Égalité des sexes

principe selon lequel les femmes et les hommes devraient recevoir un traitement égal et ne pas être discriminés en fonction de leur genre

L'égalité des genres, aussi connue sous les termes d'égalité des sexes, est le principe selon lequel les femmes et les hommes doivent recevoir un traitement égal et ne doivent pas être victimes de discriminations basées sur leur appartenance à l'un ou l'autre genre, hormis les cas où une différence de traitement serait normalisée[pas clair], comme dans le cadre sportif par exemple.

Un des symboles représentant l'égalité des sexes.

L'égalité des genres est un objectif de la Déclaration universelle des droits humains et constitue l'Objectif de développement durable no 5 de l'Organisation des Nations Unies, qui prévoit une égalité en droit et dans des situations sociales, et en particulier un salaire égal pour un travail égal (en).

Égalité dans les faitsModifier

Si l'égalité entre genres présuppose une égalité de droits, et notamment la transcription dans les lois nationales des droits des femmes, elle ne se limite pas à ces aspects légaux et visent des inégalités de fait, lorsque ces lois ne sont pas respectées[1].

Inégalités au travail : salaires et conditions de travailModifier

Selon le 10e baromètre des discriminations perçues dans l'emploi du Défenseur Des Droits en France, le genre est le deuxième motif de discrimination dans le monde professionnel[2].

SalairesModifier

Selon l'Observatoire des Inégalités, en France, les femmes seraient, quel que soit le temps de travail, payées 25,7% de moins que les hommes qui sont eux, payés 34,6% de plus que les femmes (situation en 2012)[3].

Étude INSEE 2013 (France)Modifier

En 2013, l'INSEE synthétise les facteurs observables qui participent à la différence de salaire entre femmes et hommes. L'INSEE prend l'exemple des salariés de Bourgogne-Franche-Comté[4]:

- La salariée obtient un salaire annuel inférieur de 26% en moyenne.

- Les salariées travaillent en moyenne moins que les salariés car elles peuvent moins se dérober aux charges familiales (36 % d'entre elles font du temps partiel contre 12 % d'entre eux). Ramenée à un volume horaire équivalent, la différence passe de 26 % à 16,7 %. Le temps de travail est donc le premier facteur discriminatoire.

- Le second facteur est l'inégalité interprofessionnelle : les femmes sont concentrées dans des métiers en moyenne moins bien rémunérés bien qu'indispensables (métiers du soin : puériculture, services d'aide aux personnes âgées, personnels soignants, etc.). L'INSEE estime que sans ce facteur, l'écart passerait de 16,7 % à 10 %.

- Différents facteurs que l'INSEE nomme les « effets de structures observables » (type de contrat de travail, secteur de l'entreprise etc.), participent, toujours selon l'INSEE, à 3,2% de l'écart salarial. Sans tenir compte de ces facteurs, on arriverait à une différence salariale de 6,8 %.

- L'Insee évoque une discrimination salariale « pure » de 6,8 % entre hommes et femmes. Cependant, « d'autres facteurs comme l'expérience professionnelle, l’ancienneté dans l’entreprise ou encore le niveau de diplôme acquis peuvent contribuer à l'expliquer. Il peut aussi être le reflet de pratiques discriminatoires en termes d’avancement ou de primes. »

Études Glassdoor 2016 et 2019 (France, États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Canada, Pays-Bas et Singapour)Modifier

Se basant sur des informations salariales à l’échelle du poste et de l’entreprise dans plusieurs pays riches, le cabinet de ressources humaines Glassdoor publie une étude sur le sujet en 2016, puis une étude similaire en 2019. En France, l'étude trouve un écart de rémunération “non ajusté” entre femmes et hommes est de 11,6 %. En appliquant des contrôles statistiques, on trouve un écart, dit “ajusté”, de 3,7 % (ce dernier étant significativement plus bas que celui de 6,3 % en 2016), qui correspond à l'écart que l'étude ne parvient pas à expliquer[5],[6].

Présence d'un enfant dans le foyer familial (études OCDE 2012 et Glassdoor 2016)Modifier

D'après plusieurs études, la différence de revenus serait liée à la présence d'un enfant dans le foyer familial.

  • En 2012, un rapport de l'OCDE montre une différence de salaires quasiment nulle en France entre femmes et hommes travaillant à temps plein dans la tranche 25-44 ans lorsque aucun enfant n'est présent dans la famille[7]. La différence s'établissait alors à 13 % en défaveur des femmes-mères par rapport aux hommes-pères lorsqu'un ou plusieurs enfants étaient présents dans le foyer.
  • En 2016, le cabinet Glassdoor indique qu'à poste égal, la différence de salaires entre femmes et hommes est quasiment nulle (0,4 %) lorsque aucun enfant n'est présent dans la cellule familiale. En revanche, les femmes qui ont eu au moins un enfant gagnent 12,4 % de moins que les hommes[8].

Conditions de travailModifier

  • les hommes sont plus exposés aux conditions de travail pénibles que les femmes[9] et sont plus touchés par les accidents du travail[10] ;
  • les hommes sont victimes de remarques sexistes lorsqu'il est question de leur statut de père au sein de leur entreprise. Ainsi Noam Leandri, président de l'Observatoire des Inégalités note que « Peu d'hommes prennent un congé paternité et lorsqu'ils le font, cela peut être perçu de manière négative »[10].

En 2019 le Projet Interrégional Laboratoire de l’égalité (PILE) initié par l’Université de Franche-Comté (UFC) et l’Université de Genève (UNIGE) lancent une plateforme de bonnes pratiques et de ressources transfrontalières pour les entreprises souhaitant s'informer et prendre des mesures en faveur de l'égalité et la diversité professionnelle[11].

Inégalités dans la familleModifier

Familles monoparentalesModifier

Dans la majorité des familles monoparentales, en France, les pères et les mères n'ont pas un partage égalitaire des enfants.

Comparaison des familles
Source : Institut national de la statistique et des études économiques, enquête Familles et logements concernant 3,4 millions d'enfants résidant principalement avec un seul de leurs parents, 2011[12]

Certaines revendications hoministes dénoncent les jugements en matière de divorce ou de séparation qui auraient selon eux tendance à favoriser les femmes. Le droit des pères, notamment en ce qui concerne la garde des enfants, y serait insuffisamment reconnu. Ainsi, si d'après Gérard Réverend, président de l'association Les papas=les mamans, "à peine 1 père sur 5 (20%) demande à avoir la résidence principale de son enfant"[réf. nécessaire], en 2009 selon le Ministère de la Justice seulement 1 enfant sur 12 (8%) est confié au père contre 74,6 % à la mère et 16,9 % en résidence alternée aux deux parents[13]. D'après Marc Juston, juge aux affaires familiales à Tarascon, « les juges ne sont pas contre les pères » mais restent dans un « schéma où il est acquis que la mère doit garder son enfant et que le père doit se battre pour obtenir davantage »[13].

Inégalité : les violences contre les femmesModifier

De profonds dysfonctionnements existent encore en 2020 quant au traitement réservé aux différents genres. En effet, les violences subies le sont très majoritairement par des femmes et commises par des hommes, cela se nomme la Violence contre les femmes. Cette violence inclut tous les types de violences et dans tous les aspects de la société, qu'il s'agisse du cercle familial et conjugal, du domaine professionnel, ou de l'espace public dans son ensemble le plus large.

Inégalités devant l'institution judiciaireModifier

  • Pour un même fait, les hommes sont plus souvent présumés coupables là où les femmes bénéficient plus souvent de relaxe[10] ;
  • Pour un même fait, les hommes condamnés le sont plus souvent à de la prison ferme là où les femmes obtiennent plus souvent de la prison avec sursis[10];
  • Les femmes bénéficieraient d'une image de victime, mais pas les hommes[10].

ÉtudesModifier

La sous-représentation des femmes dans les domaines des mathématiques, des sciences physiques, des technologies et de l’ingénierie est constatée à l’échelle mondiale. La réduction de ce déséquilibre est souvent un objectif prioritaire dans les pays développés progressistes. Selon une étude contestée de 2018[14], plus un pays lutterait contre les inégalités hommes-femmes, moins les femmes feraient d'études scientifiques. L'explication avancée, est que lorsque les femmes ont le choix[citation nécessaire][15],[16] ????

Inégalités face au logementModifier

Les femmes sans-domicile bénéficient de conditions d’hébergement plus stables que les hommes. Ces derniers constituent la quasi-totalité de la population des sans-abri[17].

Oppositions à la notion d'égalité des genresModifier

La théorie de la « complémentarité » entre femmes et hommes, sexisme déguiséModifier

L'idée de complémentarité entre femmes et hommes évoque l'idée qu'il existerait des rôles prédéterminés naturels ou d'origine divine pour les deux genres, rôles polarisés "qui permettrait la coexistence des femmes et de hommes au sein des couples hétérosexuels ainsi que dans la société". Elle est l'argument principal fréquemment invoqué par les opposants pour faire barrage aux initiatives, notamment légales, visant à instaurer l'égalité entre les genres.

En France, en 2014, des opposants à un projet d'éducation scolaire à l'égalité pour lutter contre les préjugés et stéréotypes sexistes à l'école, l'ABCD de l'égalité, font échec à ce projet[Pas dans la source] en réclamant « un ABCD de la complémentarité »[18],[19].

En Tunisie, lors d'un projet de réforme de la Constitution, le parti islamiste Ennahda, opposé à l'idée d'égalité, annonce en 2012 vouloir y introduire cette notion de complémentarité, provoquant une levée de boucliers, mais aussi une formulation très vague et donc jugée peu opérante de la formulation sur l'égalité finalement retenue[20].

En France, depuis 1983, les entreprises d'au moins 300 salariés doivent établir chaque année un Rapport de situation comparée sur l'égalité femme-homme pour « comprendre et agir sur les inégalités ».

Son abandon dans le cadre d'un projet de loi sur le dialogue social est dénoncé comme une régression en matière de lutte contre les inégalités (tout comme l'abandon de l'obligation de négocier)[21].

Législation relative à l'égalité des genresModifier

Indices de mesure de l'égalité des sexesModifier

Dans le mondeModifier

L'indice genre de Equal Measures 2030Modifier

L'organisation indépendante Equal Measures 2030, rassemblant une coalition d'ONG œuvrant en faveur de l'égalité des sexes et des femmes[22], publie un Indice Genre qui vise à mesurer l'accomplissement de l'objectif de développement durable no 5 (ODD) de l'ONU, qui a pour échéance l'année 2030. L'indice se base sur 51 indicateurs d’égalité des sexes pour 129 pays, en cohérence avec 14 autres ODD (Production et Consommation durable, Vie aquatique et biodiversité étant exclus car jugés peu pertinents par rapport au sujet de l'égalité des sexes).

Ces indicateurs montrent que globalement, la couverture des besoins fondamentaux pour toutes - l'ODD 2 (Faim Zéro), l'ODD 3 (Bonne santé et bien-être), l'ODD 4 (Éducation de qualité) et l'ODD 6 (Eau propre et assainissement) - progressent, mais, quel que soit le pays, les promesses d’égalité entre les genres ne sont pas encore tenues, en particulier face aux changements climatiques (ODD 13), à l’emploi dans l'industrie et l’innovation (ODD 9), ou encore dans le domaine des partenariats notamment en termes de finances publiques et de collecte de données (ODD 17). L’ODD 5 (égalité des genres) est loin d’être atteint [23].

D'après l'indice 2019 c'est en Europe du Nord (Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Pays-Bas) que l'égalité des sexes est la mieux respectée, alors que le Canada est huitième et l’Australie dixième. C'est au Congo, en République Démocratique du Congo et au Tchad qu'elle est le moins respectée. Le niveau de richesse est assez corrélé au degré de respect de l'égalité des sexes, mais pas toujours (ex : le Rwanda, la Slovénie ou le Vietnam sont plus respectueux des femmes par rapport à des pays au PIB comparable, alors que la Russie, la Suisse ou la Turquie ont des scores plus faibles que d'autres pays comparables en termes de richesse.

En FranceModifier

La loi no 2018-771 du [24] prévoit la mise en place d'un index égalité femmes-hommes devant être calculé et publié chaque année par les entreprises d'au moins 50 salariés. Un décret publié le précise ses modalités de calcul[25]. Sur 100 points, l'index est calculé à partir de 5 indicateurs :

  • L'écart de rémunération entre les hommes et les femmes (40 points),
  • L'écart dans les augmentations annuelles entre les hommes et les femmes (20 points),
  • L'écart dans les promotions entre les hommes et les femmes (15 points),
  • Les augmentations au retour de congé maternité (15 points),
  • La parité parmi les plus grosses rémunérations (10 points).

Les entreprises avaient jusqu’au pour publier le premier index. Des pénalités pouvant s'élever à 1 % de la masse salariale[26] sont prévues si l'index n'atteint pas au moins 75 points dans les trois ans.

La parité signifie que chaque sexe est représenté à égalité dans les institutions.

C'est un instrument au service de l'égalité, qui consiste à assurer l'accès des femmes et des hommes aux mêmes opportunités, droits, occasions de choisir, conditions matérielles tout en respectant leurs spécificités.

ProspectiveModifier

Selon l'étude annuelle du Forum économique mondial publiée en 2021, il faudra encore compter 135,6 années avant de parvenir à la parité à l’échelle mondiale, tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d’éducation[27]. Cette échéance est retardée de 36 ans par la pandémie de Covid-19, dont les répercussions ont été plus sévères pour les femmes, qui ont notamment été plus nombreuses à perdre leur emploi[27].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Élisabeth Doutre, « « Inégalités et discrimination en Recherche & Développement : analyse de l’effet des stéréotypes de genre dans les représentations sociales et les attitudes des élèves ingénieurs » », L'orientation scolaire et professionnelle, nos 41/1,‎ (DOI 10.4000/osp.3740, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2015)

Notes et référencesModifier

  1. Jacqueline Laufer, « Entre égalité et inégalités : les droits des femmes dans la sphère professionnelle », L'Année sociologique, vol. 53, no 1,‎ , p. 143 (ISSN 0066-2399 et 1969-6760, DOI 10.3917/anso.031.0143, lire en ligne, consulté le 3 janvier 2019)
  2. « Le Défenseur des droits agit pour faire respecter les droits de toutes les femmes et lutter contre les discriminations », sur Défenseur des Droits, (consulté le 12 mars 2020)
  3. « Site de l'observatoire des inégalités », sur inegalites.fr, (consulté le 20 mars 2018)
  4. « Inégalités salariales entre hommes et femmes : les métiers exercés et le temps de travail expliquent plus de la moitié des écarts - Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté - 8 », sur www.insee.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  5. « Inégalités de salaires hommes/femmes en France et dans le monde : l'étude 2019 de Glassdoor », sur Glassdoor FR, (consulté le 15 novembre 2019)
  6. Thomas Chenel, « L'écart de salaires entre hommes et femmes est beaucoup moins important en France qu'en Allemagne ou aux Pays-Bas », sur Business Insider France, (consulté le 15 novembre 2019)
  7. « L'égalité hommes-femmes en matière d'emploi | READ online », sur OECD iLibrary (consulté le 15 novembre 2019)
  8. « Les Françaises sans enfant mieux payées que les mères », sur www.20minutes.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  9. INSEE, « Regards sur la parité, édition 2012 »
  10. a b c d et e « Les hommes aussi sont victimes de discriminations », sur Le Huffington Post, (consulté le 15 novembre 2019)
  11. « Genèse du projet », sur ÉGALITÉ : AU TRAVAIL ! (consulté le 16 mai 2019)
  12. « Vivre dans plusieurs configurations familiales | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 24 juin 2017)
  13. a et b « Nantes: Pourquoi les pères divorcés obtiennent rarement la garde de leurs enfants », sur LExpress.fr, (consulté le 15 novembre 2019)
  14. (en) Gijsbert Stoet et David C. Geary, « The Gender-Equality Paradox in Science, Technology, Engineering, and Mathematics Education », Psychological Science, vol. 29, no 4,‎ , p. 581–593 (ISSN 0956-7976, DOI 10.1177/0956797617741719, lire en ligne, consulté le 9 décembre 2019)
  15. le figaro, « Plus un pays est développé, moins les femmes font d’études scientifiques », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 9 décembre 2019)
  16. Béatrice Kammerer, « Plus un pays est riche, moins les femmes choisissent les sciences... », sur Sciences Humaines (consulté le 9 décembre 2019)
  17. « L’hébergement des sans-domicile en 2012 », insee.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  18. Qui a peur de l’égalité entre les sexes ? Libération, 28 janvier 2014
  19. L’opposante aux « ABCD de l’égalité » Farida Belghoul sanctionnée par l’éducation nationale, Le Monde, 30 octobre 2014
  20. Le projet de Constitution tunisienne veut établir l'égalité des sexes, Libération, 6 janvier 2014
  21. Le projet de loi sur le dialogue social, une menace pour l'égalité homme-femme ?, L'Express, 15 mai 2015
  22. (en) « Who We Are », sur Equal Measures 2030 (consulté le 15 novembre 2019)
  23. [ https://www.equalmeasures2030.org/products/global-report-2019/ Global Report “Harnessing the power of data for gender equality: Introducing the 2019 EM2030 SDG Gender Index”], |equalmeasures2030
  24. LOI n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, (lire en ligne)
  25. « Décret n° 2019-15 du 8 janvier 2019 portant application des dispositions visant à supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes dans l'entreprise et relatives à la lutte contre les violences sexuelles et les agissements sexistes au travail | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 août 2019)
  26. Joseph Martin, « Index égalité homme femmes : des sanctions pour les entreprises retardataires », sur RSE Magazine (consulté le 4 juillet 2019)
  27. a et b Le Monde avec AFP, « La pandémie de Covid-19 retarde les progrès vers l’égalité femmes-hommes d’une génération », sur lemonde.fr, (consulté le 7 avril 2021).