Ouvrir le menu principal

Cimeterre

grand sabre oriental inventé par les Perses
Cimeterre afghan, XIXème siècle

Un cimeterre est un type de sabre lourd spécifique à lame courbée principalement utilisé en Asie de l'Ouest (Moyen-Orient).

Le terme est passé dans le vocabulaire courant comme un synonyme de sabre moyen-oriental de manière générale.

ÉtymologieModifier

« Emprunt à l'italien scimitarra « id. » (xves., Pulci ds DEI), lui-même emprunt au persan šamšīr « épée » (FEW t. 19, p. 170b) par l'intermédiaire du turc (v. Gdf. Compl., Gay, Hug.) »[1]

HistoireModifier

Le sabre courbe dénommé « shamshir » n’existait pas au Moyen-Orient avant le XIIe siècle, les combattants utilisant plus volontiers l'épée droite avant cette date.[2]

Contrairement à une croyance populaire, le sabre n'est pas l'évolution des armes greco-ibériques de type machette (kopis/machaira), mais une adaptation de l'armement moyen-oriental à la suite de l'influence et de l'installation dans ces régions des peuples cavaliers turcs et mongols notamment.[3] Ces peuples utilisaient déjà le sabre, à cause de ses propriétés mécaniques plus adaptées au combat équestre.

L'arme fut produite ensuite dans tout le pourtour méditerranéen et l'Iran , avec des qualités et des propriétés variables, comme c'est le cas de toutes les armes de poing. Le cimeterre est devenu l'arme emblématique du Moyen-Orient dans l'inconscient collectif par opposition aux lames droites traditionnelles en occident.

DescriptionModifier

Sa lame courbe en fait une arme avec des propriétés mécaniques spécifiques. Pour trancher, une épée à lame droite traditionnelle a besoin d'un mouvement de coupe spécifique, rendant son maniement relativement complexe. La courbure des sabres améliore les gestes de coupe, rendant ces derniers moins difficiles à mettre en oeuvre. De fait, cette particularité mécanique rend le sabre indispensable à cheval, ce qui explique son utilisation massive par tous les peuples cavaliers.

La lame a traditionnellement un seul tranchant, courbe et plus ou moins prononcé. Il y a sur certains modèles un contre tranchant au niveau de la pointe et des dragonnes permettant de garder le sabre en main lorsqu'on tire à l'arc.[4]

Il existe de nombreuses formes de sabres moyen-orientaux, correspondant à l'utilisation qui en était faite en fonction de la période.

Il est parfois utilisé conjointement à l'arc traditionnel avec des techniques spécifiques, mais également de pair avec les armes à feu.

 
Une version fantasmée du cimeterre dans la culture populaire

Notes et référencesModifier

  1. « Cimeterre », sur CNRTL
  2. (ira) Inconnu, Warqa wa Gulsha, xiième siècle
  3. André Miquel, Ousâma : Un prince syrien face aux croisés
  4. (en) « ATARN - Asian Traditional Archery Research Network », sur ATARN - Asian Traditional Archery Research Network


5. runescape

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier