Ouvrir le menu principal

Brigade de sapeurs-pompiers de Paris

unité du génie de l'armée de terre française

Brigade de sapeurs-pompiers de Paris
Image illustrative de l’article Brigade de sapeurs-pompiers de Paris
Logo des Pompiers de Paris

Création 18 septembre 1811
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Brigade du génie
Rôle Pompiers
Effectif 8 030
Fait partie de Commandement terre pour le territoire national
Surnom "La Brigade"
Devise Sauver ou périr
Fourragères fourragère d'or (1ère unité à la percevoir)
Décorations Légion d'honneur attribuée en 1902

4 citations à l'ordre de l'armée en 1988, 2005, 2012 et 2016

3 médailles pour acte de courage et de dévouement (2005, 2019)

1 médailles de la sécurité intérieur (2017)

Médaille de la défense nationale (2019)

Commandant Général de division Jean-Claude Gallet
Commandant historique Général de brigade Abdon Robert Casso
Intervention de la brigade en 1900.
Auto-pompe au Salon de l'Automobile de Paris en 1903.
La brigade de sapeurs-pompiers de Paris au défilé du 14 juillet 2003.
Échelle pivotante automatique en intervention.
Brigade des sapeurs-pompiers de Paris lors du défilé du 14 juillet 2008 (sur les Champs-Élysées (Paris)). Le colonel Malie, commandant le 2e groupement d'incendie, défile en tête.

La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), familièrement appelée la Brigade, est une unité du génie de l'Armée de terre française, placée sous l'autorité du préfet de police de Paris. Elle est commandée par le général de division Jean-Claude Gallet depuis le [1].

Cette brigade, au statut militaire — comme le bataillon de marins-pompiers de Marseille, les pompiers de l'air et les pompiers de la Marine nationale —, intervient sur le territoire de l'agglomération parisienne, dans Paris et ses trois départements limitrophes (« petite couronne ») : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne. Elle assure également la protection de la base spatiale de Kourou, en Guyane française, et de la base d'essais de missiles de la DGA, à Biscarrosse. La devise de la BSPP est : « Sauver ou Périr ».

La BSPP comprenait 8 030 sapeurs-pompiers en 2017[2], dont un peu plus de 300 officiers, environ 1 500 sous-officiers, le reste étant composé de militaires du rang, soit environ 119 pompiers pour 100 000 habitants. La moyenne nationale est de 382 pompiers pour 100 000 habitants, mais la zone couverte par la BSPP est très petite et permet donc des temps d'interventions courts avec un effectif réduit : on compte 9,2 pompiers par km2 dans la zone BSPP, contre 0,34 en moyenne en France. Avec 8 030 sapeurs-pompiers, en termes d'effectifs Paris se place derrière Tokyo (17 000) et New York (16 000) et devant Londres (7 000)[réf. nécessaire].

Le budget annuel de fonctionnement était de 323,7 millions d'euros en 2012[2], dont 78,2 % de soldes (rémunération et cotisations sociales), 10,5 % de matériel, 8,8 % d'investissement immobilier et 2,5 % de loyers et charges. Les contributeurs à ce budget sont les départements (29 %), la ville de Paris (26 %), le ministère de l'Intérieur (24 %) et les autres communes (21 %)[réf. nécessaire].

La BSPP est régie actuellement par les articles R.3222-13 à R.3222-18 du code de la Défense.

Sommaire

HistoireModifier

Sous l'Ancien RégimeModifier

Pendant longtemps, la lutte contre l'incendie a été à la charge des habitants eux-mêmes ou bien des corps non spécialisés ; cette tâche fut donc confiée successivement au guet royal, au guet bourgeois, aux magistrats communaux. Les anciennes ordonnances de police de 1371, 1395 et 1400 imposaient aux propriétaires d'avoir en permanence un muid d'eau près de leur porte, mais ne donnaient aucune indication quant aux dispositions à adopter en cas d'incendie.

En 1524, le parlement de Paris ordonna que des habitants soient commandés chaque soir par le prévôt des marchands de Paris pour constituer le guet de nuit, que soient constituées des provisions d'eau dans chaque maison, et que des lanternes allumées soient mises aux fenêtres (premier éclairage public à Paris).

Le , une ordonnance de police imposa la présence au feu des corporations du bâtiment.

Le , nombre de seaux et brocs fut distribués dans Paris et ses faubourgs, et déposés dans les couvents, chez les échevins, et chez les notables. Un dépôt central était situé à l'hôtel de ville, avec des dépôts secondaires indiqués aux habitants. Mais finalement, il n'y avait guère que les membres des communautés religieuses et des corporations du bâtiment aptes à intervenir, auxquels Louis XIV ajouta alors les Gardes suisses et françaises qui devaient « se porter à l'incendie à la première alerte ».

À cette époque, il y avait alors obligation de maintenir en bon état les puits et puisards, ainsi que tous les moyens de puisage. Cependant, les résultats n'étant pas ceux espérés, en 1699, pour remédier à cette situation, François Dumouriez du Perrier se fit accorder par privilège royal et pour trente ans la construction et la fourniture exclusive des pompes à incendie nouvelles avec boyaux de cuirs[3].

En 1715, François Dumouriez du Perrier est nommé par Louis XIV au poste de directeur général des Pompes publiques pour remédier aux incendies, sans que le Public soit tenu de rien payer. Il devient le premier pompier professionnel de France.

En 1719, 17 pompes publiques sont réparties dans cinq quartiers de Paris, entretenues et manipulées par une quarantaine de gardiens et sous-gardiens[4], les premiers pompiers de Paris. Ils ne sont pas encore professionnels :

  • trois pompes dans le couvent des Augustins, tenues par Duhamel (serrurier), Herbain (potier), Quenet (menuisier), Laisné (cordonnier), Duhamel (menuisier), Monneton (serrurier), Corbonnot (serrurier) et Legrand (cordonnier) ;
  • trois pompes dans le couvent des Carmes, tenues par de La Potte (cordonnier), Pelletier (menuisier), Saintbon (menuisier), Pelletier (serrurier), Carel (menuisier), Baumail dit Montauban (cordonnier), Pied, et Jean (relieur) ;
  • trois pompes dans le couvent de la Mercy, tenues par Paris (cordonnier), Granger et Granger (cordonniers), Blanvillain (menuisier), Pilon (cordonnier), Vlu (cordonnier), Champion (tapissier) et Fendoré (cordonnier) ;
  • trois pompes aux petits Pères, tenues par Robert (cordonnier), Ferrand, Thibou (serrurier), Le Bret (maître brodeur), Lacour (cordonnier), Masson, Couillard, Compagnon (maître brodeur) ;
  • quatre à l’hôtel de ville ;
  • une chez François Dumouriez du Perrier, rue Mazarine.

En 1722, Louis XV fonde la Compagnie des Gardes des Pompes du Roy, toujours sous la direction de Dumouriez.

Huit brigades sont créées aux Augustins, aux Carmes, à La Mercy, aux Petits Pères, à La Trinité, aux Jésuites, à l'Oratoire, et aux Capucins. Les pompes sont réparties dans 21 dépôts. Chaque brigade est composée de sept hommes : un inspecteur, un brigadier, un sous-brigadier, deux gardes, et deux sous-gardes. Ils ne sont pas encore des professionnels du feu puisqu'ils exercent toujours leur métier de base (cordonniers, menuisiers, etc.) Dumouriez est secondé par son frère, lieutenant. En outre, quatre hommes sont nommés pour servir de Haut le pied (ou Avertisseurs). La première compagnie de pompiers de Paris comportait alors 62 hommes[5].

Dumouriez dirige la compagnie jusqu’à sa mort. Son fils lui succède.

De l'Empire à la Troisième RépubliqueModifier

En , un corps de garde du palais de Saint-Cloud, en surchauffant un poêle, met le feu au salon de la résidence de Napoléon Ier, qui est présent cette nuit-là. Bien que le feu soit rapidement éteint, l'Empereur décide de créer une garde de nuit spéciale à toutes les résidences impériales, garde composée de sapeurs du Génie et transformée le en compagnie de sapeurs du génie de la Garde impériale[6]. À la suite de l'incendie de l’ambassade d’Autriche, qui cause la mort d'une centaine de convives le , l'Empereur charge le ministre de l'Intérieur et Étienne-Denis Pasquier, préfet de police, de trouver une nouvelle organisation pour remplacer le corps des gardes pompiers. La proposition d’une formation militaire est retenue et officialisée par décret impérial du , qui crée le Bataillon de sapeurs-pompiers de Paris installé dans une caserne aménagée dans les bâtiments de l'ancien hôtel de Chavigny rue de la Culture-Sainte-Catherine, actuelle rue Sévigné.

 
Sapeur-pompier en parade (milieu du XIXe siècle)

Le Bataillon devient Régiment de sapeurs-pompiers de Paris par décret impérial le [7] tandis que sa zone d'action est étendue à tout le département de la Seine.

Première et Seconde guerres mondialesModifier

Pendant la Première Guerre mondiale, trente pompiers de Paris et deux autopompes sont arrivés à Reims début pour combattre les incendies causés par les bombardements[8],[9].

Dans la nuit du 5 au , à Vauquois, une offensive engage un détachement du Régiment, formant la compagnie spéciale 22/6 rattachée au 1er régiment du génie[10]. Celle-ci dispose d'appareils lance-flammes conçus par le capitaine ingénieur Schilt. Chaque appareil est constitué d'un réservoir cylindrique, contenant un liquide composé de 30 % de pétrole et 70 % d'huile légère de houille, relié à une bouteille d'acétylène dissout. Le mélange est enflammé au moyen de grenades incendiaires. L'effet de souffle produit par l'explosion d'un dépôt de munitions allemand, touché par ce mélange, rabat le liquide enflammé sur les lignes françaises. Parmi les victimes, on dénombre des sapeurs-pompiers et des hommes du 3e bataillon du 31e RI, présents dans les tranchées[11].

 
Casque des pompiers de Paris des années 1940.

En 1939, le plan de mobilisation générale fait passer l'effectif du régiment de 53 officiers, 260 sous-officiers et 1836 militaires du rang à 171 officiers et 7090 sous-officiers et militaires du rang. Des compagnies sont déployées sur l'ensemble des communes de la Seine. La mission du Régiment dans ces communes se limite dans un premier temps à une mission de défense passive contre les attaques aériennes, les interventions courantes demeurant sous la responsabilité des communes. Les sapeurs-pompiers communaux, mobilisés dans diverses unités militaires, sont placés progressivement en affectation spéciale pour servir dans le cadre de la défense passive au sein de leur corps de sapeurs-pompiers municipal. Rapidement le maintien de l’organisation communale et la présence de sapeurs-pompiers militaire en attente de bombardement montra ses limites. Un décret-loi en date du 22 février 1940 puis la loi n°205 du 5 avril 1943 chargea l’autorité militaire du service de défense et de secours contre l’incendie dans tout le département de la Seine.

En 1940, si une partie des effectifs continue son service à Paris et dans la Seine, une autre prend part aux combats qui la conduisent jusqu'à la Loire. Le gouvernement décide de démilitariser le régiment afin qu'il puisse continuer à exercer sa mission dans le futur Paris occupé. Tout en assurant sa mission principale, une partie du régiment sous l'impulsion du capitaine Frédéric Curie participe activement à la résistance notamment à partir de 1942 au sein du groupe "sécurité-parisienne". Ce groupe mène de nombreuses actions clandestines de renseignement et de sabotage. Durant la semaine de la Libération de Paris les sections secrètes "sécurité-parisienne" assurent de nombreuses liaisons avec les forces alliées, transportent du matériel et des armes, participent directement à la bataille aux cotés des FFI, déploie le premier drapeau sur l'arc de triomphe sous le feu des troupes allemandes, mènent des actions de nettoyage des tireurs embusqués sur les toits, et assurent la sécurité du défilé du général de Gaulle puis des troupes américaines. Durant les opérations de la Libération de Paris, le régiment déplore quinze morts et trente-huit blessés. Parallèlement à ces combats, le , un commando de sapeurs-pompiers hisse symboliquement au sommet de la tour Eiffel le drapeau tricolore.

De 1963 à nos joursModifier

 
Le général Casso passant en revue des troupes sur un camion Hotchkiss, en 1967.

Rattaché à l'arme de l'infanterie, le régiment est transféré dans l'arme du génie par décret No 65-265 du [12].

La loi du impose un nouveau découpage administratif en supprimant les départements de la Seine et de Seine-et-Oise, pour ceux de Paris, Seine-saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne. La zone d'action du régiment est étendue aux quarante-trois communes du département de Seine-et-Oise intégrées dans les trois nouveaux départements périphériques formant la "Petite Couronne", à partir du .

Après un accroissement des moyens (en personnel et matériels) du Corps pour assurer la défense de Paris et des communes suburbaines de la Seine, le décret no 67-155 du dissout le Régiment et créé la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris le . Le colonel Casso, qui commandait le Régiment depuis 1963, est nommé par le président de la République, Charles de Gaulle, général de ce qui devient alors la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Intervenant personnellement dans près d'une centaine d'intervention de secours, il travaille à la modernisation du corps et à son adaptation pour répondre aux besoins de Paris et la petite couronne[13]. Le général Casso laissera une trace profonde dans la Brigade jusqu'à son départ à la retraite en 1970, date à laquelle il fut nommé maire du 17ème arrondissement de Paris par le ministre de l'Intérieur, Raymond Marcellin. Il a notamment écrit l'Éthique du Sapeur-Pompier de Paris[14], apprise par les recrues et lue en caserne. L'esplanade située devant l'État-Major de la Brigade à Paris porte son nom[13], tout comme la promotion 2018-2019 du 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Liste des chefs de corps commandant le bataillon de sapeurs-pompiers de Paris (de 1812 à 1866)Modifier

  • intérim et transition effectués par M. Morisset, suivi par le capitaine-ingénieur Peyre en 1811
  • Chef d'escadron De Lalanne : 1812 - 1813
  • Lieutenant-Colonel Annet Jean-Baptiste de Plazanet : 1814 - 1830
  • Chef de bataillon Pierre Hyppolyte Amillet : 1830 (septembre à décembre)
  • Général-maréchal de camp Renou de la Brune : 1830 - 1831
  • Colonel Jean Charles Gustave Paulin : 1831 - 1845
  • Chef d'escadron d'artillerie de Vives : 1845 - 1848
  • Chef de bataillon Terchou : 1848 - 1850
  • Chef d'escadron d'artillerie de Vives : 1850 - 1851
  • Colonel Charles Nicolas Joseph de la Condamine : 1851 - 1861
  • Colonel Pierre Marie Adolphe Willerme : 1861 - 1866

Liste des chefs de corps commandant le régiment de sapeurs pompiers de Paris (de 1866 à 1967)[15]Modifier

  • Colonel Pierre Marie Adolphe Willerme : 1866 - 1871
  • Colonel Saint-Martin : 1871 - 1878
  • Colonel Victor Colonieu : 1878-1879
  • Colonel Paris : 1879 - 1882
  • Colonel Couston : 1882 - 1888
  • Colonel Ruyssen : 1889 - 1893
  • Colonel Marie-Georges Varigault : 1893 - 1899
  • Colonel Detalle : 1899 - 1900
  • Colonel Jean Alexandre Edouard Dépruneaux: 1900 - 1902
  • Colonel Bellanger : 1902 - 1906
  • Colonel Vuilquin : 1906 - 1912
  • Colonel Charles Léon Cordier : 1912 -1919
  • Lieutenant-Colonel Hivert : 1919 - 1925
  • Colonel Pouderoux : 1925 - 1933
  • Colonel Islert : 1933 - 1937
  • Colonel Barriere : 1937 - 1941
  • Colonel Simonin : 1941 - 1943
  • Colonel Cornet : 1943 - 1944
  • Lieutenant-Colonel Charles Camus : 1944 - 1945
  • Colonel Maruelle : 1945 - 1947
  • Colonel Maurice Feger : 1947 - 1952
  • Colonel Besson : 1952 - 1963
  • Colonel Abdon Robert Casso : 1963 - 1er mars 1967

Liste des officiers généraux commandant la BSPP (de 1967 à aujourd'hui)Modifier

  • Général de brigade Abdon Robert Casso : 1er mars 1967 - 1970
  • Général de brigade Perdu : 1970 - 1973
  • Général de brigade Charles Ferauge : 03 janvier 1973 - 1976
  • Général de brigade Gere : 1976 - 1980
  • Général de brigade puis de division Jacques Coupez : 23 décembre 1980 - 1986
  • Général de brigade puis de division Pierre Godon : 14 février 1986 - 16 septembre 1990
  • Général de brigade puis de division Bernard Fauchier : 16 septembre 1990 - 02 août 1994
  • Général de brigade puis de division Jean Martial : 02 août 1994 - 04 août 1998
  • Général de brigade puis de division Richard Lefèvre : 04 août 1998 - 1er août 2001
  • Général de brigade Jacques Debarnot : 1er août 2001 - 31 juillet 2003 (deviendra général de division le 22 octobre 2003)
  • Général de brigade puis de division Bernard Périco : 31 juillet 2003 - 1er janvier 2009
  • Général de brigade puis de division Joël Prieur : 1er janvier 2009 - 1er août 2011
  • Général de brigade Gilles Glin : 1er août 2011 - 1er août 2013
  • Général de brigade Gaëtan Poncelin de Raucourt : 1er août 2013 - 1er août 2015 (deviendra général de division en 2016, et général de corps d'armée en 2018)
  • Général de brigade puis de division Philippe Boutinaud : 1er août 2015 - 1er septembre 2017
  • Général de brigade puis de division Jean-Claude Gallet : 1er septembre 2017 à aujourd'hui.

Pendant la période 1866-1967, période où les sapeurs-pompiers de Paris étaient organisés en régiment, l'officier commandant le régiment était un colonel ou un lieutenant-colonel. Le passage en brigade entraîne de facto une évolution de grade pour l'officier commandant la BSPP, qui devient donc un général de brigade. Ainsi, lors du passage de régiment à brigade, le colonel Casso qui en était le commandant se voit promut au grade de général de brigade. En fin de commandement, le général commandant la BSPP peut devenir général de division.

DrapeauModifier

Seuls les régiments et les écoles, ainsi que la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, ont droit à un drapeau (ou un étendard) correspondant à leur appellation.

C’est en 1793 que la compagnie des gardes pompes reçoit son premier emblème. Elle le conservera jusqu’en 1869.

Drapeau Second EmpireModifier

Durant le Second Empire, Napoléon III ordonne que les drapeaux portent désormais la marque de l’empereur. Ainsi, l’ensemble des régiments de France reçoit un nouveau drapeau et, le 23 janvier 1869, le régiment se voit remettre le sien.

Celui-ci porte l’inscription suivante: « l’Empereur Napoléon III au Régiment des Sapeurs-Pompiers de Paris » Sur le revers : Valeurs, Dévouement, Discipline, Campagne d’Orient. Cette dernière inscription est liée au fait que le régiment a envoyé de forts contingents durant la campagne de Crimée.

La remise officielle a lieu le 31 juillet sur l’esplanade des Invalides par le maréchal Canrobert, commandant le 1er corps d’armée au Colonel Willerme. Il est accompagné du général commandant la place de Paris et du général chef d’état-major du 1er corps d’armée.

Avant la remise, le maréchal clame en ces termes : « (…) vous voyez sur ce drapeau inscrit les mots : Valeur-discipline-dévouement. Valeur, c’est-à-dire cette vertu qui vous fait affronter tous les dangers pour la défense du pays et le service de l’empereur. Discipline, ce lien qui unit fraternellement celui qui commande à celui qu’il a sous ses ordres. Dévouement, ce n’est pas moi qui vous l’enseignerai. Ne le prodiguez-vous pas à toute heure de votre vie pour la protection et le salut de vos citoyens ? Allons mes amis, ralliez-vous autour de ce drapeau. Qu’il abrite dans ses plis les nobles sentiments qui vous animent et que votre connaissance unisse sa voix à la mienne au cri de « Vive l’empereur ! »

Drapeau modèle 1880Modifier

Au cours de la guerre de 1870, les opérations militaires aboutissent à la défaite et à la capture de l'empereur Napoléon III à Sedan, le . L'opposition parlementaire, surtout républicaine, menée par Léon Gambetta parvient à mettre en place un gouvernement provisoire, dit de la Défense nationale. La République est proclamée le , au balcon de l’hôtel de ville de Paris.

Avec elle, les régiments doivent une nouvelle fois changer leur drapeau. C’est de cette période que date l’actuel drapeau de la Brigade. Le colonel Victor Colonieu, commandant le régiment depuis 1878 adresse le au général commandant la Place de Paris la lettre suivante :

« Mon général, j’ai l’honneur de vous rendre compte que je viens de recevoir le no 14 de la partie réglementaire du journal militaire officiel contenant la liste des noms de bataille approuvée par le ministre de la Guerre pour être inscrit sur les drapeaux et étendards des Corps de troupe de l’Armée.

Le régiment de Sapeurs-Pompiers n’y est pas mentionné d’aucune façon malgré les dangers auxquels les militaires de tous grades qui en font partie sont journellement exposés, le régiment n’a aucun nom à invoquer pour être mis sur son drapeau, mais je viens vous prier, mon général, de vouloir bien demander à monsieur le ministre de la Guerre que, à l’exemple de la Légion, de la Garde Républicaine, une devise nous soit accordée.

Dévouement et discipline par exemple ; cette devise qui récompense les nombreux actes de courage et de dévouement accomplis jusqu’à ce jour par les hommes du régiment serait pour ceux de l’avenir un encouragement et un devoir de marcher dans les traces de leurs anciens, tout en leur rappelant qu’ils appartiennent toujours à la grande famille militaire et qu’ils sont soumis à toutes les règles qui la régissent… »

Ainsi, le , sur le terrain de Longchamps, le président de la République, Jules Grévy, remet au colonel Paris le drapeau que nous arborons encore à ce jour durant les cérémonies militaires les plus importantes.

En 1902, le jour de la fête nationale, le drapeau est décoré de la Légion d’honneur par le président de la République Émile Loubet.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le régiment reste la seule unité militaire constituée de la zone occupée. Menant des opérations de renseignement et de résistance, le régiment et son drapeau sont peu à peu menacés. Par précaution, au cours du mois de , l’emblème est donc remis au colonel commandant le 92e RI à Clermont-Ferrand pour qu’il y soit en sécurité.

Mais, le , alors que les Allemands franchissent la ligne de démarcation, il est confié (avec 14 autres drapeaux et étendards) chez la famille Trarrieu. Le drapeau est ramené (dans un faux pot d’échappement lequel pot d’échappement fut remis le 18 juin 1984 au général Coupez pour y être conservé au musée de Champerret) par le commandant Bernard et le sapeur Gilles le et conservé au musée de l’armée.

 : lors d’une prise d’armes à Champerret, le drapeau est présenté à la troupe par le lieutenant Camus.

Le , à la suite du dramatique incendie de l’hôtel de la rue de Provence, le drapeau est décoré de la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy.

Caractéristiques de l'emblèmeModifier

Étamine
90 cm sur les 2 côtés
Des couronnes de feuilles de chêne et de laurier sont peintes à l’or fin.
Inscriptions à l'avers : « République française – Sapeurs-Pompiers de Paris »
Inscriptions à revers : « Honneur et Patrie – Dévouement et Discipline »
Cravate
90 cm de long, 24 cm de large
3 bandes : bleu, blanc, rouge
Aux extrémités : franges de 8 cm de long
À chaque extrémité et sur une seule face : une couronne composée d’une guirlande de feuilles de chêne et de laurier brodée à l’or fin, accrochée par son milieu à un bracelet fixé au fer de lance.
Fer de lance en bronze doré sur un socle en forme de cartouche oblongue
Avers : « République française »
Revers : « Sapeurs-Pompiers »

DécorationsModifier

La cravate du drapeau est décorée de :

La croix de la Légion d'honneur, remise par le président de la République, Émile Loubet, le au Champ-de-Mars[16] ;
  La Médaille d'or de la défense nationale, avec palme et citation collective à l'ordre des armées, remise en par Florence Parly, ministre des armées, pour l'engagement des soldats du feu lors de l'incendie de la la cathédrale Notre-Dame de Paris ;
La médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement, échelon or, remise le 18 , à la suite du terrible incendie de l'hôtel de la rue de Provence ;
La médaille d'honneur pour acte de courage et de dévouement, échelon or, remise le par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en reconnaissance de l'engagement de la BSPP lors des drames de la rue de Trévise et Erlanger, ainsi qu'en reconnaissance du sacrifice de quatre militaires du corps en un an : le sergent-chef Lassus-David, le caporal Henry, le sergent Cartannaz et le caporal Josselin[17] ;
La médaille d'honneur pour acte de courage et de dévouement, échelon or, remise le par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, en reconnaissance de l'activité opérationnelle particulièrement exceptionnelle, notamment après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris du 15 avril 2019.
La médaille de la sécurité intérieure, échelon or, remise le par le président de la République, François Hollande, sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris[16] ;
La fourragère d'or (nouvelle création de la chancellerie), décoration uniquement réservée aux corps justifiant de trois médaille d'honneur pour acte de courage et de dévouement, échelon or au drapeau, matérialisant de façon permanente les actions d'éclat et l'engagement exceptionnel des hommes et femmes de la BSPP au service de la France[18].

La BSPP est désormais la seule unité titulaire d'autant de médaille d'honneur pour acte de courage et de dévouement attribuées à titre collectif et de la fourragère d'or[19].

DeviseModifier

 
Insigne régimentaire, ou « pucelle », avec la devise de la BSPP et les armoiries de la ville de Paris.

La devise des sapeurs pompiers de Paris est : « Sauver ou périr ». Elle ne doit pas être confondue avec celle des sapeurs pompiers français : « Courage et dévouement ».

Les sapeurs-pompiers de Paris ont aussi une éthique propre, formulée ainsi[20] :

Je ne veux connaître ni ta philosophie,
ni ta religion, ni ta tendance politique,
peu m’importe que tu sois jeune ou vieux,
riche ou pauvre, français ou étranger.

Si je me permets de te demander quelle est ta peine,
ce n’est pas par indiscrétion mais bien pour mieux t’aider.

Quand tu m’appelles, j’accours,
mais assure-toi de m’avoir alerté
par les voies les plus rapides et les plus sûres.

Les minutes d’attente te paraîtront longues, très longues,
dans ta détresse pardonne mon apparente lenteur.

— Général Casso, L’éthique du sapeur-pompier de Paris

Organisation opérationnelleModifier

La BSPP est organisée en six groupements, dont trois groupements d'incendie et de secours (GIS), un groupement de formation (GFIS), un groupement d'appui et de soutien (GAS) et un groupement des soutiens et de secours (GSS). Elle comprend 71 centres d'incendie et de secours, 3 centres de secours NRBC et deux centres de secours nautiques. Chaque groupement est commandé par un officier supérieur du grade de colonel ou lieutenant-colonel. En voici la description[21]:

  • premier groupement d'incendie : Nord-Est de Paris et Seine-Saint-Denis (le poste de commandement est implanté à Montmartre). Ce groupement comptait 1 808 sapeurs-pompiers en 2019, dont 46 officiers, 292 sous-officiers et 1470 militaires du rang[22].
  • deuxième groupement d'incendie : Sud-Est de Paris et Val-de-Marne (PC Masséna, XIIIe arrondissement). Ce groupement comptait 1 600 sapeurs-pompiers en 2019[23].
  • troisième groupement d'incendie : Ouest de Paris et Hauts-de-Seine (PC Courbevoie-La Défense). Ce groupement compte 1 802 sapeurs-pompiers en 2019, dont 40 officiers, 308 sous-officiers et 1454 militaires du rang[24].

Chaque groupement d'incendie est composé de huit compagnies d'incendie, d'une compagnie de commandement et de logistique et d'un service médical, chaque compagnie comprenant entre 2 et 4 centres de secours. Les compagnies sont dirigées par un officier du grade de capitaine, et chaque centre de secours est dirigé par un sous-officier du grade d'adjudant-chef ou adjudant.

Outre donc les trois groupements d'incendies et de secours, la "brigade" possède trois autres groupements:

  • Le GAS : Groupement Des Appuis et de Secours a été créé le , fort de près de 950 hommes et femmes il comprend l'ensemble des capacités d'interventions spécialisées de la Brigade. Constitué d'un état-major et de 8 compagnies, il a pour missions principales d'assurer :
  • le GSS : Groupement des Soutiens et de Secours qui comprend six compagnies : la compagnie de commandement et de logistique n°5 (29e compagnie), la compagnie de maintenance (32e compagnie), la compagnie de soutien communs(33e compagnie), la compagnie des soutien de l'infrastructure (34e compagnie), la compagnie de commandement et de transmission (37e compagnie), et la compagnie télécommunications et informatique (47e compagnie). Ce groupement est implanté sur de multiples sites du secteur de la brigade notamment Champerret, Gennevilliers-Port, Port Royal, Voluceau, Masséna, Limeil-Valenton-Villeneuve et Saint-Ouen. Chacun de ces sites ayant une vocation de soutien administratif, opérationnel et logistique.
  • le GFIS : Groupement Formation Instruction et de Secours, qui est divisé en deux sites :

La BSPP assure également, par convention, la protection de sites stratégiques extérieurs à son secteur de compétence territoriale. Il s'agit de compagnies d'incendie spécialisées. Chacune de ces unités élémentaires spécialisées (UES) est commandée par un capitaine :

  • Centre spatial guyanais de Kourou (Guyane) : UES Kourou (création 1969);
  • Délégation générale pour l'Armement - Essais de missiles - Site Landes (DGA EM / Site Landes) de Biscarrosse : UES Biscarrosse-36e compagnie (création 1966). La 36e compagnie présente notamment la particularité d'intervenir à l'extérieur du site au profit du SDIS 40 (Protocole d'assistance mutuelle DGA/BSPP/SDIS40). Polyvalente, cette compagnie d'incendie, en plus des compétences traditionnelles propres aux missions du sapeur-pompier de Paris, dispose de savoir-faire dans les domaines suivants : feux de forêts, tronçonnage, interventions chimiques, interventions radiologiques, interventions subaquatiques, dépollution et conduite tout-terrain.

Par ailleurs, étant donné leur statut militaire, des pompiers de la BSPP peuvent être désignés pour des opérations extérieures : c'est notamment le cas au titre de la FINUL au Liban[25].

Le QG de la BSPP est implanté dans l'enceinte de la caserne Champerret à Paris dans le XVIIe arrondissement. En son sein, en plus du centre de secours de Champerret, on y trouve l'Etat-Major de la BSPP, le centre opérationnel et un certain nombre de services administratifs (ressources humaines, prévisions opérationnelles, etc).

Le centre opérationnel de la BSPP est décliné en plusieurs niveaux[26]. On y trouve:

- le centre de traitement de l'alerte (CTA), effectuant la reception des appels au 18/112. Depuis 2016, il regroupe en un même endroit avec les appels 18/112 les appels au 17 à Paris et les trois départements limitrophes (92-93-94). Ce regroupement permet une mutualisation des moyens, et une amélioration de la réponse opérationnelle. Ainsi, la coordination est plus efficace, notamment en cas de crise, les deux services (police / pompiers) étant régulés au même endroit. Pour faciliter la réponse lors de la prise d'appel, le CTA s'organise en deux niveaux de réponse. Un premier niveau qui fait le tri et doit classifier le type de demande (très urgent, urgent, non urgent, erreur de numéro, appel ne concernant pas les pompiers ou la police), et le transfère ensuite au second niveau si besoin, qui se concentrera sur le traitement de la demande et sera géré soit par un opérateur police soit un opérateur pompier selon l'intervention.

- une coordination médicale, sous la responsabilité d'un médecin régulateur. Cette coordination travaille en lien avec les opérateurs du CTA selon l'urgence de l'appel, mais son rôle premier est d'effectuer la régulation des bilans des équipes de secours envoyés en réponse (équipes médicales de la BSPP, équipes de prompt secours de la BSPP ou des associations de sécurité civile), lors d'un appel au CTA. Lors de cette régulation, effectuée par un médecin, un infirmier ou un opérateur pompier, selon la nature de l'urgence, il est décidé de l'orientation de la victime prise en charge par les équipes (orientations possibles: pas de nécessité d'être évacuée en milieu hospitalier, évacuation en milieu hospitalier via l'équipe de prompt secours, envoi d'une équipe médicale en renfort sur l'intervention). Enfin, cette coordination fait le lien et la communication avec les centres de réception et de régulation des appels (CRRA) des 4 SAMU présents sur le secteur (SAMU 75, SAMU 92, SAMU 93, SAMU 94), mais aussi avec les permanences de soins et les établissements de santé.

- l'Etat-Major opérationnel, qui organise la réponse lors de situations importantes, avec plusieurs postures de montée en puissance (immédiate, renforcée et crise). En effet, le centre opérationnel se transforme en poste de commandement en cas de situations critiques sur le secteur (incendies, accidents avec un nombre importants de victimes, attentats, interventions à risques ou avec une évolution potentiellement négative, etc) et permet un suivi opérationnel de ces interventions.

Casernes par groupement et par compagnieModifier

Voici la liste des centres de secours, classés par groupement et par compagnie. Pour chaque compagnie, le poste de commandement de compagnie (PC) est en gras. L'état-major de groupement est suivi d’un astérisque.

 
Fourreau d'épaule de lieutenant de la BSPP
 
Fanion de la 7e compagnie
1er groupement d'incendie 7e compagnie 9e compagnie 10e compagnie 12e compagnie 13e compagnie 14e compagnie 24e compagnie 26e compagnie 20e compagnie
Blanche
Saint-Honoré
Montmartre *
Boursault
Saint-Ouen
Château-Landon
Bitche
Pantin
Ménilmontant
Charonne
Aulnay-sous-Bois
Le Blanc-Mesnil
Tremblay-en-France
Clichy-sous-Bois
Bondy
Drancy
Montreuil
Neuilly-sur-Marne
Villemomble
Saint-Denis
Aubervilliers
La Courneuve
Pierrefitte-sur-Seine
Compagnie de commandement et de logistique 1
Montmartre
2e groupement d'incendie 1re compagnie 2e compagnie 8e compagnie 11e compagnie 15e compagnie 17e compagnie 22e compagnie 23e compagnie 19e compagnie
Chaligny
Nativité
Vincennes
Massena *

Poissy
Ivry-sur-Seine

Rousseau
Château d'eau
Sevigné
Parmentier
Champigny-sur-Marne
Nogent-sur-Marne
Noisy-le-Grand
Créteil
Maisons-Alfort
Villeneuve-Saint-Georges
Rungis
Choisy-le-Roi
Villejuif
Vitry-sur-Seine
Saint-Maur-des-Fossés
Sucy-en-Brie
Villecresnes
Compagnie de commandement et de logistique 2
Masséna
3e groupement d'incendie 3e compagnie 4e compagnie 5e compagnie 6e compagnie 16e compagnie 21e compagnie 27e compagnie 28e compagnie 18e compagnie
Port-Royal
Montrouge
Plaisance
Colombier
Malar
La Monnaie
Champerret
Dauphine
Levallois-Perret
Grenelle
Auteuil
Issy-les-Moulineaux
Boulogne-Billancourt
Meudon
Saint-Cloud
Le Plessis-Clamart
Antony
Bourg-la-Reine
Clamart
Gennevilliers
Asnières-sur-Seine
Colombes
Nanterre
Courbevoie*

Puteaux
Rueil-Malmaison

Compagnie de commandement et de logistique 3
Courbevoie
4e GAS : Groupement des appuis et de secours 25e compagnie 36e compagnie 38e compagnie 39e compagnie 40e compagnie 41e compagnie 42e compagnie 43e compagnie 46e compagnie
UES ROISSY UES Biscarosse UES NRBC UES KOUROU CAS

Joinville-le-Pont

UES BNF UES BALARD UES Louvre Compagnie de commandement et de logistique 4
Clichy
5e GSS : Groupement de soutiens et de secours 29e compagnie 32e compagnie 33e compagnie 34e compagnie 37e compagnie 47e compagnie
Compagnie de commandement et de logistique 5

Champerret

Compagnie de maintenance

Camp de Voluceau

Compagnie de soutien commun Compagnie de soutien infrastructure

Limeil-Valenton

Compagnie de commandement et de transmission

Champerret

Compagnie télécommunications et informatique

Saint-Ouen

6e GFIS : Groupement Formation Instruction et de Secours 44e compagnie 45e compagnie 31e compagnie
formation n°1 formation n°2 Compagnie de commandement et de logistique n°6 (CCL6)

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sélection et instructionModifier

Pour le personnel d'intervention (militaires du rang), il s'agit d'un engagement initial de cinq ans ou d'un volontariat de l'armée de terre (VDAT, à ne pas confondre avec les pompiers civils « volontaires ») de un an renouvelable. Il faut être de nationalité française, âgé entre 18 et 25 ans, avoir un casier judiciaire vierge, être titulaire au minimum d'un diplôme national du brevet et posséder le permis de conduire. La sélection comporte trois jours de tests sportifs, tests psychomoteurs, entretien de motivation ainsi qu'une visite médicale. L'instruction se fait au Groupement de formation, d'instruction et de secours (GFIS), au fort de Villeneuve-Saint-Georges. La première période se déroule sur deux mois, avec la formation en secourisme (PSE1 et PSE2 + modules spécifiques), et la formation militaire de base (hiérarchie militaire, marcher au pas, le tir, etc).

Puis, le sapeur fait un stage d'observation d'une semaine en compagnie d'incendie où il assure des interventions de secours à victime (VSAV) et des opérations diverses, affectés aux autres véhicules de la garde en tant qu'observateur. Il profite de cette phase pour se perfectionner et préparer la suite de sa formation.

Le sapeur revient au Groupement formation instruction pour compléter sa formation, de nouveau pendant deux mois, qui seront consacrés aux manoeuvres incendies, sauvetages, ... et passera une semaine de tests pour valider son admission en compagnie d'incendie et de secours (ACIS). Il retourne ensuite dans sa compagnie d'affectation et peut alors participer à tous les types d'interventions cela pendant 2 mois afin de recevoir le certificat d'admission en centre d'incendie et de secours.

Depuis , la brigade est dotée d'une section de jeunes sapeurs pompiers. Cette formation dure trois ans. Elle est ouverte aux jeunes habitants d'Île-de-France (75, 92, 93, 94) ayant 14 ans minimum et 16 ans maximum au jour de l'incorporation. Un bon niveau sportif est requis. Le brevet de JSP sanctionne cette formation. Au programme de l'instruction il y a du sport, des manœuvres incendie, du secourisme, de l'instruction civique et de l'instruction militaire. La formation est composée de 60 samedis après-midi sur deux ans (soit 30 par an). Pour faire acte de candidature, on peut se rendre sur le site du BSPP, rubrique « cadets de la BSPP ».

InterventionsModifier

 
Sapeurs-pompiers en tenue de feu (ancien et nouveau modèle). Place de l'Opéra, Paris 12 janvier 2019.
 
Intervention sur la Seine durant la crue de juin 2016.
 
Démonstration de secours routier.

En 2005, la BSPP a réalisé 1 171 interventions par jour[27] :

  • 1er groupement d'incendie : 159 136 interventions dont 10 289 incendies en 2005, en comparaison 179701 interventions dont 6360 incendies en 2017;
  • 2e groupement d'incendie : 128 419 interventions dont 5 532 incendies en 2005, en comparaison 131224 interventions dont 4777 incendies en 2017 ;
  • 3e groupement d'incendie : 139 948 interventions dont 4 838 incendies en 2005, en comparaison 142667 interventions dont 3661 incendies en 2017.

En comparaison avec 2005, en 2017 la BSPP a réalisé en moyenne 1432 interventions par jour, soit 522 883 au total sur l'année. On constate une forte augmentation de la demande, et d'après les projections, la BSPP dépassera les 530 000 interventions en secours à victimes d'ici 2024, et si le nombre d'incendies diminue (14 798 en 2017, soit 2,8% de l'activité totale), le nombre d'interventions pour du secours à victimes ne fait qu'augmenter (81,6% de l'activité totale).


Paris comptant environ 2.2 millions d'habitants, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis en ayant environ 1,6 million chacun, et le Val-de-Marne 1,3 million, il y a au total environ 6,7 millions d'habitants dans la zone couverte par la BSPP en 2016. Cela représente :

  • par jour : 21 interventions pour 100 000 habitants ;
  • par an : 7 800 interventions pour 100 000 habitants (contre 6 000 interventions pour 100 000 habitants sur toute la France), dont 331 incendies pour 100 000 habitants ;
  • par sapeur-pompier : 64 interventions par an (contre 16 en France).

Ces chiffres sont à relativiser, du fait qu'une intervention nécessite entre trois et plusieurs dizaines de personnes. Par ailleurs, les effectifs prennent en compte le personnel administratif, de formation, d'encadrement et de logistique, qui eux n'interviennent pas. Un sapeur en compagnie d'incendie fait donc en réalité plus d'interventions.

De manière détaillée :

Interventions de la BSPP
Nature de l'intervention 2002 2003 2004 2008 2011 2012 2013 2014
Fausses alertes 10 135 13 777 17 158 15 281 11 265 9 104 7 654 5 271
Incendies 18 850 18 347 16 062 17 778 15 332 14 535 13 809 10 466
Accidents de circulation 27 584 23 837 23 003 25 690 21 639 22 469 21 770 16 588
Secours à victimes 280 394 286 690 280 815 342 546 346 603 380 258 387 289 268 125
Assistances à personnes 16 559 16 379 16 098 21 914 17 894 18 210 15 037 9 378
Faits d'animaux 2 224 2 135 2 457 2 230 2 000 1 810 1 784 1 308
Eau-gaz-électricité 21 882 22 538 20 069 15 613 13 271 13 847 11 302 4 801
Protection des biens 4 583 3 958 4 562 2 793 1 591 1 987 2 010 1 293
Pollution 79 98 96 95 138 157 156 135
Reconnaissances-recherches 44 172 40 699 35 548 35 678 29 966 30 712 30 749 20 229
Totaux 426462 428 458 415 868 479 618 459 699 493 089 491 560 337 594
Par jour 1 168 1 174 1 136 1 310 1 259 1 347 1 347 927

Les données de janvier et février 2011 sont partielles. Tableau mis à jour le 12/10/2014

Déroulement d'une journée type en centre de secoursModifier

Malgré le fait que la journée type d'un sapeur-pompier est bercé par les interventions diverses et variées, le déroulement de la garde est toujours le même, pour tous les militaires de chaque centre de secours. La garde commence officiellement à 07H45 précise, par le rassemblement des troupes. Néanmoins, les sapeurs-pompiers doivent déjà être présents dans les murs de la caserne à partir de 06H45, pour pouvoir remplacer au besoin leurs collègues en fin de garde, si des interventions se présentent, leur évitant ainsi de finir la garde en retard, ce qui pourrait leur faire rater leur train de retour. En effet, les militaires de la BSPP viennent en grande majorité (environ 80%) de la province, et passent donc une bonne partie de leur temps libre dans les transports pour rentrer chez eux. De la même manière, pour pouvoir être à la caserne à l'heure, la plupart des pompiers arrivent la veille au soir.

Lors du rassemblement, une fois l'appel fait et l'attribution de chacun à un véhicule, les consignes pour la journée sont données par le chef de garde, qui a la main sur le programme du jour. Vient ensuite jusqu'à 08h30 la vérification du matériel. Chaque sapeur a une liste de matériel opérationnel à vérifier, pour pouvoir être efficace ensuite sur intervention. A la fin de la vérification du matériel, la totalité des véhicules doit avoir été inspecté et vérifié, ainsi que le matériel à l'intérieur.

Après la vérification du matériel, la totalité de la garde part en sport, pendant une bonne heure. Généralement, le sport du matin est l'occasion de pratiquer de la course ou de la natation selon la météo et les zones/locaux à disposition.

Après le sport vient la période dite de manœuvre ou FPP (Formation Professionnelle Permanente). Selon le véhicule (incendie ou secours), chaque équipage a une révision définie pour chaque journée, que ce soit via de la théorie, ou avec des mises en situation pratique avec des ateliers ou des cas concrets, permettant une constante remise à niveau des intervenants.

Une fois ce programme achevé, et le repas pris, il est prévu que chaque pompier passe l'après-midi dans son service. En effet, en plus de partir en interventions, tous les pompiers sont affectés à un service au sein de leur centre de secours, et ce pour assurer une opérationnalité constante de chaque caserne. Il y a une grande diversité dans les services à la BSPP, allant de la remise (service gérant l'ensemble du parc automobile d'un centre de secours, assurant la gestion technique/mécanique/matérielle de chaque véhicule) au secrétariat (service gérant notamment le planning des gardes, en passant par des services dit du soutien de l'homme, avec notamment la gestion des uniformes/tenues d'interventions.

En fin d'après-midi, vers 17h30, une fois le travail quotidien de chaque service effectué, les sapeurs-pompiers effectuent une nouvelle séance de sport d'une heure environ, cette fois-ci plus axée sur du travail personnel (musculation, cardio, etc). Si les conditions le permettent, une séance de sport collectif (football, volley-ball, etc) pourra être organisée en lieu et place de la séance individuelle.

Après le sport et le repas du soir, les sapeurs-pompiers passent généralement la fin de soirée (jusqu'à minuit environ) à réviser et pratiquer inlassablement les gestes techniques en atelier pour garder les compétences nécessaires en intervention.

Chaque sapeur ayant son lit dans le centre de secours, il dort sur place, la garde ne se terminant que le lendemain à 07h45.

En plus de ce programme quotidien, chaque caserne a en plus chaque lundi matin la fameuse "montée de planche", exercice physique intense permettant de vérifier l'état physique de chaque sapeur, ainsi que "l'appel des morts au feu", cérémonie hebdomadaire où le nom de tous les sapeurs-pompiers morts au feu est lu, devant la garde rassemblée. Il peut également y avoir d'autres rassemblements dans la journée, à la discrétion du chef de garde, selon si des changements sont apportés au programme de la garde, ou en cas de remise de récompense.

Bien entendu, ce programme quotidien est une base théorique, qui sera bouleversée au gré des interventions diverses et variées.

En moyenne, un militaire du rang au sein de la "brigade" effectuera 12 gardes de 24 heures en 1 mois. Une semaine classique se déroule sous ce format: 48h de garde, puis 24 h de repos, puis 48 h de garde, et enfin 48h de repos.

Déroulement d'une interventionModifier

Quel que soit le moment de la journée, en cas d'intervention le sapeur doit abandonner la tâche qu'il occupait et se rendre le plus rapidement possible à son véhicule. Lorsqu'un appel tombe au CTA, basé à Champerret, l'opérateur pompiers, en coordination au besoin avec ses supérieurs hiérarchiques et avec la coordination médicale, décide de l'envoi d'un ou plusieurs véhicules en intervention. Pour ce faire, il envoie un ordre de départ à la ou les casernes concernées, précisant l'adresse, le type d'interventions, et toute information pertinente pour la bonne marche générale des opérations. Il garde au besoin au téléphone le requérant, même après avoir envoyé l'ordre de départ, au cas où il recevrait de nouvelles informations, et pour guider le requérant si des gestes sont nécessaires en attendant l'arrivée des secours. Une fois l'ordre de départ arrivé au centre de secours (dans la seconde suivant la décision de l'envoi), les sapeurs-pompiers composant l'équipage nécessaire ont un délai limité pour se rendre au véhicule (3 minutes en journée, 4 minutes la nuit), et doivent dans tous les cas arriver sur les lieux de l'intervention en moins de 10 minutes et ce quelle que soit la demande.

Pendant l'intervention, le Commandant des Opérations de Secours est le chef du premier véhicule présenté, et ce jusqu'à l'arrivée d'un supérieur hiérarchique (le plus ancien dans le grade le plus élevé). Le chef (appelé "chef d'agrès") est responsable de la conduite sur le trajet pour se rendre sur intervention, et une fois sur place, détermine et fixe la marche à suivre. Pour le trajet vers l'intervention, l'engin de la BSPP est considéré comme un VIGP (véhicule d'intérêt général prioritaire), et doit bénéficier de la priorité lorsqu'il activera ses avertisseurs sonores dits "deux tons" et ses gyrophares. La prudence néanmoins reste de mise, et s'il est toléré que des feux rouges soient franchis ou la limitation de vitesse dépassée de manière modérée, en aucun cas les intervenants ne doivent se mettre en danger ou mettre en danger le reste de la population. Au sein des véhicules de secours et d'assistance aux victimes (VSAV) par exemple, le chef d'agrès est minimum titulaire du grade de caporal-chef, mais peut également être un sous-officier. Il commande son équipage composé d'un conducteur et d'un équipier. C'est lui qui effectue le bilan de l'intervention, ordonne à son équipe d'effectuer les gestes nécessaires, et transmet son bilan à la coordination médicale. Sur les interventions incendies par exemple, c'est le chef d'agrès qui va répartir les tâches pour chacun de ses subordonnés, envoyer des binômes en reconnaissance, faire établir une ou plusieurs lances à incendies, etc Tout chef d'agrès peut au besoin faire venir des véhicules en renfort sur son intervention, selon les besoins, le nombre de victimes, pour combler une difficulté opérationnelle, pour un accès, etc, ou faire évoluer la chaine de commandement si l'intervention monte en puissance. A cette occasion, un ou plusieurs supérieurs hiérarchiques peuvent se déplacer et prendre le commandement des opérations. De manière générale, on repérera les moyens de renforts suivants:

- une équipe de prompt secours, qui pourra prendre en charge une nouvelle victime, effectuer un transport à l'hôpital ou aider pour le brancardage de la victime, etc. Cela peut être un VSAV par exemple, commandé donc par un caporal-chef ou un sous-officier;

- une équipe médicale, qui aidera à stabiliser la victime en vue de son transport en milieu hospitalier, et pourra être force de conseil pour une prise en charge optimale de la victime. A son bord, un médecin, un infirmier et un conducteur;

- un engin-pompe, véhicule pouvant servir tant en secours à victime, car composé de 6 sapeurs-pompiers, permettant ainsi une gestion de plusieurs victimes ou la gestion d'une intervention de secourisme lourd (type personne tombée à l'eau, défenestration, accident de la circulation, etc), que sur incendie. En effet, ce type de véhicule est multitâches, et est le principal vecteur opérationnel sur feu, avec de nombreux tuyaux et matériels à son bord, plusieurs échelles, et une réserve d'eau, permettant de s'alimenter en attendant un branchement sur une borne incendie. Il est commandé par un sous-officier ou un officier;

- un moyen élévateur aérien, communément appelé une grande échelle. Ce véhicule, équipé donc d'une échelle, parfois d'une nacelle permettant de fixer un brancard ou une lance à incendie, ou pouvant être articulé, permettant d'accéder à des zones difficiles, est utilisé tant en secours à victime qu'en incendie. Il sert à faire accéder des sapeurs-pompiers dans un immeuble par exemple, pour une reconnaissance d'appartement, ou pour lutter contre un incendie, sert pour brancarder une victime qui ne pourrait être évacuée par l'intérieur de l'immeuble (surpoids, impossibilité d'accès, nécessité d'effectuer un brancardage en position allongée dû à un pathologie, etc), et peut donc permettre la mise en place de lances à incendies, soit portées par un pompier, soit fixées à une nacelle. Ce moyen élévateur aérien est commandé au minimum par un caporal.

D'autres véhicules plus ou moins spécifiques peuvent être demandés selon les besoins opérationnels repérés (camion de désincarcération, véhicules d'interventions diverses, secours aquatiques, etc) tout comme des spécialistes de la BSPP peuvent être nécessaires pour la bonne conduite des opérations (vétérinaire, GRIMP, groupe d'exploration de longue durée, spécialistes NRBC, etc).

Enfin, les sapeurs-pompiers peuvent avoir besoin d'autres services publics, comme les forces de l'ordre (en cas d'agression, de découverte de personnes en décès certains, de personne en état d'ébriété, d'accident de la circulation corporel, d'accident grave du travail, etc), ou des spécialistes pour le gaz, l'électricité, l'eau...

Statistiquement, les interventions de la BSPP sont à plus de 80% des interventions de secours à victime. Lors de ces interventions, les sapeurs-pompiers peuvent être confrontés à des cas divers et variés:

- malaise sur son lieu de travail, à domicile, ...

- relevage d'une personne impotente

- prise en charge d'une parturiente (femme enceinte sur le point d'accoucher)/accouchement inopiné

- accident de la circulation (AVP-accident voie publique)

- arrêt cardio-respiratoire (ACR)

- accident vasculaire cérébral (AVC)

- personne blessée en lieu public

- troubles psychologiques

- personne en état d'ébriété

- personne agressée

- personne tombée à l'eau

- hémorragie, plaies, traumatismes, brûlures

- transport d'une victime en milieu hospitalier par carence d'ambulance de transport

- etc

Concernant les interventions autres que le secours à victimes, on trouvera:

- feux de toitures, de pavillons, de commerces, d'immeuble d'habitation, de parc de stationnement couvert, ...

- inondation majeure

- intervention à caractère NRBC

- accident de transport (ferroviaire, aérien, matières dangereuses-TMD, ...)

- etc

Cette pluralité d'interventions est la raison de la rigueur imposée dans la formation initiale et dans la pratique régulière des gestes et techniques.

Une fois les lieux de l'intervention quittés, après avoir évacuée la victime à l'hôpital par exemple, ou avoir éteint l'incendie et procéder au déblai de la zone, l'équipage revient au centre de secours, et reprend le programme quotidien prévu, après avoir reconditionné si besoin le matériel. Le chef d'agrès peut à cette occasion procéder à un débriefing de l'intervention, s'assurer que son équipe n'a pas subi de traumatismes (physiques ou psychologiques), et faire une transmission et une révision de connaissance pour s'assurer qu'il ne reste pas d'incompréhension de l'intervention.

Systèmes embarquésModifier

 
Sur cette Peugeot 308 l'antenne-relais de couleur rouge du système Antarès apparait clairement.

AntarèsModifier

Article détaillé : Antares (réseau).

En 2009 la BSPP a fait migrer son système de communication, jusque-là analogique vers le système numérique Antarès. Depuis cette date les véhicules disposent d'une petite antenne-relais de couleur rouge ou blanche montée généralement sur la cabine du véhicule. Ce système permet une communication plus fluide[28], y compris avec les autres échelons dépendant de la DGSCGC.

JumelagesModifier

Depuis le 13 juillet 2002, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris est jumelée avec le New York City Fire Department (FDNY)[29],[30].

Depuis 2001, la brigade est jumelée avec la quatrième compagnie de pompiers de Santiago du Chili, « Pompe France »[31].

La brigade est également jumelée avec les sapeurs-pompiers des villes de Berlin, Pékin et Genève[32].

Dans la culture populaireModifier

Pour le grand public, la Brigade reste étroitement liée aux défilés du 14 juillet, avec la présence de sapeurs-pompiers défilant sur l'avenue des Champs-Elysées pendant le défilé à pied et en véhicule lors de la partie motorisée. Par ailleurs les pompiers de Paris sont célèbres[33] en Île-de-France pour leurs bals des pompiers organisés généralement le 13 juillet au soir.

Morts en interventionModifier

Liste non exhaustive des militaires de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris morts en intervention depuis sa création.

Sapeurs-pompiers de Paris morts en interventions.
Date Nom Âge Grade Catégorie Caserne Circonstance du décès Département
d'origine
Source
12/01/2019 Josselin Nathanaël 27 1re classe Militaire du rang Château-d'Eau Explosion suite à une fuite de gaz. Yonne [34]
12/01/2019 Cartannaz Simon 28 Caporal-chef Militaire du rang Château-d'Eau Explosion suite à une fuite de gaz. Savoie [34]
04/09/2018 Henri Geoffroy 27 1re classe Militaire du rang Rungis Poignardé par un déséquilibré. Nord [35]
14/01/2018 Lassus-David Jonathan 28 Sergent Sous-officier Choisy-le-roi Incendie d'un parking. Pyrénées-Atlantiques [36]
27/04/2015 Dumont Florian 25 1re classe Militaire du rang Bondy Incendie d'un pavillon. Rhône [37]
14/03/2015 Salel Aurélie 26 Caporal-chef Militaire du rang Bondy Incendie d'un pavillon. Aude [38]
17/11/2007 Mercier Matthieu 23 Caporal-chef Militaire du rang Bitche Incendie d'un garage. / [39]
17/11/2007 Martin Ludovic 21 Caporal Militaire du rang Bitche Incendie d'un garage. Ille-et-Vilaine [39]
20/09/2007 Blouet Antoine 21 1re classe Militaire du rang Sevigné Incendie d'un immeuble. Ille-et-Vilaine [40]
06/01/2006 Pailot Grégory 23 Caporal-chef Militaire du rang Colombes Incendie d'un supermarché. Essonne [41]
25/08/2003 Saganta Thierry 20 1re classe Militaire du rang Aubervilliers Effondrement, incendie d'un squat. Val-d'Oise [42]
14/09/2002 Gabreau Thomas 27 Sergent Sous-officier Champerret Incendie d'un immeuble. Marne [43]
14/09/2002 Irigoin Matthieu 23 Caporal Militaire du rang Champerret Incendie d'un immeuble. Pyrénées-Atlantiques [43]
14/09/2002 Larminier Benoît 22 2e classe Militaire du rang Champerret Incendie d'un immeuble. Lot-et-Garonne [43]
14/09/2002 Mottin Romuald 24 Caporal Militaire du rang Champerret Incendie d'un immeuble. Manche [43]
14/09/2002 Pilorge Gwénael 23 Caporal Militaire du rang Champerret Incendie d'un immeuble. Morbihan [43]
07/07/2000 Baudry Anthony 24 1re classe Militaire du rang Nativité Explosion d'une canalisation. / [44]
23/07/1998 Maignan Nicolas 27 Lieutenant Officier / Noyade. / [45]
12/08/1994 Bellier Luc 27 Caporal-chef Militaire du rang 12 Électrocution lors d'un incendie. / [46]
20/05/1990 Guillamot Loïc 22 1re classe Militaire du rang Bondy Accident de la circulation. / [47]
06/02/1990 Hideux Stéphane 20 1re classe Militaire du rang Montrouge Explosion d'une bouteille de gaz. / [48]
28/04/1987 Maréchal Franck 21 1re classe Militaire du rang / Électrocution lors d'un incendie. / [49]
09/11/1982 Boulai Philippe 22 2e classe Militaire du rang / Incendie d'un dépôt. / [50]
28/01/1977 Eluard Maurice 48 Adjudant-chef Sous-officier / Accident d'hélicoptère. / [51]
30/10/1975 Guignard Christian 26 Caporal-chef Militaire du rang Saint-Cloud Malaise lors d'un incendie. / [52]
02/10/1968 Rémy André 21 2e classe Militaire du rang / Incendie d'un pavillon. / [53]

Galerie photosModifier

DocumentaireModifier

BibliographieModifier

  • allo Dix-Huit, Association pour le développement des œuvres sociales des sapeurs-pompiers de Paris, Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, bimestriel (ISSN 0983-3889)
  • Aristide Arnaud, Pompiers de Paris : des origines à nos jours, Paris, France-Sélection, 1985 (ISBN 2-85266-008-3)
  • Philippe Cart-Tanneur et Catherine Pugeault, Sapeurs-pompiers de Paris : la brigade, Massin, Paris, 2001
  • Demory (Jean-Claude), "Les Sapeurs-Pompiers de Paris dans la Grande Guerre", in 14-18 Magazine, no 7, avril-mai 2002.
  • Didier Rolland, Sapeurs pompiers de Paris : culture et traditions, Atlante, Saint-Cloud, 2005 (ISBN 2-912671-21-3)
  • Ludovic Roubaudi, Le 18, Le Dilettante, Paris, 2004, (ISBN 2-84263-092-0)
  • Paul-Henry Thibaut, Les Pompiers de Paris de la Révolution française à Napoléon Ier : Organisation et militarisation, Éditions universitaires européennes, 2004 (ISBN 978-3-8417-8864-1)

RéférencesModifier

  1. Décret du 18 juin 2015 portant affectations d'officiers généraux ! Legifrance
  2. a et b Site de la BSPP
  3. Chef de Bataillon A. Arnaud, Pompiers de Paris, France Sélection, Paris, 1958.
  4. Almanach royal pour l'an 1719, publié par Laurent d’Houry, Paris, 1719
  5. Almanach royal pour l’an 1728, publié par la Veuve d’Houry, Paris, 1728. La liste des Pompes du Roy est absente de l’Almanach royal entre 1721 et 1727.
  6. L’artillerie et le génie de la Garde Impériale
  7. LCL Aristide Arnaud (E.R.), Pompiers de Paris, France Sélection, page 112 édition de 1985
  8. Paul Hess, La Vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918, Anthropos 1998, p. 272
  9. Décret du 4 juillet 1919, attribution de la croix de chevalier de la Légion d’honneur à la compagnie des sapeurs-pompiers de Reims
  10. La Butte meurtrie, Vauquois, p. 202-203.
  11. JMO du Génie du 5e corps d'armée (France)
  12. LCL Aristide Arnaud (E.R.), Pompiers de Paris, France Sélection, page 556 édition de 1985
  13. a et b « Le général Casso mis à l’honneur à Paris », sur opex360.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  14. « L'Ethique du Pompier de Paris », sur pompiersparis.fr (consulté le 7 septembre 2018).
  15. Livre La brigade / Sapeurs-pompiers de Paris, paru en novembre 2001 chez Massin
  16. a et b « 1967 – 2017 – Les 50 ans de la BSPP », sur anacapp.org
  17. « Remise de décoration au drapeau de la BSPP », sur pompiersparis.fr,
  18. https://www.pompiersparis.fr/fr/news/actualites/l-engagement-des-pompiers-de-paris-souligne-par-la-remise-de-deux-nouvelles-medailles-et-d-une-fourragere-d-or
  19. https://allo18-lemag.fr/ceremonie-le-drapeau-de-la-brigade-honore-par-la-republique/
  20. « Éthique », sur pompiersparis.fr
  21. https://www.pompiersparis.fr/fr/presentation/organisation
  22. https://www.pompiersparis.fr/fr/presentation/organisation/1er-groupement-d-incendie-et-de-secours
  23. https://www.pompiersparis.fr/fr/presentation/organisation/2e-groupement-d-incendie-et-de-secours
  24. https://www.pompiersparis.fr/fr/presentation/organisation/3e-groupement-d-incendie-et-de-secours
  25. https://www.defense.gouv.fr/ema/operations_exterieures/liban/breves/04_08_09_liban_intervention_de_la_bspp_sur_un_incendie
  26. https://www.pompiersparis.fr/fr/operationnelle/le-centre-operationnel
  27. « Bilan statistique de l'activité opérationnelle 2008 ».
  28. http://www.senat.fr/rap/r12-033/r12-03316.html
  29. « jumelage entre la BSPP et le FDNY », sur skyrock.com (consulté le 6 février 2019).
  30. « Jumelage entre la BSPP et le FDNY - Vidéo dailymotion », sur dailymotion.com (consulté le 6 février 2019).
  31. (es) « La Pompe France signe le jumelage avec la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris », sur Pompe France Santiago, (consulté le 24 février 2016).
  32. Frédéric Thomasset, « Le «grand frère» parisien des pompiers genevois », sur Tribune de Genève, (consulté le 24 février 2016).
  33. http://14juillet.paris.fr/bals.html
  34. a et b « Décès en intervention de deux sapeurs-pompiers », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  35. « Avis de décès »
  36. « Décès du sergent Jonathan Lassus David de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  37. « Décès du sapeur de première classe Florian Dumont », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  38. « BSPP : "Morte au feu" », sur L'Opinion, (consulté le 15 avril 2019)
  39. a et b « Décès du sergent Mathieu Mercier et du caporal-chef Martin Ludovic », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  40. « Décès du sapeur de 1re classe Blouet Antoin de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  41. « Décès du sergent Gregory Pailot de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  42. « Décès du caporal Thierry Saganta de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  43. a b c d et e « Décès du sergent Thomas Gabreau, des caporaux Romuald Mottin, Mathieu Irigoin, Gwenael Pilorge du sapeur Benoit Laminier », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  44. « Décès du caporal Anthony Baudry de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  45. « Décès du capitaine Nicolas Maignant de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 avril 2019)
  46. « Décès du caporal-chef Luc Bellier de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  47. « Décès du sapeur Loic Guillamot de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  48. « Décès du sapeur de 1re classe Stéphane Hideux de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  49. « Décès du sapeur de 1re classe Franck Marécjal de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  50. « Décès du sapeur Philippe Boulai de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  51. « décès de l'adjudant-chef Maurice Eluard de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  52. « Décès du caporal-chef Christian Guignard de lala brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)
  53. « Décès du sapeur André Rémy de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 17 avril 2019)

AnnexesModifier