Ouvrir le menu principal

Cimeterre

grand sabre oriental inventé par les Perses
Cimeterre.

Un cimeterre est un type de sabre à lame courbée principalement utilisé en Asie de l'Ouest (Moyen-Orient).

Sommaire

ÉtymologieModifier

« Emprunt à l'italien scimitarra « id. » (xves., Pulci ds DEI), lui-même emprunt au persan šamšīr « épée » (FEW t. 19, p. 170b) par l'intermédiaire du turc (v. Gdf. Compl., Gay, Hug.)[1] »

HistoireModifier

Il existe très peu d’informations sur l’origine géographique exacte du cimeterre. Mais tout semble indiquer que des armes en forme de cimeterre aient été développées à partir de celles qu’utilisaient les Macédoniens sous Alexandre le Grand, comme l’épée « Kopis » qui elle-même dérive de l’épée égyptienne « Khépesh ». [réf. nécessaire] Le sabre courbe dénommé « shamshir » n’existait pas au Moyen-Orient avant le XIIIe siècle. Sa particularité principale est la teneur de son acier, quelquefois en acier de Damas, de corroyage ou de cristallisation qui lui confère une extrême dureté et souplesse, sans casser.

Le principal lieu de manufacture de ces lames est la Perse. Shamshir veut dire : « queue de lion » en persan. Sa période de pleine expansion va du XVIe au XIXe siècle en Perse et dans l’empire ottoman.

DescriptionModifier

 
Usage du cimeterre

Sa lame courbe en fait une arme très particulière. Son usage est totalement différente d’une épée traditionnelle. Si elle est considérée comme une des armes blanches les plus connues et les plus terrifiantes de l’histoire, cela provient du fait que les musulmans en ont eu l'usage dans nombre de leurs conquêtes.

L’intérêt de cette arme est sa lame courbée qui glisse sur les surfaces dures (armure, cotte de mailles, etc.) et permet de reprendre une attaque manquée. C'est une lame plutôt rapide. Du fait de la courbure de la lame, le sabre tranche le tissu là où une épée droite se bloque, empêchant la création d’une plus grande plaie. Ses effets dévastateurs sur le champ de bataille ne faisaient aucun doute.

L’arme atteint parfois les 90 cm (plus de 70 pour la lame). La lame a un seul tranchant et elle se termine par une pointe très efficace pour les coups d’estoc. Les coups de taille sont renforcés par l’élargissement et l’alourdissement de la lame vers la pointe.

Il subsiste des cimeterres à lame flambée, à quillons redressés vers la pointe, etc. Au sens large, le mot « cimeterre » désigne tous les sabres moyen- ou proche-orientaux.

Utilisé avec un bouclier circulaire par des cavaliers en coup de taille exclusivement, il a survécu à l’apparition des armes à feu comme arme d'appoint pendant plusieurs siècles.

Notes et référencesModifier

  1. Cimeterre, sur le site cnrtl.fr

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier