Sonny Terry

musicien américain

Saunders Terrell, plus connu sous le nom de Sonny Terry, est un chanteur et harmoniciste américain de blues, né le à Greensboro (Géorgie), et décédé le à Mineloa (New York).

Sonny Terry
Sonny Terry at the Nambassa 3 day Music & Alternatives festival, New Zealand 1981. Photographer Michael Bennetts.jpg
Sonny Terry en 1981 en Nouvelle-Zélande.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MineolaVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Sonny TerryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine
Tessiture
Instruments
Labels
Genre artistique

BiographieModifier

Son père, un fermier lui apprend très tôt à jouer de l'harmonica. Mais blessé aux yeux, il perd la vue à l'âge de 16 ans, ce qui peut-être lui évitera de continuer sa vie comme fermier. Il doit continuer de gagner sa vie avec sa musique.

Il commence à jouer à Shelby (Caroline du Nord). À la mort de son père, il rencontre Blind Boy Fuller et se met à jouer avec lui (il enregistrera avec lui en 1937).

En 1938 et 1939, Sonny Terry joue au Carnegie Hall à New York pour les fameux concerts From Spirituals to Swing organisés par John Hammond, aux côtés de Count Basie, Benny Goodman, Big Joe Turner ou Big Bill Broonzy[1]. Le choix d'Hammond s'est d'abord porté sur Blind Boy Fuller, mais celui-ci étant en prison, le producteur a la chance de rencontrer Sonny Terry et l'invite[2]. Plus tard, Terry enregistre également pour la Bibliothèque du Congrès.

À la mort de Fuller (en 1941), il entame une longue collaboration avec le guitariste Brownie McGhee. Leur duo sera apprécié par le public blanc et ils rejoindront le mouvement folk des années 1950-60. Il collaboreront avec Woodie Guthrie et Moses Asch pour les disques Folkways Records.

Sonny Terry entre au Blues Hall of Fame, un an après sa mort, en 1987.

Sonny Terry a su chanter le blues et le jouer à l'harmonica en faisant de cet instrument un complément du chant. Son jeu est particulier, il a su allier rythmiques, soli et chant. Son morceau Lost John est un très bel exemple de cette technique musicale si caractéristique.

DiscographieModifier

  • Mountain blues (1938)
  • Talking Harmonica blues (1959)
  • I was born with the blues (1959)
  • Sonny's story (1960)

RéférencesModifier

  1. Alex Dutilh, « Jazz au Trésor : From Spirituals to Swing, Carnegie Hall 1938-39 », sur France Musique, (consulté le 17 février 2020)
  2. (en) Peter Gardner, « John Hammond’s ‘From Spirituals to Swing’ », sur Dawkes Music, (consulté le 17 février 2020)

Liens externesModifier