Ouvrir le menu principal

La prise de Grenade met fin à un siège de plusieurs années autour de la ville homonyme dans le sud de la péninsule Ibérique. La ville est prise le par les forces combinées des couronnes d’Aragon et de Castille, récemment unies, contre les troupes du royaume musulman de Grenade menées par le sultan Boabdil. Cette victoire met fin aux guerres de Grenade initiées en 1482.

PrésentationModifier

En 1491, l'Émirat de Grenade reste le dernier reliquat de l’ancien royaume maure qui recouvrait la majorité de la péninsule ibérique. Les forces du roi Ferdinand d'Aragon et de la reine Isabelle de Castille mettent fin à cette présence musulmane en mettant le siège devant Grenade. Boabdil tente vainement de se dégager des assiégeants, notamment en cherchant l’appui du royaume zianide. Après une trêve de quatre mois, ne voyant aucune aide lui parvenir, le sultan consent à la capitulation.

Cette campagne, relativement courte, a d'importantes conséquences pour les royaumes espagnols, avec la fin de plus de 780 années de présence musulmane dans la péninsule, et signe donc la fin de la Reconquista.

Le roi Ferdinand le Catholique (1452-1516) l'annonce ainsi au pape Innocent VIII: "Plût à notre Seigneur de nous donner complète victoire sur le roi et les Mores de Grenade, ennemis de notre Sainte Foi Catholique. Car aujourd'hui, deuxième jour de janvier de la présente année nonantedeux, la cité de Grenade s'est rendue à nous avec l'Alhambra, et maintenant nous avons celui-ci tout entier en nos mains et puissance. Je fais savoir à votre Sainteté un si grand honneur, à savoir qu'après tant de peines, dépenses, sacrifices de vie et de sang de nos sujets et regnicoles ce royaume de Grenade, qui durant sept cent quatre-vingts ans a été occupé par les Infidèles, sous votre règne et avec votre aide a été gagné."(Trad.par J. Calmette)[1].

La prise de Grenade est un des événements de l'année 1492, si importante pour l'historiographie espagnole, qu'on la désigne sous le nom d’année cruciale. La ville de Grenade continue de célébrer chaque année ce jour du 2 janvier 1492.

Notes et référencesModifier

  1. Luce Pietri et Marc Venard, Le monde et son histoire: la fin du moyen âge et les débuts du monde moderne, Paris, Editions Bordas et Robert Laffont, , 1065 p., p. 289

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier