Woman's Blues[47].
  • juin : Freddie Spruell enregistre Milk Cow Blues, considéré comme le premier disque de Delta blues[58].

1927Modifier

1928Modifier

1929Modifier

Les années 1930Modifier

 
L'une des tombes de Robert Johnson.
Po' Boy par Bukka White.

1930Modifier

1931Modifier

  • février : Skip James enregistre 6 chansons pour Paramount à Grafton, dont Hard Time Killin’ Floor Blues[85], Devil Got My Woman et I'm So Glad[86].

1933Modifier

1934Modifier

1935Modifier

1936Modifier

1937Modifier

1938Modifier

1939Modifier

Les années 1940Modifier

 
Louis Jordan à New York en juillet 1946.
 
Eddie Boyd en 1968.
 
Muddy Waters à Paris en novembre 1976.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les enregistrements se font plus rares. La fin de la guerre marque l'avènement du rhythm and blues, du jump blues et ses blues shouters, et du West Coast blues.

1940Modifier

1941Modifier

1944Modifier

1945Modifier

1946Modifier

1947Modifier

1948Modifier

1949Modifier

Les années 1950Modifier

 
Howlin' Wolf en 1972.
 
Willie Dixon en 1981.
 
Bo Diddley en 2005.
 
Lowell Fulson en 1980.
 
Otis Rush en 1997.

Vers le milieu des années 1950, le blues devient moins populaire. Il est supplanté par l'apparition de rock 'n' roll et de la musique soul[24]. La décénnie marque pourtant un âge d'or du blues électrique à Chicago, avec Muddy Waters et Howlin' Wolf en tête de file.

1950Modifier

1951Modifier

1952Modifier

1953Modifier

1954Modifier

1955Modifier

1956Modifier

1957Modifier

1958Modifier

1959Modifier

Les années 1960Modifier

 
Freddie King à Paris en 1975.
 
Etta James en 2000.
 
Memphis Slim avec Lowell Fulson à Paris en 1980.
 
Taj Mahal en 2005.
 
Sonny Terry en 1980.
 
Eric Clapton au Madison Square Garden à New York en mai 2015.
 
Canned Heat en 1970.
 
Jimi Hendrix au Fillmore East à New York en 1968.

Des musiciens anglais découvrent le blues et de nombreux groupes mélangeant blues et rock se créent au Royaume-Uni. Le British blues boom permettra au public américain de redécouvrir cette musique par l'intermédiaire de la British Invasion. Apparition du Blues rock. A l'opposé, la mode de la musique folk apporte un regain d'intérêt aux musiciens de blues traditionnel.

1960Modifier

1961Modifier

1962Modifier

1963Modifier

1964Modifier

1965Modifier

1966Modifier

1967Modifier

1968Modifier

1969Modifier

Les années 1970Modifier

 
Johnny Winter en 1990.
 
Edgar Winter en 1974.
 
Buddy Guy au Long Beach Blues Festival en 1998.

1970Modifier

1971Modifier

1972Modifier

1973Modifier

1974Modifier

1975Modifier

1976Modifier

1977Modifier

1978Modifier

  • mai : mort de Robert Petway, 70 ans.
  • fondation de Ace Records, label anglais spécialisé dans la réédition de disques de blues et de rhythm & blues des années 1940[273].

1979Modifier

Les années 1980Modifier

 
Eric Bibb en 2006.
 
Stevie Ray Vaughan et le Double Trouble en 1983.

1980Modifier

1981Modifier

1982Modifier

1983Modifier

1984Modifier

1985Modifier

1986Modifier

1987Modifier

1988Modifier

1989Modifier

Les années 1990Modifier

 
Luther Allison au Riverwalk Blues Festival de Fort Lauderdale en 1996.
 
Ry Cooder en 2009.
 
Robert Cray à Austin (Texas) en mars 2007.
 
Lucky Peterson au Festival National de Blues du Creusot en 1994.

1990Modifier

1991Modifier

1992Modifier

1993Modifier

1994Modifier

1995Modifier

1996Modifier

1997Modifier

1998Modifier

1999Modifier

Les années 2000Modifier

 
Popa Chubby en 2012.
 
Allen Toussaint au Roosevelt Hotel de La Nouvelle Orléans en 2009.
 
Keb' Mo' au Crossroads Guitar Festival, Toyota Park (Bridgeview), en 2010.

2000Modifier

2001Modifier

2003Modifier

Le Sénat américain proclame 2003 « Année du Blues » aux États-Unis[336].

2004Modifier

2005Modifier

2006Modifier

2007Modifier

2008Modifier

2009Modifier

Les années 2010Modifier

 
Dr. John au festival de Rudolstadt en 2011.
 
Eddy Clearwater au Iron Horse Music Hall de Northampton (Massachusetts) en 2008.
 
Joe Bonamassa à la Jahrhunderthalle de Francfort en 2016.
 
B. B. King vers 2013.
 
Chuck Berry au Steinegg Live Festival, près de Bolzano, en 2013.

2010Modifier

2011Modifier

2012Modifier

2013Modifier

2014Modifier

2015Modifier

2016Modifier

2017Modifier

2018Modifier

2019Modifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Eagle 2013, p. xxiii.
  2. a et b Birnbaum 2013, p. 66.
  3. (en) Robert C. Toll, Blacking Up : The Minstrel Show in Nineteenth-century America, New York, Oxford University Press, .
  4. Komara 2006, p. 112.
  5. a b c d e et f Mazzoleni 2006.
  6. a et b Eagle 2013, p. xxiv.
  7. Komara 2006, p. 400.
  8. a et b (en) The Editors of Encyclopaedia Britannica, « Minstrel show », sur Encyclopaedia Britannica, .
  9. (en) Preston Lauterbach, Beale Street Dynasty : Sex, Song, and the Struggle for the Soul of Memphis, W. W. Norton & Company, , 377 p. (ISBN 978-0-393-35213-9, lire en ligne).
  10. (en) « From the Heart of Dixie, composer W.C. Handy », sur African American Registry (consulté le 26 décembre 2018).
  11. Olivier Douville, « Crazy Blues », sur African American Registry (consulté le 26 novembre 2018).
  12. Komara 2006, p. 812.
  13. Sullivan 2017, p. 7.
  14. Birnbaum 2013, p. 71.
  15. Komara 2006, p. 802.
  16. a et b Herzhaft 1992, p. 315.
  17. a b et c Komara 2006, p. 235.
  18. (en) Nigel Williamson (préf. Robert Plant), Rough Guide to the Blues, Londres, Rough Guides, , 393 p. (ISBN 978-1-84353-519-5, notice BnF no FRBNF41041797).
  19. (en) Michael L. Jones, Louisville Jug Music : From Earl McDonald to the National Jubilee, Charleston, The History Press, , 128 p. (ISBN 978-1-62619-496-0, lire en ligne).
  20. a et b Koechlin 2014.
  21. Sullivan 2017, p. 10.
  22. Komara 2006, p. 748.
  23. a et b (en) David Evans (dir.), Ramblin' on My Mind : New Perspectives on the Blues, University of Illinois Press, , 440 p. (ISBN 978-0-25207-448-6, lire en ligne), p. 53.
  24. a b c et d Oakley 1985.
  25. Sullivan 2017, p. 20.
  26. Eagle 2013, p. 114.
  27. a et b Eagle 2013, p. 221.
  28. Malone 2008, p. 243.
  29. Nick Tosches (trad. Héloïse Esquié), Blackface : au confluent des voix mortes [« Where Dead Voices Gather »], Allia, , 320 p. (ISBN 978-2-84485-110-9, lire en ligne), p. 37-38.
  30. Komara 2006, p. 925-926.
  31. Birnbaum 2013, p. 73.
  32. Komara 2006, p. 1055.
  33. (en) John Robert Brown, A Concise History of Jazz, Mel Bay Publications, , 228 p. (ISBN 0-7866-4983-6, lire en ligne), p. 24-25
  34. Komara 2006, p. 459.
  35. Komara 2006, p. 402.
  36. (en) Frank Hoffman, Encyclopedia of Recorded Sound, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-203-48427-2), p. 765.
  37. Komara 2006, p. 1096.
  38. Oakley 1985, p. 108.
  39. Herzhaft 1992, p. 813.
  40. a et b Oakley 1985, p. 109.
  41. Komara 2006, p. 113.
  42. (en) Jitu K. Weusi, « The Rise and Fall of Black Swan Records », A History of Jazz Before 1930, sur The Red Hot Jazz Archive, (consulté le 2 février 2010).
  43. (en) Allan Sutton et Kurt Nauck, American Record Labels and Companies - An Encyclopedia (1891-1943), Denver, Mainspring Press, , 1re éd. (ISBN 0-9671819-0-9), p. 417.
  44. Komara 2006, p. 281.
  45. Komara 2006, p. 480.
  46. (en) Karen Coker, « George W. Thomas, Jr.: Piano Blues and Boogie Woogie Legend », sur PB Junction, (consulté le 19 décembre 2018).
  47. a b c d e et f (en) « Discography of American Historical Recordings ».
  48. a et b (en) « The Red Hot Jazz Archive »
  49. Eagle 2013, p. 44.
  50. Komara 2006, p. 134.
  51. a et b Oakley 1985, p. 146.
  52. Komara 2006, p. 1059.
  53. Birnbaum 2013, p. 76.
  54. Herzhaft 1992, p. 469.
  55. Komara 2006, p. 407.
  56. (en) « Biographie de B. B. King », sur allmusic.com (consulté le 27 avril 2015).
  57. Komara 2006, p. 520.
  58. Birnbaum 2013, p. 80.
  59. Herzhaft 1992, p. 438.
  60. Birnbaum 2013, p. 79.
  61. Birnbaum 2013, p. 83.
  62. a et b Komara 2006, p. 527.
  63. Sullivan 2017, p. 72.
  64. (en) « Rubin Lacey », sur The-Blues-Trail (consulté le 18 novembre 2011).
  65. Sullivan 2013, p. 741.
  66. Evans 1982, p. 269.
  67. (en) Sean Styles, « Trail of the Hellhound : Tommy Johnson », sur http://www.nps.gov, National Park Service, (consulté le 14 mars 2013).
  68. Birnbaum 2013, p. 131.
  69. Gioia 2009, p. 120.
  70. Birnbaum 2013, p. 105.
  71. Sullivan 2013, p. 518.
  72. Sullivan 2013, p. 98.
  73. (en) Bobb Edwards, « Clarence “Pine Top” Smith », Find a Grave.
  74. a et b (en) Robert Sacre, Charley Patton : Voice of the Mississippi Delta, Jackson, University Press of Mississippi, , 256 p. (ISBN 978-1-49681-856-0, lire en ligne), p. 76, 85.
  75. a b et c Herzhaft 1992, p. 468.
  76. Herzhaft 1992, p. 33.
  77. Herzhaft 1992, p. 444.
  78. Sullivan 2017, p. 89.
  79. Komara 2006, p. 304.
  80. (en) « Blind Lemon Jefferson Biography », sur The Biography.com, A&E Television Networks, (consulté le 27 décembre 2018).
  81. Sullivan 2013, p. 280.
  82. Herzhaft 1992, p. 462.
  83. Sullivan 2013, p. 223.
  84. a et b Sullivan 2017, p. 99.
  85. Sullivan 2017, p. 104.
  86. Sullivan 2013, p. 524.
  87. (en) Ellen Harold et Don Flemming, « Lead Belly/Lomax Chronology », sur Cultural Equity (consulté le 27 décembre 2018).
  88. Sullivan 2017, p. 116.
  89. Eagle 2013, p. 325.
  90. Herzhaft 1992, p. 55.
  91. Sullivan 2017, p. 124.
  92. Birnbaum 2013, p. 108.
  93. Herzhaft 1992, p. 476.
  94. a b et c (en) Stephen LaVere, Robert Johnson, The Complete Recordings (livret du coffret CD), collection Roots N'Blues - Columbia Records (1990, C3 46222).
  95. Sullivan 2017, p. 129-130.
  96. Sullivan 2017, p. 311.
  97. Sullivan 2017, p. 132.
  98. (en) Chris Albertson, Bessie : Empress of the Blues, Londres, Sphere Books, , 253 p. (ISBN 978-0-81281-406-4), p. 196.
  99. Eagle 2013, p. 504.
  100. a b et c Herzhaft 1992, p. 445.
  101. Herzhaft 1992, p. 455.
  102. Sullivan 2017, p. 160.
  103. a et b Herzhaft 1992, p. 442.
  104. Sullivan 2013, p. 653.
  105. Sullivan 2017, p. 168.
  106. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Phil Wight et Fred Rothwell, « The Complete Muddy Waters Discography », Blues & Rhythm, no 200,‎ , p. 36-53 (lire en ligne [PDF]).
  107. Sullivan 2017, p. 170.
  108. Ford 2007, p. 407.
  109. Tosches 2000, p. 90.
  110. Eagle 2013, p. xxv.
  111. Herzhaft 1992, p. 441.
  112. Youtube : T-Bone Walker - T-Bone Boogie
  113. (en) Johnny Harper, « T-Bone Walker: Blues Guitar Godfather », sur There Productions, .
  114. Sullivan 2017, p. 199.
  115. (en) Jim Dawson et Steve Propes, What Was The First Rock'n'roll Record ?, Faber and Faber, , 201 p. (ISBN 978-0-57112-939-3).
  116. (en) Bob Leszczak, Encyclopedia of Pop Music Aliases, 1950-2000, Rowman & Littlefield, , 201 p. (ISBN 978-0-57112-939-3, lire en ligne), p. 84.
  117. Herzhaft 1992, p. 458.
  118. (en) Alberta Hunter, « Mamie Smith Last of Blues Quintet », The Afro-American,‎ (lire en ligne).
  119. Evans 1982, p. 377.
  120. Sullivan 2013, p. 68.
  121. (en) « Ahmet Ertegun's Atlantic Records », sur The History of Rock and Roll (consulté le 8 janvier 2019).
  122. Sullivan 2017, p. 213.
  123. Sullivan 2017, p. 209.
  124. Oakley 1985, p. 265.
  125. Komara 2006, p. 137.
  126. Birnbaum 2013, p. 158.
  127. (en) Robert Palmer, Rock & Roll : An Unruly History, Harmony Books, , 325 p. (ISBN 978-0-51770-050-1).
  128. (en) John Nova Lomax, « Wham, Bam, Thank You MAMH », Houston Press,‎ (lire en ligne).
  129. (en) Roger Wood, Down in Houston : Bayou City Blues, University of Texas Press, , 358 p. (ISBN 978-0-29274-419-6).
  130. Herzhaft 1992, p. 473.
  131. Eagle 2013, p. 301.
  132. (en) Rick Coleman, Blue Monday : Fats Domino and the Lost Dawn of Rock 'n' Roll, Cambridge, Massachusetts, Da Capo Press, , 416 p. (ISBN 978-0-30681-491-4).
  133. (en) Christian O'Connell, Blues, How Do You Do? : Paul Oliver and the Transatlantic Story of the Blues, Ann Arbor, University of Michigan Press, , 264 p. (ISBN 978-0-47207-267-5, lire en ligne), p. 29.
  134. Herzhaft 1992, p. 60-61.
  135. (en) Robert Palmer, Deep Blues, Penguin Books, (ISBN 0-14-006223-8), p. 104
  136. Evans 1982, p. 137.
  137. a et b Sullivan 2013, p. 295.
  138. (en) Stephen Wirz, « Illustrated Arthur Crudup Discography », sur Wirz' American Music (consulté le 16 janvier 2019).
  139. Tosches 2000, p. 159-161.
  140. Sullivan 2013, p. 841.
  141. Herzhaft 1992, p. 446.
  142. Komara 2006, p. 472.
  143. Sullivan 2013, p. 430.
  144. Sullivan 2017, p. 242.
  145. CD Little Richard, Tutti Frutti, Selected singles 1951-1956, All Star Series, Saga, 2007.
  146. Eagle 2013, p. 270.
  147. Birnbaum 2013, p. 234.
  148. Herzhaft 1992, p. 474-475.
  149. Sullivan 2013, p. 845.
  150. Eagle 2013, p. 293.
  151. Herzhaft 1992, p. 460.
  152. Sullivan 2013, p. 201.
  153. Eagle 2013, p. 228.
  154. Herzhaft 1992, p. 454.
  155. Sullivan 2017, p. 280.
  156. Sullivan 2013, p. 83.
  157. Sullivan 2013, p. 388.
  158. Sullivan 2013, p. 849.
  159. Sullivan 2017, p. 283.
  160. Sullivan 2013, p. 470.
  161. Sullivan 2017, p. 279.
  162. a et b Komara 2006, p. 579.
  163. Komara 2006, p. 219.
  164. Sullivan 2013, p. 452.
  165. Michka Assayas (dir.), Dictionnaire du rock, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2000-2001 (ISBN 978-2-221-09565-2), p. 221-222.
  166. Komara 2006, p. 392-393.
  167. Sullivan 2013, p. 304.
  168. Herzhaft 1992, p. 437.
  169. Komara 2006, p. 388-389.
  170. Komara 2006, p. 674.
  171. Sullivan 2013, p. 547.
  172. (en) Samuel B. Charters, « Pochettes du disque » [PDF], sur Smithsonian Folkways Recordings (consulté le 8 janvier 2018).
  173. Ford 2007, p. 1162.
  174. Ford 2007, p. 72.
  175. Sullivan 2013, p. 622.
  176. Sullivan 2017, p. 338.
  177. Sullivan 2017, p. 693.
  178. (en) « The Chess Era (1955-1966) », sur Chuck Berry Collector's Guide (consulté le 19 mars 2017).
  179. Sullivan 2017, p. 337.
  180. (en) « At Last, Record Details », sur 45Cat.com (consulté le 15 août 2018).
  181. Ford 2007, p. 52.
  182. (en) « King of the Delta Blues Singers - Robert Johnson : Songs, Reviews, Credits », sur AllMusic (consulté le 6 janvier 2019).
  183. Sullivan 2017, p. 340.
  184. (en) George Bedard, « My Kind of Blues : Review », Allmusic (consulté le 21 août 2018).
  185. a et b Eagle 2013, p. 52.
  186. a et b George-Warren et Romanowski 2001, p. 239
  187. Sullivan 2017, p. 349.
  188. (en) « American Folk Blues Festival : Live in Paris 1962 », sur Fremeaux.com (consulté le 6 janvier 2018).
  189. a et b Greil Marcus (trad. Héloïse Esquié et Justine Malle), Mystery Train : Images de l'Amérique à travers le Rock'n'roll [« Mystery Train: Images of America in Rock'n'roll Music »], Paris, Allia, , 432 p. (ISBN 2-84485-077-4, lire en ligne), p. 254.
  190. Sullivan 2013, p. 479.
  191. François Bon, Rolling Stones : une biographie, Fayard, , 682 p. (ISBN 978-2-21361-308-6, lire en ligne), p. 186.
  192. Eagle 2013, p. 79.
  193. (en) « John Edwards Memorial Foundation Records, circa 1930s-1980s (bulk 1960-1988) », sur UNC Chapel Hill Libraries (consulté le 8 janvier 2019).
  194. Sullivan 2017, p. 355.
  195. (en) « Blues Unlimited Number One (April 1963) » [PDF], sur Stefan Wirz (consulté le 8 janvier 2019).
  196. Komara 2006, p. 57.
  197. Sullivan 2013, p. 97-99.
  198. Komara 2006, p. 500.
  199. Komara 2006, p. 185.
  200. Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin, Les Rolling Stones, La Totale : les 340 chansons expliquées, Chêne E/P/A, , 704 p. (ISBN 978-2-85120-858-3).
  201. Komara 2006, p. 272.
  202. Herzhaft 1992, p. 102.
  203. Ford 2007, p. 789.
  204. Sullivan 2013, p. 386.
  205. Eagle 2013, p. 190.
  206. Herzhaft 1992, p. 409.
  207. Herzhaft 1992, p. 477.
  208. Herzhaft 1992, p. 371.
  209. Sullivan 2017, p. 394.
  210. Herzhaft 1992, p. 432.
  211. (en) Bruce Eder, « John Mayall with Eric Clapton, Blues Breakers : Biography & History », sur AllMusic (consulté le 10 janvier 2019).
  212. Komara 2006, p. 482.
  213. Komara 2006, p. 1050.
  214. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Cream, Fresh Cream : Overview », sur AllMusic (consulté le 10 janvier 2019).
  215. Komara 2006, p. 332.
  216. Komara 2006, p. 594-595.
  217. (en) John McDermott, Ultimate Hendrix, BackBeat Books, (ISBN 978-0-87930-938-1), p. 50.
  218. Sullivan 2013, p. 559.
  219. Komara 2006, p. 123.
  220. Malone 2008, p. 218.
  221. Komara 2006, p. 624.
  222. Komara 2006, p. 525.
  223. Komara 2006, p. 945.
  224. Komara 2006, p. 952.
  225. Sullivan 2017, p. 435.
  226. (en) Michael J. Fairchild, Jimi Hendrix: Blues (notes de CD), Universal City, Californie, MCA Records, , p. 22.
  227. Jean-Claude Legros, « Taj Mahal – « The Natch’l Blues » », sur Blues Attic, (consulté le 11 janvier 2019).
  228. « Un bref historique de Soul Bag », sur http://www.soulbag.presse.fr.
  229. Tosches 2000, p. 73.
  230. Sullivan 2013, p. 119.
  231. (en) « Ann Arbor Blues Festival 1970 Setlists », sur Setlist.fm (consulté le 11 janvier 2019).
  232. Komara 2006, p. 503-504.
  233. Komara 2006, p. 581.
  234. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Super Black Blues », sur All Music (consulté le 11 janvier 2019).
  235. (en) Bruce Eder, « Willie Dixon, I Am the Blues », sur All Music.
  236. Komara 2006, p. 410.
  237. Komara 2006, p. 458.
  238. Komara 2006, p. 915-916.
  239. Komara 2006, p. 532-533.
  240. Eagle 2013, p. xxvii.
  241. Eagle 2013, p. 353.
  242. Charles R. Cross, Jimi Hendrix : L'expérience des limites, Camion Blanc, , 512 p. (ISBN 978-2-91019-645-5).
  243. Jimbo, « La mort solitaire de Janis Joplin », sur e-torpedo, (consulté le 11 janvier 2019).
  244. « Documenting the Blues », sur Mississippi Blues Trail (consulté le 8 janvier 2019).
  245. Komara 2006, p. 443.
  246. Komara 2006, p. 841.
  247. Komara 2006, p. 959.
  248. a et b Komara 2006, p. 805.
  249. Malone 2008, p. 166.
  250. Komara 2006, p. 746.
  251. Komara 2006, p. 256-257.
  252. Komara 2006, p. 686.
  253. Komara 2006, p. 102.
  254. Komara 2006, p. 978.
  255. (en) Songfacts, « La Grange by ZZ Top - Songfacts », sur www.songfacts.com (consulté le 14 décembre 2018).
  256. Herzhaft 1992, p. 115-116.
  257. Komara 2006, p. 136-137.
  258. « Memphis Slim, Canned Heat, The Memphis Horns - Memphis Heat », sur Discogs (consulté le 10 janvier 2017).
  259. Tosches 2000, p. 63.
  260. (en) Jeff Perkins, AC/DC : Uncensored on the Record, Archive Media Publishing, , 183 p. (ISBN 978-1-78158-195-7).
  261. Komara 2006, p. 1044.
  262. Komara 2006, p. 958-959.
  263. a et b Eagle 2013, p. xxviii.
  264. Gioia 2009, p. 306.
  265. Komara 2006, p. 824.
  266. Komara 2006, p. 922.
  267. Komara 2006, p. 572-573.
  268. (en) « The Devil's Music A History of the Blues », sur Librairy Of Congres (consulté le 15 janvier 2019).
  269. (en) Stefan Wirz, « The Devil's Music », sur Wirz' American Music (consulté le 15 janvier 2019).
  270. Komara 2006, p. 1070-1071.
  271. Komara 2006, p. 304-305.
  272. Eagle 2013, p. 121.
  273. Komara 2006, p. 5.
  274. Eagle 2013, p. 213.
  275. Tosches 2000, p. 164.
  276. (en) « Blues All of Fame - About/Inductions », sur Blues Foundation (consulté le 28 octobre 2018).
  277. Tosches 2000, p. 196.
  278. Komara 2006, p. 786.
  279. Komara 2006, p. 130.
  280. Herzhaft 1992, p. 411.
  281. Komara 2006, p. 101-102.
  282. Eagle 2013, p. 101.
  283. (en) « Canned Heat: The Official Band Biography », sur Canned Heat Music (consulté le 12 janvier 2019).
  284. Tosches 2000, p. 101.
  285. Komara 2006, p. 226.
  286. « Qu’est ce que tu vas faire ? – 1981 », sur Bill Deraime (consulté le 12 janvier 2018).
  287. Eagle 2013, p. 294.
  288. Sullivan 2017, p. 558.
  289. « Historique du Festival », sur Cahors Blues Festival (consulté le 13 janvier 2019).
  290. Eagle 2013, p. 216.
  291. George-Warren et Romanowski 2001, p. 1050
  292. Komara 2006, p. 1032.
  293. Komara 2006, p. 949.
  294. a b c d e et f Komara 2006, p. 1032-1033.
  295. (en) « Chicago Blues Festival », sur Sooze Blues and Jazz (consulté le 12 janvier 2019).
  296. Eagle 2013, p. 92.
  297. Komara 2006, p. 663.
  298. (en) « Blues Explosion (Vinyl, LP, Compilation) », sur Discogs (consulté le 12 janvier 2019).
  299. Eagle 2013, p. 271.
  300. Tosches 2000, p. 50.
  301. Eagle 2013, p. 71.
  302. « John Broven - Biography », sur Johnbroven.com (consulté le 31 août 2017).
  303. Komara 2006, p. 1035.
  304. (en) « Crossroads (1986) - Release Info », sur Internet Movie Database (consulté le 12 janvier 2019).
  305. (en) « Robert Johnson », sur Rock & Roll Hall of Fame (consulté le 12 janvier 2019).
  306. (en) Ronald L. Soble, « Paul Butterfield, Blues Innovator in Rock Music, Dies », Los Angeles Times Articles,‎ (lire en ligne).
  307. Eagle 2013, p. 174.
  308. Komara 2006, p. 688.
  309. Eagle 2013, p. 187-188.
  310. Malone 2008, p. 253.
  311. Komara 2006, p. 461.
  312. Komara 2006, p. 395.
  313. Eagle 2013, p. 222.
  314. Komara 2006, p. 567.
  315. Eagle 2013, p. 269.
  316. a b et c Komara 2006, p. 209.
  317. Komara 2006, p. 415.
  318. Eagle 2013, p. 296.
  319. Komara 2006, p. 561.
  320. Eagle 2013, p. 192.
  321. Florent Mazzoleni, Nirvana et le Grunge : 15 Ans de Rock Underground américain, Presses de la Cité, coll. « Gilles Verlant présente », , 159 p. (ISBN 2-258-06963-7), p. 150.
  322. David Baerst, Hexagone Blues : 130 interviews et biographies inédites - Tome 2, Camion Blanc, (ISBN 978-2-35779-685-0 et 978-2-35779-686-7, lire en ligne), « Autres acteurs et passionnés du blues en France ».
  323. Komara 2006, p. 357.
  324. (en) « Simply Fantastic : Congratulations to our 1996 Grammy Winners », Billboard, vol. 108, no 11,‎ , p. 23 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  325. Eagle 2013, p. xxix.
  326. Komara 2006, p. 41.
  327. Komara 2006, p. 1094.
  328. Eagle 2013, p. 196.
  329. (en) Chris Handyside, « The White Stripes: Biography », AllMusic (consulté le 30 juillet 2014).
  330. Eagle 2013, p. 163.
  331. Tosches 2000, p. 84.
  332. Komara 2006, p. 350.
  333. « Disparition de Screamin'Jay Hawkins, chanteur de blues africain-américain », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  334. Sylvain Siclier, « La mort de John Lee Hooker, maître à jouer du blues », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  335. Komara 2006, p. 987.
  336. Eddie Bob Loney, « Il y a cent ans, sur un quai de gare... », Libération,‎ (lire en ligne).
  337. « Sam Phillips : on l'appelait le « père du rock » », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  338. Komara 2006, p. 127.
  339. Eagle 2013, p. 98.
  340. Komara 2006.
  341. Eagle 2013, p. 57.
  342. Eagle 2013, p. 118.
  343. Eagle 2013, p. 381.
  344. (en) « Guitar Legends Cale and Clapton Unite for an Epic, Soulful CD Release “The Road to Escondido” », sur Market Wired, (consulté le 15 janvier 2019).
  345. « Ike Turner a succombé à une overdose de cocaïne », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  346. (en) « Black Strobe : Soundtrack », sur Internet Movie Database (consulté le 15 janvier 2019).
  347. « Black Strobe / I'm A Man », sur Musique de pub.tv (consulté le 20 octobre 2018).
  348. Eagle 2013, p. 227.
  349. Eagle 2013, p. 246.
  350. (en) « Former Thin Lizzy guitarist Gary Moore dies », sur The Telegraph, (consulté le 15 janvier 2019).
  351. Arumbaya, « L'album de Hugh Laurie "Let Them Talk" disponible le 9 mai », sur House-Fr, (consulté le 15 janvier 2019).
  352. Dominique Queillé, « Etta James, diva enragée de la soul », Libération, .
  353. (en) Cos Staff, « R.I.P. Johnny Winter, blues legend, dead at 70 », sur Consequence of Sound, (consulté le 16 janvier 2019).
  354. (en) Daniel Kreps, « Cream Bassist Jack Bruce Dead at 71 », sur Rolling Stone, (consulté le 16 janvier 2019).
  355. « B.B. King, légende du blues, est mort », sur L'Express, (consulté le 15 janvier 2019).
  356. Sylvain Siclier, « Mort d'Allen Toussaint, illustre pianiste de La Nouvelle-Orléans », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  357. (en) « Lonnie Mack, July 18, 1941 - April 21, 2016 », sur Alligator, .
  358. (en) St. Charles County Police Department, « Post Facebook annonçant le décès de Chuck Berry », sur Facebook, (consulté le 19 mars 2017).
  359. « Musique : décès de Gregg Allman, pionnier du rock sudiste », sur Le Courrier de Floride, (consulté le 21 juillet 2017).
  360. (en) « Fats Domino, 89, One of Rock 'n' Roll's First Stars, Is Dead », sur The New York Times, (consulté le 25 octobre 2017).
  361. (en) « Bluesman Eddy Clearwater dies of heart failure at age 83 », sur San Francisco Chronicle, (consulté le 1er juin 2018).
  362. (en) « Matt "Guitar" Murphy Dies: Blues Brothers Guitarist And Noted Sideman Was 88 », sur Deadline.com, (consulté le 15 juin 2018).
  363. (en) Bill Friskics-Warren, « Otis Rush, Influential Blues Singer and Guitarist, Is Dead at 83 », sur The New York Times, (consulté le 29 septembre 2018).
  364. (en) Juli Thanki, « 'Polk Salad Annie' songwriter Tony Joe White dead at 75 », sur The Tennessean, (consulté le 25 octobre 2018).
  365. Alain Gouvrion, « « Confessin’ The Blues » : ceux qui ont inspiré les Stones », Rolling Stone,‎ (lire en ligne).
  366. (en) Jackson Maxwell, « Jody Williams, Famed Chicago Blues Guitarist, Dead at 83 », sur Guitar World, (consulté le 16 janvier 2019).

BibliographieModifier