Ouvrir le menu principal

Tunisiens

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple. Pour la langue, voir arabe tunisien. Pour les homonymes, voir Tunisien.
Tunisiens
توانسة Twānsa
ⵜⵯⴻⵏⵙⴰ Twensa

Description de l'image Flag of Tunisia.svg.
Populations significatives par région
Drapeau de la Tunisie Tunisie 11 304 482 (2016)[1]
Drapeau de la France France 668 668 (2016)[2]
Drapeau de l'Italie Italie 189 092 (2016)[2]
Drapeau d’Israël Israël 120 700 (2016)[3]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 86 601 (2016)[2]
Drapeau de la Libye Libye 68 952 (2016)[2]
Drapeau de la Belgique Belgique et Drapeau du Luxembourg Luxembourg 24 810 (2016)[2]
Drapeau du Canada Canada 20 300 (2016)[2]
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis 19 361 (2016)[2]
Drapeau de l'Algérie Algérie 18 796 (2016)[2]
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 16 774 (2016)[2]
Drapeau de la Suisse Suisse 16 667 (2016)[2]
Drapeau des États-Unis États-Unis 15 308 (2016)[2]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 8 776 (2016)[2]
Population totale c. 13 000 000 (2016)
Autres
Régions d’origine Maghreb (Afrique du Nord-Ouest)
Langues Arabe tunisien[4], Judéo-tunisien, Berbère, Français
Religions Principalement Islam (Malikisme sunnite mais aussi Ibadisme) ; présence de minorités juives et chrétiennes (Catholiques)[5]
Ethnies liées Tuniso-européens, Turco-tunisiens, Italo-tunisiens, Maghrébins et d'autres peuples latins ou afroasiatiques

Le peuple tunisien ou les Tunisiens (en arabe tunisien : توانسة ; Twensa) sont un groupe ethnique Maghrébin et une nation originaire du Nord-Ouest de l'Afrique principalement de la Tunisie, qui parle l'arabe tunisien et dont les membres partagent une culture et une identité commune. En outre, une Diaspora tunisienne a été établi lors de migrations, en particulier en Europe de l'Ouest à l'instar de la France, de l'Italie et de l'Allemagne.

Avant les temps modernes, les Tunisiens étaient connus sous le nom d'Afāriqah (Romano-africain)[6], terme issu de l'ancien nom de la Tunisie, l’Ifriqiya ou la province d'Afrique dans l'Antiquité, ce qui a donné la dénomination actuelle du continent africain[7].

Sommaire

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire de la Tunisie.

De nombreuses civilisations et peuples ont envahi, migré ou ont été assimilés à la population au cours des millénaires. Ces influences sont multiples : Phéniciens, Carthaginois, Romains, Vandales, Grecs, Arabes, Normands, Italiens, Espagnols, Turcs Ottomans, Janissaires, et Français.

L'Afrique et l'IfriqiyaModifier

La première civilisation connue de l’histoire de la Tunisie actuelle est la culture capsienne, une civilisation berbère liée aux Numides. Les Phéniciens s'établirent en Tunisie entre le XIIe et le IIe siècle av. J.-C. et fondèrent l'ancienne Carthage[8]. Ces migrants ont apporté avec eux leur culture et leur langue qui s'est progressivement étendue des zones côtières tunisiennes au reste du Nord-Ouest de l'Afrique, en passant par la péninsule ibérique jusqu'à la plupart des principales îles de la Méditerranée (Baléares, Corse, Djerba, Malte, Sardaigne, Sicile et d'autres mineures) [9]. À partir du VIIIe siècle av. J.-C., la plupart des Tunisiens étaient des puniques. Quand Carthage est tombé en 146 avant JC sous le joug des Romains[10],[11] la population côtière était principalement punique, mais cette influence diminuait en s'éloignant des côtes[12]. De la période romaine à la conquête islamique, les Latins, les Grecs et les Numides ont également influencé les Tunisiens, appelés Afariqa : Africains (romains).

Depuis la conquête islamique du Maghreb en 673, un petit nombre d'Arabes, de Persans et d'autres populations Moyen-Orientale s'installèrent en Tunisie, qui s'appelait alors Ifriqiya, de son ancien nom la province romaine d'Afrique[13],[14]. Au début du XIe siècle, les Normands du royaume de Sicile s'emparèrent de l'Ifriqiya et fondèrent le royaume d'Afrique qui dura de 1135 à 1160[15],[16]. Les siciliens et les normands s'installèrent en Tunisie, se mêlant à la population et donnant lieu à un contact de cultures différentes parmi le peuple tunisien qui a entre autres donné naissance à la culture normanno-arabo-byzantine[17].

Après la Reconquista et l'expulsion des non-Chrétiens et Morisques d'Espagne, beaucoup d'espagnols musulmans et juifs sont arrivés. Selon Matthieu Carr, "autant Que quatre-vingt mille Maures se sont installés en Tunisie, la plupart d'entre eux dans et autour de la capitale, Tunis, qui contient toujours un quartier connu sous le nom Zuqaq al-Andalus, ou "Avenue de l'Andalousie".

TunisiensModifier

Article connexe : Tunisie ottomane.

Au cours des XVIIe et XIXe siècles, l'Ifriqiya est passée sous domination espagnole, puis Ottomane et a accueilli des immigrants italiens à partir de l’année 1609[18],[19]. Tunis est officiellement intégré dans l'Empire ottoman sous le nom d'Eyalet de Tunis (province), éventuellement y comprenant l'ensemble du Maghreb, à l'exception du Maroc.

Sous l'Empire ottoman, les limites du territoire habité par les Tunisiens se sont contractés ; l'Ifriqiya perdu du territoire à l'ouest (Constantine) et à l'est (Tripoli). Au XIXe siècle, les dirigeants de la Tunisie ont pris conscience des efforts politiques et sociaux menés lors de la réforme dans la capitale Ottomane. Le Bey de Tunis, par ses propres lumières, mais éclairé par l'exemple turc, tente d'effectuer une modernisation des institutions et de l'économie. Toutefois, la dette internationale tunisienne augmente au point de devenir ingérable. Ce fut la raison ou le prétexte qu'utilisa la France, alors principale créancière du pays, pour y établir un Protectorat en 1881.

Protectorat françaisModifier

Article détaillé : Protectorat français de Tunisie.

De la République à la RévolutionModifier

L'indépendance vis-à-vis de la France a été obtenue le 20 mars 1956. La Tunisie se reconstitue alors brièvement en tant que monarchie constitutionnelle avec le Bey de Tunis, Lamine Bey, en tant que roi et chef d'État de la Tunisie. Ce dernier abdique en 1957 c'est alors le Premier ministre Habib Bourguiba qui abolit la monarchie et établit fermement son parti, le Néo-Destour — qui signifie littéralement « nouvelle constitution » — la même année. Dans les années 1970, l’économie tunisienne se développe d'un bon rythme. Du pétrole est découvert dans le Sud tunisien et le tourisme s'accroît. L'urbanisation fait que les populations des villes et des campagnes arrivent à des proportions à peu près égales. Toutefois, des problèmes agricoles et de chômage urbain entraîne une migration accrue vers l'Europe.

Le 7 novembre 1987, le Président Bourguiba, alors âgé de 84 ans, est renversé et remplacé par Ben Ali, son Premier Ministre[20]. Toutefois, le régime de Ben Ali est marqué par le clientélisme, le chômage, l'inflation alimentaire, la corruption[21],[22], l'absence de libertés politiques, de liberté d'expression[23] et de mauvaises conditions de vie. Ce régime arrive à sa fin 23 ans plus tard, le 14 janvier 2011, durant les événements de la Révolution tunisienne qui provoque une succession de manifestations à l'échelle nationale.

Après le renversement de Ben Ali, les Tunisiens élisent une Assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution et d'établir un gouvernement provisoire, connu sous le nom de la Troïka car c'est une coalition de trois partis ; EnnahdhaCongrès pour la République et Ettakatol[24],[25] Une généralisation du mécontentement subsiste cependant, conduisant à une crise politique entre 2013 et 2014[26],[27]. Comme résultat des efforts déployés par le Quartet du dialogue national, l'Assemblée Constituante achève ses travaux, le gouvernement intérimaire démissionne, et de nouvelles élections ont eu lieu en 2014, qui complètent l'achèvement de la transition vers un état démocratique[28]. Le Quartet du dialogue national a reçu le prix nobel de la paix 2015 pour « sa contribution décisive à la construction d'une démocratie pluraliste en Tunisie dans le sillage de la Révolution Tunisienne de 2011 »[29].

Au-delà des changements politiques, qui conduisent à ce que la Tunisie devienne une démocratie reconnue en 2014[30], ces événements ont aussi apporté des changements importants à la culture Tunisienne post-2011.

La PopulationModifier

Article détaillé : Démographie de la Tunisie.

Les tunisiens sont génétiquement principalement des Berbères (>60%)[31]. Tandis que l'influence Ottomane a été particulièrement importante dans la formation d'une communautée Turco-Tunisienne, d'autres peuples ont aussi migré vers la Tunisie au cours de différentes périodes de temps, y comprenant de manière non exhaustive, des sub-sahariens, des Grecs, des Romains, des Phéniciens (Puniques), des Juifs, et des colons français[32]. Néanmoins, dès 1870, la distinction entre les masses tunisiennes et l'élite turque se flouta[33]. Il y a aussi une minorité de la population purement Berbère (1%)[34] principalement  située dans les montagnes de Dahar et sur l'île de Djerba dans le sud-est et dans le Khroumire, région montagneuse du nord-ouest.

À partir de la fin du XIXe siècle jusqu'à l'après seconde Guerre Mondiale, la Tunisie accueillis de grandes populations de français et d'Italiens (Près de 255 000 Européens en 1956)[35], bien que la plupart d'entre eux, ainsi qu'une grande partie de la communauté ancestale juive de Tunisie, partirent après que la Tunisie devint indépendante. L'histoire des Juifs en Tunisie remonte à près de 2000 ans. En 1948, la population Juive est estimée à 105 000, mais, en 2013, seulement environ 900 sont resté[36].

GénétiqueModifier

Les tunisiens sont génétiquement principalement les descendants de groupes Berbères, avec quelques apports Phénicien/Punique et d'autres du Moyen-Orient et d'Europe Occidentale. Les tunisiens sont aussi descendant, dans une moindre mesure, d'autres pays Africains et d'autres peuples Européens. En somme, un peu moins de 20% de leur matériel génétique (analyse du chromosome Y) vient du Levant, de l'Arabie, de l'Europe ou de l'Afrique de l'Ouest[37],[38].

"En fait, la distance génétique tunisienne aux échantillons européens est plus petites que celle des autres groupes d'Afrique du Nord. (...) Ceci pourrait être expliqué par l'histoire de la population Tunisienne, reflétant l'influence de l'antiquité avec les Punique de Carthage, les Romains, les Byzantins, les Arabe et les français. Nonobstant, les autres explications ne peuvent pas être mis au rebut, tels que la relative hétérogénéité à l'intérieur de la population Tunisienne actuelle et/ou des apports limités de l'Afrique subsaharienne dans cette région par rapport à d'autres régions de l'Afrique du Nord, sans exclure la possibilité de la dérive génétique, dont l'effet peut être particulièrement amplifié sur le chromosome X."[39],[40], Ceci suggère une contribution assez importante de l'Europe et du Moyen-Orient dans la génétique Tunisienne par rapport aux populations voisines.

Cependant, des recherches ultérieures ont suggéré à la place que les Tunisiens présentent une constitution génétique essentiellement autochtone nord-africaine, similaire à celle d'autres populations d'Afrique du Nord-Ouest; caractérisé par une grande quantité de gènes natifs d’Afrique du Nord-Ouest, mais avec une contribution plus élevée de l'Europe et du Moyen-Orient qu’en Algérie ou au Maroc[41]

Chromosome YModifier

Voici la liste des haplogroupes ADN du chromosome Y en Tunisie[42].

L'haplogroupe n B E1a E1b1a E1b1b1 E1b1b1a3 E1b1b1a4 E1b1b1b E1b1b1c F G J' J1 J2 K P,R R1a1 R1b1a R1b1b T
Marqueur M33 M2 M35 V22 V65 M81 M34 M89 M201 V88 M269 M70
Tunisie 601 0.17 0.5 0.67 1.66 3 3.16 62.73 1.16 2.66 0.17 0.17 16.64 2.83 0.33 0.33 0.5 1.83 0.33 1.16

Culture tunisienneModifier

Article détaillé : Culture de la Tunisie.

La culture Tunisienne est un produit de plus de trois mille ans d'histoire et un flux multi-ethnique important. La Tunisie antique était une civilisation de passage importante à travers l'histoire, les différentes cultures, les civilisations et les multiples dynasties successives ont contribué à la culture du pays au fil des siècles, avec divers degrés d'influence. Parmi ces cultures étaient les Carthaginois – leur civilisation originale – les Romain (Romano-africains), les Vandales, les Juifs, les Chrétiens, les Arabes, les musulmans, les turcs et les français, en plus des autochtones Berbères. Ce mélange unique de cultures fait de la Tunisie, avec son emplacement géographique stratégique au sein de la Méditerranée, la coeur de certaines grandes civilisations de la Mare Nostrum.

Les éléments importants de la culture Tunisienne sont variées et représentent un patrimoine mixte unique. Ce patrimoine peut être vécu de première main: les musées tels que le Musée du Bardo, le contraste et la diversité de l'architecture de villes tels que Sidi Bou Said ou la médina de Tunis, en cuisine tels qu'avec les fromages et les croissants français, de la musique reflétant l'andalousie et les influences Ottomanes, la littérature, le cinéma, la religion, les arts, le sport et d'autres domaines de la culture Tunisienne.

Diversité culturelleModifier

 
Amulette tunisienne

Dans sa thèse, sur la politique culturelle tunisienne, Rafik Said a émis que, "cette zone relativement petite a produit des successions chevauchantes de cultures, et une confrontation de morales et de doctrines au cours de son histoire[43]. Janice Deledalle-Rhodes a qualifié la culture Tunisienne de "cosmopolite" et a déclaré que "la Tunisie ne peut pas être considéré dans la catégorie des autres colonies", en raison de la diversité des cultures intégrées dans le patrimoine tunisien à travers les âges[44].

Les symboles culturelsModifier

L'identité nationale est forte et les efforts tunisiens pour créer une culture nationale se sont révélés plus forts qu'au XIXe siècle. La culture et le patrimoine national sont constamment mentionnés en référence à l'histoire moderne du pays, en particulier la construction de l'État moderne qui a suivi au protectorat Français à partir des années 1950. Ceci est célébré pendant les fêtes nationales, dans le nom des rues rappelant des personnages historiques, des dates clés ou le sujet de films ou de documentaires.

DrapeauModifier

Article détaillé : Drapeau de la Tunisie.

Le drapeau national de la Tunisie est principalement rouge et se compose d'un cercle blanc au milieu contenant un croissant rouge autour d'une étoile à cinq branches. Le croissant et l'étoile rappellent le drapeau ottoman et constituent donc une indication de l'histoire de la Tunisie dans le cadre de l'empire ottoman[45],[46].

Pour l’ambassade de Tunisie en France, le fond rouge représente le sang des martyrs tombés durant la conquête par les Ottomans, en 1574, du territoire alors aux mains des Espagnols[47],[48]. Une autre interprétation donnée est que « le rouge du drapeau beylical propage la lumière sur tout le monde musulman »[49]. Le blanc symbolise la paix alors que le croissant représente l’unité de tous les musulmans et les branches de l’étoile les cinq piliers de l'islam[48].

Selon Ludvík Mucha[50], le disque blanc situé au centre du drapeau représente le soleil. Le croissant rouge et l’étoile à cinq branches, deux anciens symboles de l’islam, s’inspirent du drapeau ottoman et figurent sur de nombreux drapeaux de pays islamiques. Le croissant de lune est, du point de vue d’un observateur arabe, censé apporter la chance. Quant à la couleur rouge, elle est devenue un symbole de la résistance contre la suprématie turque.

Selon Whitney Smith[51], le croissant est déjà utilisé sur les emblèmes, artefacts religieux et bâtiments de la Carthage punique. Lorsqu’il apparaît sur le drapeau ottoman, ce symbole est rapidement adopté par les autres pays musulmans comme symbole de l’islam, alors qu’il pourrait être à l’origine propre à la région. De même, le soleil se retrouve avec le croissant dans l’ancienne religion punique ; il est en particulier associé au signe de Tanit[52].

ArmoiriesModifier

Article détaillé : Armoiries de la Tunisie.

Les armoiries nationales, quant à elles, ont été officiellement adoptées en 1861 et incluent des versions révisées les 21 juin 1956 et 30 mai 1963. En haut, une galère carthaginoise navigue sur la mer, tandis que la partie inférieure est divisée verticalement et à droite. représente un lion noir saisissant un cimeterre d'argent. Une bannière porte la devise nationale: "Liberté, Ordre, Justice".

JasminModifier

 
Khamsa tunisienne

Importé par les Andalous au XVIe siècle, le jasmin est devenu la fleur nationale de la Tunisie[53]. La ceuillette a lieu à l'aube et, à la tombée de la nuit, lorsque les jeunes garçons collectionnent des petits bouquets, qu'ils vendent ensuite aux passants dans la rue ou aux automobilistes arrêtés aux intersections[54].

De plus, le jasmin fait l’objet d’une langue des signes spécifique. Un homme qui porte du jasmin à l'oreille gauche indique qu'il est célibataire. De plus, offrir du jasmin blanc est considéré comme une preuve d'amour alors qu'au contraire, offrir du jasmin d'hiver sans odeur est un signe d'insolence[55].

KhamsaModifier

La Khamsa (en arabe tunisien : خمسة, romanisé en hamsa), est une amulette en forme de paume de main populaire en Tunisie et plus généralement au Maghreb et couramment utilisée dans la fabrication de bijoux et de tentures murales[56],[57]. Représentant la main droite ouverte, une image reconnue et utilisée comme un signe de protection à maintes reprises au cours de l'histoire, la hamsa est censée assurer une défense contre le mauvais œil. Il a été théorisé que ses origines se trouvaient à Carthage (Tunisie moderne) et auraient pu être associées à la déesse Tanit[58].

Signe de TanitModifier

Le signe de Tanit est un symbole anthropomorphe présent sur de nombreux vestiges archéologiques de la civilisation punique[59]. À la fois le symbole et le nom de la déesse Tanit sont encore fréquemment utilisés dans la culture tunisienne, comme dans la tradition de Omek Tannou[60]. ou le grand prix du film du Tanit d'or[61]. Certains érudits relient également le nom de la capitale Tunis et, par extension, celui du pays moderne et de son peuple à la déesse phénicienne Tanith (Tanit ou Tanut), de nombreuses villes anciennes étant nommées d'après des divinités protectrices[62],[63].

LangueModifier

Articles détaillés : Langues en Tunisie et Arabe tunisien.

Le peuple tunisien est homogène en termes de langue[64], puisque presque tous les Tunisiens parlent le tunisien comme langue maternelle en plus de maîtriser le français et / ou l’arabe. La langue Tunisienne est construite sur des substrats Berbère, Latin (Langue romane d'Afrique)[65],[66] et Néo-Punique[67],[68] importants, tandis que son vocabulaire est principalement dérivée d'une corruption morphologique de vocabulaire arabe, français, turc, italien et de langues espagnoles[69]. Le multilinguisme au sein de la Tunisie et dans la diaspora Tunisienne en fait commun pour les Tunisiens d'effectuer une altérnance de code linguistique, mélangeant le tunisien avec du français, de l'anglais ou d'autres langues dans le discours quotidien[70].

En outre, le tunisien est étroitement liée à la langue Maltaise[71], qui est une déscendante directe du tunisien et du siculo-arabe[72],[73].

CuisineModifier

Article détaillé : Cuisine tunisienne.
 
Couscous au poisson des îles Kerkennah

La cuisine tunisienne est un mélange de traditions et de cuisines méditerranéennes. Son ardeur épicée provient des pays méditerranéens voisins et des nombreuses civilisations qui ont gouverné la terre tunisienne: Romains, Vandales, Byzantins, Arabes, Espagnols, Turcs, Italiens (Siciliens), Français ainsi que la civilisation tunisienne originale des berbèro-puniques. La nourriture tunisienne utilise une variété d'ingrédients et de différentes manières. Le plat principal servi en Tunisie est le couscous, à base de minuscules grains cuits, généralement servis avec de la viande et des légumes. En cuisine, ils utilisent également une variété de saveurs telles que: l'huile d'olive, l'anis, la coriandre, le cumin, la cannelle, le safran, la menthe, l'orange, la fleur et l'eau de rose.

Comme toutes les cultures méditerranéennes, la culture tunisienne propose une "cuisine du soleil", basée principalement sur l'huile d'olive, les épices, les tomates, les fruits de mer (un large éventail de poissons) et la viande d'élevage (agneau).

ArchitectureModifier

L'architecture tunisienne s'exprime traditionnellement sous différentes facettes à travers l'architecture romaine et l'architecture islamique. Kairouan forme, à travers de nombreux bâtiments, l'épicentre d'un mouvement architectural exprimant la relation entre les bâtiments et la spiritualité avec la décoration ornementale des édifices religieux de la ville sainte. À Djerba, l'architecture telle que la forteresse du Kef reflète le destin militaire et spirituel d'une influence soufie dans la région.

 
Mosquée à Kairouan

Le rôle influent des différentes dynasties qui ont gouverné le pays, notamment dans la construction de villes et de princes de Raqqada Mahdia, éclaire le rôle du contexte géopolitique dans l'histoire architecturale du pays. Ainsi, de nombreuses forteresses originales qui protégeaient la côte des invasions byzantines se sont transformées en villes, comme Monastir, Sousse ou Lamta.

La médina de Tunis, site du patrimoine mondial de l'UNESCO, est un exemple typique de l'architecture islamique. Cependant, dans les zones situées entre les ports de Bizerte et de Ghar El Melh, les colonies fondées par les Maures fuyant l'Andalousie ont été reconquises par des souverains catholiques et ont une influence plus chrétienne.

 
Médina de Tozeur

Compte tenu de la nature cosmopolite des villes tunisiennes, celles-ci ont conservé une diversité et une juxtaposition de styles. De nombreux bâtiments ont été conçus par de nombreux architectes, artisans et entrepreneurs durant le protectorat français. Victor Valensi, Guy Raphaël, Henri Saladin, Joss Ellenon et Jean-Emile Resplandy comptent parmi les architectes les plus célèbres de cette époque[74]. Cinq styles architecturaux et décoratifs distincts sont particulièrement populaires: ceux du style éclectique (néo-classique, baroque, etc.). Entre 1881 et 1900, puis jusqu'en 1920, le style était néo-mauresque, entre 1925 et 1940, il était du style Art Déco puis du style moderniste entre 1943 et 1947.

MusiqueModifier

Article détaillé : Musique tunisienne.
 
Bendir tunisien (tambour sur cadre) avec piège

Selon Mohammed Abdel Wahab, la musique tunisienne a été influencée par de vieilles chansons andalouses aux influences turques, persanes et grecques. Le malouf est une note majeure dans la musique classique tunisienne. Issu du règne des Aghlabides au XVe siècle, il s'agit d'un type particulier de musique andalouse. Dans les zones urbaines, il utilise des instruments à cordes (violon, oud et kanun) et des percussions (darbouka), tandis que dans les zones rurales, il peut également être accompagné d'instruments comme le mezoued, le gasba et le zurna[75].

L'émergence de nouveaux modèles de musique contemporaine et improvisée depuis la fin des années 1990 a modifié le paysage musical de la Tunisie. Dans le même temps, la musique d’origine levantine (égyptienne, libanaise ou syrienne) attire la majorité de la population. La musique occidentale populaire a également connu un succès majeur avec l’émergence de nombreux groupes et festivals, parmi lesquels la musique rock, le hip hop, le reggae et le jazz.

Parmi les principaux artistes tunisiens contemporains on compte: Hedi Habbouba, Saber Rebaï, Dhafer Youssef, Belgacem Bouguenna, Sonia m'barek et Latifa. D'autres musiciens notables incluent Salah El Mahdi, Anouar Brahem, Zied Gharsa et Lotfi Bouchnak.

CinémaModifier

Article détaillé : Cinéma tunisien.

Le cinéma tunisien est aujourd'hui reconnu comme l'un des cinémas les plus libéraux, les plus inventifs (et l'un des plus primés) d'Afrique et du Moyen-Orient. Depuis les années 1990, la Tunisie est devenue un lieu de tournage attrayant et de nombreuses sociétés ont émergé, au service de l’industrie cinématographique étrangère et ont connu un succès. La Tunisie accueille également les journées cinématographiques de Carthage, organisé depuis 1966. Ce festival privilégie les films des pays d'Afrique et du Moyen-Orient. C'est le plus ancien festival du film sur le continent africain[76].

ThéâtreModifier

En plus d'un siècle d'existence, la scène théâtrale tunisienne a hébergé ou a donné naissance à de grands noms, comme Sarah Bernhardt, Pauline Carton, Gérard Philipe et Jean Marais, pour ne citer que quelques-uns[77]. Le 7 novembre 1962, Habib Bourguiba, dont le frère est un dramaturge, a consacré son discours à cet art[78], qu'il considère comme "un puissant moyen de diffusion de la culture et un moyen très efficace d'éducation populaire"[79]. À partir de cette date, le 7 novembre est considéré comme la Journée nationale du théâtre tunisien[80].

DanseModifier

 
Troupe folklorique de Kerkennah

La variété des danses exécutées par les Tunisiens reflète probablement les flux migratoires qui ont traversé le pays au cours des siècles. Ainsi, les premiers Phéniciens ont apporté avec eux leurs chants et leurs danses, dont les traces sont enracinées dans la région de Tunis, tandis que les Romains ont laissé peu de traces dans l'art à l'exception de leur apport architectural[81]. Les danses religieuses ont été influencées par le soufisme mais, à la fin du XVe siècle, elles sont progressivement devenues andalouses avec leurs danses et leur musique urbaine.

La danse orientale arriverait plus tard avec les Ottomans, bien que certains experts en histoire de l'art de l'Afrique du Nord-Ouest aient affirmé qu'elle avait été introduite en Tunisie par les premiers corsaires turcs au XVIe siècle, alors que d'autres affirment que l'origine de cette danse remonte à l'époque. du matriarcat en Mésopotamie et fondée par les premiers Phéniciens[82]. Cette forme de danse orientale habituellement pratiquée en Tunisie insiste sur les mouvements rythmiques du bassin, soulignés par l'élévation des bras à l'horizontale, ainsi que sur les pieds bougeant en rythme et transférant du poids sur la jambe droite ou gauche[83].

La Nouba, plus ancrée dans la pratique populaire, est lié aux danseurs de Kerkennah ainsi que ceux de Djerba dans une moindre mesure[84]. Certains experts disent que la robe des danseurs est d'origine grecque. Structurée en plusieurs scènes, la danse est souvent accompagnée de jeux acrobatiques avec des jarres remplies d’eau.

LittératureModifier

Article détaillé : Littérature tunisienne.
 
Première page d'un livre Tunisien (1931) par Mohamed Salah Ben Mrad (1881-1979)
 
Buste de Aboul-Qacem Echebbi à Ras El-Aïn (Tozeur)

Parmi les figures littéraires tunisiennes, on compte Ali Douagi, qui a produit plus de 150 radio histoires, plus de 500 poèmes et chansons folkloriques et près de 15 pièces de théâtre[85], Khraief Bashir et d'autres, tels que Moncef Ghachem, Mohamed Salah Ben Mrad ou Mahmoud Messaadi. En ce qui concerne la poésie, la poésie Tunisienne opte généralement pour la non-conformité et l'innovation avec des poètes tels que Aboul-Qacem Echebbi. La littérature quant à elle se caractérise par son approche critique. Contrairement au pessimisme d'Albert Memmi, qui a prédit que la littérature tunisienne serait condamnée à mourir jeune[86], un grand nombre d'écrivains tunisiens sont à l'étranger, y compris Abdelwahab Meddeb, Tahar Bekri, Mustapha Tlili, Hélé Béji ou de Fawzi Mellah. Les thèmes de l'errance, de l'exil et le chagrin sont au centre de leurs écrits créatifs.

La bibliographie nationale répertorie 1 249 ouvrages non scolaires publiés en 2002 en Tunisie[87]. En 2006, ce chiffre était passé à 1 500 et 1 700 en 2007[88]. Près d'un tiers des livres sont publiés pour les enfants.

Diaspora tunisienneModifier

Article détaillé : Diaspora tunisienne.

Les statistiques de l'Office des Tunisiens à l'étranger indiquent plus de 128 000 familles tunisiennes en Europe, avec une concentration en France et en Allemagne. Les jeunes Tunisiens (moins de 16 ans) représentent 25% de la communauté tunisienne à l'étranger[89] Il y a donc actuellement un rajeunissement de la diaspora Tunisienne, qui est maintenant dans sa troisième génération. Les femmes représentent près de 26% de l'ensemble de la communauté. En France, leur pourcentage est estimé à 38.2%. La portion de la diaspora âgée de plus de 60 ans représente environ 7%.

À l’origine, la plus grande partie des Tunisiens d’Europe travaillait dans des secteurs exigeant un minimum de qualifications. En effet, les migrants des années 1960 et 1970 étaient moins éduqués (principalement des agriculteurs ou des ouvriers)[90].

Par la suite, la majorité des Tunisiens installés en France ont travaillé dans le secteur des services (hôtels, restaurants ou commerce de détail) ou ont dirigé de petites entreprises. En 2008, la Tunisie est devenue le premier des pays du Maghreb à signer un accord de gestion concernant le flux de migrants, sous l'impulsion du président Nicolas Sarkozy: il facilite l'accès de près de 9 000 étudiants tunisiens inscrits dans des établissements français,  mais aussi près de 500 titres de séjour destinés à des personnes hautement qualifiées pour pouvoir acquérir une expérience en France d'une validité maximale de six ans. Dans le Monde Arabe, la population Tunisienne est principalement constitués de personnes hautement qualifiées, tandis que les ouvriers et autres travailleurs non qualifiés, proviennent en majorité dans cette région de pays Asiatiques comme l'Inde, le Pakistan et l'Afghanistan.

Personnalités d'origine TunisienneModifier

Salah Mejri (États-Unis), Max Azria (États-Unis), M. Salah Baouendi (États-Unis), Poorna Jagannathan (États-Unis), Mustapha Tlili (États-Unis), Ferrid Kheder (États-Unis), Oussama Mellouli (États-Unis), Leila Ben Youssef (États-Unis), K2rhym (États-Unis), Bushido (rappeur)(Allemagne), Loco Dice (Allemagne), Sami Allagui (Allemagne), Änis Ben-Hatira (Allemagne), Mounir Chaftar(Allemagne), Sofian Chahed (Allemagne), Nejmeddin Daghfous (Allemagne), Rani Khedira (Allemagne), Sami Khedira (Allemagne), Ayman(Allemagne), Elyas M'Barek (Allemagne), Adel Tawil (Allemagne), Amel Karboul (Allemagne), Michel Boujenah(France), Azzedine Alaïa (France), Tarak Ben Ammar (France), Lââm (France), Nolwenn Leroy (France), Nidhal Saadi(France), Samia Orosemane (France), Yoann Touzghar (France), Aïda Touihri (France), Isleym (France), Hatem Ben Arfa (France), Sadek (France), Tunisiano (France), Afef Jnifen (Italie), Sana Hassainia (Canada), Nabila Ben Youssef (Canada), Hinda Hicks (Angleterre), Yusra Ghannouchi (Angleterre), Mohamed Hechmi Hamdi (Angleterre), Hend Sabry (Égypte), Ghassan ben Jiddo (Liban), Cyril Hanouna (France), Kev Adams (France)

Liens avec la TunisieModifier

En Tunisie, des cours d’enseignement gratuits en arabe tunisien sont organisés pendant les vacances d’été pour les enfants des résidents tunisiens à l’étranger, fortement influencés par la culture des pays dans lesquels ils vivent. Des voyages sont également organisés pour leur permettre de découvrir la culture, l’histoire et la civilisation tunisiennes.

RéférencesModifier

  1. « Population de la Tunisie », sur www.ins.tn, (consulté le 13 décembre 2018).
  2. a b c d e f g h i j k et l « Communauté tunisienne à l'étranger »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.ote.nat.tn.
  3. (en) « Statistical Abstract of Israel 2009 - No. 60 Subject 2 - Table No. 24 », sur www.cbs.gov.il, (consulté le 13 décembre 2018).
  4. (en) « Arabic, Tunisian Spoken », sur Ethnologue, (consulté le 13 décembre 2018).
  5. (en) Duane Alexander Miller, Believers in Christ from a Muslim Background: A Global Census, , 19 p. (lire en ligne).
  6. The muslim conquest and settlement of North Africa and Spain, Abdulwahid Thanun Taha, Routledge Library Edition: Muslim Spain p21
  7. « Encyclopédie Larousse en ligne - Ifriqiya », sur www.larousse.fr (consulté le 13 décembre 2018).
  8. Sabatino Moscati, The Phoenicians, I.B.Tauris, [détail de l’édition] (ISBN 978-1-85043-533-4, lire en ligne).
  9. Aubet, M. E. (2001). The Phoenicians and the West: politics, colonies and trade. Cambridge University Press.
  10. Appien d'Alexandrie (162). The Punic Wars. Histoire romaine
  11. Appien d'Alexandrie (162). The Third Punic War. Histoire romaine
  12. Jongeling, K., & Kerr, R.M. (2005). Late Punic epigraphy: an introduction to the study of Neo-Punic and Latino- Punic inscriptions. Tübingen: Mohr Siebeck, p. 114, (ISBN 3-16-148728-1).
  13. Holt, P. M., Lambton, A. K., & Lewis, B. (1977). The Cambridge History of Islam (Vol. 2). Cambridge University Press.
  14. Chejne, A. G. (1969). The Arabic language: Its role in history. U of Minnesota Press.
  15. All the Arabic sources can be found in Michele Amari, Biblioteca arabo-sicula (Rome and Turin: 1880).
  16. Abulafia, "The Norman Kingdom of Africa", 26.
  17. Lynn White, Jr.: "The Byzantinization of Sicily", The American Historical Review, Vol. 42, No. 1 (1936), p. 1–21
  18. Quitout, M. (2002). Parlons l'arabe tunisien: langue & culture. Editions L'Harmattan.
  19. L Sayahi, « Introduction. Current perspectives on Tunisian sociolinguistics », International Journal of the Sociology of Language, vol. 2011, no 211,‎ , p. 1–8 (DOI 10.1515/ijsl.2011.035, lire en ligne)
  20. John P. Entelis, "Tunisia" p. 532–533 in The Americana Annual 1988 (New York: Grolier). Ben Ali's background was said to be pro-Western, trained in military affairs by France and the U.S.A.; he had previously clamped down on both left and right opponents, especially Islamic fundamentalists. Entelis (1987) p. 532–533.
  21. « A Snapshot of Corruption in Tunisia », Business Anti-Corruption Portal (consulté le 7 février 2014)
  22. Richard Spencer, « Tunisia riots: Reform or be overthrown, US tells Arab states amid fresh riots », The Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  23. Yasmine Ryan, « Tunisia's bitter cyberwar », Al Jazeera (consulté le 14 janvier 2011)
  24. Tunisia opposition fear Ennahda power grab, Ahram Online, (lire en ligne)
  25. Tunisian politicians struggle to deliver, Al Jazeera English, (lire en ligne).
  26. « Thousands protest before Tunisia crisis talks », Reuters,
  27. « Tunisia assembly passes new constitution », BBC,
  28. « Tunisie : les législatives fixées au 26 octobre et la présidentielle au 23 novembre », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  29. « The Nobel Peace Prize 2015 - Press Release », sur Nobelprize.org, Nobel Media AB 2014 (consulté le 9 octobre 2015)
  30. https://infographics.economist.com/2017/DemocracyIndex/
  31. The Handbook of Bilingualism, John Wiley & Sons, (ISBN 0631227350, lire en ligne), p. 860
  32. « Tunisia – Land | history – geography », Encyclopedia Britannica, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  33. Arnold H. Green, The Tunisian Ulama 1873–1915: Social Structure and Response to Ideological Currents, BRILL, (ISBN 90-04-05687-4), p. 69
  34. « Q&A: The Berbers », BBC News,‎ (lire en ligne)
  35. Angus Maddison, Contours of the World Economy 1–2030 AD:Essays in Macro-Economic History: Essays in Macro-Economic History, OUP Oxford, (ISBN 978-0-19-922721-1, lire en ligne), p. 214
  36. « The Jews of Tunisia », Jewish Virtual Library (consulté le 11 juillet 2014)
  37. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 24 mai 2016)
  38. Fulvio Cruciani, « Phylogeographic Analysis of Haplogroup E3b (E-M215) Y Chromosomes Reveals Multiple Migratory Events Within and Out Of Africa », The American Journal of Human Genetics, vol. 74, no 5,‎ , p. 1014–1022 (PMID 15042509, PMCID 1181964, DOI 10.1086/386294, lire en ligne, consulté le 24 mai 2016)
  39. The X chromosome Alu insertions as a tool for human population genetics: data from European and African human groups, Athanasiadis et al. 2007
  40. « X-chromosome SNP analyses in 11 human Mediterranean populations show a high overall genetic homogeneity except in North-west Africans (Moroccans) », BMC Evol. Biol., vol. 8,‎ , p. 75 (PMID 18312628, PMCID 2315647, DOI 10.1186/1471-2148-8-75, lire en ligne) :

    « Tunisians did not show a significant level of differentiation with northern populations as mentioned by others »

  41. « Mitochondrial DNA and Y-chromosome microstructure in Tunisia »
  42. A Bekada, R Fregel, VM Cabrera et JM Larruga, « Introducing the Algerian Mitochondrial DNA and Y-Chromosome Profiles into the North African Landscape », PLoS ONE, vol. 8, no 2,‎ , e56775 (PMID 23431392, PMCID 3576335, DOI 10.1371/journal.pone.0056775, lire en ligne)
  43. Saïd (1970), p. 11
  44. Deledalle-Rhodes, Janice, « L’iconographie du timbre-poste tunisien pendant et après la période coloniale », Protée,, (consulté le 10 septembre 2009)
  45. Whitney Smith, Flag Lore Of All Nations, Brookfield, Connecticut, Millbrook Press, (ISBN 0-7613-1753-8, OCLC 45330090), p. 94
  46. « Les Drapeaux d'Ottoman » [archive du ], Ministry of Culture and Tourism of the Republic of Turkey (consulté le 10 septembre 2009)
  47. Collectif, Le Drapeau tunisien, éd. Alif, Tunis, 2006 (ISBN 9789973222107)
  48. a et b Drapeau de la République tunisienne (Ambassade de Tunisie en France)
  49. Chantal Lambrechts, Line Karoubi, Jacques Florent et Emmanuelle Bauquis, L’encyclopédie nomade 2006, éd. Larousse, Paris, p. 707 (ISBN 9782035826732)
  50. Ludvík Mucha, Webster’s Concise Encyclopedia of Flags & Coats of Arms, éd. Crescent Books, New York, 1985 (ISBN 0517499517)
  51. (en) Drapeau de la Tunisie (Encyclopædia Britannica)
  52. Joseph Azize, The Phoenician solar theology: an investigation into the Phoenician opinion of the sun found in Julian's Hymn to King Helios, éd. Gorgias Press, Piscataway, 2005, p. 177
  53. Auzias, Dominique; Boschero, Laurent; Richemont, Blanche de et Calonne, Christiane, Le Petit Futé Tunisie. 2007–2008, éd. Le Petit Futé, Paris, , p. 13
  54. « La Tunisie de A à Z, Jasmin » [archive du ], Saisons tunisiennes (consulté le 10 septembre 2009)
  55. « Jasmin d’hiver », Au jardin (consulté le 10 septembre 2009)
  56. Bernasek et al., 2008, p. 12.
  57. Sonbol, 2005, pp. 355–359.
  58. Roland Cuthbert, The Esoteric Codex: Amulets and Talismans, Raleigh, NC, Lulu.com, (ISBN 978-1-329-50204-8, lire en ligne), p. 49
  59. Edward Lipinski [sous la dir. de], Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, éd. Brepols, Turnhout, 1992
  60. Sadok Rezgui, Les chants tunisiens, Maison tunisienne de l'édition, Tunis,
  61. IMDb, awards
  62. Adrian Room, Placenames of the World: Origins and Meanings of the Names for 6,600 Countries, Cities, Territories, Natural Features, and Historic Sites, McFarland, (ISBN 0-7864-2248-3), p. 385
  63. Isaac Taylor, Names and Their Histories: A Handbook of Historical Geography and Topographical Nomenclature, BiblioBazaar, LLC, (ISBN 0-559-29668-1), p. 281
  64. « Aménagement linguistique en Tunisie » [archive du ], University of Laval (consulté le 10 septembre 2009)
  65. Tilmatine Mohand, Substrat et convergences: Le berbére et l'arabe nord-africain (1999), in Estudios de dialectologia norteafricana y andalusi 4, pp 99–119
  66. (es) Corriente, F. (1992). Árabe andalusí y lenguas romances. Fundación MAPFRE.
  67. Abdou Elimam, Le maghribi, langue trois fois millénaire, ELIMAM, Abdou (Éd. ANEP, Algiers 1997), Insaniyat, , 129–130 p. (lire en ligne)
  68. Thomas A. Leddy-Cecere, Contact, Restructuring, and Decreolization:The Case of Tunisian Arabic, Linguistic Data Consortium, Department of Asian and Middle Eastern Languages and Literatures, , 10–12–50–77 p. (lire en ligne)
  69. Zribi, I., Boujelbane, R., Masmoudi, A., Ellouze, M., Belguith, L., & Habash, N. (2014). A Conventional Orthography for Tunisian Arabic. In Proceedings of the Language Resources and Evaluation Conference (LREC), Reykjavik, Iceland.
  70. Mohamed Daoud, « The Language Situation in Tunisia », Current Issues in Language Planning, vol. 2,‎ , p. 1–52 (DOI 10.1080/14664200108668018)
  71. Borg and Azzopardi-Alexander Maltese (1997:xiii) "The immediate source for the Arabic vernacular spoken in Malta was Muslim Sicily, but its ultimate origin appears to have been Tunisia. In fact, Maltese displays some areal traits typical of Maghrebi Arabic although during the past 800 years of independent evolution it has drifted apart from Tunisian Arabic".
  72. Borg, Albert J.; Azzopardi-Alexander, Marie (1997). Maltese. Routledge. (ISBN 0-415-02243-6).
  73. (en-US) « The Language in Tunisia, Tunisia | TourismTunisia.com », sur www.tourismtunisia.com (consulté le 31 juillet 2017)
  74. Noura Borsali, « Le mois du patrimoine. Que soit sauvegardée la richesse architecturale de nos villes », Réalités, no 1062, 4 mai 2006
  75. « La Tunisie de A à Z, Instruments de musique » [archive du ], Saisons tunisiennes (consulté le 10 septembre 2009)
  76. Carthage Film Festival Page on IMDB
  77. (fr) Culture tunisienne, « Théâtre municipal de Tunis », Saisons tunisiennes « https://web.archive.org/web/20080528103351/http://www.saisonstunisiennes.com/culture.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  78. Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin [sous la dir. de], L’état du Maghreb, éd. La Découverte, Paris, 1991, p. 321
  79. Saïd (1970), p. 53
  80. Saïd (1970), p. 54
  81. Hosni (1996), p. 143
  82. Hosni (1996), p. 144
  83. Bedhioufi Hafsi, « Enjeux privés et sociaux du corps », Unité et diversité. Les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation, éd. L’Harmattan, Paris, 2002, p. 321
  84. Hosni (1996), p. 150
  85. (fr) Fantaisie arabe et poésie (Guide Tangka) « https://web.archive.org/web/20111007040510/http://guides.tangka.com/tunisie/Chapt8Sub1.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  86. (fr) Littérature francophone (Guide Tangka) « https://web.archive.org/web/20111007040510/http://guides.tangka.com/tunisie/Chapt8Sub1.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  87. (fr) Littérature tunisienne (Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine) « https://web.archive.org/web/20051229022530/http://www.culture.tn/culture/HTML/pagedentree/livre.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  88. (fr) « 2009, l’année des rendez-vous culturels importants », Réalités, 18 novembre 2008 Modèle {{Lien brisé}} : paramètres « url » et « titre » manquants. ,
  89. Sonia Mabrouk, « Les Tunisiens dans le monde », Jeune Afrique, 27 avril 2008, p. 71
  90. Sonia Mabrouk, « Un diplôme pour visa », Jeune Afrique, 27 avril 2008, p. 71–72