Jackie Brenston

chanteur de rock and roll
Jackie Brenston
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Naissance
Clarksdale, Mississippi, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 49 ans)
Memphis, Tennessee, Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rhythm and blues et de rock 'n' roll
Instruments Saxophone
Labels Chess, Federal

Jackie Brenston (né le à Clarksdale, Mississippi[1], mort le à Memphis, Tennessee) est un chanteur et saxophoniste de rhythm and blues et de rock 'n' roll américain . Il est surtout connu comme étant celui qui a enregistré ce qui est considéré par quelques critiques comme le premier disque de rock and roll de l'histoire : « Rocket 88 »[2].

BiographieModifier

Né dans une cité mythique du blues, Jackie Brenston, après son service militaire, apprend à jouer du saxophone avec un musicien local Jesse Flowers[3]. Peu après il rencontre le jeune Ike Turner et intègre son groupe The Kings of Rhythm[3]. Ils sont recommandés par B. B. King auprès de Sam Phillips, qui possède un studio d'enregistrement à Memphis, et s'y rendent début . Le 5, ils y enregistrent quatre titres, dont Rocket 88, inspiré de la chanson Cadillac Boogie de Jimmy Liggins[4]. Phillips, qui n'a pas encore créé Sun Records, vend les morceaux à la maison de disques Chess. Ceux chantés par Turner sortent sous le nom de « Ike Turner & his Kings of Rhythm » et les deux autres sont édités sous le nom de « Jackie Brenston & his Delta Cats »[5]. C'est ce disque-là qui connait le plus de succès : Rocket 88 est n°1 des classements rhythm & blues et est repris par Bill Haley[6]. Après une seconde séance à l'été 1951, au cours de laquelle ils gravent My Real Gone Rocket, Turner et Brenston se séparent[5].

La carrière musicale de Jackie Brenston connaît une ascension fulgurante et une descente aussi vertigineuse, car ses productions suivantes ne rencontrent pas le même impact[7]. Son dernier disque pour Chess sort en 1953. Il continue sa carrière de musicien avec Lowell Fulson, Amos Milburn, Johnny Otis ou Memphis Slim[7], puis de nouveau avec Ike Turner et son groupe jusqu'en 1962, et enregistre un dernier morceau, Want You To Rock Me, l'année suivante[2]. Puis il rejoindra The Shakers, un groupe de Saint-Louis[8].

Lors d'une interview, il donnera son sentiment sur sa carrière et fera même une suggestion sur son épitaphe : « Il a fait un seul succès discographique, sans conséquence »[7]. Sam Phillips, qui découvrit pourtant Elvis Presley en 1954, aurait déclaré que Rocket 88 était le premier vrai rock'n'roll jamais enregistré[1].

Jackie Brenston meurt d'un arrêt cardiaque à l'hôpital pour anciens combattants de Memphis[9].

DiscographieModifier

En tant que chanteur[10] :

  • Rocket 88 / Come Back Where You Belong (1951) - Jackie Brenston & his Delta Cats
  • My Real Gone Rocket / Tuckered Out (1951) - Jackie Brenston & his Delta Cats
  • Independant Woman / Juiced (1951) - Jackie Brenston & his Delta Cats
  • Hi Ho Baby / Leo The Louse (1952) - Jackie Brenston & Edna McCrae
  • Starvation / Blues Got Me Again (1953) - Jackie Brenston & his Delta Cats
  • What Can It Be / Gonna Wait For My Chance (1956) - Jackie Brenston with Ike Turner's Kings of Rhythm
  • The Mistreater / Much Later (1956) - Jackie Brenston with Ike Turner's Kings of Rhythm
  • Trouble Up the Road / You Ain't The One (1960)
  • Want You To Rock Me / Down in My Heart (1963)

RéférencesModifier

  1. a et b Tosches 2000, p. 158.
  2. a et b (en) Bill Dahl, « Biographie de Jackie Brenston », sur AllMusic (consulté le 29 mars 2020)
  3. a et b Tosches 2000, p. 159.
  4. Tosches 2000, p. 160.
  5. a et b Tosches 2000, p. 161.
  6. Nick Tosches (trad. de l'anglais par Julia Dorner), Country : Les racines tordues du rock'n roll [« Country : The twisted roots of rock'n'roll »], Paris, Allia, (1re éd. 2000), 284 p. (ISBN 2-84485-030-8, lire en ligne), p. 48
  7. a b et c (en) Edward Komara (dir.) et Jim O'Neal, Encyclopedia of the Blues, vol. 1 et 2, New York, Routledge, , 2e éd. (ISBN 0-415-92699-8, lire en ligne [PDF]), p. 146
  8. (en) Colin Larkin, Encyclopedia of Popular Music, Omnibus Press, , 5e éd., 1600 p. (ISBN 978-0-85712-595-8, lire en ligne)
  9. (en) Bob Eagle et Eric S. LeBlanc, Blues : A Regional Experience, Santa Barbara, Praeger, , 595 p. (ISBN 978-0-313-34423-7, lire en ligne), p. 197
  10. Tosches 2000, p. 229.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier