Amos Milburn

Amos Milburn
Nom de naissance Joseph Amos Milburn Jr.
Naissance
Houston, Texas, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 52 ans)
Houston
Activité principale Chanteur, musicien, auteur-compositeur
Genre musical Rhythm and blues
Instruments Piano
Années actives Années 1940 aux années 1970
Labels Aladdin, King, Motown, United Artists, Ace, Imperial

Amos Milburn est un pianiste et chanteur de blues et de rhythm and blues américain, né Joseph Amos Milburn Jr.[1] à Houston, Texas, le , et mort le [2]. Il est connu pour les morceaux Chicken Shack Boogie, Down the Road a Piece et ses chansons célébrant l'alcool.

BiographieModifier

Enfant, Amos Milburn apprend le piano et joue à l'église le dimanche[3]. Il s'initie au boogie-woogie dans les maisons closes[4]. À quinze ans, il s'engage dans la marine jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Combattant dans le Pacifique, il joue du piano dans les cercles d'officiers[4].

De retour à Houston, il monte un premier groupe et écume les clubs locaux. Il signe bientôt avec la firme Aladdin Records (en même temps que Lightnin' Hopkins)[5]. Il enregistre notamment une version d'un morceau de Don Ray, Down The Road a Piece, qui sera ensuite repris par Merrill Moore, Chuck Berry, Jerry Lee Lewis et les Rolling Stones[5]. Il obtient un certain succès, mais c'est en 1948 qu'il atteint la 1re place du classement rhythm & blues avec Chicken Shack Boogie, chanson vendue à un million d'exemplaires[2], annonciatrice du rock 'n' roll[5]. Il enregistre d'ailleurs au début des années 1950 les titres Roll, Mr. Jelly, Let's Rock A While (1951) ou Rock, Rock, Rock (1952). Il est nommé « meilleur artiste de R&B » par le magazine Billboard deux années de suite en 1949 et 1950, et DownBeat le nomme « plus grande star de Blues et de Jazz » en 1949[1]. Quand elles ne vantent pas ses prouesses sexuelles, ses chansons parlent surtout de son penchant pour l'alcool, comme Bad Bad Whisky, Let Me Go Home, Whiskey et One Scotch, One Bourbon, One Beer, qui fut en 1953 son dernier tube[6], et deviendra l’un des morceaux fétiches de John Lee Hooker[7].

Malgré une nouvelle version rock & roll de Chicken Shack en 1956, des participations dans les films Rhythm & Blues Review (1955) et Basin Street Review (1956)[8], et des concerts aux côtés de Fats Domino ou Bo Diddley[9], le succès n'est plus au rendez-vous. Amos Milburn est évincé par la nouvelle génération. Il continue de graver quelques disques jusqu'en 1972, dont un album pour Motown en 1962. Il chante aussi avec Charles Brown ou Johnny Otis. En 1969, il ressent une première attaque, suivi d'une seconde en 1970 qui le rend infirme[10]. Sobre, mais amputé d'une jambe, il meurt chez lui à Houston à 52 ans[10].

Son style, et notamment son jeu de piano, eurent une grande influence sur Fats Domino et Little Richard[11].

DiscographieModifier

Principaux singlesModifier

  • Amos Blues - 1946
  • Down the Road a Piece - 1947
  • Chicken Shack Boogie - 1948 - no 1 R&B
  • Bewildered - 1948 - no 1 R&B
  • A&M Blues - 1948
  • Roomin' House Baby - 1949 - no 1 R&B
  • Bad, Bad, Whiskey - 1950 - no 1 R&B
  • Thinkin' And Drinkin - 1952 - no 8 R&B
  • Let Me Go Home, Whiskey - 1953 - no 3 R&B
  • One Scotch, One Bourbon, One Beer - 1953 - no 2 R&B
  • Good, Good Whisky - 1954 - no 5 R&B
  • Milk and Water - 1954
  • Rockin' The Boogie - (Gramophone record) - 1955

AlbumsModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Rick Simmons, Carolina Beach Music Encyclopedia, Jefferson, Caroline du Nord, McFarland & Company, (ISBN 978-1-47666-767-6, lire en ligne), p. 192
  2. a et b (en) Edward Komara (dir.) et Yves Laberge, Encyclopedia of the Blues, vol. 1 et 2, New York, Routledge, , 2e éd. (ISBN 0-415-92699-8, lire en ligne [PDF]), p. 691
  3. (en) Gérard Herzhaft, Encyclopedia of the Blues, Fayetteville, Arkansas, University of Arkansas Press, (ISBN 1-55728-252-8, lire en ligne), p. 243
  4. a et b Tosches 2000, p. 94.
  5. a b et c Tosches 2000, p. 95.
  6. Tosches 2000, p. 95-96.
  7. « 6 versions de la chanson « One Bourbon, One Scotch, One Beer » », sur addictohug.ch, (consulté le 9 avril 2020)
  8. (en) Bob Eagle et Eric S. LeBlanc, Blues: A Regional Experience, Santa Barbara, Californie, Praeger, (ISBN 978-0-313-34423-7, lire en ligne), p. 398
  9. (en) Larry Birnbaum, Before Elvis : The Prehistory of Rock 'n' Roll, Scarecrow Press Inc., (ISBN 978-0-81088-628-5, lire en ligne), p. 248
  10. a et b Tosches 2000, p. 96.
  11. Gérard Herzhaft, Dictionnaire du Blues, Encyclopædia Universalis, , 3e éd. (ISBN 978-2-34100-208-0, lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier