Ouvrir le menu principal
Répartition des Européens et de la diaspora européenne (cliquer sur l'image pour plus de détails).

Le terme Européen peut désigner, selon une conception strictement géographique, les habitants du continent européen. On peut aussi désigner comme Européens les citoyens de l'Union européenne, même si tout habitant de l'Europe n'est pas nécessairement citoyen de l'Union européenne et réciproquement. Enfin, le terme Européen est parfois utilisé dans un sens ethnique pour désigner les individus ou populations d'ascendance exclusivement ou majoritairement européenne, en particulier dans les pays ayant connu une forte colonisation de peuplement venue d'Europe.

Sommaire

Origine du motModifier

La première mention du terme « européen » se trouve dans les chroniques mozarabes de 754. Le néologisme latin Europenses est alors utilisé pour désigner les Francs, Lombards, les Saxons et les Frisons qui, en 732 sous le commandement de Charles Martel, marquent l’arrêt de l'expansion islamique sous le commandement de Abd ar-Rachman à Poitiers[1].

En 1735, dans la première édition de son ouvrage Systema naturae, le biologiste Carl von Linné nomme les humains vivant en Europe Homo europaeus albese, en faisant donc une branche à part entière du genre Homo. En complément, suivant les couleurs de peau, il définit trois catégories supplémentaires : Homo americanus rubese (Américains), Homo asiaticus fuscus (Asiatiques) et Homo africanus niger (Africains). À partir de la 10e édition de son ouvrage (1758, page 20), il définit un unique espèce regroupant ces quatre variétés sous le nom d’Homo sapiens. Néanmoins, il distingue par leur tempérament et leur posture corporelle Homo europaeus albus, Homo americanus rufus, Homo asiaticus luridus et Homo africanus niger[2].

Depuis la fin du XIXe siècle, on parle couramment d’Européens en désignant une idée plus qu’un genre humain. Les descendants des colons européens durant l’apartheid en Afrique du Sud se nommaient entre eux Européens mais se désignaient également en tant qu’Afrikaners (Africains) par opposition aux Européens continentaux[3].

Au XXe siècle se développe l’idée d’une Union paneuropéenne internationale qui unirait les peuples et nations européennes. Ces dernières décennies, les personnes favorables à l’Union européenne ou à un mouvement pro-européen se désignent elle-même comme Européennes[4].

PaléontologieModifier

L'une des plus anciennes preuves de la présence d’Homo sapiens en Europe sont les outils de pierre de Willendorf, en Autriche. Ils datent de 43 500 ans avant le présent (AP)[5]. Parmi les premiers fossiles européens d'Homo sapiens, on peut mentionner ceux trouvés dans la grotte de Peștera cu Oase en Roumanie[6]. La mâchoire Oase 1 montre un âge radiométrique entre 34 000 et 36 000 ans AP[7],[8]. Le crâne Oase 2 est aussi âgé de 35 000 ans[9]. Ces humains étaient des chasseurs cueilleurs et sont souvent désignés sous le nom d'Homme de Cro-Magnon dans l'usage courant.

Origine génétique des EuropéensModifier

Dans les années 1990, l’idée que toutes les populations humaines vivant aujourd’hui sur la planète ont une origine commune africaine devient majoritaire. En 1990 est fondé le Projet génome humain grâce auquel le génome humain est séquencé. En 2003, les résultats du projet sont publiés, il devient alors possible de comparer l’ADN de fossiles avec celui des populations vivant aujourd’hui[10].

L'origine des européens actuels demeure débattue. Un fossile vieux d'au moins 36 200 ans, Kostenki 14, trouvé à l’ouest de la Russie, montre une parenté avec des fossiles trouvés en Europe et en Sibérie mais pas avec les fossiles trouvés en Asie. Le fossile contient également plus d'ADN de l'homme de Néandertal que chez les européens actuels. Cela montre que la divergence génétique entre eurasiens de l'ouest et asiatiques de l'est date de plus de 36 000 ans et donc du haut néolithique et que les européens actuels viennent d'une métapopulation qui vivait de l'Europe à l'Asie centrale[11].

Hybridation avec NéandertalModifier

Entre 2013 et 2015, des analyses génétiques effectuées sur les restes d’Homo sapiens trouvés en Roumanie dans la grotte de Peștera cu Oase et en Sibérie à Ust-Ishim ont monté la présence d’ADN de Néandertal dans les deux fossiles. Cela montre qu’il y a probablement eu plusieurs épisodes d'hybridation entre Néandertal et Homo sapiens. Dans le cas de Oase 1, il semble que cette lignée a disparu sans laisser de descendants. On n'en trouve pas de traces génétiques chez les européens modernes[12],[13],[14]. 2 % d’ADN Néandertalien ont été découverts dans le génome d’Ust-Ishim. La date du croisement Neandertal - Homo sapiens remonterait de 7 000 à 13 000 ans avant l’existence de l’individu d’Ust-Ishim (environ 45 000 ans AP). Il présente également une proximité génétique avec les humains vivant en Eurasie aujourd’hui[14]. L’ADN de tous les humains modernes vivant en dehors de l'Afrique aujourd’hui comporte entre 1,5 et 2,1 % d’ADN de Néandertal [15] et plus de 30 % du génome de Néandertal a survécu au sein des populations humaines modernes[16],[17].

Tous les humains modernes vivant aujourd’hui en Eurasie possèdent différents gènes hérités de Neandertal contribuant notamment au système immunitaire (par exemple des antigènes HLA (human leukocyte antigen). Parmi ces gènes sont présents des gènes qui augmentent le risque de certaines maladies auto-immunes telles que le diabète de type 2 et la maladie de Crohn. Le locus MAPT (protéine Tau) au 17q21.31 est pratiquement exclusivement dans la population européenne actuelle, renforçant l'hypothèse d'un héritage des Néandertaliens[18],[19],[20],[21]. Enfin, l'haplogroupe D de la Microcéphaline, une variante génétique située sur huitième chromosome humain contribuant à l'augmentation de volume du cerveau[22], présente des preuves d’introgression d'une population archaïque[23],[24],[25],[26]. Elle est probablement issus de l'hybridation avec les Néandertaliens[27],[28].

NéolithiqueModifier

L’agriculture s’est développée au Proche-Orient il y a environ 11 000 ans et s'est diffusée en Europe à partir de 6 500 ans av. J.-C., depuis l'Anatolie. Les populations vivant alors en Europe ont-elles adopté progressivement l’agriculture ou des migrants ont-ils apporté avec eux un nouveau mode d’existence en s'installant en Europe[29] ? Les premières analyses génétiques montrent que l’agriculture a été apportée par de nouvelles populations qui ont remplacé les chasseurs-cueilleurs qui vivaient alors en Europe. L’analyse génétique des européens modernes montre une part très limitée relative aux chasseurs cueilleurs alors que de nombreuses caractéristiques des migrants d’alors sont présentes[30],[31]. Les populations qui vivaient de chasse et de cueillette ont été diluées par les nouveaux arrivants[32],[33]. De nouvelles analyses génétiques en 2014 ont montré la présence d’une troisième population archaïque dont les gènes se retrouvent aujourd’hui chez les européens[34]. Il s’agit d’une population de nomades qui serait venue d’Asie il y a 4 000 à 5 000 ans BP et dont les gènes se retrouvent également dans les populations humaines d’Amérique du Nord[35].

Diversité génétique des EuropéensModifier

Plusieurs études génétiques récentes tendent à affiner les connaissances sur les relations génétiques entre les peuples européens et leurs contours. Selon une étude de Chao Tian, en 2009, ayant calculé les distances génétiques (Fst) entre plusieurs populations en se basant sur l’ADN autosomal, certains Européens du Sud tels que les Grecs et Italiens du Sud se distinguent génétiquement du reste de l'Europe en apparaissant à peu près autant distants des Arabes du Levant (Palestiniens, Libanais, Syriens) que des Scandinaves et Russes, mais sachant cependant que les populations du Levant sont souvent inclus parmi les "blancs" au sens large dans l’anthropologie ou du moins proche. Un Italien du Sud est ainsi génétiquement deux fois et demi plus proche d'un Palestinien que d'un Finlandais[36],[37],[38], mais une telle distance avec les Finlandais n'est pas représentative des distances entre les européens, elle s'explique parce que les Finlandais sont mélangés avec des asiatiques sibériens, d'affinité proche des Sami, les Finlandais sont donc un peuple génétiquement assez isolé des autres européens (y compris des Scandinaves et des Russes) ce qui les éloigne du reste des européens sur le plan des distances génétiques[39]. De même les Italiens du Sud constitue un groupe plus distant[40].

Malgré une faible différence génétique entre européens, il existe des variations génétiques qui recoupent la proximité géographique à parfois quelques centaines de kilomètres près[41]. En 2016, une étude autosomale de Fiorito et al qui a calculé les distances génétiques entre les populations européennes et celles du bassin méditerranéen en prenant en compte plusieurs centaines de milliers de SNPs, a confirmé la distance génétique importante entre les Italiens et les Finlandais, et aussi montré que l'on observait également des distances importantes entre les Sardes, population isolée également, et les autres Européens puisqu'ils sont par exemple plus distants des Russes que des Levantins (Jordaniens, Syriens) et des Marocains. Cependant, cette étude a aussi montré que des distances génétiques importantes existaient également entre certaines populations européennes non isolées. Ainsi la distance génétique qui sépare les Italiens du Sud des Russes et des Britanniques est également plus importante que la distance qui les sépare des Jordaniens et des Syriens[42].

En avril 2011, Moorjani et al.[43], ayant analysé plus de 6 000 individus provenant de 107 populations différentes en utilisant une nouvelle méthode d'estimation des origines ancestrales et de datation de mélange, ont pu estimer des taux de mélange de gènes africains subsahariens dans le génome des populations d’Eurasie de l'Ouest, les résultats montrent que les Arabes du Levant ont un mélange africain subsaharien significatif (4 à 15 %) qui semble relativement récent chez eux (datant d'après la conquête arabo-musulmane du Proche-Orient au Moyen Âge) ; il est intermédiaire chez les différents groupes Juifs (4 à 5 %) et de manière relativement homogène et plus ancienne, cela semble dater d'avant la séparation des différents groupes de la diaspora juive ; il est bien plus faible chez les Européens du Sud (1 à 3 %) où ce flux de gènes africains semble être arrivé de manière indirecte durant l'Empire romain puis par l’intermédiaire de l'expansion islamique ; et il est indétectable chez les Européens du Nord. En 2013, selon une étude autosomale de l'Institut de Biologie Évolutive (IBE) de l'Universitat Pompeu Fabra de Barcelone, portant sur près de 3 000 individus, entre 5 et 15 % du génome des habitants de la Péninsule ibérique, selon les régions (sauf les Basques), est issu d'Afrique du Nord[44],[45],[46]. En 2014, une étude autosomale similaire réalisée par Lazaridis et al., a calculé que, en moyenne, 12,6 % du génome des Espagnols de la péninsule ibérique est issu d'Afrique du Nord et 2,2 % d'Afrique subsaharienne[47]. Du côté des lignées maternelles uniquement (Adn mitochondrial), une étude de Hernandez et al en 2015 a montré que les Andalous de l'Est et de l'Ouest avaient respectivement 3,6 % et 11,8 % de lignées maternelles africaines[48],[49],[50].

De leur côté, les études comparatives génétiques, récemment multipliées, réfutent l’existence d’une « race européenne » aux contours bien précis : selon une étude de l'expert Chao Tian qui en 2009 a calculé les distances génétiques (Fst) entre plusieurs populations en se basant sur l’ADN autosomal, les Européens du Sud tels que les Grecs et Italiens du Sud apparaissent soit à peu près autant distants des Orientales du Levant que des Scandinaves et Russes, soit plus proches des premiers. Un Italien du Sud est ainsi génétiquement deux fois et demi plus proche d'un Levantin que d'un Finlandais[51],[52] mais une telle distance avec les Finlandais n'est pas représentative des distances entre les européens, elle s'explique parce que les Finlandais sont mélangés avec des asiatiques sibériens, d'affinité proche des Sami, les Finlandais sont donc un peuple génétiquement assez isolé des autres européens (y compris des Scandinaves et des Russes) ce qui les éloigne du reste des européens sur le plan des distances génétiques[53]. De même les Italiens du Sud constitue un groupe plus distant[40]. Plus globalement les principaux peuples européens montrent une grande proximité génétique entre eux qui les différencient nettement des populations extra-européennes[54].

Haplogroupes d'EuropeModifier

Principaux haplogroupes d'Europe[55] :

Haplogroupe Total Europe Europe de l'Ouest Europe du Nord Europe du Sud Europe de l'Est
R1b 35,5 % 50,5 % 53 % 41,5 % 9,0 %
R1a 21,0 % 9,5 % 9,5 % 6,0 % 43,5 %
I2 9,5 % 6,5 % 6,0 % 9,5 % 13,5 %
I1 8,5 % 13,0 % 18,0 % 3,5 % 5,5 %
E1b1 7,0 % 6,0 % 2,0 % 12,5 % 5,5 %
J2 6,5 % 5,0 % 2,5 % 13,0 % 5,0 %
N 5,5 % 0,5 % 6,5 % 0,5 % 12,5 %
G 3,5 % 5,5 % 1,0 % 6,0 % 2,0 %
T 1,0 % 1,0 % 0,5 % 2,5 % 1,0 %
J1 1,0 % 0,5 % 0,0 % 2,5 % 0,5 %
Q 0,5 % 0,5 % 0,5 % 0,5 % 1,0 %
Autres 1,5 % 1,5 % 0,5 % 2,0 % 1,0 %

Utilisation dans les statistiques officiellesModifier

Dans certains pays anglo-saxons, les citoyens sont classifiés selon leur appartenance ethnique. On parle ainsi aux États-Unis d'« Euro-Américains » pour désigner les descendants d'Européens, comme on parle d'« Afro-Américains » pour désigner les descendants d'Africains[56].

HistoireModifier

 
Les civilisations du monde selon Samuel Huntington : en bleu foncé l'Europe Occidentale et les pays colonisés où les descendants d'Européens sont majoritaires, en bleu clair l'Europe de l'Est et la sphère orthodoxe slave.
Article détaillé : Histoire de l'Europe.

L'Europe est le berceau de la civilisation occidentale.

Les Européens sont à l'origine de nombreuses avancées dans l'histoire de l'humanité : la démocratie athénienne, la Renaissance avec la redécouverte de la science et de l'art antiques, les Lumières (rationalisation et sécularisation), la Révolution industrielle et le concept d'État-nation.

Au dix-huitième et surtout au dix-neuvième siècle, de nombreux Européens migrent hors d'Europe, en particulier en Amérique du Nord (États-Unis, Canada), en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande), en Afrique australe (Afrique du Sud) ou dans le Cône Sud de l'Amérique latine (notamment en Argentine). Leurs descendants forment encore à ce jour la majorité de la population dans la plupart de ces pays.

Du début du XIXe siècle, avec la Révolution Industrielle, d'abord engagée au Royaume-Uni, jusqu'en 1914, les Européens dominent sans partage l'économie et la finance mondiale.

Économie et niveau de vieModifier

 
Carte des pays du monde selon leur IDH (le bleu le plus foncé correspond à l'IDH le plus élevé). Les pays européens, et ceux où leurs descendants sont majoritaires disposent de très hauts niveaux de vie

La plupart des pays européens et des pays majoritairement peuplés de descendants d'Européens (parfois qualifiés de pays occidentaux) se caractérisent par un haut niveau de vie.

CultureModifier

 
Une des peintures les plus célèbres au monde, La Joconde représente la florentine Mona Lisa del Giocondo.

LanguesModifier

Le grec ancien fut la langue véhiculaire de la Méditerranée orientale et du Proche-Orient durant l'Antiquité après les conquêtes d'Alexandre le Grand (voir la Pierre de Rosette). Le latin a ensuite été propagé en Europe par l'empire Romain, puis au Moyen Âge par l'Église catholique.

Les langues européennes modernes sont les plus diffusées du monde : l'influence de l'anglais, du français, ou de l'espagnol provient des anciens empires britannique, français et espagnol. En conséquence, l'alphabet latin est présent dans de nombreuses régions de la planète.

Ainsi, quatre des six langues de travail de l'ONU sont des langues européennes : ce sont l'anglais, l'espagnol, le français et le russe (qui utilise l'alphabet cyrillique). Outre ces quatre langues, seuls le mandarin et l'arabe disposent de ce privilège.

Systèmes familiauxModifier

 
Carte des systèmes familiaux en Europe d'après Emmanuel Todd

Les systèmes familiaux selon Emmanuel Todd sont d'une grande diversité.

RéférencesModifier

  1. (de) Michael Borgolte, Vor dem Ende der Nationalgeschichten, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, (ISBN 3-515-08224-7), p. 34
  2. « Auf der Suche nach dem Europäer: Wissenschaftliche Konstruktionen des Homo Europaeus », sur www.europa.clio-online.de (consulté le 5 août 2015)
  3. (de) Christoph Marx, „Europeans only“. Europa als Leitbild, Vorbild und Zerrbild in Südafrika, 1948 bis 2008, Universität Duisburg-Essen, Wissenschaftsverlag SSC, (ISBN 978-3-934359-34-5), p. 118
  4. (de) Knaur, Das deutsche Wörterbuch, Lexigraphisches Institut München, , p. 347
  5. (en) Philip R. Nigst, Paul Haesaerts, Freddy Damblon et Christa Frank-Fellner, « Early modern human settlement of Europe north of the Alps occurred 43,500 years ago in a cold steppe-type environment », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111,‎ , p. 14394-14399 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 25246543, PMCID 4209988, DOI 10.1073/pnas.1412201111, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  6. (en) Erik Trinkaus, « European early modern humans and the fate of the Neandertals », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104,‎ , p. 7367-7372 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 17452632, PMCID 1863481, DOI 10.1073/pnas.0702214104, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  7. Erik Trinkaus, Ştefan Milota, Ricardo Rodrigo et Gherase Mircea, « Early modern human cranial remains from the Peştera cu Oase, Romania », Journal of Human Evolution, vol. 45,‎ , p. 245-253 (DOI 10.1016/j.jhevol.2003.08.003, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  8. (en) Erik Trinkaus, Oana Moldovan, Ştefan Milota et Adrian Bîlgăr, « An early modern human from the Peştera cu Oase, Romania », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 100,‎ , p. 11231-11236 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 14504393, PMCID 208740, DOI 10.1073/pnas.2035108100, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  9. (en) Hélène Rougier, Ştefan Milota, Ricardo Rodrigo et Mircea Gherase, « Peştera cu Oase 2 and the cranial morphology of early modern Europeans », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104,‎ , p. 1165-1170 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 17227863, PMCID 1783092, DOI 10.1073/pnas.0610538104, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  10. (en) Nick Patterson, Priya Moorjani, Yontao Luo et Swapan Mallick, « Ancient Admixture in Human History », Genetics, vol. 192,‎ , p. 1065-1093 (ISSN 0016-6731 et 1943-2631, PMID 22960212, PMCID 3522152, DOI 10.1534/genetics.112.145037, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  11. (en) Andaine Seguin-Orlando, Thorfinn S. Korneliussen, Martin Sikora et Anna-Sapfo Malaspinas, « Genomic structure in Europeans dating back at least 36,200 years », Science, vol. 346,‎ , p. 1113-1118 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 25378462, DOI 10.1126/science.aaa0114, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  12. « Early European may have had Neanderthal great-great-grandparent » (consulté le 6 août 2015)
  13. « Frühe Europäer haben sich mit Neandertalern vermischt », sur www.mpg.de (consulté le 6 août 2015)
  14. a et b « Erbgut des bisher ältesten modernen Menschen entschlüsselt », sur www.mpg.de (consulté le 6 août 2015)
  15. « Why Am I Neanderthal? » (consulté le 6 octobre 2015)
  16. « Here's What Happened When Neanderthals And Ancient Humans Hooked Up 80,000 Years Ago » (consulté le 6 octobre 2015)
  17. (en) Ann Gibbons, « Neandertals and Moderns Made Imperfect Mates », Science, vol. 343,‎ , p. 471-472 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 24482455, DOI 10.1126/science.343.6170.471, lire en ligne, consulté le 6 octobre 2015)
  18. (en) J. Hardy, A. Pittman, A. Myers et K. Gwinn-Hardy, « Evidence suggesting that Homo neanderthalensis contributed the H2 MAPT haplotype to Homo sapiens », Biochemical Society Transactions, vol. 33,‎ , p. 582–585 (ISSN 0300-5127 et 1470-8752, PMID 16042549, DOI 10.1042/BST0330582, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  19. Michael C. Zody, Zhaoshi Jiang, Hon-Chung Fung et Francesca Antonacci, « Evolutionary Toggling of the MAPT 17q21.31 Inversion Region », Nature genetics, vol. 40,‎ , p. 1076–1083 (ISSN 1061-4036, PMID 19165922, PMCID 2684794, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  20. (en) P. Z. Álmos, S. Horváth, Á Czibula et I. Raskó, « H1 tau haplotype-related genomic variation at 17q21.3 as an Asian heritage of the European Gypsy population », Heredity, vol. 101,‎ , p. 416–419 (ISSN 0018-067X, DOI 10.1038/hdy.2008.70, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  21. (en) Hreinn Stefansson, Agnar Helgason, Gudmar Thorleifsson et Valgerdur Steinthorsdottir, « A common inversion under selection in Europeans », Nature Genetics, vol. 37,‎ , p. 129–137 (ISSN 1061-4036, DOI 10.1038/ng1508, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  22. Martina Lari, Ermanno Rizzi, Lucio Milani et Giorgio Corti, « The Microcephalin Ancestral Allele in a Neanderthal Individual », PLoS ONE, vol. 5,‎ , e10648 (PMID 20498832, PMCID 2871044, DOI 10.1371/journal.pone.0010648, lire en ligne, consulté le 11 février 2016)
  23. (en) Patrick D. Evans, Nitzan Mekel-Bobrov, Eric J. Vallender et Richard R. Hudson, « Evidence that the adaptive allele of the brain size gene microcephalin introgressed into Homo sapiens from an archaic Homo lineage », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 103,‎ , p. 18178–18183 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 17090677, PMCID 1635020, DOI 10.1073/pnas.0606966103, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  24. Erik Trinkaus, « European early modern humans and the fate of the Neandertals », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 104,‎ , p. 7367–7372 (ISSN 0027-8424, PMID 17452632, PMCID 1863481, DOI 10.1073/pnas.0702214104, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  25. Patrick D. Evans, Sandra L. Gilbert, Nitzan Mekel-Bobrov et Eric J. Vallender, « Microcephalin, a gene regulating brain size, continues to evolve adaptively in humans », Science (New York, N.Y.), vol. 309,‎ , p. 1717–1720 (ISSN 1095-9203, PMID 16151009, DOI 10.1126/science.1113722, lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  26. (en-US) « Introgression and microcephalin FAQ », sur john hawks weblog (consulté le 5 février 2016)
  27. Elizabeth Pennisi, « Neandertal genomics. Tales of a prehistoric human genome », Science (New York, N.Y.), vol. 323,‎ , p. 866–871 (ISSN 1095-9203, PMID 19213888, DOI 10.1126/science.323.5916.866, lire en ligne, consulté le 11 février 2016)
  28. Richard E. Green, Johannes Krause, Adrian W. Briggs et Tomislav Maricic, « A Draft Sequence of the Neandertal Genome », Science, vol. 328,‎ , p. 710 (ISSN 0036-8075, DOI 10.1126/science.1188021, lire en ligne, consulté le 11 février 2016)
  29. Wolfgang Haak, Oleg Balanovsky, Juan J. Sanchez et Sergey Koshel, « Ancient DNA from European Early Neolithic Farmers Reveals Their Near Eastern Affinities », PLoS Biol, vol. 8,‎ , e1000536 (PMID 21085689, PMCID 2976717, DOI 10.1371/journal.pbio.1000536, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  30. B. Bramanti, M. G. Thomas, W. Haak et M. Unterlaender, « Genetic Discontinuity Between Local Hunter-Gatherers and Central Europe's First Farmers », Science, vol. 326,‎ (DOI 10.1126/science.1176869, lire en ligne)
  31. (en) Pontus Skoglund, Helena Malmström, Maanasa Raghavan et Jan Storå, « Origins and Genetic Legacy of Neolithic Farmers and Hunter-Gatherers in Europe », Science, vol. 336,‎ , p. 466-469 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 22539720, DOI 10.1126/science.1216304, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  32. (en) Federico Sánchez-Quinto et al., « Genomic Affinities of Two 7,000-Year-Old Iberian Hunter-Gatherers », Current Biology, no 16,‎ , p. 1494-1499 (doi:10.1016/j.cub.2012.06.005)
  33. (en) Iñigo Olalde, Morten E. Allentoft, Federico Sánchez-Quinto et Gabriel Santpere, « Derived immune and ancestral pigmentation alleles in a 7,000-year-old Mesolithic European », Nature, vol. 507,‎ , p. 225-228 (ISSN 0028-0836, PMID 24463515, PMCID 4269527, DOI 10.1038/nature12960, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  34. (en) Iosif Lazaridis, Nick Patterson, Alissa Mittnik et Gabriel Renaud, « Ancient human genomes suggest three ancestral populations for present-day Europeans », Nature, vol. 513,‎ , p. 409-413 (ISSN 0028-0836, PMID 25230663, PMCID 4170574, DOI 10.1038/nature13673, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  35. (en) Ann Gibbons, « Three-part ancestry for Europeans », Science, vol. 345,‎ , p. 1106-1107 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 25190770, DOI 10.1126/science.345.6201.1106, lire en ligne, consulté le 6 août 2015)
  36. C.Tian et.al 2009, European Population Genetic Substructure: Further Definition of Ancestry Informative Markers for Distinguishing among Diverse European Ethnic Groups.
  37. Nelis et al. 2009, Genetic Structure of Europeans: A View from the North–East.
  38. Distances génétiques (Fst) autosomales calculées par Chao Tian et al. 2009:
    • Grec-Druze : 0.0052, Grec-Bédouin : 0.0064, Grec-Palestinien : 0.0057, Grec-Russe : 0.0108, Grec-Suédois : 0.0084,
    • Italiens du Sud-Druze : 0.0057, Italien du Sud-Bédouin : 0.0079, Italien du Sud-Palestinien : 0.0064, Italien du Sud-Russe : 0.0088, Italien du Sud-Suédois : 0.0064
    Autres distances génétiques (Fst) autosomales calculées par Nelis et al. 2009 :
    • Italiens du Sud - Lettoniens : 0.0150, Italiens du Sud - Finlandais (Helsinki) : 0.0160
    • Espagnols - Lettoniens : 0.0100, Espagnols - Finlandais (Helsinki) : 0.0110
    • Européens – Chinois 0.1100, Européens – Africains (Yoruba) 0.1530
    .
  39. « A genome-wide analysis of population structure in the Finnish Saami with implications for genetic association studies », Nature,‎ (lire en ligne)
  40. a et b (en) Mari Nelis, Tõnu Esko, Reedik Mägi et Fritz Zimprich, « Genetic Structure of Europeans: A View from the North–East », PLOS ONE, vol. 4, no 5,‎ , e5472 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0005472, lire en ligne, consulté le 24 octobre 2017) :

    « several distinct regions can be distinguished within Europe: 1) Finland, 2) the Baltic region (Estonia, Latvia and Lithuania), Eastern Russia and Poland, 3) Central and Western Europe, and 4) Italy, with the southern Italians being more “distant” »

  41. « Genes mirror geography within Europe », Nature,‎ (lire en ligne)
  42. voir Table S3 in Fiorito et al 2016, The Italian genome reflects the history of Europe and the Mediterranean basin, European Journal of Human Genetics (2016) 24, 1056–1062; doi:10.1038/ejhg.2015.233; published online 11 November 2015
  43. Moorjani P, Patterson N, Hirschhorn JN, Keinan A, Hao L, et al. 2011 The History of African Gene Flow into Southern Europeans, Levantines, and Jews. PLoS Genet 7(4): e1001373. doi:10.1371/journal.pgen.1001373 .
  44. Gene flow from North Africa contributes to differential human genetic diversity in southern Europe, Botigué et al, 2013 doi: 10.1073/pnas.1306223110
  45. Estimating gene flow from North Africa to southern Europe, David Comas, juin 2013
  46. Los españoles somos los europeos con más genes magrebíes, Huffington post, 3 juin 2013
  47. Voir Table S11.2 dans "Data supplements/Supplementary Information", pp.64-64 in Ancient human genomes suggest three ancestral populations for present-day Europeans, Lazaridis et al, 2014, doi: https://dx.doi.org/10.1101/001552
  48. Candela Hernandez et al., Human maternal heritage in Andalusia (Spain): its composition reveals high internal complexity and distinctive influences of mtDNA haplogroups U6 and L in the western and eastern side of region, 2014, [1]
  49. Candela Hernandez et al., Early Holocenic and Historic mtDNA African Signatures in the Iberian Peninsula: The Andalusian Region as a Paradigm, 2015
  50. Table 1. Types and frequencies of mtDNA African lineages detected among autochthonous Andalusians.[2]
  51. C.Tian et al. 2009, European Population Genetic Substructure: Further Definition of Ancestry Informative Markers for Distinguishing among Diverse European Ethnic Groups
  52. Distances génétiques (Fst) autosomales calculées par Chao Tian 2009 :
    • Grec-Druze : 0.0052
    • Grec-Bédouin : 0.0064
    • Grec-Palestinien : 0.0057
    • Grec-Russe : 0.0108
    • Grec-Suédois : 0.0084
    • Italien-Druze : 0.0057
    • Italien-Bédouin : 0.0079
    • Italien-Palestinien : 0.0064
    • Italien-Russe : 0.0088
    • Italien-Suédois : 0.0064
    • Toscan-Druze : 0.0086
    • Toscan-Bédouin : 0.0102
    • Toscan-Palestinien : 0.0096
    • Toscan-Russe : 0.0108
    • Toscan-Suédois : 0.0061
    Autres distances génétiques (Fst) autosomales calculées par Nelis et al. 2009 :
    • Italiens du Sud - Lettoniens : 0.0150
    • Italiens du Sud - Finlandais (Helsinki) : 0.0160
    • Espagnols - Lettoniens : 0.0100
    • Espagnols - Finlandais (Helsinki) : 0.0110
    • Européens – Chinois 0.1100
    • Européens – Africains (Yoruba) 0.1530
    • Africains (Yoruba) – Chinois 0.1900
  53. « A genome-wide analysis of population structure in the Finnish Saami with implications for genetic association studies », Nature,‎ (lire en ligne)
  54. « Genes mirror geography within Europe », Nature,‎ (lire en ligne)
  55. (en) Maciamo, « Eupedia », sur Eupedia (consulté le 16 janvier 2016)
  56. (en) Standards for the Classification of Federal Data on Race and Ethnicity, Site officiel de la Maison Blanche

BibliographieModifier

  • Jeffrey E. Cole, Ethnic Groups of Europe : An Encyclopedia
  • Philippe Conrad (dir.), Ce que nous sommes : aux sources de l’identité européenne, Paris, Institut Iliade-Pierre-Guillaume de Roux, , 199 p. (ISBN 978-2-3637-1244-8)

Voir aussiModifier