Dust My Broom

I Believe I'll Dust My Broom
Description de cette image, également commentée ci-après
Etiquette du 78 tours édité par Conqueror
Single de Robert Johnson
Face A I Believe I'll Dust My Broom
Face B Dead Shrimp Blues
Sortie [1],[2]
Enregistré [3]
San Antonio
Durée 2:56
Genre Blues
Format 78 tours
Auteur Robert Johnson
Producteur Don Law
Label Vocalion (Vo 03475)

Singles de Robert Johnson

Dust My Broom est une chanson de blues enregistrée à l'origine sous le titre I Believe I'll Dust My Broom par l'artiste de blues américain Robert Johnson en 1936. Il s'agit d'une performance solo dans le style Delta blues avec une voix accompagnée de sa guitare acoustique. C'est l'une des chansons de blues parmi les plus fréquemment interprétées par de nombreux artistes, surtout depuis sa reprise par Elmore James avec une guitare slide amplifiée en 1951.

De fait sa sonorité, son tempo, son phrasé, sa couleur semblent familiers tant ils évoquent immédiatement le standard de la musicalité blues. La chanson est également sélectionnée pour Blues Hall of Fame, le Grammy Hall of Fame et le Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès.

Origines de la chansonModifier

I Believe I'll Dust My Broom (en français littéral « Je pense que je vais épousseter mon balai ») est une expression populaire pour signifier « partir », « tout nettoyer et repartir à zéro »[4]. Comme beaucoup de chansons de Robert Johnson, elle est basée sur des chansons de blues antérieures, dont la première a été identifiée comme étant I Believe I'll Make a Change, enregistrée par les frères Pinetop et Milton Sparks en 1932, sous le nom de Pinetop and Lindberg. Ils utilisent une mélodie et des paroles similaires, tout comme Believe I'll Go Back Home de Jack Kelly (and his South Memphis Jug Band) en 1933[5]. Certains vers se trouvent également dans Mr. Carl's Blues de Carl Rafferty, 1933[6].

Kokomo Arnold, dont Old Original Kokomo Blues a servi de base au Sweet Home Chicago de Johnson, a enregistré deux chansons aux paroles similaires[7], Sagefield Woman Blues en 1934 et Sissy Man Blues en 1935. La mélodie utilisée par Johnson se retrouve également dans les enregistrements de 1934 de I'll Make a Change par Leroy Carr et Scrapper Blackwell[7] et de Josh White (sous le nom de Pinewood Tom)[5].

Entre 1935 et 1939, Casey Bill Weldon, les Harlem Hamfats et Washboard Sam (and his Washboard Band) enregistrent également I Believe I'll Make a Change, et George Noble reprend Sissy Man Blues d'Arnold. Lil « Caldonia » Palmore chante I Believe I'll Go Back Home en 1946.

Version de Robert JohnsonModifier

Composition et enregistrementModifier

Edward Komara laisse entendre que Johnson aurait peut-être commencé à développer sa version dès 1933[8]. Celle-ci combine des paroles (parfois qualifiées de « vers flottants »[7]) des chansons précédentes, en y ajoutant deux nouveaux couplets. Le dernier vers montre l'utilisation inhabituelle pour Johnson de références géographiques. Celles-ci sont tirées d'événements d'actualité, dont la seconde guerre italo-éthiopienne, l'invasion japonaise de la Mandchourie et la création du Commonwealth des Philippines[9]. Le travail de guitare de Johnson comporte une utilisation précoce d'un rythme boogie, considéré comme une innovation majeure, ainsi qu'une figure de triolets répétitive.

I Believe I'll Dust My Broom est interprétée par Robert Johnson lors de sa première séance d'enregistrement le dans un studio de fortune installé dans la chambre 414 du Gunter Hotel à San Antonio, Texas, et est produit par Art Satherley et Don Law[10]. C'est la deuxième chanson que Johnson enregistre après Kind Hearted Woman Blues. Une seule prise de la chanson nous est parvenue, bien que, comme pour la plupart des enregistrements de Johnson, il semble qu'une deuxième prise ait été enregistrée et qu'un numéro de référence lui ait été attribué[11].

ParutionModifier

I Believe I'll Dust My Broom est éditée en 78 tours par le label Vocalion en mars 1937 avec Dead Shrimp Blues en face B (numéro de catalogue 03475). Le single est également publié par ARC (no 7-02-81), par Perfect et Romeo en avril, puis par Conqueror (no 8871) en mai de la même année[12]. Ce single est le troisième disque de Johnson sur les onze publiés de son vivant.

Même s'il est sorti avant l’existence de classements pour le blues dans les publications spécialisées de l'industrie du disque, le single n'est pas identifié comme étant un gros vendeur à l'époque, comme c'est le cas pour la plupart des enregistrements de Johnson.

Bien qu'étant l'une des principales chansons de Johnson, devenue un standard du blues, I Believe I'll Dust My Broom n'est pas incluse dans la première réédition de ses enregistrements, l'album King of the Delta Blues Singers publié par Columbia en 1961[13]. L'oubli est rectifié en 1970 sur la deuxième compilation de Johnson chez Columbia, King of the Delta Blues Singers, Vol. II[14]. Elle figure également sur le coffret The Complete Recordings en 1990[15] et dans plusieurs autres compilations.

Dust My Broom

Single de Elmore James
Face A Dust My Broom
Face B Catfish Blues par Bobo Thomas
Sortie [16]
Enregistré
Jackson (Mississippi)
Durée 2:44
Genre Blues
Format 78 tours
Auteur Robert Johnson (Elmore James crédité)
Label Trumpet (No. 146)

Version d'Elmore JamesModifier

Dust My Broom est l'une des premières chansons régulièrement interprétées par Elmore James alors qu'il vivait encore dans le Mississippi Delta à la fin des années 1930[17]. En 1951, Elmore James interprète la chanson, en compagnie de Sonny Boy Williamson II, lors d'une audition pour Trumpet Records, qui lui vaut d'être engagé[18]. Le , il enregistre Dust My Broom au studio Radio Service d'Ivan Scott à Jackson, dans le Mississippi[18]. James (chant et guitare slide), est accompagné de Williamson à l'harmonica, Leonard Ware à la basse et de Frock O'Dell à la batterie. La version de James emprunte les quatre premiers couplets à Robert Johnson et se termine par un extrait similaire à celui présent dans l'enregistrement d'Arthur « Big Boy » Crudup en 1949. La version de James suit également la mélodie, la tonalité et le tempo de Johnson, mais utilise davantage les changements d’accord typiques d’un blues à 12 mesures. L'ajout le plus notable à la chanson est l'utilisation d'une guitare slide saturée, qui joue la figure répétitive de triolet et ajoute un solo de douze mesures après le cinquième couplet.

Après cette session, Elmore James n'enregistre plus aucun travail personnel pour Trumpet, bien qu'il apparaisse encore en tant que sideman[5]. La propriétaire Lillian McMurry, qui ignore l’existence d'enregistrements antérieurs de la chanson, inscrit le copyright de Dust My Broom au nom de James, et publie ensuite le single, avec une interprétation de Catfish Blues par Bobo Thomas en face B. Les deux chansons sont attribuées à « Elmo James », bien que celui-ci ne joue pas avec Thomas. Les hit-parades régionaux montrent que Dust My Broom gagne progressivement en popularité dans différentes parties des États-Unis[18]. Il entre finalement dans le palmarès national des meilleurs ventes Rhythm & Blues du magazine Billboard le , et culmine en 9e position[19]. Le single est réédité en 1955 par Ace Records[5] et en 1965 par Jewel Records[20].

Elmore James enregistre Dust My Broom à nouveau lors de sa première session à Chicago en 1959, et sa dernière session à New York, fin 1962 ou début 1963, pour la firme Fire Records[21]. Ces interprétations ultérieures, qui figurent sur de nombreuses compilations consacrées à James, n'incluent pas l'harmonica, mais ont un accompagnement au piano[21].

Le succès du single de Trumpet Records, même modeste, conduit d’autres maisons de disques à courtiser James dans l'espoir de produire ses disques suivants[18]. Joe Bihari, propriétaire de Modern Records, basé à Los Angeles, est l’un des premiers. Une session à Chicago engendre I Believe, un imitation de Dust My Broom, qui se classe numéro 9 des charts R&B, et devient le premier disque paru sur Meteor Records, la nouvelle filiale de Modern, en 1953. En 1955, Flair Records, un autre label de Bihari, publie un remaniement de la chanson intitulée Dust My Blues[20]. Enregistré à la Nouvelle-Orléans aux studios J & M de Cosimo Matassa, James est soutenu par des musiciens vétérans de la Nouvelle-Orléans, dont le bassiste Frank Fields, le batteur Earl Palmer et le pianiste Edward Frank.

Dust My Broom d'Elmore James est intronisé au Blues Hall of Fame de la Blues Foundation en 1983 ; Jim O'Neal déclare qu'il a reçu plus de voix que tout autre disque pour la première année de vote dans la catégorie « Enregistrement classique du Blues — Single »[22]. La chanson est également intronisée au Grammy Hall of Fame en 1998[23]. En 2003, l'enregistrement original de 1951 pour Trumpet est sélectionné pour être conservé dans le Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès, qui indique : « James est connu pour avoir bricolé ses micros de guitare et les fans se disputent encore pour savoir comment il a réussi à obtenir sa signature sonore. Quelle que soit la combinaison choisie, Elmore James a créé le riff de guitare le plus reconnaissable de l’histoire du blues »[24].

StyleModifier

Robert Johnson enregistre la chanson sous la forme d'un « boogie shuffle enlevé »[13]. Comme pour plusieurs autres chansons de Johnson, typiques du Delta blues de l'époque, il n'adhère pas à une structure stricte de blues à 12 mesures, mais varie plutôt le timing en fonction de ses caprices[25]. La chanson est interprétée dans la tonalité de mi à un tempo modéré de 100 à 105 battements par minute. Contrairement à certaines des chansons précédentes qui ont influencé Johnson, I Believe I'll Dust My Broom ne comporte pas de bottleneck ni de guitare slide[26]. Au lieu de cela, Johnson utilise une guitare fingerstyle, en style picking, dans laquelle des lignes mélodiques sont jouées contre une figure de basse boogie entraînante[25], créant un effet similaire à la combinaison alors populaire du piano et de la guitare.

Pour faciliter son style de prise de doigt, Johnson utilise l'« open tuning » (accord ouvert). La chanson contient également l'usage d'une figure de guitare répétitive consistant en de rapides triolets de notes aiguës[25]. Ce riff est emblématique de la chanson[27], bien que Johnson l'utilise également dans plusieurs autres de ses chansons, y compris une version slide de Ramblin' on My Mind[28].

Depuis sa reprise par Elmore James, ce titre est généralement jouée dans un style « slide », qui se pratique avec un bottleneck (littéralement « goulot de bouteille », mais on peut aussi employer un couteau) que l'on fait glisser sur les cordes. La guitare est souvent accordée spécialement, selon la méthode dite en « open tuning » où les cordes jouées à vide donnent un accord (les plus courants étant mi, sol et ré). Utilisée à l'extrême, cette technique donne une couleur sonore qualifiée d'hawaïenne. Aujourd'hui les guitaristes utilisent un tube d'acier ou de verre passé à l'annulaire ou à l'auriculaire, ou plus rarement sur le majeur, comme Bonnie Raitt.

L'« open tuning » est aussi utilisé par les guitaristes pratiquant le style picking et plusieurs reprises de ce morceau, spécialement par des guitaristes électriques, privilégient cette approche (entre autres celles de Fleetwood Mac, Ben Harper et ZZ Top) qui permet de « slider » (donner un effet de glissement comparable à celui d'une slide guitar) le morceau par un glissando tout en autorisant un jeu plus classique. L'intérêt de l’open tuning en ce cas est l'usage habituel par le blues d'une progression pentatonique, respectée dans ce morceau, qui autorise à « glisser » d'un accord à l'autre en donnant l'impression du « slide ».

ReprisesModifier

EnregistrementsModifier

Arthur « Big Boy » Crudup reprend la chanson de Robert Johnson en 1949 sous le titre raccourci Dust My Broom. C'est en 1951 qu'Elmore James et Robert Lockwood Jr. la reprennent presque simultanément. Les moyens techniques et l'accès à la musique ne sont plus comparables à ceux disponibles vingt ans auparavant, ce qui explique aussi que la paternité de la chanson soit souvent attribuée à James. Depuis, Dust My Broom est redécouverte régulièrement par les musiciens de blues ou de rock 'n' roll qui, souvent, reprennent la technique de slide originale dans leur interprétation. On peut citer en particulier[29] :

En France :

On peut encore citer Howlin' Wolf, Eddie Taylor et Sunnyland Slim qu'on retrouve sur les excellentes compilations American Folk Blues Festival, respectivement pour les années 1964, 1980 et 1981. Également Johnny Littlejohn et, plus récemment, Jack Johnson.

La chanson est également présente sur l'excellent album Hellhound on My Trail gravé en 2001, en hommage à Robert Johnson, par divers artistes. C'est Joe Louis Walker qui l'interprète. En 1975, Frank Zappa y fait référence dans sa chanson Debra Kadara, sur l'album Bongo Fury.

En 2005, le groupe Boozoo Bajou nomme son second album Dust my broom, bien que la chanson n'y figure pas.

Autres performancesModifier

Nombreux sont les artistes qui reprennent la chanson en concert. Certains l'incluent régulièrement dans leurs tournées, comme Howlin' Wolf, Fleetwood Mac, Johnny Winter, Taj Mahal, Canned Heat, ZZ Top, Dave Mason, Buddy Guy, R. L. Burnside, Dr. Feelgood, Willy DeVille, Stevie Ray Vaughan, Todd Rundgren, Walter Trout ou G. Love and Special Sauce[32].

Parmi ceux ayant interprété Dust My Broom sur scène, on compte aussi :

CinémaModifier

Dust My Broom est utilisé au cinéma et à la télévision, dans plusieurs films ou séries, le plus célèbre étant Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street) de Martin Scorsese en 2013, dans lequel figurent des extraits de Dust My Broom et Dust My Blues interprétés par Elmore James[39].

Notes et référencesModifier

  1. Komara 2007, p. 63.
  2. (en) « 78 RPM - Robert Johnson - I Believe I'll Dust My Broom / Dead Shrimp Blues - Vocalion - USA - 03475 », sur 45worlds.com (consulté le 1er septembre 2018)
  3. LaVere 1990.
  4. (en) Definition of Dust My Broom - About.com
  5. a b c et d Wardlow 1998, p. 168.
  6. La chanson enregistrée par Carl Rafferty en décembre 1933, Mr Carl’s Blues, disait « I do believe, I do believe I’ll dust my broom. And after I dust my broom, anyone may have my room », en français : « Je pense, je pense que je vais épousseter mon balai. Et quand j'aurai épousseté mon balai, n'importe qui pourra louer ma chambre » (voir (en) Dust My Broom - The Story Behind the Song - Richard Havers, 12 octobre 2007)
    Le Dust My Broom de Robert Johnson (1936) dit « I believe I'll dust my broom (2x), Girlfriend, the black man you been lovin', girlfriend, can get my room », soit « Je pense que je vais épousseter mon balai (2x), mon amie, l'homme noir que tu aimes, mon amie, pourra avoir ma chambre ».
  7. a b et c Wald 2004, p. 135.
  8. Komara 2007, p. 47.
  9. (en) Thomas O. Beebee, Nation and Region in Modern American and European Fiction, West Lafayette, Indiana, Purdue University Press, (ISBN 978-1-55753-498-9), p. 13-14
  10. Wald 2004, p. 120.
  11. LaVere 1990, p. 46.
  12. (en) « 78 RPM - Robert Johnson - I Believe I'll Dust My Broom / Dead Shrimp Blues - Conqueror - USA - 8871 », sur 45worlds.com (consulté le 1er septembre 2018)
  13. a et b Wald 2004, p. 138.
  14. (en) Adam Greenberg, « Robert Johnson: King of the Delta Blues Singers, Vol. 2 – Album Review », sur AllMusic (consulté le 15 mars 2014)
  15. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Robert Johnson: The Complete Recordings – Album review », sur AllMusic (consulté le 15 mars 2014)
  16. (en) « 78 RPM - Elmo James - Dust My Broom / Catfish Blues - Trumpet - USA - No. 146 », sur 45worlds.com (consulté le 3 novembre 2019)
  17. Wardlow 1998, p. 160-162.
  18. a b c et d Topping 1993, p. 11.
  19. (en) Joel Whitburn, Top R&B Singles 1942–1988, Record Research, Inc, (ISBN 0-89820-068-7), p. 216
  20. a et b Topping 1993, p. 33.
  21. a et b (en) Diana Haig, Elmore James: King of the Slide Guitar (livret du coffret), Nashville, Tennessee, Capricorn Records,
  22. (en) « Dust My Broom - Elmore (Elmo) James (Trumpet , 1951) », sur The Blues Foundation (consulté le 3 novembre 2019)
  23. (en) « Grammy Hall of Fame », sur Grammy Awards (consulté le 3 novembre 2019)
  24. (en) « Complete National Recording Registry Listing », sur Library of Congress (consulté le 3 novembre 2019)
  25. a b et c Wald 2004, p. 136.
  26. (en) Samuel Barclay Charters, Robert Johnson, Univeristé du Michigan, Oak Publications, , 87 p. (ISBN 978-0-8256-0059-3), p. 29
  27. (en) Cub Koda, « Robert Johnson: Dust My Broom », sur AllMusic (consulté le 29 octobre 2013)
  28. Wald 2004, p. 139.
  29. (en) « Cover versions of I Believe I'll Dust My Broom », sur SecondHandSongs
  30. (en) « Earl Brown - Dust My Broom / Riffa Shuffle - Swing Time - USA - 307 », sur 45worlds.com/78 RPM (consulté le 9 novembre 2019)
  31. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Henk Maaskant, « Dust My Broom : chronological and detailed lists », sur Henk's Blues Pages (consulté le 12 novembre 2019)
  32. a b c d e f g h i et j (en) « Search for setlists: song:(dust my broom) », sur setlist.fm (consulté le 11 novembre 2019)
  33. (en) « Cowboy Junkies Live at Club Flamingo on 1987-05-16 », sur Internet Archive, (consulté le 11 novembre 2019)
  34. (en) « Live At Grossman's - 1994 », sur The Official Jeff Healey Site (consulté le 11 novembre 2019)
  35. (en) « The Chuck Berry Database — Details For Song: Dust My Broom », sur The Chuck Berry Collector's Guide (consulté le 11 novembre 2019)
  36. (en) « 23 February 1986 - Eric Clapton, Others », sur Where's Eric! (consulté le 12 novembre 2002)
  37. (en) « Dust My Broom », sur The Official Bob Dylan Site (consulté le 11 novembre 2019)
  38. (en) Mike Vernal, « G. Love and Special Sauce Live at Gorge Amphitheater on 2009-09-06 », sur Internet Archive, (consulté le 12 novembre 2019)
  39. (en) « Le loup de Wall Street (2013) - Soundtracks », sur Internet Movie Database (consulté le 5 novembre 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Edward Komara, The Road to Robert Johnson : The Genesis and Evolution of Blues in the Delta from the Late 1800s Through 1938, Hal Leonard, , 91 p. (ISBN 978-0-634-00907-5)
  • (en) Stephen LaVere, Robert Johnson, The Complete Recordings (livret du coffret CD), Columbia Records (C3 46222), coll. « Roots N'Blues »,
  • (en) Ray Topping, Elmore James: The Classic Early Recordings 1951–1956 (livret du coffret), Beverly Hills, Californie, Virgin Records/Flair,
  • (en) Elijah Wald, Escaping the Delta : Robert Johnson and the invention of the blues, New York, Amistad, , 342 p. (ISBN 978-0-06-052427-2)
  • (en) Gayle Dean Wardlow, Chasin' that Devil Music : Searching for the Blues, San Francisco, Miller Freeman Books, , 271 p. (ISBN 0-87930-552-5, lire en ligne)

Liens externesModifier